Maire de Commune rurale et groupe AccorHotels

Comment la mairie d'un village rural en Seine Marne prive ses habitants du seul espace boisé au cœur du village, au profit de la multinationale Accor hotels ?

Comment la mairie du village rural de Moussy-le-vieux en Île de France prive ses habitants d'un espace boisé au profit de la multinationale Accor hotels?

Il s'agit du village de Moussy-le-Vieux dans le département de Seine et Marne à moins de 10 km de l'aéroport Charles de Gaulle. 
L'association des "gueules cassées" possède un domaine vert de plus de 25 hectares d'espaces verts depuis très longtemps . Elle décide la vente de la totalité du domaine qui comprend un château, un espace boisé, un étang. 
Le maire, sous la pression d'habitants, indique dans une lettre qu'il fera en sorte que la partie d'espaces verts soit accessible au public. La mairie prévoit un parcours de santé. Elle évoque dans son dossier la préservation ou remise en état des continuités écologiques.

Le groupe Accorhotels négocie en parallèle avec le vendeur et la société Cg immo. 

La mairie laisse les financiers agir entre eux sans tenir compte de l'avis des habitants. En apparence, cependant, tout semble OK.  La mairie œuvrera pour que l'accès à l'espace vert et  l'étang soient accessibles au public. 

Et au final, la décision de la mairie tombe. Les habitants auront le droit à un parcours vert entre les champs cultivés et les clôtures du domaine. C'est le propriétaire qui décidera ou pas de les ouvrir au public. On y croit ! 
On pourra grimper sur deux belvédères ou  plutôt "miradors" publics qui permettront une vue sur l'espace vert privé de la multinationale qui comprendra un hôtel luxueux 4 étoiles, un autre hôtel 3 étoiles. Les habitants pourront imaginer un étang rempli de carpes à quelques mètres derrière les clôtures du domaine des gueules cassées. 
Qui disposera des "continuités écologiques" qu'évoque la mairie dans son dossier ? Les habitants ? Le groupe AccorHotels ?

Le maire  n'a pas décidé d'utiliser son droit de préemption ni prévu de demander des aides financières que le conseil régional offre pour ce genre de projet dit "Plan Vert" pour conserver le territoire vert et accessible au public. Et pourtant, ces aides financières sont encore disponibles.

Pourquoi ? La question a été posée. On attend une réponse  du Maire Armand Jacquemin, de Moussy-le-Vieux.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.