zoemalouvet
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 janv. 2021

Lettre ouverte à mon psy-violeur (suite) 3

Comme s’il avait fallu me violer pour que cela ne m’arrive jamais dans ce que tu nommais « la vraie vie ». Mais est-ce que dans une auto-école, il y a un cours qui consiste à se prendre un mur à 70 km/h sans ceinture ? Non. Et pourquoi non ? Parce que ça tue.

zoemalouvet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce qui rend si « complexe » cette histoire et tu n’as cessé de « jouer » là-dessus durant les deux procès, c’est que je n’étais pas une enfant. J’étais une adulte, une étudiante en master de philosophie, une musicienne. Je t'entends encore dire "écoutez, madame le juge, ce n'est qu'un simple flirt entre deux adultes consentant !". Comme si le fait d'être adulte me rendait nécessairement consentante.

Mais surtout, je n’étais pas novice dans le travail thérapeutique, loin de là. Je connaissais les notions de « transfert », de « projection », de « refoulement », je connaissais très bien l’attachement que je pouvais ressentir à l’égard d'un psychologue, puisque tu n’étais pas le premier. Et l’interdit du passage à l’acte était gravé dans mon esprit.

Alors, comment est-ce arrivé ? Tu n’as pas inscrit des principes sur une page vierge, tu as posé des principes de protection que tu prétendais m'avoir appris à respecter pour moi-même, tout en les transgressant au fur et à mesure, comme pour en vérifier la solidité, du moins c’est comme ça que tu le justifiais « après-coup ».

Comme s’il avait fallu me violer pour que cela ne m’arrive plus jamais dans « la vraie vie ». Mais est-ce que dans une auto-école, il y a un cours qui consiste à se prendre un mur à 70 km/h sans ceinture ? Non. Et pourquoi non ? Parce que ça tue. Et donc, je tiens à te le dire aujourd’hui, on ne viole pas une jeune-femme pour lui apprendre à ne pas se faire violer. On ne met pas les mains d’un enfant sur un barbecue pour lui apprendre à ne pas se brûler. On ne frappe pas une femme pour lui apprendre à éviter les coups, on ne détruit pas un enfant pour lui faire comprendre ce qu’est la vie. On ne détruit pas quelqu’un pour qu’il fasse l’expérience de la résilience. On n’aliène pas un esprit pour qu’il se mette à écrire et pouvoir ensuite s’attribuer les mérites de son talent. On ne dit pas à quelqu’un de se protéger tout en lui ordonnant de faire tomber ses protections.

Je sais que dans ton rôle d’accompagnateur psycho-social dans l’association où tu travaillais par ailleurs, les démarches quotidiennes que devaient faire les jeunes dont tu t’occupais étaient pour toi prétexte à analyse. Tu parlais de « quiproquo ». Là où l’adolescent pensait simplement être en train de chercher un appartement, en réalité, il te donnait, à travers son discours et son attitude dans cette recherche, du "matériel psychique" qui ne serait selon toi, pas ressorti d’une séance « classique » dans un bureau et s’il avait su que tu étais psy. Parce que l’adolescence est par nature « transgressive » dis-tu, et donc, ne peut pas « se dire » dans un cadre aussi « stricte » que celui de la thérapie. C’est ce que tu disais et tu n’as cessé de me dire à quel point j’étais encore une adolescente sur le « plan affectif ». Tu te vantais auprès de moi de cette méthode que tu utilisais avec ces jeunes et que soutenait l’association, en me démontrant en quoi le simple discours dans un cabinet, ne permettait pas une réelle « mise en mouvement » de la dynamique relationnelle nécessaire à l’efficacité d’une thérapie. Parce que dans un cabinet de psy, le patient met en place des « résistances ». Il y a plein de filtres qui recouvrent son discours. Et tu me berçais avec cette idée que pour trouver ce qui n’allait pas, il fallait faire apparaître ces aspects « dissimulés », ces « affects refoulés », qu’ils viennent se réactualiser dans la relation thérapeutique.

Mais si le fait de faire ton travail d’analyse dans la vie quotidienne des adolescents que tu accompagnais, te permettait d’accéder à un contenu psychique plus « spontanément », tu as commis l’erreur (je suis gentille en parlant encore "d'erreur") de me faire croire, que ton cabinet pouvait devenir un lieu de manifestation « en acte » du contenu psychique de la patiente que j’étais. Pour cela, il fallait que moi-même je fasse de ce lieu, le lieu de mon inconscient, et que toi tu sois l’objet variable sur lequel je pourrais projeter tous mes affects, positifs, comme négatifs. Sur le papier, sur le moment, théoriquement et naïvement, je trouvais ça intéressant.

Mais, comme tu n’es pas un objet, tu t’es tout simplement incrusté dans ma vie psychique en y posant TON désir, là, bien au milieu de la pièce. Ainsi, tu n’as laissé aucune place à la « mouvance » de ce que tu pouvais représenter pour moi. Pas de place pour faire varier l’objet. Tu avais décrété que tu étais l’objet de mon désir sexuel inconscient et puis c’est tout. A tel point que chaque fois que je manifestais le fait de ne pas te désirer, tu disais que c’était juste que je n’avais pas encore fait tomber assez de résistance pour laisser venir ce désir. J’étais encore « trop adolescente », trop "victime d'inceste".

Sais-tu que même Freud il y a cent ans, avait déjà compris qu’il ne pouvait pas incarner de « rôle », que c’était le patient qui déterminait la place à laquelle il mettait l’analyste, mais qu’à aucun moment ce dernier ne pouvait ni ne devait devancer les projections potentielles de sa patiente ? Ainsi, en parlant de Dora qui a mis fin à sa cure prématurément, il se demandait : “Serais-je parvenu à retenir la jeune fille si j’avais moi-même joué vis-à-vis d’elle un rôle, si j’avais exagéré la valeur qu’avait pour moi sa présence et si je lui avais montré un intérêt plus grand, ce qui, malgré l’atténuation qu’y eût apporté ma qualité de médecin, eût un peu remplacé la tendresse tant désirée par elle ? Je ne sais.” Et il poursuit : “Comme une partie des facteurs qui s’opposent à nous en tant que résistance nous restent, dans tous les cas, inconnus, j’ai toujours évité de jouer des rôles et me suis contenté d’une part psychologique plus modeste. Malgré tout l’intérêt théorique, tout le désir qu’a le médecin d’être secourable, je me dis qu’il y a des limites à toute influence psychique et je respecte de plus la volonté et le point de vue du patient”. Cinq psychanalyses (1935)

« Une partie des facteurs qui s’opposent à nous en tant que résistance nous restent inconnus ! » S’il y a des résistances, c’est qu’elles ont une raison d’être et on ne peut pas les faire tomber sous la violence !

Je suis loin de maîtriser le sujet, mais s’il y a bien une chose que j’ai compris ces dernières années, c’est la façon dont notre psychisme nous protège et ce qu’il est capable de mettre en place pour nous protéger d’une réalité trop violente. D’ailleurs, cette lettre en est encore une manifestation, puisque je m’applique encore à tenter de te faire comprendre des choses que probablement tu savais déjà pertinemment au moment des faits. Peut-être simplement que là où Freud s’est « contenté d’une part psychologique plus modeste », toi, tu n’as pas hésité. Dans le fond c’est ce qui te manque fondamentalement : l’humilité.

Le premier volet de la lettre est à lire ici : https://blogs.mediapart.fr/zoemalouvet/blog/200121/lettre-ouverte-mon-psy-violeur

le second ici : https://blogs.mediapart.fr/zoemalouvet/blog/220121/lettre-ouverte-mon-psy-violeur-suite 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart