Sam.
01
Nov

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Pour une Protestation Populaire (ébauche)

La définition de la mondialisation donnée par Frédéric Lordon dans le "Monde Diplomatique" d'août 2011 me paraît tout à fait de nature à être transfomé protestation populaire. J'en propose une ébauche.

 

CE QUE NOUS NE VOULONS PLUS

 

 

 

Nous ne voulons plus de la concurrence faussée entre économies à standards salariaux abyssinalement différents;

Nous ne voulons plus vivre sous la contrainte actionariale exigeant des rentabilités financières sans limites telles, qu'associées à des opérations de délocalisation de nos emplois, elles nous conduisent à la paupérisation et au chômage;

Nous ne voulons plus être les otages de créditeurs qui se nourissent de notre endettement chronique dont ils sont les initiateurs et les responsables;

Nous ne voulons plus de l'absolue licence qui permet à la finance de déployer ses opérations spéculatives déstabilisatrice, le cas échéant à partir des dettes portées par les ménages (comme dans le cas des subprime);

Nous ne voulons plus que les pouvoirs publics, qui tiennent de nous leur légitimité, soient pris en otage et sommés de venir au secours des institutions financières déconfites par les crises récurentes d'un système politico-économique prédateur;

Nous ne voulons plus que le coût financier de ses crises systémiques soit assuré par les finances publiques et les contribuables et cela au détriment des usagers, des fonctionnaires, des licenciés économiques, des retraités, des chômeurs et des privés de droits et de devoirs;

Nous ne voulons plus que les citoyens soient dépossédés de tout emprise sur la politique économique, désormais réglée d'après les seuls désiderata des créanciers internationaux quoi qu'il en coûte aux corps sociaux;

Nous ne voulons plus que la politique monétaire de l'europe et de notre pays soit sous la seul responsabilité d'une institution échappant à tout contrôle du pouvoir politique légitimement souverain;

 

NOUS NE VOULONS PLUS DE CA !

 

 

 

 

Si on est plus nombreux à s'y mettre on devrait pouvoir faire mieux...

 

 

Tous les commentaires

12/08/2011, 04:57 | Par Annie Lasorne

D'accord avec le texte et les références, mais malheureusement une pétition, même serions nous dix millions (et on sera loin du compte) à la signer en France, qu'ils continuerons à s'en foutre !

C'est une action collective (grève générale ? manifestations de masse ? paralysie de l'outil de production ? paralysie des futures élections ?) qu'il faut et très rapidement, mettre en place, avant que des émeutes (qui vont arriver) ne nous dépassent.

Bien avant les élections du printemps 2012, pour bouger les hommes et les femmes politiques (en principe) d'opposition. Donc, dans un texte préalable (nécessaire), il faut au moins menacer d'une action et surtout se sentir capable de la mener jusqu'à son terme.

12/08/2011, 08:54 | Par Dilou en réponse au commentaire de Annie Lasorne le 12/08/2011 à 04:57

300 % d'accord..

Des textes comme celui-ci, c'est tout à fait sympa, mais en effet même si nous étions 10 millions à le signer (???) ce serait comme pisser dans un violon.

 

Merci quand même à Faunus.... Mais il n'est pas le 1e à se taper la rédaction d'un super texte où l'essentiel est dit.

 

Cordialement

 

12/08/2011, 13:16 | Par Faunus en réponse au commentaire de Annie Lasorne le 12/08/2011 à 04:57

@annie lasorne, @dilou, @uncas

Bien-sûr qu'il ne faut pas se faire d'illusions sur la portée d'une "pétition" et pas plus que vous je ne m'en fais, mais alors ne vous faites pas d'illusions, non plus, sur la portée des rassemblements d'indignés espagnols... Pourtant, dans mon esprit, l'ébauche, que probablement maladroitement j'évoque, aurait voulu s'inscrire dans la continuité de ce mouvement qui, à mes yeux, pourrait être le début de "quelque chose".... Mais j'en conviens "pétition citoyenne" n'est pas le chapeau correct. Il faudrait peut-être le remplacer par "protestation populaire". Cette protestation, élaborée le plus collectivement possible dans un langage simple et une complexité conceptuelle accessible au plus grand nombre, pourrait alors être portée par tout ceux qui s'y reconnaîtraient (médias, organisations, groupes sociaux, individus). Pour reprendre une idée émise, sur un autre fil, par deux médiapartiens (médiapartiennes je crois) il serait même très souhaitable que des groupes locaux se constituent, en une génération spontanée, pour porter à la connaissance, du plus grand nombre possible de citoyens, l'existence des cette protestation. La signature n'est pas l'essentiel. L'objectif devrait être le déclenchement d'un mécanisme d'agitprop susceptible d'être à l'origine de la création de mille "groupes octobre"...

Cordialement

12/08/2011, 05:00 | Par Annie Lasorne

... au détriment des usagers, des fonctionnaires, des licenciés économiques, des retraités, des chômeurs...

Manque, encore une fois, les plus pauvres d'entre les pauvres. Je ne sais même plus comment les nommer, tellement les termes ont été dévoyés, ostracisés... Tellement oubliés ! Y compris par les politiques de gauche et les syndicats ! Si vous saviez comme ça m'a mise en colère en 2007... (Fins de droit, allocataires du RSA, jeunes sans revenus, handicapés, SDF, immigrés...) Ayant malheureusement été au RSA pendant 4/5 ans, avant d'accéder au minimum vieillesse, je sais de quoi je parle... La stigmatisation générale, trop longtemps entretenue et acceptée, vous exclue d'une manière criminelle. Quand vous en arrivez à envier le statut et l'étiquette de "chômeur"...

C'est cette exclusion qui fera le terreau des émeutes, sans un signal fort !!! envoyé.

12/08/2011, 11:22 | Par Faunus en réponse au commentaire de Annie Lasorne le 12/08/2011 à 05:00

@annie lasorne

le texte n'est pas figé vous pouvez y apporter votre contribution. A défaut, on pourrait les appelés: "les privés de droits et de devoirs". Si ça vous va, j'ajoute.

Cordialement

12/08/2011, 15:32 | Par raybor en réponse au commentaire de Faunus le 12/08/2011 à 11:22

On peut aussi les appeler "la lie de la terre" ou "les damnés de la terre". Ou, comme Frédéric Dard dans San Antonio "les manque de pot sur toute la ligne".

12/08/2011, 09:23 | Par Uncas

Ah, les pétitions... un doux rêve, mais des rêves naissent les projets : au boulot!

_________________________________________

ce qu'il faut savoir au minimum à ce sujet :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Droit_de_p%C3%A9tition

_________________________________________

"Depuis l'arrivée d'internet, un certain nombre de sites permettant d'organiser une pétition et de recueillir les signatures en ligne. La valeur juridique d'une pétition est inexistante mais la pression sur les décideurs politiques qui en résulte peut être décisive".

12/08/2011, 18:01 | Par Faunus en réponse au commentaire de Uncas le 12/08/2011 à 09:23

@Uncas

on peut envisager cela en dernier recours, oui. Mais il ne faut pas, je crois, en attendre des miracles. Ce qu'il faudrait pouvoir initier, selon moi, c'est un mouvement militant. Surfer sur un air du temps pétitionnaire risque de ne pas nous mener bien loin.

Cordialement

12/08/2011, 23:05 | Par Marie-Hélène

Il faut les 2 :

pétition

et rendez vous militants type manifestations pacifiques et festives toutes les semaines, régulièrement.

13/08/2011, 00:31 | Par Faunus en réponse au commentaire de Marie-Hélène le 12/08/2011 à 23:05

@Marie-Hélène

Bien d'accord. Je viens encore d'en signer une, de pétition (sur la nationalisation des banques), glanée sur le fil du dernier article de Martine Orange. Mais, selon moi, la méthode pétitionnaire atteint vite ses limites. La formule que j'ai proposée se voudrait donc différente dans son esprit. Mao, paraît-il, a lancer la révolution culturelle sous un slogan du genre: "que mille fleurs fleurissent". Bon, pour nous il faudrait éviter d'aider à faire sortir de terre des fleurs aussi épineuses que celles de "la grande révolution culturelle chinoise"... Mais si nous pouvions collectivement enclencher un processus d'enthousiasme pouvant susciter la création de mille "groupes octobre" - pour les plus jeunes: le "groupe [de théâtre] octobre" a aidé, par son rayonnement culturel, l'avènement du Front populaire en 1936 - ce serait mieux que d'attendre godot... jusqu'en 2012.

Cordialement

13/08/2011, 15:46 | Par Marie-Hélène

APPEL CITOYEN AUX REPRESENTANTS DE L' ETAT

À l'attention de Monsieur Nicolas Sarkozy, président de la république française




Pour le bonheur des peuples.


« L'idée que les marchés ont toujours raison est une idée folle! »

« L'idée de la toute puissance du marché qui ne devrait être entravé par aucune règle, par aucune intervention politique est une idée folle. »

- Poser« des règles à la toute puissance des marchés »

- « Contrôler les agences de notation »

- « Contrôler les fonds spéculatifs, les institutions financières, »

- Empêcher« les banques de spéculer sur les marchés au lieu de faire leur métier de mobiliser l'épargne au profit du développement économique et d'analyser le risque du crédit. »

- Stopper « les conditions dans lesquelles les industries sont soumises à la logique de la rentabilité financière à court terme »

- Bloquer « les systèmes de rémunération qui poussent les opérateurs à prendre de plus en plus de risques inconsidérés ».

- Attaquer « les paradis fiscaux ».

tiré du « discours de Toulon » Nicolas Sarkozy 2008

Mr Sarkozy Président de la république française.


Trois années sont passées depuis que vous prononciez ces paroles à Toulon

et pourtant la finance, les marchés et l'économie toujours de plus en plus en crise, nous promettent encore plus de restrictions de plans sociaux et de paupérisation.

Rien n'a changé. Monstrueux et destructeurs, les marchés libres et tout puissants continuent à sévir en toute folie.

Manifestement votre action politique a prouvé son inefficacité et atteint ses limites.


Mais nous ne laisserons pas le pouvoir d'état, se faire prendre en otage par les agences de notation ou par le FMI comme chez d'autres amis européens.

Ces crises financières et économiques, ne sont pas les nôtres !Nous ne voulons pas payer plus longtemps pour cette folie, pour leurs profits.

Nous ne nous plierons pas devant un système qui ne fonctionne qu'au bénéfice de ceux qui le défendent .

Nous nous indignons.

Aussi, nous citoyens du peuple français, décidons dores et déjà de nous rassembler régulièrement sur l'espace publique, pour agir collectivement à porter au plus vite des réponses pertinentes.

Nom Prénom Ville Signature

 

13/08/2011, 04:31 | Par Marie-Hélène

Désolée pour la mise en page .A retravailler !

Bien sur le monde diplomatique fait la bonne analyse. Mais son discours connoté intellectuel est trop franchemenet orienté . Il faut un appel populaire !

Voilà pourquoi je propose d'utiliser carrément les mots de Sarko et même de l'interpeller directement. Ca peut être un atout médiatique, ça montre une volonté de rassembler tous les antisarkos et les déçus des promesses.

Par un engagement dans la signature à se rendre à des "espaces collectifs" organisés par exemple tous les dimanches matins partout en France pour brandir des pancartes, trouver des slogans, discuter ,s'échanger des journaux , organiser des conférences., refaire le monde, ..on oblige le monde politique à s'exprimer clairement sur toutes ces questions...et au peuple à lui répondre.

Indignons-nous !

13/08/2011, 08:39 | Par PBA en réponse au commentaire de Marie-Hélène le 13/08/2011 à 04:31

Ce que vous nous rappelez est beaucoup plus fédérateur que l'appel d' Edwy Plenel, mais ce n'est que mon humble avis. Mentir aux Français et ne pas tenir ses engagements est impardonnable; le peuple n' est pas un jouet pour enfants gâtés.

Et par-dessus tout, vous n'avez pas un discours politicard !

 

13/08/2011, 09:46 | Par âge du faire en réponse au commentaire de Marie-Hélène le 13/08/2011 à 04:31

Ces propositions me paraissent très intéressantes.

Résister à la dictature de la finance.

Reprendre exactement les seules propositions de sarko en 2008 que tout le monde avait entendues.

Organiser des réunions conférences, car depuis plusieurs jours, je n'arrête pas d'essayerde comprendre ce qui se passe "en secret". j'ai remarqué ces jours derniers comme les gens sont sensibles quand on leur dit :"les banques ont toujours fermé leurs portes!"

Il faut donc expliquer ce qui se passe à l'intérieur!

Oui, très bonne idée, de réunions le dimanche matin. les villes sont toujours ultra-calmes.

Il ne faut pas remonter au temps de jésus-Christ!!!!! La résistance, en 1940 et un peu avant a commencé par des conférences d'information sur le nazisme, puis des tracts et des réunions secrètes. nous n'en sommes pas encore là, mais REUNIONS pour EXPLIQUER le SECRET des BANQUES .

Je suis très âgée mais j'irai à ces réunions si elles existent et je peux distribuer des tracts.

S'indigner ne sert à rien, il faut agir!

 

13/08/2011, 11:13 | Par Faunus en réponse au commentaire de Marie-Hélène le 13/08/2011 à 04:31

Là, vous m'intéressez Marie-Hélène ! La mayonnaise pourrait, peut-être, prendre si en matière de "d'agitprop" nous étions capable de faire ce que fait wikipédia en matière encyclopédique. Alors Essayons.

L' articulation de votre texte me convient. Je vous suggère cependant quelques corrections de vocabulaire.

1 -Parler au nom du peuple me paraît un peu totalitaire je préférerais citoyens du peuple français;

2- supprimez le mot "fous", parce qu' il ne me semble pas que les crises financières soient dues à des fous; ça pourrait donner: les opérateurs financiers étant les acteurs de la crise financière et économique actuelle c'est à eux d'en payer le prix;

3- dans l'interpellation à Sarkozy, remplacez le mot "incompétence" par inefficacité parce que le peuple, dont nous espérons le soutien, a beaucoup voté pour lui;

4- toujours dans l'interpellation à Sarkozy: ne dites pas "votre pouvoir", mais le pouvoir de l'Etat . Ce n'est pas la peine d'entretenir sa propension à confondre les deux concepts;

5- remplacez les 2 idées chapeaux par: l'idée que le libre fonctionnement des marchés a pour finalité le bonheur des peuples est une folie;

6-conclure l'interpellation à Sarkozy par: En conséquence, les crises financières n'étant pas de la responsabilité des peuples nous appelons ceux-ci à refuser de payer pour les folies d'un système qui ne fonctionne qu'au bénéfice de ceux qui le défendent parce qu'il s'en nourrissent;

7- Je résume: une idée chapeau => l'interpellation à Sarkozy => la rupture => les moyens de la rupture 

Cordialement et à bientôt

 

13/08/2011, 15:40 | Par Marie-Hélène




Pour une protestation populaire et en écho à l'article d' Edwy Plenel : « Contre la dictature populaire -La révolte nécessaire » je propose une pétition adressée au chef de l'état, utilisant ses propres mots, doublée d'une action hebdomadaire à partir du début septembre et jusqu'à la présidentielle.

L'idée de Faunus est bonne et j'approuve l'analyse du monde diplomatique, mais le discours de ce journal est trop connoté intellectuel et orienté. Il faut un appel populaire qui rassemble. Quelque chose de simple pour contrer le jargon des élites financières. Les propos du chef de l'état à Toulon en 2008 correspondent paradoxalement à merveille (comme l'a fait remarquer E Plenel) à ces objectifs.

Voilà pourquoi je propose d'utiliser carrément les mots de Nicolas Sarkozy et même de l'interpeller directement. Ca peut être un atout médiatique, ça montre une volonté de rassembler les antisarkos,les déçus des promesses au delà des clivages.

Par un engagement dans la signature à se rendre à des "espaces collectifs" organisés par exemple tous les dimanches matins partout en France à partir de septembre et jusqu'à l'election présidentielle, pour brandir des pancartes, trouver des slogans, discuter ,s'échanger des journaux , organiser des conférences, refaire le monde... on ouvre un espace pour la pédagogie à tous ceux qui désirent y voir plus clair dans ce grand obscurantisme et on oblige le monde politique à s'exprimer clairement sur toutes ces questions en se donnant les moyens d'y répondre.

Indignons-nous !

Voici le texte pétitionnaire que je propose :































APPEL CITOYEN AUX REPRESENTANTS DE L' ETAT

À l'attention de Monsieur Nicolas Sarkozy, président de la république française




Pour le bonheur des peuples.


« L'idée que les marchés ont toujours raison est une idée folle! »

« L'idée de la toute puissance du marché qui ne devrait être entravé par aucune règle, par aucune intervention politique est une idée folle. »

- Poser« des règles à la toute puissance des marchés »

- « Contrôler les agences de notation »

- « Contrôler les fonds spéculatifs, les institutions financières, »

- Empêcher« les banques de spéculer sur les marchés au lieu de faire leur métier de mobiliser l'épargne au profit du développement économique et d'analyser le risque du crédit. »

- Stopper « les conditions dans lesquelles les industries sont soumises à la logique de la rentabilité financière à court terme »

- Bloquer « les systèmes de rémunération qui poussent les opérateurs à prendre de plus en plus de risques inconsidérés ».

- Attaquer « les paradis fiscaux ».

tiré du « discours de Toulon » Nicolas Sarkozy 2008

Mr Sarkozy Président de la république française.


Trois années sont passées depuis que vous prononciez ces paroles à Toulon

et pourtant la finance, les marchés et l'économie toujours de plus en plus en crise, nous promettent encore plus de restrictions de plans sociaux et de paupérisation.

Rien n'a changé. Monstrueux et destructeurs, les marchés libres et tout puissants continuent à sévir en toute folie.

Manifestement votre action politique a prouvé son inefficacité et atteint ses limites.


Mais nous ne laisserons pas le pouvoir d'état, se faire prendre en otage par les agences de notation ou par le FMI comme chez d'autres amis européens.

Ces crises financières et économiques, ne sont pas les nôtres !Nous ne voulons pas payer plus longtemps pour cette folie, pour leurs profits.

Nous ne nous plierons pas devant un système qui ne fonctionne qu'au bénéfice de ceux qui le défendent .

Nous nous indignons.

Aussi, nous citoyens du peuple français, décidons dores et déjà de nous rassembler régulièrement sur l'espace publique, pour agir collectivement à porter au plus vite des réponses pertinentes.

Nom Prénom Ville Signature

 



 

13/08/2011, 19:30 | Par Faunus

Marie-Hélène

Accord sur le fond. Mais la forme me paraît devoir être encore améliorée et le texte raccourci. Je propose en gardant l'essentiel de vos formulation:

 

MANIFESTE POPULAIRE

Monsieur Le Président,

N’avez vous pas déclarez, à Toulon, après le désastre financier de 2008 : « L’idée que les marchés ont toujours raison est une idée folle » et ajouter que « la toute puissance du marché qui ne devrait être entravé par aucune règle, par aucune intervention politique est [une autre] idée folle » pour lister ensuite les moyens de revenir à la raison ?

Où en sommes nous aujourd’hui ?

La « toute puissance des marchés » a-t-elle été remise en cause par la pose de « nouvelles règles" ?

Qui parle de « contrôler les agences de notations » ?

Qui parle du contrôle « des fonds spéculatifs et des institutions financières » ?

Qui parle d’empêcher « les banques de spéculer sur les marchés financiers au lieu de de faire leur métier de mobiliser l’épargne au profit du développement économique et d’analyser le risque du crédit » ?

Qui parle de stopper « les conditions dans lesquelles les industries sont soumises à la logique de la rentabilité financière à court terme » ?

Qui parle de bloquer « les systèmes de rémunération qui poussent les opérateurs à prendre de plus en plus de risques inconsidérés » ?

Qui parle « d’attaquer les paradis fiscaux » ?

Pas vous en tout cas, ni votre gouvernement, nous semble-t-il  

Alors, compte tenu qu’une nouvelle crise ayant les mêmes causes et produisant des effets qui pourraient devenir encore plus désatreux qu’en 2008 nous déclarons :

-Que nous ne laisserons pas le pouvoir d’Etat, seul représentant de la légitimité citoyenne, otage des agences de notation, du FMI ou de dictats européens sans légitimité citoyenne ;

-Que nous ne paierons plus ;

-Qu’il ne faut plus compter sur les signataires de ce manifeste pour réparer les dégats d’un système qui ne fontionne qu’au bénéfice de ceux qui le défendent parce qu’ils s’en nourissent ;

Et, pour donner consistance à ces engagements, nous citoyens du peuple français, nous appelons les indignés de notre pays à se rassembler sur toutes les places de nos villes et village tous les dimanches matins à partir de 9h00 pour discussion et signature de ce manifeste  

-------------------------------------------------------------------------------------

 

Bien entendu toutes les critiques, observations, modification de ce texte, sont vivement encouragées, qu'elles viennent de Marie-Hélène ou d'ailleurs. Je signal, au passage, que sur le blog de Pascal Maillard la discussion porte sur le même sujet. Mais l'approche, me semble-t-il, est différente de celle qui a ma préférence. C'est la raison pour laquelle je m'en tiens éloigné pour le moment. Mais si ça marche fort sur le blog de Pascal Maillard, allez-y. De ces deux approches il devrait bien pouvoir sortir quelque chose.

 

13/08/2011, 19:30 | Par utopart

Voir ce billet pour élaborer démocratiquement un programme:

 

SAUVONS LA FRANCE CHICHE !!!! Acte 1

13/08/2011, 19:44 | Par Faunus en réponse au commentaire de utopart le 13/08/2011 à 19:30

@utopart

Message bien reçu ! Quand la formulation du "Manifeste populaire" en cours d'élaboration sur ce blog ne fera plus l'objet de la plus petite réticence exprimée je le transférerai sur votre blog évaluateur.

A bientôt

Newsletter