Macron le petit Président

Que donne-t-il à voir, ce jeune homme, retranché dans la cour d'un palais, avec ses plus fidèles courtisans, défiant le peuple de venir le chercher?

La cour de la maison de l'Amérique Latine était un parfait décors pour cette scène d'un autre âge. Ne manquaient que quelques perruques, brodequins et poudrages à la place des cravates et costumes pour se croire dans une reconstitution de 1789.
Sauf que, dans ce scénario réécrit par le story teller en chef de l'Elysée, le nouveau roi fantasmé avait une tout autre allure que le pauvre Louis XVI en son temps:

"Les sans culottes sont à nos grilles? même pas peur !! qu'ils viennent me chercher !!
Quel panache ! comme dirait l'autre...

Bien sûr, dans cette histoire revisitée, les sans culottes se font dessus: même pas caps.
Impressionnés par la volte face héroïque du chef suprême, ils resteront piteusement derrière les grilles bien fermées des institutions.

Et la décapitation du roi n'aura pas lieu...

Cet air d'ancien régime, cet anachronisme évident étaient ils voulus? font ils partie d'une stratégie de communication consciente et assumée?

Ou révèlent ils involontairement le profond désir de Restauration du Président et de sa cour?

Dans tous les cas, cette imagerie surprenante pourrait bien faire très mauvais effet dans nos esprits éduqués à préférer les porteurs de fourches et de bonnets phrygiens à Marie Antoinette, ses brioches et ses moutons. Et les sans-culottes frustrés que nous sommes de penser:

Il voudrait montrer qu'il est grand le petit Président?

Alors qu'il le fasse vraiment et qu'il s'avance devant le peuple. Sans faux semblants, sans posture, sans effet de communication et sans son garde du corps préféré.

Vas y Manu, montre nous donc que c'est toi le plus fort.

Nous le peuple, on t'attend d'égal à égal, dans un match démocratique à la loyale: Le suffrage universel.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.