Sam.
20
Déc

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Jeu dangereux pour François Hollande

1) Au-delà des déclarations d'amitié du candidat socialiste pour Israël, l'article du CRIF n'indique rien sur les principes de la politique proche-orientale de la France que François Hollande, s'il devient président de la République, entend développer. Qui est responsable, selon lui, de l'impasse persistante du "processus de paix" ? Condamne-t-il la colonisation accélérée de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est ? La France reconnaîtra-t-elle l'État de Palestine et œuvrera-t-elle à son admission comme membre à part entière des Nations unies, comme le prévoit pourtant son engagement n°59 ?

Une forte délégation du CRIF conduite par le président Richard Prasquier a été reçue le 25 janvier 2012 au Q.G. de campagne du candidat socialiste à l’élection présidentielle, avenue de Ségur dans le 7ème arrondissement de Paris.

 Richard Prasquier a rappelé que le CRIF est très attaché à la laïcité comme à la loi de 1905 et qu’il n’est pas favorable à l’idée d’Eva Joly d’un jour férié national pour le Yom Kippour. Pour ce qui est de l’antisémitisme, si, globalement, on ne constate pas d’augmentation des actes par rapport à l’an passé, il convient de souligner une multiplication par dix en douze ans.

À propos de l’école juive, François Hollande a assuré que la loi Debré ne serait pas remise en question. Et, pour ce qui est de la violence, il se prononce pour la formation d’éducateurs spécialisés dans la prévention.

Le président du CRIF était accompagné de Haïm Musicant, directeur général, d’Ariel Goldmann et Meyer Habib, vice-présidents, de Francis Kalifat, trésorier, de Roger Benarrosh, vice-président honoraire, de Nathalie Cohen-Beizerman, Jean-Pierre Allali, Yonathan Arfi, Arié Bensemhoun, Marc Zerbib, membres du bureau exécutif et d’Ariel Amar, conseiller du président.

Tous les commentaires

31/01/2012, 12:04 | Par zorbeck

Je ne vois rien de choquant dans le communiqué ci-dessus. Par contre, je vois mal F Hollande se mettre à dos la communauté juive par des déclarations incendiaires au CRIF. Ca n'apporterait rien, si ce n'est stigmatiser une communauté en prenant parti dans un conflit qui ne concerne ni les Musulmans ni les Juifs de France.

Ceci posé, reste que les lois contre la burqa ou le voile sont une atteinte aux droit fondamentaux et ca il aurait peut-etre pu le rappeler, mais l'endroit n'aurait pas été le bon.

31/01/2012, 18:40 | Par jean ai marre en réponse au commentaire de Reinhard le 31/01/2012 à 13:34

Tout a fait d'accord, avec vos propos . Mais avec Israël c'est toujours le même refrain , dès que l'on parle du pays un est traité d'anti - tout .

C'est ce guuvernement Israëlien qui est descriminant en vers son peuple , puisqu'il veut un état Juif .

01/02/2012, 08:56 | Par sokolo en réponse au commentaire de zorbeck le 31/01/2012 à 12:04

zorbeck

Je ne vois pas en quoi le CRIF représente la communauté juive, d'où tenez-vous cela? D'autre part, prendre ses distances avec le CRIF, représentant des intérêts israéliens, n'aurait rien d'incendiaire, et j'imagine mal les pompiers se déplacer suite à d'une telle prise de position.

01/02/2012, 12:08 | Par zorbeck en réponse au commentaire de sokolo le 01/02/2012 à 08:56

Si je ne me trompe, le CRIF c'est quand meme le Conseil Représentatif des Institutions Juives de France.

01/02/2012, 12:33 | Par sokolo en réponse au commentaire de zorbeck le 01/02/2012 à 12:08

Le CRIF est un lobby pro israélien, rien d'autre. Un de ses représentants, Meyer Habib, est même conseiller personnel de Netanyahu. Donc d'un état étranger... Les gens d'origines juives en France ne se reconnaissent pas forcément dans cet organisme, disons... un peu spécial. Mais qui entretient des liens avec tous les partis politiques, les gens de télé, etc...

31/01/2012, 13:52 | Par dominique vidal

Cher Zorbek,

Qu'appelez-vous "déclarations incendiaires"?

Le rappel des résolutions de l'Onu?

L'exigence de l'arrêt de la colonisation ?

La reconnaissance de l'Etat de Palestine?

Merci de le préciser...

Bien à vous,

Dominique Vidal

 

 

01/02/2012, 09:28 | Par zorbeck en réponse au commentaire de dominique vidal le 31/01/2012 à 13:52

Vous venez d'en donner la liste...

Car aussi souhaitables soient ces déclarations, elles ne peuvent pas s'addresser, de la part d'un candidat à l'Elyzee, au Conseil Représentatif des Institutions Juives de France, c'est tout ce que j'ai voulu dire.

Par contre, independemment d'une entrevue avec le CRIF, cela m'aurait interressé de connaitre la position de F Hollande sur le blocus de l'Iran, blocus qui pousse ce dernier à la guerre. Venant d'un pays qui a facilité la première bombe atomique au moyen orient, je suis vraiment curieux d'en connaitre la réponse. Car tous les arguments contre une bombe atomique iranienne sont aussi valables contre l'israélienne, ce que personne n'ose dire...

31/01/2012, 15:05 | Par bdemun

Qui ne se souvient pas du silence encourageant du parti socialiste lors du bombardement de Gaza ? Par ailleurs, comment François Hollande, en bon successeur de François Mitterrand ne serait-il pas le fervent serviteur d'Israël, en mémoire de la Shoah et de Vichy.

31/01/2012, 22:49 | Par dominique vidal

Chère Diane,

Il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

Nul ne conteste le fait que François Hollande s'entretienne avec le CRIF ou tout autre groupe représentatif d'une catégorie de citoyens français: candidat à la magistrature suprême, il dialogue naturellement avec qui le souhaite.

C'est le compte-rendu par le site du CRIF de cette rencontre qui, en l'absence d'un communiqué du candidat ou de ses porte-parole, interroge:

- sur les positions de François Hollande quant au conflit israélo-palestinien: il n'en est pas question dans ce texte, ce qui paraît pour le moins étonnant. Le candidat socialiste n'aurait-il pas échangé avec la délégation du CRIF sur les engagements qu'il a pris à cet égard, et notamment celui de reconnaître l'Etat de Palestine?

- sur sa fermeté affichée face aux "actes antisémites" (laquelle me semble aller de soi), mais aussi face aux "actes antisionistes" (expression dont j'ignore le sens). D'où ma question : François Hollande entend-il réprimer l'hostilité au sionisme ? A ma connaissance, celle-ci ne constitue pas un crime, mais une opinion. Il y a des sionistes et des antisionistes, comme il y a des communisteset des anticommunistes, des gaullistes et des antigaullistes...

Vous parlez de "police politique": est-ce une autocritique ? Assimiler l'antisionisme à l'antisémitisme relèverait en effet - à de marginales exceptions près - d'un terrorisme intellectuel à mes yeux inacceptable.

Personnellement, je ne pense pas que le clivage le plus important sur le conflit israélo-palestinien soit de nature idéologique: je crois plus juste de rassembler nos concitoyens dans la condamnation de la fuite en avant suicidaire du gouvernement Netanyahou-Lieberman et dans le soutien à une solution de paix fondée sur le droit international.

Mais c'est le droit des opposants, juifs notamment, au sionisme que d'exprimer cette opposition sans être taxés d'antisémitisme. Auquel cas d'aillleurs la majorité des Juifs d'avant-guerre auraient été des antisémites, puisque - communistes, bundistes, libéraux ou orthodoxes - ils refusaient le projet d'Etat juif en Palestine...

Bien à vous,

Dominique Vidal.   

01/02/2012, 12:01 | Par zorbeck en réponse au commentaire de dominique vidal le 31/01/2012 à 22:49

"Mais c'est le droit des opposants, juifs notamment, au sionisme que d'exprimer cette opposition sans être taxés d'antisémitisme. "

Soit.

Mais c'est aussi le droit des partisans, juifs notamment, du sionisme d'exprimer leur soutien à l'Etat d'Israel, sans être taxés de nazisme.

31/01/2012, 23:03 | Par Gabrielle Teissier K

"Je prendrai des initiatives, pour favoriser par de nouvelles négociations, la paix et la sécurité, entre israël et la Palestine. Je soutiendrai la reconnaissance internationale de l'Etat palestinien". François Hollande in "Je veux une République exemplaire -alinéa 59.

01/02/2012, 00:34 | Par Bernard Colin

L'Etat palestinien, c'est la sécurité d'Israël. C'est le lobby de l'insécurité qui ne veut pas en entendre parler.

La paix, c'est le chômage pour les faucons.

01/02/2012, 05:50 | Par J CLOPEAU

'Si Israel est l'objet de tat de critiques c'est qu'il constitue une grande democratie" aurait dit Hollande. Celle-la, je ne l'avais pas encore entendue.

01/02/2012, 19:43 | Par patrick 44 en réponse au commentaire de J CLOPEAU le 01/02/2012 à 05:50

Ne p

01/02/2012, 19:45 | Par patrick 44 en réponse au commentaire de patrick 44 le 01/02/2012 à 19:43

Ne pas mélanger les commentaires du CRIF avec les éventuelles déclarations de Hollande ! La ficelle est un peu trop grosse.

01/02/2012, 07:24 | Par kesaco

Quiconque défend une idéologie et se veut un démocrate doit accepter qu'elle soit mise en cause..C'est le fond du problème. Les nations se réclamant de Dieu peuvent elles être : "Théocratiques et Démocratiques à la fois ? Ces deux mots sont incompatibles.

Le grand débat toujours brûlant celui des idéologues "démocrates".La fins des terminaisons en " ISME" n'est pas pour demain malgré les échecs cuisants des grands mouvements idéologiques  :communisme  ,christianisme ,etc..qui  sont  loin d'avoir tenu leurs promesses empêtrés qu'ils sont entre pouvoir temporel et spirituel. 

01/02/2012, 07:24 | Par kesaco

Quiconque défend une idéologie et se veut un démocrate doit accepter qu'elle soit mise en cause..C'est le fond du problème. Les nations se réclamant de Dieu peuvent elles être : "Théocratiques et Démocratiques à la fois ? Ces deux mots sont incompatibles.

Le grand débat toujours brûlant celui des idéologues "démocrates".La fins des terminaisons en " ISME" n'est pas pour demain malgré les échecs cuisants des grands mouvements idéologiques  :communisme  ,christianisme ,etc..qui  sont  loin d'avoir tenu leurs promesses empêtrés qu'ils sont entre pouvoir temporel et spirituel. 

01/02/2012, 09:40 | Par josie francois

... l'expression est maladroite.

01/02/2012, 10:05 | Par Bernard Colin

Il y a clairement une stratégie de re-victimisation perpétuelle d'Israël, visant à consolider un peuple "encerclé".

01/02/2012, 10:57 | Par Lionel Lévy

Le sionisme fut un mouvement créé au XIXe siècle, ayant pour objectif la création d'un Etat Juif en Palestine. Cette aspiration remonte au moins au XVIIe siècle. Baruch Spinoza la trouvait légitime. Ce but fut atteint en 1948 par la résolution de l'ONU. Sans vouloir contester la liberté de pensée, il faut bien admettre que l'antisionisme a nécessairement pour enjeu la destruction de l'Etat d'Israël. Ce fut bien l'objectif revendiqué par Nasser et encore aujourd'hui par plusieurs Etats musulmans. C'est bien le but affiché par le Hamas. Par contre la majorité des Etats admet la légitimité de l'Etat d'Israël. Ces Etats ne peuvent être, dans ces conditions, "antisionistes". Ils peuvent, par contre désapprouver tel ou tel aspect de la politique israélienne.

Israël est-il une théocratie ? Les choses sont bien plus complexes. Les pères fondateurs d'Israël furent en grande partie des non-croyants. Beaucoup, parmi les Juifs traditionnels, furent au départ hostiles au sionisme. Qu'est-ce qu'être juif ? Il est trop simple de dire comme Sartre que cette identité résulte seulement du regard des autres, car ce regard est millénaire. Depuis des siècles, en pays chrétiens ou musulmans le mot juif fut une injure. Rejeter sa propre identité c'était accepter l'injure, faire soi-même injure à ses ancêtres. Croyants ou non croyants, ceux que la société désigne comme juifs n'ont jamais renié le 4ème commandement ; "Honore ton père et ta mère". L'émancipation dont la France républicaine fut l'artisan en Europe devait modifier cette identité. Mais l'antisémitisme moderne conjugué avec l'essor des nationalismes fit le reste. Le sionisme de Théodore Herzl est fils de l'affaire Dreyfus. Le sionisme de l'Exodus est fils de la Shoah. Dès lors, s'afficher comme antisioniste c'est nécessairement côtoyer l'antisémistisme.

Beaucoup d'Israéliens sont favorables à la création d'un Etat palestinien. Combien de Palestiniens sont-ils favorables à la perénnité d'Israël ? La tragédie, c'est quant il y a plusieurs vérités.

01/02/2012, 11:42 | Par Stephane M. en réponse au commentaire de Lionel Lévy le 01/02/2012 à 10:57

 

Pour oublier le présent et justifier l'inacceptable: un état d'Israël raciste, expansionniste, surarmé et qui a plusieurs fois bombardé des zones civiles, tuant des milliers de civils et des centaines d'enfants (Liban 2006 et Gaza fin 2008-début 2009), vous convoquez en permanence le passé: vous remontez aux calendes ... tantôt le XIXème siècle (ce ne sont pas les fondateurs de la petite implantation en Palestine, qui cohabitaient eux très bien avec les arabes locaux et ne songeaient pas à créer un état raciste,qui sont en cause aujourd'hui)... tantôt la seconde guerre mondiale pour prendre en otage les vraies victimes du génocide (qui ne vous ont pas autorisé à les instrumenter).

 

Mais les sionistes et les Israéliens d'aujourd'hui ne sont pas des victimes, pour la plupart ils sont beaucoup trop jeunes, heureusement, pour avoir souffert du génocide, mais ils n'hésitent pas à s'en servir, et abondamment, pour justifier l'inacceptable.

 

01/02/2012, 12:03 | Par zorbeck en réponse au commentaire de Lionel Lévy le 01/02/2012 à 10:57

Merci à Lionel Levy pour votre réponse mesurée à laquelle je souscris totalement.

01/02/2012, 12:40 | Par sokolo en réponse au commentaire de zorbeck le 01/02/2012 à 12:03

Excusez, je ne peux m'empêcher, c'est trop drôle. Exemple de la mesure de votre compère: s'afficher comme antisioniste c'est nécessairement côtoyer l'antisémistisme.

01/02/2012, 12:49 | Par hervé06 en réponse au commentaire de Lionel Lévy le 01/02/2012 à 10:57

"Le sionisme de Théodore Herzl est fils de l'affaire Dreyfus. Le sionisme de l'Exodus est fils de la Shoah. Dès lors, s'afficher comme antisioniste c'est nécessairement côtoyer l'antisémistisme."

Résumé simpliste.

Tentant pour le côté lapidaire de la formule, mais simpliste...

Le sionisme de Théodore Herzl (et avant lui de bien d'autres précurseurs, comme l'a bien retracé  Schlomo Sand) qui, à l'origine (1er congrès de Bâle), ne s'appuyait même pas sur un retour en Palestine (d'autres lieux pour fonder l'état juif ont été aussi envisagés alors - Ouganda, Argentine... -), revendiquait, pour ce qu'il appelait son peuple, les juifs, un territoire d'implantation d'ordre "temporel".

Les religieux juifs d'alors (et d'avant) vivaient une foi dont l'histoire écrite et transmise puisait sa force et son unité dans la saga d'un peuple ayant vécu sur un territoire "intemporel", car ancien et du domaine du passé. Le vrai fondement de leur religion se situait dans ses enseignements, pas dans la temporalité des lieux où les paraboles et autres épopées épiques situaient les faits d'où naquirent ceux-ci. D'ailleurs, avant Herzl et jusqu'à son époque, et depuis les temps de l'Exode, des juifs pratiquants vivaient en terre de Palestine, en harmonie avec leurs voisins et semblables d'autres confessions. Et sur un autre plan, Arthur Koestler (la 13ème tribu) a démontré que les Askenases verraient plutôt leur origine du côté de l'empire Khazar, lors de la vaste conversion au judaïsme qui eut lieu au VII ème siècle après JC, lequel empire s'établissait autour la Mer Noire et de la Volga... Au niveau "origine sémitique", c'est donc raté pour la plupart de ces sionistes originels, presque tous askenases de naissance...

Il n'est pas certain que le sionisme originel attribué à Herzl ait été réellement inspiré par ce qui inspirait ses pairs en confession, plus religieux que lui... A lire sa biographie , ou ses textes d'avant 'l'Etat Juif" (tel son "Journal intime"), son comportement et sa pensée se situèrent parfois assez loin des enseignements hébraïques... On peut donc tout à fait légitimement critiquer "son" sionisme, et même penser que ce ne fut pas là le plus grand service qu'il rendit à ses frères en confession qui naquirent après lui...

Des gens comme Avraham Burg (ex-président de la Knesset, auteur de "vaincre Hitler") ont montré que le concept sensé unifier les juifs en Israël en est arrivé à présent à ne plus pouvoir perdurer sans s'opposer frontalement aux enseignements du judaïsme religieux, notamment en rendant les sionistes israëliens égaux sur bien des points aux nazis qu'à juste titre ils abhorrent (intolérance et outrance vis à vis de " l'autre", de plus en plus perçu comme une menace... au lieu d'être perçu, dixit A.Burg, comme un potentiel de coopération).

Pour résumer, laissez donc exister l'antisionisme comme le sionisme, l'un n'existant d'ailleurs que par la création initiale de l'autre, sans opérer de raccourci, qui ne résiste pas à l'analyse objective des faits et de l'histoire, pour tenter d'en criminaliser l'existence en l'assimilant à de l'antisémitisme.

Lier antisémitisme et antisionisme relève du sophisme....

 

01/02/2012, 22:19 | Par pinso6091 en réponse au commentaire de Stephane M. le 01/02/2012 à 11:20

@Stephane6  Evidemment, mais sur un autre article j'ai tenu le même dicours que vous . Ne pas être sionniste ne veut pas dire être antisémite ! stop à la culpabilité pour y voir clair au moyen-orient ! Non Israel n'est pas démocratique .

01/02/2012, 11:41 | Par Stephane M.

Hollande et Delanoë ont depuis longtemps vendu leur âme au lobby sioniste français:

- ils ont participé à l'escroquerie visant à impliquer la France dans la colonisation israélienne de la Palestine à travers le soutien à un soldat de l'armée israélienne, Gilad Shalit: soldat présenté comme ayant la nationalité française mais qui n'a jamais été capable aligner trois mots en Français.

- ils n'ont apporté aucun soutien au résistant palestinien Salah Hamouri, détenteur de la nationalité française, qui a pourtant passé 7 ans dans les geôles israéliennes, sur condamnation sans preuve par un Tribunal Militaire israélien pour une "intention" de commettre un crime.

Salah s'exprime en français, avec l'accent de là-bas, et avec un calme et une détermination qui forcent le respect:

http://www.npa2009.org/content/interview-de-salah-hamouri

- ils ont osé attaquer dans le journal "Le Monde" les militants pacifiques du mouvement "BDS", militants qui prônent le boycott des produits fabriqués dans les colonies israéliennes illégales.

Hollande et Delanoë ont été désavoués clairement par la Justice française qui a reconnu le caractère légal de ces actions du mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanction).

01/02/2012, 12:08 | Par Francis PELOTIER

UNE BOUFFEE .....

.....des années 30 :

Un état bâti sur une idéologie unique, des citoyens discriminés des autres, une annexion de territoires voisins mais étrangers en application de la théorie de l'espace vital en perpétuelle progression, des camps exterminés : Chabra et Chatila, une Bande de Gaza battant le record mondial des camps de concentration, le refus d'un état Palestinien, des attentats meurtriers dans les eaux internationales engendrant la mort de manifestants désarmés,etc....

ça ne vous rappelle rien ?

Et pourtant c'est vrai que les juifs ont été massacrés par les Nazis, torturés dans les camps de la mort, des millions de martyrs, ils ont subi une véritable abomination ! Ils ont payé pour le savoir, heureusement qu'une minorité courageuse se bat contre tout çà ! ils sont l'honneur du Peuple Juif.

Mais celà  autorise-t-il Iraël  à se comporter de la façon actuelle ?

 

01/02/2012, 12:15 | Par Francis PELOTIER

ADDENDA :

Quant à Hollande, il esi capable de participer et s'accorder avec n'importe quel communautarisme, c'est un candidat attrape-tout, un vrai papier-tue-mouche,

Pour lui, seule l'election compte : si çà se trouve, on le retrouvera la semaine d'aprés avec Delanoë et Vaillant dire le contraire en Seine-St-Denis !

01/02/2012, 12:34 | Par Gavroche.

Israël, un État "démocratique" :

Feiglin, Hitler et Netanyahu en compétition au Likoud

Extrait de la déclaration du futur nouveau leader du parti le plus important en Israël, en 1995, dans le journal Haaretz  :

« Hitler était un génie militaire inégalé. Le nazisme a fait passer l’Allemagne d’un bas niveau à un niveau physique et idéologique fantastique. Les jeunes loqueteux ont été transformés en une catégorie propre et ordonnée de la société et l’Allemagne a disposé d’un régime exemplaire, d’un système de justice adéquat et de l’ordre public. Hitler aimait la bonne musique. Il pouvait peindre. Les nazis n’étaient pas une bande de voyous. »

Alors, quand le Crif pleure sur les millions de morts de la Shoah, et condamne les pacifistes de BDS ... Le Crif prétend représenter les juifs de France, il représente seulement les juifs d'extrême droite.

01/02/2012, 13:53 | Par Giorgio Fismodi

Visiblement, cette discussion a atteint le point Godwin.

Merci toutefois à Dominique VIDAL, Lionel LEVY, Hervé06 et Zorbeck pour leurs contributions éclairantes, pugnaces mais respectueuses.

01/02/2012, 14:51 | Par Leséparges

Ce qui est dangereux me semble t'il est le poids d'Israël et des lobbies juifs/sionistes dans la conduite de la politique de notre pays .

Pourquoi tous les apirants se croient ils obligés de rassurer , de s'incliner devant , les dirigeants israéliens ?

NS , FH , M LP !, et autres ...

Notre pays est il souverain ou sous tutelle de qui et de quoi ?

Oui, vraiment , il y a un sacré malaise . Et une énigme .

01/02/2012, 15:02 | Par Stephane M. en réponse au commentaire de Leséparges le 01/02/2012 à 14:51

En France les financements des partis politiques sont très opaques.

 

Ils le sont beaucoup moins aux Etats-Unis: 66% des financements du Parti Démocrate américain sont le fait de juifs.

 

C'est écrit ici, sur le blog d'un juif américain anti-sioniste, qui cite le "Jewish Telegraphic Agency":

http://mondoweiss.net/2011/06/jta-reports-that-as-much-as-23-of-democratic-money-comes-from-jewish-donors.html

 

 

Il est très probable et même certain que tous les juifs américains ne se sentent pas proches d'Israël et ne sont pas d'accord avec sa politique.

Mais il est aussi probable que ceux qui sont efficaces dans les collectes de fonds le sont.

 

Les juifs américains sont majoritairement de gauche et votent donc plutôt démocrate.

 

Les juifs ne représentent que moins de 2% de la population américaine.

En France c'est de l'ordre de 2%.

03/02/2012, 23:32 | Par Stephane M.

"J’appartenais autrefois à une religion merveilleuse", a écrit le jeune Jesse. Mais j’entendais sans cesse parler de meurtres de masse, d’attaques contre des installations médicales et autres actions d’une rare violence que je ne comprenais pas. ’Génocide’ semblait presque le terme le plus approprié... Chaque fois que je soulevais la question, on me répondait invariablement que les deux camps étaient fautifs... J’ai été horrifié de me rendre compte que en tant que Juif, j’étais par nature du côté des agresseurs. Je faisais partie des suprémacistes raciaux". Finalement, à la synagogue, il a posé cette question : "Je voudrais soutenir Israël. mais comment puis-je le faire en sachant qu’Israël laisse l’armée commettre tant de crimes ?" et le rabbin lui a répondu : "C’est horrible, n’est-ce pas ? Mais on ne peut rien y faire. C’est comme ça." "Je l’ai remercié ; peu après, je suis parti et je ne suis jamais revenu." Quand de jeunes étasuniens comme Jesse se sentent obligés de renoncer à leur identité juive à cause des crimes israéliens, cela signifie qu’Israël ne va pas tarder à s’effondrer sous le poids de ses crimes accumulés."


(...)

Cette symbiose entre "juif" et "israélien" est le principal atout des adeptes du ’Israël avant tout’ qui dénoncent avec perversité un sentiment anti-juif qui n’existe pas, ce soi-disant "nouvel anti-sémitisme" qui est un résultat direct des crimes d’Israël. Les "raids de représailles" sont généralement associés au terrorisme des colons israéliens, au vandalisme, à la destruction des vergers, à l’incendie des mosquées et au meurtre. Un avocat particulièrement zélé, Andrew Adler, a récemment suggéré dans le Atlanta Jewish Times de mettre le président Obama sur la liste des personnes à assassiner. Le fait que l’Intitut Reut s’associe à des activités criminelles de ce type est un signe supplémentaire de la dérive d’Israël qui devient de plus en plus un état paria, nourrissant de ce fait l’indignation de tous les Jesse Lieberfeld du monde "sans distinction de religion, de race ou de sexe."

 

http://www.legrandsoir.info/un-blitzkreig-pacifique-et-la-contre-attaque-israelienne-counterpunch.html

03/02/2012, 23:42 | Par Stephane M.

Pas de rapport, si ce n'est Hollande et les jeux dangereux:

Hollande/BHL : la gauche truffe et la salade à 140 euros 

Une info passée largement sous silence par les médias. François Hollande et Bernard Henri-Lévy se sont retrouvés mardi au très bling-bling restaurant Laurent (à deux pas des Champs-Elysées) pour célébrer les retrouvailles du "peuple de gauche". L’occasion pour le "philosophe" et l’ennemi de "l’empire de la finance" de bavarder autour d’une salade de mâche et de truffes... à 140 euros ! La gauche truffe au pouvoir !

De la démagogie en politique. Une semaine après son discours enflammé du Bourget au cours duquel il a exhorté la gauche à combattre "l’empire de la finance" et les puissances du grand-capital,François Hollande n’a rien trouvé de mieux que de donner rendez-vous à BHL dans l’un des restaurants favoris de la jet-set financière parisienne.

Le restaurant Laurent, situé à quelques encablures des Champs-Elysées, est un charmant boui-boui sans prétention où les gens du monde se retrouvent pour déguster un homard (98 euros), une salade de mâche... et truffes (140 euros) ou une petite glace vanille (26 euros).

Un délicieux écrin pour causer de la crise et de cette "France d’en bas" si chère au parti socialiste. L’occasion aussi de renouer le contact entre le PS et BHL après les infidélités sarkozyennes de ce dernier à l’occasion de la guerre en Libye.

Des retrouvailles placées sous le signe de l’élégance et de la discrétion. Une chose est sûre : au parti socialiste, on aime le peuple... mais pas le voir de trop près !

 
http://www.legrandsoir.info/hollande-bhl-la-gauche-truffe-et-la-salade-a-140-euros.html

04/02/2012, 02:48 | Par oregon

Moi aussi je viens de renouveller mon abonnement au Monde Diplo, pour les mêmes raisons que Dianne. Les salades de tartuffes qui se débitent ici ne sont pas à mon goût. 

Vous savez bien qu'il n'est pas habituel de rencontrer de l'exagération dans les déclarations du CRIF et pourtant vous semblez avoir un léger doûte quant à l'entière véracité du compte-rendu!     

Ce doûte devrait pour le moins profiter à Hollande, le temps de poser la question. Non vous en profitez pour glisser à la concession à l'islamophobie à la mode. Petite nuance quand même concernant la proposition de loi votée au sénat : pour les assistantes à domicile l'obligation de neutralité ne s'applique qu'en l'absence de contrat.

"Mais une telle concession à l'islamophobie à la mode choque au point d'avoir des conséquences politiques inattendues. Je peux en témoigner personnellement, ayant entendu, il y a peu, dans une conférence-débat, de jeunes musulmans, renvoyant dos-à-dos la gauche et la droite, se poser la question de voter pour Marine Le Pen."

C'est la logique même puisque Le Pen est devenu le modèle en laïcité!  

Le mieux serait que Hollande fasse deux communiqués, l'un pour déclarer qu'il n'est pas pro-sioniste, l'autre pour affirmer qu'il n'est pas islamophobe!

Il devrait aussi faire une déclaration à l'adresse de tous les moralistes qu'on peut aimer tout à la fois les truffes et le peuple. 

Quand il aura bien fâché tout le monde, tout le monde sera content! 

 

04/02/2012, 10:00 | Par Stephane M. en réponse au commentaire de oregon le 04/02/2012 à 02:48

Bonjour Oregon,

Je suis de gauche et je comprends que tu déplore qu'on attaque celui qui peut faire gagner la gauche.

Moi je pense qu'il faut faire pression sur les politiciens sinon ils se conduisent très très mal. En France on leur donne les clés de la maison sans les surveiller (contrairement à ce qui se passe dans les pays scandinaves) et tout finit en eau de boudin.

 

Le PS pour des raisons que je ne connais pas toutes, n'a jamais réussi à intégrer en son sein la partie bronzée de notre population, et surfe actuellement sur l'islmaophobie ambiante.

On en parle ici sur ce blog du Monde Diplomatique:

http://blog.mondediplo.net/2012-01-18-Islam-une-police-de-la-pensee-socialiste

 

Amicalement

04/02/2012, 14:47 | Par oregon en réponse au commentaire de Stephane M. le 04/02/2012 à 10:00

Bonjour Stephane6

 

Oui je déplore certaines attaques lorsque je les juge exagérées ou fondées sur de prétendues intentions. Oui je pense qu'il faut poser des questions parce que nous sommes en campagne électorale, et pour cette raison je pense aussi qu'il s'agit de poser les bonnes questions et avec un minimum d'honnêteté. Chacun a droit à ses doûtes et ses questions prioritaires. Personnellement les déclarations du CRIF ne me perturbent pas puisque Hollande s'est engagé à faire tout son possible pour la reconnaissance internationale de l'état palestinien. Surtout je pense que s'il adoptait une position pro-sioniste, Stephane Hessel serait bien mieux placé que moi pour lui poser des questions. Sur cette loi critiquée ici et sur l'islamophobie supposée du PS je ne partage pas votre opinion, ni celle des verts. C'est à cause de l'agitation des verts et de certaines organisations qui n'ont pas hésité à répandre  désinformation et mensonge que je suis allée lire la proposition, les questions et la réponse du rapporteur. Après réflexion je trouve cette loi  bonne et nécessaire parce qu'il vaut mieux une loi pour traiter des problèmes que de laisser cela à l'appréciation de chacun. Quant à la pureté d'intention des uns et des autres, je ne suis pas en mesure de porter un jugement. Quand les points de vue divergent à ce point il est facile de se laisser emporter par la passion au détriment de la raison. C'est certain toute cette agitation n'est pas sans conséquences. Je suis pour une approche très compréhensive mais pas au point de souhaiter certains "accommodements"!

Pour moi la pauvreté n'est pas une vertu donc je ne vois pas au nom de quoi on va chipoter sur une salade, quant à BHL j'espère bien qu'il n'en fait pas son ordinaire! Je reproche depuis longtemps au PS ses nouveaux moralisateurs, aussi je ne peux m'empêcher de réagir à certains propos. Merci de ne pas m'en garder rancune!

 

Cordialement 

04/02/2012, 09:55 | Par Stephane M.

En Cisjordanie, des Palestiniens ramènent un soldat israélien «oublié» par sa patrouille

Au cours d'une brève incursion de l'armée israélienne dans un village palestinien situé au nord de Ramallah, mercredi 1er février 2012, une unité s'est retirée en « oubliant » un soldat sur place. Les habitants du village l’ont rassuré, puis escorté jusqu'à un barrage militaire israélien où le soldat a pu retrouver les officiers de son unité.

 

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20120203-cisjordanie-palestiniens-soldat-israelien-oublie-patrouille-ramallah-

05/02/2012, 00:14 | Par dominique vidal

Chers Amis,

Comme souvent s'agissant du Proche-Orient, le débat suscité par mes deux questions pourtant précises et argumentées sur le compte-rendu par le CRIF de sa rencontre du 25 janvier avec François Hollande a dépassé - et de loin - le thème abordé. Et certains comnentaires mériteraient un... commentaire, voire un  rappel à l'ordre.

J'en déduis en tout cas qu'il est urgent que François Hollande ou ses porte-parole précisent eux-mêmes ce qui a été dit et ce qui n'a pas été dit lors de cette rencontre. Car l'absence de réaffirmation par le candidat socialiste de ses positions de fond sur le conflit israélo-palestinien et sa solution comme sur la politique proche-orientale qu'il entend promouvoir, l'étrange déclaration qui lui est prétée sur les "actes antionistes" (?), l'impression d'un "flou" artistique et électoraliste sont autant de faits qui, s'ils n'étaient pas démentis, le désserviraient certainement.

J'avais, comme beaucoup d'observateurs, eu l'impression, ces derniers mois, d'une clarification de la politique du Parti socialiste - en tout cas de sa direction - sur le conflit, en particulier en faveur de la reconnaissance de l'Etat de Palestine. La version donnée par le CRIF de sa rencontre avec le candidat réintroduit une confusion fort peu engageante.

Si MM. Moscovici et Valls ne le disent pas à François Hollande, que d'autres lui en fassent part...

Bon week-end !

Dominique Vidal. 

 

05/02/2012, 18:54 | Par Stephane M.

Il n'y a pas lieu d'être optimiste sur le PS.

J'en suis aussi désolé que la plupart des posteurs ici. J'aimerais croire que la PS n'est pas ce parti prêt à se coucher devant l'état d'Israël et ses soutiens (qui ne sont pas tous juifs; et beaucoup de juifs ont pris leurs distance avec l'état d'Israël) .

Mais ces visites là, actuellement prévues, viennent confirmer les actes antérieurs:

Jean-Christophe Cambadélis va mener une délégation du PS en Israël surtout, et un petit peu dans les territoires occupés.

Outre le président Shimon Peres et le premier ministre Benjamin Netanyahu, la liste des personnalités devant être rencontrées par la délégation socialiste menée par le député du 19ème arrondissement de Paris est une sorte de dream team du Likoud, le parti conservateur israélien, avec entre autres Reuven Rivlin, président de la Knesset, Moshe Yaalon, n°2 du gouvernement, Dan Meridor, Vice-Premier ministre, ou encore Nir Barkat, maire de Jérusalem, ancien du Likoud ayant conclu une alliance avec l'extrême-droite aux dernières élections.

 

Il parait que ce programme va être un peu rééquilibré, mais dans la version disponible, une demi journée comprend: Tour en hélicoptère et approche géostratégique des frontières d'Israël. Tour mené par le Général Michael Herzog, ancien négociateur des accords de paix. » Ancien négociateur des accords de paix d'accord, mais militaire israélien inculpé pour crime de guerre surtout. Michael Herzog est en effet au coeur d'une enquête ouverte en janvier 2009 par le juge Fernando Andreu Merelles – qui exerçait là la compétence de juridiction universelle* – pour crime de guerre suite à l'opération menée en 2002 contre l'ancien chef de l'aile militaire du Hamas Salah Shehadeh, tué par l'armée israélienne au cours d'une opération ayant causé 14 morts civils et 150 blessés. « Une procédure toujours en cours en Espagne, où l'on attend une décision de la cour constitutionnelle », explique Sharon Weill, chercheuse en droit international à l’Université de Genève et chargée de cours à l’université de Tel-Aviv et à Paris-II.

 

L'ensemble de l'article est ici:

http://www.theground.fr/component/content/article/5-actuel/166-cambadelis-israel-palestine-ps.html

 

Ici des élements sur Moshe Yaalon que la délégation du PS va rencontrer:

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=7637

05/02/2012, 19:21 | Par Stephane M.

Cambadélis et les autres sionistes extrémistes du Cercle Léon Blum, devraient relayer les appels explicites de Human Rights Watch et d'Amnesty International, mais je n'ai aucune confiance en l'honnêteté de ces proches de Dominique Strauss-Kahn.

Rapport de Human Rights Watch:

Ce rapport décrit l'exclusion arbitraire par l'armée israélienne de centaines de milliers de Palestiniens depuis 1967 et l'impact que l'exclusion continue d'avoir sur les individus et les familles. Israël a exercé de manière militaire son contrôle sur le registre de la population palestinienne - la liste des Palestiniens qu'elle considère être des résidents légaux de la Cisjordanie et les territoires de Gaza - et a séparé des familles, amené les gens à perdre des emplois et des possibilités d'éducation, et empêché certains d'entrer les territoires palestiniens, tandis que d'autres ont été pris au piège à l'intérieur.

http://www.hrw.org/reports/2012/02/05/forget-about-him-he-s-not-here-0

 

 

Amnesty lance un appel concernant le président du parlement palestinien et 20 autres parlementaires palestiniens enlevés par Israël et détenus sans jugement et sans possibilité de se défendre:

http://www.amnesty.org/fr/library/asset/MDE15/002/2012/fr/8954944b-4036-401b-8632-f5607484bf89/mde150022012fr.html

 

Newsletter