Lun.
20
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Réciprocités - la suite (ou Histoires de Roms 23 et demi!)

Cette amitié que tu racontes est peut-être la dernière issue de secours quand la haine anti-Rroms se banalise autour de nous. On m'a souvent traité de traître, et ça a dû t'arriver. On a trahi la haine et le mépris majoritaires, on a franchi la frontière et on s'y sent bien mieux puisqu'avant tout, c'est la chaleur humaine qui nous abreuve.

Gadoue (Histoires de Roms 22)

Tu ne connais rien à la gadoue tant que tu n’es pas allée rendre visite à des gens qui vivent dans un bidonville par un jour de pluie qui ressemble à un jour de novembre. Tant que tes pas incertains ne t’ont pas menée dans les allées de boue glissante où on n’a le choix qu’entre s’enfoncer le pied jusqu’à la cheville ou glisser et tomber à la renverse dans la vase. 

Le début de nous (Histoires de Roms 21)

I have no mercy or compassion in me for a society that will crush people, and then penalize them for not being able to stand up under the weight.

 The Autobiography of Malcolm X, 1965.

 

*

Identifier le moment précis où, entre Cendrillon, les enfants et moi, les choses ont changé, m’est facile. D’autant plus que je sais que c’est pareil pour elle, puisqu’elle m’en a parlé.

Écarts (Histoires de Roms 20)

Il y a des journées de grand(s) écart(s) qui font particulièrement mal. Qui font faiblir. Faiblir au sens de perdre son sang-froid, sa capacité à prendre du recul, à remettre les choses en perspective. Des journées qui font monter une colère qui n'est bonne pour personne et qui ne sert à rien. (Sinon, peut-être, à avoir motivé l'écriture de ce billet.)

Personne (Histoires de Roms 19)

Personne ne devrait vivre dans un bidonville. Jamais. Et pourtant. Pourtant Fabian, Clara, Cendrillon et ses six enfants, et le musicien dont le premier violon a été écrasé par un bulldozer et le second cramé dans un incendie, et le frère de Cendrillon qu'on surnomme le papy à cause des sillons que la misère et les âpretés de la vie ont prématurément tracés sur son visage, et la sœur de Cendrillon qui n'a jamais assez de cigarettes...

Dire non, se dire oui (Histoires de Roms 18)

Difficile de décrire ce que l'on éprouve dans des moments comme celui-là. Le trajet à vélo entre chez toi et le bidonville, devenu familier, dont tu te dis aujourd'hui que ça y est, il fait maintenant partie de ces rituels auxquels tu repenseras encore, dans des années, que tu raconteras encore. L'arrivée au rondpoint et la traversée avec le vélo. Les habitants du bidonville qui t'aperçoivent, qui te saluent, tout sourires, qu'ils te connaissent ou non.

Merci de votre accueil (Histoires de Roms 17)

Photo: Christian Desmeules

Il est 8h05. Nous sommes seules dans la cour de l'école, Cendrillon, Nina (7 ans), sa petite soeur Florina (4 ans) et moi*.

Refaire sa vie (histoires de Roms 16)

Photo: Christian Desmeules

Il y a cette expression, au Québec, qui en dit long mais qui est difficile à traduire: "savoir se retourner sur un dix cennes".

Newsletter