Ven.
31
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Dépucelage n’est pas défloration, ou l’hymen est un mythe !

 

Le jugement de Lille fait grand bruit, soit. Mais que savons nous au juste en France et en Suède de l’hymen en 2008?

 

En France tout le monde semble s’accorder sur le fait que l’hymen existe et qu’il s’agit d’une membrane.Par exemple l’article Wikipédia langue francaise (1) indique « L'hymen (du grec ancienμήν / humến, « membrane ») est une membrane qui, chez la femme ainsi que pour plusieurs espèces de mammifères[1],[2], ferme partiellement l'ouverture du vagin et sépare la cavité de ce dernier de la vulve. Il se déchire généralement lors du premier rapport sexuel avec pénétration vaginale, entrainant une légère perte de sang. Dans certaines cultures attribuant une haute valeur à la chasteté des femmes avant le mariage, la présence d'un hymen intact est considérée – abusivement – comme une garantie de la virginité. »Sur le site doctissimo le docteur Yves Ferroul nous confirme dans un article consacré aux premiers rapports sexuels (2) « Pour la femme, la question de l'hymen se pose : cette petite membrane qui referme partiellement l'entrée du vagin, est-elle déjà déchirée par l'utilisation de tampons périodiques ou lors de pratiques sportives ? L'hymen est-il souple et donc il ne se déchirera pas ? Ou alors il va se déchirer provoquant une petite douleur et un petit saignement ? »

 

En Suède, l’hymen n’est pas une membrane mais une couronne de muqueuse comme nous l’indique Wikipédia langue suèdoise (3) :

Hymen, également connu comme « membrane de chasteté » (mödomshinna), est une guirlande/couronne de muqueuse d’environ un cm derrière l’orifice du vagin.

Le nom « membrane de chasteté» a été proposé á une époque oú l’on croyait qu’il se déchirait durant les rapports et qu’une membrane intacte était de ce fait une preuve que la femme en question n’avait pas eu de rapport sexuel, ce qui signifiait qu’elle avait toujours sa virginité.

Malgré le terme « membrane de chasteté » l’hymen n’est pas une membrane et le pli ne couvre normalement pas toute l’ouverture du vagin.

 

En France Marie Pierre Martinet du Planning familial dans l’article d’Erich Inciyan Psychodrame national autour d’un mariage annulé á Lille (4) nous indique : «  La virginité ne peut pas se prouver médicalement. On évalue à environ 20% le pourcentage de femmes qui ne perdent pas leur hymen ou ne saignent pas lors du premier rapport sexuel, pour des raisons physiologiques.»

 

En Suède l’article de wikipedia langue suédoise (3) poursuit : Dans un certain nombre de cultures il est important que la fille soit vierge lorsqu’elle se marie et cela doit donc « se prouver » á travers un saignement durant le premier rapport sexuel. Cela produit de gros problémes pour les filles qui vivent dans ces cultures puisque la plupart d’entre elles ne saignent pas. Les raisons qui conduisent certaines femmes à saigner sont qu’elles ne sont pas suffisamment excitées, qu’elles sont nerveuses et tendues. Une autre alternative étant qu’elles ont une malformation des parois du vagin qui sontalors dans ce cas véritablement (partiellement) attachées ensemble. Environ 60 % des femmes (en Suède) ne saignent absolument pas lors de leur premier rapport et la majorité de celles qui saignentproduisent seulement un écoulement qui n’est pas de la couleur attendue (litteralement ‘déteint’). »

Le site de la médecine des jeunes de la région Scanie (au Sud de la Suède) affirme lui aussi que l’hymen n’est pas une membrane mais une couronne de muqueuse. Il indique qu’environ 70 % des femmes ne saigneraient pas lors de leurs premiers rapports (5).

 

 

En France, Elisabeth Badinter, féministe convaincue, peut dire : «Cela aboutit tout simplement à faire courir nombre de jeunes filles musulmanes dans les hôpitaux pour se faire refaire l'hymen.» (4)

 

En Suède la transcription de son propos aurait probablement dotéde guillemets le verbe refaire puisque l’on ne peut reconstruire que ce qui existe. Jan Jernbeck, chirurgien plastique á la clinique académique de Stockholm, explique dans une interview á l’hebdomadaire ETC.se (5) comment il pratique des opérations de « construction de l’hymen » (habituellement dites de reconstruction) :

- On coupe les parois qui existent dans le vagin et on les coud alors entre elles avec un fil qui se résorbe de lui-même. L’objectif est qu’elles se relient et forme une croûte de plaie qui peut se briser et saigner.

Pour Jan Jernbeck l’opération doit se faire le plus près possible du mariage dans le meilleur des cas la même semaine.

- Car alors on augmente les chances que cela saigne. Mais je ne peux jamais donner de garanties. Je recommande toujours aux femmes d’avoir une aiguille avec laquelle elle peuvent s’égratigner. Comme un plan B.

Dans la clinique de Jan Jernbeck l’opération coûte 15000 kr soit environ 1500 euros et le nombre d’opérations est à la hausse. Ce chirurgien qui partique des hyménoplasties depuis 17 ansnous indique plus loin qu’aprés l’opération les femmes n’ont aucun suivi particulier. Il est donc rigoureusement impossible de savoir si cette opération entraîne ou non des complications. Une opération comporte toujours un risque infectieux mais d’après lui ce risque est néanmoins réduit sous nos latitudes.

Un autre article du même journal nous apprend que l’hôpital universitaire de Malmö (MAS) et l’hôpital Karolinska de Stockholm évitent aujourd’hui de pratiquer ces opérations au profit d’une information des familles sur l’inexistence d’une membrane qui ne peut donc se déchirer lors des rapports. Un peu plus loin, Bernardita Nunez du service d’urgences féminine Terrafem fait remarquer que ces opérations sont une manière de contrôler la sexualité féminine tout en s’attaquant á leur intégrité physique. « Personne ne peut voir si une femme a eu des relations avec 10 ou 100 hommes. » Pour elle, l’opération est une violence contre les femmes qui devrait être interdite. Bernardita Nunez propose d’autres alternatives. « Les filles peuvent planifier leurs régles avec la pilule pour que le premier jour des règles coïncide avec celui du mariage ou acheter une capsule à mettre dans le vagin et qui va libérer un liquide rouge. » Les futurs époux peuvent également dans les meilleurs cas aborder le sujet et chercher ensemble des solutions comme de se piquer les doigts. Ce qui est surtout important pour Bernardita Nunez c’est de ne pas favoriser les solutions qui entretiennent le mythe de l’hymen-membrane.

La sous rubrique « débat » de l’article Wikipedia (3) précise : Le fait que "la membrane de chasteté" n'est pas une membrane mais une série de plis des muqueuses est un fait reconnu depuis longtemps par les connaissances médicales.

 

Ces dernier temps la médecine a montré á plusieurs reprises que l’examen de « la membrane de chasteté », ainsi que l’ouverture du vagin, ne permettent pas d’établir si elle a eu un rapport sexuel avec pénétration ou non. Entre autre le sujet a été évoqué récemment(été 2006) dans les articles du Dagens Nyheter[4]et du Jönköpingsposten.[källa behövs]

Dans leur étude, les chercheuses et gynécologues Monica Christiansson et Carola Eriksson ont soumis cette question au public suédois et ont obtenu une grande attention, entre autres via les débats avec les personnes d’origine étrangère. A l’occasion d’ un séminaire en janvier 2007 Eriksson a montré que l’ouverture du vagin d’une fillette de 3 ans et l’ouverture du vagin d’une femme ayant eu des enfants se ressemblent, ce qui signifie qu’un gynécologue n’a pas la possiblité de déterminer si la femme a eu ou non une pénétration sexuelle.

 

 

Vu deSuéde l’hymen-membrane est un mythe. Il y a bien à cet endroit une guirlande de muqueuse dont la forme peut varier de femme à femmemais qui n’est pas destiné à se déchirer ou à saigner au premier rapport. L’utilisation d’un nouveau mot moins emprunt d’ambiguïté apparaît nécessaire.

Si les femmes comme les hommes sont suceptibles de perdre leur pucelage, elles ne sauraient être déflorées. L’origine du monde ne trahit point les secrets d’alcôves et garde á nos amours tout son mystère.« Comporte toi comme Te le dit ton coeur »(8) écrivait déjá Brassens il y a quelques decennies et ce n’est pas l’ami Zantrop (9) qui va le contredire.

La France et la Suède sont deux pays occidentaux disposant d’un système de soins avancé. Il n’en est que plus surprenant de constater combien la connaissance des données scientifiques diffèrent entre les deux pays. En France, la diffusion et la mise à jour du savoir scientifique doit beaucoup aux associations d’usagers nettement en avance sur les organismes professionnels. Le cas le plus emblématique est celui de l’épisiotomie tel qu’on peut le lire sur le site du Collectif Interassociatif Autour de la Naissance (10).

 

 

 

 

(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Hymen_%28biologie%29

(2) http://www.doctissimo.fr/html/sexualite/adolescent/fr_253_premier_rapport_02.htm

(3) http://sv.wikipedia.org/wiki/Hymen Traduction Johan et Barbara Strandman

(4) http://www.mediapart.fr/journal/france/310508/psychodrame-national-autour-d-un-mariage-annule-a-lille

(5) http://www.skane.se/templates/Page.aspx?id=44295

(6) http://etc.se/artikel/16695/15-000-foer-blodiga-lakan

(7) http://etc.se/artikel/16696/hjaelp-kvinnan-med-hennes-kaerlekssorg

(8) http://www.paroles.net/chanson/12677.1

(9) http://www.paroles.net/chanson/10619.1

(10) http://wiki.naissance.asso.fr/index.php?pagename=RPCepisiotomie

Tous les commentaires

02/06/2008, 14:36 | Par Limoubaille

Barbara,
Merci beaucoup d'apporter un peu de lumière sur le sujet. (Merci aussi de prouver aux sceptiques l'utilité de l'analyse, et de la science).
Les mentalités ne se changeront malheureusement pas en un jour, mais cette histoire et le tintamarre qui l'accompagne (s'il peut avoir un bien ?), pourraient finalement, grâce à des contributions comme la vôtre, aider à faire évoluer les esprits.
MD.

02/06/2008, 15:00 | Par JoHa

Un ancien "remède" Mon vieux prof de gynécologie (dans les années septante) recommandait aux jeunes filles inquiètes l'usage de poudre de pierre d'alun à appliquer localement juste avant le premier rapport dit de "défloration". Cette poudre, en provoquant une légère constriction des muqueuses, avait la réputation de favoriser le petit saignement attendu. Votre article est très bien mais il ne faut malheureusement pas trop attendre des connaissances scientifiques pour lutter contre les systèmes de croyance - à moins de faire une campagne de santé publique sur la thématique. Une telle campagne ne profiterait pas à tous mais elle profiterait probablement quand même à certains - certaines surtout ! Les médecins généralistes mériteraient en tout cas d'être avertis car il sont souvent plus au courant des soucis intimes de leurs patients et patientes.

02/06/2008, 22:50 | Par Barbara Strandman en réponse au commentaire de JoHa le 02/06/2008 à 15:00

Cher Johal1008, Vous avez parfaitement raison de souligner la difficulté qu'il peut y avoir à déplacer son regard pour s'approprier une information nouvelle qui effondre des certitudes antérieures. Dans le cas de l'épisiotomie par exemple http://wiki.naissance.asso.fr/index.php?pagename=RPCepisiotomie, les usagers ont mis en ligne les études dans une base de données, réalisés des compilations, des traductions, saisis les pouvoirs publics...avec certes des avancées mais des avancées timides et décevantes. Depuis quelques temps sont apparus des sites humoristiques, caustiques tentant de faire réfléchir un plus large public. Voir par exemple: http://boob.over-blog.fr/ ou http://dechaineesweb.free.fr/index.php?page=1 Il n'en reste pas moins qu'offrir une information de qualité et á jour est une nécessité. Pourquoi certains pays sont plus rapides que d'autres pour prendre en compte les acquis de la recherche? Comment les problématiques de ces recherches peuvent-elles variées en fonction du terreau culturel ? Pourquoi tant de lenteur dans cette exploration du corps de la femme ? Il y a peu n'apprenions-nous pas sur Arte que la forme du clitoris avait été longtemps méconnu ? http://www.clitoris-film.com/film.html

02/06/2008, 15:17 | Par Dominique Wittorski

In Encyclopédia Universalis : Chez la femme, (...) La vulve est l'organe génital externe du périnée ; elle comprend le vestibule et les deux replis cutanés, la grande et la petite lèvre qui bordent latéralement cette cavité. Le gland du clitoris occupe la partie antérieure de la vulve ; plus en arrière, l'urèthre s'ouvre au sommet d'une papille, immédiatement en avant du vaste orifice vestibulaire du vagin. Cet orifice est rétréci chez la vierge par une mince membrane, l'hymen. À ce niveau débouche de chaque côté le canal de la glande de Bartholin ; elle s'étend entre le bulbe vestibulaire et la racine de la petite lèvre, dont elle est séparée par un muscle circulaire, le constricteur de la vulve. © Encyclopædia Universalis 2004, tous droits réservés

02/06/2008, 20:33 | Par FK en réponse au commentaire de Dominique Wittorski le 02/06/2008 à 15:17

Me ou M. Wittorski. Que signifie cette citation de l'Encyclopædia Universalis 2004... sans commentaire de votre part ? Voulez-vous dénoncer l'Encyclopædia Universalis 2004, qui aurait écrit des âneries au sujet de l'hymen? Ou dénoncer les âneries de Me Barbara Standman, l'auteur de cet article sur Médiapart, à ce sujet? ...et montrer qu'elle est une manipulatrice ??? Cet article et votre citation ont la vertu de me faire interroger sur ma probable ignorance au sujet de l'hymen...Je croyais que c'était une membrane. Je vais lire, me documenter et vérifier, car je déteste l'ignorance! J'avoue aussi mon embarras vis à vis de cette affaire. Ce n'est pas un quelconque fait divers...C'est une affaire très politique...à laquelle il faut réfléchir! Mais je n'arrive pas encore à maîtriser tout ce qu'elle signifie, ni toutes ses implications sociales et politiques, et donc à me faire une opinion citoyenne définitive à son sujet. Sachez quand même, que j'éprouve spontanément la même indignation que Madame Badinter, et que son cri du coeur est le mien aussi!

02/06/2008, 23:56 | Par Dominique Wittorski en réponse au commentaire de FK le 02/06/2008 à 20:33

C'est un monsieur Wittorski qui a laissé cette citation de l'E.U. En relisant quelques heures plus tard ma (même pas "ma" puisque c'est E.U.) contribution, je l'ai trouvée un peu sèche. Oui, il eut fallu que je laisse quelques mots en plus. Il y avait de multiples sources au billet ici publié, j'ai juste voulu en ajouté une. Celle-ci peut sembler incontestable à certains (et mon silence me ranger derrière ceux-ci)... Mais pour moi c'était juste une citation de plus.
Je ne sais pas plus que ceux qui se plongent dans ce billet ce qu'il faut penser de l'hymen. Et les interrogations de "FK" je les partage. Même si je manifeste (ailleurs) les plus vives réticences à crier haro sur le baudet.

03/06/2008, 00:08 | Par Dominique Wittorski en réponse au commentaire de Dominique Wittorski le 02/06/2008 à 23:56

Et puis à la réflexion, si j'ai laissé une référence aussi sèche, c'est pour que chacun se fasse une opinion par lui-même. Comme Barbara l'a fait, je pense. Pour laisser les choses ouvertes. Qui sommes-nous, pour penser pour les autres ? Et les reflexions de "FK" me semblent totalement adéquates. "Qu'avez-vous voulu dire mr Wittorski ? Ridicule Encyclopédia ou ridicule le billet ?" L'un ou l'autre ?
Mais moi, je ne sais pas.
Si difficile de savoir. C'est pas moi qui vais trancher. Nous sommes tous dans le gouffre, dans l'abîme. Que savons-nous ? De quoi sommes-nous sûrs ? Et nous cherchons tous quelque chose pour trancher l'angoisse. Moi le premier. Et moi, comme beaucoup d'autres, comme Barbara, comme FK, juste l'envie de fournir plus de matière pour activer les questions... et donc l'angoisse, plutôt que d'apporter des réponses.

02/06/2008, 23:15 | Par Barbara Strandman en réponse au commentaire de Dominique Wittorski le 02/06/2008 à 15:17

Cette encyclopédie en langue francaise est publiée en 2004. Les recherches et les articles de presse que j'évoque dans le billet sont publiées en 2006. Ceci explique peut être cela. Mais il peut y avoir la barrière de la langue également...Pour ceux qui souhaitent aller plus loin ou simplement croiser les sources: http://www.genus.gu.se/News/News/2006/?articleId=668876 (en anglais)

02/06/2008, 23:18 | Par Barbara Strandman en réponse au commentaire de Dominique Wittorski le 02/06/2008 à 15:17

Cette encyclopédie en langue francaise est publiée en 2004. Les recherches et les articles de presse que j'évoque dans le billet sont publiés en 2006. Ceci explique peut être cela. Mais il peut y avoir la barrière de la langue également...Pour ceux qui souhaitent aller plus loin ou simplement croiser les sources: http://www.genus.gu.se/News/News/2006/?articleId=668876 (en anglais)

02/06/2008, 22:09 | Par Axel J

Couronne de muqueuse ou membrane, en tous cas une chose est sûre: Vous pouvez très bien ne pas saigner à votre premier rapport sexuel (entre autres exemples "l'hymen complaisant"), tout comme vous disposez de mille trucs pour saigner "plausiblement" si vous voulez vous faire passer pour vierge alors que vous ne l'êtes pas.
Donc, quelle que soit la "version", de toutes manières cette histoire de virginité ça ne prouve rien. Sinon, personnellement j'aurais tendance à croire plus facilement les recherches menées dans ces pays nordiques qui vivent pleinement l'égalité homme-femme et qui sont affranchis depuis longtemps de tous les vieux a-priori et préjugés machos qui, souvent, influençaient même les scientifiques dans leurs recherches et il y a encore très peu de temps.

02/06/2008, 23:33 | Par Barbara Strandman en réponse au commentaire de Axel J le 02/06/2008 à 22:09

L'enjeu dépasse de loin celui de la preuve de la virginité. Les expressions "membrane qui se déchire" "saignement" activent la peur de faire mal ou d'avoir mal ce qui à son tour entrave la spontanéité, engendre des crispations.... C'est une information qui interesse tout un chacun que la personne ait ou non besoin de se situer dans une perspective de libération.

02/06/2008, 23:17 | Par clarama

pourquoi aujourd'hui dit on que cette affaire interesse au plus haut point la situation des femmes et qu'elle est donc politique . Tous,Toutes ,nous tous et toutes mais surtout la relation entre homme et femme , qu'est on en droit d'exiger ,d'obtenir? de recevoir? et le fameux thème de la réparation qui empoisonne tout notre espace social ? ah , où y a t il encore quelques sages, avec qui l'on puisse sourire et parler .....

03/06/2008, 00:26 | Par Grain de Sel HV

Le vrai problème, c'est que l'hymen, en fait, c'est dans la tête des hommes qu'il se trouve, pas dans le ventre des femmes ! C'est bien là tout le problème !

02/06/2008, 23:38 | Par peneloppe

Merci pour cet article superbement écrit, qui démysthifie la chose, et merci à la Suède !

03/06/2008, 01:45 | Par Christophe Journet

Ce qui est dommage, c'est que Mme Dati n'ait pas eu semble-t-il le choix - du moins c'est l'impression que j'en ai, que la rectification de la position minstérielle qui est devenue la sienne lui a été imposée après une première réaction irréfléchie - lorsqu'elle a fini par changer d'avis en prenant la parole une seconde fois, sans doute après que l'ex chienne de garde Roselyne Bachelot ou qu' un autre cadre de la République lui ait fait savoir son incompréhension d'un soutien de la garde des ... sceaux ( le sceau aussi garantit une certaine forme d'intouchabilité des plis) aussi archaïque que mettant hors sujet, bien hors sujet, surtout venant de la Chancellerie. Certains inventent la peine de vie, et leurs femmes en pleurent de joie. D'autres ont supprimé la peine de mort, et leurs femmes en ont aussi pleuré de joie. Mais ici encore, la rigueur et la Justice reprendront le dessus, si j'ose dire! D'autres réintroduisent - pardon pour ce terme impropre mais pourtant correct en la matière - le péché d'Eve et la pomme d'Adam revus et corrigés par de faux prophètes, car il ne me semble pas que le texte classique du Coran ait jamais précisé que l'épouse se devait d'aimer pour la première fois un homme lorsqu'elle s'unit à l'épousé. La relation textuelle de la définition de l'hymen détaillée plus haut par vos soins a l'avantage de l'exactitude, elle respecte la femme comme l'homme, et nous rappelle à bon escient que même nos "humanistes" d'antan boutaient le feu aux prétendues sorcières entre deux traités de bon aloi. C'était sociétalement correct. Lisez ce qu'en a écrit Roger Jouet, dans son livre intitulé "Normands, histoires et nouvelles d'ici et d'ailleurs" ( Ed. OREP) et en particulier la partie titrée "les derniers jours de Jean Bodin". Oui, la femme sera l'avenir de l'homme, si les Jean Bodin de toujours lui prêtent vie!

03/06/2008, 10:11 | Par Daniel Carré

L'article pose en terme très réel l'écart qu'il y a entre la réalité des choses (anatomique et physiologique dans le cas précis) et leur représentation dans un modèle culturel. Ce qui se passe pour l'hymen, nous le retrouvons en permanence dans le discours actuel sur la santé des corps et des psychismes, mais peut-être encore plus dans le domaine social et économique. La réalité de la virginité est d'ordre fantasmatique. D'où les passions que suscitent l'histoire qui s'est déroulée dans ce couple d'origine maghrébine, dramatiquement déchiré entre deux cultures. La première réaction de Rachida Dati le démontre de manière éclatante.

05/06/2008, 11:43 | Par tillac

Encore un avatar du système patriarcal et religieux qui nous gruge depuis des siècles avec la supposée existence d'une membrane dénonciatrice. Heureusement, les progrès de la science, mais surtout ceux de la société, vont peut être faire évoluer les choses. En fait, c'est cette histoire de mariage annulé pour une question d'hymen qui fait que la question de son existence et surtout de sa fonction sociale, va enfin se poser en France au 21 ième siècle ... je voudrais donc ici remercier l'épouse éphémère trahie et répudiée, pour le pas significatif qu'elle aura permis à notre société de franchir. Son humiliation devrait ainsi se transformer en grande fierté.

Newsletter