Musique du jour : Luiz Bonfá

Je contreviens à ma résolution de ne poster aucune musique du jour les samedi et dimanche, car je me sens quasiment obligé de commémorer Luiz Bonfá, décédé le 12 janvier 2001 à l'âge de 78 ans. Luiz Floriano Bonfá a étudié la guitare classique dès l'âge de 11 ans avec le maître uruguayen Isaías Sávio, et on tiendra pour preuve de sa passion pour cet instrument le fait qu'il lui fallait deux heures et demie, à l'aller comme au retour, en train et à pied, pour faire le trajet de sa banlieue de Rio de Janeiro jusqu'à la maison d'Isaías Sávio dans les collines de Santa Teresa. Touché par la volonté et le talent du garçon, Isaías Sávio lui pardonnait de ne pas pouvoir payer les cours.

Luiz Bonfá commence à se faire connaître à la fin des années quarante, comme membre du groupe vocal Quitandinha Serenaders, et ses premières compositions sont enregistrées et interprétées par le populaire Dick Farney. Mais c'est en 1957 qu'il connaît son véritable premier succès, une chanson interprétée par Nora Ney, qui lui vaut l'intérêt de Vinicius de Moraes et d'Antonio Carlos Jobim, avec qui il va collaborer d'abord pour la comédie musicale Orfeu da Conceição, qui deviendra plus tard le fameux Orfeu Negro de marcel Camus. On lui doit notamment Samba de Orfeu, et Manhã de Carnaval.

LUIZ BONFA © roger bridgland

Luiz Bonfa - Samba de Orfeu © Jan Adamec

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.