Pas d'accords! La faute aux décideurs de la France Insoumise?

Après avoir lu de nombreux billets de blogs sur le sujet, j'en viens à la conclusion que les décideurs de la France Insoumise sont peut-être trop rigides dans leur démarche en demandant aux candidats issus d'autres partis de signer leur charte s'ils ne veulent pas de candidats LFI "en face d'eux".

 Je suis moi-même un militant LFI et j'ai mis pas mal d'espoir dans ce mouvement. Mais là, ses décideurs, ceux d'en haut me déçoivent quelque peu. C'est d'ailleurs peut-être le manque d'information des raisons des désaccords avec le PCF et EELV et le manque de clarté sur les points de désaccord qui m'énerve plus que ce qu'on décidé les dirigeants de LFI. Ok, ils l'ont annoncé depuis longtemps qu'il faudrait signer leur charte pour être leurs candidats OU pour ne pas avoir de candidats FI en face de soi, mais peut-être que si chacun écoutait les désidératas de l'autre avec plus d'attention et de compassion, nous pourrions arriver à un compromis acceptable pour tous.

Signer la charte implique :

1. de défendre l'intégralité du programme l'avenir en commun

2. de devoir suivre une décision collective du groupe LFI. Dans la charte: « respecter la discipline de vote du groupe lorsqu’une décision collective a été prise conformément au programme l'Avenir en commun »

3. de n'être pas certain pour un candidat que son parti touche les financements publiques qui lui revienne si le candidat est élu

  Pour justifier le point n°1, les dirigeants de LFI disent qu'il est normal que pour être soutenu par LFI un candidat doive défendre leur programme parce que, selon eux, si 7 millions d'électeurs ont voté pour ce programme à la présidentielle, on ne peut pas leur demander de voter pour des candidats qui aurait un programme pas tout à fait le même aux législatives. A mon sens, ce qui est tout à fait erroné dans cet argument c'est que 7 millions d'électeurs ont voté POUR  la totalité de ce programme. Non! Certains ont voté pour la totalité, d'autres pour seulement une partie. Beaucoup ont voté pour Mélenchon car il a été le candidat de gauche qui avait le plus de chance de passer au deuxième tour.

  Il serait donc tout à fait défendable de demander aux électeurs de voter pour un programme un peu différent de "l'avenir en commun" si cela permettait une véritable union des partis de gauches entre eux et avec les candidatures dites "citoyennes" ou "hors partis"! Ce que LFI à finalement accepté de faire pour le PCF qui a soutenu la campagne présidentielle de Mélenchon contrairement à EELV. M. Bompart la dit lors d'une conférence de presse, les candidats PCF qui ont donné leur signature de parrainage à M. Mélenchon n'auront pas de candidat en face d'eux. Beau geste, je trouve.

Le point n°2 semble soulever une incohérence dans la démarche de LFI. Je vous reproduit ici un extrait d'un autre billet* d'un blog de médiapart :

"Le Paragraphe b) de la Charte ne l’est pas davantage ; les raisons en sont différentes ; les député(e)s et sénateurs (-trices) membres du groupe CRC FG à  l’Assemblée et au Sénat , en tout cas celles et ceux dont l’investiture est donnée par le PCF sont INVESTIS par celui-ci mais n’en reçoivent pas d’ordre quel qu’il soit . Une fois élus (es), ils et elles reçoivent leur mandat de leurs électrices et électeurs. C’est à elles et eux qu’ils et elles rendent des comptes. Compte tenu du lien étroit entre d’une part le PCF, ses élu(es) et les concitoyennes et concitoyens qui leur font confiance, la marge existe mais ne conduit en général pas à des écarts insupportables sur les questions essentielles. Le travail parlementaire est distinct de celui d’un parti politique quel qu’il soit. L’une des grandes forces du PCF est d’une part de prendre ses décisions en toute indépendance et d’autre part d’investir des candidates et candidats dans le MEME esprit ; les élus(es) investi(e)s par le PCF ne reçoivent pas d’ordre d’où qu’il vienne ; a fortiori ils et elles ne sauraient en recevoir sur la base d’un programme qui s’imposerait à eux alors même qu’ils n’auraient pas participé à son élaboration."

  Ceci dit, on parle dans la charte de respecter une décision collective des député-e-s ou sénateurs-trices et non de se soumettre à la décision des dirigeants de LFI. Donc cette contre-argumentation n'est pas complètement juste. Elle permet en tout cas de souligné un fonctionnement différent par rapport à ce qui se pratique en tout cas au PCF mais souvent ailleurs également. On peut comprendre que les candidats PCF ou EELV n'aient pas envie de s'engager à voter "pour" une loi parce que au sein du groupe LFI une majorité aurait décider de le faire. On peut comprendre les dirigeants de LFI de vouloir de la cohérence pour chaque vote et de vouloir forcer le débat entre les député-e-s pour arriver à un vote commun le plus consensuel possible.

A la minute 15 de cette vidéo, on a des explications sur ce sujet de la part de M. Mélenchon :

https://www.youtube.com/watch?v=LSKbLDYZxIU&t=1359s

  M. Mélenchon affirme qu'il sait que personne ne peut forcer le vote d'un député. C'est un engagement sur l'honneur et qui pourra avoir des exceptions en cas de "cas de conscience". Il est en fait juste demandé au député de voter en fonction du programme pour lequel il a été élu.

  Enfin, concernant le point n°3, ne sachant pas ce qu'en disent les dirigeants de LFI, je peux comprendre que des candidats PCF ou EELV ne soit pas nécessairement rassurer en lisant dans la charte : "le candidat s'engage à se rattacher à l’association de financement « La France insoumise » lors du dépôt de candidature, ce qui inclut la possibilité d’accords de reversement entre cette association de financement et les candidats ou le groupement politique particulier qu’ils désigneront pour la première comme pour la seconde fraction du financement public" Ce qui est possible n'étant pas certains et si les candidat-e-s en question veulent que leurs partis touchent un financement publique s'ils/elles sont élu-e-s, on peut comprendre que cela puisse faire hésiter certains d'entre eux.

  On peut entendre aussi cette demande : certains candidats (EELV ou candidats citoyens) ne veulent pas signer la charte parce qu'ils ne veulent pas être associé à M. Mélenchon à cause de son caractère ou à cause de la mauvaise image que la plupart des médias ont pris soin de lui donner. Je n'adhère pas à ce choix, mais je peux comprendre. Cependant, s'ils font un accord avec LFI, ça ne changera pas grand chose à l'affaire il me semble et faut-il encore qu'il soit un "meilleur" candidat que celui de LFI.

  J'ajouterai à cette liste une critique que je partage avec un militant de gauche qui aimerait que les leaders de la France Insoumise prennent d'avantage le temps d'écouter l'avis des militants LFI avant de figer leurs décisions et qui a écrit une lettre publiée** ensuite sur son blog dont voici un extrait :

"La France Insoumise se présente en effet comme un mouvement horizontal où chacun peut participer à la démocratie interne, aux choix programmatiques et stratégiques. Le programme l'Avenir en commun propose d'ailleurs une refonte de la manière de faire de la politique.
Or, ce que l'on observe pour les législatives est tout le contraire : des choix pris par un petit nombre de manière verticale, sans consultation globale des Insoumis, où l'avis local semble ne pas compter. Il est significatif que j'ai moi même eu beaucoup de mal à trouver votre mail pour vous contacter et que les discussions entre les forces locales de gauches pour les législatives se soient passées à huit clos, sans consulter, voir informer les habitants. Il y a donc une grande incohérence entre les discours et les actes."

  En conclusion, ce dont les militants de gauche ont besoin je pense, c'est bien que les responsables de la campagnes de législatives LFI prennent d'avantages le temps de discuter avec les militants de gauche qui ne sont pas d'accord avec leurs choix et qu'ils rendent publique toutes leurs discussions et argumentations sur ce sujet! Évidemment, je pense que les leaders de LFI font de leur mieux et qu'ils n'ont, sans doute, tout simplement pas le temps d'organiser toute cette communication dans chacune des circonscriptions. Ceci dit, j'ai tendance à me dire qu'une petite vidéo sur youtube pour expliquer tous leurs choix qui font débat ( Caroline de Haas, etc...) n'est pas une énorme dépense d'énergie, mais je me trompe peut-être.

 

HENRI B.

A la minute 15 de cette vidéo, on a des explications sur ce sujet de la part de Mélenchon :

https://www.youtube.com/watch?v=LSKbLDYZxIU&t=1359s

* https://blogs.mediapart.fr/tchapaiev/blog/210117/la-charte-de-france-insoumise-et-le-pcf

** https://blogs.mediapart.fr/guillemin-rodary/blog/120517/lettre-aux-candidats-insoumis-de-ma-circonscription-0

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.