Mer.
20
Aoû

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Birgé Hoang Segal dimanche sur un film de Jacques Perconte traité en temps réel

Birge-Hoang-Segal-Perconte.jpg

Dépaysages est le titre d'un spectacle qui sera joué pour la première fois dimanche 18 novembre 2012 à 17h au Théâtre Berthelot dans le cadre des Rencontres Inouïes de Montreuil, et ce sur entrée libre et gratuite avec réservation (resa.berthelot(at)montreuil.fr / 01 41 72 10 35).
En première partie, à 16h, Ravi Shardja jouera mandoline électrique, electronique, low tech, sanza et mixing table sur les images en direct de Philippe Cuxac.

Dépaysages
Jean-Jacques entendit Antonin psalmodier d'étranges incantations lorsqu'il était bébé. Vincent assista à un concert de Jean-Jacques avec Un Drame Musical Instantané lorsqu'il était adolescent. Le trio s'est rencontré l'an dernier pour composer la musique d'un documentaire et se produit sur scène depuis juste un mois.
Jean-Jacques, initiateur du retour au ciné-concert dès 1976 (26 muets au répertoire), préfère jouer aujourd'hui avec des films contemporains. Jacques réalise les siens en faisant exploser les couleurs. Les uns et les autres aiment tordre le réel et proposent au public de se faire son propre cinéma.
Jean-Jacques Birgé (Un d.m.i.), Vincent Segal (Bumcello), Antonin-Tri Hoang (ONJ) et Jacques Perconte (qui a réalisé la séquence onirique de Holy Motors de Leos Carax) lancent une invitation au voyage, de ceux qui forment la jeunesse. Là, tout n'est qu'ordre et beauté, luxe, calme et volupté.

Jean-Jacques Birgé - clavier, instruments électroniques et acoustiques
Antonin-Tri Hoang - sax alto, clarinette basse
Vincent Segal - violoncelle
Jacques Perconte - film traité en temps réel

Perconte2.jpg

Le Théâtre Berthelot est pour moi une salle mythique. Il fut le cadre de la création du grand orchestre d'Un Drame Musical Instantané en 1981. Notre trio de chefs d'orchestre y présenta plusieurs ciné-concerts les années suivantes, et deux albums y furent enregistrés, À travail égal salaire égal et Les bons contes font les bons amis. Au début du XXe siècle, Georges Méliès y faisait déjà des projections publiques dans le préau.
L'évènement est à ne pas manquer, car nous jouons très rarement à Paris ou en région parisienne.

Newsletter