Mer.
26
Nov

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Aubry-Hollande, blanc bonnet, bonnet blanc...la prime de la primaire ... un bonnet d'âne

Blanc bonnet :

Alors que Hollande a affirmé son engagement de revenir à l'âge légal [du départ à la retraite], Aubry lâche: «Cela veut dire que tu n’es pas d’accord avec Pascal Terrasse... qui te conseille sur ces questions, et qui vient de nous expliquer qu’il faut passer de 60 à 65 ans»... «Pascal Terrasse, précise David Pujadas, qui est un des proches de François Hollande...» Aubry continue: «Il conseille François Hollande sur ces questions. Il y a une dépêche qui dit, j’ai pas bien compris, qu’il fallait porter l’âge légal de 60 à 65 ans. Je n’imagine pas que tu puisses être d’accord là-dessus...» Hollande: «Peut-être que tu as mal compris». Aubry: «Malheureusement, j’ai bien compris.» Le débat s'arrêtera là, lourd de sous-entendus.

Martine Aubry fait allusion à une dépêche de l'AEF, agence spécialisée, relatant un colloque sur la dépendance, organisé mecredi matin par Silverlife, institut de recherche sur l'économie du vieillissement. La dépêche est titrée: «Les socialistes ne reviendront pas sur les 62 ans.» Elle est basée sur les déclarations de Pascal Terrasse, principal invité de la matinée.

[...]

L'enregistrement de l’intervention du conseiller de Hollande, que nous nous sommes procuré, est très clair. Interrogé par un participant sur le projet de revenir à la retraite à 60 ans, Terrasse fait d'abord rire l’auditoire en lâchant: «Il y a ce que les gens ont compris, ce que dit le PS, et ce qu’on fera. C’est trois choses différentes.» Et sur la question de l'âge légal porté à 62 ans par la réforme de novembre 2010, il affirme ainsi: «Compte tenu de la situation de la Cnav [Caisse nationale d'assurance vieillesse], et de ses déficits, je ne pense pas honnêtement qu’on reviendra sur la borne d’âge», avant d'évoquer un passage à 65 ans.

[...]

Interrogé par Libération, Pascal Terrasse a affirmé : «être tombé dans un piège. Je ne savais pas que des journalistes étaient présents. C'étaient des propos privés. Je n'ai pas parlé en qualité de conseiller de François Hollande, et ce qui a été dit ne correspond pas à ses positions».

 

Tiré de Le conseiller retraites de Hollande ne pense pas revenir sur l'âge légal à 62 ans

 

Bonnet blanc :

On va "très certainement vers" un départ à la retraite à "61 ans ou 62 ans" (Martine Aubry en janvier 2010. Un rétropédalage vigoureux s'en est suivi)

Tiré de Avec ses propos sur les retraites, Aubry s'attire les foudres de l'extrême gauche

 

Le bonnet d'âne pour les électeurs de la primaire socialiste ?

Tous les commentaires

14/10/2011, 08:45 | Par Art Monica

Les deux bonnets ont la même laine, la même maille et la même couleur. D'ailleurs ils sont issus de la même fabrique. Seuls les motifs de leur jacquard sont différents. - Le seul intérêt qu'ils ont sera d'aider à jeter à la déchetterie le bonnet en laine d'ortie qui trône aujourd'hui à l'Elysée.

14/10/2011, 12:23 | Par Antoine (Montpellier) en réponse au commentaire de Art Monica le 14/10/2011 à 08:45

Je pourrai être d'accord avec votre conclusion mais, de mon point de vue, cette option "direction la déchetterie" doit s'acccompagner dialectiquement, si vous me permettez le terme, d'une clarté sur la fermentation qui travaille à gauche.

 

Il faut mettre un terme à l'unilatéralisme politique et purement tacticien qui caractérise les positionnements à gauche et qui, en particulier, fait que les abstentionnistes n'arrivent pas à sortir de leur rejet de LA politique. On peut très bien frapper ensemble sur le même clou à un 2e tour sans se tirer une balle dans le pied au 1er tour. Situation qui d'ailleurs affaiblit l'usage à venir du marteau !

14/10/2011, 08:55 | Par melgrilab@yahoo.fr

Qu'en dit le mouvement social ?

14/10/2011, 11:16 | Par Serge Marquis

A regarder leur rencontre télévisée, votre titre est juste, à ceci près tout de même que l'une ne théorise pas comme l'autre son social-libéralisme.

Il faut bien se raccrocher à un espoir Smileys

14/10/2011, 12:07 | Par Antoine (Montpellier) en réponse au commentaire de Serge Marquis le 14/10/2011 à 11:16

Vous dites : "A regarder leur rencontre télévisée, votre titre est juste, à ceci près tout de même que l'une ne théorise pas comme l'autre son social-libéralisme."

 

Cette non-théorisation, comme vous l'appelez, ne participe-t-elle pas de l'habituel jeu de simulacres politiciens que le PS, sous diverses modalités, utilise pour louvoyer entre sa volonté de capter un maximum de votes de la population et sa volonté de donner des gages de "responsabilité" au capital ? Ce dernier aspect demeurant, au vu du bilan des expériences "socialistes" passées et en cours en Europe, surdéterminant dans l'orientation du PS.

 

Quant à garder l'espoir, peut-être faut-il étayer celui-ci sur le maintien d'une politisation accrue compensant les effets dépolitisants d'une primaire "spectacularisante" au sens le plus fort et réactionnaire du terme. Cette forte politisation, nécessairement critique envers tous les appareils de la gauche (Front de Gauche compris), n'exclut pas, à mes yeux, un comportement des plus pragmatiques, par exemple lors du deuxième tour de la présidentielle à venir, autour de l'impératif de chasser Sarkozy et de combattre le FN.

15/10/2011, 00:00 | Par vieille dame en réponse au commentaire de Serge Marquis le 14/10/2011 à 11:16

bonnet blanc + blanc bonnet = carton rouge !

allons voter au deuxième tour : carton rouge, ou cartons de toutes les couleurs, pour que les bulletins blancs (non décomptés et c'est une honte) se voient bien !

On fera pareil à l'autre deuxième tour, si aucun espoir ne se lève !

14/10/2011, 11:58 | Par Arnoldrothstein

Antoine, Tu as tout à fait raison de pointer les orientations réacs du PS sur les retraites. Mais j’aimerai attirer ton attention sur l’enfumage des groupies de Mélenchon en la matière. Ici, tu as pu me lire, je ferraille (depuis quelques mois) sur le sujet avec eux. Je leur demande de me préciser simplement : quel est le nombre d’années de cotisation revendiquées par Mélenchon pour partir à 60 ans ? Jamais de réponse. Elles (les groupies) me renvoient vers le blog de Mélenchon, vers des interviews de ce dernier. Elles tournent autour du pot. Alors je me suis procuré « L’humain d’abord - Le programme du Front de Gauche et de son candidat commun Jean-Luc Mélenchon ». Et que lit-on dans ce dernier au sujet de la retraite ? Page 7 : 17e ligne : Droit à la retraite à 60 ans à taux plein Page 8, bas de page : Nous rétablirons également le droit à la retraite à 60 ans à taux plein (75 % du salaire de référence) pour toutes et tous avec la prise en compte de la pénibilité de professions particulières donnant droit à des départs anticipés. Aucun salarié ne touchera de retraite inférieure au SMIC. Le financement des retraites sera assuré en particulier par une cotisation nouvelle sur les revenus financiers des entreprises, au même taux que les cotisations employeurs sur les salaires. L’accroissement du taux et de la masse des cotisations patronales sur les salaires sera modulé en fonction suite en haut de la page 8 : des choix de gestion de ces entreprises. Aucun recours à la fiscalisation des retraites ou de la protection sociale ne sera opéré pour leur financement. Rien d’autre sur les 63 pages. Ainsi, je prends un malin plaisir à leur faire remarquer combien le programme populaire partagé de Fdg est « révolutionnaire ». Et je ne manque pas de le dire, s’ils rencontrent les rédacteurs du PPP, de coller ceci dans le paragraphe retraite : - Le droit à la retraite à 60 ans maximum, à 55 ans pour les salariés ayant subi des travaux pénibles et ceux qui sont affectés par la dégradation des conditions de travail ; - La pension doit être la continuité du salaire. Elle doit être à 75 % du salaire brut, calculée sur les six meilleurs mois de salaire ; - La durée maximale pour bénéficier de la retraite doit être de 37,5 annuités de cotisation, en incluant les périodes de pertes d’emplois, d’apprentissage, de formation et d’études à partir de 18 ans. Ceci implique l’abrogation de toutes les mesures depuis 1993 concernant la retraite Sécu et les régimes complémentaires.

14/10/2011, 18:00 | Par Antoine (Montpellier) en réponse au commentaire de Arnoldrothstein le 14/10/2011 à 11:58

Bien d'accord, Arnoldrothstein, l'absence en particulier de la revendication d'un retour aux 37,5 annuités dans le programme pour les présidentielles du Front de Gauche fait partie de ces petites concessions qui annoncent de grosses évolutions : c'est déjà un infléchissement des positions défendues par le PCF et le PG pendant le mouvement des retraites en faveur de ce retour aux 37,5 !

 

Le problème des options politiques qui privilégient les interventions institutionnelles même vernies à la "révolution citoyenne", c'est qu'elles sont rattrapées par les logiques d'adaptation aux dites institutions; et aux partis qui en ont fait leur raison d'être politique : le PS, pour ne pas le nommer, reste présent dans l'horizon stratégique du PCF et, par voie de conséquence, dans celui du FdG et, comme les socialistes, on le voit bien, sont plus qu'à droite sur le sujet des retraites...C'est le FdG qui bouge pour laisser ouverte la porte de ce côté-là. Tout cela commence par ces petits signes mais on sait d'expérience où cela finit. 2002 est dans toutes les mémoires, spécialement chez bien des militants du PCF...

 

Le problème c'est que le Tout sauf Sarko finit par obscurcir les enjeux politiques à gauche et tend à refouler toute tentative de construire une option stratégique qui soit à la fois antisarkozyste et anticapitaliste/antilibérale. L'étapisme a toujours assuré la reproduction du système : aujourd'hui on éjecte Sarko, sous-entendu on vote socialiste, et demain, eh bien demain cela finit par le retour de Sarko, voire d'un Sarko profilé à la Marine. Avec le sempiternel cycle de la déception jusqu'à ce qu'à nouveau se réamorce la pompe de la crédulité politique. Grâce par exemple à un Montebourg new looké en radical dont la version 2011 "beau gars au regard clair" vient d'accoucher d'un soutien (personnel, ben voyons) à Hollande qui sent déjà le rance miterrandien. Ce qui est une manière de renvoyer la danse du ventre de Mélenchon autour de lui au rayon des gigotements politiques prématurément caducs et pitoyables!

14/10/2011, 12:29 | Par Dominique C

Bon, moi j'ai dit ce que j'en pensais: je vote Titine sans illusion, mais j'ai aussi écrit par ailleurs:

"Et, dites-moi... et si tout le monde était déphasé par rapport à ce qui est en train de grandir aux Etats- Unis (et ailleurs)???? Est-ce qu'au fond toutes les "combinazioni politiche" (aussi sincère oit la volonté des candidats du PS de changer les choses), ne sont pas du pipi de chat par rapport à l'indignation croissante des peuples, et la prise de conscience d'une partie active des "99%"?"


D'où, bien sûr, l'insertion de la viédo de HK et les Saltimbanques...

On làche rien HK en manif © Lobovideotomy

Et puis, finalement, Tepjag affirme dans les commentaires de cet article d'édition que "tous les allemands ne parlent pas anglais". Il faut dire que c'est en réponse à diverses autres contributions.... relatives notamment au bourrage de crâne médiatique et social sur "les langues"et sur l'anglais....

Vous voulez mettre votre grain de sel? C'est ici.

15/10/2011, 00:09 | Par vieille dame en réponse au commentaire de Dominique C le 14/10/2011 à 12:29

en votant Titine vous prenez une grave responsabilité : en temps de crise, la fausse "gauche" augmente les scores de l'extrême droite encore plus qu'en des temps plus calmes, mais quand même (voir le résultat du règne MItterand)...car elle va forcément décevoir les pauvres , elle ne "pourra pas faire mieux, en sera désolée, mais vu la crise... elle sera "obligée" d'appliquer une politique de droite... pour être ben n'honnête et rembourser toutes ces horribles dettes dont elle n'est pourtant pas responsable...

Newsletter