Dim.
26
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Les grecs s'organisent avec une monnaie "alternative" : le TEM

Sur le marché de Volos situé à 200 miles au nord d'Athènes, ces étalages parlent d'eux mêmes pour un retour au troc... Volos était un centre industriel prospère avec un port dont les ferries non seulement reliaient au continent les îles voisines, mais avant la chute de la Syrie dans la guerre civile était une route commerciale entre la Grèce et le Moyen-Orient. Autrefois célèbre pour son tabac, Volos a accueilli les minoteries et les cimenteries, les aciéries et le métal.

Aujourd'hui, le chômage atteint un record européen de 26%, dépassant même celui de l'Espagne.

2.jpg

Photograph: Despoina Vafeidou / AFP / Getty ImagesC


Alors, c'est le système D qui devient la solution tels le troc, la solidarité dans les échanges de services et le TEM équivalent à un euro. D'autres réseaux identiques ont été mis en place dans la banlieue d'Athènes, l'île de Corfou, la ville de Patras et le nord de Katerini depuis la création du TEM en 2009.

Il est inutile de rappeler ici les baisses de salaires de 40 % et autres coupes budgétaires laissant la précarité s'installer sans compter le désarroi des mères qui confient leur enfant à l'orphelinat. Fin de parenthèse douloureuse.

Le gouvernement grec a voté l'an dernier une loi de soutien à la recherche de moyens créatifs pour faire face à la crise. Pour la première fois, d'autres formes d'entreprenariat et de développement local ont été activement encouragés.

Tout en rêvant de quitter la zone euro, la population semble satisfaite du TEM, un complément de l'euro : "Franchement le Tem a été une bouée de sauvetage", a déclaré Christina Koutsieri, serrant DVD et un sac de nourriture. En Mars j'ai dû fermer l'épicerie que j'ai tenu pendant 27 ans puis tout simplement je n'ai pas pu assumer toutes les nouvelles taxes et les factures. Tout le monde que je connais a perdu son emploi. C'est tragique..."

Pour l'Institut Panos Skotiniotis et le maire de Volos : "la monnaie de rechange s'est avérée être un excellent moyen de compléter l'euro. Nous sommes tous pour des alternatives qui aident à atténuer les conséquences économiques et sociales de la crise", a-il dit. "Il remplacera jamais l'euro mais il aide vraiment les membres les plus faibles de notre société. Dans toutes les activités sociales et culturelles de la municipalité, nous encourageons l'utilisation du Tem"
(Propos recueillis par Hélène Smith)

Moi même, je n'ai jamais été tentée d'en savoir plus sur le SOL, monnaie alternative en Haute-Garonne entr'autre, parce que l'expérience menée semble être une réussite a-t-on dit et les échanges plutôt sympathiques ne représentent pas à mes yeux cette situation dramatique que traversent nos amis grecs en proie à un cancer "inoculé" par des riches spéculateurs qui courent toujours, impunis et qui persévèrent à tous les postes de dirigeants, que nous n'en sommes pas à nous chauffer au bois sauf pour l'ambiance...

Je souhaite à mes amis grecs une meilleure année 2013 bien que la formule se brise en mille morceaux quand les évènements de vie se bousculent dans une répétition infernale. Tout est relatif me diriez-vous, sauf la mort vous répondrais-je...

Billet inspiré en partie d'après l'article d'Hélène Smith à Volos pour le Guardian.

http://www.guardian.co.uk/world/2013/jan/02/euro-greece-barter-poverty-crisis

6-copie.jpeg

Photo : Clémentine Athanasiadis

Tous les commentaires

03/01/2013, 09:22 | Par Mariethé FERRISI en réponse au commentaire de Annie Lasorne le 03/01/2013 à 09:03

Bonjour Annie,

le Tem est également disponible sous forme de chèque, de billets de banque mais ne remplacera jamais - et n'a pas été imaginé -  pour esquiver les impôts - ils disent que c'est une alternative viable. Quant à créer ici "une boîte à outils" cf l'aternative économinique, pour ce qui est de la recherche cela pourrait m'intéresser..

03/01/2013, 09:07 | Par Colza

Ce que je reprocherais au TEM (même si il est momentanément utile), comme aux autres monnaies alternatives, c'est qu'il consacre l'impéritie des gouvernants dans la gestion d'un pays.

En fait, je suis même contre ces monnaies alternatives, comme je suis contre les ONG genre Restos du Coeurs ou MSF, tout simplement parce qu'elles sont la bonne conscience des pouvoirs en place qui se déchargent sur des initiatives privées de ce qui devrait constituer la base de leur existence qui est le bien-être maximum de tous (même si c'est une utopie).

03/01/2013, 09:08 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de Colza le 03/01/2013 à 09:07

Facile d'être contre les restos du coeur quand on n'en n'a pas besoin.

03/01/2013, 09:27 | Par Annie Lasorne en réponse au commentaire de JoëlMartin le 03/01/2013 à 09:08

Comme Colza, je suis contre les restos du coeur, je m'en suis même largement exprimé sur un billet de Gavroche et ai moi-même créé un billet, amplement documenté, suite à des altercations, non étayées. Ce sujet mérite un plus grand développement que cette laconique réponse qui n'a aucun sens, sinon l'attaque gratuite et une bonne conscience à vil prix. Ce sujet éminement politique et humain mérite une réelle réfléxion de fond, il participe de notre société. On peut polémiquer stérilement pour le simple plaisir de la réponse cinglante (chose habituelle) ou tenter de construire. Ce qui est le propos de notre hôtesse ici, c'est pourquoi j'ai tenté d'y répondre.

03/01/2013, 09:30 | Par Mariethé FERRISI en réponse au commentaire de Annie Lasorne le 03/01/2013 à 09:27

Le débat est lancé Annie et vous avez raison de demander la nuance et l'argumentation..

03/01/2013, 11:55 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de Annie Lasorne le 03/01/2013 à 09:27

Les restos du coeur travaillent dans l'urgence.

Allez tenir vos beaux discours théoriques aux files d'attente.

En attendant votre "réelle réflexion de fond", les affamés ont besoin de bouffer.

Qui se donne bonne conscience avec ces beaux projets de "réflexion" ?

Les théoriciens froids et donneurs de leçons me donnent la nausée.

04/01/2013, 13:36 | Par Apeiron en réponse au commentaire de JoëlMartin le 03/01/2013 à 11:55

 

Mille fois d'accord.

Jadis ( hélas) dans ma vie professionnelle, j'ai côtoyé ( et parfois rudoyé) ce genre de maximalistes, qui ne jurant que par la grève générale illimitée ( c'était la mode), refusaient énergiquement de participer à celle de vingt-quatre  heures que l'on organisait péniblement.

04/01/2013, 14:17 | Par Mariethé FERRISI en réponse au commentaire de Apeiron le 04/01/2013 à 13:36

Le juste milieu est de pallier à l'urgence tout en construisant le plus vite possible d'autres centres d'accueil. Les exemples ne manquent pas avec Emmaüs et l'insertion de quelques uns. Je ne veux pas donner de leçons avec cette satanée expérience de soignant psy, car le politique me sue par tous les pores de la peau ayant constaté tous les jours le travail de bénévolat des associations qui font un boulot remarquable..

Merci de votre participation APEIRON (bien que vous répondiez à JoëlMartin)

03/01/2013, 09:28 | Par Mariethé FERRISI en réponse au commentaire de JoëlMartin le 03/01/2013 à 09:08

Je ne serais pas aussi "dure" que vous Joël Martin.. J'ose croire que Colza a d'autres raisons...

03/01/2013, 09:52 | Par Mariethé FERRISI en réponse au commentaire de Colza le 03/01/2013 à 09:07

Merci de donner votre point de vue même si je ne suis pas d'accord à 100 % avec vous . Toute organisation associative ne doit en aucun cas se substituer aux devoirs de l'Etat, quant à la morale républicaine, elle n'aura jamais de limites à mon sens...

Les restos du coeur devaient être de courte durée mais ils perdurent signe des politiques défaillantes qui se déculpabilisent, OUI.

Dans toute démarche associative humaniste on pourrait y voir une satisfaction personnelle, un bénéfice secondaire, mais elle a le mérite d'exister..

03/01/2013, 09:43 | Par Joël Villain en réponse au commentaire de Colza le 03/01/2013 à 09:07

La "bonne conscience" de qui? De la "bourgeoisie regnante", mais elle s'en cague la "bourgeoisie règnante", la notion de solidarité lui est totalement étrangère... Car il s'agit bien de solidarité et non pas de "charité"...Changer la vie cela passe aussi par la mise en place, ici et maintenant, de réseaux solidaires transversaux, permettant à chacun de sortir de l'habituel et dramatique fatalisme..;Car c'est en changeant , par de petites choses , peut être , mais qui multipliées peuvent compter, que chacun peut prendre conscience de sa responsabilité d'être humain...Bonne année à tous...

03/01/2013, 09:55 | Par Mariethé FERRISI en réponse au commentaire de Joël Villain le 03/01/2013 à 09:43

Allez Joël Villain ne prenez pas "la mouche". Votre intervention est humaniste et entière et l'approche sociale n'est pas fausse loin de là ! Merci de votre passage et Bonne année à vous...

03/01/2013, 18:11 | Par Annie Lasorne en réponse au commentaire de Mariethé FERRISI le 03/01/2013 à 09:55

...Yannis Grigoriou, un des fondateurs du TEM. 1 200 habitants ont déjà été séduits.
Des chômeurs par exemple, qui ne retrouvent pas de travail, peuvent ainsi proposer leurs services. En échange d’une rémunération en TEM, ils peuvent alors acheter des produits de la vie courante, nourriture, vêtements, etc… qu’ils ne pourraient pas se payer en euros. Ce système devrait bientôt être étendu aux sans-abris, qui se verraient ouvrir un logement et attribué la somme de 300 TEM, qu’ils devraient rembourser en proposant des services en échange...

Toute l'explication, claire, là :

http://www.planet.fr/international-crise-le-village-grec-qui-utilisait-une-monnaie-virtuelle.267367.29335.html

N'est-ce pas plus constructif et moins dévalorisant que les restos du coeur ?

Mais qui a intérêt à bafouer la dignité des personnes que l'on oblige à mendier leur bouffe et celle de leurs enfants ? Qui a intérêt à "casser" ces gens, pour que tels des chiens fidèles, trop abattus, ils se tiennent coîts et ne réfléchissent plus ?

Certaines ONG, ayant totalement renié leur vocation première, tiennent à entretenir leur bizeness...

L'éducation populaire est l'ennemie des fascismes !!!

Les monnaie parrallèles participent de cette éducation populaire.

03/01/2013, 10:59 | Par Juliette BOUCHERY en réponse au commentaire de Colza le 03/01/2013 à 09:07

J'aimerais aussi beaucoup débattre de la question, mais je la prendrais en sens inverse. J'en viens à croire que les pouvoirs en place ont failli, et que les initiatives privées et solidaires sont la solution à partir de laquelle nous devons reconstruire une société. Il me semble que c'est une erreur d'attendre quoi que ce soit d'un pouvoir centralisé, qui n'a et n'aura aucune volonté d'oeuvrer pour le bien-être de tous - même si c'était effectivement sa raison d'être. Hors utopie, et dans la réalité quotidienne, je crois qu'il faut commencer à nous organiser localement.

03/01/2013, 11:51 | Par Mariethé FERRISI en réponse au commentaire de Juliette BOUCHERY le 03/01/2013 à 10:59

Pardon Juliette Bouchery de vous répondre si tard bien que vous vous adressiez à COLZA qui j'espère, reviendra sur ce fil..

Nous organiser localement : l'an dernier et même en 2010, beaucoup d'infos, de billets ont fait connaître les pratiques des SCOP (sociétés coopératives et participatives), un billet sur le "resto troc" en Italie, les monnaies alternatives quelquefois... J'y vois une volonté de donner les moyens, de mettre en commun pour promouvoir des corps de métier, la restauration à bas coût, le SEL, le SOL, le TEM. Ah, j'ai lu et vu "les magasins pour rien" où tout est gratuit ! Un peu çà :

ali-baba-et-les-40-voleu-ii05-g.jpg

http://www.rue89.com/2012/09/05/et-si-ouvrait-des-magasins-ou-tout-est-gratuit-235066

Va-t-il falloir nous y coller bientôt ?

CONFERENCE SUR LA DECROISSANCE A VENISE

http://www.partipourladecroissance.net/?p=7817

03/01/2013, 12:11 | Par Juliette BOUCHERY en réponse au commentaire de Mariethé FERRISI le 03/01/2013 à 11:51

Merci, je suis très intéressée par toutes ces initiatives ! Rigolant

04/01/2013, 16:39 | Par Mariethé FERRISI en réponse au commentaire de Juliette BOUCHERY le 03/01/2013 à 12:11

03/01/2013, 10:00 | Par Mariethé FERRISI

'' Imaginez tous les gens qui partagent le monde, pas besoin de l'avidité ou de faim, une fraternité humaine, imaginez ... "(de" Imagine'' de John Lennon)

03/01/2013, 11:45 | Par Mariethé FERRISI

Bienvenue au Réseau d'échange et de solidarité de Magnésie !

Une économie alternative sociale s'applique à Magnésie, qui rapproche les gens, cela signifie échange et solidarité. Il s'agit d'une action positive par les citoyens eux-mêmes, qui prennent leur vie en main, la création d'emplois, ajouter de la valeur aux produits locaux, aider leurs familles et leurs entreprises à survivre et à faire face à la crise économique. L'évaluation de toute offre et demande dans le cadre des échanges entre les membres du réseau et la transaction moyenne n'est pas l'euro, mais l'Unité Alternative locale (MET) ou TEM en grec. Le Réseau d'échange et de la Solidarité a  été mis au point et testé avec succès à l'étranger. Il n'y a aucune exploitation de l'homme par l'homme, il n'y a aucun intérêt lié à l'usure.

Le réseau est basé sur les principes suivants:

  • L'égalité et de l'équité : Le réseau appartient à ses membres. Tous sont égaux et participent aux réunions régulières et aux décisions qui régissent le fonctionnement du réseau. Les membres coordonnent les opérations au jour le jour.

  • L'ouverture et la transparence : Tous les membres sont informés de toutes les procédures de coordination et de fonctionnement du réseau et ont accès au site web afin de pouvoir communiquer entre eux

  • La participation et la solidarité : Une attention particulière est accordée à la nature sociale du réseau. Les décisions collectives et de participation active à la création du Réseau sur les forums pour les activités sociales et de bienfaisance, les membres sont encouragés à collaborer, partager, donner et participer pour le bien commun et de la formation de la société que nous voulons.

http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=el&u=http://www.tem-magnisia.gr/&prev=/search%3Fq%3Dwww.tem-magnisia.gr%26hl%3Dfr%26client%3Dfirefox-a%26hs%3D4JN%26tbo%3Dd%26rls%3Dorg.mozilla:fr:official&sa=X&ei=WUjlUJaNHcnQhAe5k4CYBQ&ved=0CDgQ7gEwAA

03/01/2013, 10:10 | Par Annie Lasorne

Pour compléter les "mezzés"... Sourire Pour lier ce sujet des monnaies parallèles au sujet polémique des restos du cœur, la réponse ci-dessous, cela s'appelle par un seul mot "la dignité retrouvée" l'inverse exacte de la "charité" !...

http://www.scoop.it/t/alternative-monneys

http://www.planet.fr/international-crise-le-village-grec-qui-utilisait-une-monnaie-virtuelle.267367.29335.html

http://connexion04.ning.com/profiles/blogs/sortons-de-la-crise-avec-les-monnaies-complementaires-et-les-marc?xg_source=activity

03/01/2013, 10:13 | Par Mariethé FERRISI en réponse au commentaire de Annie Lasorne le 03/01/2013 à 10:10

Super ! je vais m'y coller.. Déjà le TEM  = Topiki Enalactiki Monada c'est pas mal..

03/01/2013, 10:24 | Par Annie Lasorne

A dévelloper aussi le thème du : "Potlatch" (en ce moment une émission sur France Inter, sujet dans l'air du temps) en ce moment où nous sortons tout juste des "cadeaux" de Noel et de la "corruption" qui occupe les colonnes de notre journal préféré.

Vaste sujet, il faut vraiment ouvrir une édition aux (braves) contributeurs ! Rigolant

Service Public par Guillaume Erner

Le cadeau de mes soucis : comment recycler ses cadeaux

jeudi 3 janvier

Vous aussi, on vous a offert tout ce dont vous n’aviez pas besoin… Que faire de ces cadeaux inutiles ? Il existe aujourd’hui une multitude de solutions. Comment recycler ses cadeaux sans en faire du compost ?

 

03/01/2013, 10:38 | Par Mariethé FERRISI en réponse au commentaire de Annie Lasorne le 03/01/2013 à 10:24

Alors là Annie ! Je suis très mitigée sinon contre.. Peut-être parce que je n'en suis pas couverte trouvant du plaisir à en faire... non, ou plutôt, je laisse le ticket sans prix pour l'échange. Voilà.. point barre Embarrassé Je suis restée traditions plein pot pour ce que l'on offre : pas de revente SVP, peut-être l'échange... Mais je privilégie le côté affectif ! Clin d'œil

03/01/2013, 10:49 | Par Annie Lasorne en réponse au commentaire de Mariethé FERRISI le 03/01/2013 à 10:38

Moi aussi Rigolant je ne revends pas mes cadeaux, mais ce qui était intéressant dans cette émission c'était le début, le "potlatch"

http://fr.wikipedia.org/wiki/Potlatch_%28anthropologie%29

Sujet antropologique qui ouvrirait bien une édition sur "une autre économie".

03/01/2013, 10:55 | Par Mariethé FERRISI en réponse au commentaire de Annie Lasorne le 03/01/2013 à 10:49

C'est du "potlatch" quand je reçois de trente à quarante copains ex-boulot avec comme règle chacun amenant un plat sucré ou salé, une boisson et vive le mélange des cultures ? Eh be... Sourire

03/01/2013, 13:24 | Par Annie Lasorne en réponse au commentaire de Mariethé FERRISI le 03/01/2013 à 10:55

Eh oui !

J'ai suggéré l'idée à ma belle-fille qui veut se marier au printemps (avec mon fils, après plus de 20 ans de vie commune et deux enfants...) et est prête à y engouffrer toutes ses économies. Dingue, le prix d'un mariage ! Avant cela s'appelait : "se marier à la mode de bretagne" (région pauvre par excellence) au 19eme et début du 20eme siècle . Moi je lui confectionne la robe de Sissi impératrice, rêvée... Sourire

03/01/2013, 14:41 | Par Mariethé FERRISI en réponse au commentaire de Annie Lasorne le 03/01/2013 à 13:24

C'est l'idéal....Cool et cela ne limite pas la liste des invités ! J'ai tout à coup le sentiment que les riches doivent s'ennuyer !Pied de nez

03/01/2013, 15:07 | Par Annie Lasorne en réponse au commentaire de Mariethé FERRISI le 03/01/2013 à 14:41

Pour les avoir étudié d'une manière anthropologique durant quelques mois, où mes aventures professionnelles m'avaient entrainées dans leur intimité, je peux confirmer, ils s'emmerdent fabuleusement ! A un point que c'est à peine croyable. Et cela est terriblement rassurant Rigolant

03/01/2013, 18:17 | Par Annie Lasorne en réponse au commentaire de Mariethé FERRISI le 03/01/2013 à 14:41

Oups, doublon intempestif

03/01/2013, 16:38 | Par Colza

Merci à tous pour vos réactions à  mon commentaire.

Je me vois obligé d'enfoncer le clou.

Je ne suis pas contre la solidarité, mais pas de cette façon. Lorsque j'aide une personne de quelque manière que ce soit, je trouve ça normal et je suis dans mon rôle d'être humain. Lorsque les Restos du Coeurs donnent à manger à plusieurs centaines de milliers de personne, je ne peux pas être d'accord avec ça. Il s'agit alors d'un problème de société, à régler par la société et non par des initiatives privées, aussi admirables soient-elles.

Si des centaines de millliers de personnes sont dans un besoin tel, c'est que quelque chose ne fonctionne pas dans notre société et dans le rôle de l'Etat.

Que font les responsables politiques devant cette situation, n'est-ce pas leur rôle de faire en sorte que  personne ne reste sur le bord du chemin? Est-ce le rôle d'une association de palier aux manques de l'Etat?

Je donne de l'argent aux Restos, mais en faisant cela, j'ai l'impression de cautionner la démission de l'Etat.

03/01/2013, 17:43 | Par Annie Lasorne en réponse au commentaire de Colza le 03/01/2013 à 16:38

Et permet ensuite à Ayrault d'aller parader devant les caméras de télévision en compagnie d'Olivier Berthe et de l'ex Mme Colluci pour l'inauguration de la 28eme campagne des restos du coeur, toute honte bue, sous une pluie de petits coeurs roses et de paillettes. Sans qu'à aucun moment M. Berthe ne remette en cause, le rôle de l'Etat ! Le comble de la tartufferie organisée...

http://blogs.mediapart.fr/blog/annie-lasorne/271112/ca-men-laisse-assises

03/01/2013, 17:59 | Par zane en réponse au commentaire de Colza le 03/01/2013 à 16:38

Sourire

super fil !!!

L'idée du magasin gratuit est excellente, entre autre.

 

Colza, mon avis sur le sujet est un mélange des avis que j'ai lus. Les gens qui ont besoin des restos du coeur n'ont pas le temps d'attendre que le fonctionnement de l'Etat change...  Il faut pour moi les deux : agir dans l'urgence pour tous ceux qui ont besoin de l'aide solidaire et en même temps et impérativement travailler de manière tout aussi urgente et tout aussi solidaire pour que l'Etat assume son rôle... Et là, les solutions pour un changement de fonctionnement sont connues pour les commentateurs de ce fil et bien d'autres. Mais ce changement, ce n'est pas encore pour maintenant ;-)

Bientôt sûrement (je suis dans un moment optimiste) mais pas assez vite pour ceux qui n'ont pas de quoi se nourrir et se loger. Je comprends bien votre raisonnement, mais cela suppose de sacrifier des gens là maintenant pour que plus tard ça fonctionne. Ca se défend dans l'absolu, le résultat serait peut-être plus rapide, mais combien de gens sacrifiés en cours de route ? Et puis, toutes ces associations qui prennent le relai sont visibles et connues. Donc, au niveau de la prise de conscience, je pense que ceux qui acceptent de le voir ne peuvent que le voir...

Toutes ces initiatives un peu partout, notamment celles lues dans les liens d'Annie me font croire qu'elles vont se répandre. Et là, les choses vont d'une manière ou d'une autre bouger dans les hautes sphères. Pas forcément pacifiquement...

03/01/2013, 19:31 | Par Mariethé FERRISI en réponse au commentaire de zane le 03/01/2013 à 17:59

Merci Zane pour votre développement Sourire Cela illustre bien le tissu social en terme de lien ici la solidarité étant le dénominateur commun. Partagée je le suis par rapport aux restos du coeur car l'urgence est malheureusement toujours d'actualité dans ce monde de performance et de profit laissant sur le trottoir les plus sensibles... En attendant un renversement de ce mode de fonctionnement, je pense qu'il est bon de s'adapter en palliant à cette urgence tout en éduquant nos enfants à une consommation de réalité et non de rêve.. Le politique ne peut pas tout mais sa première responsabilité est de fournir un travail à chacun en refondant le système éducatif, un travail pour la dignité de l'homme.

04/01/2013, 13:25 | Par XipeTotec

Je suis étonné par les commentaires un peu stratosphériques. Créer une monnaie, ce n'est pas faire la charité, c'est un instrument d'échange qui facilite la vie. Dans le cas grec, Agora évoque une stratégie de survie parce que l'euro ne peut plus être la monnaie de la Grèce.

Mais pour la gauche de la gauche, circulez il n'y a rien à voir. La monnaie n'est pas un sujet à aborder... pour la gauche de la gauche, l'euro va faire l'Europe, coûte que coûte.

04/01/2013, 14:10 | Par Mariethé FERRISI en réponse au commentaire de XipeTotec le 04/01/2013 à 13:25

Mais pour la gauche de la gauche, circulez il n'y a rien à voir. La monnaie n'est pas un sujet à aborder... pour la gauche de la gauche, l'euro va faire l'Europe, coûte que coûte.

Bonjour XIPETOTEC,

Je n'ai pas bien compris ce que vous voulez dire ? Merci....

04/01/2013, 14:33 | Par XipeTotec en réponse au commentaire de Mariethé FERRISI le 04/01/2013 à 14:10

Je voulais dire que la gauche de la gauche a abandonné les Grecs parce qu'elle parie d'abord sur la capacité de l'Europe à ne plus être ce qu'elle est, dans un demi-siècle, ou jamais ; bref en niant les réalités européennes : http://www.jean-luc-melenchon.fr/arguments/resolution-du-parti-de-gauche-sur-l%E2%80%99euro/

Pourtant, la question de la monnaie ne devrait pas faire l'objet d'un tel culte. Il s'agit d'un outil technique assez simple, comme on le voit d'ailleurs dans l'article d'Agora.

La gauche de la gauche pense pouvoir transformer le monde par la monnaie. C'est tout à fait exclu. 

04/01/2013, 16:35 | Par Mariethé FERRISI en réponse au commentaire de XipeTotec le 04/01/2013 à 14:33

Merci pour vos explications, je reste toutefois trés pragmatique tant la question sur un plan local me semble une réussite comme tente de le démontrer mon billet..

04/01/2013, 19:45 | Par Pierro Juillot

Merci Marie Thérèse Ferriri de nous apporter cette vérité "oubliée" des médias de "messe"..., des politiques nationales et européennes d’hypocrites..., et pourtant tellement réelle dans la vie de cette population résistant à une cupidité, une voracité inhumaine..., virtualisée derrière l'euphorie des marchés financiers en ce tout début d'année. J'hésite encore entre une certaine "réjouissance" se dessinant sous le manteau de cette résistance humaniste exprimée par ce troc..., cette substitution d'économie étatique, européenne..., et cette tristesse, ces larmes à peine cachées dans la malheureuse délivrance de certaines mères..., tellement désœuvrées au point d'envisager l'impensable...!

Si nous..., un peuple se prétendant être l'instigateur des droits universel de l'Homme..., devons assumer un poids.., une quelconque responsabilité..., face à un tel désespoir exprimé dans ces tentatives de survivance..., ce ne peut être que celui de laisser faire une telle cruauté sans même lever le petit doigt.., et enfin prendre conscience de notre pouvoir et notre puissance derrière toutes ces solidarités qui cherchent à exhorter ce mal pernicieux...! Que cette nouvelle année soit celle des victoires de toutes ces batailles menées et à venir...!

04/01/2013, 19:49 | Par Mariethé FERRISI en réponse au commentaire de Pierro Juillot le 04/01/2013 à 19:45

Ce sont bien les limites, cher Pierre, de notre impuissance face la gloutonnerie de l'oligarchie financière qui paradoxalement nous invite à plus de solidarité, de créativité pour panser les blessures et éviter l'impensable comme ces mères qui ne peuvent plus nourrir leurs enfants. Ici le TEM vient en complément de l'euro mais ne le remplace pas...

Amitiés

Maïté

04/01/2013, 20:39 | Par Pierro Juillot en réponse au commentaire de Mariethé FERRISI le 04/01/2013 à 19:49


Pardon d'avoir écorché votre nom de famille Maïté. J'ai bien compris que ce TEM était en complément de l'euro, mais je ne peux me résigner à entendre que la solidarité des plus pauvres viennent des autres pauvres..., quand de telle injustices sociales, de si exorbitantes inégalité fiscales et financières perdurent sans que là politique n'agisse en conséquence. Il est inacceptable qu'une pareille situation puisse ne pas inquiéter ces gens là..., ces oligarques accoquinés à la finance..., s'illustrant dans un mépris de la population payant leur errances, aussi coupable que condamnable. Alors..., je "vœux" croire... Il n'est de limites que celles qu'on s'impose... Il faut nous arrêter de croire que la finance "nous oblige" par sa masse virtuelle d'argent..., car notre masse réelle d'humain en puissance est bien plus cohérente que l'aléatoire de leur prévision incohérente (crack de 2008 et les autres...) Il n'est donc d'obstacles que ceux qu'on croit indépassable..., comme il n'est de puissances que celles qu'on ignore posséder...!

04/01/2013, 20:53 | Par Mariethé FERRISI en réponse au commentaire de Pierro Juillot le 04/01/2013 à 20:39

Un beau requisitoire Pierre ! L'indignation reste entiere, je suis bien d'accord.

Merci.

05/01/2013, 12:47 | Par Annie Lasorne

mais je ne peux me résigner à entendre que la solidarité des plus pauvres viennent des autres pauvres...

Moi non plus je ne peux m'y résigner. Ces monnaies parralèlles ne sont, à mon humble avis, pas la solution globale. Ells ne sont qu'un instrument pour pallier temporairement, je l'espère, à des situations dramatiques et redonner un peu de dignité à ceux qui y participent. Mais surtout, toujours à mon humble avis, elles sont un fabuleux instrument d'éducation populaire, qui sert à s'interroger sur la matière de nos échanges marchands.

Il y a plusieurs solution face à cette barbarie : 1/ on se colle la tête dans le sable, en attendant que ça passe (ça peut durer longtemps...). 2/ on appelle à la révolution, tout renverser et recommancer sur d'autres bases. L'idéal, mais faut que tout le monde suive (beaucoup sont encore mous du genou) et il y risque de dangers collatéraux (les guerres civiles sont toujours sanglantes). 3/ on tente de réfléchir et d'inventer d'autres systèmes, en attendant que le plus grand nombre comprenne et réagisse.

Et pendant cette période de recherche, on agit ensemble, fraternellement, solidairement, amicalement, intelligement, donc on ne perd pas son temps.

Je ne verrais sans doute jamais le "vrai" changement, vu le temps de vie qui m'est imparti en principe, mais au moins, j'aurais tenté de faire réfléchir et d'avancer le smilblick... Sourire

05/01/2013, 18:02 | Par Mariethé FERRISI en réponse au commentaire de Annie Lasorne le 05/01/2013 à 12:47

Ces différentes solutions d'échanges, de monnaies palliatives redonnent un peu de cette dignité humaine par le partage et la solidarité. Je n'ai rien à rajouter à votre commentaire et celui de Pierre sauf que la mendicité moderne est atrocement banalisée par le fléau de la mondialisation.

Bien à vous;

Maïté

05/01/2013, 20:08 | Par Pierro Juillot

J'ai bien entendu votre message Annie Lasorne et reconnais la justesse de son raisonnement. C'est vrai que par le biais du troc, de ces monnaies palliatives..., permettre la prise de conscience de la valeur de l'ensemble de nos échanges en se solidarisant derrière une forme de communauté de destin est essentiel..., pour retrouver du lien social.

Je pense par contre..., que ces initiatives doivent être accompagnées et complétées de mouvement sociaux plus amples, multiples, afin de rassembler et faire connaître celles ci en dehors de la sphère Médiapartienne, celle d'internet et celle plus locale. La lutte contre l'agonie qu'un système nous impose n'existe que parce qu'il y a non pas une résistance..., mais des formes plurielles de résistance. Et l'action doit prendre plusieurs chemins pour éviter qu'un jour ou l'autre elle se retrouve entravée, rattrapée par la perfidie de ce système et ses sbires...!

07/01/2013, 07:30 | Par etienne b

Faire connaître en dehors de la sphère médiapartienne?

 

Bien bonne question....

 

Je crois cependant que chaque région a ses spéciffcités et que ce qui marche chez l'un ne marche chez l'autre.C'est difficile à comprendre cela en france de part notre historie ou les differents pouvoirs en place ont- voulu nous centraliser,nous diriger d'une façon ou d'une autre sans nous laisser libre de nous organniser.Ce qui marche en haute garonne,dans le lot,n'est pas la même en limousin ou en bretagne....

 

Néanmoins si nous arrivons à faire infléchir petit à petit nos vieux schémas de pensée,ce sera très bien....

 

07/01/2013, 14:20 | Par Mariethé FERRISI en réponse au commentaire de etienne b le 07/01/2013 à 07:30

Merci EtienneB pour votre intérêt, ceci dit, faire infléchir nos vieux schémas de pensée ou revoir la hiérarchie de nos valeurs prendrait racine à mon avis dés l'école primaire. Je me souviens d'une instruction civique où il était question d'appréhender la valeur d'un mouchoir en fil ou coton en nous sensibilisant à sa fabrication et ainsi nous rappeler le coût de l'objet en cas de perte par négligence. Tout simple, le respect du travail artisanal et de l'autre, je m'en rappelle comme si c'était hier..

24/01/2013, 17:48 | Par Vivre est un village

Moi même, je n'ai jamais été tentée d'en savoir plus sur le SOL, monnaie alternative en Haute-Garonne entr'autre, parce que l'expérience menée semble être une réussite a-t-on dit et les échanges plutôt sympathiques ne représentent pas à mes yeux cette situation dramatique que traversent nos amis grecs en proie à un cancer "inoculé" par des riches spéculateurs qui courent toujours, impunis et qui persévèrent à tous les postes de dirigeants, que nous n'en sommes pas à nous chauffer au bois sauf pour l'ambiance...

Moi j'essaie d'apprendre par coeur  le livre http://www.lietaer.com/writings/books/monnaies-regionales/

Je pense que ça en vaut la peine et je fais unmaximum de prosélytisme...

A bientôt.

Amitié.

25/01/2013, 00:09 | Par Mariethé FERRISI en réponse au commentaire de Vivre est un village le 24/01/2013 à 17:48

Merci Vivre pour ce lien. J'ai envie de le lire pour avancer dans mes réflexions.

Amitiés

Maité

25/01/2013, 11:03 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Mariethé FERRISI le 25/01/2013 à 00:09

Ce livre est effectivement essentiel car il est écrit et préfacé, en français, par de vrais spécialistes de haut niveau.

A bientôt.

Amitié.

Newsletter