YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

710 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 oct. 2013

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Otages, ni journalistes, ni humanitaires

Les otages du Niger, libérés hier, rentrent en France aujourd’hui. Sans versement de rançon, affirme l’Etat français.

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les otages du Niger, libérés hier, rentrent en France aujourd’hui. Sans versement de rançon, affirme l’Etat français. Quelques heures avant cette libération une émission de France Inter était justement consacrée aux prises d’otages. Coïncidence ? Une journaliste, Dorothée Moisan, auteur d’un ouvrage sur le sujet, indiquait que le montant des primes d’assurances contractées par des entreprises peut atteindre un million d’euros. Elle donnait diverses informations sur le montant des rançons, depuis celle en millions de dollars finalement versée pour la libération de Françoise Claustre en 1974 et détenue au Tchad pendant 33 mois (négociation avec Hissène Habré menée par Stéphane Hessel).

Renaud Girard, grand reporter au Figaro, précisait que l’otage allemand enlevé en même temps que la Française, avait été rapidement libéré grâce à la livraison massive d’armes par l’Allemagne aux preneurs d’otages. La rançon versée pour la libération de Florence Aubenas se serait élevée à dix millions d’euros. Il ajoutait qu’en Irak les journalistes anglais lui disaient : nous, si nous sommes enlevés, nous serons exécutés (puisque Londres ne négocie pas), mais toi tu as, écrit sur le front, « je vaux 5 millions de dollars ».

Les quatre d’Arlit ont-ils bénéficié du soutien de leur employeur, Aréva, qui n’avaient pas su les protéger sur leur lieu de travail et qui aurait payé la rançon ? Le Niger a-t-il passé un compromis avec les ravisseurs ? Ce qui est sûr c’est que ces quatre otages, s’ils avaient la « protection » éventuelle d’Aréva, n’étaient ni journalistes, ni humanitaires. Inconvénient.

Nord du Niger, dans l'Aïr, à proximté d'Arlit [Photo YF]

En effet, les preneurs d’otages s’intéressent davantage à ceux qui sont là, loin de leur pays, pour témoigner, pour rendre compte des souffrances qu’endure un peuple. Parce qu’ils seront plus dociles, plus faciles à garder, et que les Etats et leurs populations se mobiliseront en leur faveur,  le plus souvent sans tentative risquée d’assaut en vue de leur libération. Les opinions publiques sont sensibles à leur idéal, que ce soit le souci d’informer, ou la compassion caritative.

Michel Seurat aimait le Liban, vivait pleinement son histoire. Certes il n’était pas journaliste, mais tout dans sa biographie prouve sa volonté de témoigner en faveur de ce pays. Ses kidnappeurs comptaient sur l’efficacité de ce paradoxe, sur une France qui ferait tout pour obtenir sa libération, ainsi que celles des journalistes enlevés avec lui : et ils l’ont laissé mourir d’un cancer, sans soin dans une cave infâme de Beyrouth, tout en ayant annoncé auparavant son exécution. La cruauté, dès l’enlèvement, faisant partie de la méthode.

Cruauté et compassion

De façon générale, les journalistes savent mobiliser les média quand l’un des leurs est détenu quelque part dans le monde. Les organisations caritatives aussi. C’est ainsi que si leur calvaire peut durer longtemps (plusieurs années), ils sont plus souvent libérés que ceux pour lesquels la cause est moins « noble ». Bien sûr, des journalistes ont été exécutés (dont Daniel Pearl, américain, au Pakistan, avec décapitation filmée), des humanitaires ont été assassinés (dont Margareth Hassan en Irak, irlandaise mariée à un Irakien, parlant arabe, convertie à l’islam, responsable de « Care international », qui avait passé sa vie à soigner des enfants, Cyd Mizell, américaine, et Kazuya Ito, japonais, en Afghanistan, Tom Fox, américain, en Irak), mais le plus souvent les otages abattus sont ingénieurs, agents de sécurité, hommes d’affaires, militaires. Faute de mobilisation ou par haine pour l’Occidental. 

L’accusation des terroristes selon laquelle les journalistes seraient aussi des espions est sans doute, dans quelques rares cas, fondée, mais ce n’est pas sur cette raison qu’ils comptent obtenir gain de cause. L’enlèvement de l’agent secret français Denis Allex, détenu par les Shebab de Somalie pendant trois ans et demi n’a pas mobilisé l’opinion et sa mort lors d’un assaut par les forces françaises (qui ont eu des pertes au cours de l’opération) n’a pas occupé les unes de la presse française. Les mêmes Shebab qui enlevèrent en octobre 2011 Marie Dedieu, Française, handicapée suite à un grave accident de voiture, atteinte d’un cancer, savaient qu’une femme âgée, innocente, paralysée, malade provoquerait la pitié sur laquelle ils jouent sans scrupules et que la France verserait une rançon : mais, sans soins, elle est morte de ses souffrances moins de trois semaines après son enlèvement.

La méthode soviétique qui a consisté au Liban, après un enlèvement de quatre ressortissants russes, à exécuter un membre du Hezbollah, a été efficace puisque, ensuite, plus aucun Russe n’a été enlevé. Renaud Girard, sur France Inter, sans rappeler cet épisode ancien, insistait sur la nécessité de ne pas verser de rançon (puisque les sommes versées alimentent de nouveaux enlèvements). Alors qu’en tant que baroudeur sur des lieux de guerre et d’enlèvements, il en connaît les risques, il prônait l’intervention des services secrets et la solution « létale » : l’exécution pure et simple des preneurs d’otages, quitte à faire courir des risques énormes aux otages (comme on l’a vu dans l’affaire des deux jeunes Français, Vincent Delory et Antoine de Léocour, enlevés à Niamey au Niger en janvier 2011).

Les prises d’otages en vue de rançon continueront : pour toutes les raisons évoquées plus haut, ce sont ceux qui sont sans défense qui seront la cible principale. Il faut des innocents pour que ces opérations inhumaines réussissent. La cruauté a de beaux jours devant elle, tant elle sait exploiter la compassion.

L'Aïr, au nord du Niger [Photo YF]

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André