Musique du jour : Joe Harriott

J'évoquais dernièrement Joe Harriott, avec qui Shake Keane a longtemps joué. Joe Harriott, né à Kingston, Jamaïque, en 1928, a été formé, comme bien des musiciens jamaïcains, à l'Alpha Boys School, un orphelinat de la ville. Il y a côtoyé bien de futures gloires musicales de la Jamaïque. Peu avant son dixième anniversaire, on lui assigna la clarinette comme instrument. Il se mit à jouer du saxophone, d'abord baryton et ténor avant de se décider pour l'alto en se produisant avec des orchestres de danse locaux. À vingt-trois ans, il est en tournée en Angleterre avec l'orchestre d'Ossie da Costa, et reste à Londres à la fin de la tournée. Profondément influencé, comme la plupart des joueurs d'alto, par Charlie Parker, il développe un style qui fusionne Parker et ses racines musicales jamaïcaines, notamment le mento et le calypso. Sa maîtrise du bebop en fait très vite une star de la scène jazz britannique. Établi comme soliste bebop, ayant publié ses premiers albums, il se tourne, en 1960, vers ce qu'il appelle "abstract" ou "free-form", un style qui sera souvent comparé à celui d'Ornette Coleman, une forme de free jazz qu'il est le premier à jouer en Europe.

Et comme je ne suis pas, mais vraiment pas fan de free jazz, j'ai choisi ça (avec Shake Keane à la trompette) :

Joe Harriott - Señor Blues © Pig's Vinyl Emporium

Joe Harriott Quintet - Movement - 01 - Morning Blue © Robert Wright

Et quelque chose d'un peu free quand même (avec toujours Shake Keane) :

Joe Harriott Quintet "Formation" © Josef K.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.