Mar.
21
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le Français de souche et l'oiseau migrateur

On parle beaucoup des Français de souche. Entendons-nous d’abord sur le mot. Souche apparaît en français au 14e siècle. Dans le Berry, on a longtemps dit soche, choche et cosse ; en Bourgogne, suche ; en Picardie, choke ; en Normandie, chouque ; en Saintonge, cosse ; dans les faubourgs, on parlait de soutse et en Provence de soc et de soca. Le mot vient en tout cas du latin soccus, soulier de bois.

 

Etre français de souche ne signifie pas qu’on a toujours les deux pieds dans le même sabot. Il y a cependant des expressions fâcheuses. D’une personne apathique, on dira qu’elle reste comme une souche. De quelqu’un qui n’arrive pas à sortir du sommeil, qu’il dort comme une souche. Le mot désigne un imbécile. Georges Sand écrit : « Et là-dessus Jean Aubard se retira, bête comme souche, et riant comme un nigaud. » Dans le Père Goriot, Balzac se demande à propos d’une de ses héroïnes : « Où a-t-elle eu les yeux d'épouser cette grosse souche d'Alsacien ? » Cela ne veut pas dire qu’en faisant souche, c’est-à-dire en faisant des enfants, on mettra forcément au monde des paresseux, des imbéciles ou des Alsaciens. Colette parle du cas où « des parents ordinaires font souche d'enfants exceptionnels ». On peut aussi faire souche d’honnêtes gens ou être de bonne souche. L’optimisme est permis. « Français de souche », on l’aura compris, est synonyme de « français d’origine ». On peut être hottentot ou persan, catholique ou juif, paysan ou curé de souche. Léon Bloy raille les « bourgeois de souche bourgeoise ! Ah ! les monstres de laideur, de vilenie, de cupidité, de stupidité, d’infamie ! » Le premier Dictionnaire de l’Académie française (1694) définit le mot par : « Celuy d’où sort une génération, une suite de descendants ». Exemple : « Adam est la souche de tout le genre humain. » Il est donc aussi la souche du migrateur. Le migrateur est celui qui migre. Migrer, du verbe latin migrare, c’est s’en aller. Le mot français est du 15e siècle, comme la migration, déplacement d’une population ou d’une espèce. Le migrateur, en revanche, n’arrive dans notre langue qu’au 19e siècle. En latin, le migrator est celui qui change de demeure. Attention ! Impossible de faire souche sans migrer, car, pour qu’une femme ait un enfant, il faut que « le follicule se rompe et libère l’ovule qui va migrer dans les trompes ». Le migrateur ne reste pas comme une souche : il court, il vole, il va, il effectue une migration. Ces mots inspirent le Poète. Paul Claudel chante « l’oiseau blessé, tombé de la horde migratrice ». Milosz, la « docile harmonie des grands vols migrateurs, là-bas, au plus voilé du ciel marin, quel esprit d’ordre et de beauté t’anime ! » D’après Théophile Gautier, l’âme, elle aussi, migre : « Les momies attendent dans leurs cercueils, au fond des hypogées, que leur âme ait accompli le cercle des migrations. » Et Chateaubriand de renchérir, lyrique et sombre : « Homme, la saison de ta migration n’est pas encore venue, attends que le vent de la mort se lève, alors tu déploieras ton vol vers ces régions inconnues que ton cœur demande. » Le sage, lui, songe : tant qu’à faire, migrons de notre vivant.Ces migrations sont belles et nobles. Rien à voir avec celles dont se plaignent, dit-on, les Français de souche. Ceux-ci ne déplorent pas les migrations internes ou nationales, rurales ou pastorales, pas plus que les migrations d’oiseaux, d’ions colorés ou de leucocytes ; non, ce dont ils se plaignent, ce sont les migrations d’étrangers. La souche, on le comprend, tient à son sol. Elle se souvient de l’arbre qu’elle porta, peut-être même de la sève qui la parcourait. La souche, c’est un arbre sans tronc, sans branches, sans feuilles, sans fleurs et donc sans fruits, qui n’a plus que ses racines et qui attend en pourrissant dans son trou. Cet arpent de boue, elle se l’approprie ; elle croit qu’il est sien, qu’il lui appartient, qu’elle en est la gardienne – elle n’en est que la scorie et, de l’arbre, la ruine. Or le vent comme l’esprit souffle où et quand il veut, apportant du ciel cent mille formes de vie. Mais la souche est butée : c’est sa terre, c’est son trou, c’est son sol, c’est sa boue, hors de ma vue, pas touche. La souche est têtue comme une bûche. On comprend donc qu’enchaînée par les pieds à un sol qu’elle ne nourrit plus et qu’elle indiffère, tandis que la vie de la forêt bruit partout autour d’elle sans plus la remarquer sinon comme une verrue sur une joue vermeille, et que des insectes fouisseurs y creusent des galeries sans qu’elle puisse rien faire, étant privée de bras, on comprend que la souche, donc, envie, jalouse, haïsse le migrateur, le voyageur, l’errant, le pèlerin, le passager. Hélas, « ses racines tordues l’empêchent de voler ». Parfois, pourtant, il arrive qu’un oiseau, fatigué de migrer, vienne poser sur une souche son corps palpitant et chaud. Alors la souche reconnaît à ce bruit la vie toute proche. Et peut-être se met-elle à aimer. Mais il est trop tard, et l’oiseau repart…Nous n’omettons pas que le mot souche est aussi un terme de maréchalerie : c’est la partie du clou qui reste dans le sabot du cheval. Renfonçons le clou : assurons que le maréchal ne refasse pas souche. Et que ce pied pourri reste à jamais dans son sabot.

Tous les commentaires

24/03/2011, 12:41 | Par Mithra-Nomadeblues_

Lors de nos prochaines promenades en forêt, nous ne regarderons plus les souches du même oeil...

Magnifique billet. Merci.

24/03/2011, 12:58 | Par Patrick Gabriel

Brillant, absolument brillant ! Grande et belle érudition littéraire que porte une rare lucidité humaniste (et non humanitaire). La France des Lumières parle, ici. Que ce texte soit lu par le plus grand nombre !

24/03/2011, 13:01 | Par Marielle Billy

L'attention au langage est la première des armes.

24/03/2011, 13:04 | Par Axel J

Le carnet de chèques, c'est aussi un carnet à souches.

Pas étonnant dès lors, qu'il soit encore en vogue en France, alors que partout ailleurs on lui préfère depuis longtemps la carte bancaire ou le virement électronique?

27/03/2011, 17:54 | Par Sylvie thaler en réponse au commentaire de Axel J le 24/03/2011 à 13:04

Moi, j'adore mon carnet à souches.......Cela ne m'empêche pas de migrer où bon me plaît......dans de nombreux pays où la carte bancaire ne sert qu'à retirer de l'argent local......pour payer en liquide!!!!!!. Non, mon carnet de chèques, à souches, ne fait pas de moi une française plus de souche que bien d'autres......notamment ceux qui râlent quand, dans un autre pays, on leur refuse la carte bancaire!!!!! Quant au virement automatique, quelle belle invention!!! Le pestataire de service, le vendeur, l'acquéreur peut aller chercher à "la source", là où les racines continuent de s'abreuver et ainsi assécher la "souche".........C'est grâce à l'adhésion de millions de gens qui ont opté pour le virement automatique qu'aucune lutte massive contre la vie chère (notamment contre l'augmentation du prix du gaz!!!!!!!) ne peut être organisée.

Voilà ce que m'inspire votre métaphore!!!!

27/03/2011, 18:14 | Par Axel J en réponse au commentaire de Sylvie thaler le 27/03/2011 à 17:54

Vous m'avez mal lu.

Je ne parlais pas du virement automatique mais du virement électronique (paiement par terminaux publics ou via son ordinateur).

Pour le virement automatique, je suis 100% d'accord avec vous, sa généralisation fait partie des nouvelles formes de vol que nous consentons sans broncher, en bons moutons lâches que nous sommes.

27/03/2011, 19:03 | Par Sylvie thaler en réponse au commentaire de Axel J le 27/03/2011 à 18:14

Autant pour moi.....Cependant, j'aime aller aux guichets, dans les agences de voyage discuter des tarifs, négocier et ainsi contribuer à ce que tous ces services à la personne (notamment âgées,étrangères ou voyageurs spéciaux, comme les oiseaux migrateurs qui circulent dans le monde en bicyclette au grès du vent et des rencontres!) ne ferment pas......Oui, je récidive, longue vie au carnet à souches ......Ne vous en déplaise....et sans rancune.....Je ne me sens pas vraiment française de souche!

Et vive la France multiple!

24/03/2011, 13:06 | Par Patrick Gabriel

 

Je viens de me précipiter sur votre précédent texte de novembre 2010: "Sarkozy, le doigt et la lune", que je n'avais pas lu.

Nous ne nous connaissons pas, mais je vous reconnais !

Que le plus grand nombre lise aussi ce texte, cette analyse implacable et prémonitoire.

24/03/2011, 15:28 | Par Timilo

Beau texte. Plein de poésie. Mais aussi quelle démonstration entre les réalités et ressemblances présentes entre l'homme et l'arbre. Je retiens notamment que l'arbre pour se perpétuer migre à travers ses graines, puis se délite une fois, souche. Que penser alors de l'homme?

Merci Jonas EKHR

24/03/2011, 15:45 | Par hedou

Magnifique leçon magistrale aux incultes qui nous gouvernent et usent sans vergogne toutes les ficelles jusqu'aux plus malsaines à des fins tristemment electoralistes.

Merci encore pour ce brillant billet...

 

24/03/2011, 16:09 | Par Catherine Acquadro

Brillant !!

Dans notre beau village, nous sommes des "importés" face aux "souchiens" qui n'ont pas bougé depuis des générations... Nous venons de la petite ville voisine (15 km) et j'ai le malheur d'avoir des ritals dans ma généalogie.

On n'est pas rendu !!!

24/03/2011, 16:44 | Par [email protected]

les peuples méditéranéens vivent aux abords de la méditérannée depuis des millénaires . l'immigration des peuples du nord vers le sud est une hérésie . ce sont eux qui arrivent avec leurs propos racistes; qu'ils retournent dans le nord et nous laissent en paix entre musulmans chrétiens arabes marseillais et autres!!

24/03/2011, 17:13 | Par iszbel

Beau c'est Beau!!

24/03/2011, 17:32 | Par Jacques Bolo

Toujours de la littérature pour se consoler de la réalité:

Les intellos parlent un peu trop des mots (l'heideggerisme n'est pas loin qui est malvenu en la matière).

Plus prosaïquement, il me semble que le terme "Français de souche" désignait les blancs au temps de la colonisation, pour les différencier des Français... de quoi d'ailleurs? "De couleur" peut-être?

 

24/03/2011, 17:51 | Par Annie Madarasz-Bauchet

Un vrai beau texte, un régal à lire et relire que l'on soit français de "souche" ou non. C'est pour tout le monde.

25/03/2011, 17:13 | Par Mona Freis-Kool en réponse au commentaire de Annie Madarasz-Bauchet le 24/03/2011 à 17:51

Vous avez raison, madame, Madarasz-Bauchet. Il n'est pas nécessaire à dire plus. C'est un beau texte.

24/03/2011, 18:42 | Par max angel

Ah ! Le beau texte ! Intelligent, fin, un petit moment de pure jouissance au milieu de toute cette boue guerrière, irradiée et mercantile.

J'avoue avoir en horreur cette expression "français de souche". Elle pue mauvais l'abrutissement et l'ignorance de l'Histoire de France et de l'Histoire de l'Humanité.

Les hominidés dont nous sommes les descendants, dans l'état actuel de nos connaissances, sont apparus à l'est du rift africain.

A partir de là, nous sommes tous descendants de migrants. Point final. Passons à autre chose.

Quant à être raciste, cela m'a toujours semblé être le comble de la c... pardon !, de l'ignorance obtuse, puisque cela consiste à reprocher à quelqu'un de n'avoir pas su choisir ses parents.

Que le premier qui a réussi cet exploit lève la main !

24/03/2011, 19:30 | Par jcg

Les prendre aux mots, à tous les mots.
Bravo !

 

http://jeanchristophegrellety.typepad.com

24/03/2011, 19:32 | Par elisa13

Un vrai plaisir de lecture et de découverte ! merci !

24/03/2011, 19:42 | Par josie francois

J'apprécie ce billet en effet si bien tourné, si érudit, si littéraire ... et moi, à mon grand regret, je suis une terre à terre.

Sans vouloir casser l'ambiance, j'émettrai donc un prolongement qui sera moins poétique, mais c'est ce qui ressurgit en moi à chaque fois que nos (ir)responsables au pouvoir évoquent l'immigration...

Je n'ai pas un très grand cercle d'amis, mais parmi eux, plusieurs ont des jeunes hommes partis ailleurs:

-l'un, de Haute-Savoie, a, très jeune, réussi ses diplômes d' ingénieur, et ne trouvant pas de travail en France, ayant une petite amie slovaque, il a choisi pour son premier emploi, la Slovaquie... où il se trouve depuis maintenant, 7 ou 8 ans

- Deux frères du Pas de Calais, après que l'un ait été installé comme podologue, que l'autre ait eu l'autre ayant eu un parcours plus difficile, ont tous deux choisi d'aller au Vietnam, pour essayer de lancer un projet de tongs orthopédiques, novatrices, et trouver des âmes soeurs, car "chez eux", ils sont allés de déceptions en déceptions...

- un jeune voisin de Haute-Savoie, d'origine franco-égyptienne, n'ayant pas réussi la première année de médecine, a choisi l'osthéopathie ( études en Angleterre et au Canada, où cette discipline est reconnue comme une médecine à part entière) . Le jour de la remise de diplômes, des employeurs d'établissements hospitaliers sont présents et proposent des postes aux nouveaux diplômés; il a immédiatement obtenu un poste double pour lui et sa fiancée (belge)! Ils se sont mariés au Canada et ont un bébé, un bon travail chacun

- mon neveu du Pas de Calais, dont le père français d'origine vietnamienne, et la mère de parents "de souche" du Pas de Calais, ne brillait pas dans ses études, il était en rebellion; tout s'est arrangé quand il a choisi d'étudier le vietnamien; il a poursuivi ses études au vietnam...où il se trouve toujours

- Le fils de grands amis,aux revenus modestes, que je connais depuis qu'il a un an, a fait de brillantes études dans le domaine de l'environnement ( Bac +5). Voulant rester dans le Nord de la France, refusant des emplois où il risquait de devoir trahir ses convictions (à EDF par ex) il a galéré pendant plusieurs années, enchaînant des "CES" à mis-temps. Puis il a décidé de faire une formation d'aide-soignant qu'il a réussi sans problème, pour pouvoir fonder une famille... métier qui lui a finalement beaucoup plu; actuellement, il est en formation d'infirmier, mais la réforme de la formation (les formateurs issus du "terrain" ont été remerciés, remplacés pas des professeurs, et les enchaînements stages-théories se font en dépit du bon sens), fait qu'il veut arrêter. Son jeune ménage bat de l'aile.

- une amie récente du Jura a deux fils qui travailent à l'étranger (dans des pays d'Amérique du Sud)

Je n'ai pas de commentaires, que des questions... pourquoi? Est-ce que c'est le hasard qui m'a mise en présence de ces jeunes émigrants français? Est-ce qu'en France les jeunes hommes auraient aujourd'hui du mal à se sentir bien, à trouver du travail ? Est-ce un effet de la mondialisation?

DES FRANCAIS EMIGRENT ET SONT BIEN ACCUEILLIS AILLEURS.

24/03/2011, 19:57 | Par Jonasz

Belle plume que cet oiseau. Gageons qu'il va faire souche.

24/03/2011, 20:02 | Par oregon

Excellent, on aime trébucher sur ce genre de souche!

24/03/2011, 22:39 | Par Catherine Bassani-Pillot

Si le bonheur n'est qu'une succession de bons moments, alors merci pour celui-là !

 

24/03/2011, 22:50 | Par Arabella

Excellent! Merci

24/03/2011, 23:12 | Par Grain de Sel HV

Un grand merci à vous, Jonas Ekhr, pour ce petit bonheur de billet. Et si vous aimez les mots, une invitation: parcourir les pages de cette édition participative :

http://blogs.mediapart.fr/edition/boulevard-des-mots-dits

et si le cœur vous en dit la rejoindre ? Ce serait un réel plaisir !

 

25/03/2011, 00:14 | Par jamesinparis

Au Moyen-âge, les processions étaient spectaculaires, qui mêlaient profane et sacré dans l’exécution de danses ambulatoires, dites « baladoires ». Les anciennes danses provençales telles que la « Revergado », Retroussée, la « Boulegueto », Frétillante ou « l’Abiho », l’Abeille, ont progressivement disparu. Les chants qui les accompagnaient, en prenant la marque des diverses corporations, devinrent des chants populaires de paysans, menuisiers ou soldats.

La « Danse de la Souche », ou « Brande de Sant-Marc », est une danse des vignerons, exécutée au Moyen-Age le jour de la Saint-Marc, elle est caractérisée par les saltations et l’oscillation constante du corps. Les sauts du danseur manifestent la prière à Saint Marc et rappellent le geste des vignerons foulant le raisin. Les danseurs exécutent ensuite un branle en chaîne, en criant « Vivo la Souco » et « Vivo lou maiou », entrecoupés d’un chant des “Grâces de Saint-Marc”.

 

https://mail.google.com/mail/?ui=2&ik=85f78a3b4d&view=att&th=12eea24786be6e6c&attid=0.1&disp=inline&realattid=f_gloasga10&zw

Danseurs de la souche vers 1900

25/03/2011, 00:21 | Par jamesinparis

02.jpg La danse de la souche exécutée devant la place Jean-Jaurès, Villeneuve-Lès-Avignon, en 1930.

25/03/2011, 03:31 | Par samuel_

Ce que les conquistadors espagnols ont présenté comme une belle cause, l'évangélisation des peuples antiques d'Amérique Latine, était en réalité un pillage et un massacre au nom de la soif de l'or.

Ce que les libéraux justifient par de belles idées philanthropiques, est souvent en même temps ce qui est intéressant pour les plus riches, financièrement parlant.

Et derrière la belle image de l'oiseau migrateur, j'ai bien peur de voir un homme qui quitte son pays parcequ'il est attiré par la richesse de l'occident, et non par sa culture, et que Francis ou Martin Bouygues est fort content de faire travailler sur un chantier, car il demande un moindre salaire que les travailleurs locaux.

Virevoltant comme une mouche, vous moquez sans la comprendre, la nostalgie d'une partie de la souche, qui souffre des tensions sociales, et de la concurrence sur le cout du travail avec les pays pauvres et émergents, tout en rêvant d'un âge d'or fantasmé, "où il faisait bon vivre ensemble", et où le fait d'avoir des droits n'était pas un handicap pour avoir un emploi.

Cette partie de la souche que vous moquez, est peut-être dans le fond plutôt gentille, vous pourriez donc essayer de trouver une traduction politique saine à ses aspirations, plutôt que de la mépriser et de lui raconter des histoires pour petits enfants ?

25/03/2011, 06:27 | Par elisa13 en réponse au commentaire de samuel_ le 25/03/2011 à 03:31

Je ne sais pas de quelle souche vous êtes Samuel, mais une chose est évidente à vous lire, c'est un formatage, dû à TF1 peut-être, mais aussi à ceux que certains appellent une "belle plante" bleue Marine. Chacun ses goûts.

Comment dites-vous ?

j'ai bien peur de voir un homme qui quitte son pays parcequ'il est attiré par la richesse de l'occident, et non par sa culture

Moi, j'y vois des oiseaux migrateurs, obligatoirement migrateurs, dont la migration est dûe à l'exploitation honteuse d'une partie de la richesse de l'occident, de son pays. Pays où l'on introduit des guerres, des massacres, de la désolation au nom du PROFIT.

Vous avez vu le film Let's make money ? Je vous le recommande, pour remettre les souches heu pardon ! les choses à leur place.

 

25/03/2011, 11:49 | Par samuel_ en réponse au commentaire de elisa13 le 25/03/2011 à 06:27

@ elisa13

 

Merci pour le film que je regarderai.

Peut-être quand même que vous faites ce que je vois comme une erreur. Peut-être que vous avez besoin de croire que le monde aurait été bon, s'il n'y avait pas eu quelques méchants hommes pour y introduire le mal et y faire le malheur des hommes. Ces quelques méchants hommes, vous les auriez trouvés, ce serait l'occident.

Si le monde avait été bon, il ne ferait pas naitre des gens dans des lieux où les conditions du bonheur ne sont pas réunies, où il n'y a parfois même pas assez à manger, ou des épidémies, et où tout le monde n'est pas libre, où il y a de la guerre ou de la violence. Et il ne placerait pas des gens dans des situations cruelles de conflit entre leur propre bien être et celui d'autrui, il ne nous laisserait pas passer à côté du clochard que beaucoup choisissent de laisser là où il est plutôt que de l'accueillir chez eux, il ne placerait pas l'ouvrier des chantiers de Saint-Nazaire qui demande au moins le SMIG comme salaire, face à un ouvrier roumain que lui préfère le patron du chantier parcequ'il ne demande que la moitié du SMIG.

L'occident doit avant tout sa richesse à la fertilité de sa terre, et à ses trouvailles scientifiques, techniques, organisationnelles, politiques. Et comme l'occident de l'an 1000, les pays pauvres ou violents, doivent avant tout leur pauvreté et leur violence à la cruauté du monde.

25/03/2011, 15:33 | Par kakadoundiaye en réponse au commentaire de samuel_ le 25/03/2011 à 11:49

@Samuel,

permetez moi de mettre un bémol à votre dernière phrase:

L'occident doit avant tout sa richesse à la fertilité de sa terre, et à ses trouvailles scientifiques, techniques, organisationnelles, politiques. Et comme l'occident de l'an 1000, les pays pauvres ou violents, doivent avant tout leur pauvreté et leur violence à la cruauté du monde

Ce bémol je l'ai fait spécialement taillé au Creusot.Il est de taille.

Car ne vous en déplaise l'Occident comme vous dîtes ne doit sa richesse que dans un premier temps aux pillages des richesses andines (1500-1600) puis à la traite négrière (XVII et XVIII) et enfin au pillage du tiers-monde ( pillage qui continue de nos jours).Bref ce nest pas sur le travail et l'intelligence que s 'est construit l'Occident mais sur la guerre, le pillage, le crime.

 

 

 

25/03/2011, 17:50 | Par samuel_ en réponse au commentaire de kakadoundiaye le 25/03/2011 à 15:33

@ Kakadoundiaye

 

Les individus ont des yeux, mais les grands phénomènes sociaux et historiques, n'ont pas plus d'yeux que les forces naturelles qui secouent, balaient ou enssevelissent parfois les campements humains. Les peuples ont une âme, et ils se trompent parfois, et les structures qui les contrôlent parfois, utilisent parfois leur force collective pour faire du mal à d'autres peuples, mais celà n'enlève pas grand chose à la pureté de l'âme des peuples.

Que faut-il donc haïr selon vous, qui est coupable de crime ? Sont-ce les peuples occidentaux, les individus qui habitent l'occident, ou bien des choses aveugles et donc dépourvues de responsabilité, comme les phénomènes sociaux ou historiques, et les structures qui contrôlent parfois les peuples occidentaux ?

25/03/2011, 18:28 | Par kakadoundiaye en réponse au commentaire de samuel_ le 25/03/2011 à 17:50

@samuel,

qui est coupable de crimes?

Mais c est simple.
Les espagnols qui pendant les XVI et XVII tuerent quelques 150 millions d'indiens.

Les français les britaniques les arabes qui au siècle suivant vidèrent l'afrique d'environ 20 millions de sujets.

Le système impérialiste enfin qui au XX permit que les richesses et le travail africains soient captés et pompés par l' Occident et en particulier les français et les anglais.

Ce qui ne fait pas du français d 'aujourd'hui un coupable mais un privilégié.

Le reste n'est que verbiage et l'idée selon laquelle l'intelligence blanche et le courage blanc seraient les seules raisons de sa réussite ( pour autant que nous puissions parler de réussite!!!) une contree-vérité manifeste. L'Europe s 'est construite par le sang le crime et le vol. Nous en sommes les héritiers. Pas lieu d 'être fier. Surtout quand on continue bon an mal an à exploiter non tant le nègre que le prolétariat.

26/03/2011, 04:24 | Par samuel_ en réponse au commentaire de kakadoundiaye le 25/03/2011 à 18:28

@ kakadoundiaye

 

"Qui est coupable de crimes ? Mais c'est simple. Les espagnols qui .... Les français, les britaniques, les arabes qui ..."

Vous croyez peut-être que vos propos sont purement objectifs, et pourtant ils ne le sont pas, car ce que l'on peut constater objectivement, c'est que des espagnols, des français, des britanniques et des arabes ont commis tel et tel autre crime.

Quand vous choisissez de remplacer ces "des" par des "les", vous rajoutez à vos propos quelquechose qui vient de votre subjectivité. Au lieu d'engager la responsabilité d'individus, vous choisissez d'engager la responsabilité de peuples : ce sont selon vous des peuples qui sont criminels, les français, les anglais, les espagnols et les arabes, dont l'identité est souillée par ces crimes.

Vous pouvez ensuite, sur la base de ce premier choix purement subjectif, construire un récit de l'histoire du monde, dans lequel des peuples ont commis, et commettent encore, des crimes contre d'autres peuples. Vous n'êtes pas le premier à construire de tels récits, d'autres avant vous en ont écrit qui donnaient le rôle du criminel au peuple juif. D'autres encore disent que ce sont les français d'origine maghrébine qui agressent les gens dans la rue et dans le métro, au lieu de dire plus objectivement qu'il arrive à des français d'origine maghrébine de faire de tels actes.

 

"Ce qui ne fait pas du français d 'aujourd'hui un coupable mais un privilégié."

Encore une fois, il n'est pas purement objectif de dire que les français sont des privilégiés. Il serait plus objectif de dire que les français ont de la chance, et quand vous choisissez de dire plutôt qu'ils sont des privilégiés, vous rajoutez que les français devraient se sentir coupables d'avoir la chance qu'ils ont d'être nés français.

 

"l'idée selon laquelle l'intelligence blanche et le courage blanc ..."

Si vous m'attribuez cette idée, vous faites erreur. Premièrement l'occident est une civilisation ou une culture, et pas une race. Il faudrait donc parler de caractéristiques de la civilisation occidentale, plutôt que de caractéristiques de la race blanche. Deuxièmement, la civilisation ou la culture occidentale est différente d'autres civilisations ou cultures, ce qui ne veut pas dire qu'elle leur est supérieure. Elle a profité d'une terre fertile, elle a inventé des théories scientifiques, des techniques; de modalités d'organisation économique qui lui ont permis de vivre dans le confort, elle a inventé un mode d'organisation politique qu'elle a appelé la démocratie, c'est tout ce que je dis. L'occident n'a même pas le monopôle de ses inventions, puisqu'il y avait des mathématiques chez les mayas et les chinois, et puisque Claude Levi-Strauss, en observant des modes d'organisations politiques de groupes d'humains vivant bien loin de la civilisation occidentale, pensait souvent au Contrat Social où Rousseau tente de concevoir la démocratie. Souvent d'autres cultures ou civilisations ont développé de nombreuses choses qui ne se voient pas à l'oeuil occidental non averti, comme une culture orale, des modalités de vivre ensemble, d'autres manières peut-être parfois efficaces, de vivre heureux ensemble sur Terre.

 

"L'Europe s 'est construite par le sang le crime et le vol. Nous en sommes les héritiers. Pas lieu d 'être fier."

Je vous ai montré que vous vous trompez quand vous croyez pouvoir attribuer objectivement un crime à un peuple, plutôt qu'à des individus. Le peuple français n'est coupable d'aucun crime.

Et les membres de ce peuple ont le droit de jouir sans se sentir coupables, du bien être qu'ils se procurent essentiellement grâce à la fertilité de leurs terres, à leurs connaissances scientifiques et techniques, et à leur organisation économique et politique.

 

J'espère ne pas avoir été trop violent envers vous. Si vous avez senti de la violence, pardon. Qu'est-ce qu'un peuple finalement ? Ce n'est pas un ensemble d'individus, ce n'est pas une chose concrète, c'est une idée, qui permet à ceux qui vivent ensemble de se sentir bien ensemble, parceque membres d'un même peuple. Le peuple français, c'est donc ce qui fait partie à la fois de votre identité et de la mienne, et qui ainsi nous rapproche. Le peuple est à ceux qui vivent dans une même société, ce que la mère est aux membres d'une même famille, c'est un principe de fraternité. Et c'est parceque le peuple français fait partie de l'identité de ses membres, que dire d'un peuple qu'il est coupable d'un crime, revient à dire que quelquechose qu'ils aiment profondément est méprisable, sale, souillé. "Ton peuple est criminel" est une insulte d'une intensité comparable à "Ta mère est une pute". C'est pourquoi j'ai peut-être été violent. De toute façon, un peuple étant une idée, il ne peut commettre de crime, car les idées existent dans le monde des idées, où, immobiles, elles ne font pas d'actes, et restent immaculées. C'est pour cela que ce sont des français qui ont commis tel ou tel crime, mais jamais les français.

30/03/2011, 16:57 | Par denis bourgois en réponse au commentaire de kakadoundiaye le 25/03/2011 à 18:28

L'Afrique pourra espérer se hisser au niveau économique occidental, si tant est qu'elle le souhaite car après tout elle pourrait imaginer se développer autrement, quand les Africains cesseront de justifier tous leurs maux par la faute du méchant blanc. Le monde s'est construit, depuis la nuit des temps sur les invasions, les guerres, les exploitations etc etc. Il en allait ainsi de l'Occident qui avant qu'il ne fasse connaissance de l'Afrique se vandalisait lui même. Rappelons aussi que le Japon, bout de terre sans ressources minières ni touristiques, a réussi à devenir l'une des premières puissances mondiales.

12/04/2011, 15:22 | Par kakadoundiaye en réponse au commentaire de denis bourgois le 30/03/2011 à 16:57

@Samuel,

vous reprenez là et à juste titre des idées et remarques que je fais fort souvent : ne pas confondre ceux qui sont responsables et ceux qui ne le sont pas, une classe conquérante et violente de l'ensemble des classes réunies dans une nation. Il fallait lire dans mon intervention quand je parlais de "français" ou "d 'anglais" les classes dominantes de ces pays, les classes dominées n'ayant bien sur pas à payer le prix des exactions commises, ayant déjà eu, elles-mêmes, à payer au prix fort-le prix de l'exploitation

@Camille,

là aussi je suis plutôt d 'accord avec vous. Il ne sert pas à grand chose de toujours expliquer le marasme africain par les prédateurs venus de l'extérieur. Il n'empêche - et j'ai essayé de l'expliqer sur mon blog à travers deux ou trois billets- que cet extérieur continue à exploiter l'Afrique de façon honteuse suscitant des interventions armées dés que les choses ne tournent pas à son avantage ( Angola avec Savimbi, Congo avec Mobutu, ...et récemment Cote d 'Ivoire et Gbagbo sans parler des interventions actuelles au Kivu, en RCA, au Tchad etc...) en précisant que le plus souvent cette exploitation se fait avec l'aide et le soutien de groupes locaux qui tirent leur épingle du jeu et remplissent aisément leurs comptes en banques suisses. En précisant que ces groupes locaux, ces rois nègres, ( Bongo, Mobutu ,Eyadema, Nguesso,...)ont été mis en place par les prédateurs. On trouve toujours et partout des mafias prêtes à soutenir l'insoutenable.. des curés et des épiciers qui soutenaient Pétain à fond les ballons quand ce dernier aidait au pillage des richesses françaises et au massacre des juifs.Qui est responsable? Hitler, Pétain, Laval et son Parti National? Le pire ennemi de l'Afrique c est l'africain lui-même surtout quand il cherche à promouvoir chez lui des valeurs et des usages qui ne lui correspondent pas...et qu'il copie de l'Occident, disons de l'extérieur. Il devient ainsi le dindon d'une farce sinistre.

13/04/2011, 13:17 | Par samuel_ en réponse au commentaire de kakadoundiaye le 12/04/2011 à 15:22

@ kakadoundiaye

 

Je vous remercie de la gentillesse et de l'élégance que je perçois dans votre réponse. J'espère de mon côté que les dirigeants occidentaux choisiront un jour des politiques étrangères qui ne fassent pas de mal aux pays d'Afrique. Et pour celà, que les électeurs occidentaux réussiront un jour à se choisir de tels dirigeants. Et pour celà, peut-être faut-il espérer aussi que les régimes politiques occidentaux se rapprochent un peu plus de l'idéal démocratique ?

Mais au fait, je ne sais toujours pas si vous êtes africain, français, ou les deux ?

13/04/2011, 16:49 | Par Axel J en réponse au commentaire de samuel_ le 13/04/2011 à 13:17

"Mais au fait, je ne sais toujours pas si vous êtes africain, français, ou les deux?"

Votre question n'a de sens que si elle porte sur la couleur de ses papiers, je crois?

Pour ce qui est de Kakadoundiaye lui-même, la réponse évidente me semble "les deux".

14/04/2011, 09:51 | Par kakadoundiaye en réponse au commentaire de Axel J le 13/04/2011 à 16:49

25/03/2011, 17:11 | Par Timilo en réponse au commentaire de samuel_ le 25/03/2011 à 11:49

Vous semblez aigri(e), désabusé(e), fermé(é). A qui la faute? Vous croyez sincèrement que c'est le roumain, l'africain, l'asiatique, l'amérindien qui sont responsables de vos malheurs. Il y a eu en Europe déjà le développement de cette thèse. Hitler et ses adeptes en France même ont fait croire à certains que tous ceux qui n'étaient pas de souche devaient être renvoyés, éliminés, tués. Il l'a fait. Le WASP ( le White Anglo Saxon Power) aux Etats Unis expérimentait une bombe atomique. Il l'a larguée sur les japonais. Mais, auparavant les américains d'origine japonaise ont été persécutés. Lorsque l'occident déporte 20 millions d'africains, des hommes jeunes cultivés, travailleurs, comment voulez vous qu'il n'en reste pas de trace économiques dans leurs pays d'origine. Et puis la richesse actuelle, toute relative d'ailleurs, du monde occidental, est bâtie sur l'exploitation et l'extermination de civilisations florissantes aussi bien en Afrique, en Asie ou en Amérique. Allez visiter le palais de l'Alhambra en Espagne (Granada). Allez seulement à Montpellier et on vous expliquera l'avance de la médecine arabe à l'époque de ce qu'on appelle le Moyen Age.

Alors, de grâce, rappelons nous que l'Europe est responsable du plus grand nombre de morts, des plus grands massacres dans toute l'histoire de l'humanité. Et à une époque fort récente. Qui est violent?

Rappelons-nous aussi que c'est l'argent roi, admiré par les dirigeants actuels économiques et politiques français qui est en train de faire le malheur des français. Ce ne sont certainement pas quelques malheureux immigrés ou français plus récents que d'autres qui sont responsables du déclin de la France. Il existe des lois pour les délinquants, qu'on les applique. C'est plutôt l'ouverture au monde, d'autres pays tel que les USA et l'Allemagne, l'émergence de pays tel que la Chine, le Brésil ou l'Inde qui taillent des croupières à la France. Puis-je vous rappeler que ces pays sont aussi peuplés de métèques. C'est Sarkosy, qui a voulu singer ce que les USA ont eu de plus détestable comme président, Bush junior, représentant du fameux WASP. La France n'étant plus elle même, pays de culture et d'ouverture est en déclin.

Aucune idéologie basée sur le racisme ne peut être bénéfique à un pays. C'est une idéologie mortifère qui se retournera tôt ou tard contre ses propres adeptes.

C'est un martiniquais et donc métis, fier de l'être qui vous a répondu. Je l'ai fait car je considère que la cruauté du monde comme vous dites est l'oeuvre des hommes et que de ce fait ce n'est pas en ajoutant de la cruauté par le mépris de l'être humain, que vous résoudrez vos difficultés. Cela a déjà été essayé. Nous connaissons le résultat.

25/03/2011, 18:12 | Par samuel_ en réponse au commentaire de Timilo le 25/03/2011 à 17:11

@ Timilo

"Aucune idéologie basée sur le racisme ne peut être bénéfique à un pays."

Je suis bien d'accord avec vous cher Timilo, et je me demande comment vous avez bien pu lire entre les lignes de mes propos, l'affirmation contraire ?

25/03/2011, 17:35 | Par elisa13 en réponse au commentaire de samuel_ le 25/03/2011 à 11:49

Bonjour Samuel, je vous conseillerais aussi le livre : "nos ancêtres les gaulois et autres fadaises" de François Reynaert.

Ce livre devait être obligatoire pour les français "de souche" !

25/03/2011, 18:01 | Par samuel_ en réponse au commentaire de elisa13 le 25/03/2011 à 17:35

@ elisa13

 

La France c'est avant tout le contrat social par lequel je suis engagé à vivre dans la même société que vous, et à vivre même sous des lois que vous auriez choisies avec la majorité, même si elles me déplaisaient, et à vouloir des lois qui vous respectent même si vous faites partie d'une minorité. Le 14 juillet, ce n'est pas aux historiens de nous expliquer le sens que nous voulons lui donner.

Les historiens qui croient que la nature de la France est l'objet d'une querelle d'historiens, n'ont pas compris qu'elle était un projet de vivre ensemble qui appartient à tous les citoyens et non aux seuls historiens, qui piochent dans le passé de leur peuple ce qu'ils veulent pour construire leur identité présente, et qui donnent à ces fragments de passé le sens qu'ils veulent.

25/03/2011, 18:30 | Par elisa13 en réponse au commentaire de samuel_ le 25/03/2011 à 18:01

Mais Samuel, justement ce livre n'est pas un livre d'Historien.

François Reynaert nous rappelle très opportunément que Clovis et Charlemagne appartiennent tout autant à l'Histoire de l'Allemagne qu'à l'Histoire de France.

Si l'on a porté aux nues la bataille de Poitiers par laquelle Charles Martel arrêta une razzia arabe, ce fut avant tout pour valoriser le fondateur de la dynastie carolingienne et cacher son coup de main sur l'Aquitaine, but réel de l'opération.

Les «trahisons» de Ferrand de Flandre à Bouvines (1214) et du connétable de Bourbon à Pavie (1515) sont à relativiser en des époques où les Nations n'existaient pas encore.

L'Allemagne décrétée «ennemie héréditaire» en 1914 et 1939 succède dans ce rôle à l'Angleterre qui l'a été jusqu'en 1898 (Fachoda) et à l'Autriche, qui le fut par épisodes.

 

Il écrit : «La Seconde Guerre mondiale mérite de prendre de la place dans notre mémoire. Mérite-t-elle de prendre toute la place ? Rien ne semble arrêter le déluge mémoriel. Tous les ans, encore plus de romans, d'essais, de films, de débats qui traitent, retraitent, surtraitent d'une période avec une obsession qui, avouons-le, finirait presque par faire peur (...). Le devoir de mémoire est nécessaire, il devrait toujours être accompagné, quand on parle de cette période, du devoir de pudeur. Qui, s'il ne les a pas vécues lui-même, peut se prévaloir des luttes d'avant-hier ?...»

Comme le note avec justesse François Reynaert, cette période a remplacé la Révolution dans nos obsessions mémorielles et nos références morales. De 1830 aux années 1960, on se devait de répondre à la sempiternelle question : Robespierre a-t-il ou non dévoyé la Révolution ? La question obligée est depuis lors devenue : Pétain, bouclier ou complice des nazis ?...

 

Nos ancêtres les Gaulois et autres fadaises s'adresse aux amateurs d'Histoire et peut séduire également les adolescents. Si ceux-ci sont captivés par les aventures d'Harry Potter, ils peuvent l'être tout autant par cette Histoire pétillante qui bouscule nos idées reçues et nos préventions.

François Reynaert atteint de notre point de vue l'objectif louable affiché en quatrième de couverture : «Offrir au lecteur une synthèse claire des vingt siècles qui nous précèdent et donner à la France d'aujourd'hui une histoire ouverte et généreuse..."

André Larané

Je ne vous mets pas la critique du livre par le site "français de souche". Trop c'est trop... Pas content

25/03/2011, 23:13 | Par samuel_ en réponse au commentaire de elisa13 le 25/03/2011 à 18:30

@ elisa13

 

Bon bon, je me suis emporté, c'est le titre du livre que j'ai peut-être mal interprété. Peut-être après tout que ce Monsieur Reynaert ne prétend pas nous expliquer à nous qui n'en saurions rien, ce qu'est la France, à partir de quelques anecdotes scabreuses comme l'antisémitisme de Saint-Louis.

Mais bon, un conseil de film, un conseil de livre, je ne lis pas assez pour lire tous les livres du monde, quoi !

Allez je vous en conseille un aussi, Le Code et le Glaive de Régis Debray :

"Dans ce qu’il a appelé « l’examen de conscience d’un républicain », Régis Debray dévoile sans crainte les non-dits de la République : la passion, la guerre, la patrie. Ceux que les discours pieux refoulent pudiquement.

Or, que peut le code sans le glaive ? Et le droit sans l’amour ? Voilà qui remet l’Euroland à sa place, modeste, très modeste…"

30/03/2011, 16:38 | Par denis bourgois en réponse au commentaire de elisa13 le 25/03/2011 à 06:27

L'histoire nous montre que les hommes quittent majoritairement leur terre parce que la leur n'est pas assez riche et qu'ils doivent partir pour survivre. On ne migre pas de gaieté de coeur. La beauté de la littérature ne colle pas toujours à la réalité... Et je trouve votre commentaire du commentaire de Samuel bien court intellectuellement. Le formaté n'est pas celui qu'on croit...

25/03/2011, 03:19 | Par mademoiselle.sauterelle

La souche est bien jolie. Elle accueille souvent la fourmi blanche (ou termite) pour qu'elle y fasse son nid. Mais on ne le voit pas, car les oeufs de la fourmi blanche sont tout petits.

Ce n'est qu'en été, arrivées à maturité, que les termites s'envolent par nuages, quand le soleil est presque couché. Le temps d'une parade nuptiale, puis les termites sexués, tels Icare, perdent leurs ailes.

Evidemment, pour les planteurs d'arbres qui aiment les fourmis magnans, la fourmi blanche est une plaie. Mais elle a son utilité...sinon, elle ne serait pas sur terre.

25/03/2011, 03:36 | Par samuel_ en réponse au commentaire de mademoiselle.sauterelle le 25/03/2011 à 03:19

 

Dites moi mademoiselle sauterelle, vous croyez vraiment que tout ce qui est sur Terre est utile ? Tout ce que Dieu a créé, "il a vu que cela était bon" ?

25/03/2011, 05:57 | Par mademoiselle.sauterelle

Je n'ai pas dit bon, puisque c'est une plaie...j'ai dit utile...quant à Dieu, je ne sais pas, je ne l'ai pas encore rencontré.

25/03/2011, 08:04 | Par miradou

A la souche sclérosée, la plante rapportée pourrait dire, comme Voltaire :
" Vous finissez votre nom, je commence le mien "

25/03/2011, 09:11 | Par Colza

Joli billet.

N'ayant aucun talent de plume, je laisse Brassens être mon interprète par la deuxième partie de sa chanson, son poême chanté, plutôt, "Les oiseaux de passage" ::

Ô les gens bien heureux
Tout à coup dans l'espace
Si haut qu'ils semblent aller
Lentement en grand vol
En forme de triangle
Arrivent, planent et passent
Où vont ils? ... qui sont-ils ?
Comme ils sont loins du sol
Regardez les passer, eux
Ce sont les sauvages
Ils vont où leur desir
Le veut par dessus monts
Et bois, et mers, et vents
Et loin des esclavages
L'air qu'ils boivent
Ferait éclater vos poumons
Regardez les avant
D'atteindre sa chimère
Plus d'un l'aile rompue
Et du sang plein les yeux
Mourra. Ces pauvres gens
Ont aussi femme et mère
Et savent les aimer
Aussi bien que vous, mieux
Pour choyer cette femme
Et nourrir cette mère
Ils pouvaient devenir
Volailles comme vous
Mais ils sont avant tout
Des fils de la chimère
Des asoiffés d'azur
Des poètes des fous
Regardez les, vieux coqs,
Jeune Oie édifiante
Rien de vous ne pourra
monter aussi haut qu'eux
Et le peu qui viendra
d'eux à vous
C'est leur fiente
Les bourgeois sont troublés
De voir passer les gueux

25/03/2011, 10:04 | Par viviane Palumbo

Excellent billet, mais le niveau de culture demandé est souvent hélas, trop haut pour beaucoup et surtout pour ces ouvriers et employés, et même certains bourgeois qui clôturent tout ce qu'ils possèdent dès qu'ils arrivent quelque part ou prennent possession des arpents de terre héritées d'un grand père paysan ! Il n'y a que par l'éducation et la pédagogie bien ménée que l'on pourra changer les choses profondément, car votre souche est encore bien enracinée ! Pour ceux et celles qui connaissent un peu l'histoire de ce pays qui fût souvent envahi car sa position géographique en fait une terre fertile et des endroits magiques, nous savons que les peuples d'origines arabes sont souvent venus ici, qu'ils sont restés plus de 70 ans jusqu'à poitiers oû un homme nommé Martel a réussi à les faire partir au bout de 3 ans de guerre ! Alors du côté du métissage, on étaient déjà tous africains mais aussi nord africains depuis bien ongtemps, il serait très interessant de faire des décryptage du génome de pas mal de français de souche on aurait des surprises !

25/03/2011, 10:06 | Par Cucurbitacée

Texte Magnifique,Splendide,a la fois dans son Erudition,sa Profondeur,et son Sens Politique; Les Superlatifs de la Langue Francaise pourtant si riche,ne seraient pas assez nombreux pour decrire ce que j'ai ressenti a sa Lecture! Alors,tout simplement Bravo et Faites Fi de tous ces Esprits Chafouins qui nous "polluent" trop souvent l'Esprit! Vous Pratiquez a Merveille la Langue d'Esope et c'est devenu si rare a notre Epoque si Deliquescente a de nombreux points de vue!

25/03/2011, 10:08 | Par giseleh

Bravo, pour vos pensées.

Je n'arrive toujours pas, (et jusqu'à mon dernier souffle), comment peut-on en l'an 2011, débattre sur la souche de l'être humain. Il n'est pas reconnu scientifiquement que notre souche est africaine, alors pourquoi ce débat? Faudra -til toujours se justifier, se battre, se dévorer, se détruire les uns des autres et nous allons tout droit vers l'extinction de la souche humaine, si des êtres de hauts pouvoirs (financiers) continuent de propager ce poison ??? Leurs idéologies n'ira jamais jusqu'à leur satisfaction de vouloir sélectionner une seule souche humaine (OGM), enfin je me trompe, en effet il restera la souche de leurs racines qui pourira à tel point qu'ils s'extermineront les uns des autres ...!!

Et de nouveau, une souche humaine naîtra jusqu'à ce que l'humanité se tolère, se respecte et finisse par s'aimer les uns des autres. Quand : ??????? Le jour est loin de venir si les nouvelles humanités les unes derrière les autres enfantent de mauvaises souches démoniaques.

25/03/2011, 10:14 | Par Armel Le Bail

Excellent !

Ma dernière migration remonte à trop loin, Il est temps que je m'en ailles faire des racines ailleurs.

25/03/2011, 10:57 | Par JONAS EKHR en réponse au commentaire de Armel Le Bail le 25/03/2011 à 10:14

Un grand merci à tous pour votre attention.

Jonas

25/03/2011, 14:47 | Par ANNE-MARIE DE GRAZIA

"Cela ne veut pas dire qu’en faisant souche, c’est-à-dire en faisant des enfants, on mettra forcément au monde des paresseux, des imbéciles ou des Alsaciens. Colette parle du cas où « des parents ordinaires font souche d'enfants exceptionnels ». On peut aussi faire souche d’honnêtes gens ou être de bonne souche. L’optimisme est permis."

Paresseux, imbéciles, Alsaciens d'un côté; "enfants exceptionnels," honnêtes gens de bonne souche de l'autre. Intéressant, pour les Alsaciens! Aurait-on dit "Bretons," ou "Auvergnats"? Non! Aurait-on dit "Bavarois" ou "Prussiens?" Sans doute! Germanophobie bien française et indéracinable... Et ceci, dans un billet sensément "brillant" sur l'ouverture d'esprit et la fraternité humaine...

De la part d'une Alsacienne très migrante,

Anne-Marie de Grazia

25/03/2011, 14:53 | Par Armel Le Bail en réponse au commentaire de ANNE-MARIE DE GRAZIA le 25/03/2011 à 14:47

C'est la faute à Balzac, en l'occurence :

« Où a-t-elle eu les yeux d'épouser cette grosse souche d'Alsacien ? »

Auriez-vous épousé un Alsacien pour être ainsi piquée au vif ?

25/03/2011, 15:10 | Par Issel

Bel exercice d'étymologie poétique.

Jusqu'à moitié parcours. Après, ça déraille. Et ça fait mal.

Ça déraille parce que c'est mal connaître la nature et ne pas savoir qu'une souche, pour autant que vous ne l'arrosiez pas de soude, engendrera une multitude de rejets, que vous n'arriverez à faire dégénérer qu'après maintes et maintes coupes franches.

Ça fait mal parce que le de souche ne choisit pas plus son ascendance que l'enfant d'immigré. Aussi loin que l'on remonte dans la famille, on n'y trouve pratiquement que des locaux. Des paysans et des ouvriers, humbles pour la plupart, qui, en leur temps, ont su se pousser pour faire de la place aux nouveaux venus. Que ni les rois, ni les curés, ni les révolutionnaires, ni les colonialistes n'ont enrichis.

Faut-il pour autant que j'aie honte de mes racines ? Que je doive me considérer comme le déchet moribond d'une métaphore volontairement avilie, dégradée et dégradante ? Doit-on comprendre que le migrant n'a que mépris pour l'indigène auprès duquel il a pris souche ? Ben, m*rde alors...

25/03/2011, 15:27 | Par Armel Le Bail en réponse au commentaire de Issel le 25/03/2011 à 15:10

Migrants ou descendants d'anciens migrants nous sommes tous. Il n'y a rien d'autre à comprendre. Egaux...

25/03/2011, 18:51 | Par Issel en réponse au commentaire de Armel Le Bail le 25/03/2011 à 15:27

Il est vrai mais ce n'est pas ce qui ressort du texte. Sinon, c'est quoi, cette allégorie qui met en opposition le gentil migrant et la méchante souche ? Un manichéisme bon marché. De l'eugénisme romantique. On peut être de souche depuis de très nombreuses générations sans pour autant être "bruns, pourris et jaloux". De même, on peut être migrant de fraîche date et complètement amoral.

25/03/2011, 15:38 | Par kakadoundiaye

j'ajouterai reconnaissant au texte intelligence, clarté, poésie etc..

que cette souche ( dont beaucoup de noms propres procèdent comme Souchaud, Suchard etc..) dont j'avais parlé dans un mes blogs sur l'identité, s'oppose à l'identité. La souche n 'est pas à l'origine . Je ne proviens pas des terreaux qui l'entourent, des racines qui l'assoient, mais au contraire des branches et des feuilles du vent et des oiseaux qui y nichent....Toute tentative d'explicitation par les racines ( roots) conduit à une impasse réactionnaire.

12/04/2011, 20:00 | Par Boris Carrier en réponse au commentaire de kakadoundiaye le 25/03/2011 à 15:38

ah oui c'est vrai, j'en avais beaucoup apprécié la lecture

 

... pourquoi ne nous en fournissez-vous pas le lien ? (votre production abondante dans votre blogue a découragé mes recherches)

26/03/2011, 11:16 | Par Belange

plus je vieillis plus je deviens soucche et j'en suis fière c'est le cycle de la vie

10/04/2011, 09:35 | Par guydufau

La souche qui se développe ou la pâte qui lève grâce à la levure fait que :

On vient tous du même pétrin

Qu'on soit froment ou sarazin

Herbe folle, maïs ou blé noir

Du champ voisin ou de nulle part

La tordue

12/04/2011, 11:55 | Par Luciole Camay

Merci pour ce billet plein d'élégance et de vérités Sourire !

13/04/2011, 09:57 | Par mamoun slama

Un grand moment de poésie et d' emotion .Partageons le avec qui nous aimons sans le gacher par un excés de commentaire!

13/04/2011, 20:30 | Par le petit ramoneur

Le billet est beau que dis-je splendide !

Varié dans ses références, admirablement articulé, un tantinet dévalorisant mais uniquement à l'égard de certaines souches. De toute façon toute vie doit s'achever un jour et elle ne peut s'empêcher, si elle ne jalouse pas en s'achevant parfois brave, honnête et pleine souche, d'apprécier le vol de ceux qui courent, vivent et migrent, rarement par simple curiosité hélas.

Mais ça fait du bien, nom d'un retour de flamme !

Il est d'une érudition qui me fait prendre la mesure de l'insuffisance de la mienne. Pour autant même un petit ramoneur de souche arrive à ressentir et mesurer, (pour répondre à Viviane Palumbo, il est vrai que j'ai la chance que l'on m'ait appris à lire) la beauté, l'humour et le talent. Et, Monsieur EKHR, vous en avez incontestablement allié à une non moins grande capacité de travail.

Je vous remercie de me rapeller grâce à cela les espaces infinis et éblouissants qu'offrent les livres et les mots, et le pouvoir de les assembler. De constater la magie de leur articulation qui offre au lecteur ce qu'il exprime de l'esprit de leurs auteurs.

Au travers de ce voyage chez eux, que nous aimions ce qu'ils expriment ou non, vous nous avez offert un moment de culture et d'humour.

Ca fait du bien tout simplement Merci.

16/04/2011, 22:34 | Par Luciole Camay

Elisa13, j'ai pris la peine de regarder entièrement votre vidéo ci-dessus "Let's make money" montrant à quel point de déséquilibre planétaire conduit la folie ultralibérale. On y entend par exemple qu'il faudra travailler toujours plus et pour rien en somme (renoncer à payer les heures supplémentaires alors que les prix vont monter de 10 à 15 %) pour le mensonge bien connu "rester compétitif" ! C'est ailleurs mais ça arrive en Europe cette tendance-là, on y court !

Une autre forme de guerre, semblable dans ses effets aux pillages, colonisations, esclavage. La loi du plus fort est la seule raison à mon avis, les détenteurs des richesses ont remplacé les bandits de grand chemin d'antan !

Mais l'être humain a beau être un génie et un monstre depuis que la terre le porte, une information entre consternation et un rire à réprimer par décence fait se demander jusqu'où nous mènera cette course à l'abîme :

Un détenu se pend avec son kit anti-suicide à la prison du Havre - 16/04/2011 - leParisien.fr 

Newsletter