Zaëlle Noyoub
Poétesse voyageuse
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 oct. 2021

Du désir au dégoût

De l'usage du corps des femmes, des injonctions contradictoires et du parallélisme qui peut être fait avec l'usage de la Terre.

Zaëlle Noyoub
Poétesse voyageuse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Du désir au dégoût, et entre les deux : rien.

C'est ainsi que j'ai appris à évaluer mon propre corps et celui de ceux qui étaient censés l'apprécier. Mon corps désirable ou répugnant. Mon corps désiré qui m'octroie confiance en moi et succès. Mon corps mince, épilé, bronzé, musclé. La graisse, le poil, la mollesse et la peau marquée, striée de vergetures et capitonnée dégoûte et inspire le rejet, la honte. Mon corps, je ne peux pas l'oublier. Je ne peux pas oublier surtout à quoi il devrait ressembler, je ne peux que sentir l'échec de n'y être pas parvenue. Culpabilité.

Mon corps, corps de femme qui aime les hommes, mais qui surtout doit s'en faire aimer. Qui doit s'en faire désirer. Sexuellement. Corps qui doit donner envie d'être approché, senti, caressé, palpé, pétri, pénétré, pris. Corps dont la valeur dépend du désir qu'il inspire. De la pulsion qu'il provoque. Plus irrépressible est le désir, mieux le corps est coté, et plus la transaction sexuelle obtenue – ou soutirée – est motif de vantardise et de fierté. Pour l'homme. Pour celui qui conquiert. Pour celui qui, comme le colon d'hier et d'aujourd'hui, débarque souverain et plante son drapeau d'orgueil dans la chair molle d'une terre qu'il qualifie de vierge ou de sauvage et qui n'existe que par lui.

Corps qui doit être désirable sans avoir été déjà trop pris. Terre vierge et innocente que n'a pas encore atteint la barbarie. Jungle sauvage et inexplorée qui excite par son mystère, par la nature rebelle, qui fait obstacle et résiste, par son seul instinct naïf. Corps épilé et lisse comme une page blanche qui s'offre au nom de celui qui se l'approprie.

Un corps de femme doit résister. Un peu, pas trop. Dire « non » pour ne jamais dire « oui », sauf en robe blanche le jour J. Le corps d'une femme doit être étroit, serré. Toujours ferme, jamais dilaté. Contenu, discret. Hymen qui rechigne à se faire déchirer. Pour la gloire du conquérant. Pour l'honneur du vainqueur, celui par lequel, à force de ruse et de vigueur, le corps s'est laissé pénétrer. Effraction autorisée. La nature apprivoisée. Celle de la femme. Car l'homme, lui, s'est transformé en bête sauvage, en chasseur infatigable, guettant sa proie indocile. Corps bientôt domestiqué.

Coupe rase et intégrale, aisselles, jambes, maillot. Que rien ne dépasse. Cycle régulé, le sang dégoûte et pas une goutte ne doit perler. Lingerie immaculée. Le sang menace. Coule à flot. Mer rouge sang. Canal ouvert entre mes cuisses, lieu de toutes les joutes viriles dont on se dispute l'accès. Sang de l'enfant qui n'est pas né. N'en laisser aucune trace.

Corps de femme sans cesse critiqué, évalué. Le corps précède la femme où qu'elle aille et quoi qu'elle porte. Ses seins, ses fesses, ses lèvres avant qu'un premier mot ne sorte. Le « trop » tout autant que l'absence. Le « mais » avant l'intelligence. Corps de femme soumis au regard des hommes. Viande appétissante que l'on peut trouver « bonne ». Bonne à rien, bonne à tout. Du désir au dégoût.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo