Rébellion internationale d’octobre

Extinction Rébellion est de retour en ville avec une multitude d’actions prévues tout ce mois d’octobre. Hyper organisés, jeunes, beaux et gentils, les activistes de XR ont tout pour plaire au président qui assène aux soignants : « C’est un problème d’organisation, les moyens n’y changeront rien ! »

Les démonstrations de cette Rébellion internationale d’octobre (RIO) ont commencé en Autriche, Allemagne, Italie, Espagne…, mais en France, le programme des festivités débutera réellement la semaine prochaine. À Bordeaux, Lille, Nantes, Toulouse, Lyon, Paris et dans toute l’Île de France, les actions de désobéissance civile vont se succéder malgré toutes les interdictions en vigueur.

Les opérations s’annoncent grandioses et parfaitement organisées, comme on peut le voir sur le site d’Extinction Rébellion France. À Bordeaux, il s’agira de « planter des arbres, légumes et fleurs, tracer des pistes cyclables, retirer des publicités, redécorer la ville, mettre hors service des trottinettes électriques, et des SUV ». À Lille, « ça ne va pas supermarcher » et certaines lignes de train risquent d’être perturbées, tandis qu’un mouvement autour des fleuves et des plantations sauvages sèmera ici ou là des graines de rébellion. Mais que va décider le président ?

Considérant le risque sanitaire élevé et le nombre de jeunes susceptibles d’y participer, va-t-il envoyer ses troupes ou, comme l’année dernière, laisser tout ce joli monde envahir Paris ? Les bistrots étant fermés, ces quelques semaines de désobéissance pourraient occuper toute cette jeunesse désœuvrée, pense-t-il peut-être ?

À Nantes, entre un entrepôt d’Amazon, un Mc Do, des centres commerciaux et des sites industriels, XR dénonce la bétonisation des espaces naturels et ça démarre le 15 octobre. Toulouse étend la lutte contre un « gouvernement profondément oppressif, sexiste, LGBTQIA+phobe, à l'encontre de toute éthique, et toujours autant capitaliste et pollueur » et déclare : « Le combat contre la destruction du vivant ne peut être séparé des autres luttes. » On aura aussi une marche poétique à Strasbourg, des méditations pour la paix, des marcheurs à contre-courant et des remises à l’endroit du monde à Paris, et dans toute la France, un happening temporel, la présentation d’alternatives alimentaires, des conférences et des formations.

Considérant le gouffre de la dette et l’impact des mobilisations sur son avenir, le président va-t-il tenter de répondre enfin aux aspirations pour un autre univers ? Avec tous les détails donnés sur le site de XR et quelques agents infiltrés, ça ne devrait pas être trop difficile de réprimer quelques rébellions pour l’exemple, mais à l’approche des congés de la Toussaint, ne vaudrait-il pas mieux calmer les esprits et laisser faire ? Oublier les licenciements, oublier les catastrophes naturelles (ou pas), oublier les interdictions… Et surtout, oublier ce président !

 

Place du Châtelet, Paris, 10 octobre 2019 © XR France Place du Châtelet, Paris, 10 octobre 2019 © XR France

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.