Mar.
21
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

MES: Confusions et rétablissement de quelques vérités

Le débat sur le MES, par ailleurs intéressant et qui est enfin mis sur la place publique, entraîne cependant un certain nombre de confusions et il me parait utile de tenter de rétablir quelques faits. La confusion est due, il me semble, notamment au fait que 2 traités européens (plus ou moins liés, on en discutera) sont soumis au vote en même temps, au moins en France. A ceci s'ajoutent, me semble-t-il, des confusions entre politique actuelle de l'UE et l'établissement de règles européennes. Et enfin, il n'a échappé à personne que nous sommes en France en pleine campagne électorale et que certains aspects de ce traité peuvent être instrumentalisés de part et d'autre à des fins électorales.

Le principe du MES

Le MES a pour but d'aider les états signataires en difficulté financière en leur fournissant les instruments financiers nécessaires, et ce sous une stricte conditionnalité (article 3), autrement dit prêts, achats d'obligation, etc...Il permet donc d'éviter aux états en difficulté financière d'avoir à recourir aux marchés et notamment les banques privées pour se financer.

Le principe est donc louable. La fin de l'obligation pour les états de se financer auprès des marchés est une condition nécessaire pour mettre fin à la trop grande emprise de la finance sur l'économie et le MES, dans son principe, va dans ce sens.

Les modalités du MES (ou le traité qu'on nous propose)

Le traité qu'on nous propose, pose cependant un certain nombre de modalités qui posent question.

Le MES est notamment hors de tout contrôle parlementaire, qu'il soit européen ou national. Le seul et véritablement trop ténu lien avec un quelconque contrôle démocratique est le fait que le conseil des gouverneurs est composé des ministres des finances des états signataires, eux-même issus de gouvernements démocratiquement élus. C'est une légitimité démocratique quand même très faible.

Cependant, même si pour ma part je préférerais un véritable contrôle démocratique, si cette institution avait pour seul pouvoir d'accorder ou non des prêts, il n'y a pas de quoi hurler au viol de la démocratie.

Autre modalité contestable: les membres de l'institution qui gère le MES ont une immunité judidiciaire pour tout ce qui touche à l'exercice de leurs fonctions. Encore une fois contestable mais c'est le lot parait-il de toute institution internationale.

Je passe sur certaines modalités, elles aussi contestables, comme le régime particulier vis-à-vis des impôts des membres de cette institution.

En fait, la modalité qui pose réellement problème est le lien avec le second traité européen, le TSCG.

Le TSCG, qu'est-ce que c'est?

Je ne vais pas trop m'étendre, mais le TSCG est le traité qui institue une extrême rigueur budgétaire, avec notamment la fameuse règle d'or. C'est donc un traité extrêmement contraignant pour tous les états signataires.

Y a-t-il un lien entre MES et TSCG?

François Hollande a commencé par dire que non. Mélenchon au contraire soutient qu'ils sont intrinséquement liés. La vérité est relativement claire à la lecture du traité du MES et ne se situe pas à mi-chemin entre les deux.

Si les articles du traité ne mentionnent pas le TSCG, les attendus (qui font partie intégrante du traité) sont parfaitement clairs et je vais directement les citer (c'est moi qui surligne en gras):

Le présent traité et le TSCG sont complémentaires dans la promotion de pratiques budgétaires responsables et de la solidarité au sein de l'Union économique et monétaire. Il est reconnu et convenu que l'octroi d'une assistance financière dans le cadre des nouveaux programmes en vertu du MES sera conditionné, à partir du 1er mars 2013, à la ratification du TSCG par l'État membre concerné et, à l'expiration du délai de transposition visé à l'article 3, paragraphe 2, du TSCG, au respect des exigences dudit article.

 

L'addition des 2 traités: une aberration démocratique

D'un côté, un traité, le TSCG, qui impose une politique de rigueur budgétaire extrême, et de l'autre un traité, le MES, qui est hors de tout contrôle démocratique et un lien qui oblige à ratifier le premier pour bénéficier du second. Autrement dit, une politique économique hors de tout contrôle démocratique.

C'est l'addition et le lien entre ces 2 traités qui posent problème.

 

Ajout:

Lien vers le traité en français

 

 

Tous les commentaires

18/02/2012, 22:50 | Par Art Monica

Pour faire simple, disons que pour obtenir des fonds par le biais du MES, les Etats devront s'être engagés à respecter les règles de rigueur imposées par le TSCG. Ce dernier, qui va réguler voire imposer leur politique budgétaire aux Etats, fait endosser aux citoyens les dettes contractées par leurs gouvernements, pour le plus grand profit des établissements financiers. Les députés français vont donc approuver mardi un nouveau recul de la démocratie européenne, soumise encore plus fortement aux lois des marchés. Certains députés de gauche accepteront le MES (remplaçant la "stabilité" par la "solidarité"), en disant qu'ils renégocieront le TSCG s'ils sont élus. Mais comme l'un ne va pas sans l'autre, ils se ligoteront les mains. Ou plutôt ils NOUS les ligoteront, qui plus est en notre nom!

18/02/2012, 23:44 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de Art Monica le 18/02/2012 à 22:50

Oui, c'est en gros la conclusion que je propose.

19/02/2012, 00:46 | Par MARIE CAROLINE PORTEU

Il y a une omission qui me gene Père vert pepère dans votre présentation : c'est le sauvetage des banques ... 

Et là je vais vous dire pourquoi elle me gêne . Le sauvetage des banques est aujourd'hui mathématiquement impossible du fait du niveau de leurs encours  .. Techniquement elles sont déjà mortes pour quelques unes d'entre elles  . Ce n'est pas parce que Draghi procède à des injections de liquidités  sans fin que ce n'est pas le cas .. Au contraire , il empire la situation à chaque injection , car cela leur permet d'agrandir les trous qu'on va nous demander de combler à cause de ce fichu traité . 

19/02/2012, 00:58 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 19/02/2012 à 00:46

Marie-Caroline,

Je n'ai lu nulle part dans le traité du MES une possibilité d'aides aux banques privées. Si vous avez des informations contraires, merci de me les transmettre.

Si par contre, vous faites allusion au fait que ces aides pourraient servir à rembourser des dettes publiques contractées auprès de banques privées, c'est à mon sens un problème différent. Cette question est liée à l'obligation faite aux états de se  financer sur les marchés, et donc auprès des banques commerciales, et cela est effectivement plus que contestable. Mais avec ou sans MES, cela restera vrai.

19/02/2012, 14:44 | Par whisky en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 19/02/2012 à 00:58

@pvpp

Il ne s'agit QUE d'aider les "institutions" financières. 

En bon français, ça ne sert qu'à aider les banques, et pour éviter que ca ne serve à payer autre choses, comme en Grèce, il y aura un coupe circuit pour que ça n'aille pas ailleurs qu'au créanciers de le dette, c'est à dire les banques !

Comme le soulignait MCP, personne n'est en mesure de sauver les grandes banques, savez vous le montant des sommes en jeu pour la seule BNP ? C'est CINQ fois le PIB de la France !

Vous pensez qu'on peut la sauver en mettant juste 140 Milliards d'Euro ?

Dans un système capitaliste la soupape de sécurité c'est la faillite, là on veux un mécanisne qui institue l'aléa moral, qui permettrait à ces montres de continuer indéfiniment leur ponction sur l'économie réelle, avec une assurance que l'argent continuera à leur être emprunté pour se payer une assurance anti-faillite sur notre dos.

C'est aberrant, réveillez vous !

19/02/2012, 14:55 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de whisky le 19/02/2012 à 14:44

Eh bien non, institution financière ne signifie pas banque, whisky. Si vous avez des éléments prouvant le contraire, je ferai mon mea-culpa.

Pour la suite de vos commentaires, merci d'être un peu plus précis. Qu'entendez-vous par les sommes en jeu pour la seule BNP? De quoi parlez-vous exactement?

19/02/2012, 15:16 | Par whisky en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 19/02/2012 à 14:55

@pvpp

Pour vous répondre, dites moi ce qu'est pour vous ces "institutions financières", puis ce que vous interprétez dans le mot "spécifiquement"

Je repost ce que j'ai ecrit précédemment puisque je tombe sur erreur et que je voudrais voir la fin de mon post correctement publié, désolé...

Il ne s'agit QUE d'aider  "la recapitalistion des institutions" financières. 

 

Décodage en bon français, ça ne sert qu'à aider les banques à éviter la faillite, et pour éviter que ca ne serve à payer autre choses, comme en Grèce, il y aura un coupe circuit pour que ça n'aille pas ailleurs qu'au créanciers de le dette, c'est à dire les banques !

Comme le soulignait MCP, personne n'est en mesure de sauver les grandes banques, savez vous le montant des sommes en jeu pour la seule BNP ? C'est CINQ fois le PIB de la France !  

Vous pensez qu'on peut la sauver en mettant juste 140 Milliards d'Euro ?

5 * 2000 Milliards d'euros et en face on va aligner 700 Milliards d'Euros ?? Et on a même pas encore parlé de le DB et des autre 25 grandes banques systémiques (lire "problématiques").

Soyons sérieux, ce truc n'est pas une solution, il peut contenir l'explosion du défaut "ordonné" Grec, Portugais supporter éventuellement l'Irlande, mais jamais l'Espagne, l'Italie ne parlons même pas de la France, puisque la politique qui a pousser à en faire des grands groupes mondiaux, les a mis dans une situation où ellont sont engagées dans tous ces pays et sont déjà techniquement en faillite!

Notez en plus que si le deuxième traité est approuvé (que voudrais ré-négocier Hollande après avoir voté oui) il fera qu'on sera mis automatiquement à l'amende d'un pourcentage de notre PIB, puisque sortir ces premiers 160 Milliards d'Euros va augmenter le poids de la dette dans notre budget! comme on n'est jamais arrivés à moins de 3% de déficit, je vous laisse imaginer comme ça va être facile dans ne économie en récession d'atteindre 0,5%!!!

Dans un système capitaliste la soupape de sécurité c'est la faillite, là on veux un mécanisne qui institue l'aléa moral, qui permettrait à ces montres de continuer indéfiniment leur ponction sur l'économie réelle, avec une assurance que l'argent continuera à leur être emprunté pour se payer une assurance anti-faillite sur notre dos.

C'est aberrant, réveillez vous !

Actions : Quadrature du net, mails de tous les députés (droite et gauche) -- attention que bcp de mails du parlement ne marchent pas, alors envoyez aussi aux gmail.com et autres -- et dites leur simplement que si ils votent oui, s'abstiennent, ne sont pas là, vous scruterez leur vote et en tiendrez compte aux prochaines échéances électorales. Copiez/collez les textes péchés sur mediapart APRÈS cette introduction, ils ne liront pas tout, mais c'est le message important en premier qui sera retenu. Innondez!  

19/02/2012, 01:13 | Par MARIE CAROLINE PORTEU

là  Pépère 

Assistance financière pour la recapitalisation d'institutions financières d'un membre du MES

1. Le conseil des gouverneurs peut décider d'octroyer une assistance financière sous forme de prêts à un membre du MES, dans le but spécifique de recapitaliser des institutions financières de ce membre.


Il n'y a rien de plus fongible que les liquidités mon cher Pépère .. donc que ces banques pudiquement dénommées institutions financières soient sauvées du fait des trous causés par leur spéculation ou par un défaut grec n'est pas précisé .. elles sont juste sauvées ; je n'ai pas envie que nous nous retrouvions avec un endettement de 160% parce qu'elles ont fait n'importe quoi ..Et elles ont fait n'importe quoi  . 

2008 nous l'a prouvé .. Et Dexia nous le confirme , sans parler de l'injection massive de liquidités réalisée par la BCE en Décembre dernier et qui parait-il va recommencer sous peu .  AU DOUBLE !!!!! 



19/02/2012, 01:32 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 19/02/2012 à 01:13

Eh bien, Marie-Caroline,

si vous me démontrez le contraire, je l'accepterais bien volontiers.

Mais par instutuin financière, , je comprends banques centrales, éventuellement institution comme la banque de consignation et des dépôts; et non pas  pas banques commerciales.

19/02/2012, 09:00 | Par MARIE CAROLINE PORTEU en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 19/02/2012 à 01:32

Si les institutions financières décrites étaient les banques centrales, cela voudrait dire qu'elles ont prêté aux Etats , ce qui est interdit . 

La Caisse des Dépôts est une banque , publique , mais ce n'est pas la Banque de France qui est la Banque Centrale . Elle aura effectivement besoin de 2 milliards de recapitalisation à la suite du sauvetage de Dexia .  Effectivement, si pour vous , faire sauver une banque privée par une banque  à fonds publics qui doit être ensuite recapitalisée ne constitue pas un sauvetage , nous avons vraiment un problème de language .

19/02/2012, 09:11 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 19/02/2012 à 09:00

Marie-Caroline,

Vous faites des raccourcis qui nuisent à la clarté des débats.

L'interdiction faite aux états d'emprunter aux banques centrales est tout à fait contestable mais cela n'a rien à voir avec le MES. Au contraire, le MES est le premier outil depuis 40 ans qui permet aux états de ne pas recourir aux banques commerciales. Le problème, ce sont les conditionnalités qui le lient au TSCG.

On peut tout à fait débattre de l'illégitimité de la dette publique et de tenter d'y trouver des solutions, mais c'est un autre débat.

19/02/2012, 12:58 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 19/02/2012 à 09:11

Source "œconomia.net" :

 

"- On appelle institutions financières, des entreprises qui produisent et vendent des services financiers, il s’agit 

notamment des banques, des établissements de crédit non bancaires, des entreprises d’investissement et des 

entreprises d’assurance). On peut distinguer les institutions financières monétaires (celles qui ont le pouvoir de 

création monétaire : les banques centrales, les banques commerciales), les institutions financières spécialisées 

(établissements de crédit auxquels l’Etat confie une mission d’intérêt public : en France, le crédit local de France) ; 

les institutions financières nationales (Banque de France, banques commerciales…), européennes (BCE, SEBC…) et

internationales (FMI, Banque Mondiale, Réserve Fédérale)."

 


D'ailleurs Moody's a prévenu, jeudi 16 février, qu'elle pourrait abaisser les notes de crédit de 17 grandes banques mondiales et de 114 institutions financières européennes (source LeMonde.fr). Dans ces institutions financières figure énormément de compagnies d'assurance.

 

C'est d'une clarté limpide, il ne suffit pas uniquement de sauver les banques mais aussi le secteur de l'assurance, souvent en mauvaise posture actuellement. Aujourd'hui, la distinction public/privé est caduque pour les financiers, puisque même les institutions publiques sont en réalité controlées par la finance internationale, directement ou indirectement, le rôle des politiques se bornant à voter des textes qui permettent ces abandons de souveraineté !

 

19/02/2012, 15:21 | Par whisky en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 19/02/2012 à 09:11

@pervers grand père 

Il est gravé dans le libre de ces traités "les banques centrales ne peuvent accorder de crédits ou de découverts aux trésors publiques des pays membres, ni acheter leurs obligations", donc si vous pensez que le piège du mot "institution" financières recouvrent des entités publiques vous vous tromper il s'agit de banques ou de sociétés d'assurances.

19/02/2012, 15:45 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de whisky le 19/02/2012 à 15:21

Vous n'avez pas lu ce que j'ai écrit juste au-dessus ?

J'y donne une définition des institutions financières !

 

19/02/2012, 19:13 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 19/02/2012 à 09:11

Père Vert Pépère

 

Vous faites des raccourcis qui nuisent à la clarté des débats.

L'interdiction faite aux états d'emprunter aux banques centrales est tout à fait contestable mais cela n'a rien à voir avec le MES

Hum…

Pourquoi un Banque Centrale aurait-elle besoin d'être recapitalisée ? Marie Caroline dit que c'est parce qu'elle aurait beaucoup (trop) prêté. Prêté à qui ? Elle n'a pas le droit de prêter à l'état.

Donc ? Prêté à qui ?

Vous commencez à voir la blague ? Et à entrevoir le rapport avec le MES  comme pompe à phynance ? Je vous laisse faire le reste du chemin tout seul comme un grand ? Je ne voudrais pas faire insulte à votre intelligence en énonçant ce qui paraît évident, mais peut être allez vous estimer, vous étant perdu en route, que j'ai déloyalement pris un raccourci de nature à obscurcir le débat ? N'hésitez pas à me dire si je dois compléter.

Bah, cette démonstration est de toutes façons inutile car ce n'est pas le Père Vert Pépère qui est en charge de définir ce qu'est une institution financière. On sait bien que cela peut être une banque privée ou une compagnie d'assurances et on fait une totale confiance à toutes ces braves gens pour se passer la rhubarbe et le séné aux frais des peuples.

 

19/02/2012, 19:41 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de Virgil Brill le 19/02/2012 à 19:13

Oui, Virgil,

Marie-Caroline fait beaucoup de raccourcis. Libre à toi de les croire ou pas. Marie-Caroline dit que... ou ne dit pas... Il serait peut-etre temps de penser par toi-même, mais c'est certainement trop te  demander.

Allez bye, je t'ai connu plus libre. Pour ma part, c'est ma dernière intervention. Le destin m'entraine vers d'autres dimensions qui seront, je l'espère, plus sereines.

19/02/2012, 20:16 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 19/02/2012 à 19:41

Père vert etc.

 

Un raccourci, c'est visiblement un truc qui va un peu trop vite pour vos moyens cognitifs et vous laisse en carafe.

C'est alors que, selon un mode assez courant, vous décidez que puisque vous ne comprenez rien à l'affaire vous allez vous mettre en devoir de l'expliquer aux foules ignorantes.

Et bien sûr, quand vos balourdises sont mises à plat (j'ai pourtant essayé de le faire pas trop cruellement) vous le sentez confusément sans vraiment le comprendre et vous vous défilez sous un prétexte quelconque, généralement foireux comme la plupart de vos "raisonnements".

Ainsi, avez vous l'impression que les définitions que je vous ai rapportées de ce qu'est une institution financière m'ont été soufflées par Marie Caroline ? Et quand vous me reprochez d' écrire Marie Caroline dit que… c'est bien parce qu'avec vos limitations habituelles vous "comprenez" que je suis sous influence alors que je suis simplement en train de vous traduire (en pure perte !) un raisonnement elliptique auquel vous n'aviez strictement rien compris.

Par ailleurs je n'imagine pas, moi, que j'ai la science infuse. Ceci me rend susceptible d'apprendre et j'ai en effet beaucoup appris avec Marie Caroline Porteu.

Allez vers votre destinée grandiose. Si cela peut nous épargner vos salamalecs sermonneurs et faux-cul, je m'en réjouirai…

19/02/2012, 02:56 | Par point barre

A propos de l'article 3, les "strictes conditionalités", ce qu'en dit Mélenchon sur son blog parlementaire européen :http://europe.jean-luc-melenchon.fr/2012/02/07/le-mecanisme-europeen-de-stabilite-le-remede-de-la-troika-qui-saigne-les-etats/

"Certes il engage les finances des Etats au bénéfice d’autres Etats mais toute « assistance financière » est subordonnée à de « strictes conditionnalités ». Entendez par là des plans de rigueur de la troïka (Commission-BCE-FMI) dont on a pu observer les conséquences désastreuses sur la Grèce, le Portugal et l’Irlande. Ce mécanisme organise donc la casse sociale et la récession en fait de « solidarité ».

(...) il est stipulé aussi dès les considérants que « le MES coopérera très étroitement avec le Fonds monétaire international ("FMI") dans le cadre de l'octroi d'un soutien à la stabilité. Une participation active du FMI sera recherchée, sur le plan tant technique que financier. Il est attendu d'un État membre de la zone euro demandant l'assistance financière du MES qu'il adresse, lorsque cela est possible, une demande similaire au FMI ». De fait le FMI est « si possible » présent à toutes les étapes (l’évaluation du risque conduisant à octroyer l’aide, la négociation du plan de rigueur, le contrôle de la mise en œuvre de celui-ci, et même lors des votes des organes décisionnels du MES où le FMI « peut être invité comme observateur »)

------

Si Mélenchon dit vrai, alors l'avantage que vous trouvez au MES n'est qu'une dangereuse illusion  : "Il permet donc d'éviter aux états en difficulté financière d'avoir à recourir aux marchés et notamment les banques privées pour se financer".(sic, Le Père Vert Pépère)

19/02/2012, 08:50 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de point barre le 19/02/2012 à 02:56

Bonjour Orbazan,

Jean-Luc Mélenchon a à la fois tort et raison. Il est certain qu'avec la commission actuelle, les conditionnalitées entraineront plans de rigueur et purges néo-libérales.

Mais l'orientation actuelle de la commission n'est due qu'à l'orientation néo-libérale des gouvernements des états qui la composent. Que demain des majorités différentes prennent le pouvoir et cette commission changera d'orientation. Ce n'est donc pas le MES qui est directement en cause, mais l'orientation de la commission d'eurpéenne.

Et pour finir, puis-je souligner que MES ou pas, ces plans de rigueur sont mis en place? Il n'y a qu'à voir ce qui se passe en Grèce ou au Portugal.

19/02/2012, 11:46 | Par point barre en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 19/02/2012 à 08:50

Bonjour Père Vert Pépère,

- ce que vous soulignez en conclusion confirme bien l'entourloupe !

- Pour le reste supra :"In'ch allah!"

19/02/2012, 07:28 | Par La Louve ἄλφα

What a mess !

Formulations et constructions alambiquées, flou artistique (bravo encore une fois les technocratres) qui permettent apparemment toutes les interprétations et les justifications futures des désastres à venir avec renvoi des responsabilités à différentes entités.

Responsable oui, mais pas coupable.

19/02/2012, 12:35 | Par Le Père Vert Pépère

Je m'aperçois que j'ai oublié, en mettant le billet en ligne, d'y insérer le lien vers le texte du traité en français. Oubli corrigé (en fin du billet).

Que chacun puisse donc juger sur pièces.

19/02/2012, 12:38 | Par brocéliande

Ce que je note - avec indifférence - c'est la position d'EELV quant à ce MES.  Avec indifférence parce que ce parti de technocrates est mort. Ah oui, pour hurler, ils hurlent, - comme Joly en Grèce  "Pour éviter que le peuple grec ne supporte toute l'austérité, Eva Joly a des idées : rogner sur le budget militaire". Belle idée qui ne remet en rien en cause le modèle financier... rognons, rognons, il en restera toujours quelque chose. -  mais lorsqu'il s'agit d'agir au nom du bien-être des peuples européens : Répondre à la crise de la zone euro impose des mesures immédiates. La restructuration de la moitié de la dette grecque en fait partie, tout comme le fait de doter le fonds européen de stabilité financière des moyens nécessaires pour faire face à une possible contagion. Au-delà de ça, le Fonds européen de stabilité financière doit être doté de moyens suffisants pour prévenir d’une éventuelle contagion aux autres pays de l’Union. Nous sommes également favorables au mécanisme européen de stabilité.
Europe écologie les verts, séminaire franco-allemand 3 octobre 2011.

http://europeecologie.eu/2012-2013-les-ecologistes-au

Demain, on le sait déjà,  les grunens sont prêts à travailler avec Merkel. Alors, pvp, votre billet.... sur... passe simplement à côté de l'histoire. Sauf à mieux asseoir le flou artistique des Verts joyeux et écolo prompt à défendre le peuple et ces quelques futurs députés du dernier accord.

 

 

19/02/2012, 13:04 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de brocéliande le 19/02/2012 à 12:38

Ce que je note quant à moi, Brocéliande, c'est que tu continues l'enfumage, avec tout le respect que je te dois.

Pour la seconde fois, tu publies une prise de position qui est antérieure à la rédaction du traité proposé. Une fois, on peut penser à une erreur ou à une innattention. Deux fois, cela relève manifestement de la volonté de désinformer.

Donc encore une fois, oui, EELV est favorable au principe du MES, c'est-à-dire à permettre à un état en difficulté financière de pouvoir s'adresser à une institution financière autre qu'une banque commerciale.

Sur ce traité précis, il y a toujours débat interne entre certains favorables à ce traité et d'autres opposés, en raison, entre autres des arguments que j'ai mentionné dans ce billet. Il n'y a donc pas de position officielle d'EELV pour l'instant sur ce traité. Et sans livrer la teneur de ces débats internes, ce que je peux dire, c'est que le non gagne du terrain et que même d'anciens ouistes au TCE montrent leur opposition à se traité.

 

Et pour (presque) finir sur une note ironique, j'ai la prétention de répondre à quelqu'un qui sait où passe l'Histoire (avec un grand H, tu l'as oublié, Brocéliande). Quel manque de modestie de ma part!

 

Et pour vraiment finir, Brocéliande semble avoir fait d'EELV l'ennemi principal de son candidat favori. Grand bien lui fasse! On peut effectivement penser, en regardant les différents candidats en lice, que les écologistes sont bien la plus grande menace pour la France. Quant à moi, l'ennemi se trouve chez ceux d'en face, et non pas chez ceux qui sont juste à côté de moi.

19/02/2012, 13:35 | Par brocéliande en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 19/02/2012 à 13:04

L'on verra Mardi cher pvp... quant aux positions des verts. Et si je t'énerve, tant mieux. Les débats internes d'une organisation qui passe son temps à débattre, alors qu'elle vote pour le oui au parlement européen, m'énerve. Et si par hasard, mardi, les votes de tes représentants s'alignent sur le non. je te ferai mille excuses et plein de bises de bisounours. Comme cela : BisouBisouBisou. Hormis cela, tu peux m'expliquer la rupture des verts avec les communistes à l'assemblée? Et arrête de m'insulter. c'est que tu continues l'enfumage J'argumente et propose les positions de ton groupe, refusant le flou artistique que vous aimez si bien entretenir.

Note d'ironie : je me contrefous un peu d'EELV. Au vu des sondages. C'est dommage, mais c'est comme cela. Ce que je ne supporte pas, c'est la traitrise.

19/02/2012, 14:05 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de brocéliande le 19/02/2012 à 13:35

Brocéliande,

Je ne t'insulte pas et j'ai expliqué pourquoi je considère tes commentaires comme de l'enfumage (pour rappel, donner des positions sur le principe comme un accord sur le texte du traité lui-même. Comme je l'ai déjà dit, les positions que tu cites sont antérieures à la rédaction de ce traité et s'appliquent donc aux principes. Mais peut-être est-ce trop complexe à comprendre pour un esprit binaire?).

 

Sur le groupe au sénat, c'est quelque peu hors-sujet mais je réponds quand même, la constitution d'un groupe parlementaire donne un certain nombre de droits supplémentaires, que ce soit à l'Assemblée Nationale ou au Sénat, notamment celui de déposer des amendements ou de déposer. Pour ces raisons, les Verts de l'époque et le PCF, qui ont par ailleurs des divergences notoires sur les projets, ont conclu un accord technique permettant de créer ce groupe, ce qui permettait aux sénateurs des Verts et du PCF de pouvoir déposer des projets de lois et des amendements selon leurs propres convictions. Les dernières élections ayant permis à EELV maintenant et PCF d'obtenir séparément leur propre groupe, ils ont, d'un commun accord, dissous ce groupe technique, pour créer chacun leur propre groupe.

 

Une petite question en passant. Vous ne discutez pas au Front de Gauche? Vous auriez pu poser la question à un de vos camarades du PCF qui aurait certainement pu vous répondre aussi bien que moi.

19/02/2012, 17:47 | Par Danyves en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 19/02/2012 à 14:05

9/02/2012, 00:40PAR JUPSY

Il est très clair que Hollandreou ainsi que Sarkomerkel sont, actuellement en tacite entente pour que nous ne soyons pas informés et que nous n'ayons pas notre mot à dire. J'ai écrit depuis une semaine par mail accusés reception à tous les députés socialistes de Haute Garone pour leur demander leur position sur le MES. Aucun ne m'a répondu. C'est quoi cette attitude anti-démocratique. Dans 2 jours, les députés socialistes vont être appelés à voter sur le MES et aucun d'entre eux ne daigne nous dire ce qu'il va voter. Nous en Haute Garonne, on va suivre le vote de chaque député et on ira à leur permanence leur demander pourquoi ils l'ont fait et on publiera leur réponse et on l'enverra à Médiapart.

Par contre, je trouve que cet article perd de sa crédibilité lorsqu'il fait intervenir un "thinkthank" avec pour porte parole Mr Vallée. Il ne parle pas de n'importe où Mr Vallée, voyez plutôt :  Shahin Vallée a 28 ans et vit a Londres. Il est économiste pour une banque d’Affaires Européennes ( soit BNP PARISBAS ) il est également chercheur invité à Bruegel, un centre de réflexion sur les questions économiques internationales basé à Bruxelles et il enseigne à Sciences Po Paris, un cours sur la gouvernance économique européenne…Bruegel est dirigé et financé sur la base d'un système de gouvernance original associant des États membres de l'Union européenne et des multinationalesArevaDeutsche BankDeutsche TelekomEDFErnst & YoungErste Bank GroupGDF SuezGoldman SachsGoogleMicrosoftNovartis,PfizerQualcommRenaultSamsung ElectronicsSyngenta etUniCredit[2].

Encore un militant de la finance interviewé pour porter la contradiction aux politiques ...On en a marre des "experts" qu'on nous présente sous la "neutralité" supposée d'un "think thank". Non, Mr Vallée devrait avoir l'honnêteté de dire qu'il est un vrai libéral et qu'il est d'accord avec le MES , qu'il fait partie des laquais penseurs de ces multinationales qui veulent continuer leurs coups d'Etat commencés par la Grèce continuée en Italie et qu'ils veulent institutionaliser dans toute l'Europe.

Mr Vallée, coucouche panier!Les « gants dorés » viendront bientôt vous donner quelques stocks options puisque vous avez été bien défendus « vos bons maît' »

19/02/2012, 11:01PAR DANYVES

Et aussi :

Between January and June 2012, Shahin will be on leave from BNP Paribas and will serve as an Advisor on European and economic issues to the Green Party's presidential campaign in France. After June, Shahin will go back to his regular job at BNP Paribas.

19/02/2012, 17:46 | Par Danyves en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 19/02/2012 à 13:04

19/02/2012, 16:23PAR VIRGIL BRILL

GROS PLAN SUR UN DÉTAIL DU MES.

(Un de ces détails où le diable prend ses aises…)

 

ARTICLE 15

 

Assistance financière pour la recapitalisation d'institutions financières

d'un membre du MES

 

1. Le conseil des gouverneurs peut décider d'octroyer une assistance financière sous forme de prêts à un membre du MES, dans le but spécifique de recapitaliser des institutions financières de ce membre.

 

2. La conditionnalité dont est assortie l'assistance financière aux fins de larecapitalisation d'institutions financières d'un membre du MES est définie dans le protocole d'accord, conformément à l'article 13, paragraphe 3.

 

3. Sans préjudice des articles 107 et 108 du TFUE, les modalités et conditions financières de l'assistance financière aux fins de la recapitalisation d'institutions financières d'un membre du MES sont spécifiées dans un accord relatif à la facilité d'assistance financière, signé par le directeur général.

 

4. Le conseil d'administration adopte des lignes directrices détaillées sur les modalités de mise en œuvre de l'assistance financière aux fins de la recapitalisation d'institutions financières d'un membre du MES.

 *******************************************************************

Institutions financières, définitions :

-       De l’IIDRIS (Index international et dictionnaire de la réadaptation et de l'intégration sociale)

Organisation et services liés à la gestion des capitaux, tels que les banques, les coopératives financières, les sociétés à fonds mutuels, les compagnies d'assurance, etc.

-       De Wikipedia

Dans l'Union européenne, les institutions financières monétaires (IFM) sont des institutions créant de la monnaie. Cette définition comprend la Banque centrale européenne, les banques centrales nationales (BCN), les établissements de crédit, les organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) et d'autres institutions financières.

On comptabilise, au 1er janvier 2012, 7 533 institutions financières monétaires dans la zone euro en 2011



Faut-il vous faire un dessin ?


19/02/2012, 19:20 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de Danyves le 19/02/2012 à 17:46

Danyves

 

Désolé ! Je ne sais pas comment je m'y suis pris pour ne pas voir que vous aviez déjà eu la bonne idée de coller ce commentaire dans ce fil-ci.

19/02/2012, 20:56 | Par Danyves en réponse au commentaire de Virgil Brill le 19/02/2012 à 19:20

@Virgil Brill

Deux fois ici valent mieux qu'une.

J'ai vu votre commentaire sur Marianne2;

Dommage que l'article demain sur Libération soit réservé aux abonnés. Pas d'accès aux commentaires.

19/02/2012, 14:17 | Par brocéliande

c'est que tu continues l'enfumage, avec tout le respect que je te dois. J'aime bien l'enfumage lorsqu'il s'agit de colporter vos positions. Ca, c'est l'enfumage... la retranscriptions fidèles de vos positions. Vous ne discutez pas au Front de Gauche? Je ne suis pas militante du front de gauche. J'aime leurs prises de positions. Plus rien de ma part avant le vote de mardi.

19/02/2012, 14:21 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de brocéliande le 19/02/2012 à 14:17

Tu ne réponds pas au fait que ces positions soient antérieures à la rédaction du traité. Tu te sens gêné aux entournures? L'accusation que je fais est argumentée par des points précis, alors réponds-y plutôt que d'essayer de noyer le poisson en amenant des questions qui n'ont rien à voir avec le sujet, comme cette question du groupe technique.

19/02/2012, 18:39 | Par brocéliande en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 19/02/2012 à 14:21

dis-moi, pvp, le traité date du 21 juillet 2011 au cas où tu ne le saurais pas. Et la position des verts par moi transcrite un peu plus haut, du mois d'octobre. Il faudrait arrêter de me prendre pour une bille, ou il n'est plus utile de te parler. La polémique de mensonge en mensonge ne m'intéresse plus depuis bien longtemps.  et TA position dans ton billet exprimée n'est pas celle des verts. Trop d'enfumage.

19/02/2012, 18:47 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de brocéliande le 19/02/2012 à 18:39

La polémique de mensonge en mensonge ne m'intéresse plus depuis bien longtemps.


Mais tu es une bille, Broéliande. Point final à la discussion.

19/02/2012, 19:37 | Par brocéliande en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 19/02/2012 à 18:47

une bille... C'est jolie, une bille... surtout les agates. Le tac, la poursuite, le cercle glouton et l'enclos, et le callot? tu te souviens... Ils étaient vraiment beaux les callots. J'te prends à la récré... mercredi, bien sûr... j'ai de très beaux callots, et des agates de rêve.

 

20/02/2012, 11:26 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de brocéliande le 19/02/2012 à 18:39

Attendu (5) du traité

Le 9 décembre 2011, les chefs d'État et de gouvernement d'États membres dont la monnaie est l'euro ont convenu d'évoluer vers une union économique plus forte...

Tu m'expliqueras comment un traité qui daterait du 21 juillet mentionne un accord du 9 décembre.

20/02/2012, 16:10 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 20/02/2012 à 11:26

Quel faux-cul LPVP, tu sais très bien que là il est question du TSCG qui vient d'être conclu, aussi en est-il fait mention dans un "Attendu", alors que le traité avait été conclu au mois de juillet.

Cet attendu montre le lien étroit qui existe entre le MES et le TSCG, contrairement aux dires de certains, au PS notamment !

 

20/02/2012, 17:37 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de Emmanuel Esliard le 20/02/2012 à 16:10

Cher vrai-cul,

Effectivement cet attendu montre le lien étroit avec le TSCG, ce qui pour ma part je considère comme le principal danger comme je le dis dans ce billet que tu as peut-être lu avant de le commenter.

Je répondais simplement à Brocéliande pour lui faire remarquer que les positions d'EELV en septembre et octobre ne pouvaient pas prendre ce lien qui est a été convenu en décembre.

20/02/2012, 18:13 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 20/02/2012 à 17:37

Sauf que même sans le TSCG, tous les principes existent déjà dans le MES. Le TSCG ne faisant que préciser les montants draconiens des déficits autorisés, tout à fait dans l'esprit donné par plusieurs articles du Mécanisme Européen de Stabilité. Ce qui signifie que sans le bornage du TSCG les conditions d'octroi de prêts pourraient être encore plus graves !

 

20/02/2012, 19:07 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de Emmanuel Esliard le 20/02/2012 à 18:13

Ce qui signifie que sans le bornage du TSCG les conditions d'octroi de prêts pourraient être encore plus graves !


Oui bien sur, ou meilleures, nul ne sait. Qu'une institution qui prête puisse s'assurer que l'emprunteur pourra rembourser n'est pas en soi scandaleux. Où cela le devient, c'est quand ces conditions imposent une seule politique économique.

19/02/2012, 16:33 | Par Fantie B.

Merci Père Vert de ce que je vois comme une certaine clarification.

Il me reste encore à prendre davantage de recul pour revenir à cette discussion.

(sortir de l'impression d'urgence. Rien n'est définitf même ce qui est gravé dans les institutions, du moment qu'un mouvement instituant dans un autre sens peut se produire.)

19/02/2012, 17:22 | Par brocéliande en réponse au commentaire de Fantie B. le 19/02/2012 à 16:33

Réfléchir ne vous étouffe pas trop Fantie B. Excusez-moi du peu, de vous rappeler un autre temps, où vous m'aviez jetez hors du club comme vous aimiez à le faire à cette époque bénie du règne, le vôtre. Alors qu'innocente je venais tout juste de m'inscrire. Mais vous étiez bien trop contente d'hurler avec les boeufs du moment, la meute, contre cette Brocéliande qui n'était rien d'autre pour vous qu'une Monica revenue masquée. Il y a ainsi des prises de position de reine du club qui brise. Merci pvp pour cette clarification. A hurler de rire. Comme si Marie-Caroline et Monica ne s'évertuaient pas, patiemment, à nous montrer la vérité.

ps : pvp, cela n'est pas pour toi, bien sûr. Tu fus à l'époque réellement correct, contrairement au petit club des bien-pensants. Parfois, la rage me prend. Et l'amertume me gagne. Pour le reste, cher toi, l'on verra mardi soir.

19/02/2012, 17:42 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de brocéliande le 19/02/2012 à 17:22

Tu t'enfonces, Brocéliande,

Ainsi seules Marie-Caroline et Art, seraient aptes à nous montrer la vérité.

En vérité (sans jeu de mots), Marie-Caroline et Art nous propose des avis que l'on peut approuver, discuter, débattre, voire même auxquels on peut s'opposer.

Et donc, nous en débattons.

Tu te situes sur un autre plan et tu le revendiques. Attends-toi à recevoir les coups que ta conception de la liberté d'expression implique.

19/02/2012, 18:00 | Par brocéliande en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 19/02/2012 à 17:42

pvp, il me semble bien que les premiers billets sur le MES furent signés MCP. NOn? Il n'y a guère que ces derniers trois jours que l'on te voit intervenir sur le sujet J'aime bien ton tu t'enfonces.... Ca c'est de l'argument.

19/02/2012, 18:06 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de brocéliande le 19/02/2012 à 18:00

Et la traitise, c'est un meilleur argument?

Je sens que tu vas me dire oui, mais tu vas certainement l'expliquer contrairement à ton habitude!

19/02/2012, 18:31 | Par brocéliande en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 19/02/2012 à 18:06

Tu as raison pvp. il n'y a pas de traitrise. il y a ma connerie d'avoir un jour voté EE. Il n'y a pas de traitrise.

19/02/2012, 19:29 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de brocéliande le 19/02/2012 à 18:31

@ Brocéliande: OK, vous avez exprimé vos sentiments. Et fait un retour à un passé de ce club virtuel.

J'avais mes raisons concernant l'incident que vous évoquez (douloureuses par ailleurs comme un triste événement vient de me le rappeler). Mais je ne compte pas revenir dessus car ça fait un bout de temps que j'ai cessé de voir dans le club mediapart autre chose qu'un lieu d'échanges intellectuels ou citoyens, et quelques moments de partage plus légers à l'occasion (en prime).

Pour moi vous êtes une interlocutrice à part égale avec tout le monde ici. Je lis vos opinions et je les respecte. Si vous ne voulez pas me considérer comme telle, libre à vous. Message privé possible pour explications.

Quand à mes opinions sur le MES, permettez moi de me les faire comme je l'entends (ou bien ne me le permettez pas ça m'est égal !)

 

19/02/2012, 19:50 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de Fantie B. le 19/02/2012 à 19:29

Fantie B

 

ça fait un bout de temps que j'ai cessé de voir dans le club mediapart autre chose qu'un lieu d'échanges intellectuels ou citoyens

C'est sans doute fort sage et dans ce registre vos propos sont souvent intéressants et constructifs mais ce bon bout de temps ne dure pas depuis si longtemps que ça, je crois bien…

 

 

19/02/2012, 20:10 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de Virgil Brill le 19/02/2012 à 19:50

Plus d'une année, au moins, Virgil. Je vois ça au fait que je n'ai plus aucune correspondance privée suivie (j'en avais très peu, mais quand même, quelques interocuteurs). Je veux dire aussi que j'ai cessé de penser que des relations pouviaent s'établir pour mon cas personnel  par ce media  : je sais que d'autres peuvent le faire, mais je n'en suis pas capable, je me le suis démontré. J'ai fait des erreurs relationnelles et autres (jugements préremptoires !)  dans mes débuts ici, entre autres parce que je m'illusionnais sur la clarté des relations que je pouvais avoir - et comprendre.

Tout comptes faits, Mediapart est pour moi un lieu irremplaçable d'échanges d'idées (et de blagues ou moments poétiques ou d'émotions partagées, à ne pas oublier). Si nous le voulons, nous pouvons échanger des arguments avec toute une gamme d'interlocteurs très différents, que ce soit dans leur style ou dans leurs idées.

19/02/2012, 22:06 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de Fantie B. le 19/02/2012 à 20:10

Fantie B

 

Bientôt onze mois (31 mars 2011).

19/02/2012, 20:43 | Par brocéliande en réponse au commentaire de Fantie B. le 19/02/2012 à 19:29

@Fantie. J'avais mes raisons concernant l'incident que vous évoquez. Vos raisons? Mais quelles raisons? Et cela sera public, parce que la chasse fut publique, nombreuse, vengeresse, acerbe, ignoble. Vous n'aviez aucune raison d'assassiner quelqu'un qui arrivait sur ce club et ce n'était pas un "incident" mais une véritable chasse à court sur de longs mois. Contre la biche que je fus passionnée des blogs de philosophie, puisque tel était mon intérêt. Et j'en ai beaucoup souffert, nonobstant votre indifférence affichée désormais de votre violence, à vous et à votre bande. Vous n'aviez aucune raison. je m'abonnais simplement à Médiapart. Mais à l'époque vous estimiez être une reine, en chasse d'une certaine Monica que je ne connaissais même pas . Mais vous avez estimé, vous et votre bande, que j'étais Monica. C'est un déni total de la personnalité de l'autre. Heureusement, grâce à votre connerie, j'ai connu Monica, Virgil, Melchior, que j'aime que j'apprécie. Et bien d'autres maintenant. Et je vous interdits de jeter l'anathème sur qui que ce soi.

j'ai cessé de voir dans le club mediapart autre chose qu'un lieu d'échanges intellectuels. Vous avez peut-être simplement cessé de croire que les blogs devaient obligatoirement passer sous vos fourches caudines.

 

maintenant Fantie, la rancune n'est pas du tout un sentiment qui m'anime. Je ne sais pas pourquoi cette brusque envie de parler du passé. Sans doute ce billet et vos airs de ne pas vouloir y toucher. Mais je me souviens trop de votre haine. Moi, à côté, je suis une pomme.

19/02/2012, 20:46 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de brocéliande le 19/02/2012 à 20:43

Aucune bande, aucune chasse de ma part. Juste un avis exprimé une ou deux fois sur votre identité supposée et celle de Néfertari, suite à des attaques similaires contre un autre membre du club. Qui je le rappelle est virtuel, aucun moyen de connaître les identités, donc.

Quand à la haine...

Je sais que ceci est inutile mais je l'écris quand même.

19/02/2012, 20:56 | Par brocéliande en réponse au commentaire de Fantie B. le 19/02/2012 à 20:46

bien sûr Fantie, le déni...

Ce qui m'importe désormais et des années après, c'est la qualité de l'autre.

19/02/2012, 20:58 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de brocéliande le 19/02/2012 à 20:56

Chacun a sa version de ce qui se passait à l'époque sur Mediapart. Certaines (versions) sont irréconciliables. je sais ce que j'ai vécu et fait. Vous aussi je suppose. La question c'est qu'est-ce qu'on fait avec ce passé maintenant. Comment on peut avoir des interactions sans se connaître plus que ça, pour discuter d'idées.

20/02/2012, 17:40 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de brocéliande le 19/02/2012 à 18:31

C'est donc un comportement d'amoureux déçu. On excusera alors tes excès, tant les amours déçus déchainent les passions.

19/02/2012, 17:32 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de Fantie B. le 19/02/2012 à 16:33

@Fantie

"sortir de l'impression d'urgence. Rien n'est définitf même ce qui est gravé dans les institutions, du moment qu'un mouvement instituant dans un autre sens peut se produire"



Cela fait 25 ans que j'attends un mouvement, et je suis comme sœur Anne, je ne vois rien venir. Au contraire les évènements se sont multipliés, toujours dans le même sens et aujourd'hui ça continue, pourtant après 2008 il était raisonnable d'espérer "qu'un mouvement instituant dans un autre sens" pouvait se produire, et qu'il pouvait être très large ! Déception, le mouvement existe mais il comprend seulement le Front de Gauche et l'aile gauche du PS !


Peut-être que dans 25 ans ?


19/02/2012, 17:44 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de Emmanuel Esliard le 19/02/2012 à 17:32

Eh oui, Manu,

Et tu exprimes bien le souci: tu attends!

 

19/02/2012, 19:09 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 19/02/2012 à 17:44

Tu fais semblant de ne pas comprendre ! C'était ironique par rapport au commentaire de Fantie, toujours égal à toi-même LPVP !

 

19/02/2012, 19:37 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de Emmanuel Esliard le 19/02/2012 à 19:09

Tu fais semblant de ne pas…

Tu es vraiment sûr, Manu ?

19/02/2012, 17:28 | Par MARIE CAROLINE PORTEU

Pépère 

J'avais déjà une prise de bec en direct avec Lipietz , qui était venu me répondre en personne sur le blog de Corinne N sur le sujet du sauvetage à vie des banques . 

Depuis ma prise de bec , la rédaction du programme économique de EELV s'est faite plus confuse que les termes que j'avais relevés 

http://blogs.mediapart.fr/blog/corinne-n/050911/eva-joly-sur-france-info-ce-matin-proces-chirac-il-faut-revenir-sur-l-imm

 

Simplement , quand je lis les commentaires qui se déroulent , je voudrais quand même vous dire le fond de ma pensée .. Même si certains ne l'ont pas vu , ce texte est un coup d'état , légal , mais c'est quand même un coup d'état ...  Et il va nous mettre dans les mains d'hommes comme ceux qui dirigent aujourd'hui la BCE , la Grèce et Monti , issus du même cénacle . Ne vous faites aucune illusion à ce sujet . 

 

Oui ce texte n'est fait qu'en vue de sauver la finance et rien d'autre . Et ce sont les transfert des dettes bancaires vers les dettes publiques qui provoquent la seconde crise actuelle et la déstabilisation de la zone euro . Ce texte ne fait rien d'autre que légaliser ces transferts et les rendre systématiques , sans qu'il soit désormais nécessaire de passer devant les parlements nationaux . 

Nous pouvons dire adieu à l'intégralité de nos modèles sociaux  car les pertes bancaires sont devenues abyssales .  De plus , en actant les transferts de souveraineté des deux textes , les élus s'interdiront toute modification qui n'aille pas uniquement dans le sens de donner la priorité absolue au service des intérêts de la dette , comme ce qu'exige Merkel pour la Grèce , lorsqu'elle veut bloquer l'aide accordée pour bien vérifier sa destination.

De plus , et ils ont très bien réussi en Grèce : le meilleur moyen de régner c'est de diviser .. Alors que sur de tels sujets et compte tenu des enjeux , la seule réaction devant l'horreur de ce qui se prépare devrait être l'union ... 

 

20/02/2012, 18:06 | Par Le Père Vert Pépère en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 19/02/2012 à 17:28

Marie-Caroline, 

Je connais bien vos positions et je partage certaines d'entre elles. Je suis plus nuancé sur d'autres.

Et bien sur, qu'il veut entre autres sauver la finance puisque celle-ci est en train de s'auto-détruire. Je vais encore en faire hurler certains mais ce MES deviendrait acceptable voire souhaitable si au lieu d'être lié au TSCG, il était lié à un traité de régulation stricte. Nous ne pouvons plus laisser ce mettre en place ce genre de traité en espérant que plus tard, un jour les mesures de régulation nécessaires seront prises. Et cela, même un certain nombre de ouistes d'EELV commencent à s'en rendre compte.

  Quant à Alain Lipietz, il est effectivement favorable au MES, mais il donne sa position propre pas la position générale d'EELV que vous verrez demain.

20/02/2012, 21:18 | Par Danyves en réponse au commentaire de Le Père Vert Pépère le 20/02/2012 à 18:06

1 - De Marie Labat  | 13:21 | 20 février 2012 |

Position d’Europe Ecologie-Les Verts

voici la position arrêtée après discussion entre le Bureau exécutif, les parlementaires français et européens : 
"la position des parlementaires sur les votes des 21 et 28 sera la non participation au vote sur le premier point (amendement 136 au traité sur le fonctionnement de l’Union européenne) et le vote contre sur le second (création et modalités de fonctionnement du MES).

Voilà, vous pouvez donc dire que les élus écologistes sont contre, ce qui réjouit tous les militants, bien évidemment. 
Marie Labat, militante et candidate aux législatives en Limousin

Répondre

19/02/2012, 17:51 | Par [email protected]

ils ont très bien réussi en Grèce : le meilleur moyen de régner c'est de diviser .

 

 

Il me semble que tant les partis de l'"union nationale" que ceux de l'opposition se divisent très bien tous seuls. Sur le chapitre de la zizanie nous n'avons rien à leur apprendre; c'était d'ailleurs déjà comme ça dans l'Antiquité.

 

Pendant que j'y suis, petite mise au point sémantique: quand Fantie B parle de mouvement instituant, je doute fort qu'elle ait à l'esprit la vie de partis institués, regroupements de partis comme le FdG et fragment(s) de partis comme la gauche du PS... Elle pense plutôt, je présume, à Castoriadis et à la mouvance de l'analyse institutionnelle. Voir Morin et Lefort: L'irruption: de la base au sommet, vieux livre post-diluvien, mais c'est tout juste.

19/02/2012, 19:35 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de [email protected] le 19/02/2012 à 17:51

Tout à fait, pour l'instituant : je voulais parler des mouvements sociaux ou populaires qui ne sont pas prévisibles. Post diluvien comme vous le dites. Mais quand ils arrivent ils bousculent des choses établies. Ils arrivent en général quand on est au bout de quelque chose, quand ce qui existe est devenu invivable.

19/02/2012, 19:43 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de Fantie B. le 19/02/2012 à 19:35

En effet.

Dans l'imprévisible il y a quelque chose qu'on peut prévoir : c'est qu'il y aura de l'imprévu.

Brouillon et sans grande conséquence ? Chaotique et ravageur ? Instituant, créant ou au moins amorçant un nouveau paradigme ?

C'est ce qu'on ne peut prévoir.

19/02/2012, 19:47 | Par brocéliande en réponse au commentaire de Virgil Brill le 19/02/2012 à 19:43

arrête de me faire rire Virgil, j'ai mal aux côtes... et vu mon grand âge, le docteur me l'interdit.

19/02/2012, 19:53 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de brocéliande le 19/02/2012 à 19:47

Brocéliande

 

Allons, mon enfant. Cessons ces espiègleries et respectons un peu l'onc'Virgil Sourire

19/02/2012, 20:11 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de Virgil Brill le 19/02/2012 à 19:53

@ Virgil : comme en Espagne, peut-être ?

19/02/2012, 22:34 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de Fantie B. le 19/02/2012 à 20:11

Oui, peut-être.

Ou en Grèce.

Ou en France, allez savoir (souvenons nous de Vianson-Ponté).

Ou ailleurs.

19/02/2012, 18:02 | Par Virgil Brill

Puisqu'il s'agit, paraît-il, de rétablir quelques vérités, je me fais une joie et un devoir de contribuer à en mettre en lumière une qui semble avoir échappé à notre hôte (que je remercie pour son hospitalité) ce qui le conduit lui-même à entretenir un tant soit peu la confusion (à son corps défendant).

GROS PLAN SUR UN DÉTAIL DU MES.

(Un de ces détails où le diable prend ses aises…)

 

ARTICLE 15

 

Assistance financière pour la recapitalisation d'institutions financières

d'un membre du MES

 

1. Le conseil des gouverneurs peut décider d'octroyer une assistance financière sous forme de prêts à un membre du MES, dans le but spécifique de recapitaliser des institutions financières de ce membre.

 

2. La conditionnalité dont est assortie l'assistance financière aux fins de la recapitalisation d'institutions financières d'un membre du MES est définie dans le protocole d'accord, conformément à l'article 13, paragraphe 3.

 

3. Sans préjudice des articles 107 et 108 du TFUE, les modalités et conditions financières de l'assistance financière aux fins de la recapitalisation d'institutions financières d'un membre du MES sont spécifiées dans un accord relatif à la facilité d'assistance financière, signé par le directeur général.

 

4. Le conseil d'administration adopte des lignes directrices détaillées sur les modalités de mise en œuvre de l'assistance financière aux fins de la recapitalisation d'institutions financières d'un membre du MES.

 *******************************************************************

Institutions financières, définitions :

-       De l’IIDRIS (Index international et dictionnaire de la réadaptation et de l'intégration sociale)

Organisation et services liés à la gestion des capitaux, tels que les banques, les coopératives financières, les sociétés à fonds mutuels, les compagnies d'assurance, etc.

-       De Wikipedia

Dans l'Union européenne, les institutions financières monétaires (IFM) sont des institutions créant de la monnaie. Cette définition comprend la Banque centrale européenne, les banques centrales nationales (BCN), les établissements de crédit, les organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) et d'autres institutions financières.

(Voir aussi celle d'Œconomia rapportée ci dessus par Emmanuel Esliard)

On comptabilise, au 1er janvier 2012, 7 533 institutions financières monétaires dans la zone euro en 2011

 

Faut-il vous faire un dessin ?

 

19/02/2012, 19:11 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de Virgil Brill le 19/02/2012 à 18:02

Tu sais Virgil, il n'est pire sourd que celui qui ne veux rien entendre !

 

19/02/2012, 19:22 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de Emmanuel Esliard le 19/02/2012 à 19:11

Emmanuel Esliard

 

Comment ? Qu'est-ce que vous dites ?

Rigolant

19/02/2012, 19:45 | Par brocéliande en réponse au commentaire de Virgil Brill le 19/02/2012 à 19:22

La  vieillerie mon bon. C'est dingue mais le Virgil devient sourd Sourire.  On nous cache tout, on nous dit rien..

20/02/2012, 15:25 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de brocéliande le 19/02/2012 à 19:45

Qu'a t'il fait pour en arriver là ?

 

20/02/2012, 21:15 | Par Anne Nymette en réponse au commentaire de Virgil Brill le 19/02/2012 à 18:02

Virgil dommage que vous vous arrêtiez en chemin : c'est l'article 5 qu'il fallait copie et les autorisations OBLIGATOIRES DU FMI!

19/02/2012, 20:01 | Par FARID

Il se trouve que l'Allemagne refuse catégoriquement la monétisation des dettes souveraines. C'est sans doute déplorable, mais c'est comme ça. Alors que faire ? Un MES (le S veut bien dire stabilité et pas solidarité puisque les prêts doivent être remboursés). Dans le cadre de ce MES, un Etat membre peut demander un prêt pour recapitaliser une institution financière. Heureusement ! Nous aurions l'air malin si cela était proscrit et que, par exemple, l'Etat français doive recapitaliser la BNP. Où pourrait-il trouver l'argent pour éviter un "retour à l'âge de pierre" (dixit Lordon) ? C'est d'ailleurs l'Etat qui en fait la demande, pas l'institution financière puisque, par construction, seuls les Etats (à peu près démocratiques dans la zone euro) sont membres du MES. 

Etats qui sont libres de procéder à la nationalisation des banques défaillantes si ils le souhaitent où si un mouvement social l'y contraint.

Reste la question de la conditionnalité qui relève plutôt du TSCG. C'est ce traité qui fait problème, pas le MES. Grossièrement, le TSCG est une arme de dissuasion pour éviter l'aléa moral, c'est-à-dire, la prodigalité des Etats se sachant couverts par le MES. Etant donné le contexte, il est probable qu'un Etat de la zone euro doive recapitaliser une institution financière et par conséquent se voir appliquer cette fameuse conditionnalité qui consistera à faire payer aux  ménages le poids de l'ajustement. C'est bien cela qui me semble scandaleux, pas la possibilité de recapitaliser une institution financière dont la défaillance pourrait emporter toute l'économie. Je partage donc la conclusion de l'auteur du billet.

 

19/02/2012, 21:01 | Par whisky en réponse au commentaire de FARID le 19/02/2012 à 20:01

@farid

"les prêts doivent être remboursés" je vous incite à revoir votre histoire et le nombre de fois où des états ont fait défaut sur leur dette
(tiens les Allemands aussi, qui sont venus rénégocier la leur à des conditions bien plus avantageuses qu'elle chipotte aux Grecs), les islandais récement, les Argentins bien leur en a pris.

Pour revenir au concept, nul part il est écrit qu'un état doit rembourser ! La monaie, comme la dette sont une affaire de confiance respectivement dans la valeur de celle-ci et la capacité de rembourser. Pour la seconde, c'est pour ça que dans la part de profits que représente les interêts il y aussi une part de risque (celui du défaut - quand on prette à 18% il est grand !) .

Quand un particulier ou une entreprise fait défaut et est déclaré 'failli' c'est une chose et le créancier récupérant des clopinettes s'assoie sur sa dette, dans le cas d'un état il peut faire quoi ??? Vous voyez une banque envoyer un huissier ? ou des chars ?? Soyez sérieux.

La possibilité de faillite fait partie intégrante du système capitaliste, c'est même un de ses moments de respiration.

Le concept moralisateur "une dette doit être honorée" qui est bien notée en haut dans les crédits revolving est remis tout en haut dans ces emprunts d'état -- oh excusez moi je devais dire traités --, c'est dire le niveau de stupidité atteint dans la tête de ceux qui écrivent ce genre de truc, sans frémir de leur propre inanité.

 

19/02/2012, 21:56 | Par FARID en réponse au commentaire de whisky le 19/02/2012 à 21:01

"les prêts doivent être remboursés" : c'est en tout cas ce que prévoit le MES. Il s'agissait juste d'insister sur le fait que le MES n'a pas la solidarité pour fondement mais l'intérêt bien compris des Etats-membres. Pour le reste, je ne sais pas si c'est moi que vous qualifiez de stupide mais si c'est le cas, je le suis d'autant plus que je souscris en grande partie à votre commentaire...

19/02/2012, 22:21 | Par whisky en réponse au commentaire de FARID le 19/02/2012 à 21:56

Oh non @farid ce n'est pas vous, j'évite le genre à tout prix (autant que je peux), non c'est la construction de l'idée que je trouve stupide.

La structure logique du tout est stupide, ce n'est pas pour autant une chose qui n'a pas de logique propre, mais il se trouve que tous ces trois traités n'ont qu'une seule logique, celle de la perpétuation du profit des financiers qui se sont accaparés le privilège qui était un pouvoir régalien de l'état, la création monétaire.

Quelle que soit sa couleur politique, l'idée que la monnaie soit un privilège du pouvoir politique et donc que c'est celle-ci qui en a le contrôle devrait être un des pillier de la démocratie.

J'attend avec un gros gourdin, celui où celle qui fera une phrase avec "inflation" ou "irreponsabilité" dedans :-)

19/02/2012, 22:37 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de whisky le 19/02/2012 à 22:21

Whisky

 

Et je vous le tiens pour être sûr que vous ne tapez pas à côté Clin d'œil

19/02/2012, 20:11 | Par MARIE CAROLINE PORTEU

Farid 

La nationalisation est la recapitalisation n'ont rien à voir ...  On peut très bien recapitaliser ou prêter , ce qui a été fait en 2008 en France sans nationaliser .  D'ailleurs à cette époque , les prêts faits aux banques françaises ont été une réelle spoliation du contribuable par rapport à une nationalisation comme celle de ABN AMRO par l'état néerlandais .. 

A l'époque , la dette française était aussi détenue par les banques qui ont été sauvées par prêt . La simple comptabilité aurait pu entrainer une pure annulation des obligations détenues (l'état ne pouvant se devoir d'argent à lui même) , ce qui aurait fait DIMINUER la dette française . 

Vous pouvez d'ailleurs appliquer le même raisonnement au sauvetage de Dexia , c'est du vol pur et simple  .. 

J'ai meme fait un billet sur le sujet : Dexia UBU ROI 

19/02/2012, 20:20 | Par FARID en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 19/02/2012 à 20:11

MCP

La nationalisation est la recapitalisation n'ont rien à voir ... C'est pourquoi j'ai bien pris soin de les distinguer ! (relisez-bien mon commentaire). Du coup, le reste de votre commentaire ne me semble pas répondre à mes arguments.  D'autant qu'il me semble discutable d'écrire que "les prêts faits aux banques françaises ont été une réelle spoliation du contribuable" puisque ces prêts ont été remboursés ! La dégradation de nos finances publiques  (je parle de la France) s'explique par la crise économique qui est bien sûr une conséquence de la crise financière.

19/02/2012, 22:07 | Par MARIE CAROLINE PORTEU en réponse au commentaire de FARID le 19/02/2012 à 20:20

Farid 

Je crois que le billet de blog que je viens de publier est assez explicite sur le sujet des banques et de leur rôle :

la Regle d'or , le MES et le TSCG : 3 NON SENS ABSOLUS

20/02/2012, 00:21 | Par FARID en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 19/02/2012 à 22:07

MCP,

J'étais bien, moi, ici... Vous commencez par me faire la leçon en me prêtant une confusion que je ne fais absolument pas (ce qui témoigne d'une lecture quelque peu désinvolte, désinvolture bien sûr légitime du moment que vous ne me répondez pas...)  puis vous me proposez d'aller commenter un billet qui, de mon point de vue, ne répond pas du tout à mon argumentation tout en renvoyant à un article du Front de Gauche qui, si vous le lisez bien, s'en prend vivement au TSCG et pas au MES et par conséquent, ne dit pas autre chose que ce que j'ai écrit ou que Le père vert pépère a conclu !

J'ai fait un copier/coller de l'introduction du billet en question :

fév 12 03 La bataille pour obtenir un référendum commence maintenant Le nouveau traité de l’Europe austéritaire Exporter ce billet au format pdf Envoyer cet article Imprimer cet article Ajouter un commentaire

Lundi 30 Janvier après à peine un mois et demi de négociations, 25 Etats membres de l'UE se mettaient d'accord pour valider un traité « sur la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l’union économique et monétaire » (TSCG) visant à imposer une règle d'or renforcée aux Etats. Vous trouverez ci-dessous un décryptage du contenu de ce traité que les chefs d'Etat et de gouvernement des 25 ont prévu de signer le 1er Mars prochain et de ratifier avant le 1er Janvier 2013.

Avec l'ensemble des partis de l'autre gauche européenne, le Front de Gauche fait campagne contre ce traité et demande la tenue d'un référendum sur sa ratification. La tenue d'un tel référendum en France est possible, il suffit pour cela qu'un cinquième des membres du Parlement, soutenue par un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales en prenne l'initiative (article 11 de la Constitution). La bataille pour un référendum commence maintenant!

Preuve que l'article s'en prend au TSCG et pas au MES :

- De l'autre, il est indiqué qu'à partir du 1er Mars 2013, aucune aide financière ne sera octroyée au titre du mécanisme de stabilité financière si l'Etat concerné n'a pas ratifié le traité ! Pire : ce n'est pas seulement sa transposition mais son application dans les temps (1 an après l'entrée en vigueur du traité dans le pays) qui sera nécessaire ! (considérant)

puce.gif Ce chantage est parfaitement odieux. Rappelons aussi que les conditions fixées dans les "programmes d'ajustement" UE-FMI conditionnant cette assistance financière sont absolument inacceptables.

Les auteurs (Mélenchon ? Généreux ?) contestent le lien entre MES et TSCG, pas le MES en lui-même. Ils parlent d'ailleurs du chantage qui conditionne l'aide financière du MES à la ratification du TSCG. Si le MES n'avait aucune vertu en lui-meme, je ne vois pas bien pourquoi il faudrait l'assortir du TSCG scélérat. 

19/02/2012, 20:14 | Par Fantie B.

@ Farid : dans cette veine (peut-être), déclaration de Michel Sapin, ce soir (invité de radio france politique):

Il se déclare "favorable au mécanisme de solidarité" car c'est essentiel pour aider la Grèce et d'autres pays peut-être (Portugal etc.)

Mais il se dit "outré" par le lien fait avec l'autre traité que "nous voulons renégocier".

20/02/2012, 21:20 | Par Danyves en réponse au commentaire de Fantie B. le 19/02/2012 à 20:14

CRISE FINANCIÈRE

Pourquoi le « mécanisme européen de stabilité » est une aberration

PAR IVAN DU ROY (20 FÉVRIER 2012)

Extrêmement risqué du point de vue financier, destructeur sur le plan social, et antidémocratique, le mécanisme européen de stabilité symbolisera-t-il le suicide de l’Europe et la fin d’un demi-siècle de patiente construction et de progrès social ? Explications.


19/02/2012, 20:43 | Par Art Monica

La logique de l'UE est de ne prêter aux Etats que s'ils s'engagent à respecter la règle d'or, c'est à dire la rigueur. S'étonner, comme le font Hollande, Sapin ou Guigou, de l'association MES et TSCG est donc très... étonnant. N'auraient-ils pas compris, ou feignent-ils d'ignorer, que les deux relèvent structurellement du même dispositif? Ajoutons que la structure du MES repose sur un déni de démocratie, comme l'ont finement analysé des personnes fort compétentes.

19/02/2012, 22:14 | Par MARIE CAROLINE PORTEU en réponse au commentaire de Art Monica le 19/02/2012 à 20:43

La règle d'or ne veut rien dire Art puisque désormais , dans la plupart des pays , ce sont les intérêts financiers qui constituent les plus gros postes budgétaires . 

A la limite une règle d'or qui ferait référence à un budget sans intérêts financiers pourrait s'envisager .. Cela s'appelle l'équilibre budgétaire . 

Mais le truc de la règle d'or c'est dément puisque la plupart des déficits sont dûs à la spéculation et que ce traité encourage la spéculation au lieu de chercher à la limiter .. Donc la règle d'or telle que définie dans les traités actuels ne fait qu'empirer le système , comme un drogué à qui l'on doublerait les doses au prétexte de le calmer ... !!!!!

 

Ou alors une règle d'or  avec souveraineté monétaire .. oui , çà c'est cohérent ..  Mais sans la souveraineté  une règle d'or est même contre productive .

 

19/02/2012, 22:36 | Par Art Monica en réponse au commentaire de MARIE CAROLINE PORTEU le 19/02/2012 à 22:14

Vous décodez si vite le sens des choses! C'est formidable de vous savoir là, à veiller et à apporter vos lumières sur cette monstrueuse arnaque. Je traduis ça en langage de néophyte en économie: La règle d'or, c'est donc une barre de fer sur nos doigts, et une brique d'or dans les poches des financiers?

19/02/2012, 23:03 | Par MARIE CAROLINE PORTEU en réponse au commentaire de Art Monica le 19/02/2012 à 22:36

Oui puisque l'augmentation de l'endettement massif des Etats de la zone Euro , qui a provoqué la crise , vient avant tout d'une arnaque bancaire , dans  laquelle les banques  se sont elles même pris les pieds .. et il a fallu les sauver . L'exemple le plus flagrant étant l'Irlande qui n'avait que 25% d'endettement avant le sauvetage de ses banques par l'etat Irlandais .  L'Espagne n'est pas mal non plus dans le genre . 

Si par contre nous créons notre propre monnaie (zone euro) , ce que l'on appelle la souveraineté monétaire , et que cette monnaie créée sans intérêts sert à désendetter les pays en crise,  dans ce cas  une convergence vers des équilibres budgétaires prend du sens .. Ca , ce serait de la solidarité .. 

Car si  les pays les moins endettés  acceptaient  de voir leur monnaie (euro) se dévaluer très légèrement , (la création monétaire ayant souvent entrainé  quelques dévaluations, qui permettent d'ailleurs de relancer l'économie ),le cas Grec étant insignifiant sur le montant total (PIB Grec 2% des PIB de la zone) ... les pays les plus endettés pourraient être sauvés sans plan d'austérité et en relançant leur croissance .. 

Mais restituer la souveraineté monétaire à la zone euro serait la rendre indépendante du pouvoir financier auquel elle est déjà soumise .. Donc ils ne veulent surtout pas en entendre parler . 

Pourquoi donc croyez vous que le sujet de la création monétaire soit aussi tabou ???  Comme si on prononçait un gros mot !!! .. Parce qu'il ne faut surtout pas que les gens puissent imaginer un  seul instant qu'il y a d'autres solutions  et d'autres modes de fonctionnement que le modèle DETTE/INTERETS de la dette dans lequel les financiers qui tirent les rênes les ont enfermés . 

 

La simple prise de conscience du phénomène , sa compréhension , serait suffisante dans une démocratie  pour qu'un vote puisse changer le cours des choses .. Donc le peuple doit rester dans l'ignorance la plus totale ... pour être sûr qu'il vote bien tant qu'il a encore le droit de voter .. Quand il n'aura plus le droit , la question ne se posera plus ..

Et derrière on en arrive au MES  et à une règle d'or débile puisqu'elle est inapplicable en l'état .. Mais c'est joli , les politiques font du bruit avec leur bouche , çà plait aux médias .. et pendant qu'on discute de  choses totalement confuses et accessoires  , on oublie totalement l'essentiel .. 

Ca s'appelle l'enfumage .. 

C'est sur ce sujet que se battent dans l'ordre des idées et de leur défense : Dupont Aignan , qui a été l'un des premiers à attirer l' attention en digne Gaulliste qu'il est .. Le Pen qui a repris ce thème et Asselineau , historien . 

Mais eux ne répondent que par une sortie de la zone euro . 

Mélenchon y touche de plus loin : car il n'aborde pas toujours aussi franchement le thème de la création monétaire que les trois précédents , mais il le conçoit dans une optique européenne , sans sortir de la zone euro .. en arguant du poids et de l'influence de la France .. 

Je pense qu'il vaut mieux raisonner en Européen , qu'en franco français , çà nous rendra moins vulnérables . 

 

 

 

20/02/2012, 00:54 | Par MARIE CAROLINE PORTEU

Pépère 

Regardez ce que disent les verts allemands SVP 

Il n'y a pas que Mélenchon à vouloir un référendum sur le sujet .. 

Visiblement nos medias font également l'omerta totale sur ce qui se passe en Europe . 

Le MES serait-il mal vu en Allemagne , contrairement à ce que l'on nous raconte ?? 

Véritable économie de marché ou dictature du MES?

Zivile Koalition startet bundesweite Wahlkreis-Aktion gegen den ESM

et pourtant la Zivile coalition sont les verts allemands !!!!

20/02/2012, 21:12 | Par Anne Nymette

Je vais faire rapide : le MES c'est non et encore non : raison c'est un asujettisement supplémentaire au FMI , une protection des banques avant la protection des Etats!

Ceux qui en doutent n'ont qu'à lire l'article 5 qui dit en résumé, que tout état qui fera appel à la solidarité en cas de besoin, devra recevoir l'accord du FMI!!!

Ceux qui n'ont pas compris que le MES c'est la fin de l'Europe enrobée dans un soit disant papier cadeau "solidarité" n'ont rien compris! lisez et relisez.

Amitiés citoyennes et écojolystes,

AN.

20/02/2012, 21:21 | Par Danyves en réponse au commentaire de Anne Nymette le 20/02/2012 à 21:12

CRISE FINANCIÈRE

Pourquoi le « mécanisme européen de stabilité » est une aberration

PAR IVAN DU ROY (20 FÉVRIER 2012)

Extrêmement risqué du point de vue financier, destructeur sur le plan social, et antidémocratique, le mécanisme européen de stabilité symbolisera-t-il le suicide de l’Europe et la fin d’un demi-siècle de patiente construction et de progrès social ? Explications.

20/02/2012, 21:34 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de Danyves le 20/02/2012 à 21:24

Merci du lien :

http://lienemann.typepad.fr/accueil/2012/02/r%C3%A9ponse-%C3%A0-daniel-cohn-bendit-mais-o%C3%B9-est-lhypocrisie.html

Tout à fait d'accord avec la réponse de Marie-Noëlle Lienemann. Les solutions qu'a proposé l'Europe à la crise ont aggravé celle-ci pour les pays les plus en difficulté. L'Europe n'avance pas, plus vers ce qui avait été imaginé. Un gouvernement par deux ou trois pays ce n'est pas du fédéralisme.

21/02/2012, 02:40 | Par chalouette

Pétition Rejet du Mécanisme Européen de Stabilité par nos députés !

http://petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=MES2012

21/02/2012, 02:41 | Par chalouette

02/03/2012, 10:56 | Par Veronika DAAE

Europe : pas sans nous !

Appel des 200 pour un référendum sur le nouveau Traité européen

Signer la pétition   -   Voir les signataires

Plusieurs traités européens ont déjà dépossédé les citoyens de la possibilité de choisir les orientations de l’Union européenne.

Aujourd’hui, laGrècemais aussi lePortugal, l'Irlandeet l'Italiese voient imposer des décisions majeures dans des domaines qui ne sont de la compétence, ni de la commission, ni du conseil européens. Les dirigeants et les technocrates de l'Europe, au service de la finance, enfoncent les populations dans la récession, la régression sociale et la misère, renforçant ainsi les inégalités, les discriminations et la xénophobie.


Le sommet européen a adopté le 9 décembre, le projet du TSCG (Traité sur la stabilité, la coordination, et la gouvernance dans l’Union), dit traité Merkozy. Il cherche à donner une base légale à la répression, la régression sociale et aux dénis de démocratie, durcissant les règles qui figuraient déjà dans le Traité de Maastricht puis dans celui de Lisbonne, imposant de lourdes sanctions «immédiates» et «automatiques» aux pays contrevenants. Cet accord a vocation à engager l’ensemble des pays de l’Union et l'ensemble des décisions politiques.
Les gouvernants qui entendent limiter aux parlements la ratification du traité manifestent leur mépris des exigences démocratiques.

Ils se font les complices de la remise en cause du principe démocratique fondamental: la souveraineté du peuple.

Nous refusons de renoncer à nos droits !!

referendum-europe%20au%20tiers.jpg

Quelle que soit l’issue des échéances électorales d’avril, mai et juin , que le texte reste en l'état ou qu'il soit modifié lors d'une éventuelle renégociation...

Nous exigeons la tenue d’un référendum pour que le peuple décide si la France doit approuver ou refuser le nouveau Traité.

Nous invitons toutes et tous les citoyen(ne)s à se mobiliser dans leurs quartiers, leurs villes ou leurs villages, leurs lieux de travail, au sein de leurs partis, leurs syndicats ou de leurs associations. Organisons ensemble réunions publiques, manifestations, pétitions, occupations, et autres actions pour un vrai débat et bâtir ensemble l’Europe que nous voulons !

******************

LISTE DES PREMIERS SIGNATAIRES...
Adam Etienne (Fase, Basse Normandie),Adda Rachid (Secrétaire fédéral du MRC, conseiller municipal de Sarcelles),Ainardi Sylviane (Ex députée européenne, militante associative),Alcorta Martine (Elue EELV au conseil régional d’Aquitaine),Alfonsi Gilles (Communiste unitaire, Fase),Alsemo (Artiste plasticien),Ariès Paul (Directeur du “Sarkophage” et rédacteur en chef de la revue internationale “Les Zindigné(e)s”),Arneguy Janie (Les Alternatifs, Gard),Asensi François (Député communiste, Seine-Saint-Denis, Fase),Autain Clémentine (Fase),Ayats Guy (Syndicaliste, Aude, Fase),Bagayoko Bally (Vice président du Conseil général de Seine-Saint-Denis),Baudet Fred (Aka daïtoha, rappeur, slameur, Bordeaux),Banal Jean (Retraité, 05),Bardy Dominique (Parti de Gauche 91, candidate Front de Gauche aux législatives dans la 4ième circonscription de l’Essonne),Ben Hiba Tarek (Ancien conseiller régional, militant de l’immigration),Bennaï Farid (Militant associatif pour l’égalité des droits, Fase 91),Bessière Bruno (Communiste unitaire, Fase, Front de Gauche),Beynel Eric (Union syndicale Solidaires),Bidet Jacques (Philosophe),Bidet-Mordrel Annie (Militante féministe, philosophe),Bigot Jean (Convergences et Alternatives, Cinéaste),Boislaroussie Jean-Jacques (Porte-parole des Alternatifs),Bonnet, Olivier (Journaliste blogueur indépendant),Borra Jean-Claude (Retraité, 05),Borrits Benoît (Les Alternatifs),Bouhoun Claude (Urbaniste, militant écologiste pyrénéen),Bourgoin Jacques (Maire de Genevilliers, Pcf),Boumediene Alima (Fase),Boussard Claire (Ingénieur en informatique),Bozane Odile (Enseignante laïque, Toulon),Brafman Jean (Ancien conseiller régional, Fase),Braouezec, Patrick (Député de Seine-Saint-Denis, Fase),Briot Roger (Isère, Communiste unitaire, Fase),Brody Patrick (Syndicaliste),Bruet Dany (Responsable associatif, 13),Brunel, Daniel (Maire-adjoint de Torcy (77) ),Bustamante Didier (Elu Cgt),Calabuig, Bernard (Communiste unitaire, Fase),Carlat, Léa (Coordinatrice du magazine Souffle, Tours),Castex, Jean-Pierre ( Retraité),Castex, Roger (Retraité, Hautes Alpes),Caussarieu Pantxoa (Fase, Gauche Alter 64, Solidaires),Charitat, Jean-Claude ( Retraité, Veynes),Charlut, Rosine (Fase, Aude),Chemla, Patrick (Psychiatre chef de service et psychanalyste, membre du groupe des 39),Ciaravola, Florence (Les Alternatifs 06),Coadou, François (Philosophe),Cochin, Yann (Syndicaliste, Convergences et Alternatives),Colloghan, Mathieu (Artiste peintre),Cognéras, Cyril (Conseiller municipal à Limoges - Les Alternatifs),Combes, Francis (Poète et éditeur),Compagnie Jolie Môme,Coupé, Annick (Union syndicale Solidaires),Cours-Salies, Pierre (Fase),Daae, Veronika (Les Alternatifs, ACU),Defaix, Bernard (Militant du Service Public),Della Sudda, Bruno (Les Alternatifs 06),Demarcq, Sandra (Npa),Derudder, Philippe (Président de l’Association Internationale pour le Soutien Aux Economies Sociétales (AISES)),Dioudonnat, Julien (Fase),Drevon, Jean-Michel (Militant du Service Public),Dubarry, Véronique (Adjointe au maire de Paris, EELV, en charge des personnes en situation de handicap),Dubsky, Richard (Maire adjoint à la démocratie participative et aux comités de quartiers, Mantes-la-ville),Duez, Alain (concepteur de “L’âge de faire” et du “Plan ESSE”),Dumazeau Cécile (Militante féministe, Toulouse),Dupuy Jean-Pierre (Artiste dramatique, Caen),Durand, Robert (Retraité),Duviol, Valérie (Reporter citoyen(ne) pour netoyens.info),Epsztajn, Didier (Animateur de blog “Entre les lignes et les mots”),Etiévant Guillaume (Membre du bureau de la Fondation Copernic),Eyraud, Jean-Claude (Fase, Gap, Elu local),Eyraud-Chaume, Laurent (Comédien, responsable de lieu culturel),Fauche, Jean-Luc (Militant associatif et écologite, Avignon),Fiévet, Yann (Professeur de Sciences Economiques et Sociales),Floris, Guillaume (Gauche anticapitaliste),Fontaine, Daniel (Maire d’Aubagne, 13),Fontaine, Jacques (Les Alternatifs, 25),Fontes Claudie (Militante associative et syndicale,Toulouse),Fouquer, Jean-Marie (Fase, Syndicaliste, Seine-Maritime),François, Fanny (Emergence 92),Fraysse, Jacqueline (Députée des Hauts de Seine, Fase),Gadrey Jean (Economiste, Attac),Gallais Véronique (Socioéconomiste, militante altermondialiste),Gallepe, Jean-Pierre (Cinéaste, Fase),Galmiche, Jean-Louis (Union syndicale Solidaires),Garo, Isabelle (Enseignante, philosophe),Gatounes, Franck (Cheminot, Candidat suppléant Front de Gauche aux législatives, Hautes Alpes),Geneste, Daniel (Ancien responsable de la Fédération Cgt des transports),Genevée Frédéric, (Historien, Pcf),George, Susan (Ecrivain et présidente d'honneur d'Attac),Girault, Sylvain (EELV),Gispert, Roselyne (Cadre de santé en retraite, Fase),Giry Thomas (Ecologiste, Front de Gauche),Gondard-Lalanne Cécile (Union syndicale Solidaires),Gonneau, Jean-Luc (Gauche Cactus),Grador, Dominique (Conseil national du Pcf, Conseillère générale de Corrèze),Greuter, Henri (Membre d’Attac et de la Confédération paysanne),Griveau, Jean-Louis ( Bretagne, Les Alternatifs),Jacquet, Daniel (Artiste peintre),Guypierre (Sculpteur),Harribey Jean-Marie (Economiste atterré),Havet, Serge (Membre d’AC!),Hayes Ingrid (Gauche anticapitaliste),Hérin, Huguette (Ancienne conseillère régionale Pcf, militante associative),Herboux, Marie-Claude (Féministe, syndicaliste, Fase),Husson, Michel (Economiste),Jarry, Patrick (Maire de Nanterre, 92),Jean, Rémy (Fase, Aix),Jennar, Raoul Marc (Essayiste, 66),Journard, Robert (Chercheur),Jousse, Eric (Co-fondateur du site Netoyens.info),Khalfa Pierre (Coprésident de la Fondation Copernic),Kiintz Michèle (Communiste unitaire, Fase),Klopp, Serge, (Chargé de la psychiatrie au Pcf, Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire),Kowal Claude (Syndicaliste retraité),Kowal, Françoise (Syncaliste retraitée),Labroille François (Conseiller régional, Alternative citoyenne, Fase),Lafontaine, Jean-François (Directeur de cabinet du Président du Conseil Régional de Martinique),Lagache, Richard(Editeur),Langlois Bernard (Journaliste),Laporte, Pierre (Vice président du Conseil Général de Seine-St-Denis, Fase),Latour, Patricia (Journaliste, Conseillère municipale d’Aubervilliers),Lavignotte, Stéphane (Pasteur, Mouvement du christianisme social),Larue, Sylvie (Communiste unitaire, Fase),Lebrun Catherine (Union syndicale Solidaires),Leclerc, Patrice (Conseiller général des Hauts de Seine),Leclerc, Phillipe (Tête de liste ”Front de Gauche en Lorraine”, Gauche Alternative 54, Fase),Le Hyaric, Patrick (Député européen, Pcf),Lepage Alain.G (Militant altermondialiste et des Services Publics),Leroux, Jean-Paul (Retraité),Lescant, Thierry (Union syndicale Solidaires),Lescure, Thi-Trinh (Union syndicale Solidaires),Letard, Valérie (Conseillère communale déléguée à l’économie, l’emploi et la lutte contre l’exclusion, Ramonville St Agne 31),Letchimy, Serge (Député de Martinique),Levan, Anne-Rose (Fase, Conseillère municipale, Montpellier),Lévy, Laurent (Essayiste),Lhomme, Xavier (Militant écologiste, Gironde),Liot, Dominique (Militant syndical et associatif, Toulouse),Loizemant, Franck (Convergences et Alternatives),Lordon Frédéric,Magnat, Benoist (Poète et plasticien, Les Verts indignés, Carpentras),Mahieux Christian (Union syndicale Solidaires),Mangenot, Marc (Economiste et militant associatif),Marchand, Xavier (Enseignant, syndiqué Cgt, Hérault ),Martelli, Roger (Historien),Martin, Jean-Pierre (Psychiatre, militant syndical et associatif),Martin, Myriam ( Porte-parole du Npa),Martinot, Yves (Ac !, Montpellier),Marty Christiane (Membre du bureau de la Fondation Copernic),Meaufront, Marcel (Fase, AlterEkolo),Mécary Caroline (Coprésidente de la Fondation Copernic),Mérieux, Roland (Les Alternatifs),Mermé, Henri (Les Alternatifs, 75),Meyer, Jean-Pierre (Syndicaliste),Meyroune, François (Maire de Migennes, Pcf),Migneau, Monique (Gauche anticapitaliste),Minnaert, Pierre (Conseil Fédéral EELV),Mjati, Zine-Eddine (Responsable du Maghreb à EELV),Monsillon, Gilles (Alter Ekolo, Fase),Morder, Robi (Juriste du travail, syndicaliste enseignement supérieur),Mordillat, Gérard (Romancier et cinéaste),Muzeau, Roland (Député des Hauts-de-Seine, Pcf),Nay, Françoise (Militante de défense de l’hôpital public),Neuville, Richard (Les Alternatifs 07),Noguères, Dominique,Onfray, Michel (philosophe),Ortiz, Jean (Syndicaliste universitaire, maître de conférence. Université de Pau),Pacco, André (Journaliste, Fase 89),Paillard, Didier (Maire Pcf, de St Denis),Pailler, Aline (ex députée européenne, journaliste),Palluault, Katie (Informaticienne et militante),Paris, Jean-Jacques ( Conseiller général de Bègles, Pcf, Front de Gauche),Pelletier, Willy (Coordinateur de la Fondation Copernic),Perret, Patrice (Union syndicale Solidaires),Perreau Bezouille, Gérard ( Elu et militant associatif, Nanterre 92),Poisson, Eric (Collectif du 29 mai, Front de Gauche),Pons-Jacquet, Andrée (Animatrice atelier d’écriture),Poupin, Christine (Porte-parole nationale du Npa),Poutou, Philippe (Npa),Prebois, Christian (Syndicaliste, Caen),Proult, David (Adjoint au maire de St Denis, 93),Rabie, Joe (Urbaniste, Fase),Rabie, Sylvie (Réalisatrice multimédia, Fase),Ramade, Roland (Artiste: auteur compositeur interprète, 34130 Mauguio),Rainaud, Martine (Militante Fase 33310 Lormont),Rémy, Mylène (Membre d’EELV),Rideau, Florian (Les Alternatifs 75),Robert, Guy (Syndicaliste, Caen),Roger, Nicole (Retraitée éducation nationale, militante Attac),Rouffiac, Dorothée (Npa),Rouillon, Jacqueline ( Maire de St Ouen (93), Conseillère générale de St Ouen, Fase),Rousseau, Michel (Militant associatif),Roux, Jean-Marie (Fédération des finances Cgt),Ruiz, Jean-Michel (Secrétaire départemental du PCF du Val d’Oise),Sieffert, Denis (Journaliste),Silberstein, Patrick (Médecin et éditeur),Siné, Bob (Dessinateur),Sire-Marin, Evelyne (Militante associative),Snaoui, Boualem (Fase, Syndicaliste et militant associatif),Stambouli, Mylène (Militante écolo, Front de Gauche),Stierlin, Philippe (Communistes unitaires, Fase),Stock, Alain (Sociologue),Supiot, Frédéric (Conseil Fédéral EELV , Neurologue),Thackwell, Helen (Femmes Solidaires, Fontenay-sous-bois),Testart, Jacques (Biologiste et écrivain),Tovar, José (Ancien syndicaliste enseignant),Tricot, Catherine (Architecte),Turbet-Delof, Denis (Union syndicale Solidaires),Vieille Blanchard, Elodie (Les Alternatifs 75),Viguié, Francis (Npa34, conseiller municipal, Montpellier),Warszawski, Jean-Marc (Musicologue, 93),Youlountas Yannis (Ecrivain Franco-Grec),Zaharia Raymond (Ingénieur en retraite, Militant associatif),Zarka Pierre (Communiste unitaire, Fase),Zediri Malika (Militante),Zerkaoui Myriam (Isère, Fase et Militante antifasciste)


Secrétariat signatures: [email protected]

Toutes les infos sur le blog de la campagne de signature de l'appel des 200

Signer la pétition - Voir les signataires

 

04/03/2012, 02:10 | Par chalouette

STOP_MES_5x5.gif  Action Européenne contre le MES

Note à l'intention des lecteurs français :

En France le MES a gagné une bataille, mais il est loin d'avoir gagné la guerre. Pour cela il lui faut encore l'aval d'un très grand nombre de parlementaires et sénateurs dans les autres pays de l'euro. Si nous agissons d'urgence et efficacement, nous pouvons écrire à tous ces décideurs et faire pression pour qu'ils votent contre la dictature et contre le MES. C'est maintenant ou jamais ! Retroussez les manches et arrêtons le MES une fois pour toutes !...  Pour battre ce monstre à têtes multiples...

http://blogs.mediapart.fr/blog/chalouette/030312/stop-mes-action-europeenne-contre-le-mes

Newsletter