Dim.
23
Nov

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Franck & Sandrine LAVIER acquittés d'Outreau: « Pas assez dit, ou trop ! »

LAVIER: «Pas assez dit,ou trop !»

 

 

Le jeu de mot avec « Outreau » était facile, je voulais le placer...

 

Franck & Sandrine Lavier source Francesoir

 

Le 26 janvier 2012, au TGI de Boulogne-sur-Mer, comparaitront Sandrine & Franck LAVIER pour violences habituelles sur mineurs ainsi que pour corruption de mineurs.

 

Difficile de ne pas évoquer certains faits du passé , et sans hypocrisie disons-le plus clairement, certains fait inhérents à l'affaire d'Outreau, dans la mesure où le couple Lavier et leurs soutiens rappellent le dossier, dans le but probablement de déclencher le réflexe pavlovien de l'erreur judiciaire ayant aboutit à l'acquittement des Lavier.

 

Le message subliminal semblerait être:  « On nous avait accusés des pires horreurs, mais nous étions innocents, la preuve, nous avons été acquittés, et aujourd'hui nous revivons les mêmes cauchemars »

 

Aussi, c'est sans état d'âme que je me permets d'utiliser certains aspects du dossier d'Outreau, bien souvent ignorés ou occultés, afin de mettre en évidence le caractère répétitif des actes incriminésaujourd'hui.

 

 

Me Roy-Nansion source t3.gstatic

 

  • Me Fabienne Roy-Nansion avocate de Sandrine Lavier: « Je dis simplement que si corruption de mineurs il y a dans cette affaire, Sandrine y est impliquée de façon assez lointaine en tout cas, les faits qui lui sont reprochés ne sont pas … ne sont pas à fouetter un chat »

     

http://www.dailymotion.com/video/ximml6_les-lavier-et-cinq-proches-soupconnes-de-corruption-de-mineurs_news

 

Le Procureur Jean-Philippe JOUBERT source Dans la Semaine du Boulonnais

 

  • Jean-Philippe Joubert, procureur de la République de Boulogne-sur-Mer : « La découverte de ces nouveaux fichiers fait sauter la ligne de défense des mis en cause. La première vidéo découverte n'était pas un fait unique » 

     

http://www.lasemainedansleboulonnais.fr/actualite/boulogne/Vie_Locale/2011/11/30/article_les_lavier_de_nouveau_entendus.shtml

 

 

Lavier arrêté pour corruption de mineurs

 

 

 

Franck Lavier

 

  • FrancK Lavier: « C'est vrai je les ai fais mettre à genoux les mains sur la tête à même le sol » .../...« Même en étant acquittés de l'affaire d'Outreau, on a toujours cette épée de Damoclès au dessus de la tête, on en a marre »

 

http://www.dailymotion.com/video/xjrj9f_epoux-lavier-quot-on-a-toujours-cette-epee-de-damocles-quot_news#rel-page-2

 

 

Jean-Claude Monier Président du Tribunal

 

  • Jean-Claude Monier, Président du Tribunal: « Lavier, quant à lui, affirmait n'avoir rien fait. Il existait cependant un certain nombre d'éléments troublants.../.. il admettait avoir senti le sexe d'Aurore Beaumont, il n'a pas présenté une seule demande de mise en liberté. Certains de ses courriers laissaient entrevoir qu'il se reconnaissait coupable. »

http://www.lasemainedansleboulonnais.fr/mediastore/NordLittoral/A2009/M01/Jean-Claude_Monier.pdf

 

 

http://www.assemblee-nationale.fr/12/pdf/rap-enq/r3125-t2.pdf

 

  • Mr le Rapporteur : « Pouvez-vous nous dire quel est, à votre connaissance, le nombre d’enfants encore placés qui sont concernés par l’affaire d’Outreau ? »
    Mme Claire BEUGNET de la Maison de la famille et de la solidarité : « À ce jour, les quatre enfants de la fratrie Delay-Badaoui, deux des filles des Lavier. »

    M. le Rapporteur : « Est-il exact que ces deux fillettes refusent de rentrer chez elles ? »

Mme Claire BEUGNET : « Jusqu’à présent, il y avait un refus très marqué de leur part. L’une, qui a neuf ou dix ans, refuse d’être confrontée à son beau-père Franck Lavier, dont elle continue à dire très clairement qu’elle en a été victime
Je précise également que les deux fillettes ne voulaient plus avoir de contact, même avec leur maman.À l’issue du procès, elles ont exprimé le même refus devant le juge des enfants, qui a donc été conduit à prolonger leur placement, tout en ordonnant une mesure d’investigation et d’orientation éducative. 
Cette mesure visait à aider les enfants à renouer des liens, autant que possible, au moins avec leur mère. En effet, M. Lavier n’est le père biologique d’aucune des deux. 

La situation a évolué rapidement puisque Aurore, qui a maintenant treize ans et demi, après une première rencontre médiatisée avec sa maman, a souhaité être hébergée au domicile de sa mère et de M. Lavier. 
Nous ne nous y sommes pas opposés. En revanche,
si A*** accepte de voir sa maman en visite médiatisée, elle refuse tout contact avec M. Lavier. »

 

.../...

 

  • M. Didier WALLET : « Nous avions les auditions des enfants Lavier, par nos services, à la suite de signalements des services sociaux concernant Aurore et A***. Ces enfants mettaient en cause leurs parents.../... On ne peut pas dire cela car pour chaque personne interpellée par la suite on a trouvé des faits délictueux : Aurore et A*** ont mis en cause le couple Lavier. »

     

.../...

 

Me PADOVANI

 

  • Me Vanina PADOVANI avocat des enfants victimes dans l'affaire d'Outreau : « N'oublions pas que dans cette affaire d'Outreau, on est confronté à un contexte particulier, un contexte général de maltraitance physique et morale. Certains enfants sont frappés, d'autres sont insultés. Tout cela, on ne vous l'a pas dit. Il ne s'agit pas de familles banales, mais de familles où il y a de la violence. »

     

    M. le Président : « Pardon de vous interrompre, Maître. Vous voulez parler des enfants de la famille Delay-Badaoui ? »

    Me Vanina PADOVANI : « Je parle en général, Monsieur le Président. Je parle du contexte. D'autres enfants que ceux de la famille Delay-Badaoui recevaient des coups. »

    M. Jacques REMILLER : « Lesquels ? »

    Me Vanina PADOVANI : « Les enfants Lavier, par exemple, qui disent : « Ma tête a heurté le meuble », « Je suis tombée par terre ». Il y avait de la violence physique, de la violence verbale, des insultes. C'est dans le dossier d'Outreau. »

    « Le 6 mars 2001, vingt-quatre enfants sont emmenés dans les locaux du commissariat de Boulogne-sur-Mer pour y être entendus. Sur ces vingt-quatre enfants, douze ont été déclarés victimes, définitivement, à Saint-Omer. Ils ont été violés ou agressés sexuellement par quatre personnes : le couple Delay-Badaoui, David Delplanque et Aurélie Grenon. C'est incontestable, dans ce dossier, il y a douze victimes. »

     

    .../...

     

    M. Jacques REMILLER : « Maître Padovani, vous avez dit que des enfants avaient subi des coups et des insultes. Vous avez précisé de quels enfants il s'agissait. Or, nous avons entendu hier Franck et Sandrine Lavier, qui nous ont dit que, jusqu'à ce que la police les interpelle, leurs enfants n'avaient jamais connu les services sociaux. « Avant, nous étions une famille normale », nous ont-ils dit. Pourriez-vous préciser. Ces coups, ces insultes, voire ces blessures, étaient-ils connus des services sociaux ? Comment en avez-vous eu connaissance ? Et est-ce la raison pour laquelle deux de leurs enfants ne sont toujours pas revenus vers le couple Lavier ? »

    Me Vanina PADOVANI : « Vous avez parfaitement raison. Je n'ai pas parlé de signalement. C'est au cours de l'instruction du dossier, que les enfants ont fait des déclarations. Les coups n'ont pas été contestés. Simplement, il a été dit que c'était accidentel. Les enfants n'avaient pas les mêmes versions.

    Deuxièmement, ces versions ont été répétées par les enfants devant les experts, psychiatriques et psychologiques.

    Il y avait donc un contexte de maltraitance.

    Bien évidemment, M. et Mme Lavier ont le droit de dire ce qu'ils veulent. Ils ont parfaitement le droit de venir devant vous, et ailleurs, et de dire qu'ils étaient une famille normale. Je n'ai pas à porter de jugement sur ces gens-là en tant que particuliers. Moi, je regarde le dossier, objectivement. Je maintiens qu'il y avait un contexte de maltraitance physique et morale.

     

.../...

 

Me Didier LEICK

  • M. Didier LEICK avocat lors de l'appel de 5 des enfants : « Tout d'abord, j'étais l'avocat de cinq enfants, trois des enfants du couple Delay-Badaoui, et deux des enfants du couple Lavier. Ces cinq enfants ont été reconnus, par la cour d'assises de première instance de Saint-Omer, victimes de viols et agressions sexuelles. Pour eux la pédophilie n'a pas été un mythe, mais objectivement, judiciairement, et sans doute vraiment, dans leur chair, le drame et la catastrophe de leur jeune existence.

    .../... J'ouvre une parenthèse : la cour d'appel d'assises de Paris a essayé de visionner la cassette de l'audition d'' A***. Échec. Non que le magnétoscope, comme souvent, ne marchait pas - on a essayé  on a essayé tout de même de faire quelques efforts pour le procès d'appel d'Outreau - mais la cassette contenait une série télévisée et une émission de télévision consacrée à un des futurs acquittés! »

.../...

  • Me Isabelle STEYER : « L'institutrice des enfants Badaoui-Delay, des enfants Lavier et d'autres, est venue devant la cour d'assises de Paris. Elle a indiqué qu'au moins la moitié de ces familles auraient nécessité un suivi de l'aide sociale et un signalement au juge des enfants, mais qu'il y en avait tellement qu'on était de toute façon dans l'incapacité de faire quelque chose. Elle a indiqué notamment, s'agissant de ces enfants-là, qu'on ne venait pas les chercher à la sortie de l'école, qu'ils restaient en attendant qu'on vienne les chercher, qu'il y avait un problème d'absentéisme, comme beaucoup d'autres enfants, comme la moitié des enfants de cette cité. »

    .../...

    Monsieur le Juge Fabrice BURGAUD

M. Fabrice BURGAUD Juge ayant instruit l'affaire : 

  • « Au début, la fillette a dit qu'il ne s'était rien passé, ce qui d'ailleurs explique en partie la remise en liberté de sa mère et de son beau-père.

    Ensuite, elle a mis en cause son beau-père et sa mère.

    Je lui ai posé la question pour comprendre les raisons de ce changement d'attitude. Elle m'a dit qu'elle craignait qu'ils ne recommencent à leur sortie mais qu'elle avait changé d'avis quand elle avait vu que les Delay restaient en prison.

    Par la suite, ni elle ni sa sœur ne se sont rétractées.

C'est aussi cette jeune fille qui dit que quand son père est sorti de garde à vue, il a recommencé le soir même.

Les déclarations des enfants concernant les époux Lavier, ce sont essentiellement celles d'A***. Cette enfant décrit de façon précise les actes qu'elle avait à subir au sein du milieu familial.

Ses propos sont indirectement corroborés par un témoin.

Ce témoin dira - la pièce se trouve à la cote D2199 : « Franck Lavier s'est approchée d'elle en me tournant le dos. Il a baissé son pantalon à environ un mètre de la petite et il lui a dit : " suce-moi la bite ". J'ai dit à Sandrine, qui était en train de rigoler : " Je m'en vais, si c'est pour voir cela »

.../...

 

Philippe BAS ministre de la Santé

  • http://www.lepoint.fr/archives/article.php/179461

    C 'est une note ultra-confidentielle, couverte par le secret médical, qui embarrasse au plus haut point le ministre de la Santé, Philippe Bas. Ce document rédigé par l'Inspection générale des affaires sanitaires et sociales (Igas), remis en février 2007 au ministre, retrace l'historique médical de quatorze des dix-sept enfants cités comme victimes dans le procès d'Outreau Pour cinq d'entre eux, dont les parents ont été reconnus innocents (dont les LAVIER) ,l'Igas relève des indices évocateurs d'abus sexuels.

    Marie-Christine Gryson

    Il est à noter que bien avant la publication de ce rapport, les enfants Lavier avec 10 autres enfants d' Outreau étaient reconnus officiellement  victimes de viols, résultat du verdict de la cour d' assises où les jurés ont été convaincus par les rapports des experts, et pour cause, contrairement au lynchage médiatique orchestré par la défense, ces rapports étaient fiables et dignes de foi ... Le livre de Marie-Christine GRYSON est un élément des plus intéressants pour quiconque veut connaître la vérité sur cette affaire. A découvrir absolument : http://la-verite-abusee.pagesperso-orange.fr/

    Outreau, la vérité abusée

    "Outreau, la vérité abusée" : Le livre de Marie-Christine Gryson: petit grain de sable dans les rouages de l'affaire d'Outreau qui a permis à un grand nombre de personnes "honnêtes" de se poser les bonnes questions et ainsi trouver les bonnes réponses..

     

     

Me Philippe LESCENE

« Pour (Me Lescène ) l'avocat du couple, les Lavier ne sont pas des parents maltraitants, mais il reconnaît qu'ils auraient pu être dépassés, ne sachant plus comment faire. »

http://www.dailymotion.com/video/xjspnv_les-epoux-lavier-de-retour-au-tribunal_news#rel-page-2

 

  • Franck Lavier lors de la confrontation du 11 décembre 2001 a reconnu avoir tué un chien à coups de pied.

     

    .../...

     

    Le Procureur Jean-Philippe JOUBERT

     

  • Jean Philippe Joubert, procureur:« Ils (les 2 enfants Lavier âgés de 10 et 11 ans) en avaient assez d'être punis, Les examens médicaux ont corroboré les déclarations des enfants. Le couple les punissait par exemple en les mettant à genou, sur le manche d'un balai. Les genoux des enfants ont révélé l'exactitude de ces faits : ils sont déformés par ladite punition et comptent deux bosses ». Outre cet exemple, d'autres révélations ont interpellé le parquet. « Les médecins ont constaté que la petite fille du couple avait les ongles bleuis, a détaillé Jean-Philippe Joubert. La petite a expliqué qu'elle était parfois punie à coups de latte de sommier sur le bout des doigts ».

     

    .../...

    Les enfants LAVIER

  • C*** , la fillette des Lavier qui avec son frère est allée se réfugier chez son assistante familiale a déclaré: « Je suis frappée avec les mains, avec les pieds ou avec un objet, avant on écrivait des lignes, maintenant on se met à genoux »

     

     

     

     

     

     

  • Franck & Sandrine Lavier: « Le matelas il était posé à terre, on voyait des taches de pipi de toute façon dessus, le linge éparpillé partout, des poubelles retournées, mélangées avec le linge, ça fait au moins 1 mois qu'on avait pas vu la chambre, on les laisse se débrouiller tout seuls » http://www.wat.tv/video/retour-tribunal-pour-epoux-3v3qj_2flv7_.html

     

    Cette déclaration commune m'abasourdit: ces parents qui s'estiment être normaux, ne vérifiaient-ils donc pas l'hygiène de la chambre de leur fillette de 11 ans, probablement énurétique?

    La négligence n'est-elle pas pénalement considérée comme une forme de maltraitance?

 

Franck , Sandrine LAVIER & leurs 2 derniers enfants

Que doit-il advenir des 2 derniers enfants du couple?

Sont-ils en sécurité physique et morale ?

Reçoivent-ils l'hygiène nécessaire?

 

Bernadette LAVIER

La volonté de Bernadette LAVIER, grand-mère paternelle de C*** & L*** sera-t-elle entendue? Le couple sera-t-il puni?

http://www.lasemainedansleboulonnais.fr/actualite/faits_divers/tribunal/2011/05/11/article_qu_ils_soient_punis.shtml

http://www.wat.tv/video/retour-tribunal-pour-epoux-3v3qj_2flv7_.html

Pour ce qui concerne la tentative de démonstration de Franck Lavier sur ce reportage TV, il ne m'a absolument absolument pas convaincue et de toute évidence il n'a pas non plus convaincu la journaliste et les nombreux téléspectateurs qui ont visionné l'émission.

La médiatisation propagandiste des inculpés d'Outreau leur avait valu la sympathie et l'indignation du grand public, cette fois-ci, les Lavier sembleraient avoir terni à tout jamais leur crédibilité, si toutefois il leur en restait encore un peu.

Verdict attendu le 26 janvier !

 

Tous les commentaires

22/01/2012, 10:24 | Par Caprouille

Eric Maurel Procureur

Ce qu'à dit Eric Maurel Procureur de la République de Saint Omer à l'Inspection des Services Judiciaires : "Il a  été surpris par une plus grande proximité que de coutume entre avocats de la défense et journalistes de la presse écrite nationale mais aussi « la voix du nord » , ces relations évoquaient un « travail d'équipe » qui s'est notamment concrétisé par des repas dans des restaurants de la ville associant certains avocats, des journalistes, et des accusés »

http://www.lasemainedansleboulonnais.fr/mediastore/NordLittoral/A2009/M01/Eric_Maurel.pdf


22/01/2012, 12:55 | Par Jacques Cuvillier

Bravo ! Voilà des éléments intéressants que l'on ne trouve généralement pas dans les synthèses réalisées par la presse, toujours très fidèle à la doxa d'Outreau et sa légende telle qu'on la faite entrer dans les foyers ! Pourquoi ne sont-ils pas pris en compte ? Quel inimaginable degré d'incompétence on devrait supposer de la plupart des journalistes qui traitent de ce procès s'il fallait les exonérer de leur mauvaise foi ou de leur contribution scandaleuse à la désinformation ! La question que je me pose est celle-ci : d'où vient la pression qui entraîne une telle cohérence d'ensemble de leur part ? Le conformisme vis à vis des conclusions finales issues de l'emballement médiatico-judiciaire et de ses errements suffi-t-il vraiment ?

22/01/2012, 13:16 | Par Caprouille en réponse au commentaire de Jacques Cuvillier le 22/01/2012 à 12:55

Quand la confusion est si dense et le questionnement insatisfait, il convient, il me semble, de se demander: à qui profite le crime? 

En retraçant la chronologie de la décadence des moeurs dans notre pays, voire en Union Européenne, et quand on met bout à bout les diverses interventions de nos têtes pensantes (je préfère être un coeur pansant) qui gesticulent depuis des décennies pour que soit admise la pédophilie, on peut commencer à entrevoir une partie de la réponse: la banalisation de la pédocriminalité ou de la pédophilie imposée par le découragement aux victimes ou par une philosophie propagandiste en faveur des monstrueux prédateurs, permettrait à ses plus grands adeptes de pratiquer leurs abominations en toute inpunité!

A qui profite le crime? La réponse est vraiment là ! 

22/01/2012, 13:13 | Par Jacques Cuvillier

En particulier, je ne pardonnerai jamais à Florence Aubenas se s'être mise au service de la défense au préjudice des enfants, et par le fait que sans aucune compétence particulière sur le sujet, elle se soit fait un but de discréditer le travail des experts et des professionnels.

Certaines tablées "amicales", effectivement, ont certainement joué un rôle néfaste au procès, occasions propices pour prêter à des auteurs des compétences qu'ils n'ont pas afin d'utiliser leurs écrit et leur aura dans un but partisan.

22/01/2012, 13:34 | Par Caprouille en réponse au commentaire de Jacques Cuvillier le 22/01/2012 à 13:13

Un couple de témoins m'a confié avoir surpris un avocat de la défense avec le procureur en charge du dossier à une table de restaurant en train de faire bonne chair en plein procès... 

Un autre témoin m'a confié avoir surpris Lavier et Wiel dans un bar de Boulogne , discuttant avec passion de Chérif , juste après qu'il ait envoyé des menaces de mort via facebook à Lavier, et cherchant quelle serait la meilleure stratégie pour "le plomber", question qu'il  "se la ferme un peu!"

Lavier a misé sur le mauvais cheval pour chercher quelques conseils salvateurs pour sa réputation... Avoir traîné Chérif devant le TIG de Boulogne a fini par exciter la curiosité de quelques uns, qui n'auraient jamais cherché à en savoir plus sur ce dossier si Lavier n'avait pas porté plainte contre Chérif, victime dans l'affaire d'Outreau ! 

Pour ce qui est de Florence Aubenas, je suis hyper déçue, je la croyais plus professionnelle, c'est à dire, plus perspicace et plus objective... 

Elle aurait passé pas mal de temps chez les Lavier... Dommage qu'elle n'ait jamais rencontré Chérif ou Marie-Christine Gryson en mettant de côté son intérêt carriériste...

Je comprends mieux que l'on puisse parler de pot de vin ou de dessous de table quand on évoque des tablées amicales ...

 

Newsletter