Mar.
22
Jui

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Karachi, Balladur: le rôle trouble de Jean-Claude Marin

Selon une dépêche AFP du lundi 23 juin de source judiciaire, la Cour de justice de la République (CJR) va enquêter sur le rôle joué dans l'affaire dite de Karachi pour des faits commis entre 1993 et 1995, par l'ancien chef du gouvernement Edouard Balladur (pour complicité d'abus de biens sociaux et complicité de détournement de fonds publics) et son ex-ministre de la défense François Léotard  (pour complicité et recel d'abus de biens sociaux ), 

UMP : les comptes 2012 auraient dû déjà alerter !

Il n'est point besoin d'audit ou d'enquête judiciaire pour simplement remarquer l'étrangeté des comptes de l'UMP. Il suffit d'aller voir les comptes 2012 des partis publiés au Journal Officiel du 22 janvier 2014 (pages 678 à 681) :

Les faux comptes de l'UMP pourraient mettre le parti en faillite

Même si l'enquête se poursuit afin d'établir toutes les responsabilités et répondre à toutes les questions notamment celles de "à qui profite le crime", il est maintenant certain que l'UMP a établi une fausse comptabilité, a organisé des conventions bidons, payé des prestations inexistantes ou surfacturées, de même que des formations fantômes également bidons ou surfacturées.

Doper le PIB avec la drogue et la prostitution : une bonne idée ?

Le Royaume-Uni, l'Italie et la Belgique viennent de décider d'intégrer dans leur PIB les activités de prostitution et de trafic de drogue. En dehors de toute considération morale, est-ce vraiment une bonne idée ? Dans ce cas pourquoi pas toute l'économie souterraine, le travail au noir ? Au risque de perdre la crédibilité d'un chiffre basé sur des estimations criticables et des ratios habituels de référence sur PIB ?

Les poursuites américaines contre BNP-Paribas pourraient remettre en cause la suprématie du dollar

La justice américaine poursuit BNP Paribas pour violation d’embargo à l’égard de l’Iran, de Cuba et du Soudan et menace la banque d'une amende record de 10 milliards de dollars. Pour des transactions de négoce notamment en pétrole effectuées hors des Etats-Unis, mais libellées en dollar. BNP-Paribas a respecté la loi française, européenne, internationale, mais aurait contrevenu à la loi américaine par le biais de l'utilisation du dollar, car la monnaie est compensée sur le sol américain, sur des comptes de correspondants bancaires ou des plateformes de compensation.

Elections européennes : une drôle de proportionnelle !

Les résultats définitifs des élections européennes se sont fait attendre. Difficile de les trouver au lendemain matin de l'élection, encore des erreurs, pas de récapitulatif synthétique. Maintenant que cela semble stabilisé, on trouve enfin la liste des députés élus par circonscription de région ainsi que les % de voix recueillis par liste au total sur la France. Et là surprise !

Choix du président de la Commission européenne : un casse tête pouvant conduire à une crise institutionnelle ?

Les partis européens se réjouissent de l'avancée démocratique inscrite dans le traité de Lisbonne en 2009 : "pour la première fois dans l’histoire de l’Union, les électeurs vont désigner directement leur futur président de la Commission, qui sera issu du parti européen arrivé en tête des élections." Pourtant rien n'a vraiment changé et il est même possible de faire face à un blocage institutionnel.

Europhiles versus eurosceptiques et europhobes : est-ce si simple ?

Je suis consternée à la fois par l'absence ou la pauvreté de débat de fond sur l'Europe à un mois de l'échéance électorale, pourtant cruciale, la complicité des médias à refuser ce débat (jugeant sans doute que cela n'intéresse pas les auditeurs), l'inconsistence des programmes actuellement dévoilés (ou pas encore dévoilés ...) par les partis nationaux. Et la réduction de ce débat à une vision simpliste : il y a d'un côté les europhiles et de l'autre les europhobes ou eurosceptiques.

La ligne de rupture sur l'Europe ne correspond pas au clivage gauche/droite

Il est très intéressant d'observer que cette question de souverainisme national (ou d'une remise en cause de la légitimité même de l’Union européenne) vs la ligne favorable à plus d'Europe ou d'intégration européenne (qu'on appelle aussi fédéralisme) marque un clivage au sein de toutes les formations politiques importantes (UMP, PS, EELV, FdG), sauf au FN où ils sont tous d'accord contre l'Europe et au Centre (UDI+Modem) où ils sont tous d'accord pour renforcer et réformer l'Europe en mieux.

Faut-il dévaluer l'euro ?

L'euro est réputé stable et fort, protégeant de l'inflation. Mais peut être trop fort... Les Etats du sud de l'Europe et les entreprises s'inquiètent des effets d'un euro trop fort sur la compétitivité de leurs produits à l'exportation.  Atteignant un niveau de 1.38 $, apprécié de 10% en 2013, l'euro fort serait-il la cause de la faible croissance de la zone euro, voire de la mauvaise santé économique de la France ? Michel Sapin reconnaît lui-même que ce niveau est un frein à la croissance.

Newsletter