Mar.
31
Mar

MEDIAPART

Connexion utilisateur

L'adieu au participatif

Je crois que nous ne pouvons plus mener la même conversation démocratique qu'à nos débuts, où la crème de la crème des abonnés donnait le «la». Je me suis beaucoup investi dans notre modèle participatif. Je pense qu'il est désormais – provisoirement? – perdu pour l'intelligence. La lie imprime aujourd'hui la cadence.

J'ai donc pris une excellente résolution pour 2012: ne plus lire les commentaires, donc ne plus en rédiger. J'ai du reste remarqué, depuis quelques mois, que mes meilleurs interlocuteurs ne s'adressent plus à moi que par le truchement de ma messagerie privée. C'est un signe des temps.

Ne plus avoir à ferrailler avec la bêtise, la méchanceté, l'aveuglement et/ou la mauvaise foi d'une petite poignée agissante me laissera davantage de temps libre. Qui ne se réjouirait de lire Apostille (à paraître au Seuil le 19 janvier) de Gérard Genette, plutôt que l'avis sur la planète entière de quelques cornichons prépotents?!

Meilleurs vœux à tous les autres...
A.P.

6 commentaires sélectionnés par Mediapart

Tous les commentaires

30/12/2011, 22:14 | Par Grain de Sel

Quelle tristesse, Antoine ! Quelle amertume ! Et quel triste constat ! Faut-il vraiment en arriver là ?

 

PS (après coup): je sais que tu en as pris plein la gueule bien des fois... Mais quand même ! En tout cas merci de ta franchise. Et d'avoir essayé et joué le jeu. En espérant que tu changes d'avis l'année prochaine... que je te souhaite la meilleure possible !

19/11/2013, 11:18 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Grain de Sel le 30/12/2011 à 22:14

07/01/2015, 09:16 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Grain de Sel le 30/12/2011 à 22:14

Quelle tristesse, Antoine ! Quelle amertume ! Et quel triste constat ! Faut-il vraiment en arriver là ?

En pleursEn pleursEn pleurs

Quelle tristesse de devoir, encore aujourd'hui, assurer, par exemple, La Dame du Bois-Joli que je le l'abandonnerai jamais dans son combat contre sa maladie, contre sa précarité et contre sa solitude Bouche cousueBouche cousueBouche cousue...

Comment est-il possible que ce combat contre la même maladie, contre la même précarité et contre ta solitude ne t'ai pas ouvert les yeux at wits' endat wits' endat wits' end ...

La Dame du Bois-Joli ressent une douleur qu'elle a décrit comme de l'acide dans sa chimio et maintenant comme un courant d'air glacial dans son "bocal" qui lui sert désormais de résidence après son expulsion des son domicile pour cause de précarité Bouche cousueBouche cousueBouche cousue...

Je suis toujours en relation avec Marie-Caroline Porteu et même depuis solidité granitique, son statut social plutôt enviable tu n'a même pas la moindre des douleurs que tes attaques et la douleurs de ta "claque" lui ont causé Bouche cousueBouche cousueBouche cousue...

Revenir à ce harcèlement, cette fois ci de manière anonyme est totalement indigne, tu le sais et nous le savons tous (entendre : http://www.franceculture.fr/emission-la-chronique-de-philippe-meyer-chronique-de-philippe-meyer-2013-12-10) Bouche cousueBouche cousueBouche cousue.

Pour revenir à notre amie, amie d'Edwy Plenel, amie de Mediapart qu'est Elisabeth Roudinesco "Pourquoi tant de haine ?"  at wits' endat wits' end .at wits' end

Elisabeth a été la première a nous alerter que Mediapart ressemblait de plus en plus à Facebook et que c'était un véritable drame Bouche cousueBouche cousueBouche cousue.

Facebook n'a pas voulu du "déconseiller" car il a estimé que c'était une véritable usine à zizanie CoolCoolCool.

Pourquoi vouloir de cette usine après ce livre : http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Face_cach%C3%A9e_du_Monde at wits' endat wits' endat wits' end ???

Edwy Plenel semble être guidé par des idées suicidaires, il  nous appartient, pour lui et pur nous de l'en écarter ideaideaidea!!!

A bientôt.

Amitié.

30/12/2011, 22:15 | Par Axel J

Vous ne me manquerez pas trop car je m'y préparais.

Meilleurs voeux!

30/12/2011, 22:55 | Par Anne Guérin-Castell

Kostki zostały rzucone ? Umarła klasa ? Nie mogę uwierzyć ! W każdym razie, dziękuję za wszystko…

 

03/01/2012, 12:00 | Par jafr en réponse au commentaire de Anne Guérin-Castell le 30/12/2011 à 22:55

Bonjour Anne Guérin-Castell. D'où ce commentaire en Polonais? Antoine Parraud en parle?

J'ai plus qu'adoré cette pièce il y a quelques 20 années au Théâtre de Paris rue de Clichy.....

03/01/2012, 17:51 | Par Anne Guérin-Castell en réponse au commentaire de jafr le 03/01/2012 à 12:00

Antoine Perraud en parle?

Parle de quoi ? De la pièce de Tadeusz Kantor ? Pas dans ce billet, mais si vous regardez bien son blog…

03/01/2012, 19:19 | Par jafr en réponse au commentaire de Anne Guérin-Castell le 03/01/2012 à 17:51

Je me demandais d'où venait votre intervention en polonais ?

Et si ce n'était parce qu'Antoine Perraud parlait le polonais ?

03/01/2012, 20:11 | Par Anne Guérin-Castell en réponse au commentaire de jafr le 03/01/2012 à 19:19

Tadeusz Kantor était polonais, ce n'est pas une raison suffisante ?

03/01/2012, 20:58 | Par jafr en réponse au commentaire de Anne Guérin-Castell le 03/01/2012 à 20:11

Pas tout à fait quand même...

Car vous ne le savez peut-être pas mais il a eu un empêchement et ne pourra probablement pas lire votre commentaire...

03/01/2012, 21:04 | Par Anne Guérin-Castell en réponse au commentaire de jafr le 03/01/2012 à 20:58

Comme si j'ignorais que Tadeusz Kantor était mort !

05/01/2012, 06:23 | Par jafr en réponse au commentaire de Anne Guérin-Castell le 03/01/2012 à 21:04

Aimable...

05/01/2012, 09:16 | Par Axel J en réponse au commentaire de jafr le 05/01/2012 à 06:23

:-)

05/01/2012, 10:48 | Par jafr en réponse au commentaire de Axel J le 05/01/2012 à 09:16

Eh oui, c'est son coté polonais… Elles sont comme ça, les Polonaises… J'ai été trop violent alors qu'Il fallait y aller mollo…

Vous pensez que c'est fichu?

05/01/2012, 11:38 | Par Anne Guérin-Castell en réponse au commentaire de jafr le 05/01/2012 à 10:48

Tel qu'en lui-même enfin…

05/01/2012, 11:42 | Par Authaire d'Ussy en réponse au commentaire de jafr le 05/01/2012 à 10:48

30/12/2011, 23:13 | Par samuel_

Il faut dire que le sujet sur lequel vous êtes spécialisé, le récit du passé, est raccordé avec les entrailles des gens.

J'ai parfois eu l'impression, en lisant vos articles, qu'un farceur lettré jouait avec mes entrailles, tout en prenant bien soin d'être insaisissable...

N'était-ce pas fait exprès ?

 

30/12/2011, 23:07 | Par Bernard Colin

L'intérêt d'appartenir à l'élite ne tient-il pas entièrement au fait de ne pas avoir à se commettre ?

Appeler cela de l'intelligence s'appuie exactement sur le même dispositif selon lequel la bourgeoisie qualifie ses comportements de naturels.

 

A moins qu'il ne s'agisse de l'autre sens du mot intelligence.

 

La question restant: où est l'ennemi ?

30/12/2011, 23:26 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Bernard Colin le 30/12/2011 à 23:07

L'ennemi est apparemment la "lie". Que l'on nomme dans la "lie", dont le lexique est fort réduit, la "caillera". Hallali!

30/12/2011, 23:50 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Antoine Perraud le 30/12/2011 à 23:36

La lie crie, excédée: Hallali! _ L'élite chuchote, abasourdie: Ah là là! _ Ah là là: Sert à exprimer une lassitude, ou une contrariété fataliste, parfois avec une connotation affectueuse.

31/12/2011, 10:59 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Art Monica le 30/12/2011 à 23:50

pff (moins affectueux)

31/12/2011, 12:49 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Bernard Colin le 31/12/2011 à 10:59

Pff (ire honnie).

31/12/2011, 12:51 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Art Monica le 31/12/2011 à 12:49

ex-acte

31/12/2011, 13:45 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Bernard Colin le 31/12/2011 à 12:51

à 23 H 36

Il est encore là, cui-là !

05/01/2012, 12:24 | Par Authaire d'Ussy en réponse au commentaire de Bernard Colin le 31/12/2011 à 13:45

Bernard Colin fait payer son propre déclassement, honni, au journaliste, de ce fait exécré. Pour tenter de donner ses lettres de noblesse à sa cupidité dans l'ordre du symbolique, Bernard Colin la ripoline d'une rhétorique pseudo conscientisée. B.C.: baudruche crâneuse!

31/12/2011, 03:00 | Par Jaren en réponse au commentaire de Antoine Perraud le 30/12/2011 à 23:36

Et la lie mene le bal sans que personne crie.

@ les accidentés

'lou ravi' vous connaissez ?

05/01/2012, 11:45 | Par Authaire d'Ussy en réponse au commentaire de Jaren le 31/12/2011 à 03:00

Art Monica: la cane-hyène en ce fil (à la patte).

05/01/2012, 11:53 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Authaire d'Ussy le 05/01/2012 à 11:45

Oh! Lie: L'almanach Vermot et les jeux de mots existaient avant Lacan dont je ne suis pas adepte. Hyène toi-même? Tranquile

05/01/2012, 12:07 | Par Authaire d'Ussy en réponse au commentaire de Art Monica le 05/01/2012 à 11:53

Tant va la cruche à la tuerie, qu'à la fin elle passe au tu plutôt que de se taire...

05/01/2012, 12:17 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Authaire d'Ussy le 05/01/2012 à 12:07

Une nouvelle abonnée vient me demander de me taire.

Une crème des crèmes, Chargée de mission? Tranquile

05/01/2012, 12:26 | Par Authaire d'Ussy en réponse au commentaire de Art Monica le 05/01/2012 à 12:17

Magnifique d'en arriver à écrire pour ne plus être comprise – et encore ! – que de soi-même...

05/01/2012, 12:32 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Authaire d'Ussy le 05/01/2012 à 12:26

Hypothèse confirmée.

Vous remplissez cette mission karchérisante bénévolement?

05/01/2012, 12:39 | Par Authaire d'Ussy en réponse au commentaire de Art Monica le 05/01/2012 à 12:32

On peut vous trouver affreusement ridicule et vous le signifier le plus bénévolement (sinon «bénévolentement») du monde: parviendrez-vous à le concevoir?

05/01/2012, 14:01 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Authaire d'Ussy le 05/01/2012 à 12:39

"On" voudrait me "signifier" que je suis "affreusement ridicule"?

 

Cessez ce petit jeu. Il est cousu de gros fil.

Cela dit, si ça amuse "On"...

02/01/2012, 22:14 | Par Marc Daniel LEVY en réponse au commentaire de Antoine Perraud le 30/12/2011 à 23:36

La lie te rature.

Furieux

03/01/2012, 15:55 | Par Jaren en réponse au commentaire de Marc Daniel LEVY le 02/01/2012 à 22:14

Marc

Daniel

LEVY ... vous raturez ???

Vous vous mettez dans des engàmbis pas possibles.

Je vous souhaite une année meilleure que la précédente et je remercie le Net de nous faire toucher du doigt.

04/01/2012, 22:23 | Par Marc Daniel LEVY en réponse au commentaire de Art Monica le 30/12/2011 à 23:26

Non, Art Monica,

 

On sait bien, depuis Hannah Arendt, en particulier, que " la lie " n'est pas du tout équivalente à ce que certains aujourd'hui nomment "la caillera":

Comme elle l'indique avec pénétration tout au long du chapitre 1, surtout, "Une société sans classes", de la 3ème partie (la plus connue) des "Origines du totalitarisme" : " Le système totalitaire ", l'élite, plus souvent qu'à son tour, en particulier les intellectuels, a fait , fait, le lit des mouvements puis des régimes "totalitaires "( cf. §2, page 50 de l'édition "Points, Essais": "L'alliance provisoire entre la populace et l'élite" ) :

"Et ,bien avant qu'un intellectuel nazi n'ait annoncé ' Quand j'entends le mot culture, je tire mon revolver ', les poètes avaient proclamé leur dégoût pour cette saleté de culture et poétiquement invité Barbares, Scythes, Nègres, Indiens, ô vous tous, à la piétiner "...

30/12/2011, 23:09 | Par françois périgny

Comme je vous comprends. Mais n'est-ce pas aussi un peu la faute de Mediapart qui, comment dire ?... s'est mis à ratisser un peu large. La" presse à scandales" a toujours attiré une certaine sorte de... Comment dites-vous? "Cornichons patentés". Oui, c'est cela : on ne sait plus comment le dire.

31/12/2011, 00:07 | Par ISHTAR. en réponse au commentaire de françois périgny le 30/12/2011 à 23:09

 

*** J'ai pris soin depuis le début d'éviter et ses billets et ses commentaires, agacée par sa suffisance, son mépris et son outrecuidance... Ses flagellations verbales jouissives infligées à tour de lignes vont drôlement lui manquer..

Bon vent Antoine Perraud.

.

04/01/2012, 01:09 | Par Marc Daniel LEVY en réponse au commentaire de ISHTAR. le 31/12/2011 à 00:07

Quand on lit vos interventions ( en particulier, la dernière..) sur l'article de veille écrit par A. Perraud le 30/ 12 :

" Consternante mission de la Ligue arabe en Syrie "

 

... on peut comprendre qu'il dise à un moment ( c'est justement dans le fil de cet article qu'il poste à l'origine le commentaire dont il fait un billet ici ) :

 

la lie, Bye !

 

 

04/01/2012, 01:22 | Par Marc Daniel LEVY en réponse au commentaire de Marc Daniel LEVY le 04/01/2012 à 01:09

Pour faire bonne mesure, j'ajoute le charmant commentaire dont j'ai été gratifié par cette dame ( ?) et ma réponse, dans le même fil:

 

30/12/2011, 22:43PAR CAPUCINE M

*** Marc Lévy, sayan, çà paie bien?

31/12/2011, 00:45PAR MARC DANIEL LEVY

Pour les lecteurs de Médiapart qui seraient allés jusqu'à ce commentaire, je pense utile de préciser qu'un "sayan" (terme hébreu) est "un agent dormant" (cf. Wikipédia) du "Mossad"," juif" non israelien, semble-t-il...

C'est la St Sylvestre, les canailles revêtent leurs habits de soirée .

31/12/2011, 11:01 | Par Marie Lavin en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 31/12/2011 à 00:18

J'aurais tendance à être du même avis que madame Porteu.

31/12/2011, 20:12 | Par denis coquereau en réponse au commentaire de Marie Lavin le 31/12/2011 à 11:01

@marie lavin

Yo tambien

01/01/2012, 00:20 | Par bogaz en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 31/12/2011 à 00:18

Tout à fait d'accord aussi.

31/12/2011, 00:19 | Par christian paultre

Cher Antoine

Le participatif ne peut être élitiste dans les commentaires où le meilleur côtoie le pire.

Je pensais que vous l'aviez compris, qu'il ne fallait pas nourrir le troll.

Les lecteurs de MDP qui appréciaient l'originalité la pertinence de vos papiers et de leurs commentaires positifs sont tout à fait navrés de cette mauvaise nouvelle.

MDP reste une drogue dure pour les égos même les plus solides.

Passez de bonnes fêtes quand même.

31/12/2011, 19:01 | Par Kaze Tachinu

Ces voeux de silence, c'est incroyablement agressif pour les abonnés...

04/01/2012, 16:13 | Par Kaze Tachinu

Le décompte revenu au bas des commentaires m'oblige ...

à rouvrir ce tiroir.

     

    31/12/2011, 01:09 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

    lalie.JPG

    31/12/2011, 04:13 | Par mite54

    Lalie ! je t'ai reconnue ...livre d'apprentissage et je me suis régalée ..

    Monsieur Antoine Perraud, vous me faites penser à ces professeurs qui ne s'occupent plus que des élèves "CAMIF" et les cancres au fond de la classe, vous fatiguent...je comprend et vous êtes comme beaucoup d'enseignants à cette heure. Ils répètent toujours la même chose en croyant qu'ils n'ont rien à dire : c'est faux ! c'est un art que l'enseignement !

    au revoir Monsieur Perraud.. vous savez quand même que l'année 2012 va être très difficile pour nous tous - peut être n'avez-vous plus le moral - quelqu'un vous a lâché ? personnellement je ne vous blâme pas et je vous laisse un petit congé mais pas trop long !

    Merci à tous d'exister - je peux vous dire que je me sens moins seule avec vous en étant au bout du monde et où le seul mot de "Médiapart" est quasiment un gros mot ! je ne suis pas très pédagogue car dans mon entourage c'est la même chose que dans ma famille !

    bonne année à toutes et tous et merci à tous ceux et celles qui me font grandir dans ma réflexion personnelle et m'aide à comprendre ce siècle si compliqué !

    31/12/2011, 10:09 | Par Philips Michel en réponse au commentaire de profil_inactif_145012 le 31/12/2011 à 08:46

    25+-+Ite+Missa+Est.jpeg

    Ite, missa est. Rire !

    31/12/2011, 11:14 | Par Agnès GOUINGUENET en réponse au commentaire de Philips Michel le 31/12/2011 à 10:09

    @MICHEL PHILIPS.

    -

    Yes, indeed !

    -

    Il paraît que Monsieur Alain Juppé a rencontré son épouse Isabelle dans les couloirs du journal La Croix ...

    -

    Il me semble que Monsieur Antoine Perraud ...

    -

    Sourire

    02/01/2012, 21:06 | Par laranni en réponse au commentaire de profil_inactif_145012 le 31/12/2011 à 08:46

    Il faut,également,préciser que ce billet n'est que la reprise partielle d'un commentaire d'Antoine Perraud,rédacteur d'une brève"Consternante mission de la LA en Syrie"(30/12),brève qui a suscité de nombreux commentaires assez incisifs,bien documentés,ce qui semble avoir beaucoup perturbé l'auteur de la brève.Si j'évoque une reprise partielle,c'est qu'il y manque le début que voici :"En rédigeant cette brève,j'ai procédé à une petite expérience de laboratoire(ce qui ne consiste pas à traiter de rats les râleurs pavloviens habituels)",la suite vous la connaissez...J'avoue que ce début de commentaire m'a laissé songeuse..

    06/01/2012, 13:54 | Par POJ en réponse au commentaire de laranni le 02/01/2012 à 21:06

    Je partage votre déception.

    .

    "

    30/12/2011, 21:44 by Antoine Perraud

    En rédigeant cette brève, j'ai procédé à une petite expérience de laboratoire (ce qui ne consiste pas forcément à traiter de rats les râleurs pavloviens habituels).

     

    Je crois que nous ne pouvons plus mener la même conversation démocratique qu'à nos débuts, où la crème de la crème des abonnés donnait le «la». Je me suis beaucoup investi dans notre modèle participatif. Je pense qu'il est désormais – provisoirement? – perdu pour l'intelligence. La lie imprime aujourd'hui la cadence."

    http://www.mediapart.fr/journal/international/301211/consternante-mission-de-la-ligue-arabe-en-syrie?onglet=commentaires#comment-1511386

    06/01/2012, 15:24 | Par bendidonc en réponse au commentaire de POJ le 06/01/2012 à 13:54

    ***

    06/01/2012, 15:50 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de POJ le 06/01/2012 à 13:54

    ***

    31/12/2011, 08:58 | Par speculum speculorum

     

    "Le bon goût en littérature est, à quelques égards, comme l'ordre sous le despotisme, il importe d'examiner à quel prix on l'achète".

    Madame de Staël, De l'Allemagne

    31/12/2011, 09:19 | Par speculum speculorum

    J'ajoute que, comme dans tout musée des beaux-arts, les perles, merveilles et autres chefs-d'oeuvres sont avantageusement mis en valeur par leur proximité avec les croûtes et autres barbouillages ; cette proximité est même excellemment formatrice pour le goût.

    (Et certes, cela se constate mieux dans les musées de "province" de France, d'Allemagne ou d'Italie, qu'à la National Gallery, au Kunst ou au Louvre...)

    31/12/2011, 09:28 | Par hector carignan

    Que l'esprit et le style puissent être "participatifs" est une illusion qu'il n'est pas charitable d'entretenir...

    31/12/2011, 09:29 | Par melgrilab@yahoo.fr

    Loi de Gresham: la mauvaise monnaie chasse la bonne.

    31/12/2011, 10:48 | Par Agnès GOUINGUENET en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 31/12/2011 à 09:29

    @MELCHIOR.

    -

    Ne connaissant pas les grands auteurs, je suis surprise d'apprendre qu'il existe des bonne et mauvaise monnaies.

    -

    N'y aurait-il point un incroyable mépris élitiste de l'auto-proclamée bonne monnaie vis à vis de la déclarée mauvaise monnaie (par la bonne, cela va sans dire) ?

    -

    Les Rois Mages n'avaient-ils point d'autres cadeaux à offrir que des biens matériels terrestres ? D'autant que de la myrrhe sur des plaies de crucifié, ce n'est pas terrible sur le plan de l'efficacité ...

    -

    Moi qui croyais naïvement que la gratuité n'avait pas de prix ...

    -

    Sourire

    31/12/2011, 11:11 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de Agnès GOUINGUENET le 31/12/2011 à 10:48

    Je n'ai fait qu'énoncer un principe bien établi. Quel usage on peut en faire dans le cas qui nous occupe, c'est une autre affaire, dont je ne compte pas me mêler.

     

     

    La gratuité n'a pas de prix, mais elle a un coût, parfois un peu élevé.

     

     

    Bonne et heureuse année !

    31/12/2011, 11:19 | Par Agnès GOUINGUENET en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 31/12/2011 à 11:11

    @MELCHIOR.

    -

    Ponce Pilate ? Mais encore ...

    -

    La gratuité est hors de prix, et n'a point besoin de monnaie ...

    -

    Bon cru 2012.

    -

    Sourire

    31/12/2011, 11:49 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de Agnès GOUINGUENET le 31/12/2011 à 11:19

    Pomponce avait des pouvoirs, moi pas.

     

    La grâce est hors de prix. La Grâce plus encore. Pour la gratuité, je maintiens qu'elle a un coût.

     

    Bonne année, bonne santé, et toutes ces sortes de choses.

    31/12/2011, 12:11 | Par Agnès GOUINGUENET en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 31/12/2011 à 11:49

    @MELCHIOR.

    -

    C'est qui Pomponce ?

    -

    Restons sur terre et n'évoquons pas la moindre Grâce machin.

    -

    La gratuité coûte le prix de l'indépendance.

    -

    Vous chiffrez à combien ?

    -

    Et en quelle sorte de monnaie ? La bonne ou la mauvaise ?

    -

    Sourire

    31/12/2011, 15:11 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de Agnès GOUINGUENET le 31/12/2011 à 12:11

    Pomponce ? Ponce-Pilate, bien sûr. Il faudra sans doute que je me défasse de cette manie proustienne de donner ce genre de surnoms aux gens. C’est comme votre protégé, là, jpylpylg; ne devrais-je pas prendre la ferme résolution de ne plus l’appeler « Pince-Poulettes » ? J’essaierai.

    L’abondance des biens du Saint Esprit est gratuite; il n’empêche que l’impétrant(e) a l’obligation de faire fructifier les talents reçus s’il veut recevoir son jeton d’entrée au Paradis (d’après l’abbé Lélaine, desservant de Saint Isidore ma paroisse).

    L’école laïque et obligatoire est gratuite; il n’empêche qu’elle a un coût. Que ce coût soit celui d’un investissement joyeusement consenti n’y change rien: il faut y allouer des ressources. Où les prendre ? Fokon yaka prendre le pognon lahuskilé, certes, mais encore ?

    31/12/2011, 17:53 | Par Agnès GOUINGUENET en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 31/12/2011 à 15:11

    @MELCHIOR.

    -

    A force de jeux de mots et de pirouettes, vous donnez la fâcheuse impression de fuir et surtout ne point entrer dans "le vif du sujet".

    -

    Pas le genre de JPYLG, qui ne doit pas faire que pincer les poulettes.

    -

    Chacun-e fait ce qu'il-elle peut en réalité (puisque je ne vous connais pas, je ne vous donne aucun genre précis, avec ou sans contrefaçon).

    -

    L'école laïque est payée par les impôts des français-e-s, ce qui est fort bien; vous appelez cela de la gratuité ?

    -

    Sourire

    31/12/2011, 17:54 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de Agnès GOUINGUENET le 31/12/2011 à 17:53

    .

    JPYLG, qui ne doit pas faire que pincer les poulettes.

    .

    C'est vrai qu'il peut m'arriver, parfois, de caresser le fantasme de les convertir. Entre autres.

    .

    Humain, trop humain.

    .

    jpylg

    31/12/2011, 18:03 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de Agnès GOUINGUENET le 31/12/2011 à 17:53

    C'est quoi le vif du sujet" ? Il n'est pas dans mes intentions de fuir une question nettement formulée. Je réponds si je peux, sinon je dis pourquoi je ne peux pas.

     

     

     

    Je crois que les Américains ont une formule, qui remonte sans doute à Benjamin Franklin: "Il n'y a pas de repas gratuit."(Ils feraient bien, d'ailleurs, de méditer cela en matière d'écologie).

     

     

     

    Sur le genre de votre estimé chouchou, je n'ai pas de lumières particulières. Du moment que vous vous instituez sa nounou, je ne m'inquiète plus pour lui. Donnez-lui bien ses gouttes de l'élixir de Moisei Ostrogorsky.

     

     

     

    Vous avez bien raison de ne pas m'assigner de genre précis, j'aime avoir les coudées franches.

     

     

     

    Joyeux premier trimestre. ( Ce sera toujours ça de pris. Pour la suite, on verra. Comme disait grand-mère Melchior: "jouissez de l'heure qui passe... C'est peut-être la dernière").

    31/12/2011, 18:06 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 31/12/2011 à 18:03

    .

    Je crois que la destinataire du message de 18h03 va commencer à comprendre.

    .

    jpylg

    31/12/2011, 18:27 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 31/12/2011 à 18:06

    Joyeuse année à vous, brave ostrogorskien !

    31/12/2011, 18:33 | Par Agnès GOUINGUENET en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 31/12/2011 à 18:06

    @JPYLG.

    -

    Pardon, mais il n'y a que cela : Clin d'oeil

    -

    Pokigoù.

    -

    Sourire

     

    31/12/2011, 18:37 | Par Agnès GOUINGUENET en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 31/12/2011 à 18:03

    @MELCHIOR.

    -

    "Pouvou qué ça dourre", Carpe diem, "ce qui est pris n'est plus à gagner" ...

    -

    Joyeuses Pâques, cher Melchior, car on renaît toujours de ses cendres d'encens, allez !

    -

    Sourire

    31/12/2011, 18:55 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de Agnès GOUINGUENET le 31/12/2011 à 18:37

    En tout état de cause, je vous souhaite une aimable Trinité...

    31/12/2011, 09:43 | Par speculum speculorum

    Encore une chose: veillez à ne pas vous comporter comme la bourgeoisie napolitaine décrite par Francesco Rosi et Raffaele la Capria dans "Main basse sur la ville", qui dissimule et réserve ses trésors et sa culture dans ses intérieurs, laissant l'espace public accaparé par qui l'on sait.

    La nature a horreur du vide...

    31/12/2011, 14:33 | Par elisa13 en réponse au commentaire de La Louve ἄλφα le 31/12/2011 à 10:56

    Bien dit Nihile. Pourtant il me semblait humain Antoine par moments. Dommage, mais je reste aussi dans la lie. Trop réfléchir fatigue quelquefois... Et alors les tartines miel et nutella n'en parlons pas !!

    Bonne fin d'année Antoine. Je vous ai lu souvent, sans participer. Pas à mon niveau tout ça...

    31/12/2011, 21:58 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de elisa13 le 31/12/2011 à 14:33

    Elisa, j'ai trouvé les articles de Perraud intéressants et bien écrits. Il y avait certainement de quoi faire un fil de commentaires à la hauteur de ce qu'il attendait.

    Mais je ne crois pas qu'il sache "animer" un fil. Il montre un peu trop sa suffisance dans ces réponses qui ne sont pas toujours et loin de là appropriées. Et de ce fait, les commentateurs ont envie de le pousser à bout.

    Ses thèmes ne m'ont jamais passionnée et je n'ai pas eu envie d'y participer (sauf pour Pétain où il manquait à mon sens un décor de fond d'époque pour être tout à fait juste).

    Pour le reste, je ne sais pas.

    Par contre le billet qu'il signe ce jour est indigne de lui (et de nous).

    01/01/2012, 09:50 | Par Grain de Sel en réponse au commentaire de elisa13 le 31/12/2011 à 14:33

    "Pourtant il me semblait humain Antoine par moments..."

    A creuser, Elisa !

    01/01/2012, 10:24 | Par elisa13 en réponse au commentaire de Grain de Sel le 01/01/2012 à 09:50

    Creuse, GdS et n'oublie pas le nutella

    01/01/2012, 11:12 | Par Grain de Sel en réponse au commentaire de elisa13 le 01/01/2012 à 10:24

    Oui, Elisa ! Mais je n'aime pas trop le Nutella. Trop sucré pour moi. Dommage que "trop réfléchir fatigue quelquefois..."

    31/12/2011, 11:12 | Par Marielle Billy

    Antoine Perraud, votre décision me fait réfléchir (une fois de plus) à ce thème du "participatif" : ceci part de l'idée généreuse que toute parole se vaut et doit avoir la même place.

    Ceci se heurte à la réalité du contexte : le net privilégie la parole dite spontanée, qui passe pour authentique, non polluée d'enjeux. Je n'y crois pas.

    Du coup, que faire ? pour moi, me taire plus d'une fois.

    Enfin, une autre question : quel rôle donne-t-on au style ? quelles rivalités imaginaires un style enlevé excite-t-il ?

    Trouver le mot qui fait mouche, suscite souvent le rêve d'en faire autant.

    Alors ? réféchir encore et encore sur les illusions possibles de la net-démocratie ...

    31/12/2011, 11:53 | Par Kaze Tachinu en réponse au commentaire de Marielle Billy le 31/12/2011 à 11:12

    Silencio

    mieux vaut la net-démocratie et le participatif que le bâillon de l'autocratie comme en Hongrie (quand ça n'est pas la dictature).

    Là-bas ce ne sont pas seulement d'improbables intervenants (nous)

    plus ou moins (dis)qualifiés mais les journalistes eux-mêmes qui

    doivent se taire; d'ailleurs ils résistent:

    http://videos.arte.tv/fr/videos/hongrie_halte_a_la_censure_-6285190.html

    MDP, j'imagine, tient en équilibre financier grâce à la net-participation; vouloir s'en abstraire, c'est à plus ou moins long terme condamner ce modèle au silence.

    31/12/2011, 12:06 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de Kaze Tachinu le 31/12/2011 à 11:53

    leventseleve2012

    Excellent.

    Ici c'est un laboratoire. Faisons le évoluer.

    Ne revenons pas au journalisme "élitiste". La lie journalistique est devant nos yeux au quotidien. Et il nous faut la supporter.

    31/12/2011, 13:27 | Par point barre

    C'est l'histoire de l'arroseur arrosé. J'ai souvenir d'une récente réplique d' Antoine Perraud à Adeline Chelon Ramlat aussi blessante qu'arrogante : http://blogs.mediapart.fr/edition/revolutions-dans-le-monde-arabe/article/151211/la-triste-rencontre-entre-mediapart-une-

    Fin d'une illusion : le participatif sur Médiapart comme sur tout support /réseau virtuel, thème récurrent et certainement gros consommateurs de téraoctets sur le serveur.

    Une démission, une décision qui honore Antoine Perraud.

    Bon vent.

     

     

    31/12/2011, 12:25 | Par La Louve ἄλφα

    réactions et commentaires par messagerie privée :

    que faut-il donc cacher ? ésotérisme ? palabres, parlottes sur les cornichons prépotents (un cornichon, soit un individu niais et stupide, peut-il être prépotent) ?

    31/12/2011, 13:50 | Par Axel J en réponse au commentaire de La Louve ἄλφα le 31/12/2011 à 12:25

    C'est plutôt pour se cacher de tous les gros lourdeaux qui se croient si malins et si "culturels" et qui viendraient systématiquement ajouter leur gros tas de mots derrière chaque commentaire fin et sensible.

    Je dis ça, moi qui ne fais pas partie de ces habitués des MPs, parce que par contre je sais ce que c'est que d'être timide et surtout intimidé par la masse des grandes gueules caquetantes ambiantes.

    31/12/2011, 13:43 | Par dianne

    "Ne plus avoir à ferrailler avec la bêtise, la méchanceté, l'aveuglement et/ou la mauvaise foi"

    Monsieur Perraud, c'est dommage. Parce que de toute façon, qui tente de communiquer avec ses semblables s'expose forcément à tout cela.

    Pour le côté participatif, quoi qu'il en soit, dès le départ les frontières ont été tracées : les doses d'interventions des journalistes dans le club ayant été homéopathiques, sauf de la part de Géraldine Delacroix qui en a pris plein la tronche, on savait fort bien sur quel terrain se déroulaient les vrais échanges du point de vue de la rédaction.

    Ce n'est pas un reproche. C'est un constat. Mais ce n'est pas le fruit d'une évolution insidieuse.

    Et finalement cela fonctionne. Tant bien que mal et plutôt moins mal qu'ailleurs. La qualité du boulot des uns et des autres est indiscutable sur la partie journal.

    Et le club est ce qu'en font les abonnés. Il manquera toujours, pour éviter non les controverses fécondes mais les interventions malfaisantes, la possibilité pour les blogueurs de shunter certains posts des fouteurs de bintz.

    Mais on ne va pas refaire le débat. Il est aussi vieux que le support... et que les plaidoyers hypocrites pour la liberté d'expression.

    En attendant, Bonne année à vous, à vos collègues et aux contributeurs bénévoles.

    31/12/2011, 13:58 | Par jean_paul_yves_le_goff

    .

    Je ne serais pas autrement étonné qu'il ne s'agisse, en réalité, que de premiers adieux, car notre pédant prétententieux ne se voit pas seulement comme participatif, mais également pédagogue.

    .

    Ses adieux n'ont peut-être pas d'autre but que de nous faire prendre conscience de ce que nous perdrions si jamais il partait.

    .

    jpylg

    31/12/2011, 14:05 | Par Axel J en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 31/12/2011 à 13:58

    Les esprits authentiquement forts sont toujours pourvus d'une faiblesse touchante.

    Antoine Perraud et vous en êtes deux exemples cher Jean-Paul, à vos yeux totalement incompatibles, à mes yeux pourtant, totalement complémentaires.

    31/12/2011, 14:20 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de Axel J le 31/12/2011 à 14:05

    .

    Je ne suis absolument pas contre le fait qu'Antoine Perraud ait des convictions fortes et que pour les défendre, il soit tenté par l'envie de secouer vivement certains somnolents.

    .

    Ce que je pense, en revanche, c'est que son statut de journaliste salarié de Médiapart aurait dû lui interdire certains libertés qu'il s'est accordées.

    .

    Rien ne lui était plus facile que de prendre un pseudo pour envoyer chier qui il voulait, si tel était le traitement qui lui semblait approprié.

    .

    Bonne fin d'année, Axel J ...

    .

    jpylg

    31/12/2011, 14:22 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 31/12/2011 à 14:20

    .

    Complément à 14h20.

    .

    J'ajouterais, cher Axel, que si le pédant prétentieux s'était permis à votre égard, la licence qu'il s'octroyait vis-à-vis de moi et de tant d'autres, vous verriez la chose autrement.

    .

    jpylg

    31/12/2011, 14:41 | Par Axel J en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 31/12/2011 à 14:22

    Je ne me permettrais pas d'avancer des jugements aussi personnels, si je n'avais pas l'expérience vécue de m'être fait moi-même "allumer" par un esprit authentiquement fort, et de m'en être senti authentiquement mortifié.

    J'avais choisi de dépasser la vexation passagère pour comprendre que l'erreur était de mon côté, et pour comprendre ce que j'avais à y gagner.

    C'est depuis cette position que je parle, et non depuis une vulgaire petite position de groupie.

    31/12/2011, 16:22 | Par André Rousseau en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 31/12/2011 à 14:20

    "Prendre un pseudo pour envoyer chier.."

    Absolument pas d'acord avec cette proposition...Et partageant le diagnostic,

    j'en tirerai la conclusion adaptée lors d'un réabonnement qui n'aura pas lieu,

    car sans le débat où est l'originalité de Médiapart ?

    01/01/2012, 11:14 | Par gvh en réponse au commentaire de André Rousseau le 31/12/2011 à 16:22

    .

    31/12/2011, 14:14 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Virgil Brill le 31/12/2011 à 14:08

    Oui, mais ne pouvant produire lui-même, les supports de cette admiration, il préfère passer les plats des "admirables" et être gratifié par contamination, de cette fréquentation.

     

    La définition même du snob, qualité indispensable du laquais.

    31/12/2011, 14:27 | Par Axel J en réponse au commentaire de Bernard Colin le 31/12/2011 à 14:14

    Vous continuez bêtement à accumuler les preuves de ce que vous ne comprenez jamais rien.

    Ce que vous citez avec votre mauvaise foi naturelle et ordinaire, ce n'est PAS un suivi d'Antoine Perraud sur un de ses propres fils.

    Ce que vous citez, c'est une réaction personnelle qu'il a pris la peine d'écrire à la suite d'un article écrit par quelqu'un d'autre.

     

    Bref, Perraud participe authentiquement, et vous, tous ce que vous y trouvez, c'est que puisqu'il serait "une célébrité", il lui faudrait juste remercier obséquieusement sur un fil de discussion, à la manière d'un Edwy Plenel uniquement préoccupé de ne pas froisser ses actionnaires...

    31/12/2011, 14:44 | Par Bernard Colin en réponse au commentaire de Axel J le 31/12/2011 à 14:27

    Jamais de ma vie, ne m'aurait effleurée l'idée saugrenue de reprocher au P.A.P. de tancer vertement ses interlocuteurs.

    Je ne lui reproche rien. Je me moque de son attitude soi-disant supérieure de chienchien vexé.

    31/12/2011, 15:19 | Par point barre en réponse au commentaire de Axel J le 31/12/2011 à 14:27

    à Axel J

    J'avais fait part de mon indignation à A Perraud sur le fil du billet en question suite à son commentaire au ton blessant et méprisant à l'égard de l'auteure ("amateure" signalée en bleu") du dit billet.

    Et si j'ai "pris la peine de le faire" ce n'est pas parce que je lui déniais le droit de critiquer vertement, mais bien précisément parce qu'il ne tenait pas compte par le choix des motsde la place d'où il s'exprimait (professionnel salarié de Médiapart, "A. Perraud" signalé en jaune). On ne peut pas vivre aux dépends du client et lui cracher à la figure si elle ne revient pas. C'est de l'arrogance.

    31/12/2011, 19:44 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de Bernard Colin le 31/12/2011 à 14:14

    Bernard Colin

     

    La définition même du snob, qualité indispensable du laquais.

    Tu y vas fort.

    Ma foi, je ne prône pas la mollesse.

     

    31/12/2011, 19:46 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de Virgil Brill le 31/12/2011 à 19:44

    .

    Tu y vas fort.

    .

    Effectivement. Bientôt, le pédant prétentieux va se retrouver dans les habits (qui, certainement, lui plairont) du martyr de la liberté d'expression.

    .

    Et moi, cher Virgil, suis-je assez tendre ou pas assez mou ?

    .

    jpylg

    31/12/2011, 19:58 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 31/12/2011 à 19:46

    jpylg

     

    Et moi, cher Virgil, suis-je assez tendre ou pas assez mou ?

    A point. Nommé ou non…

    31/12/2011, 20:29 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de Virgil Brill le 31/12/2011 à 19:58

    Idéalement, le cerveau doit être très mou, c'est pour cela que Dame Nature a jugé bon de l'enclore dans un "os cognitif" très dur. Il arrive que chez certains le cerveau soit racorni; qu'y faire ?

    31/12/2011, 23:06 | Par françois périgny en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 31/12/2011 à 20:29

    "il arrive que chez certains le cerveau soit racorni ; qu'y faire ?"

    Le taire. Par ou pour exemple.

    31/12/2011, 14:41 | Par speculum speculorum en réponse au commentaire de Virgil Brill le 31/12/2011 à 14:08

    Il me semble qu' Antoine Perraud n'accable personne de son mépris : comme tout bon pédagogue, il ne cherche pas à être aimé de ses "élèves" a priori, et le spectacle de la bêtise semble parfois l'accabler comme le ferait une responsabilité personnelle.

    Du moins peut-on s'amuser de l'élégance retorse avec laquelle il dissimule sa bienveillance sous la rosserie.

    Du moins peut-on aussi s'amuser de son plaisant provincialisme germanopratin, mais comme je ne m'appelle pas Yvan Najiels, je ne reprocherai à personne de chérir ses origines...

    19/11/2013, 19:01 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Virgil Brill le 31/12/2011 à 14:08

    Et deux ans après, il continue...

    31/12/2011, 14:30 | Par Le Père Vert Pépère

    C'est dur d'être lu par des cons.

    31/12/2011, 16:02 | Par point barre en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 31/12/2011 à 14:30

    et c'est pire de subir quotidiennement la morgue des médiacrates ( plusse pire quand ils sévissent dans les médias du service public) qui ne se posent même plus la question de la présence des "cons" à qui ils ne s'adressent même plus, vu qu'ils ne parlent qu'entre eux, pour eux et d'eux.

    31/08/2013, 06:51 | Par profil_inactif136497 en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 31/12/2011 à 14:30


    "C'est dur d'être lu par des cons."

    31/12/2011, 14:38 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

    51OzXstOfOL._SL500_AA300_.jpg

    31/12/2011, 15:15 | Par christian gresset

    - Et vous jurez, tout comme moi, mais un peu tard, que l'on ne vous y reprendrait plus! Vous comprendrez que je vous rejoinds complètement.

    CG

    31/12/2011, 15:54 | Par Christine Simon

    Souvent difficile le participatif, et pourtant.

    Nous n'avons sans doute pas encore tous les outils d'aide dans ce domaine.

    Voilà un beau sujet pour 2012.

    Tous mes voeux, à Antoine Perraud et à tous les lecteurs non trolls.

     

    31/12/2011, 17:15 | Par jean_paul_yves_le_goff

    .

    Le pédant prétentieux est l'arbre qui cache la forêt. La question est de savoir pourquoi la participation ne marche pas.

    .

    La question est de savoir si la responsabilité des abonnés et la responsabilité des journalistes est à apprécier avec les mêmes poids.

    .

    jpylg

    31/12/2011, 17:45 | Par silenceontourne

    Bonsoir, Monsieur Perraud!

     

    Comme il arrive que des patients m'insultent, se refusent à entendre ce que je leur dis, j'arrête d'être psy?????????????

     

    JCD

    31/12/2011, 17:56 | Par Agnès GOUINGUENET en réponse au commentaire de silenceontourne le 31/12/2011 à 17:45

    @SILENCEONTOURNE.

    -

    Ouh là là !

    -

    Sourire

    31/12/2011, 18:32 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de silenceontourne le 31/12/2011 à 17:45

    ça dépend combien ils en restent (des patients). Clin d'oeil

    31/12/2011, 21:13 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de Art Monica le 31/12/2011 à 18:51

    très vrai Art

    31/12/2011, 19:02 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de gris le 31/12/2011 à 17:54

    Vous pensez que les lecteurs de MDP se contentent de ne lire que MDP ??

     

    exemple de prose NYT :

     

    • Brendan Herlihy
    • New Fairfield, CT

    How the Tea Party Saved Obama ?
    Every tea guy in DC, and there are a lot
    Just hated Obama- -that insolent snot!
    Oh, he’s ruining the country! Not like you and me!
    Why, he’s not even born in this here count- er –ee!
    Let’s make him an offer –“ How ‘bout we just sendya
    Way back where you came from—that village in Kenya?
    Now Obama—Osama—whatever his name-
    Was sitting there thinking “ Now what is their game?”
    Could it be that they’re planning to cut some new taxes
    On great friends that they have, with the income that maxes?

    ........

    31/12/2011, 21:08 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de La Louve ἄλφα le 31/12/2011 à 19:02

    @ Nihile

    C'est en effet de trés haut niveau intellectuel ! Si GRIS se repait de ce genre de littérature, bon appétit !

    Je préfère MDP et toute la "lie" qui s'y est abonnée ! Pour faire vivre, entre autres, ce M.Perraud, dont le vertigineuse intelligence, la chaleureuse compréhension, et le style parfois un peu ... prétentieux ? font l'admiration des foules , et la sienne. Pourtant, qques articles auraient été trés intéressants, sans son acrimonie vis à vis de certains commentateurs moins bien armés intellectuellement que lui. Dommage ...

    Plutôt que de regarder l'autre à la TV et ses (derniers, souhaitons le) voeux, j'ai eu grand plaisir à vous lire, TOUS, mêmes les grosses têtes!

    Il y a parfois tant de justesse, tant d'humour , c'est un plaisir !

    Merci à tous et BONNE ANNEE !

    31/12/2011, 21:14 | Par gris en réponse au commentaire de Myrelingues le 31/12/2011 à 21:08

    un copier coller ne résume pas des dizaines de réactions quotidiennes

    31/12/2011, 21:43 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de gris le 31/12/2011 à 21:14

    Je sais Gris. Et de plus, j'avais bien choisi le passage car il est très majoritaire du ton actuel de l'américain moyen. C'est donc un copier-coller révélateur que je n'ai pas eu à inventer (voir aussi cette chère Sarah qui voulait gouverner le pays et aurait pu être élue, croyez moi, en photo) . Et ne me faites pas croire que le niveau de la lie américaine est mieux que la nôtre. Car ce qui se fait et dit aux USA (NYT y compris) est terriblemen médiocre et ininventif. Attendez que la folie électorale se déchaîne. Et on se plaint de la nôtre !

    Les petites phrases reprises et les photos en disent parfois long !

     

     

     

     

    31/12/2011, 21:15 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de Myrelingues le 31/12/2011 à 21:08

    Plaisir partagé. Bonne année Myrelingues et vous tous.

    31/12/2011, 18:02 | Par jean_paul_yves_le_goff

    .

    Je ne suis pas toujours d'accord avec A Perraud

    .

    La question n'est pas là. Le pédant prétentieux a le droit d'avoir les positions qu'il veut.

    .

    La question est de savoir si le pédant prétentieux, de par sa qualité de salarié de Médiapart a plus ou moins de responsabilité dans la situation que vous décrivez qu'un simple abonné. Ma réponse est oui. Il en a davantage.

    .

    Idem pour nombre des sbires salariés du patriarche et le patriarche lui-même.

    .

    jpylg

    31/12/2011, 19:02 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 31/12/2011 à 18:02

    D'un côté comme de l'autre c'est tous rien que des perroquets formatés de connivence. Où va le monde ? Ah là là là là ! Vivement l'année prochaine !

    01/01/2012, 12:30 | Par goucyloun en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 31/12/2011 à 18:02

    Pédant prétentieux cherche chasseur de perroquet fomaté pour connivences

    31/12/2011, 19:09 | Par Gil Gosseyn

    Adieu au participatif donc...

     

    "La fosse à purin" a eu raison d'Antoine Perraud. Chacun appréciera, pour ma part, et pour ne retenir que le côté positif des choses, je dirai qu'il avait le mérite de suivre ses articles et de recadrer les débats et je retiendrai cela...Mais le client est roi, et les abonnés qui payent 9 euros par mois pour débiner sur Sarkozy et balancer quelques grossièretés n'ont probablement pas apprécié certaines remarques pourtant parfois salutaires.

     

    A terme quelques questions / réflexions :

     

    Peut-on continuer à être journaliste dans un media participatif sans participer ?

     

    Quelle est la réaction de la Direction ?

     

    Ce refus du participatif est-il un motif de licenciement dans un media participatif ?

     

    Déjà les VIP et / ou invités style A.Montebourg, D. Baupin... ne se donnent jamais la peine d'intervenir lorsqu'ils utilisent leurs blogs à des fins de propagande (utilisaient serait plus pertinent puisque depuis la fin de la primaire les billets d'A Montebourg se font plus rare...)

     

    La rentabilité financière (nombre croissant d'abonnés) a t-elle eu raison du modèle ? Ou bien ce modèle participatif "intelligent" est-il juste en train d'évoluer vers quelque chose qui risque de bien moins convenir à une minorité d'entre nous ?

     

     

     

     

    31/12/2011, 19:30 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de Gil Gosseyn le 31/12/2011 à 19:09

    .

    Ce refus du participatif est-il un motif de licenciement dans un media participatif ?

    .

    I resterait plus grand monde dans la rédaction de Médiapart. Les sbires pourraient lorgner vers Pôle Emploi.

    .

    jpylg

    31/12/2011, 19:16 | Par melgrilab@yahoo.fr

    Rien n'empêche de faire de l'autoparticipation, et d'imaginer le contre-commentaire qu'aurait pu faire A. Perraud (ou tel autre) dans tel ou tel fil. Cela, pour mettre un peu d'animation dans un Club devenu quelque peu languissant.

    31/12/2011, 20:16 | Par Agnès GOUINGUENET en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 31/12/2011 à 19:16

    @MELCHIOR.

    -

    Avec l'arrivée de Frédérick Casadesus, vous trouvez le club languissant ?

    -

    Eh bien !

    -

    Evidemment, nous ne sommes plus au temps des primaires socialistes.

    -

    Quelle mascarade de pacotille, sans aucune profondeur !

    -

    Personnellement, cela me convient parfaitement.

    -

    Il nous manque quelques esprits fort aiguisés, mais ce sont les fêtes, alors patience.

    -

    Bien à vous ...

    -

    Sourire

    31/12/2011, 21:14 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de Agnès GOUINGUENET le 31/12/2011 à 20:16

    Certes la musique adoucit les moeurs.

     

    La science, aussi, donne de l'air frais. Voir le blog de Vincent Fleury.

     

    Mais il n'y a plus ces jolies empoignades d'autrefois, entre, par exemple (pris tout-à-fait au hasard) jpylg et Melchior. Ah, c'était le bon temps. Depuis que vous avez pris sous votre aile protectrice le GM&P PF&I, je n'ose plus taper dessus, craignant de vous déplaire. Il faut dire aussi (quoi qu'il m'en coûte) qu'à votre contact il se civilise et devient chaque jour moins pire. 2012 s'annonce donc pour le mieux, grâces vous soient rendues !

     

    Melchior, bourrique

    01/01/2012, 08:59 | Par Agnès GOUINGUENET en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 31/12/2011 à 21:14

    @MELCHIOR.

    -

    "Maître corbeau sur un arbre perché" ...

    -

    Jolie première journée 2012.

    -

    Sourire

     

    31/12/2011, 20:21 | Par denis coquereau

    Antoine Perraud c'est un peu d' oxygene dans le Co2 ambiant ...

    Bon vent Monsieur Antoine , et ressiste a rester different ...Par experience je sais le chemin rude..comme celui de la Liberte..Continues de Gueuler...De toutes facons les sourds n' entendent pas....

    Tous mes voeux .

    31/12/2011, 20:21 | Par jean_paul_yves_le_goff

    .

    Antoine Perraud c'est un peu d' oxygene dans le Co2 ambiant ...

    .

    Le pédant prétentieux insulteur, victime de la lie. Prions pour lui.

    .

    jpylg

    01/01/2012, 12:48 | Par goucyloun en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 31/12/2011 à 20:21

    Et on continue a se moquer de la charité ?

    .

    Quelle misère !

    .

    ...

    31/12/2011, 20:54 | Par Franck Gauthey

    Dommage mais synchrone avec ce choix.

    Il émerge, il me semble un gros problème avec la modération des commentaires sur les sites d'information, l'absence de cadre laissant l'indifférencié et la régression, va il semble, bientôt se retourner contre les sites eux-même.

    Un problème spécifique se pose sur Médiapart (ce que j'ai développé sur le billet de blog de MHJOZOU n'ayant pas vu l'article original de A Perraud)

    Personnellement, je commente désormais exceptionnellement, et lis même de moins en moins les articles tant celà finit par m'écoeurer.

     

    31/12/2011, 21:42 | Par MG2

     

     

    Souvenirs !

    Souvenirs ...

    Vrai : c' est sensible, dérangeant, abrupt; violent le participatif !

    A l' évocation de cette lie, j'ai soudain pensé à ce fameux comptage des manifestants de 2010 et puis, surtout à VELVETH ....

    *** 12/10/2010, 23:10 par Velveth

    Pas du tout.

    Mais je manifeste depuis mes 15 ans et je sais apprécier une manif'.

    Ce n'est sans doute pas 300 000 mais plus de 200 000 - sur la base de l'écoulement de la manif sur deux parcours distincts en 5h50...

    13/10/2010, 00:04 par Antoine Perraud

    Mon cher Velveth,

    En mai 1968, j'avais 8 ans et j'habitais rue Gay-Lussac. La voiture familiale (une 403 break) a brûlé à l'angle de la rue de l'Abbé-de-l'épée. Je connais les manifs et sais les apprécier (voilà pour l'argument d'autorité biographique répondant au vôtre).

    Boulevard Saint-Germain, en face du square de Cluny, ce 12 octobre, les manifestants ne sont passés que trois heures devant nous, avec un cortège en accordéon (d'énormes vides). Moins de 15 000 personnes à l'heure.

     

    Leninou.jpg

    Les faits sont têtus, comme disait votre chauve barbichu préféré, qui était peut-être un assassin, mais qui avait quelques idées générales... 

    13/10/2010, 09:46 par Jean-Yves Bouchicot

    Je comprends que vous manifestiez votre surprise au vu des résultats, mais vous ne nous dites rien de votre méthode de comptage, à part "j'ai l'habitude". Mais on s'en fiche de votre habitude, Antoine. Vous disposez d'un hélicoptèere ? De portiques ? Et quand à votre "ancienneté", j'ai deux ans d'ancienneté de plus que vous. Je comprends votre scrupule de compteur sincère et surpris, je vous en fais crédit, mais votre argument d'autorité fait un peu "gros-jean qui veut en remontrer à son curé"... Désolé.

    13/10/2010, 11:15 par Velveth

    à Antoine Perraud,

    Merci de votre réponse qui démontre que vous utilisez les mêmes méthodes que les ex-RG pour le comptage qu'aucun policier n'ose défendre.

    Votre article, fussiez-vous né rue Gay-Lussac ou engendré par Lénine, a le même côté ignare que "Tintin au Congo". Chacun appréciera, au soir d'un affrontement social majeur pour un enjeu de civilisation, votre compétition avec l'oligarque russe, propriétaire de France-Soir.

    NB Au fait, en 1968, j'avais 20 ans tout rond et, venant de ma banlieue, je ne regrette pas avoir été de ceux qui ont mis à sac la rue Gay-Lussac !!!

    En outre, c'est bien mal me connaître que de me classer dans les léninistes. A mourir de rire.

    A moins que cela ne soit Lénine qui vous soit inconnu...

     

    **************************

     

     

    31/12/2011, 23:55 | Par Art Monica en réponse au commentaire de MG2 le 31/12/2011 à 21:42

    Belle archive, MG2. Une photo saisissante. De la banlieue à Gay Lussac. Des manifestants passent en nombre. Ils rient et crient. Des parisiens, depuis leur fenêtre, surveillent leur voiture. "A mourir de rire", disait Velveth. Salut, Velveth.

    01/01/2012, 14:05 | Par MG2 en réponse au commentaire de Art Monica le 31/12/2011 à 23:55

     

    Bonjour Art Monica

    Sourire

    avec mes meilleurs voeux

    01/01/2012, 14:17 | Par Art Monica en réponse au commentaire de MG2 le 01/01/2012 à 14:05

    Meilleurs voeux, chère MG2.

    01/01/2012, 15:53 | Par Grain de Sel en réponse au commentaire de MG2 le 31/12/2011 à 21:42

    Je me permets dans ce cas, chère MG2, de rajouter ici le commentaire mis par Antoine Perraud sur le fil du billet de Stéphane Alliès intitulé "Velveth ne commentera plus":

     

    05/09/2011, 22:36 par Antoine Perraud

    Pour avoir essuyé sa verve exigeante et cinglante, son indignation aussi démesurée que mes provocations, je puis témoigner – en ayant désormais l'impression de dire du bien dans son dos – que Velveth incarnait ce pour quoi fut aussi fondé Mediapart: le «piédestaloclasme», c'est-à-dire la lutte contre les piédestaux sur lesquels ont trop longtemps campé les journalistes, au point d'entretenir un rapport délirant au réel qu'ils sont pourtant censés présenter.

     

    Quand je jouais – mais ne faisais-je qu'y jouer? – à regagner cette pseudo position en surplomb, Velveth me délogeait sans ménagement. Sa fureur critique et ses fulminations faisaient mouche dans la mesure où n'entrait dans sa réaction nulle convoitise: juste la conviction de représenter l'éthique mediapartienne que j'avais désertée à ses yeux.

     

    À ce garant sourcilleux (et ô combien moustachu!) du dialogue démocratique, sans parure d'emprunt, que nous devrions mener ensemble sur un pied d'égalité, je présente mon respect posthume; en maudissant cette épithète qui nous prive d'un compagnon capital.

    retrouver dans le fil des discussions

     

    01/01/2012, 17:39 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de Grain de Sel le 01/01/2012 à 15:53

    J'avais remarqué ce bel adieu, hommage juste et pudique (avec le délicieux : "désormais l'impression de dire du bien dans son dos"…)

    01/01/2012, 17:47 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Virgil Brill le 01/01/2012 à 17:39

    Rappelons qu'ici, nous ne faisons pas le procès d'une personne, mais l'analyse des rapports dans le club, entre journalistes et abonnés, et entre abonnés. _ Que les commentaires d'une personne ne permettent pas de juger de la personne, qu'elle écrive sous pseudo ou sous son nom. _ Que nous sommes tous complexes. Capables de bon et de mauvais, selon le contexte. _ Ce Fil est riche des questions.

    01/01/2012, 17:43 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de Grain de Sel le 01/01/2012 à 15:53

    Putaing! Le monde ne serait donc pas séparé entre gentils et méchants?

    01/01/2012, 20:13 | Par dianne en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 01/01/2012 à 17:43

    Rire Non. Depuis que ce gentil Walt D. a fait sciemment mourir la maman de Bambi, pour se faire du fric, j'ai un vieux doute !

    01/01/2012, 21:05 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de dianne le 01/01/2012 à 20:13

    C'était une nécessité narrative. Il est arrivé la même chose à Babar. Tintin lui-même semble orphelin. (Pas le capitaine Haddock, cependant).

    01/01/2012, 03:42 | Par accord perdu

    Après le clic clic Qu'lie claque

    01/01/2012, 00:05 | Par lannig

    Je crois que nous ne pouvons plus mener la même conversation démocratique qu'à nos débuts, où la crème de la crème des abonnés donnait le «la». Je me suis beaucoup investi dans notre modèle participatif. Je pense qu'il est désormais – provisoirement? – perdu pour l'intelligence. La lie imprime aujourd'hui la cadence.

    Monsieur, je trouve vos propos extrêmement méprisants pour les modestes abonnés que nous sommes. Espérons que, partant de la lie, votre extrême intelligence et votre hauteur de vue ne tourne pas au pas vinaigre dans l'indifférence des ailleurs immodestes !

    Bonne route malgré tout et meilleurs voeux pour une nouvelle année politique de voeux graves pour de graves aveux ou notre conversation démocratique sans donner le "la" fait malgré tout avancer les idées. C'est modestement notre seul apport !

    01/01/2012, 09:16 | Par françois périgny en réponse au commentaire de lannig le 01/01/2012 à 00:05

    "Modestes abonnés..." Euh... ? Vous avez des noms ? Des immodestes, oui, il y en a sur ce fil, mais "modestes" ?

    01/01/2012, 10:21 | Par lannig en réponse au commentaire de françois périgny le 01/01/2012 à 09:16

    C'est modestement ce que je crois être : une éducation modeste, une formation modeste, une culture modeste, une intelligence modeste, au service d'une vie modeste faite honnêtement de mes erreurs et de mes choix. Un modeste contributeur au quotidien ! Meilleur voeux !

    01/01/2012, 11:17 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de lannig le 01/01/2012 à 10:21

    Lanning :

    tiens, j'ai cru que vous parliez de moi. C'est pas mal d'être modeste mais en ce premier jour l'année où j'avais décidé de prendre "les choses à bras le corps", votre commentaire m'a fait retournée au lit. (la lie au lit).

    Modestes voeux non moins sincères.

    01/01/2012, 18:03 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de françois périgny le 01/01/2012 à 09:16

    Vous avez des noms ?

     

    Moi, m'sieur ! Moi, m'sieur ! Pour la modestie, je ne crains personne ! Je suis, jplg vous le con firmera, incon parable.

    01/01/2012, 01:20 | Par spiralou

    jE TROUVE QUE L'éLITE A SOUVENT DES RELANS DE RACE SUPERIEURE.C'est dans l'air.(pollué, bien sûr).

    01/01/2012, 02:31 | Par Tazibus

    Antoine, vos articles valent mieux que votre billet qui semble avoir été rédigé sous le coup de l'émotion. Continuez à les écrire - avec intelligence - et tant pis, souffrez d'être vilipendé.

    01/01/2012, 09:31 | Par françois périgny en réponse au commentaire de christian paultre le 01/01/2012 à 08:33

    De gros egos, oui Christian, vous avez raison.

    Mais sur le fond, A. Perraud a raison. Certains -de ceux et celles qui ne sont pas parties- se souviennent de dialogues élevés -certains mal-élevés, par ailleurs- mais plus souvent que ... maintenant.

    D'autre part je trouve particuliérement hypocrite la remarque de certain(e)s "grand(e)s" contributeurs sur ce fil, et d'une maniére générale dans le "club", sur les messages personnels. Ils, elles ont la mémoire courte, très courte. Savent-ils, elles, que leurs messages -non pas pour encenser ou admirer l'un ou l'autre, mais pour dénigrer, sans le faire ouvertement- traînent encore et toujours sur le "serveur" de Mediapart ? Faut-il les exhumer ?

    Je trouve le mot de Perraud, "cornichons patentés", plutôt gentil. Je verrais quelque chose de plus net, moi, comme : "mal comprenants".

    Et d'autre part -vive la "nouvelle" année !- je trouve l'expression de monsieur Le Goff, "pédant prétentieux", assez audacieuse de sa part ; attention à l'effet miroir ! Jean-Paul-Yves Le Goff ne se souvient-il pas d'une époque où il"accueillait" les "nouveaux" d'une maniére un peu... hautaine, pour le moins ?

    01/01/2012, 09:54 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de françois périgny le 01/01/2012 à 09:31

    Pure calomnie. Monsieur jpylg a toujours fait preuve d'une parfaite urbanité. Toujours.

    01/01/2012, 10:59 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 01/01/2012 à 09:54

    jpylg n'est pas journaliste rénuméré par nos abonnements à Mediapart, et il respecte la charte, à la différence d'Antoine Perraud...

    01/01/2012, 11:10 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de profil_inactif_145012 le 01/01/2012 à 10:59

    .

    jpylg n'est pas journaliste rénuméré par nos abonnements à Mediapart, et il respecte la charte,

    .

    Exact en ce qui concerne le point n° 1. Faux en ce qui concerne le point n° 2. La charte, je me la fous au cul.

    .

    J'ai dit déjà mille fois que je la considère comme un élément majeur dans le système foireux du journalisme participatif selon le patriarche.

    .

    Ce que je respecte et tâche d'observer, c'est la législation républicaine sur la liberté d'expression, dans les droits qu'elle garantit et les limites qu'elle met à l'usage de ce droit.

    .

    Si se foutre au cul la charte de Médiapart est considéré comme un abus par la législation, que le patriarche me fasse un procès. S'il préfère utiliser son droit de libre entrepreneur, il me vire directement. J'ai autre chose à faire aujourd'hui. Aucun problème.

    .

    jpylg

    01/01/2012, 13:10 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 01/01/2012 à 11:10

    bien sûr, mais quand on a le "cul " propre, ça ne dérange pas la charte... Rire

    01/01/2012, 11:05 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de Anne Guérin-Castell le 01/01/2012 à 10:47

    Il n'y a aucune rancune, Anne G-C.

     

    Personnellement je ne mets pas en mémoire les insultes des gens, ne désirant pas polluer mon cerveau.

     

    Ce que je note, c'est que les insulteurs sont les ennemis du dialogue et de la participation citoyenne. Qu'un journaliste d'un site participatif revendique cette triste attitude est un comble...

    07/01/2015, 08:56 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Anne Guérin-Castell le 01/01/2012 à 10:47

    En dehors de ceux venus ici poussés par une rancune qui les travaille depuis longtemps, on ne peut que constater que beaucoup d'autres commentateurs ne savent pas, tout simplement, lire ce billet et y plaquent leurs présupposés. Ce qui était déjà le cas pour bien des articles d'Antoine Perraud.

    A titre personnel, je n'ai jamais eu à ma plaindre de la violence d'Antoine Perraud mais il se trouve que son "art" de déclencher la violence que nous essayons de diminuer au maximum, au moyen d'émoticones, de formules de politesses et d'efforts de rédactions, annule tous nos efforts Bouche cousueBouche cousueBouche cousue.

    Je n'en veut, sur ce commentaire, pour seule preuve ce billet : http://blogs.mediapart.fr/blog/bernard-bigenwald/130114/limer-est-un-village-ou-los-du-mollusque Bouche cousueBouche cousueBouche cousue.

    A bientôt.

    Amitié.

    01/01/2012, 10:37 | Par Art Monica en réponse au commentaire de françois périgny le 01/01/2012 à 09:31

    Fedor _ Je ne suis pas d'accord sur le "niveau" des dialogues. Balade-toi dans le club. On y trouve des perles, on peut y débattre de façon constructive, aujourd'hui. De nouveaux abonnés apportent des réflexions très stimulantes et des façons de débattre fort agréables. _ Ayant eu à subir les effets de la caisse de résonance de la messagerie privée en un autre temps, je connais l'usage que certains en font. Mais l'humain est ainsi fait, on n'y changera rien. Les egos pour s'affirmer ont besoin de nuire à ceux qui leur "font de l'ombre". Bah... _ Certains ici parlent de "l'humanité" de Perraud. Ça alors. Quelqu'un aurait-il pensé qu'il était un monstre? Qu'il n'avait que des défauts? Que l'on faisait son procès en place publique? Le projecteur n'est venu sur lui que parce qu'il s'est exposé en attaquant ici "la lie". Mal élevée, la racaille a répondu. _ Nous ne connaissons pas Perraud au travers de ses commentaires ou billets, pas plus que nous nous connaissons les uns les autres au travers des nôtres. C'est une infime partie de nous qui s'exprime ici: ce que nous voudrions être, que nous aurions pu être...

    01/01/2012, 09:52 | Par soupalonion

    Je m'allie à la lie pour vous souhaiter une année heureuse, une santé vigoureuse, et tout ce que vous espérez. Salut l'Antoine, ton conte est bon. Et vive le participe hâtif.

    01/01/2012, 09:58 | Par joelle.lanteri@orange.fr

    Allons allons ce n'est pas le moment de capituler face à la bétise.

    Nous sommes tous frappés de désillusions ,mais le renonceent enfantin ne peut faire parti de votre vocabulaire .Votre écriture présence à la vie participe du changement ,même si il ne vous saute pas aux yeux d'emblée.

    Bonne année à vous et revenez nous vite vous nous manquez déjà!!

    01/01/2012, 10:02 | Par jean_paul_yves_le_goff

    .

    Antoine Perraud a du talent mais ne s'estime guère cela explique ses agressions. (christian paultre 08h33)

    .

    Continuer à se fixer sur le pédant prétentieux, c'est confondre le symptôme et le problème. Le pédant prétentieux ne se serait pas laissé aller comme il l'a fait, sans l'approbation très claire du patriarche Edwy Plenel. Ceci depuis le début.

    .

    Les adieux du pédant prétentieux révèlent la conception foireuse du journalisme participatif selon le patriarche.

    .

    jpylg

    01/01/2012, 11:23 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Christian Creseveur le 01/01/2012 à 11:13

    Je recommande votre commentaire. _ Le monde a changé, oui. Et, grâce au net, les gens les moins "cultivés", les plus "crétins", les plus "mal comprenants" peuvent s'exprimer publiquement. C'est une nouvelle donne, à laquelle les élites devront s'habituer. _ Elles qui, dans le confort de leur salon, pouvaient échanger maintes citations et références, avec des mots choisis, de préférence dotés d'une fréquence lexicale basse, elles voient débarquer cette horde sauvage qui fait des fautes d'orthographe et de syntaxe, dit des gros mots, et gueule quand elle "se fait traiter".

    01/01/2012, 11:37 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de Art Monica le 01/01/2012 à 11:23

    .

    @ Art Monica

    .

    En très peu de mots, c'est tout le problème. L'affrontement de la lie et de l'élite. Meilleurs voeux.

    .

    jpylg

    01/01/2012, 12:22 | Par Art Monica en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 01/01/2012 à 11:37

    Meilleurs voeux, Jean-Paul Yves. _ Il ne faudrait pas que la personnalisation des commentaires sur AP (renforcée par la défense de ses avocats) nous enfume et fasse passer à la trappe certaines questions. _ Je trouve cet affrontement lie/élites savoureux sur un média de gauche. L'élite semble oublier qu'elle a la lie en elle, même si elle a un e et un t en plus...

    01/01/2012, 19:43 | Par Gil Gosseyn en réponse au commentaire de Art Monica le 01/01/2012 à 11:23

    Art Monica,

    Mais il y aussi l'espoir peut être l'espoir fou "d'élever" voire de "convertir"

    La conversion par le participatif semble avoir été un échec pour l'instant.

    En même temps A. Perraud n'était-il pas bien seul ?

    Ou alors les autres n'y croient pas auquel cas il est plus difficile de convertir.

    Le tout est orwellien : Un media participatif ou peu participent mais ou le modèle continuerait à être prôné.

    Je m'égare.

     

     

     

    01/01/2012, 19:48 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de Gil Gosseyn le 01/01/2012 à 19:43

    .

    Je m'égare.

    .

    Non. Vous ne vous égarez pas. Vous vous trompez. Ce qui n'est pas pareil.

    .

    Perraud n'était pas seul. Perraud avait derrière lui le patron de l'entreprise.

    .

    Dans un journal participatif dont la conception n'aurait pas aussi foireuse que celle du patriarche, le pédant insulteur aurait été viré au bout de trois mois.

    .

    jpylg

    01/01/2012, 20:01 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Gil Gosseyn le 01/01/2012 à 19:43

    Bruno Mennessier _ L'espoir d'élever le niveau de réflexion, vous voulez dire? Je vois, dans certains Fils auxquels je participe, une réflexion non pas s'élever, mais avancer sur la compréhension de notre monde. Je sens que j'avance à tâtons. _ Ces Fils sont peu recommandés, contiennent peu de commentaires grisés, ils ne font pas la Une, et il s'y passe des choses. A l'aune de cela, je ne juge pas que le participatif soit un échec. Cela concerne toujours des grappes de petits groupes de personnes, c'est vrai. Mais n'est-ce pas toujours ainsi que cela fonctionne? _ Le journal pourrait nous aider à connecter ces petites grappes. Ou bien c'est à nous de le faire.

    01/01/2012, 22:59 | Par Gil Gosseyn en réponse au commentaire de Art Monica le 01/01/2012 à 20:01

    Art Monica,

    Par exemple. J'utilisais le verbe Elever de façon générale. Il faut associer à ce verbe, la notion d'Autorité puisque la racine est la même. l'Autorité de celui qui élève, qui fait grandir qui est Auteur.

     

    Je peux me tromper mais il y avait je pense cette motivation / attente pour Antoine Perraud.

     

    Après chacun fait son propre bilan du participatif à l'aune de ce qu'il investit, de ses attentes, de ses motivations...

     

    Oui certains fils sont tout à fait intéressants bien sûr mais notez quand même que les abonnés par petits groupes semblent se "planquer", ne recommandent plus les billets pour éviter d'attirer trop de monde.

     

    Peu à peu des territoires semblent se dessiner avec certains codes et finalement malheur à "l'étranger" qui débarque et qui se fait insulter au premier commentaire. En même temps, pour ceux qui découvrent, c'est assez instructif de la part d'abonnés qui se prétendent de gauche.

     

    Essayez de poster un commentaire même neutre sur un fil où se déchaîne la meute des abonnés anti Sarko primaire.

     

    Après il faut être lucide, la réalité reste que 60000 abonnés ce n'est pas 5000. Il y avait une homogénéité intellectuelle à défaut d'une homogénéité d'idées parmi les 5000 premiers abonnés que le journal ne retrouvera probablement jamais.

     

    Et malgré cette homogénéité intellectuelle parmi les 5000 premiers abonnés beaucoup se sont tout de même "entretués", ou se sont pourris la vie à se faire partir. Je reste persuadé que certains regrettent désormais de ne pas avoir par moment un peu lâché dans l'échange.

     

    Sur votre dernier point, le journal n'aidera pas vraiment directement mais ne le dira jamais. L'intérêt du journal est qu'il y ait le plus d'abonnés possibles. Je pense que c'est aux abonnés de le faire, chacun en fonction de l'idée qu'il se fait du participatif.

    02/01/2012, 15:58 | Par Christian Creseveur en réponse au commentaire de Gil Gosseyn le 01/01/2012 à 19:43

    @Bruno Mennessier

    Pas tout à fait d'accord.

    S'il y a échec, pour l'instant ce n'est que celui d'A. Perraud, qui se remet mal de quelques échanges âpres.

    Sur MDP les journalistes répondent a priori.

    On ne peut pas exiger non plus qu'ils répondent à chacun.

    04/01/2012, 09:42 | Par lannig en réponse au commentaire de Christian Creseveur le 02/01/2012 à 15:58

    Internet n'étant que prétention, intolérance, bruits et fureurs. Je vais cesser de passer du temps à réagir sur les affaires du Monde et reprendre ma marche et lire. Marcher c'est apprendre à composer avec le monde, avec ses humeurs, non point pour capituler mais pour apprendre à mieux maîtriser ce qui advient....Lire c'est prendre le temps de parcourir. Marcher et lire c'est prendre du temps pour mieux parcourir et agir....

    07/01/2015, 08:48 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Christian Creseveur le 01/01/2012 à 11:13

    Je regrette votre décision.

    Pourtant je pense que vous serez obligés tôt ou tard de revenir dessus parce qu'aujourd'hui on ne peut plus faire du journalisme de haut en bas comme à l'ère du papier, quand le journaliste assenait son information, qu'il pensait comme une vérité qu'on ne pouvait pas discuter.

    Je présume que la décision que vous regrettez est la confirmation du "déconseiller" http://www.franceculture.fr/emission-la-chronique-de-philippe-meyer-chronique-de-philippe-meyer-2013-12-10 qui est, effectivement, un drame pour les abonnés et encore plus pour les abonnés fragiles dont la principale raisons de vivre est Mediapart Bouche cousueBouche cousueBouche cousue.

    A bientôt.

    Amitié.

    01/01/2012, 11:18 | Par jean_paul_yves_le_goff

    .

    11h13 fait du blabla pour dire aux sbrires qu'ils en sont toujours au journalisme à l'ancienne.

    .

    Evidemment ! Avec un patriarche aux commandes... on est difficilement à la pointe du progrès.

    .

    Quant aux adieux du pédant insulteur, ce ne sont que les premiers ; on a le temps de voir venir.

    .

    jpylg

    09/03/2015, 11:17 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 01/01/2012 à 11:18

    En effet ! Et on a même vu !

    01/01/2012, 11:42 | Par âge du faire

    Sur le site de Médiapart, je crois, j'ai entendu dire de la bouche d'un sociologue, que les débats ne servaient à rien, car chacun restait sur ses positions!

    Si à la fin d'un débat, l'un des antagonistes disait; "Cette fois, je pense que vous avez raison sur tel ou tel sujet, vous m'avez convaincu," alors le débat aurait été utile.

    Mais alors que dire d'un commentaire écrit avec un pseudo, derrière un clavier et en plus spontané, ce qui s'apparente à un défoulement, parfois en effet "horrible"?

    De plus quand on veut revoir si quelqu'un a commenté votre dire, cela demande un temps fou! Il est vrai que je ne suis pas du tout experte du clavier!

    Or, un commentaire a encore moins de valeur de réflexion qu'un débat. Alors?

    Avec ses grandes qualités de maîtrise de notre langue, de sa grande érudition, ponctuées de quelques défauts, Antoine Perraud est une personnalité très originale que je RESPECTE, comme chacun devrait respecter, tout étranger différent de lui.

    Avec ce commentaire,moi aussi, je tire ma révérence, lirai tous les articles des journalistes, certains billets.

    Je reconnais, cependant que durant de longs mois, cette participation, alors que je suis plus que modeste en culture et usage de la langue, m'a beaucoup plue, et me fournissait une sorte de respiration par rapport à ce que j'étais en train d'entreprendre, qui était pénible.

    Alors si ces commentaires qui ne servent presque à rien, permettent parfois de respirer pour des personnes qui dans notre Société vivent des choses terribles, car ils doivent gagner leur vie, ou pas, alors ce ne serait pas radicalement nul.

    C'est la VIE, avec sa force de vivre, que nous devons tous respecter.

    01/01/2012, 12:27 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de âge du faire le 01/01/2012 à 11:42

    Rose du Sud,

    Le débat permet au moins d'écouter l'autre, et c'est déjà utile.

    Je ne cherche pas forcément dans le débat à convaincre l'autre, à le rallier à mes convictions, mais au moins à ce qu'il les écoute, comme j'écoute les siennes.

     

    Accepter la diversité est déjà un premier pas important et ô combien difficile.

    01/01/2012, 12:53 | Par âge du faire en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 01/01/2012 à 12:27

    Relisez tout le commentaire, s'il vous plait.

    merci

    01/01/2012, 12:57 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de âge du faire le 01/01/2012 à 12:53

    J'avais bien tout lu, Rose du Sud.

    01/01/2012, 13:24 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 01/01/2012 à 12:57

    D'ailleurs, il ne s'agit pas de faire changer d'avis qui que ce soit.

    Lire et écouter la perspective des autres, c'est ajouter à la sienne, l'élargir, la faire grandir, la transfomer peu à peu, dans la réflexion.

    "Discuter" avec des gens quand on est toujours d'accord sur tout revient à toujours ajouter le même chou à la soupe !

    03/01/2012, 16:14 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de âge du faire le 01/01/2012 à 11:42

    ROSE DU SUD

    Il m'est arrivé à la suite d'une discussion dans un fil de reconnaître que mon interlocuteur avait raison et vice et versa. Et même sans parfois le dire explicitement, cela m'a fait réfléchir, et parfois changer d'avis et apporter des connaissances inappréciables.

    Lorsque j'ai commencé à "participer" par billets et commentaires, j'étais sidérée du nombre d'avis, de nuances, de tons, de contradictions, et même d'insultes que des adultes apparemment normaux pouvaient échanger. Je croyais qu'on parlait tous la même langue, mais non.

     

    Je me suis aperçue qu'un mot, une tournure de phrase, une expression ne voulaient pas dire la même chose pour tout le monde. Et qu'il était donc prudent d'être précis et de se baser sur des références que l'on pense correctes.

     

    C'est très formateur et riche même si parfois insupportable. Je n'aurais jamais eu cette expérience sans cette possibilité.

     

    Il faudait arriver à exprimer sa colère, même la pire, pour pouvoir la surmonter et continuer. (ce que j'ai déjà expérimenté aussi et sans regret).

    Par ailleurs, il est facile d'éviter les ceusses qu'on aime pas trop. Ce ne sont pas des personnes qu'on a à croiser tous les jours.

    Mais il est vrai qu'il y a (et ce fil le prouve) des acharnés, des revenchards, des roquets, des emmerdeurs patentés en plus des cornichons prépotents.

     

    Avec mes respect et meilleurs voeux Rose du Sud.

     

     

    01/01/2012, 12:12 | Par josie francois

    31/12/2011, 21:14par gris

    un copier coller ne résume pas des dizaines de réactions quotidiennes...

    c'est quand même mieux que des affirmations sans exemples ou citations!

    Pouvez-vous quantifier les commentaires de haut niveau et les mauvais dans le NYT ? Le faire pour les commentaires de MDP ? et comparer les deux évaluations?

    Sans des analyses sérieuses et argumentées, les affirmations gratuites sont-elles ... "bétise", "mauvaise foi", digne d'être rangées dans la lie??

    non, je n'aime pas les classifications péremptoires ni injurieuses. Simplement,ces analyses n'ont aucune valeur ...

    01/01/2012, 13:07 | Par Fini de rire

    Un bel exemple de la créativité du participatif chez Mediapart: pour conclure l'année, la rédaction a la bonne idée de présenter en Une un panneau de titres couvrant les sursauts démocratiques dans une douzaine pays en 2011. Pour l'Islande, les références remontent au début de l'année, sans info sur les développements récents. Qu'à cela ne tienne! Un lecteur apporte le lien qui complète l'information, ce qui nous permet de ne pas finir l'année idiots - bien que déçus par la tournure prise par les évènements!

    01/01/2012, 13:11 | Par scythe

    1 janvier 2011

    Vous avez raison (si j'ai bien compris votre article) sur l'échec de la conversation démocratique (encore ce mot,cet adjectif fourre-tout).Mais à qui la faute?Vous avez abusé ,ce mot sous votre plume et celles de certaines de vos collègues a servi à avaliser les pires crimes.Même sur le plan de la politique intérieure,des tonnes d'articles ou commentaires (la différence est tellement ténue,vu l'mportance et la place que ces derniers prennent parfois) ont contribué a semer le doute contre certains (Mélenchon,Montebourg)qui ne méritaient pas un tel traitement.

    Ce que j'ai traduit,dans mes commentaires récents,en disant que Médiapart 2011 prenait le chemin de Libération des années 70 (manque évidemment les petites annonces d'époque).

    Mais plus fondamentalement,que vous preniez tel chemin.ou autre,il m'a semblé que vous avez perdu de vue votre fonction de journaliste:Médiapart était-ce un journal,ou un site de chat,de rencontre de blogs?Personnellement,au début j'étais enchanté de trouver enfin un journal qui n'était pas contrôlé par la droite Sarkozyste.Il n'yen avait presque plus,à part les publications de Siné,Le Monde Diplomatique (et ce ne sont pas des quotidiens).Les articles signés La Rédaction de Médiapart sont noyés dans le flot des commentaires et autres blogs qui,de plus ,souvent tournaient aux réglements de comptes entre d'anciennes connaissances.On conçoit que certains expriment des opinions contraires mais reprendre,dans le même flot de commentaires dix fois la même chose ne sert qu'à noyer ,rendre incompréhensible l'article initial.

    Il n'y a aucune raison qu'une société évolue aussi brutalement pour passer du café de commerce aux discussions d'Agora.Les journalistes ont une responsabilité qu'il faudrait assumer,quelque soit leurs opinions,et quelque soit les conséquences

     

    01/01/2012, 13:14 | Par Art Monica

    Je tente de démêler l'écheveau lexical de ce Fil. __ prépotence (n.f.) absolutisme, autoritarisme, autorité, caporalisme, despotisme, domination, pouvoir, pouvoir absolu, prépondérance, puissance, supériorité, toute-puissance, tyrannie ___ Il y aurait donc, dans la "lie", des "cornichons" mettant en oeuvre toutes ces horribles positions de pouvoir (illégitimes, les concernant?) et attaquant victorieusement en meute les élites intelligentes et distinguées.

    01/01/2012, 13:23 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de Art Monica le 01/01/2012 à 13:14

    bah voui, lie thé râlement

    01/01/2012, 13:32 | Par Art Monica en réponse au commentaire de La Louve ἄλφα le 01/01/2012 à 13:23

    "Bah voui"? C'est vrai aussi phonétiquement. La lie, parait-il, "crache" et donc bavouille... Les élites, elles, postillonnent élégamment. Nous avançons dans la sociologie comparée des lies et élites ;-)

    01/01/2012, 13:36 | Par jean_paul_yves_le_goff

    .

    La lie et l'élite, le pédant prétentieux insultant traînera cela longtemps, n'en déplaisent à ceux qui veulent le voir en martyr de la liberté d'expression.

    .

    Je souhaite, personnellement, qu'on n'oublie pas le patriarche.

    .

    jpylg

    01/01/2012, 13:45 | Par Axel J

    Des fois quand on vous lit, on est pris de compassion et on voudrait alors vous dire, bon sang, arrêtez de vous enfoncer comme ça dans votre erreur comme dans des sables mouvants, à chaque mot de plus que vous rajoutez.

    01/01/2012, 14:02 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de Axel J le 01/01/2012 à 13:45

    .

    Merci de vos conseils et de vos bonnes intentions, celles dont est pavé l'enfer.

    .

    jpylg

    01/01/2012, 14:16 | Par Axel J en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 01/01/2012 à 14:02

    Ce n'est pas spécialement à vous personnellement et uniquement, que je parlais.

    Mais tant qu'on y est, je voudrais faire une petite précision (pas pédante, quand même pas!) sur le dicton:

    Ce sont les chemins de l'Enfer, et non l'Enfer lui-même, qui sont réputés pavés de bonnes intentions.

    01/01/2012, 14:18 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de Axel J le 01/01/2012 à 14:16

    Z'êtes z'allé voir ?

    01/01/2012, 14:22 | Par Art Monica en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 01/01/2012 à 14:18

    J'ajoute à l'attention d'Axel que personne n'est dans l'erreur ni dans la justesse, nous voyons seulement différentes facettes de la réalité. Seul un monde totalitaire prétend déterminer le juste et le faux. _ Cela dit, bonne année à tous.

    01/01/2012, 14:27 | Par Axel J en réponse au commentaire de Art Monica le 01/01/2012 à 14:22

    Je vous parle d'erreur, de persister dans l'erreur, de se braquer, quoi, et ce que ça évoque pour vous c'est "le juste et le faux"?

    Bonne année d'espoir 2012, ça oui, merci!

    01/01/2012, 14:41 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Axel J le 01/01/2012 à 14:27

    Mais de quelle "erreur" parlez-vous, Axel? C'est l'opposition lie/élites qui vous gêne? C'est le propos de AP qui l'a suggérée. Elle appartient à une idéologie dans laquelle nous baignons. Vous le savez bien et en parlez très souvent. _ Je ne me "braque" pas, mais cherche simplement à comprendre les enjeux politiques, psychologiques et sociologiques de la tension qui a surgi hier.J'ai écrit sur ce Fil plusieurs commentaires portant sur différents aspects, d'ailleurs. _ Bonne année à vous.

    01/01/2012, 14:25 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de Axel J le 01/01/2012 à 14:16

    .

    Ce n'est pas spécialement à vous personnellement et uniquement,

    .

    Non ; peut-être, mais c'est à moi aussi. Et surtout, ce n'est pas la première fois.

    .

    Les fois où vous avez voulu m'éclairer de vos conseils et de vos mises en garde sont innombrables.

    .

    Je ne crois pas que je me sois assigné cette mission à votre égard ; si je devais m'y autoriser, pour une fois, je vous dirais que je trouve vos interventions mesurées, pertinentes, intelligentes, honnêtes, constructives, mais parfois limitées dans la compréhension.

    .

    jpylg

    01/01/2012, 14:30 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 01/01/2012 à 14:25

    je trouve vos interventions mesurées, pertinentes, intelligentes, honnêtes, constructives

     

     

    Ah, merci; merci encore.

     

     

    Meuh Meuh Bouton d'Or, la vvvvache ! - intérim de Melchior

    01/01/2012, 15:16 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 01/01/2012 à 14:02

    jpylg : vous êtes chiant voilà. Car ON A COMPRIS CE QUE VOUS DITES.

    (je vous aime bien quand même, mais marre !)

    J'imagine votre fine réponse par avance.

    bonne année silencieuse.

    01/01/2012, 17:10 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de La Louve ἄλφα le 01/01/2012 à 15:16

    Quelle présomption ! On n'a jamais compris ce que dit le Grand Maître & Pontife des Perroquets Formatés & Informatés, vous pouvez m'en croire.

    01/01/2012, 20:55 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 01/01/2012 à 17:10

    MGL

    Ah bon. Alors il a peut-être raison d'insister.

    01/01/2012, 21:11 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de La Louve ἄλφα le 01/01/2012 à 20:55

    Il a toujours raison.

     

    Quand bien même viendrait-il dire, pour le plaisir de m'humilier: "Odieux Melchior, vous êtes un sot*, il est évident que je peux me tromper une fois de temps en temps", n'en croyez rien.

     

    * il emploie à mon endroit un mot plus fort, que je n'ose répéter.

    01/01/2012, 21:55 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 01/01/2012 à 21:11

    * il emploie à votre endroit un mot que vous n'osez répéter ...

    cher Melchior votre délicate pudeur est un enchantement !!!

    03/01/2012, 18:59 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de Myrelingues le 01/01/2012 à 21:55

    Oui, je suis son "con parfait". Ce n'est pas ma pudeur, qui est en cause, mais ma modestie.

    03/01/2012, 22:17 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 03/01/2012 à 18:59

    modestie d'être si parfait dans ce domaine ? Clin d'oeil

    05/01/2012, 15:55 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 03/01/2012 à 18:59

    @ MGL

    Alors c'est encore plus qu'un enchantement !!!

    01/01/2012, 13:50 | Par Georges AUSPITZ

    tout ça c'est du baratin;

    nous allons voter en 2012, 4 fois ;

    pour le plus beau, le plus grand, le plus petit ?

    le capitalisme s'est tué lui-même dans sa phase de financiarisation; son effondrement risque d'entrainer dans sa chute tout ce qui a été construit pour ajouter au monde un peu "d'humanité " , estomper la bestialité naturelle;

    les populations commencent à comprendre les responsabilités de la finance dans la crise actuelle ; nous devons donc y répondre, non par de veines promesses déjà non tenues, ou ne répondant pas aux problèmes posés, ou volontairement sans effets ;

    pour maitriser la finance, il faut nationaliser les banques, sans aucune indemnisation pour l'actionnaire(Frédérique Lordon); la banque est le maillon principal du système financier; il faut donc en prendre possession;

    ce choix dans l'action politique, au niveau d'un gouvernement, est désormais la frontière de la lutte des classes, gauche contre droite; l'autre frontière, qui se superpose totalement à celle-ci, est l'austérité; deux visions du même problème:

    la finance spéculative a englouti des montagnes de chiffres qui dépassent notre entendement;

    et depuis 2007, le problème reste posé, bien que maquillé :

    qui va payer cette montagne de dette privée du système financier spéculatif ?

    ceux qui l'ont fabriquée ?

    ou les peuples, les populations, cette montagne de dette privée étant repassée au public par un habile tour de prestidigitation ?

    les peuples, les population ne paieront pas, tout simplement parce qu'ils n'en ont pas les moyens; tout simplement, ils ne disposent pas de telles sommes, dont les montants sont incompréhensibles;

    on ne pourra donc pas dire qu'on ne savait pas, ou que l'on n'avait pas compris;

    lisons les programmes des candidats; notre vie future ne dépend que de nous ;

     

     

    01/01/2012, 14:04 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Georges AUSPITZ le 01/01/2012 à 13:50

    Je recommande votre commentaire, Georges Auspitz. _ Contrairement à certaines remarques découragées sur ce Fil, ces questions de fond sont l'objet de vrais débats dans le club, des débats tendus ou tranquilles (ce qui est normal vu les enjeux), mais courtois.

    01/01/2012, 14:58 | Par françois périgny en réponse au commentaire de Georges AUSPITZ le 01/01/2012 à 13:50

    Les ... "programmes", Georges Auspitz ? Comme au cinéma, au spectacle ? Ne pensez-vous pas qu'il vaut mieux se fier à "notre" volonté de changement ?

    Mais changer quoi, au juste ? Et que pouvons-nous changer si nous ne changeons pas nous-mêmes (nos habitudes de consommation, par exemple ; et ce n'est qu'un exemple parmis d'autres) ? Comptez-vous sur une délégation de pouvoir pour changer les choses ? Vous le savez, la crise est infiniment plus que seulement financiére... Il s'agit certainement, en fait, d'une crise de civilsation (et vous y faites allusion, à juste titre). Une "croisée des chemins".

    01/01/2012, 15:50 | Par Georges AUSPITZ en réponse au commentaire de françois périgny le 01/01/2012 à 14:58

    lire "les programmes" est pour moi le "service minimum " que j'estime pouvoir demander à une personne à qui je m'adresse;

    je suis militant dans un parti politique, je n'ai pas à le cacher; cependant, je n'aborde pas ce sujet sous l'angle de la propagande; je demande simplement à chacun d'aller s'informer;

    changer de comportement individuel est indispensable; mais dans le cadre où nous sommes, il n'est le résultat que d'une subite prise de conscience, qui en définitive, nous place en marge de la société telle qu'elle est, nous coupe de nos amis et de nos liens sociaux, indispensables à la vie "en société", et indispensables si l'on souhaite avoir un "rayonnement ", une influence sur notre entourage, le but final étant qu'une somme de comportements modifiés entraine une modification des comportements de l'ensemble de la société;

    pour y arriver, il me semble qu'il est indispensable de commencer à changer le cadre, de sorte que ce changement des comportements soit encouragé, et non pas contrarié par des puissances économiques très supérieures au simple individu que nous sommes les uns et les autres;

    d'autre part, je ne souhaite pas culpabiliser les ceux dont la prise de conscience est plus lente à émerger; dans un cadre donné , en définitive, chacun essaie de faire le mieux possible;

    ce qu'il faut donc changer, en priorité, c'est l'horizon que l'on offre à chacun :

    l'accumulation(égoïste) ou le partage(généreux) ;

    01/01/2012, 16:02 | Par Georges AUSPITZ en réponse au commentaire de Georges AUSPITZ le 01/01/2012 à 15:50

    on pourra, bien sûr, me faire le reproche d'avoir dévié le cours du sujet principal qui était tellement passionnant; et de voler la vedette à celui qui a provoqué autant de réponses; et de pondre mes oeufs dans son nid douillet;

    j'accepte, par avance, ces reproches; je l'ai fait expret, parce que je suis un militant ;

    si des problèmes parfaitement identifiés existent, je ne peux pas me contenter d'en accuser la terre entière, les autres ...

    il faut que je bouge; comme là ;

     

    01/01/2012, 17:15 | Par françois périgny en réponse au commentaire de Georges AUSPITZ le 01/01/2012 à 15:50

    Soit. Vous avez raison, Georges Auspitz.

    Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

    01/01/2012, 16:02 | Par jean_paul_yves_le_goff

    .

    jpylg : vous êtes chiant voilà. Car ON A COMPRIS CE QUE VOUS DITES.

    .

    Je fermerai ma gueule quand il me plaira et non pas quand 15h16 le voudra.

    .

    Certes, on a compris ce que je dis, mais on ne veut pas l'admettre. Et j'ai l'habitude de cela, d'où une certaine tendance que j'ai, effectivement, à la répétition.

    .

    Je disais donc que le problème, c'est pas les premiers adieux du pédant prétentieux insulteur du 31 décembre 2011, mais la conception foireuse du journalisme participatif, selon le patriarche manipulateur, depuis les débuts de Médiapart.

    .

    jpylg

    01/01/2012, 16:19 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 01/01/2012 à 16:02

    au 16:02

    ok mes excuses.

    Ce n'est pas que l'on veuille admettre ou non, c'est que, tout en répétant, vous pourriez trouver des formules un peu plus originales, ou romantiques, ou audacieuses ou humoristiques, ou en faire des poèmes......

    Cela éviterait que l'on se lasse et qu'on oublie le message.

    Si cette conception foireuse du journalisme participatif (ce qui ne veut rien dire à mon sens) ne vous convient pas ou si le patriarche manipulateur, depuis les débuts de Médiapart vous gêne, pourquoi ne pas prendre la place du Calife ?

    Ce serait un nouveau style : tous les ans les participants et journalistes éliraient les postulants. Cela marche, y paraît.

    le 16:16

    01/01/2012, 17:16 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 01/01/2012 à 16:02

    Allons bon, vlatipas qu'il prétend maintenant qu'on l'a compris. C'est à n'y rien comprendre.

    01/01/2012, 16:22 | Par jean_paul_yves_le_goff

    .

    16h19 pense peut-être qu'il n'est pas chiant.

    .

    jpylg

    .

    PS Les Français informent les Français

    01/01/2012, 17:01 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 01/01/2012 à 16:22

    @ 16:22 d'autant qu'un calife chiant, ça serait emmerdant.

    PS Les Français pensent comme des grands maintenant (ou du moins essaient) - Merci de ne pas les décourager. Un peu de confiance non de non.

    01/01/2012, 18:05 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 01/01/2012 à 16:22

    à 16 h 19 et à toute heure

     

    que Jésus soit dans mon coeur.

    01/01/2012, 19:24 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 01/01/2012 à 18:05

    C'est bien 18:05 Qu'il y reste, car je suis sûre qu'il n'est pas dans le mien. Ouf !

    01/01/2012, 20:03 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de La Louve ἄλφα le 01/01/2012 à 19:24

    Qu'en savez-vous ?

    01/01/2012, 21:01 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 01/01/2012 à 20:03

    Il me l'a dit. "je ne viendrai jamais dans ton coeur, ni dans ton esprit car tu es un être libre !" Il a tenu parole. Merci votre Dieu.

    01/01/2012, 21:14 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de La Louve ἄλφα le 01/01/2012 à 21:01

    Vous l'avez donc entendu ! Miracle ! Apothéose ! A genoux tous ! Alléluia !

     

    (Faut faire un billet: Miracle à Médiapart !)

    01/01/2012, 21:40 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 01/01/2012 à 21:14

    Moi, je l'ai vu - vous faites quoi ? vous rampez à plat ventre jusqu'à Katmandu ? Rire

    01/01/2012, 21:47 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 01/01/2012 à 21:14

    Melchior,

    morte (façon de parler) de rire. Et je suis prête à vous suivre à Katmandou (mais pas à plat ventre) pour voir s'il vous reconnaîtra comme un être libre.

    01/01/2012, 21:51 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de La Louve ἄλφα le 01/01/2012 à 21:47

    Nihile,

    J'espère que vous avez noté que ce n'est pas Melchior qui vous invite à aller à Katmandu, mais moi en personne (mhjozoux) qui invite Melchior à s'y rendre, car je l'ai vu et je la vois tous les jours !

    02/01/2012, 11:20 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de profil_inactif_145012 le 01/01/2012 à 21:51

    trop de champagne. Pardon.

    02/01/2012, 11:26 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de La Louve ἄλφα le 02/01/2012 à 11:20

    ça nous arrive à tous Sourire, le champagne aussi !

    02/01/2012, 07:42 | Par françois périgny

    Il semble que 21:47 se soit trompée, et s'est adressée à 21;14 pour répondre à 21 : 40, alors qu'en fait c'est à 16:02 qu'elle pensait répondre, peut-être.

    Mais c'était le 01/01/12, ceci explique peût-être cela. Dieu est partout et tout le temps, finalement, et réciproquement, comme les accents circonflexes au Lycée de Versailles.

    02/01/2012, 11:17 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de françois périgny le 02/01/2012 à 07:42

    En fait c'est une histoire de décalage horaire, il faut ajouter 1 heure à tous les 21 et retrancher 20 minutes au reste.

    (la SNCF a changé ses horaires par ailleurs)

    cordialement

    Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

    02/01/2012, 13:02 | Par Kaze Tachinu en réponse au commentaire de Alicia Romana le 02/01/2012 à 12:01

    S'il était besoin de démontrer l'intérêt d'un Média Participatif, ce billet avec interwiev complète, détaillée (très honnête ) de A.Perraud, qui éclaire son parcours et peut-être son choix récent :"L'Adieu aux Armes" ( car c'est un peu parfois "la guerre "des commentaires ), le fait.

    02/01/2012, 15:35 | Par Anne Guérin-Castell en réponse au commentaire de Kaze Tachinu le 02/01/2012 à 13:02

    Merci à Guydufau et Paolala. Ce sont vingt-cinq années de l'histoire de France Culture qui défilent.

    Cher Antoine, surtout n'arrêtez pas de n'en faire qu'à votre tête…

    02/01/2012, 14:47 | Par jean_paul_yves_le_goff

    .

    Cher Antoine,

    .

    N'oubliez surtout pas de rester loyal

    .

    jpylg

    02/01/2012, 18:40 | Par Kaze Tachinu en réponse au commentaire de Dominique Conil le 02/01/2012 à 18:25

    @Dominique Conil,

    J'aime bien votre message et le canal que vous avez choisi pour l'envoyer.

    C'est sensible, comme vos billets & articles sur les livres et sur leurs auteurs ; car c'est ce qui signe vos textes: l'empathie pour les sujets.

    On la retrouve là pour Antoine Perraud.

    02/01/2012, 22:00 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de Kaze Tachinu le 02/01/2012 à 18:40

    Dominique Conil

     

    J'en ai les larmes aux yeux. Les méchants et bêtes abonnés qui empêchent le gentil et intelligent Antoine de lire les commentaires.

     

    Le monde est vraiment mal fait. Pleurs

    03/01/2012, 00:06 | Par Dominique Conil en réponse au commentaire de profil_inactif_145012 le 02/01/2012 à 22:00

    Vous n'y êtes pas du tout. L'interruption d'un dialogue que tous demandent et que beaucoup refusent: c'est bien pire.

    Puis-je vous signaler que c'est comme ex-abonnée que je m'exprimais ? La tristesse que je ressens n'est pas personnelle, ne vise pas à vous tirer des larmes. Peut-être d'ici peu y aura-t'il un gentil forum-cour de récré d'un côté, un journal de l'autre, c'est fort possible. A l'image d'une société.L'un et l'autre s'ignorant, ce qui n'était pas le projet initial, plus dérangeant et plus intéressant. Ceci est ma dernière intervention sur le sujet: la deconnexion a du bon!

    04/01/2012, 00:58 | Par Kaze Tachinu en réponse au commentaire de Dominique Conil le 03/01/2012 à 00:06

     

    03/01/2012, 18:10 | Par lannig en réponse au commentaire de Dominique Conil le 03/01/2012 à 00:06

    Rien ! Ici c'est peut-être déjà trop !

    03/01/2012, 10:41 | Par Sylvain Lovefab en réponse au commentaire de Dominique Conil le 03/01/2012 à 00:06

    La décision d'Antoine Perraud peut se lire autrement.

    Peut-être a-t-il décidé d'en finir avec son goût de l'acharnement, de la méchanceté et de l'humiliation quasi-gratuites contre quelques isolés. Peut-être a-t-il pigé qu'il vaut mieux l'indifférence à l'égard de ce qu'il trouve bête et/ou méchant plutôt que de céder systématiquement à son désir de cogner facile et façon je me la raconte. Son billet est encore construit sur le modèle Moi et les gentils contre la lie. Mais peut s'y lire un début de questionnement sur la portée, peut-être l'efficacité, d'une propension à cultiver intensivement les cornichons que l'on dit ne pas supporter.

    La mauvaise monnaie chasse la bonne pour autant qu'on mettre la première en valeur. À ne plus lui répondre, Antoine Perraud est sur le chemin de donner toute la place qu'il souhaite aux interventions qu'il juge de qualité.

    Si telle est sa résolution, il faut s'en réjouir pour lui et pour ce qui a de la valeur.

    09/01/2015, 06:42 | Par Yannis en réponse au commentaire de Sylvain Lovefab le 03/01/2012 à 10:41

    Je ne vais pas encore écrire un trop long commentaire, mais je mets en lien ce texte critique sur Mediapart que certains ont peut-être lu, mais qui est resté bien confidentiel ici. Non que je trépigne d'avoir mon quart d'heure de célébrité sur ce journal en ligne, mais afin de donner un certains nombre de piste de réfléxion pour que journalistes, lecteurs et contributeurs ne soyons pas tous des déçus de l'aventure Médiapart, unique en son genre, mais qui doit aussi accepter d'être sous le feu de la critique. Ce n'est pas un chantage au désabonnement comme j'ai pu le lire sur certains fils, mais une réflexion que je livre ici.

     

    https://lapartmanquante.wordpress.com/2014/10/13/espoirs-grandeurs-et-deceptions-au-pays-des-mediapartiens/

     

    Le massacre à Charlie Hebdo nous dit quoi ? Que la liberté d'expression est vitale et à la fois peut être mortelle. Ne laissons pas la balance tomber du mauvais côté et acceptons le débat avec toutes les sensibilités, ou à défaut leur existence, leur nécessité (l'adversité fait souvent avancer au delà de ses propres oeillières), c'est aussi ça la liberté d'expression.

     

    Et si votre prose d'A Perraud sait être souvent blessante, elle n'est pas mortelle pour autant ; et elle m'a fait parfois bien rire, certains de vos articles m'ont complètement... emporté ! Alors pourquoi planter votre plume dans votre main puis dans votre propre coeur ?...

     

    07/01/2015, 08:44 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Dominique Conil le 02/01/2012 à 18:25

    J'étais, avant marronie, partie parce que cet échange participatif me paraissait anéanti, pour des raisons multiples, complexes ( et sans intérêt, généralement). J'étais partie parce que l'ordinaire scission entre rédacteurs et lecteurs sortait renforcée de l'affaire: la rédaction généralement ne répondait pas, ne lisait pas le Club, et nombre d'abonnés intéressants, enthousiastes disparaissaient, se taisaient, étaient noyés par la sélection du jour. C'est un fait aujourd'hui. La différence entre forum et site.

    De mon point de vue, le drame de Mediapart est d'être tombé dans la gueule d'une ou plusieurs Société de Service en Ingénierie Informatique de la même dangerosité que http://fr.wikipedia.org/wiki/Electronic_Data_Systems ayant le même état d'esprit que http://fr.wikipedia.org/wiki/Ross_Perot sicksicksick...

    Il est grand temps de confier le Système d'Information Participatif Assisté Par Ordinateur à une Société de Service en Ingénierie Informatique SÉRIEUSE CoolCoolCool.

    De nombreux abonnés, qui savent ce que abonné sur Mediapart veut dire, peuvent le faire et nous comptons, dans ce domaine de l'appui de très, très grande valeur d'Alain Simon qu a commencé à faire un travail très sérieux dans ce billet : http://blogs.mediapart.fr/blog/asn/011214/la-pensee-mythique CoolCoolCool !!!

    NE PAS METTRE CE TRAVAIL A LA POUBELLE prayingprayingpraying !!!

    A bientôt.

    Amitié.

    03/01/2012, 22:49 | Par jafr

    Il n'y a pas longtemps Antoine Perraud dénonçait une conspiration négationniste sévissante au sein même du club mediapartien tout en refusant de préciser à qui et à quel propos il faisait allusion.

    Aujourd'hui il dénonce la conspiration de la populace qui insulterait son intelligence, bien sur sans plus de précisions.

    Je crois qu'Antoine Perraud devrait prendre quelque repos, le temps nécessaire à la méditation au calme sur le sens même de son métier de journaliste puis de celui du journaliste à Mediapart.

    Il devrait arriver, une fois sorti de sa bulle, à comprendre que sa plainte serait attendrissante si elle n'était insultante pour les abonnés à Mediapart.

     

    Car il est choquant de reprocher, comme il le fait, le manque d'intelligence aux lecteurs qui achètent le droit de le lire.

    04/01/2012, 16:21 | Par Marc Daniel LEVY en réponse au commentaire de jafr le 03/01/2012 à 22:49

    Vous achetez, vous achetez....

     

    Tout n'est-il pas "marchandise" ...?

     

    Cela ne fait pas de tous des VENDUS.

    04/01/2012, 18:05 | Par jafr en réponse au commentaire de Marc Daniel LEVY le 04/01/2012 à 16:21

    Ça doit être du au delà du 3° ? Je suis désolé mais ça dépasse mes facultés.

    Avec mes regrets sincères.

    Je suis un homme simple, vous savez?

    02/01/2012, 22:41 | Par Virgil Brill

    Maintenant que j'ai vu la vidéo où Antoine Perraud explique pourquoi il rejoint Médiapart, maintenant donc que je l'ai vu, que j'ai entendu sa voix, que j'ai, forcément, perçu son humaine fragilité, je n'ai vraiment plus du tout envie de parler de lui, de le réifier, de le figer dans telle ou telle attitude…

    On peut lui reprocher ceci et cela, je ne suis pas le dernier à le faire. Mais bah, qu'importe. Une belle intelligence, même un poil caractérielle, je me dis que c'est toujours bon à prendre…

    J'espère qu'il saura m'étonner et au diable le reste.

    03/01/2012, 10:02 | Par jean_paul_yves_le_goff

    .

    @ Virgill Brill

     

    Votre capacité à noyer les problèmes sous couvert de bons principes et de raisonnements tempérés est remarquable et, d'ailleurs, très en vogue dans une bonne partie du "club" de Médiapart.

    .

    On l'a pourtant déjà dit maintes fois, mais il n'est pire sourd... et les sourds dans le club sont nombreux. Le cas personnel d'Antoine Perraud n'est pas le sujet, ni son éventuel talent, ni son droit à s'exprimer librement. On peut même lui trouver une grande valeur professionnelle, en tant que journaliste à l'ancienne.

    .

    En tant que journaliste participatif, depuis ses premières interventions, jusqu'à ce dernier épisode, c'est-à-dire ses adieux à la lie, son cas témoigne de la difficulté de mettre en place un nouveau système informatif mutuel où les Français informeraient les Français. De plus, certaines libertés qu'il s'est permises et que son statut de journaliste salarié aurait dû lui interdire ne s'expliquent que par le soutien constant qu'il a reçu de la direction.

    .

    Donc, la conception du journalisme participatif qui est celle d'Antoine Perraud n'est pas à dissocier de celle d'Edwy Plenel et de celle de Médiapart en général, même si tous les journalistes de Médiapart ne se sont pas permis ce que Antoine Perraud se permettait.

    .

    Et s'il plait à certains de faire de cette élite qu'il représenterait une victime de la lie, cela veut dire que la conception du journalisme participatif qui est celle de Médiapart n'est pas seulement cette de la direction, mais qu'elle est approuvée par une bonne partie du public de Médiapart, ceux qui ne participent pas aussi bien que ceux qui participent.

    .

    Si c'est la loi de la majorité qui a forcément raison comme dans ce régime que nous appelons "démocratie", tout est bien; personnellement, je ne crois pas que ce soit cela le journalisme participatif, la formule de l'avenir. Mais Médiapart, par ses erreurs, y contribue.

    .

    jpylg

    .

    PS Les Français informent les Français

    03/01/2012, 13:23 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 03/01/2012 à 10:02

    jpylg

    Votre capacité à noyer les problèmes sous couvert de bons principes et de raisonnements tempérés est remarquable et, d'ailleurs, très en vogue dans une bonne partie du "club" de Médiapart.
    Alors comme ça, cher jpylg, je suis tendance ? Diable, vous m'inquiétez, je vais consulterSourire
    Je n'ai pas le sentiment d'avoir noyé le problème mais simplement d'avoir parlé d'autre chose en exprimant une humeur. Sur le fond, quand vous rappelez que Le cas personnel d'Antoine Perraud n'est pas le sujet, ni son éventuel talent, ni son droit à s'exprimer librement. On peut même lui trouver une grande valeur professionnelle, en tant que journaliste à l'ancienne, j'estime que vous avez complètement raison. Et quand vous ajoutez que sa conception du journalisme participatif ne peut être dissociée de celle de l'équipe de Médiapart, directeur compris, je pense aussi que c'est vrai. Avec une nuance : je m'accommode plus facilement des éclats de Perraud (qui constituent en somme une sorte de participation dépourvue d'intelligence sociale) que de la silencieuse surplombitude de certains de ses collègues …

    PS - L 'animosité que vous manifeste celui dont nous parlons (et dont j'avais dit que je ne voulais plus parler…), suivi en cela par un certain nombre de ceux que vous appelez oui-ouistes, me paraît symptomatique de ce que vous dénoncez dans la mesure où, à votre façon délicieusement grincheuse, vous êtes à mon avis un pilier exigeant et actif du participatif. Il est vrai que Caton l'ancien n'était guère populaire. Mais en fin de compte Carthago delenda fuit…Donc, surtout ne lâchez rien.

    03/01/2012, 13:27 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de Virgil Brill le 03/01/2012 à 13:23

    .

    surtout ne lâchez rien.

    .

    Merci

    .

    jpylg

    03/01/2012, 10:01 | Par mère-grand

     

    "au diable le reste", oui, et les insultes, insupportables !

    "caractérielle" ? ou libre (tant que faire se peut) et indépendante ?

    Respectable, dans tous les cas.

    Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

    03/01/2012, 12:51 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Silvagni le 03/01/2012 à 11:07

    Un commentaire décoiffant que je recommanderais 50 fois si cela était possible.

    03/01/2012, 13:25 | Par Sylvain Lovefab en réponse au commentaire de Art Monica le 03/01/2012 à 12:51

    Parfois, recommander une seule fois, c'est techniquement difficile...

    03/01/2012, 13:31 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Sylvain Lovefab le 03/01/2012 à 13:25

    En fait, Mediapart a changé la règle sans nous en informer. _ Les recommandations sont comptabilisées, mais elles ne sont visibles qu'à partir de 6. Nous recommandons donc en aveugle tant que le chiffre 6 n'est pas atteint...

    04/01/2012, 16:41 | Par lannig en réponse au commentaire de Art Monica le 03/01/2012 à 13:31

    Ravi de l'apprendre !

    03/01/2012, 13:29 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de Art Monica le 03/01/2012 à 12:51

    Décoiffant ?

    Circonstancié, précis, équilibré, nuancé, ferme, lucide. Je trouve que ça fait le point.

    J'ai recommandé moi aussi.

    Qu'en pense jpylg ?

    03/01/2012, 13:33 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de Virgil Brill le 03/01/2012 à 13:29

    .

    Pour ce que j'en ai vu, il me semble bon. Mais je n'ai fait que le survoler. J'ai mes idées bien arrêtées sur la question. La longueur, sur Médiapart (et sur tous les forums de discussion) est un grave défaut. Si l'on a besoin de faire long, il faut, à mon avis, changer de support.

    .

    Dans le cas présent, ce que j'aurais conseillé, c'est deux ou trois phrases synthétiques et s'il y a démonstration - nécessairement longue - la mettre en pièce jointe en PDF.

    .

    jpylg

    03/01/2012, 13:38 | Par Art Monica en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 03/01/2012 à 13:33

    Virgil Décoiffant, oui, pour certaines mises en plis.

    03/01/2012, 13:44 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de Art Monica le 03/01/2012 à 13:38

    .

    @ Art Monica

    .

    C'est bon, ça.

    .

    jpylg

    03/01/2012, 18:38 | Par MG2 en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 03/01/2012 à 13:44

     

    SIlvagni,

    merci pour votre pertinent et fécond commentaire, je le recommande !

    30/12/2013, 11:43 | Par Liberté, égalité, fraternité en réponse au commentaire de Silvagni le 03/01/2012 à 11:07

    Excellent. Surtout la conclusion : "prenez garde à ce que notre cher Médiapart ne devienne, à force de mépris et de mauvaises pratiques, un repaire de fayots et, en fait de média participatif, une triste et servile médiatarte à la crème..."

    Tout étant relatif, il se pourrait que la crème et la lie soient confondus par certains bobos...

    03/01/2012, 22:54 | Par jafr

    J'ai du mal à m'attendrir sur le cas Antoine Perraud et son souci digne d'une "Gazette du Patronage".

    Les sujets abordés par le Mediapart souvent intéressants et graves nécessitent du sérieux et de la responsabilité journalistique qui manquent manifestement à ce monsieur.

    Contrairement à ce qu'il insinue et reproche à ses lecteurs, avec toupet et mépris, ce ne sont pas les réactions des crétins qui font fuir les lecteurs intelligents mais la qualité du travail du journaliste.

    L'erreur du casting ça existe!

    03/01/2012, 14:43 | Par Sylvain Lovefab en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 03/01/2012 à 13:44

    En admettant que votre dernière phrase soit statistiquement vraie (beaucoup s'incluerait dans la petite poignée dénoncée par Antoine Perraud), cela ne peut être le fruit du hasard ou de l'incompréhension.

    Le plaisir de faire mal - en écrasant de son surplomb professionnel et culturel ce qui n'était parfois qu'une interpellation - satisfait peut-être un des désirs du journaliste. Je ne vois pas ce qu'il apportait au "participatif" et je crois que c'est cela qui a été perçu par beaucoup: à se complaire dans un trip perso un peu sado, la plus-value collective devenait nulle.

    Pourtant, Antoine Perraud, de mémoire (et je peux me tromper), fut l'un des seuls à faire du participatif qui bouge un peu les lignes et les conventions: il me semble que c'est lui qui est intervenu sur un billet d'un de ses (jeunes) confrères, qui s'était lancé (il y a deux ans) dans la rédaction de nécro de personnes (et confrères!) encore vivantes. Il avait appelé à un peu de retenue et à considérer la violence symbolique de l'exercice de style. Ca, c'était du débat.

    Antoine Perraud sait donc faire. Arrêter de taper au marteau sur quelques mouches - en braquant tout le monde - pour remuer un peu le consensus d'ici le site. Si c'est ça la résolution, c'est tout bon.

    03/01/2012, 15:37 | Par Jaren en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 03/01/2012 à 13:44

    Bonjour Le Père Vert Pépère, merci pour la lucidité.

     

    "Il semblerait, vu le nombre de réactions virulentes, que beaucoup se sont d'eux-mêmes inclus dans cette petite poignée agissante. "

     

    Premier commentaire qui rassemble le troupeau pour lui indiquer le chemin de l'espace où il faut paître.

     

    9 euros / mois semblent être le bon "denier du culte" pour s'autoriser à déverser autant de haine.

     

    Dommage que ces "inclus" évitent soigneusement le rapport entre ces 9 euros et les centaines de millions d'euros que nous déversons, agenouillés et tête basse, aux pieds de nos dieux financiers.

     

    Si Antoine Perraud me gêne, je ne le lis pas. J'éxiste !

     

    Si je ne peux plus payer mon loyer, je dégage. Je n'existe plus !

     

    Merci aux lecteurs de reconnaître qu'entre les 2 "si", il existe un espace qui nous rapproche davantage du Toinou que de ceux qui écrivent notre misère pour leur interêt personnel.

     

    NB : j'ai évité la manipulation de la petite poignée agissante ... c'est toujours le même sourire que nous affichons lorsque nous apprenons que nous venons d'être manipulé.

    03/01/2012, 16:45 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 03/01/2012 à 13:44

    Un texte, quel qu'il soit, suscite des interprétations. Il serait donc vain, et absurde, de déterminer que telle interprétation est juste, telle autre est fausse. _ Chacun voit midi à sa porte. Chaque porte étant située en différents endroits du site Mediapart, et à des distances variées de la lumière solaire ou lunaire, les interprétations divergent. Elles continueront à diverger, quelle que soit la couleur des commentaires poussant, clairement, à privilégier une interprétation - la prétendue "bonne" interprétation. _ Et c'est très bien ainsi. La pensée ne peut être unique, ou alors elle n'est pas.

    03/01/2012, 18:43 | Par Jaren en réponse au commentaire de Art Monica le 03/01/2012 à 16:45

    Smileys

    Bonsoir Monica, il manque ce tout p'tit truc pour dépasser le constat ...

     

    PS : je ne sais plus si c'est vous qui avait posté 1 lien sur une vidéo entre E. Chouard et une journaliste Suisse.

    2h30 de video sans aucune interpretation possible.

    J'adore Chouard, il habite dans mon village ... est 1 interpretation

    Jaren se géoference au même endroit qu'Etienne ... est un constat

     

    Salut Monica, j'imagine toutes les interpretations ...

    Je nous souhaite de vous garder telle que vous êtes et ... je vous souhaite tous les bonheurs auxquels vous aspirez.

     

    03/01/2012, 17:50 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 03/01/2012 à 13:44

    LE PERE VERT PEPERE

    Non ce qui a fait réagir les commentateurs, c'est le ton et l'agression du billet. Il dit au début de son commentaire et il s'adresse à tous sans préalable restrictif :Je crois que nous ne pouvons plus mener la même conversation démocratique qu'à nos débuts, où la crème de la crème des abonnés donnait le «la». La lie imprime aujourd'hui la cadence.

    Et il prétend que ses meilleurs interlocteurs s'adressent à lui en privé, donc il est pour la participation sélective.

     

    Il aurait dû commencer son billet ainsi si, si ce je que vous prétendez était vrai :

    Je vous informe de mon adieu au participatif étant donné la bêtise, la méchanceté, l'aveuglement et/ou la mauvaise foi d'une petite poignée agissante. Je m'explique afin que ceux et celles que j'ai croisés et appréciés comprennent ma décision ...........

    et seulement ensuite enchaîner sur son histoire de crème de la crème et lie.

    03/01/2012, 18:18 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de La Louve ἄλφα le 03/01/2012 à 17:50

    "il aurait dû" - mais s'il avait, ce ne serait plus Antoine Perraud ! Rire

    03/01/2012, 17:14 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 03/01/2012 à 13:44

    Le Père Vert Pépère

     

     

    Mais quel con celui-là ! (Il a vraiment tout compris).

     

    04/01/2012, 11:01 | Par Silvagni en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 03/01/2012 à 13:44

    @Père Vert...

    "Il semblerait, vu le nombre de réactions virulentes, que beaucoup se sont d'eux-mêmes inclus dans cette petite poignée agissante. "

     

    Pas sûr! En revanche, vous vous en excluez d'office: seriez-vous de la tribu dite "de la crème de la crème"?

    04/01/2012, 11:16 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de Silvagni le 04/01/2012 à 11:01

    seriez-vous de la tribu dite "de la crème de la crème"?

     

    Oseriez vous en douter ?

    04/01/2012, 11:19 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Virgil Brill le 04/01/2012 à 11:16

    Ce commentaire a été recommandé par la rédaction dés qu'il a été édité hier.

     

    Il s'agit d'un élément princeps du story telling Tranquile

    04/01/2012, 20:45 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de Silvagni le 04/01/2012 à 11:01

    @Silvagni,

    Etre du côté de la lie ou du côté de la crème de la crème est principalement une question d'opinion de soi. J'ose effectivement affirmer que ceux qui se sentent choqués des commentaires caustiques d'Antoine Perraud (souvent au delà du raisonnable d'ailleurs) ont une piètre opinion d'eux-mêmes.

    07/01/2015, 08:28 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 03/01/2012 à 13:44

    Il convient de rappeler, à ce stade, qu'Antoine Perraud ne s'en prend qu'à une "petite poignée agissante" et non pas à l'ensemble des lecteurs.

    Nous nécessitons, ABSOLUMENT, d'être convaincu par cette affirmation CoolCoolCool...

    Nous avons tous cognés comme des sourds sur Géraldine Delacroix car nous étions tous, aussi sincèrement que faussement, convaincus qu'elle était responsable du "déconseiller" http://www.franceculture.fr/emission-la-chronique-de-philippe-meyer-chronique-de-philippe-meyer-2013-12-10 , des 404 d'un ridicule parfois sans borne comme lorsqu'il s'agit de censure un billet de velveth, et des censures sèches et sans explication ni justification sicksicksick .

    Nous avons ABSOLUMENT besoins de savoir qui se cache derrière les agissements de plus en plus néfastes du service de gestion des messages pour pouvoir, enfin, engager  un dialogue prayingprayingpraying .

    Il en va de la survie, et je parle au premier degré, des nombreux abonnés dont la principale raison de vire est Mediapart Bouche cousueBouche cousueBouche cousue.

    A bientôt.

    Amitié.

    Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

    03/01/2012, 16:08 | Par bendidonc

    Antoine Perraud est davantage un écrivain, un artiste, un idéologue.....pour lui seul le meilleur est défendable, un peu comme Jacques Derrida, qui un peu avant sa mort, dans une interview du Monde avait eu ce cri superbe :

    "Renoncer à un pli, un paradoxe, une contradiction pour etre compris de tous est une obscénité inacceptable"

    Celui qui nous dépasse nous entraine et nous aspire, nous arrache à la léthargie.....mais le plus souvent le frolement ne suffit pas : il faut l'empoignade, la promiscuité, le corps-à-corps....

    03/01/2012, 22:24 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de bendidonc le 03/01/2012 à 16:08

    une obscénité inacceptable ou une erreur gravissime dans l'expression ou la formulation !

     

    04/01/2012, 18:40 | Par jafr

    Pour limiter la confusion:

    "…notre modèle participatif est désormais perdu pour l'intelligence. La lie imprime aujourd'hui la cadence…"

    AP ne s'en prends pas qu'à une petite poignée agissante, il reproche à ses lecteurs de suivre la cadence imprimée par la lie! Pis. Il s'en avoue lui même submergé: Au secours nous risquons tous de devenir aussi idiots et vils qu'eux!

    Ainsi il nous prends non seulement à témoins mais il nous demande de faire le tri entre nous même. De dire "moi je ne suis pas de la lie" ce sont les autres, mais alors qui, voyons voir….

    Je trouve ce procédé répugnant! Il l'a déjà pratiqué en insinuant qu'il y a parmi nous des negationnistes. Et c'était aussi à nous de nous méfier, de voir et de dénoncer les autres…

    Je trouve ce procédé, cette mentalité révoltante. Qui rappelle quelque chose…

    Car si je suis là c'est parce que le texte que je lis m'intéresse, m'inspire. Je fais, comme tout le monde, je trie mes textes. On réagit aux textes et aux idées qui nous inspirent. On n'insulte pas les auteurs de textes qui ne nous inspirent pas! Or c'est bien ce que fait AP. (Suit une insulte supprimée par pitié...et qui manque, du coup.)

    03/01/2012, 18:51 | Par chiara.v

    Tout à fait d'accord avec le billet de Silvagni, un peu plus haut.

    M'étant fait rabrouer comme "enfilant des perles" ou cherchant "des poux dans la tonsure" d'Antoine Perraud, simplement pour avoir fait des remarques courtoises, mais qui n'ont pas été du goût de l'auteur, j'avais décidé de laisser cette tempête dans un verre d'eau se calmer. Choquée, comme beaucoup d'autres, par la violence et le mépris des expressions utilisées pour critiquer la lie et louer la crème... J'ai, comme beaucoup d'autres, de l'estime et du respect pour Antoine Perraud. Sa réaction épidermique, venant d'un journaliste de métier, m'étonne. Respecter ses lecteurs me semble le BA BA du métier. S'il se sent outragé par des commentaires réellement insultants, le mieux est de laisser tomber. Comme dirait je ne sais plus qui, les crachats retombent sur la tête de ceux qui les lancent. Mais de là à en faire une affaire d'Etat...

    Et une autre remarque. Quelle conception de la culture cette attitude révèle-t-elle ? Je crois profondément que culture rime avec ouverture. Si la culture est réservée à une élite qui regarde son nombril, où est son intérêt ? Je crois aussi qu'elle sert à nous rendre meilleurs, plus bienveillants avec autrui. En écartant nos oeillères - nous en avons tous - en nous faisant sortir de notre ego. Je traduis beaucoup d'auteurs ; les plus "grands", j'ai pu le vérifier, sont ceux qui ignorent l'arrogance. Qui, lors de rencontres avec les lecteurs, n'envoient jamais bouler personne, même si certaines remarques ou questions sont parfois saugrenues.Qui, avec leur traducteur, sont disponibles, certes exigeants mais jamais méprisants.

     

    03/01/2012, 18:54 | Par Jaren en réponse au commentaire de chiara.v le 03/01/2012 à 18:51

    chiara.v

    " Je traduis beaucoup d'auteurs ; les plus "grands", j'ai pu le vérifier, sont ceux qui ignorent l'arrogance. "

    Et donc de l'avoir écrit est d'une grande jouissance. N'est-il pas ?

    03/01/2012, 19:17 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de chiara.v le 03/01/2012 à 18:51

    Avec vous cent pour cent.

     

    J'ai vécu un bel exemple de cette conception de la culture en assistant pendant plusieurs mois aux conférences et cours de l'Université Ouverte de Franche-Comté à Besançon où des professeurs chercheurs, parfois auteurs connus, partagent leur savoir, de l'histoire, philosophie, droit, ou sciences physiques, avec les auditeurs dans un respect mutuel très porteur.

    C'est là une situation assez exceptionnelle, et résidant aujourd'hui temporairement à Lyon, je ne trouve pas tout-à-fait cette même façon de partager la culture, et prends donc autant que possible le train pour Besançon !

    03/01/2012, 19:04 | Par Le Père Vert Pépère

    Nous touchons, je crois, au fond du problème au vu des commentaires qui suivent le précédent mien.

    Antoine Perraud s'arroge le droit que s'accorde tous les abonnés qui commentent, celui de dire ce qu'il a envie de dire.

    Ce qui ne serait pas légitime pour un journaliste.

    En disant cela, ils accordent au journaliste ce qu'ils lui reprochent, une position surplombante qui devrait l'obliger une certaine réserve.

    Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

    03/01/2012, 19:19 | Par profil_inactif_145012 en réponse au commentaire de Alicia Romana le 03/01/2012 à 19:14

    Dire ce qu'on a envie de dire ? Non, certainement pas.

    Un bon nombre d'entre nous réfléchissons avant d'écrire, et maitrisons nos moments d'agacement.

    03/01/2012, 20:04 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de profil_inactif_145012 le 03/01/2012 à 19:19

    Un bon nombre, mais pas tous, mhjozoux.

    03/01/2012, 19:49 | Par chiara.v

    Ce qu'on a "envie" de dire ? Il y a l'impulsion, et la raison. Un prof peut avoir envie de taper sur ses élèves, de les injurier. En général, il évite de le faire... Il y a les comportements adolescents et les comportements responsables. On peut peser ce que l'on dit. Et même, pourquoi pas, être hypocrite pour préserver les relations sociales. Mais il est vrai que nous sommes dans une société où ce qui règne est la slogan "parce que je le vaux bien"... Où certains adorent se prendre pour des petits Galilée persécutés par la bête et méchante Inquisition...

    03/01/2012, 20:03 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de chiara.v le 03/01/2012 à 19:49

    Il n'y a pas ici de professeurs ou d'élèves, chiara.

    31/01/2014, 15:18 | Par raymond.chermat@orange.fr en réponse au commentaire de chiara.v le 03/01/2012 à 19:49

    Bonjour ! On peut peut-être dire aux élèves que meur avinir est en danger, et de participer à leur  destin ! 

    Lecture ci-dessous : Parlez-en si affinité ! Merci

     Que le soleil vous baigne de sa lumière Matutinale

     

     

     INTROSPEECTION : Titre sorti chez Edilivre, en librairies, FNAC.

     

    INTROSPECTION: Est-elle mythique? Est-elle onirogène ? Sera-t-elle oniricide ?

     

    Ne soyons pas coupable de ne pas penser au futur ! Nous avons l'impérieux devoir de laisser en héritage une terre vivable.

    Comment faire ?

    Les recherches fondamentales et les recherches appliquées,sagement, sont impératives ! L'espèce humaine est prédatrice ! La nature et l'humanité sont en danger ! Est-ce irréversible ?

    Il est impératif et urgent pour nous et le futur de notre planète, de mener une action réfléchie, intelligente et énergique, contre le nucléaire et ses multiples et insidieuses maladies qui s'ajoutent, aux maladies induites par les multiples et insidieuses pollutions diverses.

    Un autrement s'impose. Soyons Européens exemplaires dans le monde !

    il faut créer un destin ! Il y a du travail pour les futurologues !

    Emblavons le bon grain.

     

     

    EDILIVRE, FNAC et LIBRAIRIE

    raymond.chermat.over-blog.com

     

    Introspection

    ISBN : 9782332591357

     

    Biographie :Raymond Chermat

    " À qui n'interroge pas tout, rien ne se révèle"

    Victor Hugo

     

     L'absence de révélation ne risque pas de toucher Raymond Chermat, ce pourfendeur de la connerie humaine, des guerres, de l'injustice, du pouvoir exorbitant de l'argent, des discours politiques creux, de l'hypocrisie de l'Eglise et de bien d'autres choses...

    Un humaniste - penseur libre - qui s'est forgé tout seul, à force de volonté et d'interrogations, plutôt optimiste malgré tout, un peu utopiste mais on voudrait tant qu'il ait raison !

    Beaucoup de ses exemples proviennent de son enfance et de sa jeunesse et il ne laisse pas deviner qu'il est devenu un de ces chercheurs qu'il admire tant et en qui il a si confiance pour l'avenir. Mais s'il avait à refaire sa vie, je me demande s'il n'opterait pas pour la futurologie !

    Professeur Pierre Simon

     

     

    03/01/2012, 22:10 | Par chiara.v

    Vous avez raison, j'ai pris un exemple discutable.Pas adapté à notre discussion ici.

    Mais je maintiens que les mots ont un poids, et que, avant de les lâcher comme des armes, il n'est pas mauvais d'en mesurer la portée.

    03/01/2012, 22:14 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de chiara.v le 03/01/2012 à 22:10

    Vous avez tout à fait raison, Chiara.

    Et tout le monde, je dis bien tout le monde, devrait mesurer le poids de ces armes.

    04/01/2012, 17:06 | Par La Louve ἄλφα en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 03/01/2012 à 22:14

    Merci de m'expliquer comment je peux mesurer le poids de mes armes.

    06/01/2012, 13:55 | Par POJ

    Je suis surpris par ce comportement d'un homme de média. Il devrait plutôt s'essayer à accepter ses contemporains tels qu'ils sont. La mission de l'intellectuel est d'éduquer et on n'éduque personne en s'isolant dans le confort d'une thébaïde à choisir ses interlocuteurs, qui, sans doute, n'ont plus besoin de l'être, éduqués.

    .

    Refuser la réalité sociale venant d'un journaliste de Médiapart fait qu'on passe très étonnamment du participatif présent au participatif passé.

    .

    Antoine Perraud ne risque-t-il pas de fermer aussi un jour sa boîte aux lettres déçu de lire des propos qui ne lui plaisent pas assez ?

    .

    Reprenez-vous, cher Antoine. Il y a bien pire dans la vie que quelques commentaires qui pourraient vous déplaire.

    07/01/2012, 13:23 | Par Axel J en réponse au commentaire de POJ le 06/01/2012 à 13:55

    Conformez-vous, Antoine Perraud.

    Rentrez dans le rang. Une seule pensée, une seule conduite. Veux voir qu'une tête!

    14/02/2012, 13:54 | Par Henri Poste

    Drôle de Tournure !

    Votre comportement ne mérite pas le moindre égard,vous avez raison fuyez nous.

    Le Père Vert pépère lui a vraiment tout compris.

    Un sabir .

    02/03/2012, 10:53 | Par Vivre est un village

    Bonjour Antoine,

    Je comprends votre réaction ce qui ne veut pas dire que j'y adhère, bien au contraireCriantCriantCriant !!!

    Il y a, heureusement pour Mediapart et pour la qualité et nature de son action, de nouveaux abonnés Sourire...

    Ils sont parfois sans diplôme, voir sans emploi, ce qui leur donne l'obligation de se battre au quotidien avec leurs armes qui sont souvent de très riches armes Sourire.

    Pour ne vous citer qu'une exemple, je vous citerai celui de la dame du bois-joli et il est loin d'être isolé Sourire...

    Je me permets de vous citer l'une des miennes : http://blogs.mediapart.fr/blog/vivre-est-un-village/010411/une-nouvelle-equipe-est-nee-le-rugby-club-virtuel-de-vichy-ger et un commentaire, de votre part pour que, si vous le souhaitiez, y fassiez un commentaire Clin d'œil...

    En ce qui concerne certains "anciens abonnés" Bouche cousueBouche cousueBouche cousue !!!

    SI vous souhaitez sortir de vos "sentiers battus", adhérez à notre nouveau mode participatif En prière ...

    A bientôt Bonne chance !.

    Amitié Étreinte.

    03/03/2012, 12:47 | Par Kaze Tachinu en réponse au commentaire de Vivre est un village le 02/03/2012 à 10:53

    Quel sympathique,Sourire aimable messageSourire, Vivre est un village !

    Vraiment, Mr Perrault devrait le lire et en tenir conte !

    03/03/2012, 14:21 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Kaze Tachinu le 03/03/2012 à 12:47

    Quel sympathique,Sourire aimable messageSourire, Vivre est un village !

    @ leventselve2012

    Merci RougissementRougissementRougissement.

    19/09/2013, 16:26 | Par Bodisatva

    Pour comprendre un peu de quel participatif il s'agit et que sans aide extérieure la chose est vaine :

    http://salon-litteraire.com/fr/bernard-de-souzy/review/1804017-a-propos-du-livre-mon-pere-ce-tortionnaire

    29/12/2013, 19:42 | Par MissFaff en réponse au commentaire de Bodisatva le 19/09/2013 à 16:26

     

    Je vous attends cher Bodisatva...

    Belle plume. Belle glande à venin assumée pleinement, sans hypocrisie...

    Je vous attends, et en attendant joyeux réveillon où que vous soyez!!!

    VIVE LA LIBERTE!!!

    Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

    29/12/2013, 13:08 | Par Cédric Dumond

    On ne peut pas utiliser le net pour s'exprimer librement et en même temps refuser ses règles. Les commentaires ne sont là qu'à titre indicatif. Ils ne participent pas à l'article mais "commentent" simplement, comme leur nom l'indique. Ils sont une sorte de thermomètre instantané, pas nécessaires mais selon moi intéressants, justement car n'importe qui peut participer. Personne n'est obligé de les lire, ce n'est que par curiosité qu'on le fait. Les interdire ou les nier vous soulagera peut-être d'avoir à les supporter, mais n'empêchera pas les posteurs de les penser. Je crois personnellement qu'il vaut mieux savoir ce que certains pensent, même si cette pensée n'est pas la notre. Quand à votre jugement, il est ridiculement élitiste ! Certains seraient donc "indignes" de vous parler, trop "stupides" pour avoir le droit de donner une opinion contraire à la votre. Drôle d'idée de la liberté d'expression et de "l'autre"... Moi j'appelle ça du mépris, sous couvert de bien-pensance. Vous vous sentez visiblement nettement supérieur intellectuellement à tous ces débiles qui, malgré tout, vous lisent et osent vous commenter, mais attention Mr Perraud : on est toujours le con d'un autre, vous savez...

    06/01/2015, 11:28 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Cédric Dumond le 29/12/2013 à 13:08

    Vous vous sentez visiblement nettement supérieur intellectuellement à tous ces débiles qui, malgré tout, vous lisent et osent vous commenter, mais attention Mr Perraud : on est toujours le con d'un autre, vous savez...

    Antoine a besoin d'urgence d'une psychothérapie mai sil est impossible de le convaincre sicksicksick ...

    Pour une véritable offre de valeur ajoutée dans la gestion des messages lire et participer aux travaux qui se construisent autour de  : http://blogs.mediapart.fr/blog/asn/011214/la-pensee-mythique CoolCoolCool !!!

    A bientôt.

    Amitié.

    29/12/2013, 18:56 | Par JoëlMartin

    "J'ai donc pris une excellente résolution pour 2012: ne plus lire les commentaires, donc ne plus en rédiger. "

    C'était en 2012...

    Bon réveillon 2013-2014, Antoine Perraud...

    17/02/2014, 02:48 | Par Boris Carrier en réponse au commentaire de JoëlMartin le 29/12/2013 à 18:56

    résolution rompue en 2014 si l'on en juge dans le fil de http://www.mediapart.fr/journal/international/160214/yaroslav-hrytsak-le-nationalisme-ukrainien-est-pluriel?onglet=commentaires et de ceux des reportages sur Lviv.

    06/01/2015, 11:24 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de JoëlMartin le 29/12/2013 à 18:56

    Bon réveillon 2013-2014, Antoine Perraud...

    Question existentielle et essentielle : Limer est-il toujours un village http://blogs.mediapart.fr/blog/bernard-bigenwald/130114/limer-est-un-village-ou-los-du-mollusque rolling on the floorrolling on the floorrolling on the floor ???

    A bientôt.

    Amitié.

    21/03/2015, 09:19 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Vivre est un village le 06/01/2015 à 11:24

    Merci de la pub ! 

    23/03/2015, 09:05 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 21/03/2015 à 09:19

    Merci de la pub !

    Il ne s'agit pas de "pub" mais de l'affichage d'un élément de langage et de discours essentiel pour, enfin, l'élaboration d'une vraie Tierce Recette Applicative http://fr.wikipedia.org/wiki/Tierce_recette_applicative pour la Meilleure Pratique possible dans le domaine nommé chez Mediapart, Gestion des Messages

    Bouche cousueBouche cousueBouche cousue

    A bientôt.

    Amitié.

    04/01/2015, 17:41 | Par ASN

    Participer ou pas?

    Venir ici, sur ce ring, c'est la certitude d'être "dérangé", par des commentaires inattendus. De perdre du temps à y répondre; d'en être blessé, même. 

    Mais n'est-ce pas celà, vivre?

    On peut même se complaire dans ces échanges à la limite des invectives de cours de récré; pour se sentir exister. On frise alors la névrose.

    L'alternative, c'est de ne pas lire, pour ne pas avoir à répondre, de rester dans ses pensées. Oublier le monde pour n'en être point dérangé. Confortablement installé dans ses certitudes. Et là c'est la psychose.

    L'attitude saine est de balancer entre les deux. Mais çà, vous le saviez déjà, puisque vous y revenez de temps à autre. Clin d'œil

    05/01/2015, 08:33 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de ASN le 04/01/2015 à 17:41

    Venir ici, sur ce ring, c'est la certitude d'être "dérangé", par des commentaires inattendus. De perdre du temps à y répondre; d'en être blessé, même.

    Bonjour Alain,

    Un grand merci pour ce commentaire qui me fait vraiment très chaud au cœur et me donne envie de te chanter "Toi l'auvergnat" https://www.youtube.com/watch?v=3GA0ue9F79o SourireSourireSourire.

    En écrivant ces mots, je pense à une pensée pythique dans laquelle Antoine Perraud serait notre signe noir et où tu serais notre cygne blanc Clin d'œil

    Un cygne noir est l'illustration d'un biais cognitif. Si on ne croise et n'observe que des cygnes blancs, on aura vite fait de déduire par erreur que tous les cygnes sont blancs. C'est ce qu'ont longtemps cru les Européens avant de faire la découverte de l'existence des cygnes noirs en Australie. En réalité, seule l'observation de tous les cygnes existants pourrait nous donner la confirmation que ceux-ci sont bien toujours blancs. Cependant, prendre le temps et les moyens d'observer tous les cygnes de la Terre avant de confirmer qu'ils sont tous blancs n'est pas envisageable. Il paraît préférable de faire la supposition hâtive qu'ils sont blancs, dans l'attente de voir la théorie infirmée par l'observation d'un cygne d'une autre couleur. Ainsi construisons-nous des raisonnements à partir d'informations incomplètes, ce qui nous conduit à aboutir à des conclusions erronées.

    Paradoxalement, plus nous accumulons d'informations sujettes à ce biais, plus nous sommes susceptibles de voir ces informations infirmées par l'apparition d'un « cygne noir » totalement imprévisible. Dès lors, toute prévision du futur et projection de probabilités apparaissent comme une supercherie, et ne font que renforcer l'impact de ces « cygnes noirs ».

    Dans Le Cygne noir, Taleb illustre son propos par l'exemple tiré des travaux de Bertrand Russell d'une dinde (dite inductiviste) qu'on nourrit chaque jour de son existence dans le but de la manger à Noël. De son point de vue, la dinde se fait une idée de la vie qui se résume à « on va me nourrir tous les jours jusqu'à ma mort naturelle, et cela ne changera jamais. » Chaque jour qui passe semble confirmer cette prévision mais la rapproche paradoxalement du « cygne noir » de son exécution la veille de la fête. (source  : http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_du_cygne_noir)

    Joël Martin balance entre les deux mais le plus souvent côté "castagne" et moir le plus souvent côté résolution de conflit, pourquoi pas à partir de la physique quantique en plus de la psychanalyse CoolCoolCool.

    Dans notre désormais mythique rencontre du père tranquille, Anido Mirolo avait commencé à explore la voie du phénomène vibratoire qu'il avait résolu pour limiter à un seuil acceptable, les vibrations subies par la fusée Ariane Cool.

    Çà me semblait une bonne voie dans laquelle Joël Martin n'avait pas souhaité s'engager en affirmant que seul une indispensable violence. Dans sa démonstration, Joël Martin s'est appuyé sur  le cas de Michel Alba anti-palestinien hystérique qui a finalement été "neutralisé" par la violence de Joël Bouche cousue.

    Le billet de Josiane Blanc : http://blogs.mediapart.fr/blog/josiane-blanc/160913/choisir-la-relation-plutot-que-la-violence me semble être d'une importance absolument essentielle Cool.

    A bientôt.

    Amitié.

     

    05/01/2015, 08:36 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de ASN le 04/01/2015 à 17:41

    de balancer entre les deux

    Névrose & psychose, une question de posture

    Publié le15 mai 2014par Hari Seldon

    Névrose & psychose, une question de posture

    En quoi donc, mon approche peut-elle arrêter le regard d'un psychanalyste?

    En ce qu'elle permet de reprendre, de façon simple, une partie de son expérience, et d'en montrer la cohérence avec un corpus théorique plus élémentaire. Essayons, par exemple, de caractériser la différence clinique qui s'observe entre névrose et psychose. C'est un problème complexe et sujet à moult évolutions, pourtant il y a entre ces deux dysfonctionnements de la psyché, une différence très simple à mettre en évidence:

    • Le névrotique est en position ex-ante;
    • Le psychotique est en position ex-post.

    Qu'est-ce à dire? Considérons deux niveaux Imaginaires (Ik & Ik+1) d'un sujet (Is) que j'observe (Im). Un fonctionnement correct de cette structure consiste en ce que les actions (synchroniques) qui se déroulent au niveau Ik, sont des actualisations d'états potentiels préalablement définis au niveau Ik+1. Formalisme qui peut avoir une expression mathématique.

    Cette scène fait l'objet de deux récits:

    • Soit Ik < Ik+1 < Is < Im : je raconte la scène
    • Soit Ik < Ik+1 < Is = Im : le sujet raconte lui-même la scène

    Retenons simplement que si le sujet a soif (état de niveau Ik+1) il va à la cuisine chercher un verre (niveau Ik) et non pas des couverts ou une assiette. Mais, bien entendu, il y a toujours un moment où ayant soif il n'a toujours pas son verre en main: un moment non structuré, indéterminé où tout peut arriver.

    C'est précisément ce moment indéterminé qui nous intéresse ici.

    Lorsque le sujet est dans l'attente, l'espérance du verre, il est dans la répétition, jusqu'à ce qu'il l'ai trouvé, comme nos canetons essaient de sauter la marche (voir article précédent) et recommencent jusqu'à ce qu'ils y arrivent. On pourrait parler de frustration si la situation durait trop longtemps.

    La situation est névrotique lorsque le niveau Ik+1 est (ou devient) inconscient. Le sujet bascule en position ex-ante: il cherche un verre sans savoir pourquoi.

    • Soit Ik < Is < Ik+1 < Im : je vois (ex-post) la position ex-ante du sujet, et je peux nommer son manque (en Ik+1)
    • Soit Ik < Is = Im < S : le sujet est incapable d'apercevoir comme de dire son manque

    Ce qui fait la souffrance, c'est la conscience du temps, basée sur la répétition de cette situation (Ik) à laquelle le sujet ne sait comment échapper.

    La situation du psychotique est toute autre: ses actions au niveau Ik correspondent aux états potentiels déterminés au niveau Ik+1. Il est de ce fait en position ex-post par rapport à ces actions élémentaires (en Ik) et ne souffre pas d'un manque comme le névrosé. Ce qui frappe l'observateur, c'est la cohérence des propos. Et la théorie du président Schreber, comme le remarque Freud lui-même, présente la cohérence d'une religion...

    Ce qui manque, précisément à Schreber (c.f. Lacan), et le distingue d'un Saint en adoration devant son Dieu, c'est la possibilité de passer en position ex-ante. Schreber ne doute pas. Ce qui en fait un malade à nos yeux, c'est que ses actions ne correspondent pas à ce que nous (nous, gens normaux !!!) considérons comme "la réalité"; mais il est difficile d'opposer notre conviction au malade (et vice versa).

    On l'aura compris, de même que nous sommes tous juifs-allemands, nous sommes tous à la fois névrotiques et psychotiques, de façon naturelle, à chaque passage d'un niveau Imaginaire à l'autre. Ce qui fait symptôme, c'est l'incapacité à passer d'une position à l'autre.

    Et cette caractérisation névrotique/psychotique en fonction d'un blocage dans l'une des position ex-post/ex-ante, est repérable également au niveau du groupe ou d'une société dans son ensemble...

    Si, par exemple, j'étais dans l'incapacité de surmonter mon sentiment particulier face à la culture anglo-américaine (que j'ai décrit ici) et avant même toute discussion argumentée concernant l'économie que je puisse avancer, je serais de facto dans un état névrotique.

    Quant aux états psychotiques de groupes constitués, je suis sûr que vous trouverez par vous-même des exemples tirés de l'actualité...

    Joyeux cauchemars

    Hari

    Publié dans Psychanalyse

    Un grand merci pour cet apport absolument essentiel SourireSourireSourire.

    A bientôt.

    Amitié.

    06/01/2015, 11:19 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Chris43 le 06/01/2015 à 09:19

    Ne pas lire ne signifie pas "oublier le monde", mais simplement cette partie du monde (le club)

    Cette partie du monde qui n'a rien à voir avec le mot "club" mais tout avec le participatif, est celle où nous pouvons nous exprimer et il est absolument essentiel de continuer à pouvoir le faire sinon pourquoi s'abonner à Mediapart thinkingthinkingthinking ???

    La fin du participatif est la fin de Mediapart, tout simplement CoolCoolCool.

    J'espère que la physique quantique, la psychanalyse et surtout la manifestation de notre désaccord avec ce désir suicidaire obtienne gain de cause Bouche cousueBouche cousueBouche cousue.

    Je remercie, infiniment et de tout cœur, Alain Simon alias ASN pour son billet et ses commentaires sur http://blogs.mediapart.fr/blog/asn/011214/la-pensee-mythique et je vous invite tous à aller y voir Clin d'œil.

    A bientôt.

    Amitié.

    14/03/2015, 14:54 | Par netmamou en réponse au commentaire de Chris43 le 06/01/2015 à 09:19

    Que n'avez-vous tenu promesse, Antoine Perraud !

    23/03/2015, 09:11 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Chris43 le 06/01/2015 à 09:19

    Ne pas lire ne signifie pas "oublier le monde", mais simplement cette partie du monde (le club) 

    Ne pas lire ne signifie pas "oublier le monde", mais simplement cette partie du monde (la connaissance) 

    En écrivant ces mots, j'ai une pensée émue star pour Alain Simon, alias ASN et son livre http://www.is-edition.com/actualites/269-l-homme-quantique-alain-simon-un-livre-converti-en-ebooks-par-is-edition ideaideaidea...

    A bientôt.

    Amitié.

    06/01/2015, 10:41 | Par OLChantraine en réponse au commentaire de ASN le 04/01/2015 à 17:41

    Bonjour ASN.

    Pouvez-vous satisfaire ma curiosité méta-médiapartiste..

    En relançant ce fil le 4 01 2015, avez-vous vu qu'il était silencieux depuis un an ... et datait en fait de plusieurs années...

    Ces résurrections de fil sont un phénomène curieux sur mdp, ce pourquoi je vous pose cette question sans arrière-pensée.

    06/01/2015, 11:10 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de OLChantraine le 06/01/2015 à 10:41

    Bonjour ASN.

    Pouvez-vous satisfaire ma curiosité méta-médiapartiste..

    En relançant ce fil le 4 01 2015, avez-vous vu qu'il était silencieux depuis un an ... et datait en fait de plusieurs années...

    Je plaide coupable (voir : http://blogs.mediapart.fr/blog/asn/011214/la-pensee-mythique) Clin d'œilClin d'œilClin d'œil.

    A bientôt.

    Amitié.

    07/01/2015, 01:13 | Par ASN en réponse au commentaire de OLChantraine le 06/01/2015 à 10:41

    Oui, bien sûr. J'y suis venu en suivant un lien que Vivre avait mis en commentaire sur le fil de "la pensée mythique".

    Et je me suis intéressé à lire ces commentaires, où j'ai vu que cette volonté exprimé en 2011, s'était quelque peu érodée au fil du temps. Ce qui ne pouvait se voir, finalement, qu'avec le recul...

    Et pour tout dire, ceci m'a ramené à ce développement que j'avais fait en rapportant la différence névrose/psychose à une différence de posture dans le discours... Rien de bien méchant.

    Le plus amusant, en fait, c'est qu'un nouveau commentaire suffise à relancer la discussion.

    04/01/2015, 14:10 | Par capucine75

    Pour une fois Antoine Perraud retarde.

    05/01/2015, 08:39 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de capucine75 le 04/01/2015 à 14:10

    Pour une fois Antoine Perraud retarde.

    Je n'ai pas compris ce message mais venant de toi, très chère Capucine, il me fait du bien Sourire.

    A bientôt.

    Amitié.

    05/01/2015, 09:40 | Par capucine75 en réponse au commentaire de Vivre est un village le 05/01/2015 à 08:39

    Son texte est daté du 30 décembre 2011.

    06/01/2015, 08:36 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de capucine75 le 05/01/2015 à 09:40

    Son texte est daté du 30 décembre 2011.

    Bonjour Capucine,

    Un grand merci pour me rappeler cette date qui est, en effet, importante Bouche cousue.

    J'ai suivi le combat depuis le 11 Mars 2011 http://blogs.mediapart.fr/blog/serge-koulberg/110311/ou-va-le-club-ma-contribution-au-debat-de-la-journee-portes-ouvertes Cool.

    Antoine Perraud n'était pas présent et Edwy Plenel est parti très vite après nus avoir donné sa poignée de main de "cueilleur de champignons", pour reprendre la description de Joël Martin Bouche cousue.

    Nous étions sensés venir présenté notre "mea culpa" au seigneur Edwy Plenel qui avait exprimé son angoisse dans le titre de la réunion Où va le club ? Bouche cousue.

    A titre personnel, je garde une excellent souvenir de cette réunion qui m'a permis de rencontrer de nombreux amis abonnés qui étaient venus parfois de très loin, comme ce fut le cas de Sébastien Rome qui est marseillais Cool.

    Cet excellent festin fut troublé par un discours de Géraldine Delacroix que j'ai qualifié de digne de l'Opus Dei sur sa politique de censure Bouche cousue.

    Je n'en dirai pas plus et comme ce discours a été enregistré, mes dires peuvent être confirmés ou infirmés Bouche cousue.

    Mon extrême naïveté comme la naïveté des participants de cette réunion nous coûte très cher en particulier la naïveté du "lieutenant d'Edwy Plenel" en l'occurence Thierry Ternissien d'Ouville qui n'a pas vu malice dans le discours de Géraldine Bouche cousue.

    Lorsque Géraldine a commis son billet : http://blogs.mediapart.fr/edition/decouvrir-mediapart/article/050713/deconseiller-au-besoin le 5 Juillet 2013, il ne m'est même pas venu à l'idée qu'elle le faisait avec un piostolet sur la tempe et que, en fait, elle étati contre le "déconseiller" http://www.franceculture.fr/emission-la-chronique-de-philippe-meyer-chronique-de-philippe-meyer-2013-12-10 Bouche cousue.

    Je regrette donc mes propos aussi virulents que possible à l'encontre de Géraldine Delacroix et retrouver une amitié que  j'avais instauré avec elle pour les raisons brillamment exposées par Josiane Blanc dans son billet : http://blogs.mediapart.fr/blog/josiane-blanc/160913/choisir-la-relation-plutot-que-la-violence Cool.

    A bientôt.

    Amitié.

     

     

    05/01/2015, 09:08 | Par christian paultre

    Apprendre à se servir des nouveaux média n'est facile ni pour les lecteurs ni pour les journalistes.

    Sur MDP pour les journalistes il est difficile de tirer des conclusions Antoine Perraud est pratiquement le seul à avoir pratiqué la participation et Géraldine Lacroix la modération.

    Toutefois la décision d'AP me parait sage . La participation pour tout journaliste ou lecteur n'est possible que si une modestie à toute épreuve permet de protéger un égo toujours malmené dans cette activité.

    AP  comme beaucoup de lecteurs à l'égo sensible a jeté l'éponge pour cette simple raison.

    Avec l'augmentation du nombre de lecteurs il devient plus difficile de commenter tout se noie dans la masse.

    05/01/2015, 10:48 | Par Gilbert Pouillart en réponse au commentaire de christian paultre le 05/01/2015 à 09:08

    Mais, cher Christian, nous sommes plus de sept milliards de "mondialisés".Devrons-nous accepter que seuls, certains aient la parole? Devons-nous considérer que certains doivent être écoutés, lus, et d'autres, non?

    Ici, nous sommes dans l'écrit, avec le recul de temps et d'espace que cela implique. Ainsi que les responsabilités qui en découlent. Un mot malheureux peut échapper dans l'ici et maintenant de l'oralité ...et être tout de suite rectifié (par son auteur) ou vilipendé (par ses auditeurs). L'écrit a d'autres règles, et d'autres conditions d'expression. Il faut bien constater que cela échappe parfois à l'un(e) ou l'autre. Mais l'on répond par écrit, à son moment et sous la forme qu'on juge adéquate, pas dans l'urgence du face à face.

    Le "participatif" est précieux. Il rompt l'asymétrie de "la presse", qui réserve la parole aux professionnels ...et ne connaît de jugement critique qu' au travers de l'étendue du lectorat anonyme ...et définit son "créneau d'audience" au travers des rentrées d'argent .Mediapart "joue sur les deux tableaux" , et s'expose donc davantage que d'autres organes de presse, ou sites de communication . Il a besoin, en conséquence, de professionnels particulièrement "solides" , affectivement parlant.

    Etre présent ici, c'est avoir acquitté un droit d''y éxcrire ; et d'y écrire en direction de quiconque. Je suis opposé à toute forme de censure.Il faut laisser à chacun ,et le droit, et la responsabilité de son expression , à l'intérieur du groupe humain commun, professionnel ou pas.

    Telle est ma position, et je n'ai jamais eu à la regretter.

     

    05/01/2015, 11:41 | Par christian paultre en réponse au commentaire de Gilbert Pouillart le 05/01/2015 à 10:48

    Totalement d'accord avec tout ce que vous dites ici.

    Les journaux participatifs sont encore dans l'enfance.

    Il faut savoir gré à MDP d'avoir su surmonter le problème difficile de la modération. de l'indépendance financière, de ses investigations sur les puissants.

    De nouveaux problèmes surgissent pour mieux structurer le réseau des intervenants devenus très nombreux.

    Par exemple dès que les intervenants dans une discussion deviennent trop nombtreux cela part dans tous les sens et l'on se perd assez vite.

    Autre exemple vos billets désormais disparaissenr en qq minutes du tracker

    06/01/2015, 09:47 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de christian paultre le 05/01/2015 à 11:41

    De nouveaux problèmes surgissent pour mieux structurer le réseau des intervenants devenus très nombreux.

    C'est pourquoi il faut s'appuyer sur  une Société de Service en Ingénierie Informatique compétente comme l'est de toute évidence celle où a travaillé Alain Simon alias ASN CoolCoolCool.

    Il est évident qu'il faut que le cahier des charges soit établi à partir de la compétence dite compétence métier qui ne peut être établie que par les abonnées rédacteurs de commentaires CoolCoolCool.

    Je pense que, enfin, avec le  billet : http://blogs.mediapart.fr/blog/asn/011214/la-pensee-mythique?onglet=commentaires#comment-5788505, nous avons une bonne base de réflexion Clin d'œil.

    A bientôt.

    Amitié.

    06/01/2015, 21:56 | Par ASN en réponse au commentaire de Vivre est un village le 06/01/2015 à 09:47

    Cher Vivre, où as-tu pris que j'étais informaticien? Ce n'est pas le cas!

    07/01/2015, 09:41 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de ASN le 06/01/2015 à 21:56

    Cher Vivre, où as-tu pris que j'étais informaticien? Ce n'est pas le cas!

    J'ai appris de source généralement très bien informée que tu étais, en plus d'ingénieur, diplômé des Hautes Études Commerciales et que tu œuvrais en tant que chef de projet Cool.

    Étant moi même chef de projet, je sis que cette profession est, dans les meilleurs cas, ignorée et pas seulement par Mediapart Cool.

    La seule manière d'avoir un minimum de visibilité et donc d'écoute, est de ne pas contredire son interlocuteur avec lequel il est, finalement, possible d'expliquer ce que l'on est vraiment Cool.

    Par ailleurs, j'ai souffert, tout au long de ma carrière de consultant métier dans le domaine des flux matière, de mon manque de compétence en informatique Bouche cousueBouche cousueBouche cousue.

    Tu as pu vivre très bien professionnellement de ce manque et moi très mal du fait de m'acharner à vouloir mettre en cohérence les flux physiques et financier dans l'entreprise alors que l'on attendait de mi qu'une chose qui était virer un maximum de salariés en utilisant le rouleau compresseur SAP/R3 sicksicksick.

    J'ai préféré être chômeur  plutôt que de rentrer dans cette infamie avec la certitude, toujours en gestation, que j'arriverai bien un jour à utiliser mes compétences en faveur du bien commun Bouche cousueBouche cousueBouche cousue.

    A bientôt.

    Amitié.

     

    07/01/2015, 11:51 | Par Chris43 en réponse au commentaire de Vivre est un village le 07/01/2015 à 09:41

    Étant moi même chef de projet

    Ah bon! J'aimerais savoir quel genre de projet qui laisse suffisamment de temps libre à son chef pour produire:

    5 éditions,187 billets, 17 articles d'édition, 16745 commentaires !!

    08/01/2015, 11:17 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Chris43 le 07/01/2015 à 11:51

    Ah bon! J'aimerais savoir quel genre de projet qui laisse suffisamment de temps libre à son chef pour produire:

    5 éditions,187 billets, 17 articles d'édition, 16745 commentaires !!

    Le projet d'apporter un maximum de valeur ajoutée au participatif de Mediapart, tout simplement CoolCoolCool.

    A bientôt.

    Amitié.

    07/01/2015, 22:16 | Par ASN en réponse au commentaire de Vivre est un village le 07/01/2015 à 09:41

    Je ne vais pas reprendre ici une réponse plus longue sur "la pensée mythique", mais non, tous les projets ne sont pas informatiques. Il y a réellement erreur sur la personne.

    08/01/2015, 11:33 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de ASN le 07/01/2015 à 22:16

    tous les projets ne sont pas informatiques. Il y a réellement erreur sur la personne.

    Le projet d'apporter un maximum de valeur ajoutée à partir des enseignements de ton livre "L'homme quantique", au Système d'Information participatif Assisté par Ordinateur Mediapart n'est pas un projet informatique mais doit, après proposition d'une Tierce Recette Applicative http://fr.wikipedia.org/wiki/Tierce_recette_applicative CoolCoolCool.

    Après 4 ans de n'importe quoi, les 100.000 abonnées en sont arrivés à la conclusion que Mediapart ne s'est appuyé sur aucune Tierce Recette Applicative avant de lancer dans un grand n'importe qui de plus en plus délirant Bouche cousueBouche cousueBouche cousue...

    Après avoir livré cet élément de langage, je pense qu'il ne peut qu'y avoir consensus puisque jamais personne n'a vu ni jamais personne ne verra de Tierce Recette Applicative à moins que nous en proposions une à partir de tes compétences, de la pratique de Josiane Blanc et autres abonnés et de mon expérience métier de rédacteur de messages sur Mediapart et qu'il n'ay a absolumnet pas erreur sur ta personne CoolCoolCool...

    A bientôt.

    Amitié.

    06/01/2015, 09:11 | Par Chris43 en réponse au commentaire de Gilbert Pouillart le 05/01/2015 à 10:48

     Je suis opposé à toute forme de censure.Il faut laisser à chacun ,et le droit, et la responsabilité de son expression , à l'intérieur du groupe humain commun, professionnel ou pas.

    J'aimerais avoir quelques précisions sur cette position:

    - Quid d'une charte ?

    - Faites vous une distinction entre censure et modération ?

    - Qu entendez-vous par ".....la responsabilité" ?

    Merci d'aider quelqu'un qui a des sentiments contradictoires sur ce sujetSourire

    06/01/2015, 09:52 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Chris43 le 06/01/2015 à 09:11

    - Quid d'une charte ?

    La "chartritise" est une maladie soigneusement implantée dans l'esprit d'Edwy Plenel Cool.

    Sa dernière version a fait se tordre de rire chimulus et...Géraldine Delacroix, ce qui  n'est pas peut dire Bouche cousue.

    Il est plus qu'urgent de faire confiance à une Société de Service en Ingénierie Informatique sérieuse CoolCoolCool.

    Je suis convaincu que, en ce domaine, Alain Simon alias ASN http://blogs.mediapart.fr/blog/asn/011214/la-pensee-mythique?onglet=commentaires#comment-5788505 peut nous sortir de la grosse ornière où nous sommes Bouche cousue.

    A bientôt.

    Amitié.


    07/01/2015, 22:21 | Par ASN en réponse au commentaire de Chris43 le 06/01/2015 à 09:11

    Une chartre est un loi, qui à la limite ne peut s'expliquer complètement (un ensemble d'axiomes ne s'explique pas: il est choisi ou rejeté). Pour en revenir à des considérations psy (puisque venu ici, dans le fil d'une discussion sur la pensée mythique) elle est du domaine du symbolique, comme l'interdit de l'inceste...

    Mais il y a des révoltes contre la loi, c'est même n'écessaire à certaines périodes de la vie, pour prendre son indépendance...

    08/01/2015, 11:36 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de ASN le 07/01/2015 à 22:21

    Mais il y a des révoltes contre la loi, c'est même n'écessaire à certaines périodes de la vie, pour prendre son indépendance...

    La plus représentative, sur Mediapart, est celle-là : http://blogs.mediapart.fr/edition/decouvrir-mediapart/article/120714/la-nouvelle-charte-de-mediapart-est-en-ligne et http://blogs.mediapart.fr/blog/chimulus/120714/la-nouvelle-charte-de-mediapart-est-en-ligne Clin d'œil.

    A bientôt.

    Amitié.

    09/01/2015, 00:01 | Par ASN en réponse au commentaire de Vivre est un village le 08/01/2015 à 11:36

    Histoire de t'apporter la contradiction.

    S'opposer ainsi à la possibilité pour certains d'exprimer leur rejet d'un commentaire n'est-il pas quelque part une forme d'intolérance de ta part?

    Et qu'en as-tu à foutre ?

    Charlie s'inquiète-t-il de déplaire à tel ou tel? Il s'en moque, à en mourir.

    © The Independent

    09/01/2015, 08:14 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de ASN le 09/01/2015 à 00:01

    S'opposer ainsi à la possibilité pour certains d'exprimer leur rejet d'un commentaire n'est-il pas quelque part une forme d'intolérance de ta part ?

    sicksicksick

    S'opposer au retour des dénonciations anonymes qu'est le "déconseiller" http://www.franceculture.fr/emission-la-chronique-de-philippe-meyer-chronique-de-philippe-meyer-2013-12-10et non motivé n'est que se battre contre une forme de pétainisme moderne, celle des dénonciations anonymes CoolCoolCool.

    A bientôt.

    Amitié.

    10/01/2015, 08:14 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de ASN le 09/01/2015 à 00:01

    S'opposer ainsi à la possibilité pour certains d'exprimer leur rejet d'un commentaire n'est-il pas quelque part une forme d'intolérance de ta part?

    Et qu'en as-tu à foutre ?

    J'ai rêvé, cette nuit, que tu avais supprimer ce message après avoir entendu de loin...les explosions de la porte de Vincennes et j'ai retrouvé, ce matin, ce rêve http://blogs.mediapart.fr/edition/education-populaire-et-civique/article/170913/la-liberte-est-un-don-dautrui-mais-don-de-quoi-au-juste qui me permet de te reparler de fraternité CoolCoolCool.

    En vain, je le sais, puis que j'ai lu ce livre de Nicolas Jounin "Voyages de classes" http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Voyage_de_classes-9782707183217.html et ces mots de son quatrième de couverture

    Une demi-heure de métro sépare les quartiers parmi les plus pauvres de France de ses zones les plus riches. Partis de Saint-Denis, dans la banlieue nord de Paris, une centaine d'étudiants ont enquêté sur trois quartiers bourgeois du VIIIe arrondissement de la capitale. Pour s'initier à la démarche sociologique, ils ont dû se familiariser avec un monde nouveau et étrange, dont les indigènes présentent des coutumes et préoccupations insolites.
    Boire un café dans un palace pour observer ce qui s'y passe (et être traité comme un client illégitime), stationner dans les boutiques de luxe pour décrire leur organisation (et se faire mettre dehors), apprendre à manger un mille-feuilles à 14 euros avec des « bourgeoises », approcher des institutions prestigieuses où les femmes n'ont pas le droit de vote, se faire expliquer le Bottin mondain et l'arrangement des mariages, interviewer dans son hôtel particulier un grand dirigeant qui « fait partie de ces familles qui ont des châteaux un peu partout » : ce sont quelques-unes des expériences que ces étudiants du 93 ont vécues. En même temps qu'il leur a fallu dompter l'exotisme pour bien comprendre le milieu dans lequel ils pénétraient, ils ont dû encaisser l'humiliation des multiples rappels à l'ordre social que suscitait leur démarche.
    Des premières incursions anonymes et timides jusqu'aux face-à face sans échappatoire, ce livre raconte de manière crue et joyeuse les batailles livrées pour mieux connaître un monde social dominant. L'enjeu : renverser l'habitude qui veut que ce soit « ceux d'en haut » qui inspectent l'existence de « ceux d'en bas ».

    Je le cite, sans illusion :mais avec espoir cependant, de te faire comprendre la différence entre un chef de projets issu des Hautes Études Commerciales qui n'a jamais connu le chômage et un autre (moi), issu d'un Brevet d'Enseignement Deuxième degré Option Comptabilité ayant été laminé par le chômage, entre autre, pour s'être opposé à une délocalisation criminelle Bouche cousueBouche cousueBouche cousue.

    A bientôt.

    Amitié.

    11/01/2015, 10:07 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de ASN le 09/01/2015 à 00:01

    « Élever ce pays en élevant son langage » : tel était le programme que proposait Albert Camus, dans le Combat de la Libération, en rêvant à voix haute d'une presse libre. En convoquant ce parrainage, Mediapart ne pensait pas trouver si vite confirmation de cette urgente nécessité, au détour d'un dérapage du Président de la République, au Salon de l'Agriculture. (Source : http://www.mediapart.fr/journal/france/100308/le-prix-de-la-liberte?page_article=1)

    Dans ce contexte

    09/01/2015, 00:01 | Par ASN en réponse au commentaire de Vivre est un village le 08/01/2015 à 11:36

    Histoire de t'apporter la contradiction.

    S'opposer ainsi à la possibilité pour certains d'exprimer leur rejet d'un commentaire n'est-il pas quelque part une forme d'intolérance de ta part?

    Et qu'en as-tu à foutre ?

    Charlie s'inquiète-t-il de déplaire à tel ou tel? Il s'en moque, à en mourir.

    Je pose le diagnositique de décohérence* Bouche cousue.

    Quels sont vos avis thinkingthinkingthinking ???

    Je vous remercie, par avance, pour vos réponses Sourire.

    A bientôt.

    Amitié.

     * 3. Décohérence/intrication

    Le terme de catastrophe garde une connotation négative, car tout nous aspire à la permanence, à la stabilité des choses et des autres, comme de nous-mêmes. C'est bien entendu ce même désir qui oriente notre intention et façonne les structures de notre Imaginaire. Or, notre approche nous conduit, de façon contre_intuitive, à mettre l'accent sur les fractures, les coupures,les changements de rythmes, ou de ton, à chaque saut diachronique d'un niveau Imaginaire synchronique à l'autre.

    En quoi une telle structure fractale, heurtée syncopée, serait-elle la réponse la mieux adaptée (puis qu’universelle) que  nous ayons développée en réponse à notre désir ? Comment, par exemple, un concept nouveau, ou un objet quelconque de notre attention,pourrait-il être le fruit d'un processus Imaginaire aussi chaotique ?

    Pour aborder cette question, au cœur de la création Imaginaire, notre réflexion s'articulera autour du concept d'information, langage élémentaire construit sur la rupture la plus radicale (0/1), parce que la plus élémentaire, de notre entendement, permettant d'exprimer notre désir de permanence en termes de recherche de stabilité. Ensuite, nous verrons ce qu'il en advient, au contact du Réel, là où ces concepts eux-mêmes ont dû se forer d'une façon ou d'une autre.

    Alain Simon "L'Homme quantique" Page 110

    14/01/2015, 09:35 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Vivre est un village le 11/01/2015 à 10:07

    Bonjour Alain,

    Silence éloquent Bouche cousueBouche cousueBouche cousue...

    J'ai bien pris note que tu te positionnais ne tant que fabriquant de cet avion http://www.is-edition.com/actualites/269-l-homme-quantique-alain-simon-un-livre-converti-en-ebooks-par-is-edition et pas du tout en tant que pilote Bouche cousueBouche cousueBouche cousue...

    J'assume donc ce choix et révise à la baisse les possibilités de nous retrouver, en compagnie de Joël Martin dans ton cockpit* à la place de quo-pilote Bouche cousueBouche cousueBouche cousue...

    Je me contenterais donc de la place de passager en compagnie de Joël Martin du Canard Enchaîné qui a déjà pris place,si j'en crois ta représentation mythique* Bouche cousueBouche cousueBouche cousue...

    Bien évidemment, je te souhaite le meilleur pour ta "chaine de production" et j'accepte ton invitation reçu en messagerie privé pour y participer Bouche cousueBouche cousueBouche cousue...

    Dans l'immédiat, j'ai invité à  mon ami Bernard Lepage : http://blogs.mediapart.fr/blog/vivre-est-un-village/130115/bernard-lepage-la-religion-humaine-chapitre-les-sons-et-les-parfums-tournent-dans-lair-du à "monter" dans l'exemplaire de l'avion que j'ai acheté et je "pilote" au mieux Bouche cousueBouche cousueBouche cousue...

    J'ai invité mes amis, en particulier ceux de CAMédia http://blogs.mediapart.fr/edition/camedia-0 à y monter aussi et je continue mon périple dans les airs de la Conduite du Changement Assisté par les Mythes http://blogs.mediapart.fr/blog/asn/011214/la-pensee-mythique et après avoir soufflé un peu, je reprendrai l'élaboration de cette Tierce Recette Applicative http://fr.wikipedia.org/wiki/Tierce_recette_applicative qui nous permettra de venir à bout du "déconseiller" http://www.franceculture.fr/emission-la-chronique-de-philippe-meyer-chronique-de-philippe-meyer-2013-12-10 Bouche cousueBouche cousueBouche cousue...

    J'ai appris et je continue à tirer chaque jour des enseignements de cette devise "Il n'y a pas pire combat que celui qui ne se livre pas" Bouche cousueBouche cousueBouche cousue...

    A bientôt.

    Amitié.

    *

    ASN

    14/01/2015, 10:00 | Par ASN en réponse au commentaire de Vivre est un village le 14/01/2015 à 09:35

    Merci, j'aime beaucoup l'image: constructeur d'avion et non pilote...

    A la limite, pilote pour moi-même, vers une destination que je ne connais pas, et que je me vois mal imposer à d'autres. Respect de leur liberté, trop curieux d'apprendre d'eux ce qu'ils pourraient trouver eux-mêmes et m'apprendre...

    Constructeur, oui, c'est flatteur. Ingénieur, bricoleur. J'aime beaucoup l'univers de Moëbius et en particulier son personnage dans "le garage hermétique". Cette image du bricoleur qui lui fût inspiré (il le dit lui-même) par l'aventure de la croisière jaune, organisée par André Citroën, et à laquelle participa Theillard de Chardin... Tout un programme...

    15/01/2015, 10:46 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de ASN le 14/01/2015 à 10:00

    Merci, j'aime beaucoup l'image: constructeur d'avion et non pilote...

    Elle correspond à l'image de toi que j'ai fini par découvrir et je suis très heureux de constater que tu partages mon analyse Sourire.

    Il ne me reste plus qu'à apprendre ton livre "L'homme quantique" par cœur, à convaincre Capucine 75 et Joël Martin de faire de même et à souhaiter que, un jour, tu aies envie de revenir à tes premiers amours que furent les Tierce Recettes Applicatives http://fr.wikipedia.org/wiki/Tierce_recette_applicative Bouche cousueBouche cousueBouche cousue.

    A bientôt.

    Amitié.

    15/01/2015, 11:58 | Par ASN en réponse au commentaire de Vivre est un village le 15/01/2015 à 10:46

    Si tu ressens la nécessité d'apprendre par coeur, alors j'ai échoué.

    Comment peux-tu manifester pour la liberté d'expression et vouloir t'enfermer dans la pensée d'un autre, c'est horrible. C'est tout le contraire de ma démarche: c'est écrit parce que ce que je lisais ne me convenait pas "tout à fait". Je parle beaucoup (trop) de ceux qui m'ont guidé, mais à un moment donné, il y a toujours quelque chose qui coince, et il faut s'y mettre personnellement pour avancer.

    J'ai retrouvé aujourd'hui ce quatrain d'Omar Khayyam qui ne semble si limpide:

    Les savants et les sages les plus illustres ont cheminé dans les ténèbres de l'ignorance.
    Pourtant, ils étaient les flambeaux de leur époque.
    Ce qu'ils ont fait ?
    Ils ont prononcé quelques phrases confuses, et ils se sont endormis.

    Regarde autour de toi, sur ce site, même, regarde les réactions à l'attentat sur Charlie. Tu as matière à mettre en oeuvre les outils que j'ai mis au point. Moi-même, je les teste pour voir d'une part s'ils résistent à l'épreuve, et d'autre part s'il y a mieux sur le marché (j'ai pas trouvé jusqu'à maintenant.) Voir mon dernier billet (celui qui était charlie, celui qui ne l'était pas) titre en hommage à Brassens, bien sûr. Ou mon dernier commentaire sur "la communication"; ou cette réponse à Capucine; ou encore celle-ci à Alexandra.

    Tout est occasion à s'exercer, et mettre la théorie à l'épreuve. Et la facilité vient avec l'habitude, bien entendu.

    Mais apprendre par coeur? Comme une Bible ou un Coran? Quelle horreur.

    Comme le dit  Lin Tsi (ou Rinzaï, 9 ième siècle en Chine):

    "Si tu voie Bouddha sur ta route, tue-le"

    C'est d'une profonde sagesse. Et très Charlie Clin d'œil

    15/01/2015, 12:49 | Par ASN en réponse au commentaire de ASN le 15/01/2015 à 11:58

    Par curiosité, j'ai recherché un ancien billet que j'avais fait sur le bouddhisme "Chan", en Chine, ancêtre de la voie zen, au Japon.

    Le moins que l'on puisse dire, c'est que leur langage, concernant Bouddha est aussi haut en couleur que les dessins du prophète de Charlie. Et comme par hasard, on retrouve Lacan en embuscade. Etonnant, non?

    06/01/2015, 09:41 | Par Julie Guitare

    Il serait illusoire de croire que les paroles des uns et des autres circulent dans un espace égalitaire.

    Les paroles ont des statuts différents qui ne sont pas sans conséquences, y compris sur le scripteur.

    Il y a la parole payée, celle des journalistes, des professeurs, des experts. Leur récompense est le maintien de ce revenu comme reconnaissance de ce statut.

    Il y a la parole autorisée, celle des invités, des témoins, des figures de références. Leur statut est d'une grande valeur symbolique, et leur donne de la puissance. leur responsabilité est plus importante qu'ils ne le pensent souvent.

    Il y a la parole payante, celle des abonnés mais aussi des marchands. Leur responsabilité et leur crédibilité, diminuent à proportion de ce paiement. Une parole qui n'engage que le locuteur.

    Enfin, bien sûr, la parole interdite.

    Ici, ces statuts sont exprimés. Le jaune, le bleu des signataires. L'italique, etc.

    Ce que Perraud met en danger, en s'engageant dans les commentaires, c'est cette différence de statuts. Les autres journalistes ne participent qu'à titre de mises au point, relatives à l'article commenté.

    Les statuts prédéterminent les responsabilités, et les efficiences de ces paroles.

    06/01/2015, 09:57 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Julie Guitare le 06/01/2015 à 09:41

    Ici, ces statuts sont exprimés. Le jaune, le bleu des signataires. L'italique, etc.

    Beaucoup reste à faire dans ce domaine CoolCoolCool.

    Une couleur verte pourrait, par exemple, désigné un titulaire de carte de journalisme en recherche d'emploi CoolCoolCool.

    Il faudrait, pour commencer, que le chantier soit confié à une Société de Service en Ingénierie Informatique que pourrait nous conseiller, par exemple, Alain Simon alias ASN qui nous a prouvé son savoir faire dans le billet : http://blogs.mediapart.fr/blog/asn/011214/la-pensee-mythique?onglet=commentaires#comment-5788505 Cool.

    A bientôt.

    Amitié.

     

    08/01/2015, 11:26 | Par JoëlMartin

    La bonne résolution 2015 pour tous les intervenants sur ce site, payés ou non, serait de se limiter aux arguments.

    Y a encore du boulot pour tout le monde...

    Charlie Martin

    08/01/2015, 11:38 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de JoëlMartin le 08/01/2015 à 11:26

    Y a encore du boulot pour tout le monde...

    Charlie Martin

    Surtout pour le physiscien de haut niveau, expert en mécanique quantique qu'est Joël Martin Clin d'œilClin d'œilClin d'œil...

    A bientôt.

    Amitié.

    09/01/2015, 07:51 | Par Gilbert Pouillart en réponse au commentaire de JoëlMartin le 08/01/2015 à 11:26

    Ami Joël,,

    est-il possible, pour tous et toujours, de "se limiter aux arguments"? Est-ce même souhaitable de tenter d'y contraindre, Je ne le crois pas.

    Oeuvrer, journalistes et clubistes, pour que l'argumentation l'emporte de plus en plus, chez de plus en plus de contributeurs , sur "l'expression" ; le réfléchi, sur le ressenti :cent fois d'accord. Mais pas "rester entre soi, l'élite".Quelquefois, "il faut que ça sorte".Et Alain Bentolila l'a bien dit :"en venir aux mots, plutôt que d'en venir aux mains" (ou au couteau, ou à la kalach').

    Ne pas s'illusionner, croire que la pratique surgira de la loi. C'est toujours le contraire qui est vrai , toujours avec retard, et "cotes mal taillées", les tenants de la loi antérieure cherchant à lâcher le moins possible, les étouffés par cette loi antérieure à desserrer l'étau le plus possible.

    Qu'en dis-tu? En tout cas, bonne année, et non pas "avoir le champ libre, et s'en vanter",..

    09/01/2015, 08:18 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Gilbert Pouillart le 09/01/2015 à 07:51

    est-il possible, pour tous et toujours, de "se limiter aux arguments"?

    C'est exactement ce que Joël Martin et l'immense majorité des abonnés de Mediapart demandent par la suppression du "déconseiller" http://www.franceculture.fr/emission-la-chronique-de-philippe-meyer-chronique-de-philippe-meyer-2013-12-10 qui ne permet pas d'argumenter une dénonciation anonyme CoolCoolCool.

    A bientôt.

    Amitié.

    09/01/2015, 10:29 | Par Julie Guitare en réponse au commentaire de JoëlMartin le 08/01/2015 à 11:26

    Oui, mais c'est théorique. En pratique, il y a des caractérisations qui semblent des arguments pour les uns, et sont désignés comme insultes par les autres.

    La caractérisation est un raccourci qui peut vouloir aller directement au fait..

    On peut traiter Joël Martin de rationaliste positiviste, sans trop se tromper.

    Ce sont des sortes de mini Godwin. On pourrait en préparer une liste qui s'effacerait automatiquement dés qu'on les prononcerait, mais on ne pourrait plus désigner un libéral, un saucedém, un stal, par son caractère spécifique. Intéressant cependant : on serait obligé de dire ce qui nous semble ne pas aller dans ce que dit l'autre, sans recours à l'étiquette.

    Par exemple, en science tu n'aurais plus le droit de dire TNT, ou Dynamite, mais explosif. Tu n'aurais pas le droit de dire kalachnikof, mais fusil de guerre à répétition. 

    Retirons les étiquettes, et goûtons les pensées à l'aveugle. Ça peut prendre un tour inquiétant.

    11/01/2015, 10:32 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de Julie Guitare le 09/01/2015 à 10:29

    "On peut traiter Joël Martin de rationaliste positiviste"

    Caramba ! Me voilà démasqué...

    Moi qui me prenais pour un contrepéteur musico rêveur...

    Bon, je ferme et m'en vas faire de la marche à pied...

     

    12/01/2015, 09:28 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Julie Guitare le 09/01/2015 à 10:29

    Retirons les étiquettes, et goûtons les pensées à l'aveugle.

    Merveilleux programme

    InnocentInnocentInnocent

    Je m'y colle au son de Fidelio https://www.youtube.com/watch?v=9uapL7hImOY

    InnocentInnocentInnocent

    A bientôt;

    Amitié.

    01/03/2015, 10:13 | Par Gilbert Pouillart

    L'abondance des commentaires et des "amabilités" sur le sujet montrent qu'il est "sensible", comme l'on dit.

    A mes yeux, la situation est la suivante :

    -Mediapart cumule, et un journal sur Internet, et un "Club" d'abonnés conversant entre eux...et avec la Rédaction.Cas unique à ma connaissance. Les "courriers des lecteurs", en général,ne sont pas des "sites ouverts au débat". Et les "sites de blogs" ne sont pas couplés à un journal.

    -l'ouverture de l'outil "Web"  ne permet pas d'être "entre soi", d'avoir d'autres règles que celles de la législation civile.. Une "Charte" est difficile à rédiger, à faire évoluer "démocratiquement", à faire appliquer par des "juges" indépendants.

    -ma règle personnelle, et en tant que personne, et en tant que membre de divers "groupes sociaux", est de ne jamais renoncer au débat...sauf par accord entre les deux (ou plus) parties pour reconnaître qu'on ne peut aller plus loin ...pour le moment.

    De ne répondre qu'aux arguments , jamais aux "attaques hors sujet", qui ne sont, pour moi, que reconnaissance d'une impuissance à apporter des idées contradictoires.

    -Témoignage: ici, personne ne m'a jamais insulté, et personne ne peut dire que je l'aie insulté. Les débats sont possibles, et passionnants. J'ai beaucoup appris, grâce à l'ouverture exceptionnelle de ce site.Merci à Mediapart!

    -je ne sais pas ce que peut être "une lie humaine". Je n'ai jamais rencontré d'humain(e) qui n'ait quelque choise à m'apprendre.Je considère comme un devoir de pousser tous ceux que je rencontre à s'exprimer, réfléchir, me dire où ils croient que j'ignore, ou me trompe.

    -je comprends la "sensibilité aux mots" qui inflige blessure personnelle à l'un ou l'autre dans les échanges verbaux , toujours, ou à tel moment de fragilité. Mais je suis convaincu de mon devoir de pousser toujours à "en venir aux mots, plutôt que d'en cenir aux mains"  (A.Bentolila).

    Ma sympathie à A.Perraud , à qui je souhaite de pouvoir surmonter les énormes difficultés de sa position particulière de "journaliste/blogueur".

     

    11/03/2015, 15:31 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Gilbert Pouillart le 01/03/2015 à 10:13

    -ma règle personnelle, et en tant que personne, et en tant que membre de divers "groupes sociaux", est de ne jamais renoncer au débat...sauf par accord entre les deux (ou plus) parties pour reconnaître qu'on ne peut aller plus loin ...pour le moment.

    applauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplause

    A bientôt.

    Amitié.

    12/03/2015, 10:39 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Gilbert Pouillart le 01/03/2015 à 10:13

    -Témoignage: ici, personne ne m'a jamais insulté, et personne ne peut dire que je l'aie insulté. Les débats sont possibles, et passionnants. J'ai beaucoup appris, grâce à l'ouverture exceptionnelle de ce site.Merci à Mediapart!

    applauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplause

    A bientôt.

    Amitié.

    13/03/2015, 09:18 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Gilbert Pouillart le 01/03/2015 à 10:13

    -je comprends la "sensibilité aux mots" qui inflige blessure personnelle à l'un ou l'autre dans les échanges verbaux , toujours, ou à tel moment de fragilité. Mais je suis convaincu de mon devoir de pousser toujours à "en venir aux mots, plutôt que d'en venir aux mains"  (A.Bentolila).

    Très, très belle citation

    applauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplause

    A bientôt.

    Amitié.

    10/03/2015, 10:42 | Par christian paultre

    Le rappel à ce billet est bienvenu dans le buzz actuel.

    Les idées provocantes d’Antoine Perraud sont nécessaires, enrichissantes ce qui l'est moins c'est lorsqu'on dérape dans le trollisme de caniveau et que l'on s'inscrit dans le basching le plus conformiste. A ce sujet l'article de Marianne

    Pour se sortir de ce bourbier je souhaite bon courage à l'équipe de MDP qui a toujours d'énormes difficultés à reconnaître le moindre tort

    11/03/2015, 08:50 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de christian paultre le 10/03/2015 à 10:42

    Pour se sortir de ce bourbier je souhaite bon courage à l'équipe de MDP qui a toujours d'énormes difficultés à reconnaître le moindre tort

    applauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplauseapplause

    Un grand merci pour ces paroles expertes d'un expert de ce sujet...

    starstarstar

    A bientôt.

    Amitié.

    11/03/2015, 10:16 | Par Gilbert Pouillart

    En relisant ce fil long de plus de trois ans, je m'aperçois que les apports récents n'évoquent pas la coupure de texte , et le "Mais" à majuscule et entre crochets, qui sont, pour moi, non pas affaire de controverse, mais question de fait. J'aime que les faits puissent recevoir "explication" (dépliement des côtés inapparents à première vue) Et je reste sur ma faim...

    13/03/2015, 11:19 | Par Antoine Perraud en réponse au commentaire de Gilbert Pouillart le 11/03/2015 à 10:16

    Vous faites erreur et apportez de la confusion, cher Gilbert Pouillart. Le "mais" est en majuscule puisqu'il est en tête de phrase, précédé d'un point. Précision inutilement soupçonneuse de votre part, donc.

    Surtout, ce n'est pas le "mais" qui figure entre crochets dans le parti pris salutaire que nous avons publié dans Mediapart, "Jean-Luc Mélenchon joue à saute-cadavre", à la suite du billet de blog du tribun de la gauche autoritaire adulé en nos colonnes électroniques par une petite cohorte à ne pas confondre avec l'ensemble des abonnés respectables de Mediapart ; ce n'est donc pas le mais qui serait placé entre crochets, ainsi que vous l'écrivez dans le feu d'un effet de meute sans intérêt depuis que chacun sait que les mauvais commentateurs ont chassé les bons en nos déroulés, où les abonnés sensés ne mettent plus le nez.

    Qu'est-ce qui figure donc entre crochets ? Trois points de suspension. Une convention typographique. C'est-à-dire la coupe par moi effectuée, donc dûment indiquée, dans le texte maladroit, rogue et même scélérat (crachant sur la dépouille d'un opposant de Vladimir Poutine au point de sembler justifier une liquidation) d'un JLM condamné, en l'occurrence, par ses alliés éclairés du Front de Gauche. Ce texte de JLM était mis en lien au début de notre parti pris, telle une offre de preuves pour ceux qui ont des yeux pour voir.

    Avec une mauvaise foi symptomatique, notre minuscule meute aveugle de mélenchonniens surchauffés défend son grand homme douteux, déversant des insanités haineuses, me prêtant des insultes envers l'ensemble des abonnés alors que je pratique une ironie millimétrée, un rien méprisante je le reconnais volontiers, mais uniquement à l'encontre d'une infime minorité agressive et perdue pour l'intelligence.

    Un telle minorité fulminante s'avère juste bonne à développer, chez celui qui s'y oppose, "le plaisir aristocratique de déplaire". Une telle minorité se montre simplement capable de répéter, illustrant ainsi "l'esprit de gramophone", des sornettes sur je ne sais quelle façon de tronquer Mélenchon.

    Cette mauvaise troupe aura transformé un débat entre la gauche autoritaire et la gauche hardie, en combat entre la gauche bornée et la gauche intelligente. La secte vengeresse a perdu. C'est plutôt rassurant pour Mediapart et ses abonnés remarquables d'une façon générale, n'est-ce pas ?...

    P.-S. Cela exposé, demeure un phénomène passionnant, touchant à l'émission et à la réception : pourquoi mon écriture fédère-t-elle la fureur sectaire au lieu de la disperser ? Question de style ? Ontologie de la meute mélenchonnienne ? Pas seulement. Nous passons trop facilement, à Mediapart, de l'article aux commentaires, avec une position forcément en surplomb des signatures en jaune.

    La solution me semble à rechercher du côté d'@si : un forum exclusivement dévolu aux discussions des articles, mais pas dans leur sillage perçu à tort comme une continuité. Et avec des intervenants tous nantis de la même couleur, journalistes comme abonnés, sur un même pied d'égalité symbolique...

    14/03/2015, 08:58 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Antoine Perraud le 13/03/2015 à 11:19

    P.-S. Cela exposé, demeure un phénomène passionnant, touchant à l'émission et à la réception : pourquoi mon écriture fédère-t-elle la fureur sectaire au lieu de la disperser ? Question de style ?

    Bonjour Antoine,

    Question de style est une manière de dire beaucoup trop "allégée" pour vous signifier notre ressenti du titre "L'adieu au participatif" qui signifie pour nombre d'entre nous "Adieux à la vie" tant nous sommes impliqués dans le participatif de Mediapart Bouche cousueBouche cousueBouche cousue.

    L'apparition de la démarche "déconseiller", jugé par nombre d'entre nous comme une démarche typiquement pétainiste puisqu'il s'agit d'une gestion des commentaires à partir d'un système de dénonciations anonymes non justifiés ou, plus sobrement, pour reprendre l'expression appartenant à votre groupe d'indigènes http://fr.wikipedia.org/wiki/Indig%C3%A8ne fabrique de zizanie http://www.franceculture.fr/emission-la-chronique-de-philippe-meyer-chronique-de-philippe-meyer-2013-12-10 ideaideaidea .

    Pour qualifier votre expression l'Ontologie de la meute mélenchonnienne ?, je me contenterai de rappeler que le déchainemnet de meute le plus représentatif dans son aspect dramatique est celui qui s'est déchainé à l'endroit de Marie-Caroline Porteu, proche de Nicolas Dupont-Aignan Bouche cousueBouche cousueBouche cousue...

    Pour parler d’anthologie, je vous conforme que, en effet, Martie-Caroline Porteu, moi m^me et de très nombreux abonné de Mediapart sommes très attachés à la philosophie développé par Jacques Généreux dans son livre "L'autre société" http://jacquesgenereux.fr/news/l-autre-societe-la-suite-de-la-dissociete ideaideaidea ...

    Que chaque fois que je parle de Jacques Généreux, l'on me réponde Jean-Luc Mélenchon m'est parfois un peu pénible même si Jacques Généreux est très proche de Jean-Luc Mélenchon, il est d'abord Jacques Généreux, né le 9 mai 1956 à Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), est un économiste français. Il est maître de conférences des universités, en poste à l'Institut d'études politiques (IEP) de Paris. Engagé en politique, il est le secrétaire national à l’économie du Parti de gauche jusqu'au congrès de Bordeaux de mars 2013. (source http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_G%C3%A9n%C3%A9reux)

    ideaideaidea

    Enfin et surtout, faute de démenti de votre part, nous vous tenons pour responsable de l'émergence du "déconseiller" et je vous tiens responsable d'un très grave incident de type 403 sicksicksick ...

    J'ai contacté le service technique qui se sent trahis par la mystérieuse apparition de sinistre écran 403 apparu dans une tentative de consultation de l'un de mes billets at wits' endat wits' endat wits' end.

    Je mets toujours le meilleur de moi m^me dans la rédaction de chacun de mes 197 billets et j'ai besoin de me concentre très fort pour arriver à la conclusion que c'est la première fois que cet incident est arrivé et que ce sera la dernière Bouche cousueBouche cousueBouche cousue...

    Je vous tiens pour coupable de ce genre d'incident et je vous somme de vous défendre Bouche cousueBouche cousueBouche cousue...

    Dans l'immédiat, il me semble que rien ne vous interdit de signer cette pétition  https://www.change.org/p/claude-bartolone-président-de-l-assemblée-nationale-gérard-larcher-président-du-sénat-faire-respecter-la-ville-de-vichy-et-ses-habitants-en-demandant-au-final-la-promulgation-de-la-proposition-de-loi-de-gérard-charasse-député-de-l-allier dont l'initiative revient à Dominique Dutilloy, excellent journaliste de droite Bouche cousueBouche cousueBouche cousue...

    A bientôt.

    Amitié.

     


    16/03/2015, 14:21 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de Antoine Perraud le 13/03/2015 à 11:19

    Quel humour désopilant !

    "parti pris salutaire"

    C'est pour le moins du 2000 ème degré !

    Mais le preneur de parti prétendu salutaire est toujours brouillé avec les nombres puisqu'il baptise "minuscule meute" bien plus de mille commentateurs dézinguant à juste titre ce "parti-pris salutaire", qui est au journalisme ce que le caniveau est à la haute montagne.

    Ce Perraud reste pour énormément d'abonnés une énigme.

    Aurait-il, à force de laborieuses investigations, retrouvé la formule de la drogue qui transforme le Dr Jekyll en l'horrible Mister Hyde ?

    18/03/2015, 08:53 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de JoëlMartin le 16/03/2015 à 14:21

    Mais le preneur de parti prétendu salutaire est toujours brouillé avec les nombres puisqu'il baptise "minuscule meute" bien plus de mille commentateurs dézinguant à juste titre ce "parti-pris salutaire", qui est au journalisme ce que le caniveau est à la haute montagne.

    Ce Perraud reste pour énormément d'abonnés une énigme.

    applauseapplauseapplause

    A bientôt.

    Amitié.

    17/03/2015, 09:35 | Par Gilbert Pouillart en réponse au commentaire de Antoine Perraud le 13/03/2015 à 11:19

    Mes yeux doivent me trahir...Ce que je décris, c'est ce que j'ai enregistré.Lorsqu'on pianote, uine faute de frappe est toujours à redouter.C'est pourqsuoi je me relis, plutôt deux fois qu'une...et je rédige toujours un brouillon papier-crayon avant de me mettre au clavier

    Lecteur, , je ne peux considérer le "Mais" litigieux comme faisant partie de la citation, dès qu'il ,est entre crochets, d'ine part.D'autre part, si ce "mais" fait partie du texte cité,les points de suspension privent le lecteur de ce que l'auteur plaçait en opposition (mais) à ce qui est cité de son article (auquel je me suis référé, avant de commenter ici). Données de fait...

    Pour ce qui est des opinions , je suis ravi qu'elles soient contrastées, donc ne figent pas le débat.

    17/03/2015, 11:52 | Par Antoine Perraud en réponse au commentaire de Gilbert Pouillart le 17/03/2015 à 09:35

    Pour votre gouverne, voici ce qui est écrit au début du “parti pris” (souvent follement, faussement, ou malhonnêtement) incriminé de la part de la petite secte mélenchonnienne qui tente de prendre en otage nos libres colonnes électroniques :

     


    Je renvoie aux explications que j'ai pris la peine de vous opposer supra : mise en lien du billet de JLM pour permettre à nos lecteurs d'en revenir au texte originel, citations entre guillemets et en italiques des propos injustifiables de M. Mélenchon au sujet d'un opposant russe assassiné, lambeau de phrase symptomatique et métaphorique par moi dûment coupé comme l'indique la typologie idoine.

    Ceux qui crient bêtement au troncage non signalé, donc au trucage éhonté, ne savent pas (ou font mine de ne pas savoir) lire ni expliquer un texte dans les règles de l'art – que j'ai donc respectées, en usant des codes appropriés.

    18/03/2015, 02:00 | Par Pipotin en réponse au commentaire de Antoine Perraud le 17/03/2015 à 11:52

    " la petite secte mélenchonnienne qui tente de prendre en otage nos libres colonnes électroniques " Voilà la preuve que le ridicule ne tue pas. Vous en vivez d'ailleurs... J'arrive même à lire cette phrase avec le son de la voix de Pierre Dac...

    18/03/2015, 08:45 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Pipotin le 18/03/2015 à 02:00

    " la petite secte mélenchonnienne qui tente de prendre en otage nos libres colonnes électroniques " Voilà la preuve que le ridicule ne tue pas.

    Antoine Perraud représentant Mediapart à la dernière fête de l'humanité un autre ridicule qui ne tue pas tout de suite mais laisse des traces

    Bouche cousueBouche cousueBouche cousue

    A bientôt.

    Amitié.

    23/03/2015, 16:02 | Par Catherine Grenier en réponse au commentaire de Vivre est un village le 18/03/2015 à 08:45

    @ Antoine Perraud

    "... prendre en otage ..."

    Mal nommer les choses ...

    18/03/2015, 08:51 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Gilbert Pouillart le 17/03/2015 à 09:35

    Mes yeux doivent me trahir...Ce que je décris, c'est ce que j'ai enregistré.Lorsqu'on pianote, uine faute de frappe est toujours à redouter.C'est pourquoi je me relis, plutôt deux fois qu'une...et je rédige toujours un brouillon papier-crayon avant de me mettre au clavier

    En ce qui me concerne je paie scrupuleusement mes 9 euros par mois, sauf quant ma banque s'y oppose et j'estime avoir, scrupuleusement droit au correcteur d'orthographe en ligne CoolCoolCool...

    Lorsque ce correcteur n'est pas en service je me sens, volé, tout simplement volé, en pensant que, au passage, Mediapart se vole lui même car les fautes d'orthographes dévaluent fortement la qualité, donc la valeur, des messages Bouche cousueBouche cousueBouche cousue...

    A bientôt.

    Amitié.

    21/03/2015, 09:55 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Antoine Perraud le 13/03/2015 à 11:19

     "je pratique une ironie millimétrée, un rien méprisante je le reconnais volontiers, mais uniquement à l'encontre d'une infime minorité agressive et perdue pour l'intelligence". Ah bon ?  Et ça, c'est de l'ironie millimétrée ? 

    31/10/2013, 22:46 | PAR ANTOINE PERRAUD EN RÉPONSE AU COMMENTAIRE DE BERNARD BIGENWALD LE 31/10/2013 À 11:39

    À propos de binette, j'ai vu, pour ma part (animus meminisse horret !), Bernard Bigenwald s'exposer sans vergogne sur la Toile. Cela donne ceci, qui devrait rendre notre fou furieux favorable à l'effacement des traces (voire plus)...

    100_0120.JPGcid_F6444946-F2B1-4612-90B0-C57173D44E81

    Capture_decran_2013-10-31_a_22.47.32.png

     

    Vous n'avez décidément honte de rien ! 

    Votre prompt rétablissement après les critiques de votre parti-pris qui, moi, ne m'a nullement choqué, ne m'étonne en rien, et je l'avais prévu, ce qui n'était guère difficile :

    12/03/2015, 18:20 | PAR BERNARD BIGENWALD EN RÉPONSE AU COMMENTAIRE DE LIBERTE21 LE 10/03/2015 À 10:00

    "Bonnet, en focalisant sur la Russie et Mélenchon, feint de ne pas comprendre le problème sérieux que constituent les outrances de M. Perraud à l'encontre des abonnés "dissidents". Bien entendu ! Mais beaucoup de lecteurs eux-mêmes ont subitement feint de découvrir soudain que Perraud était très peu économe de son mépris, eu égard au nombre, selon lui, de nécessiteux, alors que sur quasiment tous les sujets, il est infiniment méprisant par rapport à tous ceux qui le gratouillent un peu. Il est même remarquable que ce coup-ci, il est particulièrement sobre, même s'il est assez cinglant, et, après tout, son article est un parti-pris : on n'a pas à s'attendre à ce que ce soit de la guimauve. Je ne sache pas qu'il ait censuré des commentaires ce coup-ci par exemple, et donc, par rapport à ce qu'il est capable de faire, et qu'il a fait moult fois, il est très loin des limites de sa folie. Alors, c'est bien joli de s'attaquer enfin aux comportements de Perraud, mais quid des manifestations antérieures intolérables de son nombrilisme ?  Elles étaient plus acceptables tant qu'il ne s'attaquait pas à des idoles ? Pourquoi en faire un martyr de la liberté d'opinion sur ce coup-là , où il n'y a vraiment pas grand chose à lui reprocher ? Quelle maladresse ! Il adore, ça, ce comédien, passer pour un martyr !

     

     

     

     

    14/03/2015, 14:47 | Par BF

    Bonjour Antoine Perraud.

     

    Je vous écris ce qui suit d'autant plus tranquillement que je vous ai régulièrement félicité pour vos billets.

    On peut ou non être d'accord avec vos positions et parti pris mais renvoyer tout contradicteur à un idôlatre stupide n'est pas très adroit, ni très respectable. C'est un procédé de disqualification que je réprouve et qui vous vaut que bien des contradicteurs modérés se "radicalisent"...

    Tous vos contradicteurs -j'en faisais partie- sont-ils de dangereux sectaires? Votre parti pris était-il à ce point exempt de reproches, sur le fond? Passons...

    Le "dialogue" par internet, c'est certain, favorise les échauffements. De certains commentateurs comme de certains journalistes qui descendent dans cette arène démocratique. Car elle est démocratique, cette arène où l'on s'écharpe avec des mots parfois mal choisis... Entre gens bien éduqués et qui savent se tenir, on est finalement loin de la réalité et de ce qu'on dit défendre quant on se dit "démocrate". Ne croyez vous pas qu'il faut se garder du réflexe élitiste? Je suis opposé aux "classes de niveau"...

    Nul doute -enfin j'espère- que tout ça se passerait beaucoup mieux autour d'un verre ou deux, loin des écrans.

     

    PS: votre style? en cause? Probablement que beaucoup de lecteurs se sentent mis à distance par votre écriture, oui. On peut trouver ça idiot. Le problème est que vous renforcez cette impression par des sarcasmes, parfois, en commentaires, sarcasmes que je trouve drôles tant que je n'en suis pas la cible... Finalement, il faudrait que vous répondiez honnêtement à cette question: votre style traduit-il une volonté d'éducation populaire ou celle de vous distinguer du vulgum pecus?

     

    16/03/2015, 09:31 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de BF le 14/03/2015 à 14:47

    Finalement, il faudrait que vous répondiez honnêtement à cette question: votre style traduit-il une volonté d'éducation populaire ou celle de vous distinguer du vulgum pecus?

    applauseapplauseapplause

    Beaucoup est dit dans ces quelques mots SourireSourireSourire...

    Mon rêve le plus cher est de recevoir la même quantité et la même qualité de mots pour que je puisse comprendre pourquoi ce texte * a été placé en statut 403 donc interdit de consultation at wits' endat wits' endat wits' end ...

    A bientôt.

    Amitié.

    * Vivre est un village est maintenant un billet normal16 janvier 2014 |  Par Vivre est un village

     

    Bonjour,

    Ce billet s'inscrit dans le cadre d'une réflexion ayant pour point de départ le désir, avalisé par Edwy Plenel, de transformer le journal participatif MEDIAPART auquel nous avons souscris avec enthousiasme moyennant 9 euros par moi en Mediapart pour le même prix PenseurPenseurPenseur.

    Les billets http://blogs.mediapart.fr/blog/antoine-perraud/301211/ladieu-au-participatif nous a été un très mauvais cadeau de nouvel an 2012 MaladeMaladeMalade.

    Dans la masse d'informations générées par Mediapart, celle-ci m'est passée totalement inaperçu et sans la vigilance de mes amis, elle y serait toujours, dans sa trappe En colèreEn colèreEn colère .

    Le champignon vénéneux "déconseiller" http://www.franceculture.fr/emission-la-chronique-de-philippe-meyer-chronique-de-philippe-meyer-2013-12-10 , nous a donc pris par surprise et nombres d'abonnés m'ont demander de faire quelque chose pour réchapper à ce venin.

    J'ai donc choisi de suivre la méthode suivie pour étudier Le terme vient du grec onkos, signifiant vrac, masse ou tumeur, et le suffixe -logie, signifiant « étude de ». (source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Oncologie) qui me semblait être pertinente Sérieux.

    Pour que ma démarche soit mieux comprise, j'ai choisi de définir le mieux possible les sources du chois de mon pseudo "Vivre est un village" qui se trouve être beaucoup représentatif que mon nom de famille Idée.

    Par la chanson de Jacques Brel "Quand on a que l'amour", j'ai voulu décrire, le mieux possible, la nature du groupe humain dont je me trouve être en position de porte parole, de notre attachement à MEDIAPART

    A bientôt Bonne chance !.

    Amitié En prière .

    01/01/2014, 12:43 | Par Pascal Maillard en réponse au commentaire de Ebolo le 31/12/2013 à 17:47

    C'est à la fois un village gaulois et une mégalopole:-)

    10/01/2014, 09:38 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Pascal Maillard le 01/01/2014 à 12:43

    C'est à la fois un village gaulois et une mégalopole:-)

    Bonne année 2014 Pascal !

    Pour répondre à votre question Vivre est un village est ce village Saint-Véran en hiverhttp://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-V%C3%A9ran dans lequel souffle cet esprit http://www.youtube.com/watch?v=_lLOznTvFHA et où l'on danse souvent http://www.youtube.com/watch?v=wGwHnFUDmww dans les mains de beaucoup de gars http://blogs.mediapart.fr/blog/vivre-est-un-village/051213/ode-au-retour-dune-amitie et filles http://blogs.mediapart.fr/blog/vivre-est-un-village/250713/une-lettre-ma-dame-du-bois-joli qui se battent contre l'ignominie du déconseiller http://www.franceculture.fr/emission-la-chronique-de-philippe-meyer-chronique-de-philippe-meyer-2013-12-10 Bouche cousue.

    L'on si bat souvent très fort Bouche cousue.

    A bientôt Bonne chance !.

    Amitié Idée.

    11/01/2014, 08:41 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Vivre est un village le 10/01/2014 à 09:38

    Tous les garçons et les filles de ce village savent bien ce que c'est qu'être heureux http://www.youtube.com/watch?v=0aLoezucIzk et je vous invite à rejoindre ce savoir et ce bonheur en cliquant sur Vivre est un village et en demandant à être mon contact en cliquant en haut et à gauche Clin d'œil.

    A bientôt.

    Amitié.

    16/03/2015, 09:32 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Vivre est un village le 16/03/2015 à 09:31

    14/01/2014, 08:53 | Par Vivre est un village

    Comme Jacques Brel http://www.youtube.com/watch?v=jLVd_mO3yX4

    Quand on n'a qu'Mediapart
    A s'offrir en partage
    Au jour du grand voyage
    Qu'est notre grand Mediapart

    Quand on n'a qu'Mediapart
    Mediapart toi et moi
    Pour qu'éclatent de joie
    Chaque heure et chaque jour

    Quand on n'a qu'Mediapart
    Pour vivre nos promesses
    Sans nulle autre richesse
    Que d'y croire toujours

    Quand on n'a qu'mediapart
    Pour meubler de merveilles
    Et couvrir de soleil
    La laideur des faubourgs

    Quand on n'a qu'Mediapart
    Pour unique raison
    Pour unique chanson
    Et unique secours

    Quand on n'a qu'Mediapart
    Pour habiller matin
    Pauvres et malandrins
    De manteaux de velours

    Quand on n'a qu'Mediapart
    A offrir en prière
    Pour les maux de la terre
    En simple troubadour

    Quand on n'a qu'Mediapart
    A offrir à ceux-là
    Dont l'unique combat
    Est de chercher le jour

    Quand on n'a qu'Mediapart
    Pour tracer un chemin
    Et forcer le destin
    A chaque carrefour

    Quand on n'a qu'mediapart
    Pour parler aux canons
    Et rien qu'une chanson
    Pour convaincre un tambour

    Alors sans avoir rien
    Que la force d'aimer
    Nous aurons dans nos mains,
    Amis le monde entier

    Alors sans avoir rien
    Que la force de combattre

    Pour Mediapart libéré du déconseiller Super !Super !Super !!!!

     

    http://www.franceculture.fr/emission-la-chronique-de-philippe-meyer-chronique-de-philippe-meyer-2013-12-10

    Pour la vie dans mon village, donc dans la république de Mediapart, dansons et faisons la fête C'est la fête !C'est la fête !C'est la fête !!!!


    tango.jpg

    http://www.youtube.com/watch?v=HQ0NgNK-Hl0

    (Robe de la collection M art'In)

    Pour la vie dans mon village, donc dans la république de Mediapart, apprenons à donner par amour AbeilleAbeilleAbeille

    http://www.youtube.com/watch?v=oJQ7yICu82k

    A bientôt Sourire.

    Amitié Super ! .


    16/03/2015, 10:06 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de BF le 14/03/2015 à 14:47

    Ah !... c'est rigolo... j'étais en train de me dire à la lecture de ce billet ressorti du fin fond du tracker, qu'avec Perraud ce qui était bien, c'est qu'en dépit des idées exprimées et des accords ou désaccords éventuels, j'étais au moins quasiment sûr d'apprendre quelque nouveau mot ; en l'occurrence et par exemple "prépotent". Je ne connaissais pas.
    Merci Antoine.


    Comme quoi, "volonté d'éducation populaire ou celle de vous distinguer du vulgum pecus?"... ce n'est pas aussi simple qu'un "ou".

     

    En revanche, simplification et éducation populaire ne font sûrement pas bon ménage. Là convient-il probablement de placer l'alternative. 

     

    16/03/2015, 21:43 | Par BF en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 16/03/2015 à 10:06

    Bien sûr, ce sont deux pôles.

    Distinction ou éducation???... Impossible de démêler totalement de toute manière. Mais il faut se poser la question, quand on écrit, et y répondre honnêtement.

    Je pense qu'Antoine Perraud se l'ai largement posée, cette question. Il me semble qu'à une époque il mettait des liens dans ses textes pour les mots un peu rares.

    Le problème, à mon avis, c'est qu'une langue riche, voire précieuse, jointe à des commentaires acerbes à l'égard de commentateurs, conforte plutôt l'hypothèse la plus malheureuse dans l'esprit de beaucoup: A. Perraud serait un snob qui ne veut pas être compris, et qui maintient à distance son lectorat en l'écrasant de sa vaste culture...

     

    L'alternative entre simplification et éducation populaire? Je ne sais pas. Beaucoup de choses simples sont dites de manière compliquée, sans que ce soit nécessaire (http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2015/03/un-canular-sociologique-décortique-le-maffesolisme.html).

    "Simplifier" dans le sens de "vulgariser" est noble. Complexifier pour rester en sa tour d'ivoire est d'inspiration aristocratique.

    16/03/2015, 22:44 | Par Antoine Perraud en réponse au commentaire de BF le 16/03/2015 à 21:43

    C'est pourtant très simple : je suis à la fois dans le partage culturel destiné à la majorité des abonnés (beaucoup le comprennent, me le font savoir et j'en suis touché), tout en profitant largement – par la grâce d'une infime meute de commentateurs ciblés – du « plaisir aristocratique de déplaire » : il n'y a pas de plus grande délectation que d'être pris pour un crétin par des imbéciles !

    Bref, je méprise – ouvertement – une minuscule minorité dévoyée (dont les meneurs autoproclamés sont deux universitaires défectueux qui me font penser à la mère Pipe dans Tueur sans gages d'Eugène Ionesco !) ; tout en respectant – profondément – le plus grand nombre.

    Et c'est ainsi que Mediapart est grand !

    17/03/2015, 11:43 | Par BF en réponse au commentaire de Antoine Perraud le 16/03/2015 à 22:44

    Considérer que des personnes sont des imbéciles ne me semble pas compatible avec un projet réellement humaniste.

    C'est tout.

    17/03/2015, 12:14 | Par Antoine Perraud en réponse au commentaire de BF le 17/03/2015 à 11:43

    Considérer certaines personnes pour ce qu'elles sont (des imbéciles) consiste à tenir compte du réel, tout en faisant grand cas des efforts souvent spectaculaires accomplis dans nos déroulés de commentaires par lesdites personnes (une minorité suractive)...

    17/03/2015, 14:25 | Par BF en réponse au commentaire de Antoine Perraud le 17/03/2015 à 12:14

    Après cette scène où je me suis montré si éclatant de chasteté que peut-il advenir?

    Où sont mes papiers et mon identité vieillie et la date de ma naissance imprécise? Et, d'ailleurs, suis-je encore celui de la dernière fois ? Pourtant je croyais avoir repris suffisamment de forces. Et tout ce qu'on m'avait promis.

    La tête s'écarte de la ligne bleue qui se déroule sur la longue route rugueuse. En dehors d'elle aucun salut possible et l'indifférence nous perd.

    Voilà pour ta modestie, ton abstinence et ta faiblesse, sans cruauté. Mille dangers à craindre. Regarde, tourne ton œil vers cette nappe noire.

    Sur le trottoir le gendarme souverain t'arrête d'un appel bref de sa question brutale.


    Reverdy

    Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

    19/03/2015, 19:19 | Par Kaze Tachinu en réponse au commentaire de Nomados le 19/03/2015 à 19:03

    Savez-vous que le poète narbonnais avait si peur des chauves-souris qu'ils s'étaient cachés, sa femme et lui, sous leur grand lit pendant l'attaque, un soir d'été ...? C'est touchant comme d'un enfant.  Dans mon rêve, la tête d'un enfant était au centre. ( P.R.)

    19/03/2015, 20:30 | Par Nomados en réponse au commentaire de Kaze Tachinu le 19/03/2015 à 19:19

    Non je ne connaissais pas cette anecdote mais il a écrit des poèmes avec ces bébêtes.. ..il y a une belle entrevue d'Alain Cuny à l'Abbaye de Solesme où il nous parle de sa rencontre avec P. R.

    19/03/2015, 22:41 | Par Kaze Tachinu en réponse au commentaire de Nomados le 19/03/2015 à 20:30

     

    Poème de Reverdy avec la " bébête "comme vous dites ;-) on en saisit mieux le soubassement lorsqu'on connaît l'anecdote ...

           

                 Grandeur nature

     

    Je vois enfin le jour à travers les paupières

    Le persiennes de la maison se soulèvent

    Et battent

    Mais le jour où je devais le rencontrer

    N'est pas encore venu

     

    Entre le chemin qui penche et les arbres il est nu

    Et ces cheveux au vent que soulève le soleil

    C'est la flamme qui entoure sa tête

     

    Au déclin du jour

    Au milieu du vol des chauve-souris

    Sous le toit couvert de mousse où fume une cheminée

     

    Lentement Il s'est évanoui

     

    Au bord de la forêt

    Une femme en jupon

    Vient de s'agenouiller

     

     Pierre Reverdy,  La lucarne ovale.


    Au fait, le poème posté par BF est vraiment beau ( aussi ) et son choix m'avait plu. Reverdy est un artiste à part ( et il n'appartient à personne ...) Regardez ce double extrait :

    Où sont mes papiers et mon identité vieillie et la date de ma naissance imprécise? Et, d'ailleurs, suis-je encore celui de la dernière fois ? Pourtant je croyais avoir repris suffisamment de forces. Et tout ce qu'on m'avait promis.

    La tête s'écarte de la ligne bleue qui se déroule sur la longue route rugueuse. En dehors d'elle aucun salut possible et l'indifférence nous perd.

    20/03/2015, 09:14 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Kaze Tachinu le 19/03/2015 à 22:41

    Au déclin du jour

    Au milieu du vol des chauve-souris

    Sous le toit couvert de mousse où fume une cheminée

     

    Lentement Il s'est évanoui

     

    Au bord de la forêt

    Une femme en jupon

    Vient de s'agenouiller

    Au déclin de Mediapart

    Au milieu du verbe fâcheux d'Antoine

    Sous le toit de Mediapartcouvert de mousseoù fume sa cheminée de la fumée de son incendie


    Lentement il s'évanouit


    Au bord du bois-joli http://blogs.mediapart.fr/blog/la-dame-du-bois-joli/240215/rouges-moines

    des femmes en jupon

    Viennent de s'agenouiller

    A bientôt.

    Amitié.

    20/03/2015, 21:53 | Par BF en réponse au commentaire de Nomados le 19/03/2015 à 19:03

    Là, vraiment n'importe quoi... Je ne désirais insulter personne...Ni critiquer A. Perraud par Reverdy interposé.

     

    J'espère que vous lisez Reverdy avec plus d'attention et d'intelligence -au sens étymologique- que moi.

    18/03/2015, 21:46 | Par Julie Guitare en réponse au commentaire de Antoine Perraud le 16/03/2015 à 22:44

    Il se hisse comme il peut, le petit paon. Il paraphrase Courteline. Il fait ses petites manières. Il gratte la gadoue. Il dresse ses plumes en éventail. Mais son cri reste aigrelet : léon léon...

    19/03/2015, 08:43 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Julie Guitare le 18/03/2015 à 21:46

                                                                     léon léon...En pleursEn pleursEn pleurs

    Réécrivez l'histoire tant que vous voulez mais ne tirez pas dans le dos !31 octobre 2012 |  Par LEON et PAULETTE

     

    léonetpaulette.fr

    31 Octobre 2012

    Léon mon chéri, les ami(e)s,   

    Depuis notre départ et celui de certain(e)s membres du club de Médiapart, de dénonciations en calomnies, certain(e)s membres du club et journalistes n'hésitent pas à réécrire l'histoire du pourquoi nous sommes parti(e)s toi, moi et les autres. Les raisons de nos départs respectifs ont été clairement exprimées par ceux et celles d'entre nous qui le souhaitaient.

    La rédaction du journal et certains commentateur(trice)s ont jugé qu'il s'agissait d'une bagarre de cour de récréation après avoir soigneusement effacé les traces du pourquoi et du comment. C'est le principe de la modération version Médiapart : c'est dans la Charte, je m'incline !

    Dans mon travail aussi tous les jours, nous devons faire face aux patrons qui nous traitent comme des irresponsables : les raisons sont vicieuses et face à la perversité, le combat politique sacrément compliqué.

    Je n'étais pas à l'origine du projet Médiapart et mon investissement occasionnel dans le club m'aura permis de ne pas être aussi déçue et désappointée que ceux et celles qui s'y sont énormément investis.

    J'ai appris qu'il ne fallait pas répondre à la provocation et que parfois il valait mieux se taire et rester incompris ... Je sais bien qu'après les insultes et les couteaux dans le dos, nous finirons par être désigné(e)s comme les coupables, les fauteurs de troubles et les ennemis de la liberté d'expression ... en soi, ce n'est pas grave bien sûr sauf que c'est l'intégrité de gens que j'aime et que je respecte profondément qui est mise en cause et que ces personnes ont mené et mènent toujours un vrai combat politique et humain.

    A tou(te)s ceux-là (celles-là), solidairement vôtre.

     

    @  pour tous ceux qui s'amusent, notamment dans le billet de JY Cognac (* j'insiste sur le notamment, la liste n'étant pas exhaustive), à tirer dans le dos, les traitres, les dénonciateurs les collabos en puissance et les lâches :

     

     

    Paulette

    (oui, j'existe effectivement, n'en déplaise aux facheux(ses) !!!

     

     léonetpaulette.fr

    Bouche cousueBouche cousueBouche cousue

    A bientôt.

    Amitié.

    20/03/2015, 09:00 | Par Marc Daniel LEVY en réponse au commentaire de Julie Guitare le 18/03/2015 à 21:46

    Allo, Julie ?

    ...on a la très net te impression, de nouveau, d'avoir à faire à quelqu'un d'autre..

    .. et alors ?  .. alors, on peut exécrer les vieux manipulateurs planqués pour mener leurs petites guéguerres perso, non ? 

    20/03/2015, 15:23 | Par Kaze Tachinu en réponse au commentaire de Marc Daniel LEVY le 20/03/2015 à 09:00

    Le lot des pseudonymisés :-)

    Où sont mes papiers et mon identité vieillie et la date de ma naissance imprécise? Et, d'ailleurs, suis-je encore celui de la dernière fois ? Pourtant je croyais avoir repris suffisamment de forces. Et tout ce qu'on m'avait promis. ( pr  voir supra )


    20/03/2015, 16:22 | Par Julie Guitare en réponse au commentaire de Marc Daniel LEVY le 20/03/2015 à 09:00

    ???? 

    pas capté

    20/03/2015, 22:48 | Par Marc Daniel LEVY en réponse au commentaire de Julie Guitare le 20/03/2015 à 16:22

    ... à d'autres !

    20/03/2015, 09:16 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Julie Guitare le 18/03/2015 à 21:46

    Il se hisse comme il peut, le petit paon. Il paraphrase Courteline. Il fait ses petites manières. Il gratte la gadoue. Il dresse ses plumes en éventail. Mais son cri reste aigrelet : léon léon...

    Il se hisse comme il peut, le petit paon. Il paraphrase Courteline. Il fait ses petites manières. Il gratte la gadoue. Il dresse ses plumes en éventail. Mais son cri reste aigrelet : "déconseiller" "403"... Clin d'œil

    A bientôt.

    Amitié.

    19/03/2015, 11:13 | Par PIERRU en réponse au commentaire de Antoine Perraud le 16/03/2015 à 22:44

    Merci pour le "imbécile" et "défectueux" : me voilà rassuré cher Antoine ! C'est le plus beau compliment que vous pouviez me faire.

    19/03/2015, 16:17 | Par JeanLouisD en réponse au commentaire de Antoine Perraud le 16/03/2015 à 22:44

    Pauvre type prétentieux !!!

    19/03/2015, 16:27 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de JeanLouisD le 19/03/2015 à 16:17

    Allez savoir pourquoi, le commentaire de JEANLOUISD me fait penser à une contrepèterie classique :

    "Ce pré attire les contentieux."

    20/03/2015, 09:18 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de JeanLouisD le 19/03/2015 à 16:17

    Pauvre type prétentieux !!!

    Malade refusant de se soigner serait plus exact Bouche cousueBouche cousueBouche cousue...

    A bientôt.

    Amitié.

    17/03/2015, 08:53 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Jean-Claude Charrié le 16/03/2015 à 10:06

    simplification et éducation populaire ne font sûrement pas bon ménage. Là convient-il probablement de placer l'alternative. 

    C'est un peu plus compliqué que ça (voir, par exemple : http://blogs.mediapart.fr/blog/asn/180215/retour-sur-limaginaire)...

    A bientôt.

    Amitié.

    16/03/2015, 14:11 | Par joelle locatelli

    On ne peut que s'enterrer plus vite , truffé  de certitudes dogmatiques, agrémenté d'esprit de caste !

    On eut le justifier par un phrasé riche et se servir de l'aura d'auteurs crédibles pour masquer son impossible écoute d'autri !

    Vulgariser , c'est n'est pas rendre vulgaire , même si en ce domaine, à mon grand étonnement, après un passage en politique ce vocabulaire de l'extrème a fait parti d'un panel de mots inutilisés antérieurement, vulgariser , c'est la plus élémentaire pédagogie : rendre accéssible au plus grand nombre des notions élitistes ou pointues , utilisant des mots et des images  la portée de beaucoup ! Ici , l'intelligentia qui une habitude pyramidale de l'échange entre soi , n'a plus k s'étrangler !

    Qu'est-ce qu'on n'y peut ! Qu'ils ferment le rideau !  Tout ce qui est enfermé finit par fermenter ? ça ne nous regarde plus !

    17/03/2015, 08:56 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de joelle locatelli le 16/03/2015 à 14:11

    On ne peut que s'enterrer plus vite , truffé  de certitudes dogmatiques, agrémenté d'esprit de caste !

    Lire, d'urgence

    http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Voyage_de_classes-9782707183217.html

    Une demi-heure de métro sépare les quartiers parmi les plus pauvres de France de ses zones les plus riches. Partis de Saint-Denis, dans la banlieue nord de Paris, une centaine d'étudiants ont enquêté sur trois quartiers bourgeois du VIIIe arrondissement de la capitale. Pour s'initier à la démarche sociologique, ils ont dû se familiariser avec un monde nouveau et étrange, dont les indigènes présentent des coutumes et préoccupations insolites.
    Boire un café dans un palace pour observer ce qui s'y passe (et être traité comme un client illégitime), stationner dans les boutiques de luxe pour décrire leur organisation (et se faire mettre dehors), apprendre à manger un mille-feuilles à 14 euros avec des « bourgeoises », approcher des institutions prestigieuses où les femmes n'ont pas le droit de vote, se faire expliquer le Bottin mondain et l'arrangement des mariages, interviewer dans son hôtel particulier un grand dirigeant qui « fait partie de ces familles qui ont des châteaux un peu partout » : ce sont quelques-unes des expériences que ces étudiants du 93 ont vécues. En même temps qu'il leur a fallu dompter l'exotisme pour bien comprendre le milieu dans lequel ils pénétraient, ils ont dû encaisser l'humiliation des multiples rappels à l'ordre social que suscitait leur démarche.
    Des premières incursions anonymes et timides jusqu'aux face-à face sans échappatoire, ce livre raconte de manière crue et joyeuse les batailles livrées pour mieux connaître un monde social dominant. L'enjeu : renverser l'habitude qui veut que ce soit « ceux d'en haut » qui inspectent l'existence de « ceux d'en bas ».

    prayingprayingpraying

    A bientôt.

    Amitié.


    16/03/2015, 16:22 | Par Julie Guitare

    Ceux pour qui le dialogue n'est que vérification narcissique, ne peuvent qu'abonder dans le sens de ce billet.

    Malheureusement, comme d'habitude, quand les déclarations ne sont que des postures, elles n'engagent pas. Et le triste rédacteur ne peut s'empêcher de retourner interroger son miroir magique.

    17/03/2015, 08:59 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Julie Guitare le 16/03/2015 à 16:22

    quand les déclarations ne sont que des postures,

    Elles mènes à ça :

    « Sept ans, c’est l’âge de raison », sourit Edwy Plenel, le cofondateur de Mediapart, à propos du site né le 16 mars 2008. Une manière de dire que ce média d’investigation en ligne et payant, couronné d’un grand succès, arrive « à maturité ». Mais aussi d’esquisser un avenir dans lequel l’équipe actuelle prendra progressivement les commandes : Edwy Plenel a en effet annoncé il y a quelques semainesqu’il comptait transmettre son rôlede directeur de la publication vers 2017 ou 2018.
    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2015/03/13/mediapart-plenel-prepare-l-apres-plenel_4593035_3236.html#Z4AfoKhTv3cPW3f2.99

    Bouche cousueBouche cousueBouche cousue

    A bientôt.

    Amitié.


    19/03/2015, 08:46 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de dianne le 18/03/2015 à 22:52

    Quand on voit l'énergie dépensée par les empêcheurs, on se dit qu'après tout, une bonne taloche virtuelle, de temps en temps, même si elle les conduit à faire ensuite surchauffer leur clavier, ne peut pas leur faire de mal...

    Belles paroles

    SourireSourireSourire

    A bientôt.

    Amitié.


    19/03/2015, 16:24 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de dianne le 18/03/2015 à 22:52

    D'après Perraud, ses contradicteurs sont perdus pour l'intelligence.

    C'est grave, Docteur ?

    19/03/2015, 16:29 | Par PIERRU en réponse au commentaire de JoëlMartin le 19/03/2015 à 16:24

    Déjà en soi, c'est incroyablement prétentieux que de s'arroger le droit de dire qui est du côté de l'intelligence et qui ne l'est pas. C'en est même grotesque.

    Non, c'est pas grave : on vit et pense très bien sans l'intelligence telle que la conçoit M. Perraud.

    19/03/2015, 19:58 | Par dianne en réponse au commentaire de JoëlMartin le 19/03/2015 à 16:24

    Il se lâche bien moins sur le sujet que certain hebdomadaire satirique. Mais comme celui-ci n' a pas de club ni de commentaires, personne n'en fait un sujet d'intérêt majeur.

    Le fait que les imbéciles en question exercent leurs talents sur la voie publique, et non en tant qu'abonnés,  ne réduit en rien la malice des  journalistes dudit hebdomadaire qui les prennent pour ce qu'ils sont et le font savoir... Perdus pour l'intelligence ? C'est en gros ça, 52 semaines par an. Et c'est tant mieux.

    20/03/2015, 09:22 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de JoëlMartin le 19/03/2015 à 16:24

    D'après Perraud, ses contradicteurs sont perdus pour l'intelligence.

    C'est grave, Docteur ?

    Oui mais il y a de bons médecins au collectif des 39

    http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-louis-racca/010514/le-collectif-des-39-ou-la-police-de-la-pensee

    ideaideaidea

    A bientôt.

    Amitié.

    19/03/2015, 18:56 | Par Julie Guitare en réponse au commentaire de dianne le 18/03/2015 à 22:52

    Tiens ! La haine du peuple est sélectionnée

    19/03/2015, 20:00 | Par dianne en réponse au commentaire de Julie Guitare le 19/03/2015 à 18:56

    "La haine du peuple" ? Est-ce à dire que vous qualifieriez "le peuple" de ramassis d'imbéciles ? Je ne parle en mon commentaire que des nuisibles locaux, qui sont loin d'être "le peuple", même s'ils en sont persuadés.

    19/03/2015, 22:58 | Par Julie Guitare en réponse au commentaire de dianne le 19/03/2015 à 20:00

    vi vi vi

    20/03/2015, 09:26 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de dianne le 19/03/2015 à 20:00

    "La haine du peuple" ?

    Oui la haine qui s'exprime sous forme de colère à l'endroit de ceux qui ne veulent pas entendre parler de

    FRATERNITÉ - ÉGALITÉ - LIBERTÉ

    Bouche cousueBouche cousueBouche cousue

    A bientôt.

    Amitié.

    19/03/2015, 23:22 | Par Marc Daniel LEVY en réponse au commentaire de Julie Guitare le 19/03/2015 à 18:56

    ( Ne soupçonnez pas Dianne pour le "déconseiller": il est de moi.)

    20/03/2015, 09:28 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Marc Daniel LEVY le 19/03/2015 à 23:22

    ( Ne soupçonnez pas Dianne pour le "déconseiller": il est de moi.)

    Un grand merci pur avoir accepté de sorti de l'anonymat, donc du pétainisme rampant du "déconseiller"

    applauseapplauseapplause

    A bientôt.

    Amitié.

    Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

    20/03/2015, 09:41 | Par ABDELILAH NAJMI en réponse au commentaire de PIERRU le 19/03/2015 à 18:34

    Le mieux, à mon avis, est de sortir des considérations personnelles.

    1/ Le terrorisme intellectuel a souvent détérioré la gauche. G. Lapassade faisant chanter Roland Barthes sur ses goûts personnels, pour des raisons politiques.

    2/ Sinon : "pas de liberté pour les ennemis de la liberté" ! Malraux a eu beau démentir avoir prononcé cette phrase. Jacques Laurent ne le lâche pas, et y revient impitoyablement dans Histoire égoïste, longuement. Etc.

    3/ Vous faites grand cas de Jean-Claude Michéa. C'est dans les recherches de cet orwellien que l'on trouve la critique la plus troublante du "politiquement correct". Il va jusqu'à critiquer la HALDE, SOS Racisme et dire d'un responsable du MRAP que c'est un indivihu "inquiétant"... Jean-Loup Amselle ne procède pas autrement. Il considère celui qu'il appelle "le professeur de Montpellier" comme l'un des "rouges-bruns" les "plus inquiétants"... Comme si la critique de telles lectures des Lumières était une négation des Lumières, ou comme si la critique de SOS Racisme était un appel au racisme ! Vous avez vu comme tout le monde avec quelle férocité Michéa déchire les poses ou positions de Serge July, A. Geismar, et beaucoup d'autres encore ! Vous avez vu avec quelle fermeté Amselle dénonce des partialités de Taguieff, si peu compatibles avec l'objectivité scientifique, et tant d'autres chantres des particularismes dangereusement ethnicisants...

    Nous nageons dans les confusions, et un certain désir de clarté.

    4/ Quelques souvenirs pittoresques :

    Sartre, à la Libération, traita les Français de "salauds"... Des soubresauts jusqu'à une date récente.

    De Gaulle, à l'occasion d'une crise majeure, dit : "chienlit". On n'en a pas fini.

    Paul Morand exulte dans son Journal inutile, au spectacle d'une page de Simone de Beauvoir "descandant en flammes" Malraux... Il aurait voulu l'embrasser, oubliant une haine pour une autre.

    On peut multiplier les exemples, sans remonter au pilonnage spectaculaire des positions adverses du temps de Léon Daudet et des militants du Front populaire. La violence idéologique ne date pas d'aujourd'hui.

    5/ Quant à l'ironie proverbiale : on connaît l'anagramme de Salvador Dali par Breton, et Breton (dans telle des Positions de Sartre) traité en bourgeois, pas très loin finalement de cette bourgeoisie bohème immortalisée par le couple Verdurin (dont le "bobo" cotemporain est peut-être la plus réjouissante réincarnation) !

    Que faire ?

    Entre l'anémie idéologique du "politiquement correct" (F. Cusset a restitué les gauchissements subis dans les campus américains par la pensée critique française de gauche des années 70) et le déferlement réactionnaire des haines décomplexées (qui ne vous ont inspiré aucune attitude ferme, à ma connaissance, que ce soit en tant qu'"intellectuel spécifique", spécialisé dans le domaine de la santé, ou en tant que simple citoyen éclairé ayant des opinions sans prétendre légiférer sur l'Universel), faisant céder sous une poussée médiatiquement assistée les résistances républicaines (à moins de considérer l'appel à "déporter ou le Chant des partisans dans la version de Renaud Camus comme des actes de bravoure républicains...) et pulvérisant cette "common decency" qui vous est chère en donnant à l'étranger le spectacle stupéfiant d'une France gravement atteinte, et n'éprouvant presque nulle gêne à exhiber une grossière frénésie, que faire ?

    Pardonnez-moi de vous le rappeler : Arfi et Perraud ont dit simplement que les fins (si élevées soient-elles) ne gagnent rien à être poursuivies par des moyens aveuglants. C'est un appel ferme à la vigilance. Que Perraud se montre ironique, c'est à l'égard des gens de gauche dont les tranports idéologiques font oublier la moindre prudence. Vous n'êtes pas d'accord, je m'adresse :

    1/ Au sociologue : quels effets (utiles, nuisibles) du "politiquement correct" sur la santé publique ?

    2/ Au citoyen éclairé : si Arfi et Perraud travaillent pour la réaction, ou une gauche suspecte, où sont les preuves, les analyses circonstanciées (je ne dis pas la satire, la diatribe, les récriminations sur fond de grands principes qui n'ont encore rien élucidé, s'agissant du vaste contexte actuel dans lequel fut publié le "parti-pris", concernant les tenants et aboutissants d'un conflit international, sans oublier les lumières sur une liquidation politique) ?

    Il est temps de rendre le "participatif" sérieux ! 

     

     

    20/03/2015, 09:42 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de ABDELILAH NAJMI le 20/03/2015 à 09:41

    20/03/2015, 10:49 | Par Antoine Perraud en réponse au commentaire de ABDELILAH NAJMI le 20/03/2015 à 09:41

    @ ABDELILAH NAJMI

    Il est plaisant, ici et maintenant, de trouver en vous ce que nous espérions à Mediapart, en lançant notre modèle participatif : un individu pensant (et non une meute réagissant), avec finesse, originalité, goût du paradoxe, souci expert et sensible de la littérature jusqu'en des affluents les moins explorés ; donc à rebours du psittacisme, de l'auto-bourrage de crâne, de l'addiction au copier-coller, ou du placage des sous-universitaires poussifs qui ne sauront jamais que plaquer. Bref, vous êtes heureusement aux antipodes des vulgates et autres catéchismes pseudo révolutionnaires – avec la rage aveuglante et aveuglée pour credo.

    Vous me semblez tenace ; vous savez sans doute qu'un bon lecteur surpassera toujours 300 mauvais commentateurs.

    Ils voudront toujours nous habiller de je ne sais quelle haine sociale bricolée par leurs piètres soins, ceux qui se savent visés par l'apophtegme de La Soirée avec Monsieur Teste : « La bêtise n'est pas mon fort. »

    Sus à la verticalité ! Certes. Mais l'horizontalité n'oblige pas se dénaturer, sous couvert d'un nivellement par le bas passant pour démocratie...

    20/03/2015, 12:34 | Par Tricia Natho en réponse au commentaire de Antoine Perraud le 20/03/2015 à 10:49

    Quel bel hommage mérité à Abdelilah Najmi!

    21/03/2015, 09:12 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Antoine Perraud le 20/03/2015 à 10:49

    @ Antoine Perraud

    Il est plaisant, ici et maintenant, de trouver en vous une partie de ce que nous espérions de votre influence sur le participatif de Mediapart Bouche cousue...

    En lançant son modèle participatif : Edwy Plenel, en tant qu'individu pensant, nous a offert un grand espoir que nous avons tous vécu avec le meilleur d'entre nous, en ce qui me concerne avec une acuité particulièrement intense à l'occasion de cet évènement http://blogs.mediapart.fr/edition/complices/article/260911/jeudi-debattez-avec-les-economistes-atterres où nous avons tous fait un beau rêve InnocentInnocentInnocent...

    Pourquoi tant d'acharnement à nous prouver que bêtise est votre fort CriantCriantCriant ???

    A nouveau, Antoine, nous ne souhaitons qu'une chose c'est comprendre, comprendre tant d'acharnement à introduire le pétainisme de la dénonciation anonyme et sans justification par le biais du "déconseiller" qui, pour Philippe Meyer est une machine à fabriquer la zizanie http://www.franceculture.fr/emission-la-chronique-de-philippe-meyer-chronique-de-philippe-meyer-2013-12-10 et pour moi à fabriquer une machine à fabriquer du pétainisme CriantCriantCriant ???

    Je vous demande, avec la plus grande solennité possible, de signer la pétition en bas de ce billet http://blogs.mediapart.fr/blog/vivre-est-un-village/210315/mal-nommer-les-choses-cest-ajouter-au-malheur-du-monde-albert-camus , où si vous ne le souhaitez pas de  nous dire pourquoi prayingprayingpraying ...

    Nous avons besoin de savoir qui vous êtes CoolCoolCool...

    Je vous rends responsable de mon dernier 403 sur le billet http://blogs.mediapart.fr/blog/vivre-est-un-village/160114/vivre-est-un-village-est-maintenant-un-billet-normal dont le but est d'expliquer de la meilleur manière possible qui je suis ideaideaidea...

    Je mets 3 emoticones parce que, je vous le répète, je ne sais pas écrire comme 80% des abonnés qui n'ont aucun diplôme de l'enseignement supérieur CoolCoolCool...

    Comment vous le dire et vous le répéter at wits' endat wits' endat wits' end ...

    La suggestion de Thierry Ternissien d'Ouville, remplaçant d'Edwy Plenel à l'occasion de la journée Où va le club ? http://blogs.mediapart.fr/blog/serge-koulberg/110311/ou-va-le-club-ma-contribution-au-debat-de-la-journee-portes-ouvertes que vous vous réunissiez avec vos amis dans l'espace nommé "CLUB" et que vous nous laissiez en paix me semble être vraiment digne d’intérêt Bouche cousueBouche cousueBouche cousue...

    Edwy Plenel a refusé le débat et vous n'étiez pas présent, alors comment alors débattre at wits' endat wits' endat wits' end ???

    Vos histoires d'horizontalité et de verticalité nous dépassent très largement par contre, nous avons beaucoup de mal à croire qu'il faille plus de 6 mois de travail technique pour, enfin, éliminer la fonctionnalité "déconseiller" en accord avec le diagnostique de la personne compétente à Mediapart à savoir Géraldine Delacroix Bouche cousueBouche cousueBouche cousue...

    A bientôt.

    Amitié.

    20/03/2015, 12:27 | Par ABDELILAH NAJMI en réponse au commentaire de ABDELILAH NAJMI le 20/03/2015 à 09:41

    Rectification : lire SVP :

    Non : "telle des Positions de Sartre"

    Mais : "telle des positions de Sartre dans ses Situations"

    20/03/2015, 23:08 | Par ASN en réponse au commentaire de ABDELILAH NAJMI le 20/03/2015 à 09:41

    Il est temps de rendre le "participatif" sérieux ! 

    Sans toutefois aller jusqu'à se prendre au sérieux... L'esprit de légèreté fait tellement défaut, n'est-ce pas?

    20/03/2015, 23:43 | Par ABDELILAH NAJMI en réponse au commentaire de ASN le 20/03/2015 à 23:08

    Nietzsche, que l'"esprit de lourdeur" a rendu fou d'une certaine manière, dit quelque part (je cite de mémoire et il faut vérifier) :

    Quelle beauté n'y a-t-il pas dans les sons et dans les rythmes ! Les sons et les rythmes, ne sont-ils pas les ponts et les arcs-en-ciel jetés entre des êtres à jamais séparés ?

    Quand on a rassemblé contre soi une horde déchaînée, mon premier mouvement est de dire : assez hurlé !

    J'écoute, personnellement.

    Ce n'est pas sérieux de hurler et de se croire sérieux, à mille contre deux individus. C'est cela, le sens de ce que j'ai dit.

    Vérification faite : dans cette pâmoison commune, cette espèce de rut stérile et vociférant, je n'ai trouvé que lourdeur, outrecuidance et rage. Où est la légèreté ?

    Ai-je tort d'avoir pris le parti de ceux qu'on accable ? Ils n'ont pas tort. Cela allège.

    P. S. : dans un conte des Histoires extraordinaires, le narrateur court longtemps derrière un homme qui court, dont la course hagarde l'intrigue, dans l'espoir de savoir ce qui le fait courir, dans une grande agglomération.

    C'est l'"homme des foules". Il court là où il y a foule. C'est le noeud et le dénouement. Une énigme !

    20/03/2015, 09:33 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de PIERRU le 19/03/2015 à 18:34

    le "participatif" suppose, il me semble, de la part des journalistes, un peu de modestie et de respect des abonnés qui "participent".

    Pierru est des  nôtres, il participe comme las autres, levons nos verres en son honneur

    https://www.youtube.com/watch?v=I52OLpT04Fo

    thumbs upthumbs upthumbs up

    A bientôt.

    Amitié.

    20/03/2015, 09:37 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de PIERRU le 19/03/2015 à 18:34

    Le participatif suppose une relative égalité des participants, ce qui s'accorde mal avec la position de censeur, de guide moral ou de "pédagogue" des masses abruties et avachies, et qualifiées de potentiellement criminelles.

    rock on!rock on!rock on!

    https://www.youtube.com/watch?v=MO5d3cyZBLA

    Que serions nous sans Pierru qui vint à notre rencontre ???

    thinkingthinkingthinking

    A bientôt.

    Amitié.

    19/03/2015, 16:30 | Par JoëlMartin

    Au tennis, on appelle ça un "ace".

    Et on applaudit.

    19/03/2015, 18:45 | Par Julie Guitare

    Adieu au Parti si pathif

    20/03/2015, 09:45 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Julie Guitare le 19/03/2015 à 18:45

    19/03/2015, 23:28 | Par JoëlMartin

    Perraud s'autoproclame arbitre de l'intelligence.

    Problème : la sienne, d'intelligence n'est pas d'un niveau tel qu'il peut se targuer de planer au dessus des autres, loin s'en faut.

    Autre problème : les critères de Perraud sont d'une indigence pathétique : n'est intelligent que qui est d'accord avec lui.

    C'est le seul "journaliste" qui n'est capable de répondre à un contradicteur qu'en attaquant sa personne.

    Et Mediapart soutient ce personnage...

    Réaction corporatiste plus que navrante.

     

    20/03/2015, 17:37 | Par Julie Guitare en réponse au commentaire de JoëlMartin le 19/03/2015 à 23:28

    ***

    21/03/2015, 10:29 | Par ASN en réponse au commentaire de JoëlMartin le 19/03/2015 à 23:28

    Je me demandais ce qui me gênais dans ce fil que je parcours. Je viens juste de poster un commentaire au-dessus, poussé par ce sentiment de malaise, et je vois ici que vous trouvez les mots pour le dire...

    Comme exercice d'application:

    Se reporter à cet article sur Roland Barthes, et surtout, au fil des commentaires ! Edifiant de fatuité satisfaite et d'enflure intellectuelle. Il n'en faut pas beaucoup (juste le commentaire suivant), pour amorcer la pompe...

    21/03/2015, 12:59 | Par ABDELILAH NAJMI en réponse au commentaire de ASN le 21/03/2015 à 10:29

    Vous faites bien d'y renvoyer. Merci.

    P. S. : pour être bien élevé, je ne vous demanderais pas de réfuter un seul point sur les trois énumérés. C'est parfaitement impossible et ce n'est pas de ma faute, pour la simple raison que ce sont des faits. Les faits sont têtus, disait Marx !

    Probité intellectuelle et médisance n'ont jamais fait bon ménage. Ce n'est pas la première fois que je relève (avec preuve) une grave confusion chez vous. Un intellectuel honnête discute ou se corrige. Vous préférez surcharger les fils d'agitation indigne (au lieu de me confondre sur le fil où j'ai surpris votre bavardage compliqué d'erreurs graves).

    20/03/2015, 09:55 | Par Vivre est un village

    Perraud s'autoproclame arbitre de l'intelligence.

    Toute ressemblence entre Antoine Perraud et les indigèneshttp://fr.wikipedia.org/wiki/Indig%C3%A8ne des beaux quartiers décrits dans ce livre http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Voyage_de_classes-9782707183217.html ne me seble pas être fortuite

    ideaideaidea

    Elément de preuve

    Une demi-heure de métro sépare les quartiers parmi les plus pauvres de France de ses zones les plus riches. Partis de Saint-Denis, dans la banlieue nord de Paris, une centaine d’étudiants ont enquêté sur trois quartiers bourgeois du VIIIe arrondissement de la capitale. Pour s’initier à la démarche sociologique, ils ont dû se familiariser avec un monde nouveau et étrange, dont les indigènes présentent des coutumes et préoccupations insolites.
    Boire un café dans un palace pour observer ce qui s’y passe (et être traité comme un client illégitime), stationner dans les boutiques de luxe pour décrire leur organisation (et se faire mettre dehors), apprendre à manger un mille-feuilles à 14 euros avec des « bourgeoises », approcher des institutions prestigieuses où les femmes n’ont pas le droit de vote, se faire expliquer le Bottin mondain et l’arrangement des mariages, interviewer dans son hôtel particulier un grand dirigeant qui « fait partie de ces familles qui ont des châteaux un peu partout » : ce sont quelques-unes des expériences que ces étudiants du 93 ont vécues. En même temps qu’il leur a fallu dompter l’exotisme pour bien comprendre le milieu dans lequel ils pénétraient, ils ont dû encaisser l’humiliation des multiples rappels à l’ordre social que suscitait leur démarche.
    Des premières incursions anonymes et timides jusqu’aux face-à face sans échappatoire, ce livre raconte de manière crue et joyeuse les batailles livrées pour mieux connaître un monde social dominant. L’enjeu : renverser l’habitude qui veut que ce soit « ceux d’en haut » qui inspectent l’existence de « ceux d’en bas ».

    A bientôt.

    Amitié.

    20/03/2015, 22:08 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de Vivre est un village le 20/03/2015 à 09:55

    L'anecdote qui suit ne serait plus possible de nos jours avec la mode "bobo".

    Voici ce qui m'est arrivé au retour d'un salon du livre à Bordeaux il y a une vingtaine d'année.

    L'éditeur content des ventes d'un de mes bouquins m'avait payé un AR en avion classe rupin.

    Je me pointe avec ma carte d'embarquement portant mon numéro de siège.

    L'hôtesse dévolue à la classe rupin me toise, évalue ma tenue bobo avant l'heure, constate que mon sac à dos n'a rien d'un attaché-case et me dit attendez, il y a sûrement une erreur.

    Je lui dis que non. Elle appelle le steward-chef. Même saynette. Ces deux fins psychologues appellent le commandant en second, tout aussi dubitatif quant à la validité de mon document.

    Arrive enfin le commandant de bord. Sympa, et décontracté. Je me fend d'un poil de culot et le supplie : "Commandant, auriez-vous la gentillesse de me prêter votre cravate pour qu'on me fiche ma paix ?" Je risquais quand même d'être débarqué, le pacha aérien en ayant le pouvoir. Ledit pacha se marre, m'installe lui-même sur mon siège et me fait apporter une coupe de champagne. Suivie de quelques autres comme "prétium doloris". Mais comme c'était pas moi qui pilotais...

     

    20/03/2015, 22:24 | Par ABDELILAH NAJMI en réponse au commentaire de JoëlMartin le 20/03/2015 à 22:08

    Mon cher Joël

    A La Raspelière, M. Verdurin se méprend aussi (même en étant très décontracté, par principe, esthétiquement et mondainement parlant), en tenant à Charlus (à l'écart) à peu près ce discours : ne vous formalisez pas trop, cher ami, de la manière dont mon épouse vous a placé à table. Puisque vous n'êtes que... baron !

    Charlus (non sans avoir récité la liste de ses titres) plaça un adverbe, en le soulignant de sa voix folle : cela n'a aucune importance, ici...

    Le bobo est ineffable. C'est notre chance et c'est notre malédiction.

    Apprendre à zigzaguer entre les virgules, comme cet enfant myope obligé de lire en classe à haute voix, dans une colonie lointaine.

    Et pendant qu'il récitait du Rousseau, on lui disait qu'il n'était qu'un "bicot" !

    Au grand dam du texte et de l'enfance humiliés.

    Quelle époque extraordinaire !

    Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

    21/03/2015, 10:38 | Par 403 en réponse au commentaire de Mithra-Nomadeblues_ le 20/03/2015 à 22:46

    Pour sûr!

     Déjà, Abdellilah fait beaucoup plus oriental que François René...

    23/03/2015, 07:45 | Par 403 en réponse au commentaire de 403 le 21/03/2015 à 10:38

    Aurais-je la berlue en ce matin de lendemain d'élections?Cool

    21/03/2015, 11:38 | Par Kaze Tachinu en réponse au commentaire de Mithra-Nomadeblues_ le 20/03/2015 à 22:46

    Célébrissime et néanmoins admirable : 

    Levez-vous vite,
    orages désirés
    qui devez emporter René
    dans les espaces d’une autre vie!

    (  François-René de Chateaubriand )

    Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

    22/03/2015, 21:29 | Par 403 en réponse au commentaire de Mithra-Nomadeblues_ le 22/03/2015 à 20:47

    C'est vrai, c'était pas gentil. Mais...

    22/03/2015, 20:51 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de ABDELILAH NAJMI le 20/03/2015 à 22:24

    Rigolant

    23/03/2015, 16:19 | Par evanescence en réponse au commentaire de ABDELILAH NAJMI le 20/03/2015 à 22:24

    Jouyeux retour, Antoine.

    21/03/2015, 08:43 | Par Vivre est un village

    18/03/2015, 21:46 | Par Julie Guitare en réponse au commentaire de Antoine Perraud le 16/03/2015 à 22:44

    Il se hisse comme il peut, le petit paon. Il paraphrase Courteline. Il fait ses petites manières. Il gratte la gadoue. Il dresse ses plumes en éventail. Mais son cri reste aigrelet : léon léon...

    Aigrelet pour Léon et Paulette en tout cas

    Ils ont supprimé leurs billets, ce qui est vraiment dommage car nous aurions pu nous faire une opinion sur la grande amitié qui les a liée à Edwy Plenel et la chute progressive vers le néant de cette amitié ...

    Bouche cousueBouche cousueBouche cousue

    A bientôt.

    Amitié.

    21/03/2015, 12:47 | Par typhaine

    Alors, comme ça , la Rédaction de Médiapart et son Président tolèrent qu'une partie de ses lecteurs-commentateurs soient traités d'imbéciles (discrimination) par un des journalistes de  cette rédaction ? Le président de Médiapart  tolère  qu'un journaliste  de la rédaction se donne le droit d'exprimer son  mépris  (discrimination) pour certains commentateurs , mépris revendiqué  . Mais où sont les valeurs de gauche ? Elles ne se vivent pas dans cette histoire à Médiapart.
     

    22/03/2015, 20:52 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de typhaine le 21/03/2015 à 12:47

    Typhaine, t'es fine !

    22/03/2015, 21:25 | Par SAINE COLERE

    TYPHAINE .

    Bonsoir .

    Vous semblez étonnée par l'attitude de la rédaction ?

    Peut etre etes vous nouvelle abonnée  ?

    Sachez que depuis trés longtemps l'auteur de ce billet , celui que je nomme" l'Autre" récidive en sachant qu'il est protégé en "haut lieu "

    Puis ,  etes vous certaine que cet individu soit en accord avec les idéaux de gauche ?

    23/03/2015, 16:28 | Par Catherine Grenier en réponse au commentaire de SAINE COLERE le 22/03/2015 à 21:25

    A certains individus, il faut toute la place, à droite comme à gauche. C'est une question d' étalement et de miroirs.

    23/03/2015, 16:17 | Par Catherine Grenier

    "C'est pourtant très simple : je suis à la fois dans le partage culturel destiné à la majorité des abonnés (beaucoup le comprennent, me le font savoir et j'en suis touché), tout en profitant largement – par la grâce d'une infime meute de commentateurs ciblés – du « plaisir aristocratique de déplaire » : il n'y a pas de plus grande délectation que d'être pris pour un crétin par des imbéciles !"

    Miroir, ô mon beau miroir, puis-je être plus explicite ? suis-je bon tout de même ! et la meute va rugir ... quelle "délectation"...

    Newsletter