Jeu.
24
Avr

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Allee der Kosmonauten … lieu très passager.

sasha-waltz-3.jpgUn samedi soir, le Théâtre de la Ville, Place du Chatelet à Paris. Comme chaque soir, cet ancien lieu de « dissidanse », a fait le plein de spectateurs, pour la plupart des abonnés.Arrivée en trombe, en vélo, un peu à la dernière minute, sans billet. Nostalgie…de cette excitation outrepassée, glaner un billet sur les marches, est sans doute une façon de rester en marge et peut-être aussi …sur le trottoir, mais une fois encore la chance me sourit.Il règne une ambiance joyeuse et enthousiaste, est-ce moi qui l’imagine ? Les gens ont l’air heureux.

 

g1006.jpg

 

 

 

<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->Au programme, Allée des cosmonautes, reprise d'une ancienne création de l’icône Berlinoise, la chorégraphe Sasha Waltz. <!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]--> 

Cette pièce pour six danseurs, fut créée en 1996, dans la continuité du cycle de Travelogue (1993-1995), qui imposa la chorégraphe héritière de Pina Bausch, comme la nouvelle figure de la « post-danse-théâtre »,ce cycle plein d'humour grinçant qui fit connaître l'artiste, parle sa vision sur l'Allemagne des années 90, après la chute du mur de Berlin.

 

 

 

parisart-15-tvil-waltz-01P-47860.jpg

photo (M. Zölle)

 

 

 

<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->Pour cette création, Sasha Waltz, est allée chercher la matière de son propos à la source, accompagnée du vidéaste américain Elliot Caplan, elle s'est introduite au cœur d'une cité populaire berlinoise, et a interviewé une dizaine de familles, vivant dans le même immeuble…

 

 

L'année suivante, la version filmée de la pièce, remporte le Prix Adolf-Grimme.

 

 

L’allée des cosmonautes, est dansée,chorégraphiée par et avec les danseurs de la Sasha Waltz & Guests cette compagnie cosmopolite fondée en 1993 par Sasha Waltz et Jochen Sandig à Berlin, au cœurde la jeune Allemagne réunifiée.

 

 

 

Sur le plateau.. ..dans la pénombre,un danseur affublé d’un survétement usagé et juché sur un improbable « perchoir » maugrée, soliloque, le corps traversé par une multitudes de tics, gesticulations et gestes répétitifs.. une entrée matière, qui donne le ton, mélange de burlesque, d’évocation de fragilité dérisoire, d’ennui et de vulnérabilité, d’insignifiance du quotidien, de solitude.Instant concis, où ce corps virtuose nous livre son message.

 

45978.jpg

photo (Sébastien Bolesch)

 

 

 

La lumière se fait sur le décor d’un salon d’un appartement très banal, où sur un canapé 

avachi , le père et la mère, dans une scène comique, se disputent un journal, le frère et la sœur se querellent. Les chamailleries se succèdent.L'un tente d'interpréter un air d'accordéon, l'autre impose le son saturé de sa "sound music".

 

ALLEE__Matthias_Zoelle.jpg

photo (Mathias Zölle)

 

 

Très peu d’éléments dans ce décor, évoque misérabilisme et précarité, quelques objets du quotidien matériel et ordinaire, Comme cet aspirateur prétexte à une danse hystérique endiablée ou la ménagère semble possédée par l’objet devenu incontrôlable.. une ambiance de terrain vague...Avec dans un coin, un tas de vieilles planches.. matériau malléable et propice à la création d’une multitude de tableaux de la vie courante, prétexte encore a des gags très classiques, et comiques, qui mettent à rude épreuve la souplesse et la rapidité des danseurs.Mélange subtil du loufoque du tragique et du dérisoire..à travers les activités domestiques, les pauvres distractions d’une famille nombreuse, Sasha waltz nous livre l’intimité de ses personnages, entres étreintes violentes ou furtives, rêves et petites mesquineries, dans un mélange savant d’évocations cruelles ou mélancoliques, elle nous parle de la vie.

 

img21263.jpg

photo (Sébastien Bolesch)

 

 

 

 

 

 

 

Dans un univers à la Deschamps, entre Tati et Buster Keaton,les danseurs vétus de costumes vintages exécutent les différentes scénettes de cette comédie populaire faussement loufoque. Ils déploient une forte implication physique, dans des duos ou des trios, des corps à corps, qui se succèdent. Une gestuelle très organique, pas de prouesses athlétiques, danse insicive, les corps traversés de toutes ces tracasseries, ses joies, ces instants de vie pathétiques qui s'en font l'écho. Un langage direct et vivant du corps .  

 

 

<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->« Je recherche la façon de rendre les gens plus sensibles aux choses et à leur propre perception de ces choses. J'aimerais que ma place soit à l'exacte opposé de ce monde et de sa culture du "fun". Mais sans m'adresser seulement à l'intellect, je voudrais interroger les choses par le biais du sensible et du sensoriel.

Nous dit Sasha Waltz....

 

 

Sasha Waltz,cette artiste, fille d’architecte, voulait être plasticienne, j'aime le regard acéré qu’elle porte sur le monde, son langage, la façon dont elle restitue ces différentes réalités. Que ce soit comme ici, une réalité très triviale du quotidien, la vulnérabilité de l’individu, ou elle mêle gestuelle et théâtralité. ou comme dans cette trilogie autour du corps, composéedu mythique Korpër , métaphore vivante des turbulences du monde.

 

korper.jpg

photo (Bernd Uhlig)

 

suivi de S, propos autour de la sexualité et de l'érotisme.

sacha_waltz.jpg

 

NoBody enfin, présenté dans la cour du Palais des Papes à Avignon en 2002 où plane sur le plateau une gigantesque structure gonflable blanche et qui interroge le corps dans son rapport avec la mort.

252_nobody.jpg

Photo (David Baltzer)

 

 

Aucun sujet n’est épargné, il faut tout dire.

 

Quelles sont vos racines réelles ou imaginaires?

 

Mes racines culturelles sont en Europe. Je me sens inspirée par les arts plastiques.

 

Quelle est votre obsession principale dans le travail?

 

Tester les frontières du possible. Rendre visible ce qui n'est pas été encore experimenté, encore touché. La possibilité d'étendre le langage du corps.

 

Quel sens donné vous à votre activité?

 

J'espère que mon travail amène les spectateurs à réfléchir, à réver, à ressentir.Qu'ils deviennent conscients, qu'ils se ressentent eux-mêmes.Le mouvement doit laisser des traces. Je me bats pour que la danse contemporaine ait absolument sa place aux côtés des autres arts.

 

(extrait d'Interview de Rosita Boisseau tiré de l'ouvrage : Panorama de la Danse contemporaine Ed Textuel)

 

42790.jpg

 

 

<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->Ce soir le temps est clément, ce sera un bonheur de rentrer en vélo. Pour regagner la rive gauche. il me faut traverser le Pont au Change, ensuite je longe la seine, et la Conciergerie illuminée.J’arrive au Pont Neuf, celui qui inspire tant d’artistes… et je me souviens quand il fut emballé par Christo. Je me souviens de ce silence, de la douceur des pas étouffés par l’étoffe, une impression d’être dans un grand salon, cet espace de convivialité inopiné, cette magie inattendue, c’était très euphorisant. Je m’égare, comme mon esprit.. lors de ces rentrées nocturnes et solitaires.  

Penser tranquillement … dans la nuit… rester attentive ce qu’il faut, la circulation heureusement est réduite.

 

img_0049.1203031005.jpg

 

 

 

 

<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]--> 

<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]--> 

 

 

 

 

<!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->

Tous les commentaires

22/05/2009, 14:27 | Par Cendrine Cazenave

Le texte de mon billet s'affiche d'une étrange façon.. je pense que les mots se mettent à danser sous l'influence du sujet. Je ne sais pas comment y remédier.. tant qu'ils restent dans ce blog...:)

22/05/2009, 14:48 | Par Christine Marcandier

C'est de la calligrammie à défaut de mise en page... Tant mieux si tes mots dansent. Quel magnifique partage ! Merci Cendrine ;-)

22/05/2009, 18:08 | Par Cendrine Cazenave en réponse au commentaire de Christine Marcandier le 22/05/2009 à 14:48

bonjour @Christine c'est un plaisir ta visite sur ce billet. Je suis ravie que cela te plaise :)

22/05/2009, 14:59 | Par bérangère bonvoisin

C'est superbe, merci.

22/05/2009, 15:22 | Par Animateur du Club

Bonjour, Pour illustrer le sujet, voici une vidéo du travail de Sasha Waltz, avec NoBody. http://www.youtube.com/watch?v=YppQxZyH5_k

22/05/2009, 15:53 | Par bérangère bonvoisin en réponse au commentaire de Animateur du Club le 22/05/2009 à 15:22

Formidable cette vidéo, et dans la lignée de choses cherchées dans certaines pièces courtes de Brecht .

22/05/2009, 18:02 | Par Cendrine Cazenave en réponse au commentaire de bérangère bonvoisin le 22/05/2009 à 15:53

Je n'ai pas voulu mettre cette vidéo, car elle dure.. 9 mn!! et j'ai tellement peur que les personnes qui s'aventurent sur ce fil .. "saturent". C'est un vrai challenge, pour moi ces billets ...sur la danse. ;) Bretch @Vancouver, j'en suis inconditionnelle, dans l'univers de Pina Baush son influence est aussi très sensible.

25/05/2009, 00:43 | Par Dominique Conil en réponse au commentaire de Cendrine Cazenave le 22/05/2009 à 18:02

Non, non, on ne sature jamais, quand c'est si bien

26/05/2009, 09:28 | Par Cendrine Cazenave en réponse au commentaire de Dominique Conil le 25/05/2009 à 00:43

Cadeau! Merci.

22/05/2009, 17:53 | Par Cendrine Cazenave en réponse au commentaire de Animateur du Club le 22/05/2009 à 15:22

Merci cher @Animateur du Club, j'en profite pour dire que chaque mots gras dans un billet conduisent à un lien... techniquement je progresse!! :) les mots qui dansent c'est donc un moindre mal... çà donne un effet artistique à l'ensemble!

22/05/2009, 15:49 | Par grain de sel

Magnifique billet, Ballerina, merci ! Un vrai partage. Et cette poésie du quotidien presque dérisoire est un enchantement !

22/05/2009, 18:11 | Par Cendrine Cazenave en réponse au commentaire de grain de sel le 22/05/2009 à 15:49

Chose promise grain et si cela t'enchante...:))

22/05/2009, 23:06 | Par grain de sel en réponse au commentaire de Cendrine Cazenave le 22/05/2009 à 18:11

Mieux que cela ! Cela m'enchante et cela me passionne, et ce sachant qu'en plus je n'y connais rien ! Donc tour de force en matière d'échange et de partage....

22/05/2009, 16:56 | Par Lemur Cata

On peut dire qu'il se sera fait attendre ce billet, mais ça en valait la peine :-)

22/05/2009, 18:05 | Par Cendrine Cazenave en réponse au commentaire de Lemur Cata le 22/05/2009 à 16:56

Je te remercie Lémur, mais qu'est-ce à dire?... deviendrais-tu un inconditionnel des billets sur la danse? ;) Alors ma "mission" est accomplie. ;)

22/05/2009, 20:12 | Par Lemur Cata en réponse au commentaire de Cendrine Cazenave le 22/05/2009 à 18:05

Pas sûr que ta "mission" soit accomplie. Je lis tes billets avec plaisirs, mais arriveras tu à me faire aller au spectacle ? Encore du boulot en perspective ! :-D

22/05/2009, 22:27 | Par Stephanie Busquet en réponse au commentaire de Lemur Cata le 22/05/2009 à 20:12

Beau billet Cendrine. "recommandé" et recommandé ++ pour le dernier paragraphe. Le chemin du retour dans le cocon de la nuit après un spectacle est aussi précieux que le spectacle-même ; le bain révélateur agit doucement, les impressions apparaissent, surprennent, s'affirment. "arriveras tu à me faire aller au spectacle ?" : ça sent le défi. Mille et un billets séduisants à venir pour concrétiser la présence d'un Lémur sur un fauteuil grège et velouté du Théâtre de la Ville ?

22/05/2009, 23:11 | Par grain de sel en réponse au commentaire de Stephanie Busquet le 22/05/2009 à 22:27

Comment vous faites pour recommander ++, Stéphanie ? J'aurais bien voulu, mais, à ma connaissance, en tous cas cette fois, je n'ai réussi à recommander qu'une fois... Il faut peut-être laisser le doigt appuyé plus longtemps ? (lol)

23/05/2009, 19:46 | Par Stephanie Busquet en réponse au commentaire de grain de sel le 22/05/2009 à 23:11

je crois que ça marche en y pensant très fort. Depuis que d'autres abonnés ont mes activités à la place des leurs, je me dis que tout est possible dans la version survitaminée du logiciel, même du ++. ;-) Signé : Pérette

23/05/2009, 21:57 | Par Cendrine Cazenave en réponse au commentaire de Stephanie Busquet le 23/05/2009 à 19:46

Un peu "mystérieux" ce post Stéphanie...:) Par contre pour ce qui est du chemin du retour... vous y êtes tout à fait.. c'est un vécu commun. Et ce retour, solitaire, permet de faire retomber les émotions quand elles ont été trop fortes.. ou au contraire de faire surgir des impressions, à postériori , quand la lecture a été moins évidente, ou perturbée.. c'est pour çà que souvent je m'enfuie après un spectacle.. pour gouter ce moment.

23/05/2009, 23:55 | Par A bout de souffle en réponse au commentaire de Stephanie Busquet le 23/05/2009 à 19:46

Moi j'ai remarqué que c'était les contacts qui s'échangeait, j'ai les contacts des autres et les autres ont les contacts des autres...

24/05/2009, 13:03 | Par Cendrine Cazenave en réponse au commentaire de A bout de souffle le 23/05/2009 à 23:55

Oui beaucoup de .. "contacts",beaucoup de mots échangés, à la fin d'un spectacle c'est aussi çà que je fuis... pour les raisons évoquées au dessus et puis aussi un peu par... réserve? L'échange, les échanges et les rencontres se feront plus tard, peut-être...:) J'ai les contacts des autres et les autres ont les contacts des autres.....mais encore? :)

24/05/2009, 13:05 | Par Cendrine Cazenave en réponse au commentaire de Cendrine Cazenave le 24/05/2009 à 13:03

... genre ... contacts "professionnels"?

24/05/2009, 13:23 | Par grain de sel en réponse au commentaire de Cendrine Cazenave le 24/05/2009 à 13:05

Non, Cendrine, c'est un nouveau bug depuis quelques jours sur le site. La liste de nos contacts danse le quadrille. Il y a des gens qui affichent 21 contacts et sont pourtant inscrits comme n'en ayant aucun et d'autres qui en affichent 0 alors qu'ils sont censés en avoir une trentaine... Encore mieux, il y a des gens qui m'ont dans leurs contacts et dont je n'ai jamais entendu parler ! Mystérieux non ?

24/05/2009, 19:28 | Par A bout de souffle en réponse au commentaire de Cendrine Cazenave le 24/05/2009 à 13:05

non non c'est les contacts de mediapart qui font de l'échangisme, en ce moment sur les blogs, c'est des petits bug malicieux

23/05/2009, 22:06 | Par Cendrine Cazenave en réponse au commentaire de Lemur Cata le 22/05/2009 à 20:12

Ce boulot Lémur, cela s'appelle de l'action culturelle!! :))

23/05/2009, 00:26 | Par jamesinparis

Et puis il y a les amants du pont neuf... "T'as déjà vu la mer ?... et l'horizon ?" http://www.youtube.com/watch?v=n5gHjjpeuoE

23/05/2009, 22:02 | Par Cendrine Cazenave en réponse au commentaire de jamesinparis le 23/05/2009 à 00:26

Oui, il y a eu aussi des peintres...comme Turner. Pour Léo Carax, j'avais énormément aimé son film "mauvais sang", ce regard sur Juliette Binoche. Et cette scène où elle tombe en parachute, ou elle est évanouie, il n'y avait que le vent et son beau visage... j'aimerais retrouver cette image.

23/05/2009, 22:37 | Par Stephanie Busquet en réponse au commentaire de Cendrine Cazenave le 23/05/2009 à 22:02

Et ça fait aussi penser à la danse noctunre (justement) de Denis Lavant sur Modern Love de Bowie, dans Mauvais Sang... http://www.dailymotion.com/relevance/search/mauvais+sang/video/x20afm_mauvais-sang_shortfilms

23/05/2009, 22:46 | Par Cendrine Cazenave en réponse au commentaire de Stephanie Busquet le 23/05/2009 à 22:37

23/05/2009, 23:08 | Par Stephanie Busquet en réponse au commentaire de Cendrine Cazenave le 23/05/2009 à 22:46

mais moins fougueux... :-) On dirait que la voix de la radio ressemble à celle de JL Godard. version longue : http://www.dailymotion.com/relevance/search/les+amants+du+pont+neuf/video/x6ln7z_les-amants-du-pont-neuf_shortfilms

24/05/2009, 00:30 | Par jamesinparis en réponse au commentaire de Cendrine Cazenave le 23/05/2009 à 22:02

24/05/2009, 12:52 | Par Cendrine Cazenave en réponse au commentaire de jamesinparis le 24/05/2009 à 00:30

Merci En fait je ne pourrais pas revoir ce film, sauf cette scène je crois, qui resterait magique.. cette chute et le bruit du vent dans le silence.

24/05/2009, 21:22 | Par Stephanie Busquet en réponse au commentaire de Cendrine Cazenave le 24/05/2009 à 12:52

"En fait je ne pourrais pas revoir ce film" En revoyant les extraits, on dirait que l'esthétique a vieilli, veilli. On n'a plus 12 ans... C'est vrai que les passages silencieux sont les plus beaux souvenirs de ce film, très intérieurs, comme la course dans le silence après la cavalcade le long de la palissade. Comme en danse contemporaine, quand la chorégraphie se déroule dans le silence (par exemple le début du Quatuor de Ann-Teresa de Keersmaeker) ; des instants suspendus.

23/05/2009, 09:24 | Par françois périgny

C'est très beau.

23/05/2009, 15:33 | Par A bout de souffle

Quelle chance de vivre à Paris et de pouvoir VOIR, tous ces spectacles denses Vous devriez mettre vos billets dans l'édition perform... Je trépigne, j'ai envie de voir de la danse et je n'ai trouvé personne pour me casser la cheville, si une telle personne s'était présentée, j'aurais pu assister aux rencontres chorégraphiques de seine saint denis Peut-être y seriez-vous... et j'aurais un mot, une image de ce qui s'y passe... merci pour ce billet et les autres à venir...

23/05/2009, 21:49 | Par Cendrine Cazenave en réponse au commentaire de A bout de souffle le 23/05/2009 à 15:33

@A BOUT DE SOUFFLE merci pour les encouragements!!:) Casser une cheville!? grand dieux!! c'est violent! Je vais vous décevoir,car je ne n'assisterai pas aux rencontres de la seine St Denis... je n'ai aucune excuse.. un grand ami y était programmé, ce jour là .. à la dernière minute j'ai été voir .. Sasha Waltz... c'était moins loin que le forum Blanc Mesnil...où il se produisait Il s'appelle Serge Ricci le connaissez vous? J'avais assisté, à une présentation du travail.. avant.. en fait j'aime bien aller voir les amis, hors champ, quand c'est possible. Et je ne vais pas tant que çà voir des spectacles.. voilà un lien vers son site http://www.mi-octobre.com/ quelques.. "images" :) Pour ce qui est d'écrire...je ne pensais pas que "j'écrirais" un jour sur la danse pas mon job... :) Alors j'aime bien le blog.. c'est plus "intime"...çà permet de laisser une petite mémoire...merci Médiapart ;)La danse est un art éphémère... j'ai tellement aimé la chorégraphie de Sasha W l'autre jour j'aurais aimé la graver dans mon cerveau.. j'étais épuisée à la fin. J'ai vu Peeping Tom hier soir, j'y ai croisé Joseph Nadj

23/05/2009, 20:11 | Par Marielle Billy

J'aurais aimé y être.

23/05/2009, 20:25 | Par Renarblanc

Je suis complètement sous le charme...

23/05/2009, 21:45 | Par Cendrine Cazenave

Merci vraiment à tous pour ces retours.... c'est un vrai cadeau!!! :)

24/05/2009, 13:24 | Par grain de sel en réponse au commentaire de Cendrine Cazenave le 23/05/2009 à 21:45

C'est ton billet qui en était un !

24/05/2009, 16:23 | Par bérangère bonvoisin en réponse au commentaire de grain de sel le 24/05/2009 à 13:24

Yeap ! Idée de chorégraphie: Cirer son parquet, elle, elles, ils, et en avoir le dos cassé ;o)

24/05/2009, 17:36 | Par grain de sel en réponse au commentaire de bérangère bonvoisin le 24/05/2009 à 16:23

Oui, mais qu'est ce qu'il brille !

24/05/2009, 21:03 | Par Cendrine Cazenave en réponse au commentaire de grain de sel le 24/05/2009 à 17:36

Alors ici cela s'impose... Les raboteurs rab_1988_film_cco_015.preview.jpg Compagnie : Ballet Preljocaj Création : 1988 Genre : Court-métrage Pièce pour : 3 danseurs Durée : 7 minutes Chorégraphe : Angelin Preljocaj Réalisateur : Cyril Collard @Vancouver reprise Fragments de S. Beckett aux Bouffes du Nord (lieu magnifique), l'avais-tu vu? http://www.bouffesdunord.com/saison_fiche.cfm?id=63265

24/05/2009, 16:12 | Par Patrice Beray

Merci pour ce billet, la danse contemporaine atteint souvent, si souvent, au sublime... contemporain.

24/05/2009, 19:36 | Par A bout de souffle

Pour ceux qui ont la CHANCE de se trouver à Paris mardi je les informe que Bernardo Montet représente sa nouvelle pièce chorégraphique Apertae, je ne pourrais pas m'y rendre parce que je travaille, sauf si une âme charitable aurait l'extraordinaire délicatesse de me casser la cheville. C'est vraiment vraiment vraiment bien.

24/05/2009, 20:52 | Par Cendrine Cazenave en réponse au commentaire de A bout de souffle le 24/05/2009 à 19:36

@A BOUT DE SOUFFLE cette histoire de cheville je commence à trouver çà.. douteux.. un appel à l'auto mutilation, de la cheville en particulier... cela relève d'une tendance au masochisme récurant obsessionnel et compulsif.

26/05/2009, 09:26 | Par Cendrine Cazenave en réponse au commentaire de A bout de souffle le 24/05/2009 à 19:36

D'ailleurs @A BOUT DE SOUFFLE vous avez omis préciser le lieu, car c'est à Tremblay au Théatre Louis Aragon que se produit Bernard Montet ce soir Petite présentation http://www.theatreonline.com/guide/detail_piece.asp?i_Region=0&i_Programmation=25120&i_Genre=&i_Origine=&i_Type= Il peut y avoir entre les mots et la perception du travail un décalage, plus ou moins important. voici un lien vers votre billet de blog http://www.mediapart.fr/club/blog/a-bout-de-souffle/050309/batracien-l-apres-midi-bernardo-montet D'ailleurs Montet , fait encore partie de la programmation, de la prochaine saison de Chaillot

24/05/2009, 20:44 | Par Cendrine Cazenave

Merci pour votre visite....commentée @Patrice Beray, je dis commentée, car je rends visite à vos billets.. sans le faire...mais je recommande en silence.

24/05/2009, 22:58 | Par Patrice Beray

Alors, c'est qu'on s'entend en silence...

24/05/2009, 23:02 | Par grain de sel

Il n'y a pas que l'Allée des Cosmonautes à être un "lieu très fréquenté".... Le blog intitulé "Trajectoires" semble être devenu depuis quelques jours l'endroit où l'on passe, repasse, avec un plaisir chaque fois renouvelé ! J'y ai même retrouvé mon cher ami Caillebotte, c'est dire si le lieu est bien fréquenté !

12/06/2009, 11:01 | Par Lincunable

Tant mieux si les mots dansent. Terpsichore n'en sera que plus ravie.

Newsletter