Ven.
25
Jui

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Mariage et homosexualité: l’inversion rhétorique de la droite catholique

En France aujourd’hui, force est de constater que la perte de repères est d’abord politique. Or, dans le débat sur le « mariage pour tous », c’est la droite catholique qui semble le plus touchée. En effet, elle emprunte ses références à la gauche – et pas seulement dans ses slogans : « Jospin, reviens, ils sont devenus fous ! ». 

____________________________________

 

N.B. : Le site Atlantico m’a demandé une tribune, pour la publier en vis-à-vis de celle de Christine Boutin (« Si nous adoptons le mariage homosexuels, nous ne serons plus la patrie des droits de l’Homme »). J’ai accepté, à la fois pour encourager cette volonté d'ouverture d’un média de droite, et pour bien montrer que ce ne sont pas les partisans de l’égalité qui refusent le débat. Toutefois, après l'avoir lue, le directeur de la rédaction a refusé ma tribune, alors qu'il en avait validé le principe. Serait-il interdit, dans ce débat, de parler d'homophobie (ou de racisme)? Je la publie ici à l’identique, avant de recopier le message que j’ai adressé au directeur de la rédaction, Jean-Sébastien Ferjou. 

____________________________________

 

C’est d’abord une question de style. Aux Etats-Unis, l’humoriste Stephen Colbert, qui fait rire la jeunesse de gauche en incarnant la droite républicaine, s’est récemment amusé des mobilisations hostiles au « mariage pour tous » : on pourrait s’y tromper, mais « en France, les gens avec des pancartes roses qui dansent sur la musique d’Abba, ce sont les manifestants anti-gays ! » Ainsi, pour s’opposer à l’égalité des droits sans se voir taxer d’homophobie, la droite se travestit. Devant le look de Frigide Barjot, on comprend d’ailleurs que les traditionnalistes de Civitas ne s’y reconnaissent pas.


Mais il ne s’agit pas seulement de style.  Ce qui inquiète les intégristes, c’est que l’homophobie n’ose plus dire son nom. En France, nul ne se pense homophobe, ou presque (de même que personne ne se veut raciste). Chacun revendique des amis homosexuels (ou des potes noirs). Si l’homosexualité est sortie du placard, l’homophobie semble donc avoir pris sa place. Mais il y a plus : l’un des animateurs de la « Manif pour tous », Xavier Bongibault, n’hésite pas à dénoncer l’homophobie… des partisans de l’égalité des droits !

 

Disons-le sans ambages : c’est une inversion rhétorique. Ainsi, la revendication d’ouverture du mariage et de la filiation aux couples de même sexe est depuis longtemps fondée sur le refus de toute discrimination ; mais désormais, ce sont les adversaires du projet de loi qui prétendent lutter contre la discrimination dont seraient victimes les enfants de parents de même sexe. La discrimination, ce ne seraient donc plus les moqueries ou insultes homophobes auxquelles seraient exposés ces enfants, mais le fait même qu’ils aient pu être reconnus par deux pères ou deux mères. C’est un peu comme si autoriser les mariages entre Blancs et Noirs était discriminatoire, mais pas les empêcher.

 

On avait déjà vu, dans les années 2000, combien l’égalité entre les sexes pouvait servir à justifier l’islamophobie, ou le rejet de l’immigration, dans les politiques d’identité nationale portées par la droite. Mais contre le « mariage pour tous », l’inversion rhétorique gagne l’Église catholique. Pour défendre la « nature » de l’homme, celle-ci multiplie les emprunts à la gauche – comme Nicolas Sarkozy aimait à le faire en début de mandat, en citant Jean Jaurès ou Guy Môquet.

 

C’est ainsi qu’elle dénonce aujourd’hui la « colonisation de la nature humaine » en des termes anti-impérialistes : avec « l’idéologie du gender », en Amérique latine et ailleurs, « l’Occident colonise aujourd’hui culturellement, en proposant une mentalité contraire à la loi morale naturelle, et en faisant pression pour que les états encore “arriérés” entrent finalement dans le “progrès”. » Reste que pour l’Église, la nouvelle colonisation serait pire que l’ancienne, qui ne se réduisait pas à ses « aspects négatifs » puisqu’elle supposait « un désir d’exporter quelque chose de significatif ».

 

Autre rhétorique empruntée à la gauche : pour préserver le mariage de l’homosexualité contre-nature, le Pape se fait le chantre d’une « écologie humaine »: « les forêts tropicales méritent, en effet, notre protection, mais l’homme ne la mérite pas moins en tant que créature ». Pour l’homme, reconnaître qu’il « ne se crée pas lui-même », ce serait selon Benoît XVI respecter sa nature. Ainsi, pour signifier aux politiques qu’ils ne sont pas libres de changer les lois du mariage, le Vatican se drape de vert.

 

Jusqu’où ira l’inversion ? Le Pape n’hésite pas à subordonner les droits de l’homme à la loi naturelle, soit à la raison divine dont ils découleraient. En retour, c’est au nom des droits de l’homme qu’il s’oppose à l’égalité des droits… La rhétorique est certes habile, mais elle pourrait se retourner contre ceux qui y recourent. En effet, on sait que l’Église a perdu la bataille des mots contre le « mariage pour tous » depuis que la Conférence des évêques se pose en défenseur du « mariage hétérosexuel » (sic). Mais elle pourrait bien avoir aussi perdu la bataille des valeurs, puisqu’elle est condamnée à avancer masquée – en cachant ses principes derrière un discours d’emprunt. Reste qu’en matière de droits de l’homme, la rhétorique mobilisée contre le « mariage pour tous » pèsera vite moins lourd que l’égalité des droits comme valeur.

 

___________________________________

 

Pour éclairer la non-publication de cette tribune, je recopie le message que je viens d'envoyer au responsable du site d'Atlantico :

 

Cher Monsieur, 

Atlantico m'a demandé une tribune sur le "mariage pour tous", pour la publier en vis-à-vis de celle de Christine Boutin aujourd'hui ("Si nous adoptons le mariage homosexuel, nous ne serons plus la patrie des Droits de l'homme"). J'ai accepté, en indiquant à grands traits l'argument qui serait le mien ; j'apprends que vous l'avez refusée.

J'imagine bien que mon propos ne vous a pas convaincu. Je crois comprendre aussi que vous regrettez mon absence de nuance. Manifestement, le texte de Christine Boutin ne vous a pas posé les mêmes problèmes (bien qu'elle déclare que le débat actuel conduit "la France, pays des Droits de l'Homme, à supprimer toute humanité de l'Homme"). J'aurais pourtant pensé que mon analyse sur l'inversion de la rhétorique résonnait, non seulement avec son argument (qui mobilise la rhétorique des Droits de l'homme contre l'égalité des droits), mais aussi avec un entretien que vous publiez le même jour sur "la guerre des mots"; il est vrai que je prends pour objet la droite, et non la gauche (en tout cas, je n'utilise pas un vocabulaire aussi peu nuancé que "néo-maos").

Il est vrai que je ne souscris pas à la ligne éditoriale d'Atlantico. Vous le saviez je suppose ; il me semble même que c'est pour introduire un peu de diversité idéologique sur votre site que j'ai été sollicité à plusieurs reprises par vos journalistes ces derniers mois, y compris sur ce thème. 

La conclusion est claire : vous publiez des tribunes d'opinion, comme celle de Christine Boutin, à condition que ces opinions soient les vôtres. C'est votre droit. Il est juste dommage que vous ne l'ayez pas reconnu plus tôt. Et il faudrait désormais le dire clairement, pour ne pas tromper vos lecteurs en même temps que vos contributeurs. 

Dans un article sur le site de l'Express ("Atlantico est-il vraiment de droite?"…), publié au moment de votre lancement, je lis : "Atlantico est un repère libéral, affirme son cofondateur." En tout cas, pas au sens politique - puisque vous publiez la dénonciation virulente du "libéralisme effréné" par Christine Boutin en refusant d'entendre une voix dissonante. J'y vois une confirmation de mon argument : sur le sujet du "mariage pour tous", il y a bien, à droite, une perte des repères!

En tout cas, vous l'aurez deviné, je vous demande de ne plus me solliciter pour votre site : je ne voudrais pas accréditer l'idée fausse que des voix divergentes peuvent librement se faire entendre. C'est d'ailleurs pourquoi, en publiant ma tribune sur Mediapart, j'expliquerai qu'elle a été sollicitée par Atlantico, en contrepoint de celle de Christine Boutin, avant d'y être refusée, pour divergence d'opinion. Et, dans l'espoir de vous convaincre de mon sens de la nuance, je n'utiliserai pas le mot "censure".

Cordialement,

Eric Fassin

Tous les commentaires

03/02/2013, 17:16 | Par Philips Michel

Personnellement, je ne vois pas de propos outranciers dans votre billet mais, sans doute, ne sais-je pas assez bien lire "entre les lignes" !

Pour ceux qui le souhaitent, lire ici, la tribune de Mme Boutin publiée sur Atlantico.

 

03/02/2013, 21:18 | Par Eric Fassin en réponse au commentaire de Horus le 03/02/2013 à 21:02

Je me suis posé moi aussi la question, et j'ai failli faire état de cette phrase ; mais j'ai lu par ailleurs que Christine Boutin était hostile à la peine de mort. Il me semble donc que sa présence dans la liste, sans s'expliquer vraiment, dénote seulement une écriture inattentive. 

04/02/2013, 17:45 | Par jules livet en réponse au commentaire de Eric Fassin le 03/02/2013 à 21:18

Et cette phrase extraordinaire, "A partir du moment où dans le Droit, on détourne une évidence de la nature, c’est-à dire la possibilité pour un duo homosexuel de pouvoir engendrer...", elle aussi dénote seulement une écriture inattentive ?

 

04/02/2013, 17:21 | Par rpedot en réponse au commentaire de Horus le 03/02/2013 à 21:02

Ils ont inventé la machine à remonter le temps !

Son nom ? L'obscurantisme.

04/02/2013, 18:51 | Par Guy Meunier en réponse au commentaire de Horus le 03/02/2013 à 21:02

Ce que veut la droite ? Ne serait-ce pas un retours au matin du 7 août 1789 ! Aux privilèges que les hautes classes, noblesse et clergé, n'ont jamais pu se défaire.

La littérature est riche des mélanges fric-sexe-autorité-violence psychique et physique-position sociale. Preuve, au moins à mes yeux, qu'effectivement la droite actuelle voudrait, naïvement, revenir au temps, heureux où les dominants (qui ne sont pourtant pas malheureux aujourd'hui) avaient l'exclusivité d'une totale expression de leurs volitions et satisfaction de leurs pulsions.

De fait, le "mariage pour tous" (Bon dieu ! Pourquoi "mariage" et pas UNION ?) est un acte d'égalité démocratique et de libération des personnes. D'altérité qui, à mon sens, ne manquera pas de soulever des questions de société auxquelles, avec le temps et l'expérience qui en découlera, trouveront leurs réponses. Mais n'est-ce pas comme cela que l'humainité évolue, par cassure et recontruction.

05/02/2013, 09:16 | Par Loukibouki en réponse au commentaire de Horus le 03/02/2013 à 21:02

"Boutin, Barbarin, Frigide Barjot et Vingt-trois ne s’opposent pas seulement au mariage pour tous. Ils veulent revenir aussi sur le divorce, la pilule, l’avortement, et même sur l’abolition de la peine de mort !"

Et ces gens ont le culot et l'hypocrisie de se mettre sous la bannière de Jésus, le même culot qu'ont certaines crapules à se revendiquer gaullistes. Si Jésus revenait, il aurait bien des marchands du temple à chasser, et de Gaulle aurait bien des coups de pied au c... à distribuer.

 

03/02/2013, 18:36 | Par dompacoud

Pourquoi publier sur Atlantico??

03/02/2013, 19:16 | Par Eric Fassin en réponse au commentaire de dompacoud le 03/02/2013 à 18:36

Comme dirait l'inspecteur Clouseau (dans Pink Panther Strikes Again): not anymore!

04/02/2013, 14:40 | Par TOURITOURIST en réponse au commentaire de dompacoud le 03/02/2013 à 18:36

Oui c'est bien vrai: à moi ils ne viendront pas me solliciter...

04/02/2013, 14:51 | Par sansai en réponse au commentaire de dompacoud le 03/02/2013 à 18:36

C'est une vraie question, ça. Réfléchissons, à quoi celà pourrait-il servir ? Par exemple, à alimenter un débat constructif susceptible de faire bouger les lignes, plutôt que de rester chacun dans son coin à défendre des arguments sur lesquels tous les gens d'accord entre eux s'accorderont à dire qu'ils sont d'accord les uns avec les autres ?

03/02/2013, 18:49 | Par monique arcaix

Je comprends pourquoi votre billet a ému la droite catholique réactionnaire. Etre démasquée n'est pas agréable. Celle ci n'emprunte pas ses références à la gauche mais avance masquée comme je l'ai déjà dit lors d'un billet qui était consacré à Frigide Bargeot. Le brouillage qu'elle entretient sur les mots est terrible et c'est bien que ce soit dénoncé. Il vaut mieux être publié sur MDP qu'Atlantico. Il y a un livre de Sylvie Tissot je crois qui analyse bien cela. Le brouillage avait été bien amorcé avec Sarkozy. Mais cette malhonneteté intellectuelle est exaspérante.

04/02/2013, 14:57 | Par sansai en réponse au commentaire de monique arcaix le 03/02/2013 à 18:49

Je trouve au contraire dommage qu'une occasion de s'adresser à un autre public (celui de Christine Boutin et Frigide Bargeot, par exemple) ait été ratée. Ce n'est pas ça qui va faire avancer le débat.

Ce sont bien les débats et la discussion qui permettront de progressivement démasquer cette homophobie (plus ou moins) latente qui sous-tend le débat sur le mariage pour tous, et d'en finir avec l'hypocrisie derrière laquelle se cache la droite catholique intégriste.

Et c'est bien à partir de la fin de cette hypocrisie qu'on pourra ensuite avancer sur le principe de l'intolérable de cette homophobie, et d'une urgente et nécessaire égalité de droits.

Je trouve, en l'occurence, ce billet bien écrit et susceptible de déciller et de remettre deux ou trois choses à plat. Et je m'en vais de ce pas le faire tourner.

04/02/2013, 16:56 | Par aires.isabelle@wanadoo.fr en réponse au commentaire de monique arcaix le 03/02/2013 à 18:49

aujourd'hui , au jour d'aujourd'hui , ai "entendu " que le danger , dorénavant c'était le Nom de Famille , réel problème que celui du nom de famille, le PERE!, au nom du père et du saint esprit , je rappelle que quelqu'une qui se marie , civilement, a le droit de garder son nom de famille  à côté de celui de son époux,    Un enfant  aura -t-il le droit de porter le nom qu'il désire !?       sûr que les cartes d'identité ne sont pas conçues pour cadrer  4 noms de famille , si familles recomposées , ou je ne sais plus , je ne sais pas, un bordel cette assemblée nationale! au-moins , les personnes âgées vont se marrer lorsqu'elles  regarderont   la chaine des structures de l'Etat!

04/02/2013, 17:08 | Par aires.isabelle@wanadoo.fr en réponse au commentaire de aires.isabelle@wanadoo.fr le 04/02/2013 à 16:56

"tu seras un homme ,mon fils", crise de la "virilité"   guerre , domination "sexuelle" en voie de tarissement   ?!

la prétention , la parité , vie publique , privée    c'est quoi la virilité?      le code civil , code pénal , napoléonien( qui a institué  la soumission   de qui ?), les gaulois avaient  150 termes synonymes pour concourir à désigner  les performances "exaltées "ou pas du pénis!   quel monde de fous!

l'usage romain , 3 noms ,

03/02/2013, 18:58 | Par Silvagni

Je pense deviner les raisons pour lesquelles on a refusé de publier votre réponse à Madame Boutin: on espérait un débat. Or il n'y a pas photo: votre tribune tue le match!

Pire, elle dont on connaît par ailleurs  l'extrême sensibilité, se se fut aussitôt roulée par terre et effondrée en sanglots. Merci au site Patetico de nous avoir épargné ce triste spectacle.

03/02/2013, 19:49 | Par Berjac

Est-ce la raison qui a motivé le refus de publier votre texte : vous ne traitez pas de l'extension du mariage aux couples homosexuels, mais de l'inversion des valeurs qui conduirait la droite à emprunter ses arguments à la gauche.

Le texte de Madame Boutin n'apporte pas non plus un éclairage très vif sur la problématique.

03/02/2013, 19:52 | Par christian delarue

"L'écologie humaine" est un sous-titre d'un livre d'Albert Jacquart. Il s'oppose à l'extension infinie de la puissance technique de l'humain mais pas pour valider l'inégalité.

04/02/2013, 17:24 | Par aires.isabelle@wanadoo.fr en réponse au commentaire de christian delarue le 03/02/2013 à 19:52

l'inégalité , c'est encore une confusion ou une "névrose d'inversion", l'inégalité, c'est le porte -monnaie et encore!

nous ne naissons pas égaux en droits et  en ressources " humaines" ,je ne parle pas des DRH, notre toute puissance , notre existence!

J'ai lu ,M. Valnet ,un écologiste à l'époque qui ne savait pas qu'il était "écolo" , subjectif, !!!, les plantes , leurs efficacités pour soigner , M. Jacquart doit s'en souvenir , il fréquentait ponctuellement le même bled de mon enfance , grand monsieur, il m'impressionnait lorsque je le voyais faire la causette avec mon père , Huanne Montmartin !   le nom du village!

04/02/2013, 17:29 | Par aires.isabelle@wanadoo.fr en réponse au commentaire de aires.isabelle@wanadoo.fr le 04/02/2013 à 17:24

le village de ma petite enfance plus précisément !

04/02/2013, 18:41 | Par ptetmai en réponse au commentaire de JoëlMartin le 03/02/2013 à 22:29

C'est quoi un homophobe, SVP ?

On peut être homophile par humanophilie quant aux humains homosexuels  - orientation minoritaire  inconstestablement innée ou acquise ?  - car,  et par contre homophobe quant aux concepts mal digérés qui amènent à nier les évidences : pour perpétuer l'espèce, non seulement, il faut un apport  mâle et un  apport femelle, mais encore pour bien l'aider à s'auto-éduquer il est largement préférable que ce soit dans une ambiance aimante, entre adultes déjà,  et bi-séxuée.

 On ne changera jamais cette vieille réalité. Et quand on parle « de dizaines de milliers d'enfants »qui sont déjà dans ce cas, il faudrait avoir l'honnêteté de donner des nombres assez précis selon sept ou huit cas d'espèces au moins et interroger – avoir interrogé ? - ces enfants  quand ils auront , car ça ne relève pas  déjà du passé, une trentaine d'années  et élèveront eux-même des enfants au sein d'un vrai couple "normal".

 

04/02/2013, 14:23 | Par Josiane BLANC

Pour répondre à votre tribune, je vous propose un extrait d'un petit article paru dans la revue Génération Tao n° 67 - Voyage au coeur de Féminin - l'Energie créatrice du mois de décembre 2012 : Article de Coralie Duteil : Genre, sexe et polarité, une altérité intérieure féconde !

extrait : "...Si le "sexe" se réfère aux caractéristiques biologiques et physiologiques qui différencient les hommes et les femmes, le mot "genre" sert à évoquer les rôles qui sont déterminés socialement, les comportements, les activités et les attributs qu'une société considére comme appropriés pour les hommes et pour les femmes. Cette distinction entre le sexe et le genre date des années 60/70, elle recouvre une évolution majeure de la pensée... Et quid du principe féminin et du principe masculin ? Ce sont deux polarités qui résident en chacun de nous, hommes ou femmes, tel le Yin et le Yang..."

Il me semble que si le mariage et la filiation sont concevables idéologiquement depuis peu finalement du fait de l'évolution de la société aussi bien au niveau du "genre" (les différences de traitements sociaux pour un homme ou une femme) et des "principes" (Féminin et Masculin en chacun de nous), le sexe reste le "verrou" difficile à faire sauter (!) car il touche à la nature.

Cette réflexion permet d’éclairer :

- la différence entre les sociétés holistes (solidaires) et les sociétés modernes(individualistes).

- et l’affirmation de Julian Jaynes, à savoir «…que les sentiments de pouvoir, les mises en garde intérieures et les pertes de jugement sont les germes à partir desquels la machinerie divine se développe, je rétorque que c’est le contraire qui est vrai, que la présence des voix auxquelles on devait obéir était la condition préalable et nécessaire à l’étape consciente de l’esprit, dans lequel c’est le moi qui est responsable, qui peut se poser des questions, se donner des ordres et se diriger, et que la création d’un tel moi est le produit de la culture.»  (p98). (Julian JAYNES – La naissance de la conscience dans l’effondrement de l’esprit, 1994, Paris. Traduit de l’américain par Guy de Montjou.)

Nous sommes dans une bifurcation de l'histoire et c'est un changement de culture que cette loi apporte. Cela permet de comprendre pourquoi il y a une telle résistance de la part des anti. Alors je veux bien croire que certains d'entre eux ne sont pas très honnêtes et qu'ils profitent de l'occasion pour entrer dans une opposition dogmatique, mais je ne pense pas qu'ils soient les plus nombreux.

Il me semble que nous avons là une compréhension profonde de ce que peut être le viol. La volonté farouche de modifier chez l'autre l'ordre de son monde. Il n'est pas étonnant que les résistances soient à ce point exacerbées. Il faut accepter de ne plus être dans "la direction des esprits" de "la pédagogie autoritaire ou l'idéal directif" pour, peut-être, ouvrir un espace où les deux mondes peuvent se rencontrer et se parler.

 

 

04/02/2013, 15:01 | Par JoëlMartin

"Nous sommes dans une bifurcation de l'histoire et c'est un changement de culture que cette loi apporte. Cela permet de comprendre pourquoi il y a une telle résistance de la part des anti. Alors je veux bien croire que certains d'entre eux ne sont pas très honnêtes et qu'ils profitent de l'occasion pour entrer dans une opposition dogmatique, mais je ne pense pas qu'ils soient les plus nombreux.

Il me semble que nous avons là une compréhension profonde de ce que peut être le viol. La volonté farouche de modifier chez l'autre l'ordre de son monde. Il n'est pas étonnant que les résistances soient à ce point exacerbées."

Mouais...

Les mêmes "anti" furent tour à tour anti divorce, anti contraception, anti IVG, anti Pacs et maintenant anti mariage pour tous.

Il sont contre toute évolution de la société qui s'éloigne du modèle catholique du mariage uniquement institué pour procréer selon les préceptes de la Sainte Eglise Universelle... Évolution ne veut pas dire perte de repères. Les repères changent tout simplement.

Ils oublient que la République a institué le mariage civil.

En fait, ces "anti" se trompent tout simplement de siècle...

PS - A propos de viol qu'évoque Josiane Blanc, on ne les entend pas beaucoup, ces "anti", sur le viol d'un des fils de De Villiers perpétré par son frère aîné... Ils ont une excuse : il s'agit de deux enfants de l'un de ces couples exemplaires que vantent ces pieux combattants : hétérosexuel, catholique, et donc, par définition, peu suspect d'avoir élevé des enfants non épanouis, contrairement à ces couples anormaux d'homos...

Et pourtant...

04/02/2013, 16:25 | Par Josiane BLANC en réponse au commentaire de JoëlMartin le 04/02/2013 à 15:01

Les mêmes "anti" furent tour à tour anti...   vous ne pouvez pas leur dénier une certaine cohérence Cool  ni dire qu'un changement de repères est simple, c'est imaginer que l'humain peut changer de pensées  comme de casquettes, je sais bien que d'autres retournent leur veste, mais à quel prix !

De même dans un autre commentaire dire que les autres sont pleins de préjugés, c'est être aveuglé par ceux qui sont les nôtres. Nous en avons tous.

Quant à l'affaire de viol du fils de Villiers par son frère, je ne me permettrais pas de parler sur des affaires aussi douloureuses ni de comparer ce qui n'est pas totalement comparable. L'un viole la conscience, l'autre viole un corps.

Essayez d'imaginer un autre cas de figure où ce qui serait à ce point bousculé appartiendrait à un domaine auquel vous tenez profondément, vitalement. C'est cette difficulté de se mettre à la place de l'autre qui m'étonne. Mais bon, cette remarque est aussi valable pour l'autre camp.

 

04/02/2013, 16:53 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de Josiane BLANC le 04/02/2013 à 16:25

Je reconnaît aux "anti" une absolue cohérence dans leur refus de l'évolution de la société.

Quand on se cramponne au mur de ses certitudes inamovibles (c'est bien plus que des préjugés), on ne voit pas le reste bouger.

Constater cet immobilisme et ce refus à l'autre d'obtenir un droit qu'on a soi-même n'a selon moi rien à voir avec une supposée difficulté à se mettre à la place de l'autre.

Je tiens vitalement à la cohérence d'une famille, en particulier de la mienne. Donner aux homosexuels la possibilité de fonder eux aussi une famille ne bouscule en rien mon amour de l'institution familiale, bien au contraire.

Quant au viol, je suis d'accord avec votre propos. Viol de conscience et viol de corps ne se situent pas au même niveau. Mais j'ai rebondi sur le fait que vous parliez de viol, pour rappeler que l'épanouissement d'un enfant dépend bien plus de l'éducation qu'on lui donne que de l'orientation sexuelle de ses parents. Le cas "douloureux", scandaleux et abject, selon moi, que j'ai évoqué, montre que le "modèle de la famille hétéro garant de l'épanouissement des enfants" n'est pas universel, il s'en faut de beaucoup.

Les Thénardier aussi formaient un couple hétérosexuel.

PS - Cette rigidité de certains catholiques explique très probablement la crise des vocations des prêtres et le fait que les églises, sauf les églises intégristes se vident.

Jean XXIII, reviens, etc.

05/02/2013, 07:28 | Par Josiane BLANC en réponse au commentaire de JoëlMartin le 04/02/2013 à 16:53

Je suis en grande partie d'accord avec vous. Je réagis sur la manière de ne pas accepter que l'on puisse penser autrement, et pour des raisons personnelles, que ce que l'autre pense.

Un petit retour en arrière pour illustrer la difficulté d'évoluer. Lorsque Moïse a conduit les juifs dans le désert vers la Terre Promise, ils y sont restés 40 ans. Il a fallu que la génération qui avait connu l'exil s'éteigne pour que celle qui était né dans le désert puisse accéder à cette terre promise. Même Moïse n'a pas pu y entrer. Seulement pour montrer cette difficulté là.

Hier soir j'ai regardé sur France Ô le film de la détention de Nelson Mandela et l'histoire d'amitié qui s'est développée entre lui et un de ses gardiens, Grégory. Alors qu'au début de sa prise de fonction Grégory était bien dans la ligne de tous les autres gardiens, il a pu évoluer vers une relation respectueuse, d'une part à cause de l'attitude même de Mandela, mais aussi parce qu'il a été bouleversé par ce qu'il a vu de l'apartheid à l'oeuvre dans sa société. Ce sont les émotions qui l'ont mis en mouvement, c'est la racine même du mot.

Tant que l'on reste sur les idées, c'est idéologie contre idéologie, rien ne remplacera la fraternité des hommes devant l'humiliation de certains hommes ou femmes lorsqu'elle est mise à mal. Grégory lui même justifiait devant ses enfants l'apartheid comme quelque chose de "normal", les pré-jugés de notre groupe d'appartenance qui nous ont été inculqués. Les remettre en cause ne peut se faire que si l'on est bousculé à cet endroit là, mais ne craignons rien, il en reste d'autres que nous n'avons pas encore vus.

 

 

04/02/2013, 18:47 | Par ptetmai en réponse au commentaire de Josiane BLANC le 04/02/2013 à 16:25

Il y a quinze jours,  avec un dessin le Canard,  pas suspect d'être de droite ou clérical,  se demandait – surprenant de sa part - pourquoi pas le droit au mariage entre un père et sa fille ?

"Mariage pour tous" qu'ils disent sans peser leurs mots

 

05/02/2013, 07:27 | Par Josiane BLANC en réponse au commentaire de ptetmai le 04/02/2013 à 18:47

Le Canard Enchaîné ne fait pas partie de mes références pour penser, peut-être pour m'interroger parce que ses dessins sont sarcastiques. C'est peut-être ce qu'ils ont voulu provoquer ? mais ça ne marche pas toujours. 

L'inceste est un crime et le restera, je ne comprends pas que vous puissiez vous appuyer là dessus.

04/02/2013, 15:08 | Par LILIYANNE

Vous auriez dû revenir avec le troupeau, et bêler bètement que c'est une chance pour l'institution du mariage qu'elle soit encore tellement associée à la famille que même les homosexuels qu'on a privés du mariage depuis toujours, le réclament.

Au lieu de cela, vous analysez la bêtise de l'autre discours inverse, et surtout, le pire pour Atlantico, vous mettez le doigt sur le hiatus entre le discours de la droite libérale, et le vieux discours catholique à la Bernanos, que porte Boutin, tous deux unis contre les socialos pour des raisons tactiques au niveau d'Atlantico.

Vous ne la traitez pas de réac, la vieille catho, vous soulignez la chute de toute sa rhétorique passéiste qui ne peut plus se présenter comme telle mais va piocher chez l'adversaire ses théories. Vous annoncez le gouffre qui ne va pas tarder à séparer les Chrétiens et les Libéraux. Ceux qui provoquent sciemment la misère et ceux qui la justifient à travers le conformisme et l'espoir du Royaume de Dieu.

Une vieille alliance qui a commencé à craquer dans les forêts d'Amérique Latine, et dont la déchirure se poursuit au coeur de l'Europe en voie d'athéisation accélérée.

04/02/2013, 15:12 | Par OLChantraine

Le look néo-moderne de la contre-réforme mérite effectivement d'être décortiqué.

Le frigo jobard en est un accessoire qu'on regardera à Beaubourg dans dix ans en regrettant Soeur Sourire...

Vous avez écrit juste quelques mots ou quelques lignes de trop pour ne pas pouvoir servir d'alibi.  Pourtant, vous avez seulement montré comment ils reprenaient des rhéthoriques sans grande signification...

Sans doute ce qui leur a été insupportable, c'est de s'apercevoir que le texte de Boutin serait imparablement lu comme un exemple de votre commentaire, bref le justifiant au leiu de lui apporter une contradiction...

Ils savent bien qu'ils sont voués au musée des curiosités, mais espèrent un sursis, pouvoir nuire encore quelques temps...

 

04/02/2013, 15:21 | Par OLChantraine

Je viens de jeter un coup d'oeil sur Attlantico.

Paralogismes et préjugés...

Ils n'ont pas du lire très loin votre papier... Ca a du excéder leur pourcentage de cerveau opérationnel.

 

04/02/2013, 15:25 | Par doremicool

Comme dirait José : "Moi je ne comprends rien". 

Je ne suis pas homophobe, mais je suis contre le mariage entre deux personnes du même sexe, et pour moi l'égalité des droits n'a rien à voir là-dedans.

 

04/02/2013, 23:39 | Par jmv en réponse au commentaire de doremicool le 04/02/2013 à 15:25

Vous êtes contre, c'est votre droit, mais pour quels motifs ?

Que peut vous faire que deux personnes (quelles qu'elles soient) se marient ?

Pour ce qui me concerne, le mariage des autres m'indifère et je ne vois pas au nom de quoi je pourrais avoir un avis (positif ou négatif) sur ce que font des adultes consentants.

La problématique de l'homophobie ou de la non-homophobie est parfaitement secondaire sur cette question qui relève d'abord et surtout de la liberté individuelle. Si vous être contre le mariage des autres c'est que vous vous permettez une intrusion dans la vie de ceux-ci et en conséquence que vous cherchez à brider leur liberté sans qu'ils n'influent sur la votre.

Finalement, êtes-vous vraiment sûr d'être contre ? Ou alors assumez-vous d'être un oppresseur ?

04/02/2013, 15:37 | Par Marius Hosson

Dans le grand détournement des concepts opéré par les membres de la Manif pour tous : entenu ce wd à Tulle : "En 1942 il y a eu des lois iniques et des résistants pour les combattre. Nous sommes des résistants et nous irons jusqu'au bout". 

Vous parliez de choix des références et de retournement théoriques ??

04/02/2013, 16:41 | Par Gaëtan.L en réponse au commentaire de Marius Hosson le 04/02/2013 à 15:37

Ce qui est rassurant c'est que la mobilisation des antis était très faible dans le Limousin (seulement 300 manisfestants à limoges, rien en Creuse, rien non plus en dessous dans le Lot je crois), comparé à d'autres régions (la Bretagne par exemple).

04/02/2013, 17:19 | Par monique arcaix en réponse au commentaire de Marius Hosson le 04/02/2013 à 15:37

C'est un bel exemple!  Plus que du détournement ,là, c'est du mensonge! S'identifier aux résistants de 1942 qui étaient pour la plupart communistes, anarchistes, humanistes, alors que la droite pétiniste était à l'origine de ces lois iniques est un "jeu de passe passe" sur les mots qui relève du négationnisme. 

04/02/2013, 19:36 | Par mb19 en réponse au commentaire de monique arcaix le 04/02/2013 à 17:19

Rien à voir avec le mariage gay mais permettez moi de corriger ces idées reçus : beaucoup de communistes ont attendu Barbarossa pour résister et il y avait de nombreuses personnalités "de gauche" à Vichy (avec Laval en tête de file).

04/02/2013, 23:37 | Par périscope en réponse au commentaire de mb19 le 04/02/2013 à 19:36

et Mitterrand, aussi, décoré de la francisque pour bons et loyaux services, je crois.

05/02/2013, 19:35 | Par Yves30 en réponse au commentaire de périscope le 04/02/2013 à 23:37

Exact mais c'était un bon agent double, avant de passer à la clandestinité fin 1943. Il était un résistant de droite, et n'est passé à gauche que dans les années 1950.
Cela dit, il a quand même gardé de cette période des contacts partout (dont Papon, Bousquet,...), non sans conséquence sur une certaine ambiguité du discours sur le rôle de l'Etat dans les années sombres, qui ne sera levée que par Chirac en 1995.

05/02/2013, 19:24 | Par Yves30 en réponse au commentaire de mb19 le 04/02/2013 à 19:36

Au sujet de Laval (pour rester dans le hors-sujet, donc) : il a été de gauche, comme Mussolini. Il a commencé à prendre ses distances avec les socialistes lors de la 1ère guerre mondiale (soutenant Clémenceau en 1917), a rompu avec la SFIO au début des années 20 et a participé à des gouvernements de droite à partir de 1930. Il est notamment connu pour la politique de déflation de 1935 (tiens ça rappelle quelque chose...) dont l'impopularité a ouvert la voie au Front Populaire.
Au sujet des communistes français dans la période du pacte Hitler-Staline (1939-41) : vaste débat, beaucoup ne savaient plus à quel saint se vouer. Il y a eu des lucides comme Gabriel Péri, alors que Guy Moquet que le prédécesseur a mis sur un piédestal, était avec son jeune âge un agent zélé de la ligne du PCF, il est vrai parce que son père, député communiste, avait été arrêté en octobre 1939 sur ordre de Daladier. 

04/02/2013, 15:41 | Par Sébastien Picaud

C'est étonnant ce recours régulier à la nature : homosexualité contre-nature (elle ne l'est pas plus et pas moins que la sexualité humaine dans son ensemble), nature féminine... C'est bien sûr une nature fantasmée, qui à mon sens remplace Dieu comme référence, tenant de la normalité / moralité, dans une société où les sciences de la nature ont remplacé la théologie. Seraient-ils devenus Spinozistes (Deux sive natura) ? Rappelons que c'est en se référant à une même nature fantasmée (en détournant la théorie darwinienne) que Gobineau a concocté sa théorie d'inégalité entre les races.

04/02/2013, 23:43 | Par jmv en réponse au commentaire de Sébastien Picaud le 04/02/2013 à 15:41

Parfaitement et pour aller plus loin, dans le sens des religieux, si tout provient de Dieu alors Dieu a voulu des homosexuels et ce serait lui faire injure que de traiter différement certaines de ses créations.

05/02/2013, 20:10 | Par Mohamed Aissa en réponse au commentaire de jmv le 04/02/2013 à 23:43

Si tout provient de Dieu, comme le disent croyants et religieux, alors ils devraient tous se taire une fois pour toute au lieu de vouloir régir la société et se mêler de ce qui ne les regarde pas comme le dit bien un slogan : "le mariage [pour tous] change ma vie, il ne change pas la vôtre". Les croyants qui veulent agir à la place de Dieu et parler en son nom décridilisent eux même leur croyance. Même d'un point de vue croyant, le mariage pour tous est un contrat civil, dieu et nature  n'ont rien à faire dans l'histoire.

04/02/2013, 18:50 | Par Kaze tachinu

Pour lire la tribune de mâne Boutin, j'ai donc cliqué sur atlantico et ai pensé que si ramage ( de Boutin ) et plumage ( l'habillage du site et son "contenu" ) se superposent, et c'est visiblement le cas: entrées people-trash et articles de fond ultra-droitiers: qq ex) L.Hallyday, les salaires immérités des Français, la fille de Sarkozy et le retour du père prodigue, les blancs qui fuient les centres-villes etc. ( les abysses de la pensées ... )  Mieux vaut n'être pas abonné à ce média-là. MDP est tellement plus élégant de forme et de pensée !

Et pour E Fassin mieux vaut n'y avoir pas été publié. 

05/02/2013, 03:02 | Par POJ

Atlantico est démasqué.

05/02/2013, 06:31 | Par M. CHALLALI

Allons-nous passer 5 ans autour du mandat Hollande sur cette question ? Allons-nous tomber dans ce panneau aussi ridicul aux yeux du monde dit civilisé... Et n'est-il pas aussi essentiel pour partisans du "mariage pour tous" de voir en cette revendication chose associée au massacre social et politique et de ce qui devrait être notre "vivre ensemble'.

Si cette question (mariage pour tous; etc...) reste encore à ce stade, comme combat de coq en France en 2013,  qui elle, devrait être comme question d'émancipation, c'est parce que nos gouvernants actuels, ne l'ont pas inscrite dans un projet d'émancipation social et collectif global...

Hollande, de cette question, il en a fait seulement une question tactique... d'arriver au Palais; du coup, maintenant qu'il est y est, il sait pas encore lui même comment trancher... il laisse le peuple se déchirer...des familles se fraturer, des amis (es) s'éloigner, bref !des manifs des pour et contre qui se succedent dans les rues de France pour que le Clérical de l'Elysée décide...

On avance pas sociétalement lorsque le social est dans un tel état et se déchire comme aujord'hui sur le minimum vital que le locataire du Palais regarde impuissament... Toute cette question donc dans sa dimension essenteille se pose de cet angle.. Si la "France" entière était heureuse elle aurait su accepter de partager la joie de ceux qui sur le moment ne lui ressemblent pas...

Newsletter