Ven.
01
Aoû

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Laïcité (1): pourquoi une loi contre le voile intégral lui serait contraire

Diversion politique et sociale, mélange de fantasme et d'ignorance, les polémiques sur le voile musulman sont de retour. C'est dans ce contexte que je republie sur ce blog deux contributions parues ailleurs, l'une récemment, l'autre en 2005. La première est une tribune demandée par l'hebdomadaire Marianne et publiée dans son numéro du 30 janvier dernier, dans le cadre d'un dossier sur le projet de loi contre le voile intégral. Elle s'appuie notamment sur l'exceptionnel avis de la Commission nationale consultative des droits de l'homme, bizarrement totalement ignoré dans l'actuel débat public et que Mediapart a évidemment reproduit in extenso. Voici donc cette tribune, sans modification, titre compris. Suivra un article paru dans Le Monde en août 2005, dans le cadre d'une série historique sur l'année 1905 où je rappelais le texte et le contexte de la loi de séparation des Eglises et de l'Etat.

Voile intégral: une loi contre la laïcité

Dans la baie de New York, la Statue de Liberté est un cadeau de la France républicaine à la nation américaine. Le cadeau d'un vieux pays qui, pour bien des peuples, incarnait alors la jeunesse du monde pour avoir inventé cette révolution des droits naturels que l'on nomme droits de l'homme et que résume le triptyque « Liberté, Egalité, Fraternité ». C'était à la fin du dix-neuvième siècle, nous voici parvenu au début du vingt-et-unième, et, hélas, la France ne s'exporte plus de la même façon, généreuse et bravache, ouverte et émancipatrice.

« Islam and National Identity in France » : tel était l'intitulé du débat organisé, mercredi 27 janvier, à New York, sur la Ve avenue, par... le consulat de France. Comme si la distance océanique faisait tomber les précautions, notre diplomatie d'outre-Atlantique exportait, par le choix de cet intitulé, la vérité de ce qui fermente très officiellement à Paris. Tandis que le gouvernement répète, contre l'évidence, que le préfectoral grand débat sur l'identité nationale n'entend aucunement désigner l'Islam comme la source de nos problèmes, son consulat américain décidait d'annoncer la couleur.

Le même jour, ce grand quotidien de référence qu'est le New York Times ne s'y trompait pas en titrant un éditorial cinglant sur notre actuelle dérive islamophobe, de l'identité nationale au voile intégral, « Les talibans applaudiraient ». « Aucun gain politique ne peut justifier d'attiser la haine », y lit-on, Nicolas Sarkozy étant accusé d'avoir promu un débat « parfois idiot, parfois menaçant ». Et nos confrères américains d'ajouter avec grande lucidité, au vu de notre crise sociale qui s'approfondit de jour en jour, que, s'« il est difficile de créer de l'emploi », il est « facile d'attiser les préjugés antimusulmans ».

Pour bien en prendre la mesure, il faut parfois regarder son pays de loin. Aussi ce petit détour newyorkais est-il une bonne introduction à un débat sur le voile intégral. En effet la question du jour n'est pas de savoir si le voile intégral est acceptable ou non : bien sûr qu'il ne l'est pas, bien sûr qu'il symbolise l'oppression de la femme, bien sûr que son imposition est une atteinte à la dignité de la personne humaine, bien sûr qu'il n'a rien à faire ni à voir avec les préceptes de l'Islam, bien sûr qu'il est le produit d'une dérive religieuse sectaire infiniment minoritaire, etc.

Non, la vraie question, la seule qui vaille est toute autre : comment le combat-on, ce voile intégral ? Comment le combat-on efficacement ? Comment le combat-on démocratiquement, c'est-à-dire sans violer les libertés fondamentales, libertés individuelles et principes constitutionnels ? Et la réponse que nous suggère cet étonnant chassé-croisé newyorkais où notre consulat met l'Islam au centre du débat sur l'identité nationale tandis qu'un journal de qualité nous rappelle l'urgence de la question sociale, c'est que le débat sur le voile intégral, tel qu'il a été lancé et posé, est un dangereux piège.

Alors qu'elle est par essence émancipatrice, la laïcité est ici prise en otage pour une cause qui lui est étrangère, de stigmatisation et de persécution. Dans une confusion générale, où l'on oublie ses principes fondamentaux et originels, elle est embarquée dans une opération qui, en réalité, n'a que faire des femmes et des libertés, mais beaucoup à faire avec la diabolisation d'une religion, l'Islam, et, au-delà, d'une culture, la musulmane, et d'une origine, arabe ou africaine.

Mais il n'est pas besoin de traverser l'Atlantique pour être éclairé à ce propos. « Eu égard au principe de laïcité, il n'appartient pas à l'Etat de déterminer ce qui relève ou non de la religion » : c'est ce que l'on peut lire dans un avis sur le voile intégral rendu le 21 janvier par la Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH). A une écrasante majorité (34 pour, 2 contre, 0 abstentions), cette instance profondément pluraliste s'est prononcée contre une loi prohibant le port du voile intégral.

C'est un avis authentiquement laïc, dont l'inspiration est fidèle à celle de la loi de 1905, dite de séparation des Eglises et de l'Etat. Il n'est pas inutile d'en rappeler l'esprit : l'Etat laïque n'est ni hostile ni indifférent aux religions, il leur est simplement étranger, son action relevant de ce monde et d'aucun autre, sans transcendance. C'est bien pourquoi Charles Péguy, ce républicain chrétien, ce dreyfusard catholique, ce libertaire patriote, saluera une loi qui n'avait pas été « un exercice de persécution, de suppression de l'Eglise par l'Etat, un essai d'oppression, de domination anticatholique, prétendue anticléricale » et qui, au contraire, « avait révélé un effort sincère de libération mutuelle ».

« L'Eglise chez elle et l'Etat chez lui » : ainsi Victor Hugo avait-il résumé dès 1850 l'idéal de la laïcité. Et, de fait, l'article premier de la loi de 1905 énonce : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes... » Puis l'article 2 complète : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte... ». La laïcité, ce n'est ni un simple principe de tolérance qui justifierait les replis communautaires, ni un combat obsessionnel contre les manifestations du religieux dans l'espace public. Politiquement, la laïcité est libérale, c'est-à-dire soucieuse des libertés individuelles, et notamment du droit au respect à la vie privée et familiale, de la liberté de pensée, de conscience et de religion, de la liberté d'expression et de circulation.

Or il est évident, comme le rappelle l'avis de la CNCDH, qu'une loi prohibant de manière générale et absolue le voile intégral porterait atteinte à ces principes fondamentaux, pourrait être déclarée non constitutionnelle et serait contraire aux engagements internationaux de la France. Cela signifie-t-il qu'on ne pourrait dès lors combattre ce voile d'oppression et d'obscurantisme ? Bien sûr que non. La CNCDH rappelle les nombreux textes en vigueur, par exemple sur l'élimination de la violence faite aux femmes, qui permettent de mener cette lutte sans tomber dans le piège d'une loi de circonstance et, surtout, d'exception.

Elle souligne de surcroît qu'au regard des nécessités de l'ordre public, toute autorité règlementaire compétente peut d'ores et déjà prendre un acte administratif prohibant le port du voile intégral dans des situations précises et particulières, lorsque l'identification de la personne est nécessaire. Nul besoin d'une loi pour ce faire. En revanche, une loi de prohibition qui ne serait pas limitée dans l'espace et dans le temps, ou par des circonstances particulières, manquerait aux principes d'une société démocratique, « eu égard notamment à gravité des atteintes aux droits de l'homme qu'elle occasionnerait ».

Tous les commentaires

07/02/2010, 21:43 | Par jean_paul_yves_le_goff

.

Pure phraséologie, agrémentée d'une balourde grandiloquence !

.

La statue de la liberté de New-York n'a rien à voir dans l'affaire.

.

Il existe plusieurs conceptions de la laïcité; selon certaines, on pourrait, en effet, considérer que l'interdiction du port d'un signe connoté comme le voile n'est pas compatible avec le principe de liberté qui est sous-jacent au principe de laïcité.

.

Selon d'autres, on pourrait considérer, au contraire, que la connotation du port d'un tel signe est tellement chargé que le principe de liberté sous-jacent au principe de laïcité exige l'interdiction.

.

jean-paul yves le goff

anarchiste chrétien

08/02/2010, 10:50 | Par guydufau en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 07/02/2010 à 21:43

Anarchiste chrétien, bel oximore !

 

 

08/02/2010, 11:19 | Par LESSOUR en réponse au commentaire de guydufau le 08/02/2010 à 10:50

Pourquoi pas fasciste libertaire pendant qu'on y est !

08/02/2010, 11:00 | Par fxavier en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 07/02/2010 à 21:43

Jplyg

Monsieur l'anarchiste chrétien, quand une réflexion sort de vos petites catégories de pensée vous nous servez toujours le même sketch: "Pure phraséologie..."

 

Pourtant la présentation fait par Edwy Plenel est intelligent et bien claire, sans doute trop et surtout contraire à vos principes républicains et chrétien qui vous est cher et que Jean Paul II à si clairement défini dans VERITAS SPLENDOR et que j'ai publié sur mon blog!

 

Il est on ne peut plus clair que la REPUBLIQUE n'est pas en droit de légiférer sur la façon dont les gens se "déguisent"; elle ne l'a pas fait jusqu'en 2004 où les curés avec leur soutane les bonnes soeur avec leur cornette étaient autrement et plus mochement déguisés

Par contre le voile donne un certain style aux jeunes filles, dont certaines, plus particulièrement celle qui est candidate du N.P.A sont nettement plus libérées que vous engoncés dans vos principe christiques qui ne peut concevoir la liberté que dans la soumission librement consentie!

Pour vous rafraîchir les idées faites un tour sur mon blog où figurent les morceaux choisis qui mettent en lumière mes propos sur le christianisme "libérateur" sous le regard bienveillant du Père

08/02/2010, 11:05 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de fxavier le 08/02/2010 à 11:00

.

On t'en veut pas, la vioque ! Tu roules sur la jante !

.

jpylg

08/02/2010, 11:27 | Par fxavier en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 08/02/2010 à 11:05

Vieux chnoque, t'es vraiment trop bon chrétien!

Comment pourrais-tu m'en vouloir puisque tu nages bien dans "les Eaux Vives" de ta Foi

Je roule bien sur un terrain réservé à ceux qui ont renconté la DIVINITE et se masturbent avec les mystères de la foi

Je vous invite à lire: "Thérèse mon amour" de Julia Kristeva

08/02/2010, 11:07 | Par Apeiron en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 07/02/2010 à 21:43

"Phraséologie" "Balourde grandiloquence"

.... et c'est signé "anarchiste chrétien", ce qui évidemment est la marque de la plus subtile retenue d'expression.

 

 

11/02/2010, 15:07 | Par bjm en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 07/02/2010 à 21:43

Je relaie volontiers l'opinion de "l'anonyme" (selon "Jpylg") Joël Martin

Voilà encore du "Jpylg" taillé dans la masse :

"Pure phraséologie, agrémentée d'une balourde grandiloquence !"

Toujours aussi professoral et sentencieux, le doctorant prolongé qui se voit déjà président de jury de thèse, mais pour ça, mon gros, faut d'abord passer ta thèse, là, tu perds ton temps à tenter d'écraser autrui de ton incompétent mépris.

Et vas-y que je te cultive le sophisme verbeux :

"Le port d'un signe connoté [...] n'est pas compatible avec le principe de liberté [...] la connotation du port [...] exige l'interdiction..."

Port connoté... Connotation du port...

C'est presque du contrepet, sans en avoir l'humour.

Mais en voilà de la phraséologie qu'elle est balourde et absconse !

A comparer avec la clarté de la loi 1905 :

« La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes... La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte... "

Le doctorant prolongé qui se dit anarchiste chrétien (c'est même pas une oxymore, c'est une absurdité, professer une religion monothéiste sur fond d'anarchisme "ni dieu ni maître") ne peut s'empêcher d'être méprisant dès sa première ligne dans ses interventions.

Ce qui ne l'empêche pas de jouer les persécutés (son côté chrétien primitif ?) en gémissant qu'il a l'habitude d'être méprisé etc.

Et quand il ne sait plus quoi répondre, il a trouvé un truc qu'il croit subtil : asséner ces arguments définitifs :

.

.

.

.

etc.

Tout le monde perçoit ainsi l'immense talent rhétorique de l'individu.

11/02/2010, 16:51 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de bjm le 11/02/2010 à 15:07

.

.

.

.

.

.

13/02/2010, 17:17 | Par Gil Gosseyn en réponse au commentaire de bjm le 11/02/2010 à 15:07

@bjm

Désolé mais à quoi rime de commenter le commentaire d'un autre membre sans même parler du sujet du billet. Le sujet traité par E. Plenel semble reléguer au second plan ?

07/02/2010, 21:58 | Par Vertubleu

Bravo pour ce billet qui remet bien les choses en place.

@ +ENO-

08/02/2010, 09:16 | Par remyrem2

La Belgique a une loi disant que " personne n'a le droit d'avoir le visage masqué dans les rues, hormis le jour du carnaval".

 

Signez et faites signer la Pétition pour l'Ecole Laïque

08/02/2010, 10:27 | Par Raphael JORNET en réponse au commentaire de remyrem2 le 08/02/2010 à 09:16

c'est fait la petition...

08/02/2010, 09:23 | Par Francoise Mesnard

je suis tout simplement atterrée !

09/02/2010, 00:55 | Par pascal b en réponse au commentaire de Francoise Mesnard le 08/02/2010 à 09:23

Atterrée par votre récent billet traitant le NPA d'antiféministe, avec un point d'interrogation des plus subtils? Atterrée devant un raisonnement politique? Je dois vous dire que politique et raisonnement politique ne sont pas incompatibles. C'est atterrant mais vérifiable.

08/02/2010, 09:44 | Par rené lorient

« Eu égard au principe de laïcité, il n'appartient pas à l'Etat de déterminer ce qui relève ou non de la religion » :

Il existe pourtant une commission officielle sur les sectes - que notre Président de la République n'aime pas trop - qui a pour objet de distinguer entre religion et secte ! Cette commission a pris des avis contraires aux prises de position officiellement admises aux Etats-Unis. Cette commission était considérée jusqu'à peu comme un élément du consensus laïque.

Si le voile intégral est considéré comme contraire aux valeurs de notre République, il ne faut pas être naïf. Il convient de lutter pour que ce "vêtement" ne soit pas affiché en public. Il n'est pas encore sûr qu'une loi soit constitutionnellement ou européennement possible, mais il existe des textes permettant d'ores et déjà d'intervenir.

Cet effort ne relève pas seulement du "bras séculier". L'ensemble des Français, musulmans compris, peuvent intervenir pour manifester - avec tact mais fermeté - leur désapprobation. Ce qui choque politiquement, socialement, moralement, demande à être aboli. Cela s'appelle avoir du courage.

Je me permets de renvoyer au billet que j'ai publié la semaine dernière, et qui renvoie à d'autres liens non négligeables et utiles pour le débat : http://www.mediapart.fr/club/blog/rene-lorient/300110/le-debat-sur-le-voile-integral-nest-pas-termine

 

08/02/2010, 10:27 | Par Marc Andrault

La République laïque n'est pas qualifiée pour distinguer entre sectes et religions ; peu importe que les "mouvements sectaires" visés par la loi du 12 juin 2001 se disent ou non religieux. La loi du 15 mars 2004 vise les signes revendiqués comme religieux par des lycéens ou des collégiens. Celle de 1905 confie au préfet le pouvoir de dire si une association a notamment pour activité essentielle "l'exercice d'un culte", notion qui implique des "croyances religieuses" (Conseil d'Etat, 10/10/1997) ; mais c'est le critère objectif (les hommages et les demandes adressés à un ou des êtres considérés comme supra-humains) qui indique la nature des croyances.

11/02/2010, 15:19 | Par bjm en réponse au commentaire de Marc Andrault le 08/02/2010 à 10:27

Je relaie volontiers ce point de vue de Joël Martin

Selon Marc Andrault :

" La République laïque n'est pas qualifiée pour distinguer entre sectes et religions"

Plus exactement, elle n'est pas outillée.

Et quand elle cherche à l'être, de providentiels vices de forme dénaturent une loi qui aurait permis de dissoudre la soit-disant "église" de scientologie.

La république sarkozyenne est-elle encore laïque quand le président préfère le curé à l'instit' pour transmettre les "valeurs" ?

Est-elle encore laïque quand une ancienne dircab à l'Elysée, Emmanuelle Mignon, catho tendance dure, déclare que les sectes ne sont pas un problème en France ?

La distinction entre église et secte est en gros la même qu'entre curé et gourou.

Pas toujours facile à établir.

On peut toutefois tenter de comparer les oboles la plupart du temps modérées voire modiques qui se retrouvent dans le trou du tronc du culte des églises, et le siphonnage méthodique des biens des malheureuses proies des sectes qui se prétendent églises.

12/02/2010, 07:38 | Par Jean-Claude Charrié en réponse au commentaire de bjm le 11/02/2010 à 15:19

Et on doit aussi ne pas oublier comment s'est constitué l'immense domaine foncier de nos chers diocèses et autres congrégations moyenageuse.

08/02/2010, 10:31 | Par Velveth

Ce texte est l'un des seuls qui me fait regretter de ne pas lire Marianne.

08/02/2010, 11:33 | Par fxavier en réponse au commentaire de Velveth le 08/02/2010 à 10:31

Je ne comprends pas bien tes "regrets"

De temps à autres je lis Marianne, c'est vrai que de la laïcité comme du conflit israélo-palestinien, on nous y tartine des "belles images" où il y a à manger et à boire, des "trucs" consensuels

08/02/2010, 14:23 | Par Velveth en réponse au commentaire de fxavier le 08/02/2010 à 11:33

Trop souvent cet hebdo tombe dans les bas étages du poujadisme.

Rien que ses "couv'" me font vomir.

On y trouve bien sur des articles ou des dossiers intéressants (rarement mais c'est le cas de tous les hebdos) mais ces journalistes qui sont passés du soutien total à Chevènement en 2002 à celui, béat, de Bayrou en 2007 pour repartir demain vers d'autres "sauveurs" me débectent particulièrement.

08/02/2010, 10:33 | Par jean_paul_yves_le_goff

.

C'est sûr que, sur la laïcité, Jean-François Kahn était un peu moins béotien qu'Edwy.

.

jpylg

08/02/2010, 11:18 | Par fxavier en réponse au commentaire de jean_paul_yves_le_goff le 08/02/2010 à 10:33

Toujours aussi drôle!

A y voir de plus près, les religions ne sont que des sectes qui ont réussi à imposer "leur salade"

Jésus n'était en réalité, pour peu qu'on analyse les Evangiles, qu'un GOUROU DE SECTE, c'est d'ailleurs pour cette raison que le Sanhédrin l'a fait condamner pour BLASPHEME parce qu'il prétendait être le Fils de Dieu!

Certes, cette très honorable institution juive, ne pouvant prononcer de condamnation à mort s'est adressé à Ponce Pilate, le procureur romain, en laissant entendre qu'il était venu pour libérer les peuples...et surtout prétendait être le Fils de Dieu

Enfin, c'est un peu plus compliqué que ça, j'y reviendrai un autre fois

 

Pour me résumer, qu'un "curé" nous fasse la morale, pourquoi pas, c'est son rôle!

Mais qu'un "curé" nous enseigne ce qu'est la liberté, NON MERCI

08/02/2010, 11:23 | Par LESSOUR en réponse au commentaire de fxavier le 08/02/2010 à 11:18

Jésus était peut-être même un "personnage conceptuel" construit sur plusieurs siècles comme dit Michel Onfray

08/02/2010, 11:46 | Par fxavier en réponse au commentaire de LESSOUR le 08/02/2010 à 11:23

Je connais la bonne et denière "blague" de Michel Onfray avec qui j'ai eu quelques échanges aigres doux à propos de ma thèse sur la religion et l'enfant

ou COMMENT LA RELIGION CHRETIENNE NOUS GAVE avec sa morale

Jésus-Christ y tient l'éminente place de FOSSOYEUR du désir de liberté

 

08/02/2010, 11:18 | Par guydufau

« La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte.

Sauf que sont subventionnées, par la République, des écoles privées et tout le monde sait qu'elles sont confessionnelles à la mode catholique.

Mais aujourd'hui, le catholicisme devient religion d'Etat dans un Etat dont le chef revendique le titre de "chanoine". Dans ces conditions l'Islam est un rival à abattre.

11/02/2010, 15:29 | Par bjm en réponse au commentaire de guydufau le 08/02/2010 à 11:18

Je relaie volontiers ce commentaire de Joël Martin

Exact, Guy Dufau.

L'actuelle république viole la loi de 1905.

Cela dit, je ne crois pas au catholicisme d'état comme rempart contre l'Islam.

Je souhaite un renforcement de la laïcité pour combattre l'islamisme radical.

Mais pas seulement.

Combattre tous les intégrismes, tous les dogmatismes, tous les "fous de Dieu", toutes les oppressions sous couvert de religions et/ou de traditions.

Vaste programme.

En grignotant la laïcité, la Sarkozye s'engage dans le sens opposé.

08/02/2010, 11:29 | Par Apeiron

Une fois de plus, Edwy P. joue avec pertinence le rôle de l'empêcheur de donner tranquillement des réponses toutes faites à des questions complexes. Le sujet est difficile, mérite mieux que du prêt-à-penser, d'autant qu'il est probablement au cœur de l'évolution de notre société.

Que ceux qui ne sont pas convaincus tentent au moins une contre-argumentation sérieuse au lieu de réagir pavloviennement en proférant les mots convenus de liberté, laïcité, valeurs et autres, qui tiennent lieu de béquille à une pensée défaillante.

08/02/2010, 11:51 | Par Vertubleu

La Laïcité est avant tout un tronc commun Républicain.

La question est : que nous reste t-il vraiment de commun aujourd'hui ??

@ +ENO-

08/02/2010, 12:03 | Par Claude MORET

S'afficher chrétien, c'est avaliser la croyance en un maître suprême, un dieu ...

Se dire anarchiste, n'est-ce pas être (entre autres) sans dieu, ni maître...

La laîcité, c'est (entre autres) laisser la parole à tout le monde tant que celle-ci ne trouble pas l'ordre public. Le discours nauséabond d'un anarchiste-chrétien trouble-t-il l'ordre public?

11/02/2010, 15:39 | Par bjm en réponse au commentaire de Claude MORET le 08/02/2010 à 12:03

Je relaie volontiers cette remarque de Joël Martin

La phraséologie prétentieuse autant qu'absconse du doctorant prolongé, zélote du Dieu des chrétiens, mais qui s'affirme sans dieu ni maître (bonjour la cohérence), n'est même pas nauséabonde.

Elle est négligeable.

Un clapotis dans un caniveau ne trouble pas l'ordre public...

11/02/2010, 16:50 | Par jean_paul_yves_le_goff en réponse au commentaire de bjm le 11/02/2010 à 15:39

.

.

.

.

.

08/02/2010, 12:41 | Par Martial Souchard

 

Il est bien évident que le "problème" est biaisé par le contexte!Le plus difficile est de s'extraire de l'ambiance malsaine introduite par la gestion manipulatrice de ce "sujet" de débat.

Pour faire simple en utilisant un raccourci introduit par l'actualité,autant il est débile de faire un procès au NPA à propos de la présentation d'une femme "voilée" sur une liste de candidature aux élections régionales,autant il est nécessaire de prendre le phénomène "burqa" par le bon bout.

Pourquoi débile?Tout simplement parce qu'à différents moments de leur existence ou de leur vie quotidienne des femmes de civilisation différentes utilisent un accessoire vestimentaire tel que le foulard ou le "voile"afin de se protéger, la tête ou les cheveux, des éléments,froid vent soleil etc...Souvenir prégnant de nos grands-mères!

Que la candidate NPA imprègne son accessoire vestimentaire d'un sens religieux c'est son affaire à elle ,c'est du dommaine privé,et je ne vois pas comment la laïcité est concernée dans cette affaire.Restons calme!Que cet accessoire soit gênant dans l'exercice d'un emploi public ou dans un milieu scolaire là d'ailleurs où il devient inutile cela est du ressort réglementaire et ne relève en rien de la loi.

Quant au voile intégral dans la rue, lieu public s'il en est un,le registre d'appréciation n'est obligatoirement pas le même.Et il n'est pas question de juger de la connotation religieuse que la personne introduit dans le port de ce vêtement.Non le port de ce vêtement ne peut pas et ne doit pas être apprécié en terme religieux ou philosophique.Il relève tout simplement de l'ordre public.

Et en plaçant le problème dans un cadre appartenant à l'ordre public il est juste et républicain qu'il soit apprécié comme tel.Evidemment les thuriféraires des deux camps actuels,extrémistes,et manipulateurs occasionnels,ne veulent surtout pas s'en tenir à ce positionnement fatalement réducteur pour eux.Pourtant il s'agit bien de cela.

Aussi il appartient à la puissance publique, sinon de légiférer, tout au moins de se prononcer quant à l'existence dans la sphère publique de personnes, individus,qui en bafouent le principe même de réalité de la relation publique des citoyens entre eux.De plus la dimension citoyenne est,à mon sens, insuffisante pour apprécier ce problème.J'irai jusqu'à dire qu'il s'agit d'une question relevant de notre contingence "animale" d'être humain.Ainsi il m'est physiquement impossible d'entamer une conversation avec un individu dont je ne peux percevoir la manifestation "charnelle" ou "animale" de son existence,ou mot à la mode de son identité.Cela relève de la contingence même de notre vécu.

Aussi ce problème peut facilement se résoudre sans en arriver à interférer avec la sphère du religieux ou du "laïc" par une réglementation adéquate comme par exemple celle que certaines communes belges ont prise.Et à ce moment là le problème est simple et l'on fait l'économie de tout ce tintamarre un peu beaucoup "parisien" qui nous pollue notre joie de vivre dans notre belle vieille France aux moeurs sages et tolérantes.

08/02/2010, 14:34 | Par Velveth en réponse au commentaire de Martial Souchard le 08/02/2010 à 12:41

Je vais dans votre sens concernant le voile intégral (qui n'est ni une burqa ni, bien sur, un foulard).

Une "règlementation municipale stipulant que les visages doivent être découverts dans les lieux publics serait amplement suffisant.

L'instrumentalisation qui est faite (notamment en parlant de burqa afghane = taliban = terrorisme = attentat du WTC) est odieuse.

Que dire, alors, des beaux esprits qui s'en prennent au NPA parce qu'une de ses candidates sur les 1996 en compétition porte un foulard, rejoignant les terribles déclarations du FN ?

Il suffit de lire les élucubrations de qqs ségolènistes sur Médiapart pour être fixé sur leur fixette !

11/02/2010, 16:44 | Par Passifou en réponse au commentaire de Velveth le 08/02/2010 à 14:34

@Velveth,

Votre antiségolénisme primaire devient fatigant.

Vous instrumentalisez, qu'une ségoléniste, ou plusieurs, revendiquées, vous portent la contradiction sur des principes féministes, j'insiste féministes, ce qu'on peut comprendre, et non pas ségolénistes, n'en font pas des folles, mais des personnes d'opinion opposée.

@ Edwy Plenel,

Pour ouvrir à votre réfexion.

Vous allez, bien sûr, au fond.

Effectivement, il n'est pas besoin, et même nuisible, que nous ayons une loi de plus à effet inverse de celui qui est recherché, à savoir fragiliser la construction de la liberté, garantie par notre constitution, au lieu de la renforcer.

Tout le débat sur l'immigration et l'identité nationale, et par suite autour de ses manifestations à travers la religion, et les marques qu'elle exigerait, part comme d'habitude de l'insécurité, et d'abord des atteintes aux personnes.

Or ce qui nourrit la petite et moyenne délinquance, c'est bien la misère.

Une jungle d'associations humanitaitres et de proximité, des forêts d'institutions, et des taillis d'ordonnances et de mesures d'aides, à tous ceux qui sont nécessiteux, et d'abord à ces milieux issus de l'immigration frappés d'ostracisme et de racisme en face de l'emploi, voilà qui ferait se perdre le plus grand nombre de tigres et de loups, sur le chemin des agressions.

La misère génère le crime, ce n'est pas biologique, c'est économique.

Et quand les soutiens sont seulement communautaires, ou familiaux, alors on est bon pour subir les mafias.

Les bandits aiment l'exploitation, comme les capitalistes aiment le chômage, elles leurs garantissent aux uns des complices à peu de frais, et aux autres des esclaves.

Les lois doivent être programmes économiques, plans de développement, et une guerre à la misère et aux inégalités, le reste n'est que cautère sur jambe de bois, dans le meilleur des cas.

Et dans un pays prospère, voir passer une femme voilée, si des associations dignes de ce nom peuvent défendre l'émancipation des femmes, dans une ambiance qui ne soit plus de guerre civile, cela peut nous réconcilier avec la vision tout exotique, et étonnante, d'une autre façon de voir son rapport à l'existence et la vie en commun.

Merci pour votre travail et à votre équipe.

14/02/2010, 18:19 | Par Velveth en réponse au commentaire de Passifou le 11/02/2010 à 16:44

Je n'ai nulle part parlé des ségolénistes !

08/02/2010, 18:29 | Par Sylvain Manyach

"La laïcité, ce n'est ni un simple principe de tolérance qui justifierait les replis communautaires, ni un combat obsessionnel contre les manifestations du religieux dans l'espace public. Politiquement, la laïcité est libérale, c'est-à-dire soucieuse des libertés individuelles, et notamment du droit au respect à la vie privée et familiale, de la liberté de pensée, de conscience et de religion, de la liberté d'expression et de circulation."

C'est quand même fou qu'il soit nécessaire de rappeler ce qui devrait être une évidence...

11/02/2010, 15:45 | Par bjm en réponse au commentaire de Sylvain Manyach le 08/02/2010 à 18:29

Je relaie volontiers ce rappel de Joël Martin

Merci, Sylvain, mais Plenel l'a déjà rappelé dans son article en citant deux articles de la loi de 1905.

Cela dit, la formule que vous reprenez : "La laïcité est libérale" est ambiguë par les temps qui courent. Heureusement qu'elle est suivie d'une explication de texte.

Mais encore une fois, votre citation n'est qu'une paraphrase délayée des deux articles rappelé tout en haut de ce fil.

08/02/2010, 18:30 | Par Sylvain Manyach

doublon

08/02/2010, 19:08 | Par jean_paul_yves_le_goff

C est vrai que la laïcité est, par essence, libérale; mais face aux ennemis de la liberté, la laïcité peut et doit être répressive. . Jpylg

08/02/2010, 19:43 | Par Caroline Pinet

“C'était à la fin du dix-neuvième siècle, nous voici parvenu au début du vingt-et-unième, et, hélas, la France ne s'exporte plus de la même façon, généreuse et bravache, ouverte et émancipatrice.”
Hum! C’est tellement “généreux et bravache, ouvert et émancipateur” de favoriser le port de ce voile et des contraintes qui l'accompagnent que des millions de musulmans en France et ailleurs dénoncent comme étant indigne!
La France progressiste du XXI° siècle retrouverez les beaux qualificatifs évoqués (certes elle en a vraiment besoin) en soutenant les obscurantistes au mépris des musulmans qui rejettent ce voile qui n’est pas plus exigé par le Coran que le foulard et qui accompagne les discriminations faites aux femmes en raison de leur sexe. Franchement, Mr Plenel, vous êtes sérieux?

08/02/2010, 22:03 | Par Dominique Conil en réponse au commentaire de Caroline Pinet le 08/02/2010 à 19:43

Ce n'est pas tout à fait ce que j'ai retenu, mais ce que j'ai retenu ne vaut pas mieux, sans doute.

Eplucher au millimètre les règles qui régissent la vie publique - on doit quand même vous identifier, vous controler - à part ça, c'est votre vie privée, même si vous êtes muée en scaphandre.

Pour l'heure, en effet, je me sens solidaire des centaines de milliers de musulmans et musulmanes, voire , dans le triste contexte français du moment, des maghrébins, d'une partie des africains, qui ne se reconnaissent nullement dans le foulard, voile ou burqa, et ont même l'impression qu'on les y enferme. Qu'on s'intéresse aux "autres" peut-être pour mieux les rejeter. Qu'on s'intéresse aux autres pour ne pas les voir.

Or, peut-être ces nouveaux "bravaches, émancipateurs, généreux, ouverts" sont-ils ceux qu'il faudrait entendre, et soutenir.

 

 

09/02/2010, 00:04 | Par Caroline Pinet en réponse au commentaire de Dominique Conil le 08/02/2010 à 22:03

Oui les nouveaux “"bravaches, émancipateurs, généreux, ouverts" sont tous ces musulmans de France qui parviennent encore à résister à la pression du “une musulmane non voilée n’est pas une bonne musulmane” des musulmans obscurantistes traduit en langage “gauche progressiste en “par leurs voiles, elles assument leur appartenance religieuse”. Ils sont les mêmes que dans les pays du maghreb, en Turquie , en Irak et ailleurs.
Aujourd’hui en France ne pas être favorable aux diktats des imams obscurantistes c’est être considéré comme islamophobe si l’on n’est pas estampillé musulman, ” traître à sa race” dans le cas contraire.
On marche sur la tête de nos idéaux et de nos valeurs. Même de ceux qui faisaient à peu près consensus et qui donnaient un sens à ce peuple de France si joyeusement divers.

09/02/2010, 06:47 | Par Naja en réponse au commentaire de Caroline Pinet le 09/02/2010 à 00:04

@ Caroline Pinet : est-il possible de conserver séparés les pouvoirs de la république et ceux de la religion ? L'Etat, la République, se doivent de rester étrangers à la décision individuelle, pour une femme, d'accepter ou de refuser de se masquer le visage pour des raisons religieuses, quelles qu'elles soient. Respect aux femmes qui parviennent à surmonter l'autorité de la religion sur leur famille.

Quant à moi, je suis autant choqué quand je croise un prêtre en soutane, ou une religieuse "en tenue", que quand je croise une femme voilée. Nuance : quand je sais que certaines jeunes femmes voilées expriment là leur contestation de la situation sociale que leur font l'Etat et la République, je reviens sur mon premier recul, et je salue la provocation à un ordre social qui les brime, autant que leurs frères et leur père.

 

Autrement dit, j'ai autant de respect pour les femmes voilées que pour les maghrébines ou les africaines découvertes. Il s'agirait de connaître leurs motifs réels, intimes, qui n'appartiennent qu'à elles, et, sans doute aucun, de saluer le courage de certaines.

Néanmoins, la loi républicaine doit y rester étrangère. Sinon, où est le respect des convictions intimes de chacun-e ?

 

Quelle horreur, ce faux débat, biaisé, où l'on refuse de désigner un "ennemi" qu'on ne cesse de combattre pour d'autres profits.

08/02/2010, 21:42 | Par JANCAP

Idée de Loi ou Décret "VISAGE DECOUVERT DE LA REPUBLIQUE" (Fev. 2010) Dans les lieux publics de la République Française tous les Citoyens, Visiteurs ou Résidents devront obligatoirement avoir le visage découvert (interdire : casque intégral, cagoule, burka et autres accessoires cachant le visage - à définir), à l'exception : - des personnes habilitées par la Loi à pouvoir cacher leur visage pour des raisons de sécurité (commandos police, gendarmerie…); - des personnes participantes à des évènementiels culturels et populaires autorisés (carnavals, fêtes de tradition locale…); - des manifestations publiques autorisées où l'on peut cacher son visage par des masques ou déguisements en rapport avec l'événement; - des équipements nécessaires à la sécurité des personnes pendant la pratique d'activités les nécessitant (plongeurs, motards…) mais qui devront montrer leur visage lors de contrôles pratiqués par des agents de la République; - autres à définir… ( à affiner et compléter )  

11/02/2010, 15:50 | Par bjm en réponse au commentaire de JANCAP le 08/02/2010 à 21:42

Je relaie volontiers ce rappel de Joël Martin:

Prudence, JANCAP sur le carnaval : des braves gens ont eu des ennuis car ils portaient des masques de Sarkozy en brandissant des pancartes avec un court extrait des oeuvres complète de notre président : "Casse-toi, etc."

Ces trublions ne lui ont même pas payé des droits d'auteur...

12/02/2010, 09:28 | Par Sarah Faro


Le voile intégral n'est PAS un signe religieux, on ne se place pas dans le débat religieux, laïc machin tolérance, Islam, la France, on se place sur le terrain du SECTAIRE.Le voile intégral tel qu'il est porté en ce moment, celui que nous voyons dans les rues, est une adaptation récente d'une ancienne tradition qui est le fait d'un Islam intégriste salafiste (lisez Olivier Roy!).

On arrive à la situation ahurissante de se poser la question de tolérer un phénomène sectaire qui porte atteinte à la dignité au prétexte que celles qui le portent l'auraient soit disant choisi de leur plein gré... Mais quelle blague! La commission anti sectes passe son temps à tenter de sauver des gens, entrés de leur plein gré dans certains mouvements: dit-on à un seul moment "non mais laissez-les, ils ont choisis de faire partie de la scientologie, tolérons" NON! Et il en va de même pour le voile intégral sectaire!

NON , au nom de rien il ne faut le tolérer, il n'a pas sa place en Europe (différent aux USA, les sectes y pullulent) comme tout phénomène sectaire et dégradant. L'excision aussi se revendique de l'Islam, alors qu'elle n'est absolument jamais mentionnée dans le Coran. Se pose-t-on la question de tolérer ces pratiques en Europe?

NON (certains tentent bien de nous faire croire à un certain relativisme culturel qui nécessiterait une tolérance..).

Le voile intégral ne figure nulle part dans le Coran, la première femme de Mahommet, Khadija était une femme d'affaires et de tête, indépendante. Une sacrée nenette, et le prophète a toujours été du côté des femmes. Mal entouré, hélas, par des suivistes qui pensaient autrement. A la question de la polygamie, il disait "Oui ayez plusieurs femmes si vous pouvez toutes les aimer autant" Sous-entendu, comme c'est impossible , n'ayez pas plusieurs femmes. Sur le voile, les propos sont très vagues et il ne s'agit en rien d'une couverture totale ni d'asservissement de la femme.

A un certain moment, l'ignorance crasse fait gober n'importe quoi. Il s'agirait de lire les textes afin de les comprendre et de saisir que la lecture partisane qui en est faite ne sert que certains buts et intérêts. Seule une confrontation aux textes peut permettre d'éviter les écueils dans lesquels nos sociétés tombent. Non le voile intégral n'est pas dans le Coran , il ne fait pas partie de l'Islam, n'importe quel Musulman qui a lu son Livre vous le dira.

Lisez Irshad Manji The Trouble with Islam today, traduit en poche en France je pense. Lisez les exégètes que l'on condamne au silence justement de peur qu'ils détruisent ces élucubrations grotesques!On n'entend aucun exégète jamais, c'est étrange tout de même! Et il y en a!

Il ne s'agit pas de laïcité,de tolérance, il s'agit d'une manifestation sectaire, inventée il y a 20 ans par des intégristes , manifestation qu'il est hors de question de tolérer.

Essayez de conduire votre raisonnement en remplaçant "voile intégral" par n'importe quelle secte issue du catholicisme ou non d'ailleurs. Vous verrez à quelles conclusions vous arrivez!Le souci est que nos sociétés ont peur de l'Islam, ont peur de froisser ceux qui crient le plus fort et se complaisent dans l'ignorance.

De manière fort à propos, un billet sur des fondamentalistes intégristes, de la FLDS nous montre un comportement sectaire.Transposé en France, se poserait-on la question de les tolérer? Au prétexte que c'est une émanation du catholicisme et de peur de faire preuve de catholiphobie?

 

Dans certains pays, il existe des cours d'histoire des religions, pas de préchi-précha, mais bien les religions envisagées sous un angle historique, et social, d'un point de vue non confessionnel, laïque et comparatiste. Ces cours ne sont pas dispensés uniquement à l'université, ils commence à faire partie du curriculum général du secondaire. Seul ce type d'éducation peut former des citoyens capables de comprendre les enjeux et les constructions consternantes actuels.

S'il n'y avait qu'une seule raison de refuser le voile intégral ce serait celle-ci: c'est un comportement sectaire. Pas d'islmaphobie, pas de recours à une tolérance, à la laïcité, non c'est un comportement sectaire, point.

 

12/02/2010, 08:43 | Par Vertubleu

C'est beaucoup plus facile évidemment d'importer des Capitaux et des Marchandises,que des Hommes, ces choses n'ont pas de croyances.

En ce qui concerne les Hommes, ils aurait peut-être fallu le stipuler clairement au contrat de travail miséreux d'origine, qu'il convenait d'abandonner toutes ses croyances ancestrales dès la première embauche.

Clause tardive = clause nulle, non avenue et abusive, forcément.

@+ENO-

12/02/2010, 08:49 | Par Sarah Faro

Contresens et ignorance totale! Les gens dont vous parlez ne sont pas ceux qui aujourd'hui portent le voile intégral qui n'existait même pas de leur temps dans leur pays!

Cela n'a rien à voir avec la pratique religieuse des musulmans installés en France et intégrés à la société française.

Vous dites absolument le contraire de la réalité.

12/02/2010, 08:54 | Par Vertubleu en réponse au commentaire de Sarah Faro le 12/02/2010 à 08:49

"Le voile intégral n'existait même pas de leur temps dans leur pays" (sic) SF = Science Fiction totale.

En Algérie du temps de la colonisation, une majorité de femmes étaient voilées, les supports photographiques datant de diverses époques successives, des 19 et 20ème siècles, ont toutes été présentés à la commission parlementaire sur le voile intégrale, par un laïc Français, pris en la personne du premier procureur de la cour de cassation.

Je vous invite à visionner les auditions publiques de toutes ces séances disponibles sur Public Sénat et Gouv.org.

@ +ENO-

12/02/2010, 09:59 | Par Sarah Faro

Ah depuis quand photos = réalité? Photos, prises par qui, quand? Dans quel contexte? Dans quel but? Pour quel public? Déjà.

Ensuite, vous mélangez toutes les époques dans un joyeux pot très pourri. Il y a une évolution, une transformation du fait religieux selon l'urbanisation, les facteurs économiques... Dire que les femmes des travailleurs immigrés qui sont venus travailler en France et ailleurs étaient identiques à celles de photos ("oui si si si des photos je les ai vues!!!" ) est un raccourci saisissant. Car c'est bien ce que vous faites :

"le stipuler clairement au contrat de travail miséreux d'origine, qu'il convenait d'abandonner toutes ses croyances ancestrales dès la première embauche."

"du temps de la colonisation, une majorité de femmes étaient voilées, "

Nous avons vu des "hordes" de femmes en voile intégral arriver en France il y a quelques décennies, c'est vrai.

Quant à mon raccourci coupable il est vrai sur l'existence du voile si vous aviez pris la peine de lire ce que je détaillais avant, vous auriez compris.

 

12/02/2010, 10:05 | Par Vertubleu en réponse au commentaire de Sarah Faro le 12/02/2010 à 09:59

Chère Madame,

Vous pouvez réécrire l'histoire comme bon vous semble, mais il est plus qu'avéré que durant la colonisation Française de l'Algérie, de 1850 à 1962, la majorité des femmes autochtones étaient bel et bien voilées, cela a été démontré par supports non seulement photos, mais également multiples témoignages d'historiens et d'intellectuels, sans que cela ne souffre d'aucune "objection/contestation", ni par le président de la commission parlementaire M Gérin, ni par aucun autre des participants, Glavany, Myard, etc...etc....

Ces supports et témoignages ont été présentés par un Laïc Français, qui est premier président de la cour de cassation.

Je vous invite donc à visionner cette audience particulière sur Public Sénat ou Gouv.org, avant d'écrire des erreurs sur médiapart, merci d'avance.

@ +ENO-

Newsletter