Dim.
20
Avr

MEDIAPART

Connexion utilisateur

La ligne de rupture sur l'Europe ne correspond pas au clivage gauche/droite

Il est très intéressant d'observer que cette question de souverainisme national (ou d'une remise en cause de la légitimité même de l’Union européenne) vs la ligne favorable à plus d'Europe ou d'intégration européenne (qu'on appelle aussi fédéralisme) marque un clivage au sein de toutes les formations politiques importantes (UMP, PS, EELV, FdG), sauf au FN où ils sont tous d'accord contre l'Europe et au Centre (UDI+Modem) où ils sont tous d'accord pour renforcer et réformer l'Europe en mieux.

Faut-il dévaluer l'euro ?

L'euro est réputé stable et fort, protégeant de l'inflation. Mais peut être trop fort... Les Etats du sud de l'Europe et les entreprises s'inquiètent des effets d'un euro trop fort sur la compétitivité de leurs produits à l'exportation.  Atteignant un niveau de 1.38 $, apprécié de 10% en 2013, l'euro fort serait-il la cause de la faible croissance de la zone euro, voire de la mauvaise santé économique de la France ? Michel Sapin reconnaît lui-même que ce niveau est un frein à la croissance.

Européennes 2014 : leçon des premiers sondages

Voici l'évolution des sondages depuis un an sur les élections européennes comparés au résultat de 2009 et l'estimation des nombres de sièges. Bien sûr c'est prématuré alors que la campagne n'a pas vraiment commencé, les programmes ne sont pas publiés, les candidats tout juste investis. Mais à ce stade, quelle analyse en faire ?

L’euro est-il vraiment l’instrument de la dictature néocapitaliste de l’Europe ?

C’est ce que tentent de démontrer certains économistes, comme Frédéric Lordon et Jacques Sapir, thèses dont se nourissent les extrêmes, participant à la vague populiste de rejet de l’Europe, relayés par des médias comme le journal Marianne, qui prétend ouvrir le débat alors qu’il donne carrément une tribune à ces thèses sans contradicteurs.

Avantage du capital au détriment du travail : une fausse idée ?

Ces dernières années, en France comme dans le reste de l'Europe, les salaires ont stagné de même que le pouvoir d'achat (qui a même diminué en france ramené en évolution du PIB/habitant). Cependant, il est une fausse idée persistante martelée par des militants de gauche : celle que la rémunération du capital (dividendes) s'est réalisée au détriment de celle du travail (les salaires).

Le tournant social-démocrate-libéral d'Hollande sonne-t-il la fin de l'union de la gauche ?

Selon François Bayrou et Jean-Louis Borloo, réunis samedi 18 janvier 2014 lors du congrès du Mouvement Démocrate, le tournant social-démocrate (et ajoutons -libéral) de François Hollande marqué par la conférence de presse de ce dernier marque la première secousse d'un séisme pour la gauche : la fin de l'union de la gauche initiée en 1971.

Partis européens : pourquoi pas directement ouverts aux citoyens ?

L'Europe mal-aimée, insuffisamment démocratique, éloignée des citoyens, bouc émissaire des dirigeants des Etats qui l'accusent de décisions qu'ils ont eux-mêmes approuvées, ... Que faire pour rapprocher les citoyens européens de l'idéal européen et leur permettre de s'impliquer sans les décisions ? Et si on commençait par leur permettre une adhésion directe à des partis européens et instaurer une plate-forme collaborative leur proposant avec méthode de contribuer et de réagir aux décisions ?

"Nouvelle Donne" et "Nous Citoyens" : laboratoires d'idées ou partis politiques ?

Deux nouveaux mouvements politiques émergent dans la vie politique française et ouvrent un débat d'idées, avec une démarche qui se veut différente des partis politiques traditionnels : "Nouvelle Donne" (issu du Collectif "Roosevelt 2012", d'inspiration plutôt à gauche pour une Europe sociale) et "Nous Citoyens" (d'inspiration plutôt libérale et réformiste).

Accord transatlantique de libre-échange: non à des arbitrages privés aux dépens des Etats!

Le Comité Pauvreté et Politique* alerte les citoyens et les responsables politiques, en particulier les députés européens, sur un sujet très sensible qui risque d'entraîner de graves dérives du fait d'une disposition envisagée dans le cadre de l'accord transatlantique : le recours à l'arbitrage privé pour régler les différents entre les Etats et les entreprises privées (notamment d'investissement) à l'initiative de ces dernières, si elles voient leurs intérêts compromis par des dispositions légales.

Jean-Louis Borloo et François Bayrou proposent l'Alternative

Jean-Louis Borloo et François Bayrou ont annoncé publiquement hier leur volonté de rassembler les forces politiques du centre UDI et MoDem au sein d'un mouvement, une sorte de coopérative et non un nouveau parti, appelé L'Alternative.

Newsletter