La nuit des longs couteaux de Bolsonaro

Le 9 février 2020, la police attaque une petite maison de l'Etat de Bahia. L'unique habitant est tué. C'est la fin d'une cavale d'un an pour un ex-policier ami de Bolsonaro. Il ne parlera plus, et c'est peut-être l'essentiel pour le Président. Une affaire qui mêle escroquerie et crime organisé au plus haut niveau de l'Etat.

Préliminaire : Qu'est-ce qu'une milice ?

Selon Wikipedia (1), à partir des années 2000, à Rio de Janeiro, la milice désigne type d’organisation criminelle formée dans des communautés urbaines à faible revenu, comme des ensembles résidentiels et des favelas, au départ, et qui, en principe, se livrent à des pratiques illégales sous prétexte de lutter contre le crime de la drogue. Ces groupes, maintenant présents dans les villes et les campagnes, se financent par le racket de la population et l’exploitation clandestine de gaz, télévision à câble, machines à sous, usure, vente de biens immobiliers, etc.

Ce sont les héritiers des fameux "escadrons de la mort".

Les affaires louches de Flávio Bolsonaro

Le 6 décembre 2018, quelques jours avant l’entrée en fonction de Jair Bolsonaro à la présidence de la République, le Conseil de contrôle des activités financières (COAF) publie un rapport indiquant des mouvements anormaux sur un compte bancaire de l'assesseur de son fils Flávio, député de l'Assemblée Législative de Rio de Janeiro (ALERJ). L'assesseur, Fabrício Queiroz, a manipulé des sommes incompatibles avec son patrimoine et ses revenus, plus d'un million de R$. La police découvre qu'il s'agit de la pratique dite de "rachadinhas", qui consiste pour un élu à faire payer du personnel fictif par de l'argent public, et se faire reverser une partie de leur salaire. Queiroz reversait de l'argent liquide et des chèques, dont l’un au bénéfice de l’épouse de Jair, Michelle Bolsonaro.

Queiroz et Flavio Bolsonaro Queiroz et Flavio Bolsonaro

Qui est Fabrício Queiroz ? Membre de la Police Militaire (PM) de Rio de 1987 à sa retraite fin 2018, il est aussi conseiller parlementaire au bureau du député Flávio Bolsonaro depuis 2007, sur recommandation de son père Jair, son ami depuis 1980, quand ils étaient dans les parachutistes.

Dès le début des investigations, Queiroz quitte "à sa demande" le cabinet de Flávio Bolsonaro.

Mais il y a plus grave. L'enquête met en lumière les liens étroits entre Queiroz et le milicien Adriano da Nóbrega, son ami dans la Police Militaire. Dès que Queiroz est au cabinet de Flávio Bolsonaro, il y embauche l'épouse d'Adriano (mars 2007), puis en 2016 sa mère. Ces emplois étaient fictifs, leur salaire était reversé à Flávio. Queiroz renvoie le même jour l'ex-épouse et la mère au début des enquêtes, en novembre 2018.

En résumé, Queiroz créait des emplois fictifs au cabinet de Flávio, et se chargeait de reverser une partie de ces salaires à sa famille. Parmi les employés, la mère et l'(ex-)épouse d'un certain Adriano Nóbrega.

Qui est Adriano Nóbrega ?

Nobrega, dont la mère et la sœur travaillaient pour Flávio, s'est fait connaître par la presse.

Mai 2003 - Dans la favela Cidade de Deus, un technicien frigoriste est tué dans une opération de police. On découvre que c'est par des policiers, Adriano Nobrega et Fabrício Queiroz, amis de longue date à la PM.

Adriano Nobrega Adriano Nobrega

Octobre 2003 - Flávio Bolsonaro, alors député de l’État de Rio, propose une motion de félicitations à Adriano pour avoir mené sa mission "avec dévouement, de manière brillante et courageuse".

Novembre 2003 - Adriano et ses mêmes collègues sont impliqués dans la séquestration, torture et extorsion de fonds de trois jeunes de la favela de Parada de Lucas, Rio (2).

Janvier 2004 - Adriano est arrêté avec 10 autres policiers, accusés d'homicide contre Leandro dos Santos Lima, 24 ans, voiturier, qui avait dénoncé la veille un groupe de miliciens.

Juin 2005 - Flávio Bolsonaro attribue à Adriano la médaille Tiradentes, le plus haute distinction de l'assemblée législative. Adriano reçoit la médaille alors qu'il est en prison (3).

Oct 2005 - Adriano est condamné. Quatre jours plus tard, Jair Bolsonaro critique la condamnation à la Chambre et l'appelle "officier brillant" dans les propos enregistrés (4). Adriano est rapidement gracié.

Juin 2008 - Commission Parlementaire d'Enquête (CPI) sur les milices. Flávio les défend : "Dans de nombreux quartiers où habitent des policiers, ils s'organisent pour que le trafic ne s'y développe pas, sans demander de l'argent, sans exiger quoi que ce soit en retour" [notablement faux].

Maison où se cachait Adriano Nobrega Maison où se cachait Adriano Nobrega

Aout 2008 - Adriano Nobrega est arrêté de nouveau pour l'attentat contre l'éleveur Rogério Mesquita, ennemi des jeux clandestins (bicheiros).

Dec 2013 - Adriano renvoyé de la Police Militaire pour son implication dans les jeux clandestins.

2015 - Flávio Bolsonaro est le seul député local à voter contre une nouvelle commission parlementaire d'enquête, qui serait "mettre le couteau sous la gorge" aux policiers.

Décembre 2018 - Révélation des "rachadinhas" à l'ALERJ. Dans une écoute de Nobrega, il dit à sa femme qu'une partie de l'argent lui revenait.

janv 2019 - Adriano est un des 13 suspects dans une opération du Ministère Public contre les milices des quartiers de Rio das Pedras et Muzema dans la zone ouest de la ville de Rio. Il sera en fuite jusqu'à sa mort à l'âge de 43 ans, le 9 février 2020.

Assassinat de Marielle Franco

 Le 14 mars 2018, Marielle Franco est assassinée avec son chauffeur Anderson Gomes, alors qu'elle rentrait d'une réunion. Marielle Franco, sociologue, affiliée au parti Socialisme et Liberté (PSOL), est Conseillère municipale de Rio de Janeiro. Elle avait eu une violente altercation avec Flávio Bolsonaro.

Marielle Franco, assassinée le 14 mars 2018 Marielle Franco, assassinée le 14 mars 2018

En août 2018, la police suspecte la milice appelée dite Bureau du Crime (5) de la zone ouest de Rio. Elle est formée de tireurs d’élite, et spécialisée dans la construction, la vente et la location illégale de biens immobiliers, mais son l'activité principale est de tueurs à gages. Le groupe est composé de policiers militaires, d’anciens policiers et est soupçonné d’être dirigé par l’ancien capitaine du groupe d'élite de la police militaire, Adriano Nóbrega.

Le 12 mars 2019, la police civile arrête un ancien de la PM et un ancien militaire. D’après la police, l'ancien PM Ronnie Lessa a tiré sur la conseillère et l’ancien militaire Élcio Vieira de Queiroz conduisait la voiture qui poursuivait Marielle. Les deux sont voisins de Jair Bolsonaro.

Affaire politique :

Partie d'un détournement de fonds publics, une enquête met en lumière des "rachadinhas" au cabinet de Flávio Bolsonaro, opérées par un ancien Policier Militaire qui avait embauché pour cela l'épouse et la mère d'un truand accusé entre autres de diriger le gang qui a assassiné Marielle Franco.

Dès avant l'élection de Bolsonaro est élu, le juge Moro, qui avait poursuivi Lula, se fait nommer ministre de la justice exigeant que soient rattachés à ce ministère le service d'investigations financières, le COAF, à l'origine des enquêtes, et la Police Fédérale.

La police est accusée par la presse et par l'opposition de ne pas trop rechercher Queiroz et Nobrega. Fin 2019, Moro retire le nom de Adriano Nobrega, bien qu'accusé de nombreux meurtres, de la liste des personnes les plus recherchées. Après sa mort, l'avocat de Nobrega révèle que son client pensait que la police le recherchait pas pour l'arrêter, mais pour le tuer (6). La presse parle de destruction de preuves. En réunion publique à l'assemblée, Moro est traité d'"homme de main des milices".

Marcelo Freixo, ami et colistier de Marielle Franco, parle de nuit des longs couteaux (7).

 

Note de fin provisoire au 13 février 2020 :

Les circonstances de la mort de Nobrega sont encore confuses. Il serait mort de deux balles après avoir voulu résister. Le corps n'a pas été présenté à la presse. La juge trouve le corps non conforme à la situation décrite et a refusé le permis d'inhumer. La police a trouvé et montré des armes, deux fois, mais le pistolet n'est pas le même les deux fois. La police a trouvé également 13 téléphones portables. Qui les étudiera, que sera-t-il donné à la presse ?

Depuis que Flávio Bolsonaro est entré en politique en 2002, il a gagné énormément d’argent dans les transactions immobilières, d'autres révélations sont à attendre.

A ce jour (13 février), rien n'est paru dans la presse française. L'affaire n'est pas flatteuse pour l'ex-juge Moro que Le Monde et autres décrivaient comme un justicier intègre.

 

Sources :

  1. Wikipedia Milicias (en pt, en, esp)

  2. Extra (groupe Globo), 3/02/2019 : "Flávio Bolsonaro rend hommage à sept collègues suspects d'appartenir au 'commissariat de la mort'".

  3. Folha de São Paulo, 25/01/2019,actualisé 2020 : "Bolsonaro, en 2005, attaquait la condamnation pour homicide de l'ex-policier tué à Bahia".

  4. Folha de São Paulo, 2019, actualisé 2020 : "L'ex-PM tué à Bahia était en prison pour homicide quand Flávio Bolsonaro lui a rendu hommage"

  5. Wikipedia Escritório do Crime (en fr)

  6. Tereza Cruvinel, "La mort du milicien lié aux Bolsonaro" (video), 10/02/2020

  7. Marcelo Freixo "La relation entre la famille Bolsonaro et le crime organisé" (video)

Autres sources utiles en portugais :

  1. Marco Antonio Villa :Radio Bandeirantes, "La relation des Bolsonaro avec le crime organisé est plus explicite que la relation sexuelle entre Adam et Eve, seul le ministre de la justice ne le voit pas." (video)

  2. Marco Antonio Villa :Radio Bandeirantes, 24:10/2019"Corruption et milices, voici le Brésil de Jair Bolsonaro" (video)

Depuis, Marco Antonio Villa vient d'être exclu d'une station d'extrême-droite, Jovem Pan, pour son antibolsonarisme.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.