Jeu.
31
Jui

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le bienveillant et le bien-pensant : entretien avec Michel Maffesoli

Illustré du dedans par un élégant chapitre d’Hélène Strohl, Les nouveaux bien-pensants  de Michel Maffesoli, paru en janvier 2014, est loin de se borner à une critique des élites, à un ronchonnement qui en fustigerait l’aveuglement, les tropismes conservateurs ou réactionnaires vernis d’espérance démocratique ou scientifique. Il constitue plutôt, en plein ou en creux, le précis eudémonologique d’un esprit bienveillant dont le projet principal est d’indiquer à son lecteur les voies et les moyens d’un amour de son temps et de ceux qui le peuplent.

J’ai rencontré Michel Maffesoli, en partance pour Porto Alegre.

Poutine, le ciron, la baleine

Il faut savoir dominer sa peur.

La philosophie l’enseigne, la psychologie l’enjoint, la morale le prescrit, l’intuition le suggère.

Dépressive, la fille France ?

Dépressive, la fille France? Voire… Il faudrait, pour qu'on pût l'attester, qu’elle  se montrât sujette à l’inertie, à l’aboulie, à une passion de l’indifférence et de l’immobilité, à une coupable ataraxie.

L'homme moderne est érotique. Entretien avec Michel Maffesoli.

Homo eroticus, de Michel Maffesoli, paru en 2012 aux éditions du CNRS, annonce à son lecteur surpris le "triomphe d'Eros" au champ contemporain. Entretien.

En route pour l'infâme

Jaurès, Renan, Aron, Marx, Bolivar, Malraux, Montesquieu, Chateaubriand, Voltaire, De Gaulle, Mitterrand, Gramsci, Hugo…

Hugo…

Ils furent légion, ces derniers mois, ceux qui agitèrent les noms capitaux au vent propice de la vacuité contemporaine, d'un temps orphelin du petit pas profond de ses princesses de Clèves, comme autant de hochets attestant le retour sur la tribune de l'humaniste.

 

Daniel Darc : un personnage en quête d’auteur

Il est des êtres expulsés tout vivants de telle matrice dans une vie qui n’est pas leur scène, pas leur plateau.

 

Les écoles d'art assiégées : en réponse à la tribune parue dans Libération le 25 janvier 2013

Le 25 janvier 2013, paraissait dans Libération une tribune signée par un certain nombre de directeurs d'établissements supérieurs d'enseignement artistique (1). Elle manifestait son désaccord avec la perspective de l'intégration à l'université de ces établissements.

Directeur adjoint d'un établissement supérieur d'enseignement artistique, je ne signerai pas cette pétition, pour des raisons que l'éditorial qui suit, publié en juillet 2012, s'attachait à préciser.

Newsletter