yvon quiniou
Abonné·e de Mediapart

402 Billets

2 Éditions

Billet de blog 18 avr. 2017

Hamon face à la victoire possible de la gauche

Alors que tous les sondages pronostiquent une lourde défaite pour lui, Hamon persiste à ne pas vouloir se désister pour Mélenchon. Sachant que celui-ci peut accéder au 2ème tour de la présidentielle et, du coup, faire gagner une gauche de transformation sociale, il prend ainsi le risque de la faire perdre En a-t-il conscience et si oui, pourquoi ce choix?

yvon quiniou
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

         Hamon face à la victoire possible de la gauche

A quelques jours de la présidentielle, je voudrais intervenir une dernière fois pour signaler la responsabilité qui pèse sur les épaules de B. Hamon et,  à travers lui,  sur ce qu’il reste du PS. On ne sait pas encore qui, du quatuor de tête – Le Pen, Macron, Fillon, Mélenchon – fournira les deux prétendants à l’Elysée. Par contre ce qu’on sait, au vu des sondages multiples et qu’on le regrette ou pas, c’est que ce ne sera pas Hamon et, au contraire, que Mélenchon peut, mais peut seulement, y figurer et entrainer du coup la victoire de la vraie gauche.

Cette simple possibilité pourrait devenir une très forte probabilité si Hamon, se sachant battu par avance, se retirait  in fine en faveur de Mélenchon, sur la base d’un contrat de gouvernement à venir, clairement à gauche, avec ses concessions réciproques.  J’ai milité pour cette option dans la dernière période, tout en étant favorable au projet porté par Mélenchon et soutenu par le PCF. Leur union, vu les intentions de vote cumulées, garantirait à coup sûr une victoire au premier tour et donc une victoire finale, formidable,  il faut le dire, face à ce qui nous attend dans le cas inverse.

D’où ma question : Hamon, quelle que soit l’estime qu’on lui porte, a-t-il conscience, au vu de la situation actuelle telle que les sondages la révèlent, de la responsabilité qu’il prend en refusant de se retirer en faveur de celui qui peut faire gagner une gauche clairement anti-libérale ? Quelles que soient ses arrière-pensées pour l’avenir du PS et le rôle qu’il entend y jouer, a-t-il conscience  qu’il risque  d’empêcher la possibilité d’une victoire promise à cette même gauche quand on additionne ses voix potentielles ? On verra ce qu’il en sera bientôt, mais il faudra inévitablement s’en souvenir : est-il animé par un idéal authentique et spécifique en faveur du peuple, même distinct de celui porté par Mélenchon et ses alliés communistes,  ou poursuit-il une stratégie de carrière comme tant d’hommes politiques, fût-elle plus à gauche que celle de ses prédécesseurs dudit « PS » ?  Dans les deux cas, rien n’explique qu’il fasse le jeu d’une droite libérale, quelle qu’en soit le visage : fascisant, néolibéral et catholique-intégriste ou libéral à la sauce moderne. On aura deviné les noms de ceux que je désigne ainsi.

                                                                                                     Yvon Quiniou

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
L’auteur britannique Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie était hospitalisé vendredi après avoir été poignardé, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe