Jeu.
24
Avr

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le rapport Golstone sur Gaza : Mahmoud Abbas, après la capitulation la manœuvre ?

Aujourd’hui 15 octobre 2009, le Conseil des droits de l’homme des Nations unies (CDH) tient à son siège à Genève une session spéciale qui devrait durer deux jours sur « la situation des droits de l’homme dans le territoire palestinien occupé et à Jérusalem Est » Il s’agit de la deuxième réunion du CDH sur le rapport de la commission Goldstone en deux semaines. 

Cette réunion extraordinaire se tient à l’initiative du délégué de la Palestine à Genève soutenu par 18 Etats membres (sur un total de 47 membres) du Conseil des droits de l’homme, à savoir : Bahrain, Bangladesh, Bolivie, Chine, Cuba, Djibouti, Egypte, Gabon, Indonésie, Jordanie, Île Maurice, Nicaragua, Nigéria, Pakistan, Philippines, Qatar, Arabie Saoudite et Sénégal. ».

Par la convocation de cette session spéciale pour un deuxième débat sur le rapport Goldstone, Mahmoud Abbas cherche à se racheter auprès des populations palestiniennes et du monde arabe, mais aussi auprès des ONG des droits humains, après sa capitulation honteuse lors de la première session.

Lors de la première session tenue il y a deux semaines le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, à Genève, devait adopter une résolution entérinant les conclusions de la commission d’enquête des Nations-Unies sur les massacres de Gaza, dite « commission Goldstone », du nom de son président le magistrat sud-africain Richard Goldstone (1)

Cette commission était arrivée, au terme d’une enquête qui a duré plusieurs mois, à la conclusion que des actes assimilables à des crimes de guerre et peut-être par certains aspects à des crimes contre l'humanité ont été commis par les Forces armées israéliennes.. Le rapport de la commission pointe les responsabilités écrasantes du gouvernement et de l’armée israéliens dans l’opération « Plomb Durci », où 1.400 Palestiniens, principalement des civils, ont trouvé la mort. Le rapport critique également les tirs de roquettes palestiniennes sur le territoire israélien, qui ont provoqué la mort de 3 civils israéliens au cours de la même période.

Connaissant les liens étroits qu’entretient Goldstone avec Israël et le sionisme et malgré ses points faibles évidents (mettre sur le même pied d’égalité agresseurs et agressés), le rapport de la Commission fournit une opportunité sans précèdent de traduire devant un tribunal international, les responsables israéliens. Ce qui mettrait fin à l’impunité d’Israël avec la possibilité d’imposer enfin la justice internationale sur ses crimes et violations persistantes du droit international.

Le représentant de l’Autorité Palestinienne, (qui n’a qu’un statut d’observateur au CDH à Genève) avait préparé, en concertation avec d’autres états membres et des ONG des droits humains une résolution en ce sens, procédure qui allait ouvrir la voie au dépôt de plaintes, contre des dirigeants israéliens devant la Cour Pénale Internationale (CPI) de La Haye.

Même avec l’opposition des protecteurs traditionnels occidentaux d’Israël, l’adoption d’une telle résolution était d’avance acquise grâce à la mobilisation des pays africains arabes et musulmans et le soutien d’autres pays du Sud.

Mais à la dernière minute, le Président Mahmoud Abbas a été obligé de faire volte-face. Israël et les Etats-Unis ont fait pression sur lui pour exiger le retrait de sa résolution empêchant ainsi le vote sur le rapport Goldston et l’adoption de ses recommandations. Abbas, comme toujours, capitule et est contraint de s’abdiquer aux ordres de ses protecteurs sous le prétexte qu’il est dans l’intérêt de la cause palestinienne de reporter le vote pour mars 2010 pour lui assurer le soutien nécessaire.

Cet ajournement, qui tout en évitant une première défaite politique et juridique d’Israël, avec le risque même d’enterrer le rapport Golstone, vient de prouver encore une fois que Abbas n’est qu’une marionnette aux mains des israéliens, au service de son clan.(2)

Suite à la trahison de Abbas de la cause nationale de son peuple qu’il est supposé défendre, l’indignation est générale, en Palestine occupée comme dans le reste du monde arabomusulman. Elle a soulevé aussi un tollé chez les associations arabes des droits humains et des ONG internationales. C’est cette indignation qui a poussé Abbas à faire marche arrière en reconnaissant sa responsabilité dans cette mascarade. Il vient d’entreprendre une nouvelle manœuvre en demandant une nouvelle réunion du CDH après avoir eu le feu vert des Etats-Unis et d’Israël.

En fin, Abbas par son agissement, indigne d’un homme d’état, vient aussi de saper tous les efforts déployés depuis un certain temps pour la réconciliation nationale palestinienne, seule condition pour pouvoir faire à l’occupant et l’obliger d’accepter une paix juste et durable mettant fin à l’occupation et garantissant le droit inaliénable du peuple palestinien à construire sonétat libre, indépendant et démocratique.

En attendant, l’élan de solidarité et de mobilisation en faveur des victimes de l’agression contre Gaza, en particulier les associations des droits humains, doit se poursuivre pour pousser les Nations Unies à adopter le rapport Goldstone. Si les Nations Unies s’avèrent incapables de traduire devant le Tribunal International les dirigeants responsables israéliens, elles réconforteront les israéliens dans leur mépris des droits des palestiniens et encourageraient ces derniers à s’orienter de plus en plus vers des solutions sans issues.

 

 

Notes :

(1) Richard Golstone :ancien juge à la Cour constitutionnelle sud-africaine, M. Goldstone a une longue expérience en droit international, qu’il a acquise notamment lorsqu’il était Procureur des Tribunaux pénaux internationaux pour le Rwanda (TPIR) et pour l’ex-Yougoslavie (TPIY). Les trois autres membres de la mission sont Christine Chinkin, professeur de droit international à Londres et membre de la mission d’établissement des faits à Beit Hanoun (2008); Hina Jilani, avocate près la Cour suprême du Pakistan et ancienne Représentante spéciale du Secrétaire général pour les défenseurs des droits de l’homme, également membre de la Commission internationale d’enquête sur le Darfour (2004); et Desmond Travers, ancien colonel des Forces de défense irlandaises et membre du Conseil de direction de l’Institut pour les enquêtes pénales internationales.

(2) Le mardi 6/10, le rapporteur de l'Onu chargé des droits de l'homme dans les territoires palestiniens occupés, Richard Falk, lors d'une conférence de presse à Genève a expliqué qu’ Israël avait menacé Abbas de retirer l'autorisation d'investir à la société de téléphonie mobile en Cisjordanie que dirige son fils.

Tous les commentaires

17/10/2009, 12:34 | Par M. Lachkar

Je viens d'apprendre ce soir du vendredi 16 octobre 2009 qu'en fin de compte le rapport de Goldstone a finalement été adoptée par le CDH à Genéve par 25 voix pour, 6 contre dont Israél et les Etats Unis, 11 abstentions dont la France et la Grande-Bretagne. Une victoire donc pour la bataille des droits de l'homme qui va mettre fin à l'impunité des crimes d'Israél, j'espère

25/10/2009, 06:04 | Par profil_inactif_28112

Bonjour,

 

Pouvez-vous donner vos sources sur les "liens entre Goldstone le sionisme et Israël" ?

 

Cordialement

25/10/2009, 15:52 | Par M. Lachkar

Bonjour,

Je ne sais pas pourquoi vous me posez cette question ? J'espère que vous êtes de bonne foie.

Pour votre information au sujet du juge Goldstone, je vous rapporte un extrait d'un long article publié le 19 septembre 2009 par Ury Avnery, militant israélien de la paix, et ancien membre de la Knesset :

« Et qui ont-ils placé à la tête de la commission chargée de ce travail ? Ni un Britannique négateur de l'Holocauste, ni un Néo-nazi allemand, pas même un fanatique iranien, mais, entre toutes les personnes possibles, un juge juif qui porte le nom vraiment juif de Goldstone (Goldstein à l'origine, naturellement). Et pas simplement un Juif qui porte un nom juif, mais un sioniste, dont la fille, Nicole, est une sioniste enthousiaste qui a fait son "aliyah" et qui parle couramment l'Hébreu. Et pas simplement un sioniste juif, mais un Sud Africain qui s'opposa à l'apartheid et qui fut nommé à la Cour Constitutionnelle du pays lorsque ce système fut aboli. »

L'article en PDF est sur le site : www.pcfbassin.fr/.../Israel%20et%20le%20rapport%20Goldstone.pdf-

 

 

D'autres références au sujet du juge Godstone :

 

-Rapport de Richard Falk, rapporteur spécial auprès des Nations-Unies sur les droits de l'homme dans les territoires palestiniens occupés du vendredi 16/10/09 dans http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2797

 

-Qui est Richard Goldstone ? Jeune Afrique du 13/1/09

 

-http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article15222

 

 

 

 

Bonne lecture et à bientot

 

25/10/2009, 17:10 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de M. Lachkar le 25/10/2009 à 15:52

Vous ne donniez pas de sources et vous avez l'air d'utiliser "sioniste" comme un gros mot (ça je ne le critique pas).

Votre premier lien ne fonctionnant pas, je viens de vérifier à partir de la page wikipedia anglophone sur lui, la presse israélienne le décrit en effet comme un ami, et une de ses filles comme un sioniste.

 

Cordialement

25/10/2009, 18:05 | Par M. Lachkar en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 25/10/2009 à 17:10

Si les réferences précitées ne vous suffisent pas alors je ne sais pas ce que vous entendez par les "soureces"

Non je n'utlilise pas le non de sioniste comme un gros mot mais avec son sens politique et idéologique.

Le même article de Ury Avrery se trouve sur une vingtaine de sites dont: http://www.france-palestine.org/article12657.html

http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2797

25/10/2009, 18:33 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de M. Lachkar le 25/10/2009 à 18:05

Et j'enrichis donc vos sources en vous indiquant qu'elles sont confirmées par la presse israélienne mainstream. Merci en tout cas pour vos sources.

25/10/2009, 19:25 | Par M. Lachkar en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 25/10/2009 à 18:33

Merci pour les sorurces israéliennes dont je dois avouer que je m'en méfie souvent.

Mais je voudrai terminer cette discussion juste en exprimant mon regret que les gens y compris une certaine pressse se sont interessés beaucoup plus au juge Goldstone, devenu aujourd'hui une véritable star, plutôt qu'au rapport lui même. Enfin je tiens à rappeler que trois autres éminentes personnalités ont contribué à ce fameux rapport.

Amicalement

25/10/2009, 19:38 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de M. Lachkar le 25/10/2009 à 19:25

Je vous avoue que pour ma part l'actualité du Moyen-Orient est tellement déprimante que je ne la regarde plus trop,je suis juste de loin ce qui va se passer avec le rapport Goldstone.

 

Newsletter