Jeu.
30
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le nouvel accord patronat-syndicats : Gérard Filoche se réveille!

Ça fait quelques jours que l'on entend à longueur d'infos que l'accord signé par les "partenaires sociaux" (ces deux mots accolés n'étant plus que de la poudre aux yeux, à mon avis), cet accord donc est, serait, historique et qu'on peut le porter au crédit de François Hollande et du gouvernement.... oui... enfin, moi quand j'entends que les salaires pourront être diminués dans certaines conditions, j'ai tout de suite des doutes sur l'avancée "sociale" que ça représente, je trouve que c'est plutôt une avancée "patronale"....

Gérard Filoche, que j'avais trouvé quand même trouvé ces derniers temps dans un état d'illusionné de François Hollande se réveille et nous livre le mode d'emploi de l'accord, à lire d'urgence pour arrêter de prendre des vessies pour des lanternes...fô dire que le droit du travail, c'était son job et qu'il y fut formidable en tant que son défenseur !

Au terme d'une analyse détaillée et sans concession, il conclut, "cet accord est minoritaire, il peut, il doit être remis en cause par le Parlement de gauche."

...on va l'espérer, comme lui... ne soyons pas "mauvaise langue" d'avance et parlons-en à nos députés, il est peut-être encore temps !

Voici son texte :

Rien contre le chômage, le Medef a bloqué toute avancée pour les salariés dans cet accord signé par une minorité syndicale

quatrième analyse revue et corrigée, détaillée et complétée de l’ANI Accord National Interprofessionnel « accords de Wagram » (rédigée du samedi 12 au mercredi 16 janvier)

Les « accords de Wagram » (l’ANI s’est discuté au siège du patronat) c’est comme un contrat d’assurance, il faut lire ce qu’il y a de marqué au recto en tout petit. Ne croyez pas les grandes phrases qui l’encensent. Ceux qui le défendent font du grand baratin mais ne le citent jamais. Ils vous le vantent de façon tonitruante sans vous dire un mot de son contenu réel. C’est comme s’ils vous cachaient une tartine moisie avec beaucoup de beurre. Mais en la goûtant, on découvre forcément qu’elle a mauvais gout.
Alors lisez, lisez, lisez.
Dés qu’on prend le temps de les lire, on perçoit la nature réelle de cet accord, on est effaré.

L’accord est organisé en 28 articles, inégaux. Prenez le temps ci-dessous, on a regroupé en 13 points. Le diable est dans les détails.

Ce sont des accords régressifs, signés par une minorité de syndicalistes et ils ne feront pas un seul chômeur en moins, pas un emploi en plus. Du point de vue de l’inversion de la courbe du chômage en 2013, ils sont dangereux. S’ils s’appliquent (car rien n’est fait et même ce qui est prévu est étalé dans le temps de fin 2013 à 2016…) ils donneront lieu à des charrettes empressées de licenciements – comme Renault, après Mittal, Petroplus, Sanofi. Le Medef veut battre politiquement la gauche, il va le faire avec les armes que lui donnent cet accord.

Il n’y a pas une seule avancée… sauf pour le patronat.

C’est un accord dont la principale caractéristique est de faciliter les licenciements et de rendre plus difficiles les recours des salariés, des IRP, des syndicats.

Mais il s’y ajoute une dizaine d’attaques
- théoriques (contre la place de la procédure, contre celle du contrat individuel)
- dangereuses ( le CDI intermittent, contre les prud’hommes, la mobilité interne, le court-circuitage des plans sociaux, les « accords de maintien de l’emploi » -de compétitivité..),
- en trompe l’oeil (contrats courts, temps partiel, formation professionnelle)
- ou mesquines (blocage des dommages et intérêts aux prud’hommes, prescription des heures supplémentaires après 3 ans..)
Tout ce qu’il y a dans l’accord va contre les salariés et pour les employeurs.

Il y a 8 syndicats en France : CGT, CFTD, FO, FSU, UNSA, SOLIDAIRES, CGC, CFTC. Seulement 5, CGT, CFDT, FO, CGC, CFTC ont été associés par le Medef aux négociations. Les trois syndicats qui ont signé, sont largement minoritaires.

Depuis 2008, la loi établit que ce n’est plus le nombre de syndicats qui signe qui établit la majorité et la validité d’un accord, ce n’est plus un « vote par ordre » mais un vote « par tête ». Il faut donc un seuil de représentativité en nombre de voix de salariés derrière les syndicats pour qu’un accord soit validé : ce seuil était fixé à 30 % jusqu’en 2012 et porté à 50 % en 2013.

Les trois directions CFDT, CGC, CFTC, étant totalement minoritaires sur ce coup auraient du ne pas faire bande à part, ne pas envisager de les signer. Tous leurs adhérents salariés devraient les pousser à ne pas les ratifier et à revenir dans un cadre d’unité syndicale !

Il faut autant de contrat que possible mais autant de loi que nécessaire. L’accord est présenté comme un « compromis » : Oui mais c’est le compromis d’une minorité. L’ANI étant minoritaire, le Parlement n’est absolument pas tenu de le « ratifier » tel quel, la majorité de gauche doit jouer tout son rôle pour contrer ce qu’a imposé le Medef. Il y va de la lutte contre le chômage ! Est-ce qu’il faut interpréter en le transcrivant dans la loi, cet accord de façon « fidèle et loyale » ou bien de façon « optimale » (pour les salariés) en tenant compte des « syndicats majoritaires non signataires » ? Evidemment dans l’intérêt des salariés : il y a déjà tellement trop de flexibilité dans le Code du travail. Ca fait dix ans que la droite passe le Code du travail à l’acide des exigences du Medef. On attend que la gauche corrige et redresse cela par la loi. D’ailleurs le projet socialiste 2011 se proposait de « reconstruire le code du travail ».

La flexibilité c’est l’ennemi de l’emploi. Plus il y a de flexibilité, plus il y a de chômage et de travailleurs pauvres, ça marche toujours ensemble. En France, chaque fois que les licenciements ont été facilités, le chômage a augmenté. Partout où la flexibilité a augmenté, le chômage a progressé y compris dans les pays scandinaves pris à tort comme « modèle » : la mise en place de la prétendue « flexisécurité » a permis de passer d’un taux de chômage de 3 à 7,8 % au Danemark, 7,9 % en Finlande, 8,1 % en Suède soit une augmentation moyenne de 3 à 8 % (+ 266 %). C’est quand les salariés sont bien formés, bien traites, bien payés qu’ils sont le plus « compétitifs », pas quand ils sont flexibles !

La victoire des exigences du Medef contenues dans l’accord n’est cependant pas acquise : car rien de tout cela n’aboutira avant le mois de mai 2013 (il y faut le temps des ratifications de l’accord, le temps d’écriture des lois, le temps du Conseil d’état, celui du conseil des ministres, et celui des débats aux Assemblées puis des recours).

Donc la majorité du salariat de ce pays a le temps d’expliquer, de combattre et de gagner ! Il existe une alternative : reconstruire le droit du travail pour garantir l’emploi, les salaires, l’état de droit dans les entreprises, la santé, l’hygiène, la sécurité sociale, les droits syndicaux et ceux des institutions représentatives du personnel.

Examinons ci dessous 13 points contenus dans les « accords de Wagram » (adoptés) 13 points qui… portent malheur

Cliquer ici pour lire la suite, sur le blog de Gérard Filoche

 

 

 

Tous les commentaires

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

16/01/2013, 13:17 | Par Corinne N en réponse au commentaire de profil_inactif_129016 le 16/01/2013 à 12:58

...oui, vous me semblez inspiré ! Sourire

 

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

16/01/2013, 19:14 | Par avellino en réponse au commentaire de gerald rossell le 16/01/2013 à 14:26

et oui ...voir les sourires amusés de l'assistance ici http://www.dailymotion.com/video/xtiea7_discours-de-gerard-filoche-au-conseil-national-de-synthese_news ou la mine attérée des barons là http://www.dailymotion.com/video/xun4p0_gerard-filoche-congres-de-toulouse_news

En octobre 2012, Filoche y vitupère, entre autre, contre la fable de la compétitivité, ou contre la fexibilité ... c'est très drôle aujourd'hui .

16/01/2013, 21:07 | Par ELO M. en réponse au commentaire de avellino le 16/01/2013 à 19:14

Pour les liens, je crois que c'est l'inverse ;)

17/01/2013, 14:33 | Par avellino en réponse au commentaire de ELO M. le 16/01/2013 à 21:07

ha oui , zut , désolé .

17/01/2013, 11:37 | Par alabergerie en réponse au commentaire de gerald rossell le 16/01/2013 à 14:26

Perso je ne lis plus rien de Filoche que ses tweets hallucinés, postés depuis l'on ne sait quelle planète. Il pérore un  coup, pond un article bien membré et solide comme un roc, jusqu'à nous faire croire qu'il est de gauche... puis il va remuer la queue au Bureau de son cher parti et en revient avec des mots d'ordre taillés dans un bois qui pique la langue rien qu'à les regarder. En somme il y a deux Filoches, et ça ne m'amuse pas.

Le mieux qu'on puisse faire c'est de le charrier gentiment. S'engueuler avec lui sur Twitter, c'est limite troll, je ne pratique plus, même quand il me fait bondir.

24/01/2013, 00:04 | Par Lefrançois en réponse au commentaire de Annie Lasorne le 16/01/2013 à 15:10

Ben oui quoi gommons les réalités, faisons comme si le monde extérieur n'existait pas bien au chaud derrière notre épaisse couche de...au fait c'est pas Total, c'est BP!

17/01/2013, 18:54 | Par philipo en réponse au commentaire de LIONEL MUTZENBERG le 16/01/2013 à 15:36

encore un qui espère

18/01/2013, 08:48 | Par LIONEL MUTZENBERG en réponse au commentaire de philipo le 17/01/2013 à 18:54

Comment ! vous insinuez que nos députés, et nos sénateurs, socialistes, ne serait pas de gauche ?

Et la CFDT, ne serait pas, non plus, un syndicat de salariés; et puis quoi encore ? Ils viennent d'approuver, unanimenent si j'ai bien lu, l'accord scélérat du Médef et du gouvernement, sous présidence, Ayrault. Alors, pas de gauche non plus, la CFDT ?

19/01/2013, 20:30 | Par christian delarue en réponse au commentaire de LIONEL MUTZENBERG le 18/01/2013 à 08:48

Ne pas confondre socialiste et néosolidariste

Le PS est devenu néosolidariste

Néo-solidarisme "centriste" : Keynes, Durkheim, Bourgeois, Bouglé ! 

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article765

L’alternative émancipatrice contre l’ultralibéralisme et le néosolidarisme.

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article766

16/01/2013, 16:29 | Par JJMU

+++

16/01/2013, 17:11 | Par MICHEL BERARDI

Sans oublier que les droits aux assedics "rechargeables" vont se fracasser sur le déficit abyssal de cette dernière.

La taxe sur les "contrats-courts" qui est une pantalonnade : 80% de ce pour quoi les employeurs y ont recours échappe à cette taxation.

Comment parler de "flexisécurité" alors que pendant des années nous apprenions que le droit du travail était justement un droit dérogatoire au droit commun des contrats, parce qu'il se doit (devait ?) de protéger le salarié, partie plus faible, face à l'employeur ? C'est comme si on mettait de la "fexibilité" entre commerçants et consommateurs, histoire d'assouplir la protection de ces derniers ! Battons en brèche le droit de la consommation, effaçons des produits leur composition, leur provenance etc...

C'est très exactement ce qui est en train de se dérouler quant au droit du travail devant les petits yeux ébahis de tous les "vélléïtaires de la révolte" anésthésiés de la grand messe du JT, service après-vente d'une politique scélérate.

16/01/2013, 17:41 | Par Lechiffre

Si la France a plus de 10% de chomeurs, c'est surement parce que le droit du travail est trop flexible. Il suffirait d'une loi qui oblige les entreprises a embaucher, le probleme serait regle.

Cette idee, pourtant simple, est repoussee car les gouvernants successifs sont en realite a la solde de la finance.

(J'ai bon, la, vous allez recommander mon commentaire? SVP?)

16/01/2013, 18:13 | Par Annie Lasorne en réponse au commentaire de Lechiffre le 16/01/2013 à 17:41

Nan ! Rigolant z'avez pas bon.

16/01/2013, 18:34 | Par avellino en réponse au commentaire de Lechiffre le 16/01/2013 à 17:41

mais non la france n'a pas 10% de chomeurs, elle a 10% de fainéants qui ont décidé, idéologiquement, de saboter le merveilleux système social-libéral .

j'ai bon là ?

17/01/2013, 07:13 | Par Theo Tymen en réponse au commentaire de Lechiffre le 16/01/2013 à 17:41

Imbécile.

19/01/2013, 11:22 | Par Yves Besançon en réponse au commentaire de Theo Tymen le 17/01/2013 à 07:13

L'illettrisme de l'abruti du compte lechiffre sur les problèmes du marché du travail est à la hauteur de son incompétence pour traiter les questions monétaires. Soyez indulgent à son égard, entre l'imbécillité, même sans accents, et le dogmatisme libéral, il n'y a pas de choix possible......     

17/01/2013, 08:46 | Par LIONEL MUTZENBERG en réponse au commentaire de Lechiffre le 16/01/2013 à 17:41

En Allemagne, en Espagne, au Portugal, en Grèce, en Grande Bretagne, aux Etats Unis...il n'y a pas de code du travail équivalent au nôtre. Les cotisations sociales, les impôts, les taxes, les salaires, sont moindres qu'en France. Et alors y-a-t-il moins de de chômage, moins de précarité, moins de pauvres pour autant ! Les dettes, et les déficits sont ils inférieurs au notre ?

Vos discours sont de l'enfumage libéral à valeur personnelle.

16/01/2013, 19:50 | Par Pierro Juillot

Il est enfin temps que certaine voix se réveille...! A la bonne heure...! Merci Corinne N de vous en faire l'écho. Nous (Occupons Pôle Emploi) luttons aussi tant contre ces accords, point par point, ou presque, non ratifié, et étant historique que dans les régressions des droits du travail qu'ils représentent..., que sur les causes qui conduisent à leurrer la population hébétées devant les médias de "messe". Je parle de l'austérité que le FMI et des technocrates européens nous imposent, pistolet sur la tempe, et de leur bourde dans l'équation mathématique l'appliquant et passée sous silence... Cette rigueur à la Française, cachant son visage..., ça vous rappelle quelque chose n'est ce pas...(?) d'austérité sous la sémantique alambiqué de communicant..., est brandie derrière cette "nécessaires compétitivité" dans une "mondialisation" masquant une guerre économique énergétique..., contre les peuples et au seul profit des nantis-es et des politiques les et se protégeant...!

Un article vous présente le contexte d'une pétition qu'un mouvement de chômeurs-euses, de précaires, de pauvres sans discrimination aucune..., veut voir se répandre comme la poudre qu'on nous verse dessus avant d'y mettre le feu...! Nous aiderez vous...?

16/01/2013, 17:52 | Par Anne Gentry

Merci Corinne ...

Il a raison, bien sûr, mais pendant combien de temps encore va-t-il leur servir de caution de gauche, hein ??? Ça finit par altérer un tantinet sa crédibilité, ce positionnement ne tient plus la route, à la longue.

Bon, mais il dit juste, y a pas ...

16/01/2013, 18:18 | Par elisa13

Ben tous à la Bastille !!! 

16/01/2013, 18:44 | Par Jonasz

Très intéressant, Corinne. Merci.

Attendons sans illusion la confirmation de nos pires craintes.

16/01/2013, 22:00 | Par Patrig K

Tous leurs adhérents salariés devraient les pousser à ne pas les ratifier et à revenir dans un cadre d’unité syndicale !

http://blogs.mediapart.fr/blog/patrig-k/160113/representation-syndicale-quezaco

Quand on connait le fonctionnement et l'organisation en pyramide, de la CF.T notamment, il ne faut pas s'étonner des accords de ces confédérations syndicales, des monstres bureaucratiques qui machent le boulot depuis le haut vers l'adhérent, qui devient de moins en moins militant, et à terme permet ces dérives jaunies , le lien à une  représentativité de façade, tout comme les politiques, ..

Avons nous les CHEFS que l'on mérite ?

En plus du matraquage médiatique, sur des conflits emblèmatiques, quand le pékin qui à fond la caisse et se retrouve entassé dans les trains, métro, ou RER ... TF1 et cie, ont fait le boulot, à neutraliser ces contres pouvoirs, un phénomène étalé sur 20/30 ans ...

Rappel élections pour les juges prudhomme

http://blogs.mediapart.fr/blog/patrig-k/290611/la-crise-de-la-representation-syndicale-en-question

Extrait :

Près de 14 millions de salariés du privé, n’y croient plus. 75% d'abstention

 

Depuis l’avènement de la crise financière à l’automne 2008, les confédérations tous horizons confondus, sont régulièrement à nous rappeler que le sursaut d’intérêt des salariés pour la chose syndicale, est bien réel ! Pourtant le 4 décembre 2008, en plein cœur du boom médiatique sur l’effondrement capitalistique et financier, le résultat des élections prud’homales avait démontré tout le contraire ; une participation du vote des salariés aux élections qui est passée de 32.7% en 2002 à 25.57% en 2008, ce qui a eu pour première conséquence , une dégringolade du nombre de voix exprimées et en faveur de telle ou telle autre centrale syndicale, et pourtant avec un nombre d’inscrits en augmentation de + 1 946 820 .Au moment ou le collège patronat, avait lui augmenté sensiblement sa participation lors de ces élections.

16/01/2013, 23:25 | Par seth

Et à part toutes ces belles pensées, que pense monsieur Filoche du PexS ? Il y est toujours encarté ? Un bouclier humain en somme.

17/01/2013, 01:29 | Par lutin2

il serait temps que les vrais socialistes du PS c'est à dire la plupart des militants de base qui eux sont au charbon se rendent compte de la duplicité et de l'oligarchie de leurs dirigeants...Il n'y a plus rien à changer au PS la tête en est complétement pourrie jusqu'à l'os. 

17/01/2013, 09:24 | Par GMM

Filoche,

Qu'il cohabite avec des Moscovici , Cahuzac , Valls, lui enlève tout crédit. 

Idem pour Montebourg (et a moindre titre Guigou ). 

17/01/2013, 09:50 | Par pierre morineau en réponse au commentaire de GMM le 17/01/2013 à 09:24

Si  Gérard Filoche veut reconquérir l'estime que sa compétence lui a donné il faut qu'il arrête d'être la caution de gauche du PS. On en a marre de ces gens instrumentalisés par le Parti pour aller porter la bonne parole de gauche tout en restant tranquillement à l'intérieur de la structure à avaler des boas de plus en plus robustes...

17/01/2013, 09:54 | Par la dame du bois-joli

allez Fifi, va vers la vraie gauche, à gauche de la pseudo gauche, un grand pas à gauche, même maladroit et gauche, ce pas vers la gauche fais-le, allez Fifi on t'espère et t'attend !

17/01/2013, 10:03 | Par MFKA

oui,gerard filoche se bat vainement dans le parti social-liberal ou il milite depuis qu-il a quitté la LCR.Comme inspecteur du travail il a dans ce domaine ecrit et fait de très bonnes choses.Mais le bulletin de sa tendance que je reçois depuis des années me désole ! Jusqu'à quand,cher Gérard vas tu continuer à servir de caution ,de preuve de démocratie interne au parti des DSK,des Valls,des Cahuzac etcnetcnetc !!!!!

17/01/2013, 10:41 | Par Corinne N

On est donc (à peu près) tous d'accord....

FILOCHE ! DEMISSION DU PS !!!!!!!

 

 

17/01/2013, 11:39 | Par g Wiederkehr

Comme disait l'autre:

"quand le medef proposera de rétablir l'esclavage, la cfdt négociera le poids et le design des chaînes..."

Triste, bien triste. Temps de m.....e, il neige et nous allons nous perdre dans les sables africains. Tiens, au fait combien ça coûte ça ? A qui profite l'expédition ?

17/01/2013, 12:35 | Par Denis Meriau

La loi ou le contrat ? Il y a longtemps que le débat fait clivage entre la droite et la gauche sur les bancs de l’Assemblée.
Avec l’accord sur l’emploi qui vient d’être entre les (des) syndicats et le patronat, à l’initiative du président socialiste François Hollande, il est incontestable que les lignes ont bougé du côté socialiste .


rétro-éclairage :
chronique d’un débat de 2002 sur un projet de loi relatif à la « négociation collective sur les restructurations ayant des incidences sur l'emploi »
http://karlcivis.blog.lemonde.fr/2013/01/12/a-propos-de-laccord-sur-lemploi-le-contrat-au-dessus-de-la-loi-une-importante-et-inquietante-metamorphose-des-socialistes/

17/01/2013, 13:34 | Par Corinne N en réponse au commentaire de Denis Meriau le 17/01/2013 à 12:35

oui, merci Denis ! mais cet accord va donner lieu à un texte législatif, précédé normalement d'un débat parlementaire, l'occasion de le réduire en miette grâce à nos députés et sénateurs ? (on peut rêver....)

 

17/01/2013, 14:21 | Par Grain de Sel HV

04.09.09_seilliere.jpg

Bon, l'image est un peu ancienne, c'était encore Seillères. Avec Parisot, c'est carrément: "Ci-gît le Code du Travail". Memorandum. Nous l'avons tant aimé.... Condoléances à sa famille !

17/01/2013, 21:33 | Par faux-nez rouge

M. Filoche a une singulière conception de la démocratie et du pluralisme : ainsi si les signataires d'un accord ne sont pas majoritaires, ils devraient ne pas signer.

Appliqué au parlement cela donnerait : quand les députés PS sont minoritaires ils votent quand même la loi proposée, mettons par l'UMP. Et vice versa.

Syndicat unique, parti unique... On sait ce que ça donne !

Reste que l'accord est pourri, et que si M. Filoche veut se rendre utile, qu'il empêche "son" gouvernement et "son" parlement de le transformer en loi.

17/01/2013, 22:32 | Par cerise

Pour avoir un texte argumenté sur l'accord il a fallu attendre "que Filoche se réveille" comme le dit Médiapart. Dans la gauche de la gauche, de la gauche, personne ne semble capable de dire le contenu de cet accord dans le détail et d'en faire une analyse.  

Les militants politiques ne daignent pas s'intéresser  à ce qui se passe dans les petites et moyennes entreprises, par contre les inspecteurs et contrôleur du travail eux connaissent bien et Filoche n'a pas attendu d'être à la retraite pour se mouiller. C'est une attaque personnelle pas très clean.

Gérard Filoche a mené la bagarre en interne en vain comme tous les combats du même genre menés à l'intérieur du PC. Les appareils l'emportent toujours sur les individus même organisés en "courant". Dès le mois de novembre quand le MEDEF a balancé son premier texte, tous les militants quelque soit leur parti devaient diffuser des tracts pour expliquer en détail les méfaits de ces mesures une par une comme le fait Filoche aujourd'hui.

Il n'est pas trop tard pour eviter le pire car le patronat prend les devants, il commence à rechercher "des partenaires sociaux bidons" dans les petites boîtes pour "sortir des 35heures" au mépris des règles de représentativité. 

17/01/2013, 23:20 | Par faux-nez rouge en réponse au commentaire de cerise le 17/01/2013 à 22:32

non, des analyses circulent dans les syndicats depuis les premières versions.

n'ont attendu que "Filoche se réveille" que ceux qui le voulaient bien.

18/01/2013, 09:03 | Par LIONEL MUTZENBERG en réponse au commentaire de cerise le 17/01/2013 à 22:32

Bien évidemment que Gérad Filoche n'a pas attendu d'être à la retraite pour agir, la seule différence, c'est que; quand vous êtes en fonction vous avez moins de liberté pour vous exprimez. A preuve, tous les tracas qui ont émaillé son parcours professionnel. Il faut éviter de travestir ce que les autres écrivent pour se faire plaisir.

Quand à cette aura de l'inspection du travail, vous n'avez pas dû fréquenter beaucoup le monde du travail. Des contrôleurs, des inspecteurs, des directeurs dépatementaux, il y en a de bons...et de moins bons, comme dans toute notre société.

18/01/2013, 15:55 | Par cerise

C'est sûr qu'on a moins de liberté pour s'exprimer quand on est en fonction, je l'ai éprouvé personnellement bien que vous pensiez que je n'ai pas beaucoup fréquenté le monde du travail !

Vous jugez de cela uniquement à partir du fait que je considère que Filoche en tant qu'inspecteur du travail connaît mieux certaines réalités du monde du travail que bien de militants de gauche même extrème

J'ai quand même constaté que dans Médiapart et dans les autres médias il y a eu peu d'analyses précises des textes du MEDEF, certains allant jusqu'à dire qu'ils ne les liraient pas parceque ça n'en valait pas la peine.  

Je me suis donnée la peine de lire "la sécurisation de l'emploi" et je mesure à quel point le seul gagnant c'est le MEDEF.

Tous les commentaires que j'ai laissé sur ce sujet sont restés sans réponse et Mediapart a relégué ce sujet au second voire troisième plan. 

19/01/2013, 10:08 | Par LIONEL MUTZENBERG en réponse au commentaire de cerise le 18/01/2013 à 15:55

Nous sommes d'accord sur le constat que vous faites : Le Médef est le seul gagnant, avec le gouvernement Hollande. Médiapart est plus friande d'affaires Cahuzac, Sarkozy, Woerth, Mali, Algérie, que de se préocuper réellement des effets efroyables que vont avoir la mise en forme dans la la loi de l'accord scélérat qui vient d'être approuvé par des syndicalistes incompétents...enfin, j'espère que ce n'est que cela. Oui, peut-être.

D'un autre côté, il faut bien reconnaître que ce qu'écrit Médiapart sur les affaires citées plus haut, est bien loin de corespondre à ce que l'on entend à la radio, à la télévision, ou dans d'autres journaux.

Poser dès le début de ce drame, car cet un drame, pour aujourd'hui, pour demain, pour le Mali, les questions de savoir, pourquoi ce pays était si mal en point, et qui l'avait aidé à arrivé à cette situation, était fondamental à la compréhension du conflit. Merci à eux.

Quand à " l'inspecteur du travail qui connaît mieux certaines réalités du monde du travail que bien des militants de la gauche même extrême," ( ce qui ne veut pas dire grand chose, en 1981 le programme sur lequel a été  élu François Mitterrand pourait être considéré comme un programme d'extrême gauche, par rapport à celui de François Hollande en 2012; et je ne vous parle pas de sa mise en oeuvre depuis son entrée en fonction, simple répétition du virage de 1983,) je n'y croit pas beaucoup.

La force du militantisme dans une entreprise se trouve dans l'entreprise elle même, ce qui justifiat cette vieille revendication de syndicat, et de section syndicale, d'entreprise.

Le syndicalisme extérieure n'a aucune influence dans l'entreprise; le passage d'inspecteur du travail dans nos entreprises, fussent ils des références juiridiques en droit du travail, n'ont d'effets que sur l'instant. Avant, et après, le pouvoir sans partage des employeurs restent le même.

Surtout que, le plus souvent, la venue d'un inspecteur, ou d'une inspectrice, du travail dans l'entreprise est annoncée à l'employeur ce qui lui permet de prendre quelques dispositions d'usages, et de faire bonne figure.

Tout miltant syndical qui a fait un peu de juridique dans son UL connaît ces réalités.

Cela étant dit, j'ai eu le bonheur d'avoir  dans l'entreprise qui m'employait, des inspectrices du travail très compétentes, et qui n'avaient pas peur de prendre leurs responsabilités. Sauf une, fille de petit entrepreneur, ce dont elle se vantait, qui n'avait pas compris la nature de la fonction qu'elle occupait, ou trop bien compris, après tout.

Encore une fois, un peu décu par cette presse qui à complètement mis de côté l'accord CFDT/Médef, ne nous informant pas de la réunion de son bureau national des 16 et 17 de ce mois, des discussions qui s'y sont tenues, de la composition dudit bureau, alors que s'il avait été question de dénigrer la CGT, ou  même FO, organisations non sigantaires, nous aurions tout su, même ce qui n'existait pas.

Par contre, j'ai lu sur Médiapart une très bonne analyse de l'accord. A lire et faire lire.

19/01/2013, 13:56 | Par Annie Stasse

merci pour l'info… car je risquais pas d'aller lire le blog de Filoche… dégoûtée définitif après avoir milité à ses côtés.

19/01/2013, 22:36 | Par Patrick Daquin

Il se réveille et nous endort presque ! Qu'est-ce qu'il dit comme bêtises (ça devient presqu'une habitude ces dernières années) ! Dommage, car l'accord en question constitue une vrai régression en matière de droit du travail... Le texte de Filoche (un vrai fouilli, qu'il est difficile de qualifier d'analyse, où les approximations le disputent aux erreurs) ne donne presqu'aucune bille pour le critiquer sérieusement.

 

01/02/2013, 21:35 | Par Patrick Daquin en réponse au commentaire de Patrick Daquin le 19/01/2013 à 22:36

Mieux vaut aller regarder du côté du boulot (sérieux) qu'a fait (collectivement) la Fondation Copernic : c'est ici.

Newsletter