Pourquoi la colère me consume?

#MeToo a secoué l'industrie mondiale du cinéma à tous les niveaux possibles, on constate désormais depuis le début du mois de septembre une libération de la parole similaire dans l'industrie du rap français. C'est pour rendre hommage à toutes les femmes victimes de ces violences et marquées par leur vécu, que j'écris cet article.

La colère et la haine me sont familières depuis que je constate à quel point notre société est complètement biaisée. Notre société ne s’est jamais montrée autant violente envers les femmes qu’actuellement et les chiffres le prouvent.  Selon une enquête réalisée par le collectif féministe Nous Toutes en mars 2020, sur l’ensemble des 1O9 000 personnes interrogées, 9 femmes sur 10 ont déclaré avoir déjà ressenti une pression d’un partenaire pour avoir un rapport sexuel. Mais ce n’est pas tout puisque 70% des femmes interrogées ont déclaré avoir eu des rapports sexuels alors qu’elles n’en avaient pas envie, sous la pression de leur partenaire. Enfin près d’une femme sur deux affirme avoir déjà subi des propos dévalorisants car elle n’avait pas envie d’avoir des rapports sexuels.  

Les résultats de cette enquête d’ampleur sont donc choquants parce qu’ils démontrent clairement la réalité des rapports hétérosexuels aujourd’hui et leur incidence sur une majorité de femmes.   J’ai alors été au premier plan lorsqu’il a fallu constater à quel point la vie des femmes est manipulée et mise à mal par les hommes, et je serai encore au premier plan pour constater combien ils sont responsables de notre mal être.

 C’est un constat douloureux de voir à quel point nous n’avons pas les mêmes munitions dès le départ de notre vie pour affronter les nombreux obstacles qui devront et finiront par se dresser devant nous.   Une explication tenant à notre sexe biologique et uniquement à celui-ci justifie ainsi l’entièreté de notre existence et de ce fait les obstacles supplémentaires que devront affronter l’ensemble des femmes.

Bien sûr, certains vous diront que ce n’est pas vrai, que la société du XXIème siècle est bien plus ouverte et progressiste que les précédentes et que l’on devrait s’en réjouir au lieu de plutôt continuer à créer égoïstement des conflits. Je ne saisis pas la logique de l’argument : pourquoi devrait-on se réjouir de faire diminuer les inégalités entre les hommes et les femmes alors qu’elles ne devraient même pas exister dès le départ et que notre monde les a créées et maintenues. Je refuse d’estimer que nous sommes parvenus à un état d’équilibre entre les hommes et les femmes, je refuse de me contenter d’un monde où les hommes bénéficient de tant d’avantages à la fois matériellement, financièrement, ou encore moralement. Car tous ces avantages se font au détriment de nous les femmes, ils s’appuient sur une logique de domination genrée inégale et injuste. Je refuse de devoir observer tant de mes proches ou même tant de femmes être profondément marquées et usées par ces inégalités et par l’impunité dont semblent bénéficier tant d’hommes dans notre si progressive société. Je refuse encore de me préparer à grandir et vivre avec cette colère au fond de moi et de mes entrailles pour le reste de mes jours, et d’être forcée à l’accepter.

Car en effet, le fait de vivre en colère constamment du fait de la société profondément inégalitaire sur tant d’aspects notamment celui des inégalités hommes-femmes, est bien plus qu’un simple caillou dans ma chaussure. Etre une femme signifie accepter de subir des préjudices tout au long de sa vie, c’est accepter d’être considérée comme inférieure aux hommes de par des stéréotypes bien ancrés dans cette société patriarcale et de par leur comportement quotidien.

Vous ne savez peut-être pas, mais la colère est un sentiment bien difficile à contrôler malgré notre société si avancée et proposant tant de solutions à tout, sauf à des problématiques essentielles comme les discriminations de tout type, ou encore comme le comportement des hommes cisgenres hétéros envers les femmes dans leur globalité.  La colère est tranchante et épuisante lorsqu’elle ôte tout discernement et tout recul possible pour celui qui en est possédé, la colère est souffrance lorsqu’elle l’emplit d’une haine immense pour tout son entourage et enfin la colère est source de malheur lorsque sa puissance s’abat sur ce même entourage. Et bien entendu que les hommes s’effraient de cette colère qu’ils ne maîtrisent pas, ils s’effraient de voir que les femmes peuvent également cesser d’agir de façon rationnelle et raisonnable comme ils l’aimeraient.  Car cette colère présente auprès des femmes, des victimes, des militantes, des engagées est aussi une forte source d’actions en tout genre, cette colère permet de découvrir de nouveaux chemins d’expressions et de revendications. Ces femmes là utilisent cette colère à un très bon escient et permettent à tout l’ensemble d’en bénéficier et de s’approprier ces nouveaux moyens. Ainsi, grâce à cette colère j’ai pu découvrir à quel point les liens entre nous sont forts et profonds, j’ai eu l’occasion d’être concernée par les moyens mis en place pour retrouver notre puissance dans une société qui veut nous l’ôter, et j’ai enfin eu l’impression de me trouver à ma place.

 Mais moi, à travers mon expérience personnelle, je ne maîtrise pas encore suffisamment cette colère, et cette force au quotidien. Je ne suis qu’au début de mon parcours militant je l’espère, donc il est vrai qu’il m’est parfois insupportable de refreiner cette colère. La colère saccage ainsi énormément de choses dans ma vie personnelle et au sein de mon entourage, et je ne veux pas la laisser tout briser.

 Les femmes sont donc condamnées depuis leur naissance à être familière à cette colère tout comme je l’ai été et doivent trouver leurs manières de la gérer et vivre avec, ce qui peut ne pas être très sain sur le long terme. C’est ce que que la société inégalitaire du XXIème siècle offre comme sentiment aux femmes, et c’est ce que je ressens à chaque témoignage que j’entends ou que je lis. Ces témoignages sont déchirants car ils me rappellent à quel point ils sont fréquents, à quel point les femmes subissent depuis tellement de temps le comportement des hommes, comportement s’il est besoin de le préciser, absolument répugnant. C’est à nous de réussir à transformer les injustices bâties par notre société patriarcale et par ses représentants pour enfin permettre à toutes les femmes de redessiner la société selon leur vision et leurs attentes.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.