Lun.
21
Avr

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le journalisme n'est pas un délit

Une audience judiciaire importante s'est tenue, jeudi 25 avril, devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Bordeaux, en marge de l’affaire Bettencourt. La presse avait rendez-vous avec le droit et l’enjeu des débats ne fut pas mince. Le dossier ne concerne pas seulement Mediapart. Il ne fut pas seulement question, à travers lui, d’arguties juridiques autour d’un organe de presse, mais, en réalité, de la défense d’un grand principe : la liberté d’informer.

Mediapart, représenté par ses avocats Mes Jean-Pierre Mignard et Emmanuel Tordjman, a en effet décidé de contester devant la cour d’appel de Bordeaux les mises en examen prononcées en avril 2012 pour « recel d’atteinte à l’intimité de vie privée », à l’encontre d’Edwy Plenel et de moi-même. Notre faute, d’après les juges d’instruction ? Avoir rendu public, en juin 2010, le contenu des fameux enregistrements clandestins du majordome de l’héritière de l’empire L’Oréal, à l’origine de ce qui deviendra la tentaculaire affaire Bettencourt.

Que nous reproche-t-on ? D’avoir été les « receleurs » d’une violation de la vie privée de Mme Bettencourt en ayant mis sur la place publique certains extraits des vingt-et-une heures d’enregistrements du maître d’hôtel – enregistrements que Mediapart n'a bien sûr pas commandités, mais dont nous avons eu connaissance après qu'ils ont été communiqués à la Brigade financière de Paris.

Ce jeudi, nous avons plaidé, comme la requête en nullité déposée le 3 octobre 2012 par les conseils de Mediapart l’explique, l'« impossibilité » de ce délit pour des journalistes, dont la mission consiste, précisément, à publier des informations… d’intérêt public.

De quoi parle-t-on en effet ? De la révélation d’informations qui ont alimenté le débat public en France pendant plusieurs mois et dont les bandes pirates du majordome furent les premières pièces à conviction. Grâce à elles, Mediapart a pu ainsi mettre au jour des faits dévoilant les conflits d’intérêts d’un membre éminent d’un gouvernement, les interférences de l’Élysée dans une procédure judiciaire et la soumission de la justice à des intérêts particuliers, la fraude fiscale à grande échelle de la femme la plus riche d’Europe, l’avenir de l’actionnariat de l’une des plus puissantes multinationales françaises…

Aucune de ces informations n’a, de près ou de loin, à voir avec la vie privée de quiconque, ainsi que nous le rapportions dans la “Boîte noire” du premier article de Mediapart sur l’affaire Bettencourt, le 16 juin 2010 : « Après avoir pris connaissance de l’intégralité de ces enregistrements, Mediapart a jugé qu’une partie consistante de leur contenu révélait des informations qu’il était légitime de rendre publiques parce qu’elles concernaient le fonctionnement de la République, le respect de sa loi commune et l’éthique des fonctions gouvernementales. » Et nous ajoutions : « Nous avons bien entendu exclu tout ce qui se rapportait de près ou de loin à la vie et à l’intimité privée des protagonistes de cette histoire. »

Comment considérer en effet que ces informations relèvent de la vie privée alors qu’elles ont été à l’origine de l’ouverture de plusieurs enquêtes judiciaires instruites à Bordeaux, suivies de la mise en examen de nombreux acteurs clés du scandale (Nicolas Sarkozy, Eric Woerth, Patrice de Maistre, François-Marie Banier…) précisément sur les faits révélés par la presse... ? Ou alors, faudrait-il imaginer que les trois juges bordelais aujourd’hui en charge de ces mêmes enquêtes soient, avec nous, les complices d’une atteinte à l’intimité de la vie privée de Mme Bettencourt ? Ce n’est, bien entendu, pas le cas.

La vérité est que, dans cette affaire comme dans toutes celles que traite Mediapart, la vie privée ne nous intéresse pas. Mieux : dans le dossier Bettencourt, nous l’avons protégée en prenant soin de faire le tri dans la vingtaine d’heures d’enregistrements clandestins, pour ne livrer à la connaissance de nos lecteurs que ce qui relevait de l’intérêt public. « La publication de certains extraits sélectionnés d’enregistrements de conversations de Mme Bettencourt, dont le caractère illicite n’a jamais été contesté, relève d’un but d’information légitime et s’inscrit dans le cadre de la mission des journalistes et du droit du public à recevoir des informations », écrivent Mes Mignard et Tordjman dans leur requête en nullité.

Mais le débat juridique ne s’arrête pas là. Les juges de Bordeaux, en nous mettant en examen pour « recel », nous reprochent également d’avoir détenu lesdits enregistrements, qui proviennent d’une infraction pénale. Or c’est un délit, qui, pour des journalistes, n’existe pas, comme ne cesse de le marteler une vieille et constante jurisprudence. « Depuis de très nombreuses années, tant la chambre civile que la chambre criminelle de la Cour de cassation, poursuivent les avocats, exonèrent de toute responsabilité les journalistes qui auraient utilisé (…) des documents obtenus par la commission d’une infraction pénale pour effectuer leur mission et leur devoir d’information du public sur des sujets relevant de l’intérêt général. »

En un mot, il est difficilement concevable de reprocher à des journalistes de détenir ou d’avoir détenu les preuves de ce qu’ils écrivent, à condition, bien entendu, que les informations publiées relèvent de l’intérêt public et non de la vie privée. C’est ce qu'en droit, l’on nomme le « but légitime ». « Le but légitime poursuivi par l’information (judiciaire – Ndlr), lequel submerge tout protestation tenant à l’intimité de la vie privée, tient évidemment à la nature des intérêts en cause : la conformité à la loi fiscale de l’une des premières fortunes de France, l’existence d’un possible conflit d’intérêts entre le ministre du budget, son épouse et l’une des premières contribuables françaises, etc. », observent les avocats de Mediapart.

D'ailleurs, si nous avions été poursuivis en diffamation dans l'affaire Bettencourt, le droit nous aurait autorisés, au nom de « l'offre de preuves », à produire devant le tribunal lors d'une audience publique les enregistrements du majordome pour démontrer la véracité de nos informations...

Voilà tout l’enjeu juridique, donc démocratique, des débats qui ont animé la cour d’appel de Bordeaux. Peut-on mettre en cause judiciairement des journalistes (qui ne sont pas au-dessus des lois par définition) quand ils ont révélé des informations d’intérêt public et seulement d’intérêt public ? Peut-on les accuser d'être des receleurs pour avoir simplement détenu les preuves de leurs informations ? Si la cour d'appel de Bordeaux devait répondre “oui” à ces deux questions, ce serait à l'évidence une défaite pour le journalisme. Car dans ce volet de l'affaire Bettencourt, on ne reproche pas à Mediapart d'avoir mal fait, mais tout simplement d'avoir fait. Non, le journalisme n'est pas un délit.

Le jugement a été mis en délibéré au 28 mai.

Tous les commentaires

27/04/2013, 07:53 | Par ptetmai en réponse au commentaire de grain de sel le 26/04/2013 à 11:12

Il faut le souhaiter quoique la justice ne dit pas le justye, et encore moins l'éthique,  mais  "seulement" le droitl.

Mais est-ce qu'un journaliste qui désinforme ou informe édulcoré sous auto-censure ou influence commet  un délit au moins vis à vis de ses lecteurs ? 

 NB. J'en profite :  commenter en deux pages, au bout de trois jours , les commentaires devrait faire partie des obligations professionnelles d'un rédacteut d'article de notre média à part.

26/04/2013, 13:17 | Par Yanick Toutain en réponse au commentaire de sansai le 26/04/2013 à 11:39

Selon que tu seras puissant ou misérable, Français ou Africain, tu seras traité différemment....
Fabrice Arfi a oublié de vous signaler qu'en janvier la Cour d'Appel de Bordeaux a confirmé en appel d’exécution immédiate un jugement de référé condamnant un blogueur auteur d'un texte (du 2 janvier 2012 en défense du président Gbagbo de Côte d'Ivoire) et une blogueuse.... n'ayant strictement rien fait. Les DEUX ont été condamnés - après une première plainte en diffamation passée à la trappe - pour "atteinte à l'intimité de la vie privée" du chef de la police de l'ONUCI dans l'exercice de ses fonctions .....pour un article ne contenant strictement rien de privé.
(Julie Amadis est accusée par Bourry, Changeur, Janas et Bougon parce que son nom figure sur la colonne de droite de l'article...... pour avoir écrit d'autres articles que celui-là...... comme l'abonné a son nom qui figure sur les pages de ses amis..... sans qu'il ait écrit leurs articles)
Ce sont les juges fascistes-Francàfric de Bordeaux et d'Angoulême qui mènent cette attaque ahurissante contre la liberté d'expression.
Contre Fabrice Arfi, contre Julie Amadis, contre moi-même !
Dans sa décision, en janvier, de confirmation en appel d’exécution immédiate d'une saisie de 31000 euros le juge Bougon d'appel ne se donne même pas la peine d'écrire QUI a fait QUOI. Et la première président de la Cour d'appel de Bordeaux "oublie" de prendre en compte un courrier invoquant un arrêt de Cour de Cassation !
Les deux accusés sont jugés comme un parti politique où tous seraient coupables !
Le texte du jugement n'a pas choqué Me Mignard, le défenseur de Ouattara et de Médiapart !
On comprend que bâillonner les partisans du président Gbagbo, même avec des abus de droit manifestes et des jurisprudences fascistes soit apprécié de cette franceàfric ouattariste et putschiste

samedi 24 novembre 2012

Une jurisprudence Bourry-Changeur-Janas fait violence à l'article 9-2 du code civil pour transformer une critique politique en "atteinte à l'intimité de la vie privée"..... mais la censure exigée ne contient.... RIEN de privé !!!!

Voici l'intégralité de ce qui est demandé à "auto-censure" par le juge Michaël Janas. Le lecteur pourra chercher EN VAIN quelles sont donc les termes exigés à suppression concernant la simple vie privée de qui que ce soit !!!
Un abus de droit manifeste !!! Une procédure abusive initiée par le chef de la police ONUCI des troupes d'occupation en Côte d'Ivoire
extrait du jugement prononcé le 19 septembre et connu depuis le 22 novembre. Il concerne un texte du 2 janvier 2011 (la copie complète se trouve ici)

FAITS ET PROCÉDURE:
Par exploits des 24 et 30 août 2012, M. Jean-Marie BOURRY assigne Monsieur Yanick TOUTAIN et Madame Julie AMADIS, à comparaître devant le juge des référés du tribunal de grande instance de céans à l'effet de voir :
-DIRE ET JUGER tant recevable que bien fondée l'action engagée par Monsieur Jean-Marie BOURRY
-CONSTATER qu'une atteinte a été portée tant au respect dû à sa vie privée qu'à son droit à l'image
Subsidiairement,
- DIRE ET JUGER que Monsieur Yanick TOUTAIN et Madame Julie AMADIS, administrateurs d'un site internet de type blog visible sous  le    nom    de domaine «http://reva1orisationactub1ogspot.fr/ 2011/01/jean-marie-bourry-criminel-fasciste.html » ont commis un trouble manifestement illicite à l'encontre de Monsieur Jean-Marie BOURRY
- DIRE ET JUGER y avoir lieu à versement d'une provision, l'obligation de Monsieur Yanick TOUTAIN et de Madame Julie AMADIS n'étant pas sérieusement contestable En tout état de cause,
- ORDONNER à Monsieur TOUTAIN et à Madame AMADIS de supprimer toute référence à Monsieur BOURRY sur le site internet dont le nom de domaine est :
« http://revaIorisationactu.blogspot.fr/201 1/01/jean-marie-bourry-criminel-fasciste.htmI » et notamment, son nom, sa date de naissance, sa nationalité, sa situation familiale, son activité et son parcours professionnel, les 3 photographies où il apparaît ainsi que les commentaires et annotations suivantes : « Jean-Marie BOURRY: criminel fasciste ONUCI en Côte d'ivoire. Protège des harkis-putschistes, défend le fasciste FMI" Ouattara. Coupable du génocide sanitaire contre l'Afrique. Il sera jugé avec Chirac, Sarkozy, Bouygues, Bolloré dans le Nuremberg de l'Afrique !il [] En particulier un militaire français Jean-Marie Bourry - qui, non content d'être une force supplétive aux fascistes Licorne, se permet de tenter un coup d'État en faveur d'un fasciste avéré Alassane Ouattara. 11 protège un Ouattara fasciste qui, en 1992, au service du capitalisme étranger imposait la misère aux Ivoiriens et emprisonnait l'opposant Laurent Gbagbo. Il protège un fasciste qui tente un coup d'État contre Laurent Gbagbo.
L'esclavagisme de Rome - Marcus Licinius Crassus - commandait l'armée qui vint écraser Spartakos, ici, les esclavagistes envoient Jean-Marie Bourry! Celui-ci portera le signe de l'infamie fasciste pour le restant de ses jours. Pour les nouveaux lecteurs, j'informe que ce monsieur est un harki qui, depuis des années tente de démoraliserTOUS CEUX etTOUTES CELLES qui combattent la France à fric, la colonisation, l'esclavagisme qui ECRASE L'AFRIQUE. Ce Jean-Marie Bourry est un FASCISTE qui tente d'IMPOSER UN GOUVERNEMENT D'OCCUPATION A LA COTE D'IVOIRE Ce sont des CRIMINELS qui sont RESPONSABLES DE LA MORT DE 3 MILLIONS DE BEBES AFRICAINS. QUAND LEUR PAYS SOUTIENT LE TRAFIQUANT DE DROGUE HAMID KARZAI, ils viennent en Afrique DONNER DES LECONS DE MORALE dont la fonction est d'assurer les PROFITS DE VINCENT BOLLORE Ce Jean-Marie Bourry, CRIMINEL de l'ONUCI sera jugé ugé par le NUREMBERG DE L'AFRIQUE II sera sur le banc de l'infamie en compagnie des Chirac, Sarkozy, Bolloré, Bouygues etc ect., dont les crimes sont PLUSIEURS DIZAINES DE MILLIONS DE MORTS DE BEBES AFRICAINS. POUR MENER LA GUERRE PSYCHOLOGIQUE DE RÉSISTANCE, IL FAUT PHOTOGRAPHIER TOUS LES SOLDATS DE L'ONUCI ET METTRE EN LIGNE LEURS PHOTOS! POUR QU'ILS SOIENT MIS AU PILORI PAR LEURS CONCITOYENS COMME DES FASCISTES BARBARES. 125 policiers pakistanais de l'ONUCI honorés de la médaille des Nations Unies, Guiglo, le 18 janvier 2010... » et ce, sous astreinte de 500€ par jour de retard à compter de la signification de la décision à intervenir
-CONDAMNER solidairement Monsieur Yanick TOUTAIN et Madame JulieAMADIS à verser à Monsieur Jean-Marie BOURRY une somme s'élevant à 10 000€ en réparation du préjudice moral causé par l'atteinte au respect dû à la vie privée
-CONDAMNER solidairement MonsieurYanick TOUTAIN et Madame Julie AMADIS à verser à Monsieur Jean-Marie BOURRY une somme s'élevant à 10 000€ en réparation du préjudice moral lié à l'atteinte au droit à l'image
-CONDAMNER solidairement MonsieurYanick TOUTAIN et Madame Julie AMADIS à verser à Monsieur Jean-Marie BOURRY une somme s'élevant à 2 000€ prise sur le fondement des dispositions de l'article 700 du Code de procédure civile
-    CONDAMNER solidairement Monsieur Yanick TOUTAIN et Madame Julie AMADIS aux entiers dépens de l'instance
Monsieur Yanick TOUTAIN et Madame Julie AMADIS n'ont pas comparu.
DISCUSSION :
1. sur la demande de suppression de toute référence à M. BOURRY sur le site i n t e r n e t « h t t p : 11 r e v a 1 o r ii s a t ii o n a c t u . b 1 o g s p o t . f r 1 2011101 /jean -marie-bou rry-c rimi n el -fasciste.htm 1 » :
L'article 9 alinéa 2 du code civil dispose que "les juges peuvent, sans préjudice de la réparation du dommage subi, prescrire toutes mesures [ ... ] propres à empêcher ou faire cesser une atteinte à l'intimité de la vie privée ; ces mesures peuvent, s'il y a urgence, être ordonnées en référé" -, il en résulte que ces mesures ne peuvent être ordonnées en référé qu'en cas d'urgence et d'atteinte à l'intimité de la vie privée.
Si la publication de la biographie et de la photographie de M. BOURRY qui exerce les fonctions de Commissaire divisionnaire détaché, Chef de la Police de l'Onuci ne saurait constituer à elle seule une atteinte à la vie privée au sens de l'article 9 du code civil dés lors que ce dernier exerce une fonction officielle et importante au profit de l'ONUCI, les accusations relayées, sur ce site, sont, elles, de nature à nuire gravement à la réputation de M. BOURRY.
Il convient en effet de constater que ces accusations ( : "criminel fasciste.... Il sera sur le banc de l'infamie... dont les crimes sont plusieurs dizaines de million de morts de bébés africains...") présentent un caractère manifestement excessif, qui excèdent manifestement le droit à la liberté d'expression, consacré par l'article 10 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés.
Elles constituent une atteinte caractérisée à la réputation de M. BOURRY, élément intrinsèque de la vie privé garanti par l'article 8 de la convention européenne des droits de l'homme, et doivent en conséquence être retirées - l'urgence étant caractérisée par le fait qu'il convient de faire cesser dans les meilleurs délais cette atteinte à l'image de M. BOURRY- sous astreinte, selon des modalités qui seront précisées au dispositif de la présente décision.
2. Sur les demandes de provision :
En application de l'article 809 du code de procédure civile, le juge des référés peut accorder une provision au créancier que "dans les cas où l'existence de l'obligation n'est pas sérieusement contestable" -,
Le principe de l'atteinte à la réputation de M. BOURRY, précédemment constaté, ne faisant pas l'objet, en l'espèce, de contestations sérieuses, il appartient au juge des référés de fixerjusqu'à quelle hauteur l'obligation de réparer pesant sur Monsieur Yanick TOUTAIN et Madame Julie AMADIS , identifiés sur le site comme contributeurs de l'article concerné, n'est pas sérieusement contestable.
Au regard du nombre de consultations de cette page internet qui s'élevait déjà à 122848 visites au 15 novembre 2011, au fait que la page internet litigieuse apparaît en premier dés lors qu'une recherche est lancée sur "Google" à partir du nom du demandeur mais également en prenant en considération le fait que cette publication est d'autant plus de nature à porter préjudice à M. BOURRY que celui-ci indique être en recherche d'une nouvelle affectation professionnelle, il convient de fixer l'indemnité provisionnelle à valoir sur le préjudice invoqué à la somme totale de 6000 €.
Monsieur Yanick TOUTAIN et Madame Julie AMADIS, identifiés clairement sur le site comme contributeurs, seront donc solidairement condamnés à payer la somme provisionnelle de 6000 € à M. Jean-Marie BOURRY au titre de son préjudice global résultant de la publication sur le site internet «http://reva!orisationactu.blogspot.fr/ 2011/01/jean-marie-bourry-criminel-fasciste.html »,
3. Sur les autres demandes :
Il apparaît inéquitable de laisser à la charge du demandeur les frais irrépétibles, une somme de 1000 € lui sera alloué au titre de l'article 700 du code de procédure civile.
Monsieur Yanick TOUTAIN et Madame Julie AMADIS, qui succombent, seront solidairement condamnés aux dépens.
PAR CES MOTIFS :
Nous, juge des référés, statuant par décision mise à disposition du greffe, réputée contradictoire et en premier ressort ;
- Ordonnons à Monsieur TOUTAI N et à Madame AMADIS de supprimer les commentaires et annotations suivantes figurant sur le site internet dont le nom de domaine est « http:// revalorisationactu.blogspot.fr/201 1/01/J*ean-marie-bourry-criminel-fasciste.html»:
« Jean-Marie BOURRY : criminel fasciste ONUCI en Côte d'ivoire. Protège des harkis-putschistes, défend le fasciste FMI" Ouattara. Coupable du génocide sanitaire contre l'Afrique. Il sera jugé avec Chirac, Sarkozy, Bouygues, Bolloré dans le Nuremberg de l'Afrique !il [.] En particulier un militaire français Jean-Marie Bourry - qui, non content d'être une force supplétive aux fascistes Licorne, se permet de tenter un coup d'État en faveur d'un fasciste avéré Alassane Ouattara. Il protège un Ouattara fasciste qui, en 1992, au service du capitalisme étranger imposait la misère aux Ivoiriens et emprisonnait l'opposant Laurent Gbagbo. Il protège un fasciste qui tente un coup d'État contre Laurent Gbagbo.
L'esclavagisme de Rome - Marcus Licinius Crassus - commandait l'armée qui vint écraser Spartakos, ici, les esclavagistes envoient Jean-Marie Bourry! Celui-ci portera le signe
de l'infamie fasciste pour le restant de ses jours. Pour les nouveaux lecteurs, j'informe que ce monsieur est un harki qui, depuis des années tente de démoraliser TOUS CEUX et TOUTES CELLES qui combattent la France à fric, la colonisation,l'esclavagisme qui ECRASE L'AFRIQUE. Ce Jean-Marie Bourry est un FASCISTE qui tente d'IMPOSER UN GOUVERNEMENT D'OCCUPATION A LA COTE D'IVOIRE Ce sont des CRIMINELS qui sont RESPONSABLES DE LA MORT DE 3 MILLIONS DE BEBES AFRICAINS. QUAND LEUR PAYS SOUTIENT LE TRAFIQUANT DE DROGUE HAMID KARZAI, ils viennent en Afrique DONNER DES LECONS DE MORALE dont la fonction est d'assurer les PROFITS DE VINCENT BOLLORE Ce Jean-Marie Bourry, CRIMINEL de l'ONUCI sera jugé par le NUREMBERG DE L'AFRIQUE II sera sur le banc de l'infamie en compagnie des Chirac, Sarkozy, Bolloré, Bouygues etc ect.. dont les crimes sont PLUSIEURS DIZAINES DE MILLIONS DE MORTS DE BEBES AFRICAINS. POUR MENER LA GUERRE PSYCHOLOGIQUE DE RÉSISTANCE, IL FAUT PHOTOGRAPHIER TOUS LES SOLDATS DE L'ONUCI ET METTRE EN LIGNE LEURS PHOTOS! POUR QU'ILS SOIENT MIS AU PILORI PAR LEURS CONCITOYENS COMME DES FASCISTES BARBARES. 125 policiers pakistanais de l'ONUCI honorés de la médaille des Nations Unies, Guiglo, le 18 janvier 2010... ». Ainsi que le commentaire apparaissant sous ses photographies .- "POUR MENER LA GUERRE PSYCHOLOGIQUE DE RÉSISTANCE, IL FAUT PHOTOGRAPHIER TOUS LES SOLDATS DE L'ONUCI ET METTRE EN LIGNE LEURS PHOTOS! POUR QU'ILS SOIENT MISAU PILORI PAR LEURS CONCITOYENS COMME DES FASCISTES BARBARES ».
- Assortissons la présente condamnation d'une astreinte de 200 € (deux cents euros) parjour de retard à l'expiration d'un délai de septjours suivant la date de signification de la présente ordonnance et pendant un délai de 4 mois passé lequel il devra être procédé à la liquidation de l'astreinte provisoire et au prononcé éventuel d'une astreinte définitive.
- Condamnons solidairement MonsieurYanick TOUTAIN et Madame Julie AMADIS à payer à M. Jean-Marie BOURRY la somme provisionnelle de 6.000 € (six milleeuros) à valoir sur l'intégralité des préjudices de M. Jean-Marie BOURRY.
-Condamnons solidairement MonsieurYanick TOUTAIN et Madame Julie AMADIS à payer à M. Jean-Marie BOURRY la somme de 1.000 € (mille euros) au titre de l'article 700 du code de procédure civile.
- Disons n'y avoir lieu à référé en ce qui concerne les autres demandes. - Condamnons solidairement les demandeurs aux dépens.
La présente ordonnance a été signée par le Président et par le Greffier.
Le greffier M. RAZO
LE PRESIDENT M JANAS

En conséquence, la République Française mande et ordonne  à tous huissiers de Justice. surce requis de mettre les présentes à éxécution
Aux procureurs généraux et procureurs de la république d'y tenir la main. 
A tous commandants et officiers de la force publique de prêter main forte lorsqu'ils en seront également requis.

  1. Ecrire "criminel fasciste" coûte 31 000 euros, tuer un suspect en ...

    blogs.mediapart.fr/.../ecrire-criminel-fasciste-coute-31-000-euros-tuer-un...

    7 déc. 2012 – Une jurisprudence Bourry-Changeur-Janas fait violence à l'article 9-2 du code civil pour transformer une critique politique en "atteinte à ...

  2. Une jurisprudence Bourry-Changeur-Janas fait violence ... - Mediapart

    blogs.mediapart.fr/.../une-jurisprudence-bourry-changeur-janas-fait-viol...

    25 nov. 2012 – Une jurisprudence Bourry-Changeur-Janas fait violence à l'article 9-2 du code civil pour transformer une critique politique en "atteinte à ...

  3. Une jurisprudence Bourry-Changeur-Janas fait violence à l'article 9 ...

    revolisationactu.blogspot.com/.../une-jurisprudence-bourry-cha...

    De Yanick Toutain

    24 nov. 2012 – Une jurisprudence Bourry-Changeur-Janas fait violence à l'article 9-2 du code civil pour transformer une critique politique en "atteinte à ...

  4. Révolisation Actu (#RevActu): Affaire Bourry-Changeur-Janas La ...

    revolisationactu.blogspot.com/.../affaire-bourry-changeur-janas-la.html

    De Yanick Toutain

    25 févr. 2013 – Affaire Bourry-Changeur-Janas La décision session plénière Cour de Cassation casse-t-elle toute la procédure ? (une lettre du 24/2/13 à notre ...

  5. jurisprudence bourry-changeur-janas - Droit Général - EXPertEnLIgne

    www.expenli.com › Droit Général

    Vous cherchez des réponses concernant votre question sur : jurisprudence bourry-changeur-janas. Demandez à un expert Droit Général sur Expenli.

  6. Nous les gentils,... | Facebook

    www.facebook.com/permalink.php?id=498284203540299&story...

    Une jurisprudence Bourry-Changeur-Janas fait viole... Deux blogueurs condamnés en référé en septembre 20... Le juge Michaël Janas tronque une phrase, ...

26/04/2013, 22:57 | Par Yanick Toutain en réponse au commentaire de ribellu62 le 26/04/2013 à 19:30

On voit bien que vous voulez confirmer le jugement du président du TGI d'Angoulême Michaël Janas...

Je n'ai jamais entendu parler de Mr Bourry.

Mais à la lecture de ce jugement,je ne vois pas le début d'un commencement de preuve venant étayer vos dires.

Alors je trouve plutôt gonflé de comparer ces propos de blog n'engageant que vous à une enquête journalistique sérieuse comme celle de Mediapart dans l'affaire Bettencourt!

Mais la lecture de votre pseudo "argumentaire" démontre une chose : vous n'avez pas trouvé UN SEUL FAIT DE LA VIE PRIVEE du policier Jean-Marie Bourry dans les attendus du jugement !
Il n'y a PAS PLUS DE VIE PRIVEE dans mon article du 2 janvier 2011 que dans les enquêtes de Fabrice Arfi !
Ni Fabrice Arfi ni moi ne parlons de la VIE PRIVEE de qui que ce soit !!!
Allez donc lire l'article initial et TROUVEZ DONC DE LA VIE PRIVEE LA-DEDANS !
IL N'Y EN A PAS !!!
Ils ont donc inventé une JURISPRUDENCE TOTALEMENT DELIRANTE : les conséquences privée de caractérisations politiques sont devenues l'objet de l'application de l'article 9 du code civil !!!
Ce passage du jugement est clairement une JURISPRUDENCE FASCISTE QUI DETRUIT LA TOTALITE DE LA LIBERTE DE LA PRESSE
L'article 9 alinéa 2 du code civil dispose que "les juges peuvent, sans préjudice de la réparation du dommage subi, prescrire toutes mesures [ ... ] propres à empêcher ou faire cesser une atteinte à l'intimité de la vie privée ; ces mesures peuvent, s'il y a urgence, être ordonnées en référé" -, il en résulte que ces mesures ne peuvent être ordonnées en référé qu'en cas d'urgence et d'atteinte à l'intimité de la vie privée.
Si la publication de la biographie et de la photographie de M. BOURRY qui exerce les fonctions de Commissaire divisionnaire détaché, Chef de la Police de l'Onuci ne saurait constituer à elle seule une atteinte à la vie privée au sens de l'article 9 du code civil dés lors que ce dernier exerce une fonction officielle et importante au profit de l'ONUCI, les accusations relayées, sur ce site, sont, elles, de nature à nuire gravement à la réputation de M. BOURRY.
Il convient en effet de constater que ces accusations ( : "criminel fasciste.... Il sera sur le banc de l'infamie... dont les crimes sont plusieurs dizaines de million de morts de bébés africains...") présentent un caractère manifestement excessif, qui excèdent manifestement le droit à la liberté d'expression, consacré par l'article 10 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés.
Elles constituent une atteinte caractérisée à la réputation de M. BOURRY, élément intrinsèque de la vie privé garanti par l'article 8 de la convention européenne des droits de l'homme, et doivent en conséquence être retirées - l'urgence étant caractérisée par le fait qu'il convient de faire cesser dans les meilleurs délais cette atteinte à l'image de M. BOURRY- sous astreinte, selon des modalités qui seront précisées au dispositif de la présente décision.
C'est le CARACTERE EXCESSIF qui permet maintenant à n'importe quel juge néo-nazi franceàfric de condamner n'importe quel article dénonçant n'importe quel DICTATEUR AFRICAIN !
Il est évident que les BIYA, OUATTARA, GBASSINGBE, COMPAORE, BONGO, DIONCOUNDA TRAORE, KABILA, IDRISS DEBY attendent avec impatience la CONFIRMATION EN APPEL le 22 mai de ce jugement NEO-NAZI !!!!
Il est évident que cette JURISPRUDENCE BOURRY-CHANGEUR-JANAS rend INUTILE la totalité de la jurisprudence sur la diffamation et les lois sur la presse.
Il suffira demain à Mme Bettencourt d'invoquer le CARACTERE EXCESSIF des conséquences sur sa vie privée des REVELATIONS de Fabrice Arfi pour que celui-ci soit condamné à EFFACER TOUTES LES PHRASES OU LE PRENOM ET LE NOM de Mme Bettencourt apparait !
Absurde
C'est EXACTEMENT CE QUE L'AVOCAT CHANGEUR RECLAMAIT
1. sur la demande de suppression de toute référence à M. BOURRY sur le site i n t e r n e t « h t t p : 11 r e v a 1 o r ii s a t ii o n a c t u . b 1 o g s p o t . f r 1 2011101 /jean -marie-bou rry-c rimi n el -fasciste.htm 1 » :
Cette RECLAMATION NEO-NAZIE RECLAMAIT L'EFFACEMENT DE TOUTE REFERENCE A M. BOURRY !
Ce n'est pas du nazisme ça ?


27/04/2013, 00:29 | Par whisky en réponse au commentaire de Yanick Toutain le 26/04/2013 à 22:57

Votre clavier vous coûte cher dites moi, je vous suggérerai bien de détruire la touche majuscules, mais j'ai bien peur que vous adressiez ce conseil avisé à une partie de votre anatomie qui ne me concerne point.

28/04/2013, 16:43 | Par Yanick Toutain en réponse au commentaire de whisky le 27/04/2013 à 00:29

Bravo et merci whisky pour votre défense de la liberté d'expression. Vous avez tout à fait raison: la prétendue défense de la vie privée est en train de devenir le prétexte à d'intolérables attaques de la part de ceux qui veulent pouvoir continuer leurs activités déliquantes et criminelle dans l'ombre.
Encore merci !

27/04/2013, 17:32 | Par Abdel B en réponse au commentaire de Yanick Toutain le 26/04/2013 à 22:57

Yanick toutain à l'entartomètre

(Vous ètes actuellement:[mes stats]à avoir choisi Yanick Toutain comme cible)

28/04/2013, 16:47 | Par Yanick Toutain en réponse au commentaire de Abdel B le 27/04/2013 à 17:32

Un grand bravo à Dominique Caudron pour sa défense de la liberté d'expression.

Il a tout à fait raison: la prétendue défense de la vie privée des sieurs Bettencourt et Bourry est en train de devenir le prétexte à d'intolérables attaques de la part de ceux qui veulent pouvoir continuer leurs activités déliquantes et criminelles dans l'ombre.
Encore brava et merci !

29/04/2013, 11:08 | Par Abdel B en réponse au commentaire de Yanick Toutain le 28/04/2013 à 16:47

14535, 14536, 14537, 14538, 14539...15600 ah! ce jour là vous deviez être particulièrement en forme!

28/04/2013, 09:22 | Par STRAMOINE en réponse au commentaire de Yanick Toutain le 26/04/2013 à 22:57

@ Yanick Toutain : Qu'est-ce que ce galimatias vient faire ici ?

28/04/2013, 16:51 | Par Yanick Toutain en réponse au commentaire de STRAMOINE le 28/04/2013 à 09:22

Bravo ! Votre critique de Sarkozy (" les cacas nerveux de ce bandit.") ne pouvait que vous amener à critiquer sa politique en Côte d'Ivoire et à dénoncer les activités mafieuses et putschistes de ses agents en Afrique !
Continuez ainsi !

DEPECHEZ-VOUS...

24 septembre 2010 Par STRAMOINE

 

Bonjour,

La République a disparu ! Le pseudo gouvernement actuel se comporte comme les défenseurs dans un match de foot lors d'un tir de pénalty - Sarkozy dans les buts-, sauf que dans ce match, le jeu consiste à tuer les élus d'opposition en leur coupant le micro à l'Assemblée nationale, à blesser mortellement les syndicats en annonçant une baisse des manifestants avant leur rassemblement le 23/09, et à anesthésier le peuple français avant d'enterrer la Constitution déjà morte.

Il reste la presse dont Médiapart, mais les quelques survivants-résistants ne lisent pas tous la presse. Et la presse en général est déjà dans le collimateur de Louis XVI, on commence par gifler un journaliste, ensuite on verra combien on en tue.

Que faut-il faire pour ressuciter les esprits attaqués par les tirs de ce snipper ? Je pense qu'il est encore temps pour la presse en général de ne plus se contenter d'utiliser les mots gentils comme "voyou de la République" ou "dangereux", mais qu'il faut clairement exprimer que le retour au 18e siècle a bien eu lieu, et que Sarkozy, comme Louis XVI, s'assoit sur la Constitution, amasse les Louis d'Or volés à la "reine Liliane" pour l'UMP, cajole sa troupe de lèche-bottes, gratifie les riches donateurs qui planquent leur fric en toute impunité, décore les malfrats qui lui apporte son blé, etc.

Il faut aider les juges à ne pas se laisser impressionner, et la police à entrer en résistance comme citoyens provisoirement au service de l'Etat mais plus pour très longtemps.

Il est temps d'appeler un chat un chat : la République est morte, tuée par un gaillard qui n'a pas de complexes comme certains voudraient lui en attribuer en guise de circonstances atténuantes, du moins pas assez de complexes pour oser mentir effrontément comme il vient de le faire au sujet de Mme Merkel. Il n'est pas schizophrène non plus, ce serait faire croire à une maladie qui le disculperait.

C'est un vicieux, voleur et tueur qui mérite la guillotine électorale (pas de sang, mais de l'humiliation) ! Il faut dire tout haut aux 50 % de Français qui ont voté pour lui qu'ils se sont faits rouler, mais qu'ils nous ont bien mis le nez dans les cacas nerveux de ce bandit.

29/04/2013, 16:20 | Par frosch en réponse au commentaire de Yanick Toutain le 26/04/2013 à 22:57

dommage que vos propos  relèvent plus de l'injure que d'un journalisme responsable qui informe. Nous, lectuers non-initiés des détails des affaires  françafricaines, aurions plus profité dela lecture de  vos  blogs si l'on pouvait y trouver des faits non mélés à vos invectives, probablement justifiées, mais déplacées ici ,à mon avis.

 Un blog , c'est public, certains l'oublient et  " se lâchent",  comme s'ils parlaient à des amis.

Cela relève peut -êtr du grand défaut du journalisme français: mélanger l'information et le commentaire.Vous n'êtes pas les seuls.Dommage, car cela  risque de vous coûter cher .

Avec  mes félicitattions pour votre courage ,mais plus d'informations et moins d'injures, svp.

03/05/2013, 00:57 | Par Yanick Toutain en réponse au commentaire de frosch le 29/04/2013 à 16:20

frosch

frosch

0 contact

0 édition

0 billet

0 article d'édition

1 commentaire

Edwy Plenel pourra donc constater qu'il au moins UN abonné dont le premier acte sera venu de déposer UN commentaire pour me remonter les bretelles.
Certes sa mauvaise foi est patente... mais c'est toujours un abonné de plus !
Il n'a pas remarqué sans doute que le JUGEMENT du TGI d'Angoulême INVENTANT une jurisprudence délirante est une ATTEINTE AUX LIBERTES....

 

Nous, juge des référés, statuant par décision mise à disposition du greffe, réputée contradictoire et en premier ressort ;
- Ordonnons à Monsieur TOUTAI N et à Madame AMADIS de supprimer les commentaires et annotations suivantes figurant sur le site internet dont le nom de domaine est « http:// revalorisationactu.blogspot.fr/201 1/01/J*ean-marie-bourry-criminel-fasciste.html»:
« Jean-Marie BOURRY : criminel fasciste ONUCI en Côte d'ivoire. Protège des harkis-putschistes, défend le fasciste FMI" Ouattara. Coupable du génocide sanitaire contre l'Afrique. Il sera jugé avec Chirac, Sarkozy, Bouygues, Bolloré dans le Nuremberg de l'Afrique !il [.] En particulier un militaire français Jean-Marie Bourry - qui, non content d'être une force supplétive aux fascistes Licorne, se permet de tenter un coup d'État en faveur d'un fasciste avéré Alassane Ouattara. Il protège un Ouattara fasciste qui, en 1992, au service du capitalisme étranger imposait la misère aux Ivoiriens et emprisonnait l'opposant Laurent Gbagbo. Il protège un fasciste qui tente un coup d'État contre Laurent Gbagbo.
L'esclavagisme de Rome - Marcus Licinius Crassus - commandait l'armée qui vint écraser Spartakos, ici, les esclavagistes envoient Jean-Marie Bourry! Celui-ci portera le signe
de l'infamie fasciste pour le restant de ses jours. Pour les nouveaux lecteurs, j'informe que ce monsieur est un harki qui, depuis des années tente de démoraliser TOUS CEUX et TOUTES CELLES qui combattent la France à fric, la colonisation,l'esclavagisme qui ECRASE L'AFRIQUE. Ce Jean-Marie Bourry est un FASCISTE qui tente d'IMPOSER UN GOUVERNEMENT D'OCCUPATION A LA COTE D'IVOIRE Ce sont des CRIMINELS qui sont RESPONSABLES DE LA MORT DE 3 MILLIONS DE BEBES AFRICAINS. QUAND LEUR PAYS SOUTIENT LE TRAFIQUANT DE DROGUE HAMID KARZAI, ils viennent en Afrique DONNER DES LECONS DE MORALE dont la fonction est d'assurer les PROFITS DE VINCENT BOLLORE Ce Jean-Marie Bourry, CRIMINEL de l'ONUCI sera jugé par le NUREMBERG DE L'AFRIQUE II sera sur le banc de l'infamie en compagnie des Chirac, Sarkozy, Bolloré, Bouygues etc ect.. dont les crimes sont PLUSIEURS DIZAINES DE MILLIONS DE MORTS DE BEBES AFRICAINS. POUR MENER LA GUERRE PSYCHOLOGIQUE DE RÉSISTANCE, IL FAUT PHOTOGRAPHIER TOUS LES SOLDATS DE L'ONUCI ET METTRE EN LIGNE LEURS PHOTOS! POUR QU'ILS SOIENT MIS AU PILORI PAR LEURS CONCITOYENS COMME DES FASCISTES BARBARES. 125 policiers pakistanais de l'ONUCI honorés de la médaille des Nations Unies, Guiglo, le 18 janvier 2010... ». Ainsi que le commentaire apparaissant sous ses photographies .- "POUR MENER LA GUERRE PSYCHOLOGIQUE DE RÉSISTANCE, IL FAUT PHOTOGRAPHIER TOUS LES SOLDATS DE L'ONUCI ET METTRE EN LIGNE LEURS PHOTOS! POUR QU'ILS SOIENT MISAU PILORI PAR LEURS CONCITOYENS COMME DES FASCISTES BARBARES ».

Ces censures exigées le sont par un argumentaire totalement fallacieux qui permettra demain aux NEONAZIS de SUPPRIMER LA TOTALITE DE LA PRESSE FRANCAISE :

Si la publication de la biographie et de la photographie de M. BOURRY qui exerce les fonctions de Commissaire divisionnaire détaché, Chef de la Police de l'Onuci ne saurait constituer à elle seule une atteinte à la vie privée au sens de l'article 9 du code civil dés lors que ce dernier exerce une fonction officielle et importante au profit de l'ONUCI, les accusations relayées, sur ce site, sont, elles, de nature à nuire gravement à la réputation de M. BOURRY.
Il convient en effet de constater que ces accusations ( : "criminel fasciste.... Il sera sur le banc de l'infamie... dont les crimes sont plusieurs dizaines de million de morts de bébés africains...") présentent un caractère manifestement excessif, qui excèdent manifestement le droit à la liberté d'expression, consacré par l'article 10 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés.
Elles constituent une atteinte caractérisée à la réputation de M. BOURRY, élément intrinsèque de la vie privé garanti par l'article 8 de la convention européenne des droits de l'homme, et doivent en conséquence être retirées - l'urgence étant caractérisée par le fait qu'il convient de faire cesser dans les meilleurs délais cette atteinte à l'image de M. BOURRY- sous astreinte, selon des modalités qui seront précisées au dispositif de la présente décision.

 

Mais ce commentateur a fait ce que Fabrice Arfi n'a pas fait :
BRISER LE MUR DU SILENCE !

26/04/2013, 19:34 | Par xav17 en réponse au commentaire de Yanick Toutain le 26/04/2013 à 13:17

Trop long...rien à faire ici.

28/04/2013, 16:48 | Par Yanick Toutain en réponse au commentaire de xav17 le 26/04/2013 à 19:34

Bravo et merci xav17 pour avoir dénoncé cette prétendue défense de la vie privée. Elle est en train de devenir le prétexte à d'intolérables attaques de la part de ceux qui veulent pouvoir continuer leurs activités déliquantes et criminelle dans l'ombre.
Encore bravo !

26/04/2013, 11:50 | Par sansai en réponse au commentaire de Marie-Claire le 26/04/2013 à 11:27

(oh, et la bienvenue, au fait, butor que je suis.)

26/04/2013, 11:31 | Par Thierry T. d'Ouville

En espérant que vous renforcerez, dans ce sens, la jurisprudence.

26/04/2013, 11:33 | Par Thierry PELTIER

Le métier de journaliste est vraiment mis à mal pour le moment. En marge de cette affaire, lisez ceci : http://www.lesoir.be/232614/article/debats/chroniques/2013-04-26/l-info-un-revolver-sur-tempe

26/04/2013, 11:54 | Par jk63

Très bien ,très clair

26/04/2013, 12:20 | Par Célestine

Oui travail indispensable. Avec vous. Claire Delaroche

27/04/2013, 12:31 | Par LA PARIGOTTE en réponse au commentaire de FANTA DIALLO le 26/04/2013 à 12:28

l'indépendance des journalistes vis-à-vis des propriétaires du journal ?  Innocent

27/04/2013, 13:24 | Par LA PARIGOTTE en réponse au commentaire de ZOROBABEL le 26/04/2013 à 12:49

Mon fils a eu un sujet de dissertation "Trop d'information tue l'information"... Il y a toujours eu, depuis la nuit des temps, énormément d'information (la bibliothèque d'Alexandrie au 3e siècle avant J.-C. : 700 000 ouvrages...). Mais avant la Révolution Internet, cette information était produite par une élite à l'usage de l'élite et des dirigeants (notamment l'Eglise).

Ce qui gêne certains aujourd'hui c'est que le peuple a maintenant directement accès et est directement producteur d'information. Les technocrates de l'information se sentent dépossédés de leur pouvoir. "Internet plein d'erreurs, d'intox"... parce qu'avant ce n'était pas le cas ? même dans la Bible, il y a des erreurs -  "Trop d'information"? quelle blague !  C'est sûr que Médiapart a divulgué TROP d'information aux yeux de certains. On n'a pas fini de s'attaquer à vous ! Vos confrères assujettis à leurs patrons doivent crever de frustration et de jalousie. Quant aux délinquants concernés ils ont les moyens et les réseaux pour ne pas vous lacher. Publier un extrait d'enregistrement c'est du recel d'information ? et publier la photo de Copé en bonne compagnie avec Takkiedine ? On ne peut plus rien dénoncer donc ? Laissons ces beaux messieurs à leurs turpitudes dans le meilleur des mondes...

26/04/2013, 16:34 | Par srhm en réponse au commentaire de Sycophante le 26/04/2013 à 14:41

À mon sens, notre droit actuel le permet déjà, ne serait-ce que sur le fondement de la CSDH justement (et oui, certains ont tendance à l'oublier mais le premier juge de la convention est le juge national, qui doit l'appliquer et la faire prévaloir sur la loi fr au besoin).

Tout comme notre législation essaie déjà de ménager la chèvre et le chou, à savoir le secret des sources et l'Etat de droit (j'entends par là ne pas non plus donner un blanc seing complet à tout journaliste), notamment avec le fameux concept "d'impératif prépondérant d'intérêt public" qui permet aux juges d'aller se mêler des sources et de la façon d'exercer d'un journaliste suspecté d'avoir commis un délit dans le cadre de sa profession. Mais c'est plutôt insatisfaisant, pour tout le monde, parce que la notion est mal définie (il est vrai aussi qu'elle est récente, donc peu de jursiprudence pour en fixer les contours) et donc les choses sont très incertaines sur ce point pour l'instant (même la notion de "journaliste" n'est pas aussi simple qu'on peut le croire, au sens de la loi de 1881 elle ne se limite pas forcément aux seuls détenteurs d'une carte de presse). Bref, on peut sûrement faire beaucoup mieux en droit national, du reste il paraît que c'est en cours. :-)

26/04/2013, 13:24 | Par Maria LAVIGNE

Attendons le 28 mai dans la sérénité. Le Droit de  Savoir vaincra . Le livre d'Edwy a trouvé sa place dans mon sac pour les jours prochains.

Du bon Armagnac (du vrai) est disponible si vous passez par ici. En attendant, total soutien pour vos investigations.

Toute votre équipe va me manquer pendant quelques jours...

très cordialement

26/04/2013, 13:29 | Par punku

Monsieur Arfi,

Qui, précisément et nommément, est à l'origine de cette procédure ? Qui a pris l'initiative, à la demande de qui, et qui sont les juges en charge du dossier ?

Avec tout mon soutien.

27/04/2013, 07:51 | Par ptetmai en réponse au commentaire de punku le 26/04/2013 à 13:29

On est tout  de même à la merci du caractère, des convictions politiques et du moral du moment du juge.

27/04/2013, 13:21 | Par LA PARIGOTTE en réponse au commentaire de ptetmai le 27/04/2013 à 07:51

Eh oui ! ce sont des êtres humains...

26/04/2013, 13:29 | Par Pascal BOISSIERE

Avec vous !

Bien à vous

Pascal

26/04/2013, 13:50 | Par Philodeme

Votre enjeu dans ce procès, qui est notre enjeu, est démocratique mais il me semble qu'il s'exerce dans une république plutôt oligarchique que démocratique. 

De Gaulle appelait ce système politique la république des partis, je compléterais en précisant que ce sont les partis qui trient et cooptent les personnages soumis à nos suffrages. Les divulgations sur les fortunes suite à l'affaire Cahuzac montrent que ces partis politiques cooptent largement dans la zone sociale de la grande bourgeoisie, celle décrite par Claude Chabrol dans ses films. 

26/04/2013, 14:23 | Par solange beique

Ne lâchez pas , justement les francais ont une telle chance de vous avoir, félicitation pour votre travail de PROS , merci M. ARFI.

26/04/2013, 15:19 | Par Lechiffre

NE VOUS INQUIETEZ PAS!

Ni vous ni E. Plenel n'etes en photo sur le Mur des Cons.

Tout va bien.

27/04/2013, 10:49 | Par PeterSmall en réponse au commentaire de Lechiffre le 26/04/2013 à 15:19

C'est bien là, aussi, que le problème se pose. On voudrait être sûrs que la décision serait la même pour des journalistes engagés à droite, ou très à droite et figurant sur le fameux mur, pour rappeler la célèbre formule de Voltaire....

27/04/2013, 13:20 | Par LA PARIGOTTE en réponse au commentaire de Lechiffre le 26/04/2013 à 15:19

A propos : comment ce mur des cons qui se trouvait dans un local privé a-t'il été porté à la connaissance de tout le monde. Une taupe ? une effraction ?

 

26/04/2013, 16:32 | Par Hocky

A partir du moment ou l’on a connaissance d’un délit, ne pas en informer la justice et l’opinion relève de la complicité.

Médiapart n’ayant pas organisé les enregistrements, je ne vois pas ce qu’on pourrait lui reprocher, mais à partir du moment ou ces enregistrements sont arrivés entre leurs mains, sans l’avoir provoqué, compte tenu de la nature délictueuse des faits qu’ils révèlent, ne pas en prévenir la justice et l’opinion relèverait de la complicité, en tout cas c’est mon interprétation.

26/04/2013, 16:07 | Par zorbeck

C'est vrai que F Arfi a raison de se méfier de la justice française, qui est quasi systématiquement là pour défendre les interets de l'establishment. Je songe ici aux condamnations surréalistes de Kerviel et d'un trader d'une caisse d'épargne à la suite de procès où tout a été systématiquement fait pour innocenter les employeurs et éviter de leur poser des questions qui auraient pu géner. Pour prendre un point de comparaison, les cadres dirigeants de Goldman Sachs ont eu à répondre à des questions publiques et salées de la part de juges américains. On cherche vainement un équivallent en France.

28/05/2013, 21:42 | Par Edouard Drieux en réponse au commentaire de zorbeck le 26/04/2013 à 16:07

Un équivalent, cher Zorbeck?

Par exemple M. J. Y. Haberer, lourdement condamné à verser 1 € au C.L. en 2005, malgré son excellente gestion.

Tous comptes faits , il n'est pas terrible,mon exemple.

26/04/2013, 16:15 | Par pierrepredali

Vous allez gagner....ou plutôt, nous allons gagner !

Avec vous,

Pierre

27/04/2013, 08:44 | Par kirios1 en réponse au commentaire de pierrepredali le 26/04/2013 à 16:15

"Vous allez gagner..."

rien n'est moins sûr ! la "justice" française  a besoin , elle aussi d'un grand nettoyage. pour le moment , je ne lui fais pas confiance.

quoi qu'il en soit , bravo et merci Monsieur Arfi , bravo et merci  Médiapart .

j'espère  que cette VI eme  république  enlèvera les guillemets à cette "justice "française , elle aussi , bien malade  et qui sans l'aide de Médiapart continuerait  à faire la révérence à des voyous de haute volée .

26/04/2013, 16:22 | Par gambelle

Et quand les journaleux d'atlantico essaie de vous imiter ça donne le mur des cons ! j'espère que leurs portraits ont été rajoutés !

sphère privée, sphère publique ? comment pourrait-il faire la différence ?

26/04/2013, 16:33 | Par Leséparges

Naturellement vous avez raison .

Mais vous savez bien qu'il y a deux justices .

Celle qui enquête et cherche à faire émerger la vérité .

Et celle qui étouffe surtout dans les affaires d'état .

Sous la sarkozie nous avons eu surtout affaire à la seconde .

Les politiques ont les moyens de confier les affaires , à condition qu'elles arrivent aux mises en examen , à des magistrats ad hoc qui éteindront toute action publique .

Ou de faire trainer indéfiniment .

Ou de prononcer des non lieux pour vices de forme .

Etc.

Certains avocats aussi sont très doués pour trouver la petite bête qui fera faire pschitt à l'action en justice .

Ce n'est pas pour rien que la droite attaque en permanence cette justice . A commencer par la garde des sceaux , qui oh surprise  ne plie pas , ce qui est gênant pour des gens corrompus et pas un peu . Puis  à travers le SM . Et par exemple son tableau des cons si bien et si mal venus .

Je suis certain que MdP s'en tirera les doigts dans le nez .

Petit avantage de la hollandie .

26/04/2013, 16:31 | Par Gérard Decoupigny

Il ne manquerai plus que ça. Courage nous vous soutenons. Et,s'il faut signer une pétition, je signe des deux mains.

27/04/2013, 01:07 | Par ralbol en réponse au commentaire de nadja le 26/04/2013 à 17:12

Il mérite beacoup mieux c'est un excellent journaliste!la légion d'honneur est distribuée à tous les corrompus!!!aujourd'hui l'honneur est de la refuser!

27/04/2013, 12:50 | Par LA PARIGOTTE en réponse au commentaire de nadja le 26/04/2013 à 17:12

Le prix Pulitzer. Non ?

26/04/2013, 17:30 | Par jojo55bour

Courage Fabrice,ne lachez pas nous sommes avec vous,nous

vous soutenons,signons une Pétition qui vous ferait gagner!

26/04/2013, 17:41 | Par roycoco

Hélas, Fabrice Arfi le journalisme est la plupart du temps un délit !! un délit de complaisance...

26/04/2013, 17:51 | Par denis coquereau

" Le journalisme n'est pas un délit "

Ca dépend de quel Journalisme , de quel Journaliste..Tu devrais relire l´histoire..

Aujourd'hui même , que penses tu de tous ces journalistes qui se sont vendus a différents inerêts , et diffusent des informations tronquées , fausses construites , faites pour te manipuler , te tromper...avec pour récompense quelques billets...

A mon sens ce n'est point un délit...

C'EST UN CRIME...

26/04/2013, 18:36 | Par Agnès GOUINGUENET

@FABRICE ARFI.

-

Le journalisme indépendant et scientifique fait peur à ceux-celles qui n'ont pas la conscience tranquille.

-

Ou bien c'est atteinte à la vie privée, ou bien c'est acharnement psychiatrique, ou bien c'est je ne sais quoi ... Tout est bon à prendre pour couler celui-celle qui DENONCE les coupables.

-

Il faut informer avec preuves claires, pour aider la justice. Sans relâche. Et pratiquer le "recel" tant que l'on n'est sûr de rien.

-

Il ne s'agit pas d'un vol de pommes par un gamin qui a faim ...

-

A suivre avec confiance.

-

Sourire

26/04/2013, 18:29 | Par lisadavid

Solidaire...
Bravo pour votre travail de journaliste normal !

 

26/04/2013, 18:54 | Par Nigelle De Damas

Dans une des séquences audio, on pouvait entendre un conseiller financier annoncer qu'un procureur allait classer une affaire sans suite en Septembre, ceci suite à une discussion avec un conseiller de l'Elysée ... et on entendait clairement qu'il ne fallait pas surtout pas en parler :-)

Vivement le 28 Mai !

26/04/2013, 18:58 | Par LEILA BENHIMA

Je ne comprends pas que l'on appelle " recel " un dépot.

Le " recel " tient de la complicité avec éventuellement volonté de nuire...

Etre dépositaire crée une responsabilité, celle d'informer, éventuellement de protéger une personne âgée.

Un journaliste est par essence " dépositaire " de témoignages, dérangeant peut être pour certains mais quel sens cela a d'être " recelleurs " de témoingnages ?

Un magistrat est dépositaire de l'ordre publique et par conséquent peut infliger des peines pénibles. En quoi est ce différent ?

26/04/2013, 18:59 | Par LEILA BENHIMA

Je ne comprends pas que l'on appelle " recel " un dépot.

Le " recel " tient de la complicité avec éventuellement volonté de nuire...

Etre dépositaire crée une responsabilité, celle d'informer, éventuellement de protéger une personne âgée.

Un journaliste est par essence " dépositaire " de témoignages, dérangeant peut être pour certains mais quel sens cela a d'être " recelleurs " de témoignages ?

Un magistrat est dépositaire de l'ordre publique et par conséquent peut infliger des peines pénibles. En quoi est ce différent ?

26/04/2013, 19:59 | Par capucine75

Si on peut mettre en cause, non seulement des journalistes, mais n'importe quels citoyens quand ils révèlent des informations d'intérêt public et que de plus, en apportant des preuves on les accuse de recel, faut plus s'étonner de quoique ce soit. La raison est perdue. Il y a comme un trop d'écriture, chacune chevauchant l'autre et s'annulant elle même. Système s'automangeant, gloutonnant, éructant....

Bon courage, car il en faut et merci pour ce que vous faites.

26/04/2013, 20:00 | Par capucine75

Si on peut mettre en cause, non seulement des journalistes, mais n'importe quels citoyens quand ils révèlent des informations d'intérêt public et que de plus, en apportant des preuves on les accuse de recel, faut plus s'étonner de quoique ce soit. La raison est perdue. Il y a comme un trop d'écriture, chacune chevauchant l'autre et s'annulant elle même. Système s'automangeant, gloutonnant, éructant....

Bon courage, car il en faut et merci pour ce que vous faites.

27/04/2013, 13:16 | Par LA PARIGOTTE en réponse au commentaire de Martine C. le 26/04/2013 à 20:09

Merci - lecture jouissive !

"absence de sérieux, insuffisance de rigueur, carence de fond, manque de bonne foi... "

Un élève d'une école de journalisme se suiciderait, je crois, avec des appréciations pareilles !!!

26/04/2013, 21:56 | Par arazat

Notre meilleur soutien est de diffuser largement autour de nous ces saines lectures. Merci a ce journal d'exister

26/04/2013, 23:56 | Par Libourette

Même si tous les lecteurs vous le disent,  je prends le risque de répéter... : je tiens à vous dire toute mon admiration pour ce billet clair, qui retrace une enquête scrupuleuse et toute ma confiance dans la décision du 28 mai. 

Bravo. Merci

27/04/2013, 00:20 | Par Bruno RIVIER

L'objectif de ces odieuses attaques en justice par les puissants ou leurs laquais n'est PAS de gagner...mais de harceler, d'épuiser, et d'éliminer toute véléité d'enquête chez d'AUTRES JOURNALISTES.

==> Et çà fonctionne d'autant plus que TOUT PROCÈS COÛTE cher MÊME en cas de victoire, même quand la Justice reconnait et condamne l'abus de droit du riche puissant.

Merci à Mediapart de soutenir Fabrice Arfi et merci à Denis Robert qui a sû montrer la voie de la RÉSISTANCE !

27/04/2013, 01:14 | Par ralbol

Merci à Fabrice Arfi!Si tous les journalistes de télévision pouvaient te ressembler je regarderai à nouveau les journaux t.v.!

27/04/2013, 05:04 | Par Annie Madarasz-Bauchet en réponse au commentaire de ralbol le 27/04/2013 à 01:14

Les journalistes qui étaient dans l' émission de jeudi soir "Des paroles et des actes" n'ont pas brillé par leur lucidité sur l' état "démocratique" de la France. Il ne fait pas bon en ce moment de défendre la "Démocratie" face à ces laquais qui  véritablement dégoisent  sur les média publics, parler des "sans voix" qui font la queue aux soupes populaires et à pôle emploi est la marque d' un manque d'élégance face à la pensée dominante, difficile pour qui que ce soit  de dénoncer la connivence entre les politiques, les lobbies et la finance, etc...

 

Le spectacle de Pujadas et ses compères jeudi soir était édifiant, en face d'eux il n'avait pas un élu du peuple qui défendaient ses propositions et ses convictions politiques mais "une bête" à abattre. Tous ces journaleux donnent vraiment  du foin au F.N.

 

Le plus grand tort de Cahuzac n'est pas d'avoir ouvert un compte bancaire dans les paradis fiscaux mais de l' avoir avoué. Pour Mélenchon, son tort n'est pas d'avoir des convictions mais de dénoncer les magouilles et d'apporter un point de vue qui pourrait mettre en péril les intérêts des possédants.

 

 

27/04/2013, 03:58 | Par Amel BELHADJ

Tout simplement... Merci !

27/04/2013, 06:30 | Par HigherCTA

Ces mises en examen sont très étonnantes en effet.

Elles contredisent sinon la lettre au moins l'esprit de l'article 434-1, voire 434-3 du code pénal qui condamne la non-dénonciation de crime à 3 sans d'emprisonnement et 45  000 euros d'amende. L'article stipule même une circonstance aggravante si la victime est une mineure.

Bien sûr, il ne s'agit ici que d'un délit mais la victime à été déclarée incapable juridique. Comment dénoncer le délit sans révéler le quotidien de la vie privée ? D'une part, il n'y a pas d'intention délictuelle. Mais surtout, sans ces révélations, Liliane Bettencourt continuerait d'être la victime de délits punis par la loi.

27/04/2013, 07:22 | Par DAVIDNIVEN

Bravo,

Continuez le combat.

27/04/2013, 08:37 | Par laurent Lasserre

Votre travail de recherche et de diffusion de la vérité , des faits, des actes, est un travail qui grandit le métier de journaliste et qui en est l'essence. Il faut poursuivre sur cette même voie et alors, les autres médias suivront ou se défausseront. Dans tous les cas, chacun marquera sa position.

Les gens sont tellement habitués à de la com qu'ils en oublient la réalité.

27/04/2013, 09:27 | Par Crocus

Etant donné la solidarité mutique, la complicité et la collusion, constatées des milieux politico-financiers pour leurs petites saletés inavouables, on ne voit pas comment seraient dévoilées leurs grosses et petites magouilles sans le journalisme d'investigation et d'information. Qui pourrait porter plainte si aucun citoyen n'en était informé?

Ce serait tellement mieux pour les truands de la Politique de gruger les citoyens en toute tranquillité. Pour eux, ce serait tellement plus simple si vous étiez censurés, "empêchés" ou tout simplement inexistants!

Les truands de la République (de tous partis) sont des politiciens qui se tiennent les coudes ou se servent du chantage lorsqu'ils ont connaissance des malversations de certains politiques de l'opposition. L'alternance du pouvoir fait qu'ils connaissent les petits secrets de chacun . Ils préfèrent être maître-chanteurs plutôt que d'alerter la Justice. Bref, ils se servent d'abord pour avoir le pouvoir et ils desservent l'intérêt général et la moralité politique.

Sans le journalisme, il n'y aurait JAMAIS d'affaires d'Etat, de scandales politico-financiers...   d'autant plus que le Parquet est encore à la botte de l'exécutif, donc pas indépendant.

Vous allez gagner, Messieurs Plenel et Arfi. (sinon,  ce serait grave pour la Démocratie et je n'y comprendrais plus rien!)

27/04/2013, 10:01 | Par LESSIEUX

Bravo Edwy et Fabrice, attendez vous a être traités d' Arfi-nul par les Atlanteticos and c° qui s' entendent  à  vous déconsidérer, à vous discréditer, à vous salir,pour obtenir dans les résultats du classement des métiers a éviter, les pires, la première place pour les journalistes ! 

Pour notre part nous vous aimons et j' ai l' impression que les tons de certains changent que des dévoilements sur des positions se font plus en plus jour, que d'une part un ton un peu plus invigoratif est reconnu et se répend même dans la PQR et d' autres les Atlantes-Icos et Valeurs factuelles sont plus méprisantes et agressives. Y a du boulot, le votre est excellent. A bientôt, demain et +..... 

27/04/2013, 10:14 | Par Vivre est un village

En un mot, il est difficilement concevable de reprocher à des journalistes de détenir ou d’avoir détenu les preuves de ce qu’ils écrivent, à condition, bien entendu, que les informations publiées relèvent de l’intérêt public et non de la vie privée. C’est ce qu'en droit, l’on nomme le « but légitime ». « Le but légitime poursuivi par l’information (judiciaire – Ndlr), lequel submerge tout protestation tenant à l’intimité de la vie privée, tient évidemment à la nature des intérêts en cause : la conformité à la loi fiscale de l’une des premières fortunes de France, l’existence d’un possible conflit d’intérêts entre le ministre du budget, son épouse et l’une des premières contribuables françaises, etc. », observent les avocats de Mediapart.

Un grand merci pour ce rappel.

A bientôt.

Amitié.

27/04/2013, 10:49 | Par Eric Simon

Je ne doute pas que la Cour d'Appel confirmera la décision de première instance, qui si bon me semble avait donné raison à Médiapart non?

Vous avez raison, affaire capitale, à suivre donc ... Surtout que la décision de la cour d'appel, même si éventuellement faisant l'objet d'un recours en cassation fait office de chose jugée.

27/04/2013, 11:04 | Par mauwa09

Les politiques votent des lois qui les protègent, les avantagent (absence de contrôle, exemption d'imposition, avantages divers: intérêt d'emprunt, réserve parlementaire,...)et chargent la justice de faire respecter la loi et parfois la freinent avec plus ou moins d'éfficacité.

Ne lachez rien, continuez à les mettre face à leurs contradictions , leur égoïsme, leur lacheté!

27/04/2013, 12:25 | Par dianne

Pour info

Prochaine journée de l'Appel des appels

Comment peut-on aujourd'hui exercer son métier de journaliste ?

Samedi 25 mai, de 9h à 18h

université Pierre-et-Marie-Curie (amphi 25)

4, place Jussieu, 75005 Paris

Après les trois premières journées du 14 avril, du 7 juillet, et du 27 octobre (Cycle "Que deviennent nos métiers ? Comment et à qui en rendre compte ?"), l'Appel des appels vous invite vivement à poursuivre les réflexions engagées lors de la quatrième journée, qui aura lieu le samedi 25 maià Paris.

Le thème de cette journée sera :

Comment peut-on exercer aujourd'hui son métier de journaliste ?

En dépit des apparences, le journalisme fait partie des professions de l'humain. Il parle des hommes et s'adresse aux hommes. On dit même qu'entre les uns et les autres, le journaliste est un passeur. L'Appel des appels qui regroupe des professionnels du soin, de l'éducation, de la justice, de la culture, de l'information, refusant leur normalisation technocratique et comptable, oppose leur «cœur de métier» aux dérives d'inspiration néolibérale et à la tyrannie des procédures.

Cette même question est posée au journalisme confronté à l'information digest, aux procédures, au conformisme professionnel, aux dérives du tout-faits divers, des vérités officielles, du consensus ordonné, et, au final, à une mise en cause répétée de sa crédibilité.

Le journalisme a-t-il aussi un «cœur de métier» ? Si oui, lequel ? Comment aujourd'hui peut-il s'exercer ? Et, dans un deuxième temps, quelle perception en ont les professions de l'Appel des appels qui se posent la question du traitement médiatique de leurs métiers ?

Ces problématiques seront au centre de la nouvelle rencontre organisée par l'Appel des appels le 25 mai à Paris. Le débat s'ouvrira à l'issue de la projection du film «Profession journaliste» de Julien Després.

Programme de la journée

8h45-10h45

Accueil et projection du film «Profession : journaliste» de Julien Després (1h10 min).

11h-13h

Témoignages de Stéphane Paoli (France Inter), Sophie Peters (La Tribune), Edwy Plenel (Médiapart), Charles Sylvestre (Amis de L'Humanité). Animation : Roland Gori et Cécile Cabantous.

 14h30-16h

Conditions d'exercice du métier, évolutions, propositions : avec Emmanuel Vire, secrétaire national du SNJ-CGT, Jacques Morandat, président de l'Alliance internationale de journalistes, Cécile Cabantous, adhérente du SNJ-CGT. Table ronde animée par Michel Blay.

 16h15-18h00

Métiers et médias, ou comment les médias rendent compte des résistances dans des métiers du soin, de la santé, de l'éducation, du journalisme lui-même : débat avec la salle. Animation : Julie Caupenne (éducation), Emmanuel Saint-James (recherche), Nicolas Roméas (revue Cassandre/Horschamp), Joël Plantet (Liaisons sociales), Patrick Conrath (Journal des psychologues), Evelyne Petroff (gynécologue)

 

27/04/2013, 12:59 | Par LA PARIGOTTE

"Le journalisme n'est pas un délit". Ca dépend de quel journalisme on parle !

Celui qui nous endort et nous trompe est un délit pour la Démocratie.

Celui qui réveille le peuple et l'instruit est un délit pour la tyrannie et la corruption.

Le journalisme n'est jamais innocent.

 

Ceux qui vous reprochaient de ne pas produire vos preuves sont encore actifs on dirait...

27/04/2013, 13:47 | Par jamesinparis

Pour s'informer vraiment...

S'informer vraiment...S'informer vraiment... © A Figaro On S'en Fout !

27/04/2013, 21:14 | Par Le Marmouset

mediapart.png

Depuis sa création, Mediapart tire le signal d'alarme sur la crise profonde qui touche l'ensemble des systèmes d'information.

Informer est-il un acte délictueux ? Non, alors bonne continuation. Et encore BRAVO.

27/04/2013, 23:34 | Par Méditerranéenne

Chapeau bas M.Arfi ! Bisou

28/04/2013, 08:49 | Par STRAMOINE

Bonjour M. Arfi, je croise les doigts pour que la justice constate que vous avez effectivement fait le tri dans ces enregistrements, et qu'en retirer ce qui relève de l'intime pour ne livrer que des conversations autour d'actes crapuleux, relève aussi de "l'assistance à personne en danger".

Il y a certes l'information sur l'aspect politique de ce qui a suivi, mais également l'aspect humain qui dénonce l'abus de faiblesse par tous ces vautours qui virevoltaient autour du magot de la dame -même si elle n'était pas encore déclarée malade.

Vous auriez manqué à votre devoir en négligeant l'examen de ces bandes magnétiques, et vous méritez la reconnaissance de tous ceux qui sont soucieux de recevoir des informations d'intérêt public, comme les révélations de la suite de cette affaire l'a montré.

28/04/2013, 16:53 | Par bérangère bonvoisin

28/04/2013, 20:11 | Par miradou

En  matière de maltraitance, le signalement reste un cas de conscience, le choix personnel d’un professionnel ou l’acte de courage d’un simple témoin qui ose dénoncer, signaler c’est prendre la responsabilité de faire évoluer une situation familiale complexe dont on ne maîtrise pas tous les ressorts, mais c’est aussi l’obligation de faire cesser un délit dont on a pu avoir connaissance.

Mutatis mutandis, le majordome, simple témoin, et le journaliste, professionnel de l'information, avaient-ils, oui ou non, l'obligation de faire évoluer une situation familiale pour le moins scabreuse et faire cesser un délit dont ils ont pu avoir connaissance ?

29/04/2013, 08:35 | Par Nigelle De Damas

Atteinte à la vie privé ? Il est vrai que le moment ou Liliane réclame un petit peu d'eau chaude pour son thé alors que Patrice lui énumère ses millions a droite et a gauche sur ses comptes non déclarés en Suisse, constitue une forme d'atteinte à la vie privée :-)  De nos jours on ne peut même plus allumer la bouilloire peinard ! Mais que fait la police ? Le réseau K ?

29/04/2013, 08:47 | Par Becquet53

Continuez on vous soutient, le doit et le devoir de l'information.

"Les hommes du président" version française.

29/04/2013, 09:48 | Par fabrizia

Quelqu'un connaît-il la "réponse" de la cour d'appel de Bordeaux ?

Soutien, par ailleurs, à F. Arfi, véritable journaliste d'investigation.

29/04/2013, 10:15 | Par Vivre est un village

dans ce volet de l'affaire Bettencourt, on ne reproche pas à Mediapart d'avoir mal fait, mais tout simplement d'avoir fait. Non, le journalisme n'est pas un délit.

Un grand merci pour faire votre travail avec une telle énergie, pugnacité un souci d'éthique.

Vous êtes l'honneur des journalistes de Mediapart et du journalisme en général.

Vous avez tout mon (nos) soutiens.

A bientôt.

Amitié.

29/04/2013, 12:44 | Par Jean TRAMUSET

''Le journalisme n'est pas un délit'' ? Mais, franchement, qui a dit cela ? Sinon des qui, aujourd'hui, permettent à F. Arfi de dire ce qu'il dit ; bref, des, dont, s'ils n'avaient pas aujourd'hui permis à F. Arfi de dire ce qu'il dit, ni F. Arfi, ni la rédac de Mdpt n'auraient perdu une seule seconde à dire un seul mot.

D'où la conclusion : non, le journalisme n'est pas un délit ; mais si, s'agissant maintenant de la façon dont, parfois, il s'autopromeut, on parle de quelque chose qui peut aller jusqu'à confiner à l'embabouinage ?

JT    

29/04/2013, 13:25 | Par Passifou

Monsieur Fabrice Arfi, Smiley respect chinois salut

Vous avez dit: Si la cour d'appel de Bordeaux devait répondre “oui” à ces deux questions (l'accusation contre Mdp), ce serait à l'évidence une défaite pour le journalisme.

Oui, d'une certaine façon, mais ce n'est pas le plus important.

Après tout, avec cette affaire, le journalisme subit une simple agression, d'une violence hors norme, c'est vrai, mais il n'est pas remis en cause, bien au contraire.

Ce n'est pas lui qui ressortirait le moins du monde sali même par une condamnation.

On a des mises au pilori qui sont un honneur. L'honneur de Mdp et le vôtre dans cette affaire, quel que soit le résultat, sortira grandi, du moins aux yeux des gens dont l'opinion compte.

Les défaites, une qui est déjà avérée, l'autre qui risque d'être infligée, ne sont pas pour le journalisme, mais bien pour le droit et la justice.

Depuis le début de cette affaire, il n'y a pas matière à poursuivre Mdp, dès l'entrée en mouvement de la machine judiciaire, dès lors que la plainte a été jugée recevable, que l'on a considéré qu'il existait matière à juger, les moyens de l'Etat faisaient l'objet d'une manipulation.

Ce jugement, non pas son futur énoncé, mais toute la procédure, signe la faillite de la justice.

C'est bien plus grave qu'une défaite du journalisme.

On voit les moyens de l'Etat et de la collectivité, au service d'une stratégie qui vise essentiellement à protéger des intérêts particuliers et partisans.

Le fait qu'il soient eux même hors la loi n'ajoute qu'à l'extrême gravité de la situation.

A travers la justice, c'est la démocratie qui est poignardée au coeur de sa légitimité.

C'est la grande leçon du sarkozysme, qui pose la question: comment l'Etat et sa représentation peuvent se trouver au service d'un clan, contre l'intérêt public?

Grâce à vous, nous en avons de très nombreuses explications et démonstrations.

Soyez-en une fois de plus remercié, veuillez croire en tout mon soutien personnel et citoyen.

29/04/2013, 19:25 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Passifou le 29/04/2013 à 13:25

On a des mises au pilori qui sont un honneur. L'honneur de Mdp et le vôtre dans cette affaire, quel que soit le résultat, sortira grandi, du moins aux yeux des gens dont l'opinion compte.

Un grand merci pour ce rappel.

A bientôt.

Amitié.

29/04/2013, 18:09 | Par Marielle Billy

Bravo et soutien total pour ce travail qui donne tout son sens au "droit de savoir".

Marielle Billy (pour l'association Collectif d'Abonnés de Médiapart).

03/02/2014, 18:54 | Par Yanick Toutain en réponse au commentaire de Marielle Billy le 29/04/2013 à 18:09

Soutenez -vous le droit de savoir ce qui s'est passé à ABidjan le 16 décembre 2010 ?
Les 10 policiers assassinés par les putschistes de Soro alliés de l'ONUCI de Jean-Marie Bourry - qui protégeait le QG putschiste ?
Soutenez-vous le droit de savoir les tirs à balles réelles de l'ONUCI le 29 décembre 2010 par cette même ONUCI d'occupation à qui le président légitime avait intimé l'ordre de quitter le territoire ivoirien 2 semaines avant ?
Soutenez-vous le droit de dire la vérité sur la Côte d'Ivoire, sur Ouattara, le Pinochet africain, sur le Mali ? sur la Centrafrique ?

OU BIEN par votre silence et par le censure soutenez-vous les juges du TGI d'Angoulême me condamnant pour ATTEINTE A LA VIE PRIVEE pour le motif qu'en matière politique , les "propos excessifs" sont - quels qu'en soient les domaines concernés - des "atteintes à la vie privée ?
(LIRE L'ARTICLE QUE JE REFUSE D'EFFACER comme PREUVE des MENSONGES DELIRANTS DES JUGES VOYOUS INVENTANT DE LA VIE PRIVEE DANS CET ARTICLE)
Soutenez-vous cette délirante jurisprudence que d'autres juges que ceux de Bordeaux et d'Angoulême utiliseront demain ?
Soutenez-vous la Cour d'Appel de Bordeaux qui a confirmé cette jurisprudence fasciste inventant la condamnation politique par "atteinte à la vie privée" de quelqu'un quand on se contente de RECOPIER SON CV sur le site de l'ONU ?
Soutenez-vous la censure qui a fait disparaitre de Google mon blog Mediapart ?
Après que 1400 personnes soient venues ici recommander mon article concernant l'invasion du Mali , la censure de Médiapart s'est acharné à réduire le nombre des lecteurs de mes articles....

JEUDI 19 DÉCEMBRE 2013A Edwy Plenel (Avant 1944, certains ricanaient quand on leur parlait de la Libération
Soutenez-vous cette intoxication de Google Actualités ?
Soutenez-vous les multiples censures de mes commentaires - dès lors que l'occupation de l'Afrique en était le sujet au départ.....
Puis la censure de plus en plus délirante qui vient - depuis peu - même effacer des commentaires et des articles n'ayant plus rien à voir avec l'Afrique..... Même un texte sur la démocratie a subi cette censure délirante !!

03/02/2014, 18:55 | Par Yanick Toutain en réponse au commentaire de Marielle Billy le 29/04/2013 à 18:09

VENDREDI 10 JANVIER 2014Au fou ! La censure de Médiapart détruisant un commentaire #NiVallsNiDieudonné sans aucune raison !!! 

Après la Franceàfric, voici maintenant le refus de la dénonciation du complot Valls-Dieudonné !
On aura tout vu en matière de censure fasciste ! Voici que Médiapart - Géraldine Delacroix - ne censure pas seulement les commentaires en défense du président Gbagbo mais - nouveauté ahurissante - les commentaires approuvant les choix Ni Valls Ni Dieudonné de Edwy Plenel !
Au moment où le créateur de Médiapart parle de "crime" dans le comportement du ministre de l'Intérieur, son âme damné Delacroix pratique une censure fasciste totalement dépourvue de commencement de raison !!!!
Il n'est pas confirmé que ce serait la même censure a détruit la copie sur Médiapart de mon article

#NiVallsNiDieudonné Défense des libertés ! Non au complot pour médiatiser Dieudonné en détruisant nos libertés.
Quel les gens honnêtes aillent donc lire ce commentaire censuré :

  • Dépublication d'un commentaire par Mediapart‏Actionsclear.gifcontact@mediapart.fr (contact@mediapart.fr)
    À : yanicktoutainImage de contact@mediapart.fr

     


    Bonjour,
    Cet e-mail est une notification automatique.
    Le commentaire suivant a été dépublié par la rédaction de Mediapart :
    La démocratie, contrairement à ce que vous semblez croire est précisément l'ordre fasciste que tente d'instaurer Manuel Valls : la pouvoir sans limite de 5% de la population contre 95%
    La démocratie c'était 21000 esclavagistes appelés le démos et moqué par Aristophane (le "Molière" antique larbin de l'aristocratie ultra minoritaire)
    Ils dominaient 400 000 esclaves.
    La DICTATURE TRANSLUCIDE qui se construit de jour en jour a pour but de faire BASCULER 15% de la population humaine VERS les 80 % que sont les Africains, les Asiatiques spoliatés ....
    Ce qui se joue c'est la FIN de la DISTRIBUTION du BUTIN colonial
    Le but de Valls est de STIMULER LE MAXIMUM DE PROPOS et de PROPAGANDE ANTISEMITE en donnant le maximum d'exposition médiatique à Dieudonné.
    Au moment où la RUPTURE DIEUDONNE-SORAL était sur le point de DERAPER VIOLEMMENT (cf les propos tenus par eux)..... Valls FABRIQUE une STATURE DE HEROS à Dieudonné qui CONTRAINT SORAL et l'aile gauche anti-anti sémite de Dieudonné à RENTRER AU BERCAIL !!
    Valls veut UNE AUBE DOREE EN FRANCE !
    C'est son VERITABLE PROJET :  UNE ALLIANCE PUBLIQUE AYOUB-DIEUDONNE 

03/02/2014, 18:57 | Par Yanick Toutain en réponse au commentaire de Marielle Billy le 29/04/2013 à 18:09



 

29/04/2013, 23:20 | Par Lechiffre

Apparemment les merites du journalisme de revelation ne sont pas reconnus de maniere symetrique.

Le SNJ vient de demander que l'on sanctionne le journaliste-leur confrere!- "coupable" d'avoir fait et diffuse la video du "mur des cons" qui a "revele" la conception particuliere qu;avait le syndicat de la magistrature de l'independance de la Justice.

Alors, vous lui dites quoi au SNJ, Arfi? 

Y a t'il des gens qu'on peut designer a la vindicte publique et d'autres a qui il ne faut pas toucher sinon on se fache?

30/04/2013, 12:01 | Par Vincent DRAREG

Eh oui, M. Arfi, quel est votre avis sur l'affaire du "mur des cons" ?

22/05/2013, 01:18 | Par leimapi2@gmail.com

Bravo pour ce travail bien fait et tout tout.

A présent, ne pourrait-on se tourner vers cette étrange indutrie pharmaceutique qui fait du blé "ailleurs", en Inde par exemple...ou l'Afrique... Est-il-certain que rien ne pue du côté de produits testés à l'étrangers...dans quelles conditions???

Je sens une mousse nauséabonde monter...

29/05/2013, 10:57 | Par L'EFFRONTÉ

Il y a le droit et son interprétation . Il est vrai que coincer Mediapart doit en démanger certains ! Bon courage et SOUTIEN !

30/05/2013, 21:42 | Par echandon

"Ce ne sont pas seulement ceux qui font le mal qui rendent notre société infernale. Ce sont aussi ceux qui regardent, laissent faire et n'assument pas leurs responsabilités".

                   Albert Einstein

Newsletter