Musique du jour : Shake Keane

Natif de l'île de Saint Vincent, au nord des Grenadines, Ellsworth McGranahan Keane a commencé à jouer de la trompette à l'âge de six ans, son père lui servant de professeur. À quatorze ans, il est le leader de son groupe, avec pour musiciens ses frères. Il fait ensuite partie des orchestres les plus réputés de la petite île. Il n'envisage pas alors de faire carrière dans la musique, sa passion étant la littérature (ses camarades de classe le surnommeront Shakespeare, que l'on réduira à Shake à cause de cet amour pour la littérature et la poésie).

Il émigre en Angleterre en 1952. Il a vingt-cinq ans, travaille comme lecteur à la BBC et à l'université, jouant de la trompette dans les boîtes de nuit de Londres, surtout des rythmes des Antilles (calypso, soca, mento), du highlife et un peu de jazz. Sa rencontre avec le saxophoniste jamaïcain Joe Harriott, qui fut le premier à faire du free jazz en Europe, est décisive. Il est un acteur majeur, grâce à ses talents d'improvisateur, du succès du groupe d'Harriott.

Il vivra par la suite en Allemagne, retournera à Saint Vincent pour y être Directeur de la Culture, s'installera ensuite à New York, puis à Oslo où, après avoir travaillé pour la télévision et pour la scène tout en faisant des tournées, il mourra d'un cancer, à soixante-dix ans, en pleine préparation d'une tournée, justement.

Il a publié huit albums, participé à une douzaine d'autres, et publié aussi six recueils de poésie.

The Shake Keane Quintet - Fidel (1961) © British Progressive Jazz

Shake Keane - Prague 89 - Real Keen Reggae Into Jazz - DJ APR © Alonzo Pacheco

Soyons généreux, mettons aussi sa superbe reprise de "Green Onions", de Booker T. & The MGs :

Shake Keane - Green onions © thesoul59

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.