yvster14
Abonné·e de Mediapart

62 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 nov. 2015

Frénésie cocardière et amnésie sociale.

A l'heure ou la société française est en charpie, où le chômage explose, ou le nombre de pauvres aussi, le gouvernement s'en va t'en guerre mironton mironton mirontaine.

yvster14
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J'ai regardé sur LCP les questions au gouvernement au Sénat. Un sénateur communiste interpelle Valls au sujet de la misère endémique qui touche la jeunesse en particulier mais aussi le reste de la population. Ainsi, très justement, il demande à ce que soit prononcé un état d'urgence social en France. Réponse de Valls: "il faut arrêter de trouver des excuses sociales ou culturelles aux terroristes!" Avec ce petit coup de menton caractéristique et sa moue colérique qu'on lui connaît.

Donc, c'est une évidence, à présent. La réponse du 1er sinistre illustre la politique du gouvernement: l'enfumage agressif.

Non seulement, la réponse de Valls est insultante vis à vis de l'élu communiste (à demi-mots on pourrait comprendre que celui-ci est bienveillant vis à vis des terroristes), mais en plus il ne répond pas à l'interpellation de l'élu. Voici comment se présentent donc les choses ce samedi 28 novembre 2015:

1 - Le gouvernement entraîne le pays sur la pente fascisante du totalitarisme liberticide (interdiction de manifester librement son opinion, interpellations hors de contrôle, police livrée à elle même, surveillance généralisée de la population).

2 - Mise en cause des opposants politiques suspectés de bienveillance vis à vis de l' "ennemi".

3 - Démission quasi-totale vis à vis de l'urgence sociale.

4 - Préparation du terrain vers une forme de gouvernance affranchie de l'aval populaire. Donc fin de la démocratie.

Le moins que l'on aurait pu attendre vis à vis d'un pouvoir dans une démocratie aurait été la consultation par référendum du peuple avant de décréter un Etat d'urgence aussi long ainsi qu'une modification de la constitution. Il n'en a rien été.

Le président Hollande a déçidé unilatéralement de déroger à la règle européenne en s'affranchissant des règles du pacte de résonsabilité pour décréter un "pacte de sécurité" SANS QUE PERSONNE N'Y TROUVE A REDIRE EN EUROPE. Alors même qu'en 2012, la situation du naufrage social en France aurait nécessité de suspendre le-dit pacte. Il y a fort à parier que le pays aurait eu gain de cause malgré les protestations de l'Allemagne et ses alliés.

En conclusion on peut déduire de la situation actuelle que le gouvernement Valls et son président Hollande n'en a rien à foutre de l'Etat abominable de la société française au niveau social. Par contre, tout est bon pour se maintenir au pouvoir, y compris mettre fin à la démocratie.

Quand est-ce qu'on ressort les fusils des Invalides, citoyens?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Nouvelle-Calédonie : la faute d’Emmanuel Macron
En maintenant le troisième référendum d’autodétermination le 12 décembre, malgré la crise sanitaire et politique qui frappe l’archipel, le président de la République déchire un contrat signé il y a trente ans. Le processus de décolonisation va se conclure en l’absence du peuple colonisé. Une aberration politique aux lendemains dangereux.
par Ellen Salvi
Journal — France
Affaire Tapie : radiographie d’une escroquerie au cœur de l’État
Mediapart publie l’intégralité de l'arrêt de la cour d’appel de Paris qui décrypte la mécanique de l’escroquerie ayant permis à Bernard Tapie d’empocher frauduleusement 403 millions d’euros. Les magistrats résument le scandale d’une formule choc : « Les intérêts de M. Tapie étaient pris en considération au plus haut niveau de l’État. »
par Laurent Mauduit
Journal — International
Paris et Rome s’accordent a minima pour peser dans l’après-Merkel européen
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — International
Des deux côtés de la Manche : la politique du blâme
Londres et Paris se renvoient la responsabilité à la suite du naufrage qui a coûté la vie à 27 demandeurs d’asile le 24 novembre. Après une lettre que Boris Johnson a adressée à Emmanuel Macron et publiée sur Twitter, le gouvernement français a désinvité la ministre de l’intérieur britannique lors des pourparlers européens prévus à Calais ce dimanche.
par Marie Billon