Ven.
04
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

L'Euro oxi par la Grèce ?

Les Grecs se sont exprimés : oxi, c'est non. pas non à Europe, à rester dans la zone euro, mais non à aller plus loin dans les mesures austérité.

« Faire de la politique autrement », mais comment ?

L’expression a été bien galvaudée, au point d’être vidée de sa substance. Elle a été prônée par des personnalités politiques, comme François Bayrou et Corinne Lepage, ainsi que Ségolène Royal avec « La démocratie participative ». Nicolas Sarkozy essaie de s’y mettre en promettant de la démocratie dans son parti en rénovation et en prônant un appel plus fréquent au référendum. Elle a aussi été reprise par des groupes politiques dits « citoyens », comme Nouvelle Donne et Nous Citoyens, mais qui tombent dans les mêmes travers que les partis traditionnels en participant au système. 

Grèce : défaut ou rallonge ? un résultat équivalent

Les discussions interminables entre le gouvernement grec, le FMI et la Commission europèenne deviennent lassantes et se révèlent stériles.

Un scénario de Présidentielle 2017 contre la volonté des Français : le paradoxe de notre système politique

Selon de récents sondages, 72% des Français ne souhaitent pas que Nicolas Sarkozy soit candidat à la présidentielle, de même que 77% des Français ne souhaitent pas que François Hollande se représente à l’élection.

Avec "LES REPUBLICAINS" Nicolas Sarkozy défend-il vraiment les valeurs de la REPUBLIQUE ?

Voilà qui est fait. L'UMP est rebaptisée "Les Républicains", malgré l' opposition d'une majorité de la population (72%). Au delà des craintes justifiées de l'appropriation exclusive du qualificatif notamment par l'usage de l'article défini, on doit s'interroger sur ce que représente ce mot par celui qui se vante d'en être l'ardent défenseur, Nicolas Sarkozy.

Sarkozy en 2012 : une campagne à 60 millions d'euros ?

L'hebdomadaire Marianne publie cette semaine des documents sur l'affaire Bygmalion prouvant que l'Elysée etait parfaitement informé des détails financiers de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012. Au delà de cette information, Marianne s'est penché sur les comptes de l'UMP en 2012 et a observé la flambée des dépenses de communication et de frais de transport. Marianne en conclut que la campagne de Nicolas Sarkozy aurait en réalité coûté 60 millions d'euros, au delà des 21,3 millions déclarés + le dépassement présumé de presque 18 millions facturés par l'UMP, révélé par l'affaire Bygmalion.

Départementales 2015 et scrutin majoritaire : l'union fait la force !

Les résultats des élections départementales sont commentés comme une grande victoire de la droite (et du centre), en particulier de l'UMP, et même par extension de son leader Nicolas Sarkozy. Pourtant, l'équilibre des forces est inchangé.

Newsletter