Jeu.
27
Nov

MEDIAPART

Connexion utilisateur

autant que je mange moi-même mes bébés.

Pour commencer (et pour bien savoir ou vous mettez les yeux) il faut savoir que sur ce blog, quand c’est moi qui écrit (et pour l’instant y’à que moi) ca vote à gauche et en vert !

Parce que si je ne protège pas par mes choix et mes actes ni le plus faible, ni ma planète, autant que je mange moi-même mes bébés.

Ceci étant dit, je peux m'attaquer au cœur du sujet:

En participant au fil de discussion "même pas peur de débattre du nucléaire civil" je me suis prise au jeu de donner des exemples concrets de propositions "programmatiques" qui illustraient mes propos.

Je vous soumets les susdits propos pour que tout le monde comprenne de quoi il est question :

Je suis convaincue que c'est malheureusement par la contrainte que nos sociétés hyper consommatrices en viendront à un peu plus de raison...

 

Si rien ne nous oblige à prendre les transports en commun plutôt que la voiture en ville, trop peu nombreux sont ceux qui font le choix du plus "contraignant". Et oui, parce que c'est encore perçu comme plus contraignant de se déplacer avec les transports en commun qu'avec un véhicule perso. Ce qui pousse les gens à changer de comportement c'est la pression en plus de la pédagogie (plein de blabla à lire à ce sujet sur les techniques managériales de "politique du changement"). Nous sommes tous des êtres humains avant d'être des citoyens et c'est par l'éducation (donc par un ensemble de règles à assimiler & à respecter) qu'on se 'citoyennise".

 

Que chacun doive réfléchir à l'impacte de son mode de vie sur la planète et l'intégralité de ses occupants, c'est une évidence. Sauf que l'Homme étant ce qu'il est si personne ne nous met le couteau sous la gorge pas de raison de s'affoler... Donc, il nous faut des catastrophes naturelles, des catastrophes industrielles, qui coûtent très cher à l'humanité (et pas assez à mon goût aux responsables directs) pour qu'un petit neurone s'agite dans quelques ciboulots pour leur faire penser, et parfois même dire (de là à croire qu'ils vont agir...) ah, tiens, je crois qu'on à déconné là, faudrait peut-être réfléchir à faire autrement...

 

Pour en revenir au nucléaire, m'est avis qu'il faut conjuguer la sortie progressive avec le développement des énergies renouvelables d'une part et une "pression pédagogique" sur les citoyens pour nous faire changer radicalement nos modes de consommation, de déplacement, etc...

 

Personnellement je crois encore un peu à la force de la pédagogie pour une prise de conscience collective. Encore un peu mais plus vraiment en même temps parce que les années filent, les catastrophes s'enchainent, laissant toujours les mêmes sur le carreau et au rythme ou on va j'ai tendance à penser que l'urgence nécessite désormais des prises de décisions non consensuelles... Pour le bien être (la survie devrait-on dire) de la planète. l'humanité

 

01/06/2011 16:00Par ManuetAlbane

 

Ce à quoi l’auteur du blog me répond :

Par quelles mesures pourrait se traduire cette pression pédagogique, Albane ?

01/06/2011 16:11Par 2012 Même pas peur

 

 

J'ai trouvé ca enrichissant parce que, souvent, je commente, je commente et puis j'ai pas toujours bien réfléchi à l'éventuelle concrétisation de mes idées.

Et bien je me suis aperçue que j'en avais des idées et qu'en plus je les trouvais bonnes (ce qui est plutôt rassurant j'en conviens). Le fait de les écrire pour les expliquer permet de mieux les formaliser, de les synthétiser, de les assimiler aussi… Alors j'ai juste envie de les lister sur ce blog, au fur et à mesure qu'elles viennent.

J'espère que vous viendrez pour partager les vôtres! Et avant qu’on ne m’attaque pour plagiat (parce que c’est avec les pensées des autres qu’on forge sa propre opinion)

« Non, rien de plus original, rien de plus « soi » que de se nourrir des autres. Le lion est fait de moutons assimilés ». (Paul Valéry)

 

C’est moi le LION !!!!!! Boooouuuuuh ;))

 

Exemple 1 de "pression pédagogique":

 

Limiter la vitesse maximale autorisée en ville sur les voies motorisées à 30km/h au lieu de 50 et expliquer que ca améliore la vie des citoyens parce que :ca pollue moins, ca réduit les risques d'accidents, ca fait moins de bruit. En parallèle on laisse les voies de bus, les tram et les métro rouler à la vitesse de 50km/h maxi. De cette façon on protège l'environnement, on rend plus contraignante la circulation des véhicules particuliers, on incite à l'utilisation des transports en commun, on investit le gain en abonnements dans le renouvellement du parc de vieux bus essence et on améliore la vie quotidienne des piétons, poussettes ou cyclistes qui bouffent du pot d'échappement bruyant & polluant à longueur de journée.

 

Exemple 2 de "pression pédagogique":

 

On rend obligatoire un bilan thermique de chaque logement proposé à la location, à la vente ou à la construction.

On établit alors un inventaire qui permet à l'administration fiscale de calculer une taxe d'habitation qui tient compte de l'efficacité énergétique des logements et dont la partie taxée au titre de la "non -efficacité" est prise en charge par le propriétaire du logement. Cette taxe supplémentaire est réutilisée exclusivement à la subvention de travaux d'amélioration des logements.

De cette façon on incite à la mise à niveau minimale progressive de tout le parc de logement d'une ville.

 

Exemple 3 de « pression pédagogique »:

On garanti un prix minimum légal d’achat au producteur et un prix maximal de vente au consommateur des produits alimentaires d'un "panier type" de la ménagère.

 

On sur-taxe les-dits produits dont les conditions de production ne sont pas conformes à des normes environnementales & sociales (qu'il faudra durcir) minimales. Les consommateurs se tourneront vers les produits à prix garantis, incitant ainsi les producteurs & intermédiaires à améliorer les conditions de production sans que le consommateur final ne soit pénalisé. De la même manière que précédemment, le produit de la sur-taxe est exclusivement réutilisé à la subvention d'investissements permettant une production respectueuse de l'environnement et du travail de ceux qui produisent, de pratiques culturales plus respectueuses des mêmes éléments etc... On améliore la qualité de vie du citoyen, producteur & consommateur.

 

 

Exemple 4 de "pression pédagogique" :

C'est l'application stricte du principe "pollueur-payeur" à toute l'économie.

 

L'entreprise qui vend un frigo doit reprendre l'ancien frigo et se charger de son retraitement : recyclage de ce qui peut l'être et "inactivation" des éléments polluants restant.

 

Ca s'applique sur l'électroménager mais aussi sur les véhicules, sur n'importe quel emballage.

 

On peut espérer que les constructeurs prendront plus de soin au choix des matériaux utilisés, et peut-être même retrouveront-ils les méthodes de fabrication qui permettaient (il n'y à pas si longtemps que ca) à une machine de durer 20 ans au lieu de 2...

Peut-être également qu'il redeviendra moins cher de faire réparer une machine que d'en acheter une neuve...

Peut-être, qui sait, que les emballages de nos produits courants s'en trouveront miraculeusement allégés...

Peut-être recevront nous moins de publicité dans nos boites aux lettres...

 

Ca s'applique aussi à la production et à la distribution d'énergie.

 

Ca s'applique donc au nucléaire : l'entreprise qui produit de l'énergie doit s'engager à retraiter et "inactiver" tous les résidus de cette production. Bien sûr l'enfouissement n'est pas considéré comme un retraitement, encore moins comme une inactivation.

Conclusion de l'histoire: comme les résidus ne peuvent pas êtres inactivés en l'état actuel (je sais qu'il y à des labos qui sont parvenus récemment à réaliser une fusion totale - z machine), l'entreprise doit payer des pénalités à l'état (qui seront utilisées exclusivement à la subvention d'investissement dans les énergies renouvelables).

 

Ca peut aussi s'appliquer au citoyen lambda pour la gestion de ses déchets ménagers.

 

Voilà pour l’heure… comme ca part dans tous les sens (pas facile de synthétiser en propositions « programmatiques » tout ce qu’on pense être bon… en deux heures !) je reviendrais plus tard !

Newsletter