Mar.
29
Jui

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Un bébé en garde à vue accusé d’avoir mendié

On croyait avoir tout vu en ce qui concerne les pratiques policières françaises contre les roms. Et bien non, il va falloir se faire une raison. Après les expulsions et les traques qui ont repris de plus belle avec Hollande et Valls (1). Après les cyclistes verbalisés pour pneus lisses (2). Après les enfants violentés, pourchassés et humiliés par la police (3). Voici le bébé de 12 mois enfermé pendant plus de 4 heures, accusé d’avoir mendié.

Les faits se passent en cette fin d’année 2012. Mirela (4), rom originaire de Roumanie, sollicite la générosité des passants afin qu’ils lui donnent quelques pièces qui lui permettront d’acheter de quoi manger pour elle et son enfant. Sa main gauche est tendue, la paume ouverte vers le ciel, sa main droite tient fermement la poussette de son enfant de 12 mois.

Mirela vit dans un “camp”, appellation politiquement correcte pour désigner en réalité, un bidonville qui ressemble aux favelas de Rio ou d’ailleurs. La France est la 5ième puissance économique au monde, mais elle est incapable d’intégrer correctement les 15 000 roms présents sur son territoire dont la moitié sont des enfants. Comme des centaines de familles, Mirela n’a nulle part où aller. Le 115 lui répète inlassablement chaque jour que toutes les places d’hébergement d’urgence sont occupées. Condamnée à rester dans un bidonville avec son enfant, elle doit trouver de l’argent pour survivre et n’a pas les moyens de mettre son bébé à la crèche. Tout le monde pourrait s’en douter.

Tout le monde, sauf nos chers policiers-assistantes-maternelles-la-main-sur-le-cœur qui, outrés par la présence d’un enfant dans la rue, décident de prendre le problème à bras-le-corps et l’enfant sous leurs bras protecteurs. Bien que Mirela ne fasse que tendre la main aux passants, ils trouvent son attitude insupportable et contraire aux lois de la république.

Dans la France de Hollande, Valls et Bauer, un enfant rom dans les bras de sa maman est en effet devenu un danger public. Alors les policiers vont les emmener manu militari au poste où ils vont humilier, insulter et menacer la maman.

 

On lui demande tout d’abord de présenter ses papiers d’identité ainsi que ceux de son enfant, ce qu’elle fait. La procédure qui suit ne peut donc pas être une vérification d’identité puisque selon l’article 78-3 du code pénal, « La personne qui fait l'objet d'une vérification ne peut être retenue que pendant le temps strictement exigé par l'établissement de son identité ». Alors pour faire bonne figure et justifier les longues heures d’attente que la maman et son bébé vont passer au poste, la police va falsifier la vérité et relater par écrit des faits matériellement impossibles.

Cela ne devrait pas tarder, mais la mendicité n’est pas encore interdite en France socialiste. Un Officier de Police Judiciaire (OPJ) va donc l’accuser, tenez vous bien, d’avoir « organisé la mendicité d’autrui en vue d’en tirer profit », avec cette circonstance aggravante que les faits auraient été commis à l’égard de son enfant de 12 mois. On croit rêver, mais non, c’est bien écrit noir sur blanc.

Un bébé de 1 an, ça pleure, ça rit, ça crie, c’est un trésor que l’on protège et que l’on chérit. On y tient comme à la prunelle de nos yeux, quand il a mal, on a mal, quand il sourit, on est heureux. Et bien non. Selon la police, les roms détestent leurs enfants, ils les haïssent même, au point d’en faire des mendiants, dès l’âge de … 12 mois…

Incroyable, mais vrai, la police français voit vraiment des choses extraordinaire.

L’OPJ qui a rédigé le rappel à la loi aurait dû passer un coup de fil au Guinness des records.

Un bébé roumain de 12 mois, qui marche, tend la main, parle en français et court après les passants pour leur demander de l’argent, si ce n’était pas écrit sur un document officiel de la police, personne n’y croirait, n’est-ce pas ?

Le rappel à la loi qui est donné à Mirela explique que les faits qui lui sont reprochés sont passibles de 5 ans d’emprisonnement et 75 000 € d’amende (article 225-12-6 du code pénal). Elle est également sous la menace d’une interdiction de séjour en France d’au mois 10 ans. (article 225-20 et 21 du même code pénal). Magnanime, l’OPJ va quand même laisser repartir la maman et son enfant plus de 4 heures après leur arrestation, en précisant bien à Mirela qu’elle sera poursuivie devant le tribunal si elle commet une autre infraction dans les 3 ans à venir…

 

On pourrait penser qu’il s’agit là d’un dérapage de quelques policiers particulièrement zélés, sensibles aux conditions de vie des enfants roms et qui ont raté leur vocation d’assistante sociale. Pas du tout. Ce détournement de la loi afin de traquer, de condamner et d’expulser des familles roms n’est pas nouveau. Il est dans le droit fil de la politique raciste lancée par Sarkozy contre les roms et reprise à leur compte par Hollande et Valls.

Lors de l’été 2011, déjà, des mamans roms qui mendiaient avaient été arrêtées et séparées de leurs enfants plusieurs semaines. A l’époque, c’est la « privation de soins » qui avait été évoquée par les policiers, mais le tribunal de Bobigny avait décider de relaxer les mamans injustement incriminées. (5)

A l’époque, la police se trouva fort dépourvue quand la sentence du tribunal fut venue. Un policier en avait les larmes aux yeux: «Le phénomène n'est pas facile à appréhender. Il existe peu de recours pour protéger ces enfants. Si la privation de soins n'aboutit pas, notre champ d'action se retrouve bien restreint». Le policier assistante maternelle en chef avait prévenu: «Nous n'avons pas l'intention d'abandonner ces enfants. Si la privation de soins ne fonctionne pas, nous trouverons autre chose» (6)

 

Ouf, nous sommes soulagés, les policiers ont trouvé autre chose: le réseau mafieux de mendicité organisé par la maman qui force son bébé de 12 mois à courir après les passants pour leur extorquer de l'argent… Plus c'est gros, plus ça passe. Après le cancer, la sécurité routière, les violences faites aux femmes, je propose que l’on érige en grande cause nationale la protection des enfants roms et que l’on mette sur le coup tous les policiers de France et de Navarre. Plus sérieusement, au lieu de se prendre pour ce qu’ils ne sont pas et n’ont jamais voulu être, des assistantes maternelles, les policiers et leur hiérarchie feraient mieux de s’occuper de la vraie délinquance qui elle, ne cesse de progresser.

Le gouvernement qui n’a de socialiste que le nom, ferait mieux pour sa part de lutter contre la pauvreté plutôt que de pourchasser les pauvres.

Bébés roms qui êtes nés sous une mauvaise étoile, en ce début d’année traditionnellement consacré aux vœux, la France, le Président Hollande et son bras armé Manuel Valls vous souhaitent une bonne et heureuse année 2013… En Roumanie.

 

(1) http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-alain/110812/enfants-roms-lautre-tweet-de-valerie

(2) http://www.mediapart.fr/journal/france/261012/roms-le-harcelement-des-policiers-de-lessonne

(3) http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-alain/061012/des-enfants-pourchasses-violentes-et-humilies-par-la-police

(4) le prénom a été changé

(5) http://lci.tf1.fr/france/justice/mendiantes-roumaines-au-tribunal-la-chasse-aux-roms-continue-6808956.html

(6) http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/10/25/01016-20111025ARTFIG00350-la-police-face-au-casse-tete-des-enfants-mendiants.php?cmtpage=4

Tous les commentaires

06/01/2013, 10:44 | Par Pierre Magne en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 05/01/2013 à 09:54

Merci de nous relater cette nouvelle affaire.

Oser s'en prendre à des enfants, à un bébé, dans un pays où il y a des précédants hélas !

La France est le pays des enfants d'Izieu...

C'est le pays de Brasillac, l'écrivain français qui avait écrit en parlant des enfants juifs : "même les enfants", pour qu'ils suivent leurs parents dans les chambres à gaz... Brasillac fut condamné à mort à la libération, et exécuté.

Que souhaiter en 2017, à M. Valls et à M. Hollande ?

06/01/2013, 16:32 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Pierre Magne le 06/01/2013 à 10:44

Ca y est Izieu, ben voyons, rien que ça ! Aucune peur du ridicule ! Alors, les gogos gauchos d'opérette, on rejoue l'occupation ? Qui faut-il fusiller ce coup-ci ? Heureusement, à vous entendre qu'il y a des justes qui se lèvent, mais qui est le nouveau Barbie, Valls ? 

06/01/2013, 23:58 | Par Diogène de Tours en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 16:32

@ Bernard Bigenwald,

vous dites : Valls ? Je dis : Valls ! Et je ne suis pas le seul. Sur ce même site, vous avez pu apprendre l'acharnement névrotique de ce sinistre de l'Intérieur pour expulser malgré tous les avis argumentés qui s'y oppossaient un jeune arrivé en France à 15 ans et qui avait réussi son CAP. Et ce n'est pas la seule affaire où ce type a montré que si l'occasion se présentait, sa réaction serait exactement la même que celle d'un Brasillach, d'un Papon ou d'un Sharon (dans l'histoire de Sabra et Chatila). Vous voyez ce que je veux dire, ou faut-il que je vous fasse un dessin ? Car, pour en revenir au mot "occupation" qui semble pour vous ne pas pouvoir être rejoué, vous en avez un autre légalement - je dis bien légalement - pour qualifier ce qui se passe, par exemple, en Palestine ?

07/01/2013, 00:10 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Diogène de Tours le 06/01/2013 à 23:58

Je ne vois pas le rapport entre la France et la Palestine. Et pour ce qui est de votre tonneau, personne ne l'occupe au moins ? Vous délirez sur une affaire bidon exposée par un papier bidon.

12/01/2013, 15:06 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Diogène de Tours le 06/01/2013 à 23:58

Que vient faire la Palestine là dedans ? Elle est  effectivement occupée, et alors ? Lire de pareilles sottises, c'est effarant. La Shoah, les déportations, les massacres des Kataeb  dans deux camps palestiniens, quel rapport ? Pourquoi ne pas y rajouter la destruction de Baghdad par Tamerlan, tant qu'à faire ? Un gamin de un an serait resté quatre heures dans un commissariat et voilà Valls comparé à des personnages infects qui ont du  sang sur les mains ! Si le ridicule tuait, on en arriverait à un quasi-génocide. 

 

07/01/2013, 15:38 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 16:32

Ce qui est inquiétant pour la démocratie, c'est de lire autant de commentaires outranciers, à la mesure de l'article lui-même, et de constater que ces outrances sont chaleureysement recommandés.

07/01/2013, 16:33 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 07/01/2013 à 15:38

Ca ne coûte pas cher et ça pose son homme ou sa femme,  tout en permettant de retrouver un troupeau protecteur !  Des moutons de panurge ! Mais quand la démocratie est réellement en danger, il n'y a plus grand monde.

07/01/2013, 18:02 | Par Andrée Hélène en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 07/01/2013 à 15:38

Très juste mais vous êtes "rousseauiste", Héloïse, et vous ne serez jamais écoutée voir entendue car la démocratie se "pixellise" et s'enlise!

06/01/2013, 17:16 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de Pierre Magne le 06/01/2013 à 10:44

Vous êtes sûr que c'est Brasillach ? Ca sent le Papon à plein nez pourtant !

05/01/2013, 19:07 | Par olivier chateau en réponse au commentaire de Myrelingues le 05/01/2013 à 15:26

Pourquoi pour rire......????

êtes vous descendu dans la rue chez nous, on nous bassine avec Depardieu, qui est partie en russie, en nous disant que c'est pas un pays démocrate...

Mais nous combien avons nous de pauvres en france et je parle là, même de gens qui ont un travail et qui n'arrive pas a vivre dignement.

Au moins avec sarko , on savait a quoi s'attendre, avec Hollande on pouvait espèrer une autre ploitique, force est de consytaté que ce n'est pas le cas....

Et nous ne sommes que le 5 Janvier 2013.

Bon courage

05/01/2013, 22:58 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de olivier chateau le 05/01/2013 à 19:07

 

Ah oui ? parce que vous pensiez que Hollande allait guérir les écrouelles, qu'il trouverait les coffres pleins, et la France au mieux de sa forme , après le passage de la horde précédente ? Avec une crise qui n'enrichit que les riches et appauvrit les autres ....

Oui, c'était pour rire que je disais que ce pauvre gugusse de  Depardieu avait peut-être raison , que la Russie est un grand pays démocratique ....Oui, je trouve que nous avons un ministre de l'Intérieur qui n'est pas à la hauteur de nos attentes humanistes, mais pour le moment, nous ne sommes pas encore dans un pays sous dictature.

Et non, je ne descends pas dans la rue : j'ai du mal à marcher !

Ca vous va comme ça ?

06/01/2013, 05:48 | Par aires.isabelle@wanadoo.fr en réponse au commentaire de Myrelingues le 05/01/2013 à 22:58

pas encore dans les faits??!!!,l'inventaire me laisse perplexe mais sans vigilance et réaction au coup par coup!!!, on poursuit la tendance !donc,les barbares sont là!occupent la haute mission de notre sécurité avec soi-disant plus de transparence sur le chiffre des voitures brûlées, ça fait marer tout le monde!( pas les assureurs en général!) plus on reste debout ,digne ,droit dans ses boots , plus notre vision et notre conception des forces de l'ordre , de la Justice nous donneront raison!!     un rom, une mère qui mendie ,c'est vrai que cela dérange le paysage urbain, de deux choses l'une ,elle a le droit mais qui garde son enfant pendant qu'elle bosse ,   personne ,si elle est prise en otage par des mafieux, elle ne va pas partir sans son enfant, la question de la pauvreté et de l'immigration ,notre beau pays s'en tape ,à part quelques municipalités plutôt rares, qui finance par exemple des camps dignes de ce nom, qui gère la police municipale et les services des correspondants de ville , qui s'est interposé au bon moment dans cette mascarade ?    notre tranquilité publique est un enjeu majeur , la formation des polices nationale et municipale devraient mériter plus d'argent ,plus d'humanité et moins d'hostilité affichée , circonspecte ,tout le monde sait que les fachos dans la police font des scores appréciables aux urnes de marine , il est apprécié par la majeur partie des français, c'est tout ce que je constate et ce qui prévaut avant les municipales!c'est rassurer la tendance,comme un signal fort où tous les coups sont permis !   

06/01/2013, 11:02 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de aires.isabelle@wanadoo.fr le 06/01/2013 à 05:48

 ??????????

06/01/2013, 16:33 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Myrelingues le 05/01/2013 à 15:26

C'est ça, surtout hébergez les pour maintenir votre enthousiasme intact, camarades !

06/01/2013, 08:19 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de la dame du bois-joli le 05/01/2013 à 10:01

mais non mais non, les ventres de leur mères vont pouvoir bientôt être exploités pour des GPA. L'inserton par l'économique en quelque sorte.

07/01/2013, 09:16 | Par philippe alain en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 08:19

Juste pour marque à l'encre indélébile

07/01/2013, 09:49 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de philippe alain le 07/01/2013 à 09:16

Si j'étais juste aussi débile, je dirais l'encre indélébile, c'est juste comme le tatouage sur l'avant-bras ou l'étoile jaune ? Pétez un coup mon vieux !  Ceci dit, dites vous bien que les ventes d'enfants ça c'est pratiqué, les GPA aussi et qu'il y a un marché pour ça, et que les margoulins Rroms qui maquerautent leurs congénères s'auront s'organiser en fonction de la demande. J'anticipe à peine pour les GPA (écoutez Pierre Bergé entre autres) et pour ce qui des ventes d'enfants, ça s'est déjà fait et ça se fait encore. Je suis cynique ( faux cynique, en fait), vous êtes cinoque avec votre angélisme béat.

06/01/2013, 05:58 | Par aires.isabelle@wanadoo.fr en réponse au commentaire de Andrée Hélène le 05/01/2013 à 18:26

il ne serait ,de toute façon ,pas le seul à mériter une plaque  le nom d'une rue ou d'une école, les idées à vision extrèmement droites,réac,les déprimés du ciboulot ceux qui ont peur de tout sauf d'eux -même,pur souche!j'ose le dire font florès dans le paysage ,je le constate ,l'éradiquer cette mouvance ,je n'ai pas la solution mais elle monte!ça ,c'est certain!

06/01/2013, 09:21 | Par Andrée Hélène en réponse au commentaire de aires.isabelle@wanadoo.fr le 06/01/2013 à 05:58

Qu'Allah exauce vos voeux!

06/01/2013, 08:30 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Andrée Hélène le 05/01/2013 à 18:26

" la fin du pétainisme est en chacun de nous. Comment faire pour l'éradiquer ? ". Joli. Pour moi qui m'échine  à démontrer que le racisme a pris lieu et place du péché originel... Naturellement, je n'ai rien contre Jean Zay que je connais pas assez pour en dire quoi que ce soit de pertinent, mais que vient faire cet hommage dans la discussion ? 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

06/01/2013, 09:33 | Par Andrée Hélène en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 08:30

Parce que justement, on ne le connait pas, et pourtant il fut le créateur des centres aérés et d'une réforme de l'Education vraiment moderne  non achevée.

Il fait parfaitement partie du sujet parce qu'il s'est opposé au régime de Pétain. Avec des ascendants juifs, il n'avait aucune chance de s'en tirer vivant.

Et je répète :

Il fut assassiné NU le 6/06/1944 par la Milice  près de Vichy. Un chasseur trouva son corps 18 mois plus tard dans un puits. Ses compagnons  ( députés) d'infortune du "Massilia"(bateau qui devait partir à Alger sur ordre du gouvernement!!!pour résister) furent emprisonnés.  Mendès s'évada de la prison de Clermont.

Après la guerre on se soucia peu de sa famille. On la calomnia. Mais les gens discrets sont les plus vite exposés à l'oubli.

Il était tout ce que les pétainistes détestent : juif, responsable, opposant à la Capitulation.

Mais vous pensez peut-être que c'est du Hors-Sujet alors:

Lire ses carnets de prison,

Contacter ses filles Catherine et Hélène, elles parlent toujours de l'après-Pétain que nous gardons en héritage.

Voir " Le Chagrin et la Pitié".

Voir les Archives de l'arrivée des Allemands. Arte en a une sélection éloquente. Et "le Corbeau" .

PS: Avez-vous prêté l'oreille aux conversations dans le Métro aux heures de "chienlit"? Oui un certain nombre de Français pensent que le racisme est un péché et le proclament mais proclamer n'est pas "vacciner". Ainsi, dans une rame de métro station Liège lorsqu'une femme  rigolotte  converse avec un Noir on la traite de "sale juive" suite à une bousculade. Ca existe même si ça amuse les intéressés.

 

06/01/2013, 16:25 | Par WataYaga en réponse au commentaire de Andrée Hélène le 06/01/2013 à 09:33

Merci de cette référence à Jean Zay et c'est bien dans le sujet car si ses idées avaient été concrétisées nous aurions une autre façon de considérer les jeunes et d'en prendre soin.

C'est un homme remarquable dont il apparait que l'on cherche à effacer la mémoire  et il est vrai que ce qui se passe sur ce fil dans la mouvance stigmatisation d'une population est symptomatique d'une remontée d'égout !

06/01/2013, 18:58 | Par Andrée Hélène en réponse au commentaire de WataYaga le 06/01/2013 à 16:25

Remarquable oui, et modeste: on lui doit le CNRS, fondé avec Jean Perrin. Le développement du cinéma.

Ma sadémission pour rejoindre l'Armée fit de lui un ennemi impardonnable.

08/01/2013, 09:53 | Par WataYaga en réponse au commentaire de Andrée Hélène le 06/01/2013 à 18:58

Je pense que si l'on comprend ce qui est dit dans ce film en ce qui concerne l'éducation et le propagande en particulier montre pourquoi des personnes comme Jean Zay et Freinet (ce ne sont que des exemples) étaient et sont toujours des obstacles à la mise en place de l'idéologie dominante parce qu'il donnait du sens à l'être humain en tant que personne et non en tant que "ressource humaine" formaté pour êtres de bons outils et explique nombre de commentaires ici qui se réfèrent à l'économique comme une donnée "naturelle" et non à l'humain en tant que personne pensante et ressentante à part entière. Car au-delà du factuel il est important de voir quel sens il y a derrière,  quel contexte social et idéologique il implique, sinon on reste dans les conditionnements de pensée déshumanisants

encerclement

(merci à Annie Lasorne)

07/01/2013, 15:56 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de WataYaga le 06/01/2013 à 16:25

Le passé, hélas, n'intéresse plus grand monde. Il y a beaucoup de rues et de collèges Jean Zay, même aux Antilles. Avec un peu de curiosité, on se renseigne. Avec internet, cela n'a jamais été plus facile. Alors, NON, pas d'accord avec vous pour dire "qu''ON cherche à effacrer la mémoire". C'est la curiosité qui fait défaut.

08/01/2013, 10:01 | Par WataYaga en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 07/01/2013 à 15:56

Donner un nom à un collège, une rue, si l'information ne va pas avec, c'est se donner bonne conscience facilement ! J'ai l'exemple d'un collège Françoise Dolto dont les élèves qui le fréquentent ignorent tout de la personne dont il porte le nom. Et vu les conditions d'accueil des élèves dans ce collège, je comprends que l'on n'ait pas trop envie que les jeunes se renseignent....Voire même cela peut les dégoûter à vie de se documenter au sujet d'un nom qui signifie pour eux peu de choses gratifiantes...

08/01/2013, 10:50 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de WataYaga le 08/01/2013 à 10:01

On ne leur a pas assez répété qui était Françoise Dolto quand ils étaient dans le ventre de leur mère, alors forcément ! Rigolant

06/01/2013, 16:38 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Andrée Hélène le 06/01/2013 à 09:33

J'ai vu et revu le Chagrin et la pitié, qui m'a fort intéressé , mais que j'ai trouvé un peu ambigu finalement, ce qui pour moi, je le précise bien n'est nullement insultant.

06/01/2013, 19:16 | Par Andrée Hélène en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 16:38

J'ai vécu dans cette région au début de  de ma carrière de prof d'anglais et je comprends que vous  trouviez ce film ambigu. Et il est très entrelacé de toute façon. 

Dans les années 70  je me sentais mal à l'aise car on "sentait"(sniff!) encore la collaboration et l'après-guerre. On savait qu'un tel avait eu des ennuis à la libération, qu'un autre avait des "biens mal acquis".Rumeurs , me direz-vous mais c'était plus prégnant que ça.

Cela changea dans les années 80 avec l'arrivée d'employés de toutes les régions et aussi d'étrangers employés chez Michelin.

Quillot, spécialiste de Camus, devint maire de Clermont. Et un autre prof de fac Ehrard, PS maire de Riom .

07/01/2013, 16:13 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Andrée Hélène le 06/01/2013 à 09:33

Il est très important de noter que Jean Zay a été arrêté par des français puis tué par des français durant un prétendu transfert de la prison de Riom, près de Clermont, à celle de la santé à Paris...

07/01/2013, 16:39 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Vivre est un village le 07/01/2013 à 16:13

Ca me donne froid dans le dos, personnellement. Si je savais que je devais être accompagné dans un transfert par Watayaga, Najiels ou Elisa 13, je m'évaderais avant, comme Mendes- France !

07/01/2013, 18:11 | Par Andrée Hélène en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 07/01/2013 à 16:39

Oui mais Mendès a été aidé par 2 amoureux qui "s' bécotaient" sur un banc public en bas du mur de la prison et leur désir fut si fort qu'ils coururent dare-dare sous les feuillages voisins. Sans leurs ardeurs Mendès aurait subi le pire des sorts et on aurait "ramé dur avec la guerre en Indochine

09/01/2013, 12:56 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Andrée Hélène le 06/01/2013 à 09:33

Un grand merci, Hélène, pour ces lignes vraiment très importantes.

Pour préciser un peu les circonstances de son assassinat, il est bon de savoir que Jean Zay emprisonné à Riom, près de Clermont-Ferrant, avait obtenu son transfert pour Paris.

C'est au cours de ce "transfert" que la voiture de Jean Zay a éét déviée en la carrière des Malavaux près de Vichy un qu'un "bon français" catholique et tout le reste l'a assassiné sur ordre de la milice.

Se rappeler que les nombreux résistants qui viviaent à Vichy pendant la guerre avaient beaucoup plus peur des miliciens que  des allemands.

A bientôt.

Amitié.

06/01/2013, 12:17 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 08:30

je n'ai rien contre Jean Zay que je connais pas assez pour en dire quoi que ce soit de pertinent, mais que vient faire cet hommage dans la discussion ?

Je ne connaissais rien, non plus, de Jean Zay mais comme le corps de mon frère a été trouvé, comme celui de Jean Zay, en la carrière des Malavaux, près de Vichy, je me uis intéressé à son histoire scandaleusement méconnue...Bouche cousue

En tant qu'es ministre exemplaire de l'éducation nationale du gouvernement du Front Populaire puis victime de l'extrême droite française, le citer me semble être une évidence...Bouche cousue

A bientôt.

Amitié.

Jean Zay est un avocat et une personnalité politique française de la IIIe République né à Orléans (Loiret) le 6 août 19041 et mort assassiné par des miliciens à Molles (Allier) le 20 juin 1944, probablement sur ordre du gouvernement de Vichy.

Au cours de sa vie, Jean Zay assure les fonctions de conseiller généraldéputé du Loiret, sous-secrétaire d’État à la présidence du conseil et ministre de l'Éducation nationale et des Beaux-Arts.

Sommaire  [afficher

Biographie[modifier]

Maison natale de Jean Zay au 29 rue du Parc à Orléans

Enfance et études[modifier]

Jean Zay naît le 6 août 1904 à Orléans, dans le département du Loiret. Son père, Léon Zay, directeur du journal radical-socialiste Le Progrès du Loiret, est né de parents juifs alsaciens. Sa mère, Alice Chartrain, institutrice protestante, est originaire de la Beauce1.

Il suit des études au lycée Pothier d'Orléans où il rencontre René Berthelot, futur directeur du conservatoire national de musique d'Orléans, qui deviendra l'un de ses proches[réf. nécessaire]. Il y fonde un journal lycéen[réf. nécessaire], et obtient un prix de composition de littérature française au concours général de 1922 puis de philosophie au concours de 19231.

Débuts professionnels[modifier]

Pour payer ses études de droit, Jean Zay devient clerc d'avoué et secrétaire de rédaction au Progrès du Loiret. En avril 1925, il fonde avec quelques amis, notamment René Berthelot et Roger Secrétain, une revue littéraire orléanaise, Le Grenier, qui, après 18 numéros, deviendra Le Mail.

Avocat en 1928, il s'inscrit au barreau d'Orléans.

Carrière politique[modifier]

Jean Zay s'engage très tôt en politique. Dès ses études secondaires, il adhère aux Jeunesses laïques et républicaines, puis, à sa majorité (21 ans) s'inscrit au Parti radical. Il fréquente les cercles républicains, devient membre de la Ligue française pour la défense des droits de l'homme et du citoyen, responsable de la Ligue de l'enseignement et se fait initier à la loge maçonnique Étienne Dolet en 1926.

En 1932, à 27 ans, il est élu député du Loiret sous l'étiquette radical-socialiste, battant Maurice Berger, député sortant du parti démocrate populaire. Il est alors le plus jeune député de France. Il constitue l'un des piliers des « Jeunes Turcs », ces membres du parti qui souhaitent le rénover. Vite remarqué, il devient l'un des espoirs de ce parti et c'est à lui qu'est confié le rapport de politique générale du congrès de 1935 qui décide l'adhésion du parti radical au Front populaire. En 1936, le président du conseil des ministres Albert Sarraut le nomme sous-secrétaire d'État à la présidence du conseil. Quelques mois plus tard, il est réélu et devient, à 32 ans, le 4 juin 1936, membre du gouvernement du Front populaire comme ministre de l'Éducation nationale et des Beaux-Arts. En mars 1937, il est élu conseiller général du canton d'Orléans-Nord-Est.

Seconde Guerre mondiale[modifier]

Au début de la Seconde Guerre mondiale, malgré son état de santé déficient, Jean Zay démissionne le 2 septembre 1939, pour rejoindre l'armée française et suivre le sort de sa classe d'âge. Son courage et son dévouement, au sein de la IVe armée, sont attestés par ses chefs militaires : « volontaire pour les missions les plus périlleuses et les plus délicates »2.

Sous-lieutenant rattaché à l'état-major de la IVe armée, il séjourne en Lorraine pendant la « drôle de guerre » de 1939-1940. En juin 1940, avec l'autorisation de ses supérieurs, il rejoint Bordeaux pour participer le 19 juin 1940 à la dernière session du Parlement qui s'est replié avec le gouvernement dans cette ville et qui débat de la question d'un abandon de la métropole aux troupes allemandes et d'un transfert du gouvernement français en Afrique du Nord. Aucune décision n'est prise mais, le21 juin 1940, en fin d'après-midi, Camille Chautemps, vice-président du conseil, les présidents des deux chambres, Jean Zay et Pierre Mendès France ainsi que vingt-cinq autres parlementaires embarquent au Verdon à bord du Massilia. Arrivés àCasablanca, au Maroc, le 24 juin 1940 en raison d'une grève de l'équipage puis de l'attente d'une demande d'asile au gouvernement britannique, les passagers du Massilia sont d'abord consignés par le résident dans un grand hôtel, et quatre d'entre eux, dont Jean Zay, sont arrêtés le 15 août 1940 pour désertion devant l'ennemi3,4. Renvoyé en métropole, Jean Zay est interné le 20 août 1940 à la prison militaire de Clermont-Ferrand5.

Pendant des mois, une violente campagne de presse orchestrée par Philippe Henriotministre de l'Information du gouvernement de Vichy, réclame la condamnation à mort du « juif Jean Zay » comme juif, franc-maçon, anti-munichois, anti-hitlérien et ministre du Front populaire6.

Le 4 octobre 1940, le tribunal militaire permanent de la 13e division militaire, siégeant à Clermont-Ferrand, le condamne comme officier pour désertion en présence de l'ennemi7 à la déportation à vie et à la dégradation militaire, contre six ans de prison pour Pierre Mendès France, huit ans de prison avec sursis pour Pierre Viénot et un non-lieu pour Alex Wiltzer8,9,10,11. Ses prises de position très antimilitaristes et pacifistes avant la déclaration de guerre ne sont sans doute pas étrangères à cette sévérité. Pour Olivier Loubes, « bouc émissaire idéal », Jean Zay a été condamné « à une peine qui vise à rappeler celle d'Alfred Dreyfus12 ». Transféré le 4 décembre 1940 au fort Saint-Nicolas, à Marseille, pour être déporté, sa peine de déportation dans un bagne est muée par le régime de Vichy en simple internement en métropole et, le 7 janvier 1941, il est incarcéré au quartier spécial de la maison d'arrêt de Riom13,14.

De sa prison de Riom, Jean Zay peut continuer à recevoir régulièrement sa femme et ses deux filles, dont la cadette est née après son arrestation. Il peut écrire et communiquer avec ses amis. Là, il fait le choix de rester dans la légalité et refuse une évasion que la Résistance intérieure française aurait pu réaliser sans peine, étant donnée sa puissance dans la région. Il continue à travailler pendant sa captivité, préparant les réformes qu'il pense pouvoir mettre en œuvre après la Libération.

L'assassinat[modifier]

Mémorial sur le mur de l'école primaire deBeaumont dans le Puy-de-Dôme

Le 20 juin 1944, trois miliciens du collaborateur Joseph Darnand viennent le chercher à la prison, ils présentent un ordre de transfert15 pour Melun signé par le directeur de l'administration pénitentiaire, Baillet, également milicien, ce document contient aussi des instructions de Clémoz, qui est alors chef de cabinet de Darnand à Vichy. Les trois miliciens lui laissent entendre ensuite qu'ils sont des résistants déguisés qui ont pour mission de lui faire rejoindre le maquis, et l'assassinent dans un bois, près d'une carrière abandonnée, au lieu-dit Les Malavaux dans la faille du Puits du diable, à Molles, dans l'Allier16,17.

Les tueurs le déshabillent, lui ôtent son alliance, le fusillent, jettent la dépouille dans un puits et y lancent quelques grenades de manière à ce qu'il ne puisse pas être identifié.

Le 22 septembre 1945, son corps et ceux de deux autres personnes sont retrouvés, enfouis sous un tas de pierres, par des chasseurs de Molles et de Cusset, et enterrés sur ordre de la municipalité de Cusset dans une même fosse du cimetière communal18.

Faisant le rapprochement entre le cadavre et la disparition de Jean Zay, les enquêteurs retrouvent l'identité du milicien qui a signé le registre de levée d'écrou, Charles Develle19, et l'interpellent à Naples en Italie, où il s'était réfugié. Exhumés fin1947, les restes de Jean Zay sont identifiés grâce à sa fiche dentaire et aux mensurations données par son tailleur. Jugé en février 1953, le milicien est condamné aux travaux forcés à perpétuité par le tribunal militaire de Lyon20,21.

Jean Zay est inhumé dans le grand cimetière d'Orléans depuis le 15 mai 194817.

Réhabilitation posthume[modifier]

Le 5 juillet 1945, la cour d’appel de Riom réexamine les faits reprochés au sous-lieutenant Jean Zay, constate qu’à aucun moment il ne s’est soustrait à l’autorité militaire, et que « les poursuites intentées contre le sous-lieutenant Jean Zay ne peuvent s’expliquer que par le désir qu’a eu le gouvernement d’atteindre un parlementaire dont les opinions politiques lui étaient opposées et qu’il importait de discréditer en raison de la haute autorité attachée à sa personnalité. »

Elle annule donc le jugement du 4 octobre 1940, et Jean Zay est pleinement réhabilité à titre posthume.

Jean Zay au ministère de l'Éducation nationale et des Beaux-Arts[modifier]Le sens des réformes[modifier]

« Pour Jean Zay, la République repose avant tout sur le civisme et l'intelligence des citoyens, c'est-à-dire sur leur éducation intellectuelle et morale. […] Contre la conservation sociale mais aussi contre les utopies révolutionnaires, la politique est ce mouvement par lequel l'humanité s'approfondit et devient en quelque sorte plus digne d'elle-même. » (Antoine Prost).[réf. nécessaire]

Jean Zay estime dès sa majorité que « l’intellectuel ne peut pas ne pas prendre parti dans la controverse qui chaque jour sur le forum dresse les citoyens les uns contre les autres »22.

Une des caractéristiques du système éducatif que Jean Zay déplorait le plus était celle qui occasionnait la perte, pour la République, de sujets précieux, travailleurs et doués, qui, faute d’argent, ne pouvaient accéder à des postes où ils auraient pu donner le meilleur d’eux-mêmes. À l’inverse, des esprits médiocres et nonchalants, grâce à leur fortune, pouvaient sans difficulté accéder à la haute fonction publique, sans même disposer d’une formation adéquate. Ce fut alors l’idée de l’ENA, qui ne vit le jour qu’après la guerre.

Son grand projet de réforme du système éducatif (déposé en 1937, mais « torpillé » par la commission de l'enseignement de la Chambre des députés qui ne l'a jamais discuté), un des plus élaborés jamais conçus et un des plus démocratiques pour l'époque, partait de la même conviction que la vertu, les capacités intellectuelles, et, pour employer une expression désuète, le cœur, n’étaient pas l’apanage des classes aisées, et que la société avait tout à gagner d’accorder le maximum de chance à tous, ainsi qu’à former au mieux le plus grand nombre. Son projet de réforme a notamment concerné les lycées de jeunes filles et les Écoles normales primaires. Il faut aussi replacer son action, d’un point de vue plus temporel, dans l’action du gouvernement de Front populaire, qui avait pour optique d’étendre jusqu’aux classes laborieuses une vie de bien meilleure qualité, ce qui pour Jean Zay passait par la culture et l’instruction, tout autant que par les loisirs, ces fameux « congés payés », que l’on retient davantage aujourd’hui comme emblématiques de cette période.

Les réformes effectives[modifier]

Jean Zay prolonge de 13 à 14 ans l'obligation scolaire par la loi du 6 août 1936) dès la rentrée scolaire 1936. Au lieu de définir aussitôt par circulaire le contenu et les programmes de cette année de fin d’études primaires, il laisse « toute liberté d’initiative » aux instituteurs. Il leur fixe seulement la triple mission d’assurer dans ces classes un complément d’instruction, une initiation à la culture et une orientation professionnelle. Sa méthode consiste à susciter les initiatives, pour faire ensuite le tri. Pour introduire trois heures d’éducation physique dans le primaire, il lance une expérimentation dans trois départements, puis dans vingt neuf. Il développe de même les activités dirigées, les classes promenades, l’étude du milieu par l’observation active dans le primaire, les loisirs dirigés dans le secondaire. En septembre 1938, de nouvelles instructions officielles viennent encadrer et étendre ces innovations.

Le 2 mars 1937, il dépose au nom du gouvernement un projet de réforme de l'enseignement qui s'inspire des réflexions et propositions d'école unique depuis la Première Guerre mondiale. Ce projet de démocratisation heurte les défenseurs du secondaire traditionnel qui l'enterrent.

Jean Zay réorganise par décret l'administration, remplaçant les directions du secondaire et du primaire par celles du second et du premier degré. Il donne au premier cycle du second degré et au primaire supérieur les mêmes programmes. Il expérimente à la rentrée 1937 dans 175 établissements une classe de 6e d'orientation pour observer les élèves avant de les diriger vers l'une ou l'autre section du second degré, un tronc commun d'où partiraient plusieurs branches23,24. Cette architecture sera reprise et étendue par les classes nouvelles de la Libération, et adoptés, mais sans véritable tronc commun, dans les années 1959-1963.

D'autres mesures sont prises telles que la mise en réseau des centres d'orientation professionnelle, la création du comité supérieur des œuvres en faveur de la jeunesse scolaire et universitaire (ancêtre des Centre régional des œuvres universitaires et scolaires (CROUS) qui verront le jour après la Seconde Guerre mondiale. Avec l'aide d'Irène Joliot-Curie puis de Jean Perrin, comme sous-secrétaires d'État, il organise la recherche scientifique et prépare la création, en octobre 1939, du Centre national de la recherche scientifique (CNRS)25.Il tente de créer une École nationale d'administration, mais le projet de loi, déposé le 1er août 1936, se heurte à de nombreuses oppositions26. Il arrête les procédures qui visent à supprimer l'école du Pioulier de Célestin Freinet, à Vence. Il conçoit un stage de formation de trois mois pour donner une spécialisation à des instituteurs en fonction. À Pâques 1937 s'organise le stage qui donne naissance aux centres d'entraînement aux méthodes d'éducation actives (CEMEA). Jean Zay estime souhaitable de faciliter l’étude de l'espéranto. Son enseignement est admis dans le cadre des activités socioéducatives par une circulaire ministérielle du 11 octobre 193827.

Comme ministre des Beaux-Arts, on lui doit la création de la réunion des théâtres lyriques nationaux et le musée national des arts et traditions populaires25, il encourage par ailleurs le principe de bibliothèques mobiles appelées bibliobus28,29. Il propose également la création du festival de Cannes, dont la première édition aurait dû se tenir en septembre 1939 si la Seconde Guerre mondiale n'avait pas débuté25.

Écrits[modifier]

Les Carnets secrets de Jean Zay sont des notes prises par Jean Zay pendant son ministère. Confiées par lui à l'un de ses amis, elles ont en fait été vendues à la presse. Les premiers documents paraissent dans Je suis partout le 28 février 1941, puis dans Gringoire. Ces « documents » sont enfin publiés sous forme de livre par les éditions de France en 1942, accompagnés de commentaires de Philippe Henriot30. La publication était sans doute orientée, afin de confirmer les positions du régime de Vichy ; il s'agissait de dénoncer à des fins de propagande le « bellicisme » de Jean Zay31. Toutefois, les originaux ayant disparu, toute comparaison est impossible. Cette publication tronquée porte atteinte à l'honneur de Jean Zay et, en 1948, sa veuve, Madeleine Zay, obtient en partie réparation en justice en faisant condamner Gringoire et les héritiers de Philippe Henriot à verser des dommages-intérêts pour la calomnie de cette publication.

Jean Zay écrit pendant sa captivité Souvenirs et solitude, qui est publié la première fois en 194532. Le livre est construit comme un journal, décrivant les événements qu'il vit dans sa prison et commentant l'actualité telle qu'il en a connaissance. C'est aussi l'occasion d'exprimer des réflexions sur la justice ou l'emprisonnement, de rappeler des souvenirs et d'évoquer des projets pour la France de la Libération25.

Parmi ses autres œuvres, on peut citer Chroniques du Grenier33La Réforme de l'enseignement34La Bague sans doigt35.

Le 8 juin 2010, les deux filles de Jean Zay font don aux Archives nationales françaises de l’ensemble de ses « papiers36 ».

Hommages[modifier]

Plaque commémorative apposée sur la façade de l'ancien lycée Pothier d'Orléans

Un mémorial situé à Molles dans la faille du diable, sur les lieux de son assassinat, porte l'inscription suivante : « À Jean Zay (1904-1944), ancien ministre de l'éducation nationale mort pour la France, assassiné au Puits du Diable le 20 juin 1944 par les complices de l'ennemi. Il a gravi ce chemin en allant au supplice ». Une colonne jouxte le mémorial et porte l'inscription « Ici, Jean Zay fut lâchement assassiné le 20 juin 1944 par les complices de l'ennemi. Il est mort en criant vive la France ». Sa tombe, située dans le grand cimetière d'Orléans porte l'inscription « Jean Zay (1904-1944), ancien ministre assassiné par les ennemis de la France le 20 juin 1944 »17. Une plaque apposée sur la façade de l'ancien lycée Pothier mentionne « Jean Zay, député du Loiret, ministre de l'éducation nationale et des beaux-arts 1936-1939, a fait ses études ici de 1916 à 1923. Emprisonné par le régime de Vichy à partir de 1940, il fut assassiné par la milice le 20 juin 1944 ».

Jean Zay est cité à l'ordre de la Nation par le président du gouvernement provisoire de la République française (GPRF) Félix Gouin, en avril 1946, et un hommage public lui est rendu dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne à Paris le 27 juin 194737.

Jean Zay est cité au Panthéon de Paris parmi les 199 « Écrivains morts pendant la guerre de 1939-1945 » sur une plaque regroupant 157 « Écrivains morts pour la France » Il existe une association « Jean Zay au Panthéon » fondée à Orléans, qui œuvre pour le transfert de ses cendres au Panthéon.

En juin 1994, un hommage lui est rendu à Orléans, en présence du président de la République François Mitterrand38.

Le prix Jean-Zay est un prix littéraire français créé en 2005.

En mai 2009, la fondation maçonnique du Grand Orient de France crée à Sciences Po Bordeaux, une « chaire Jean Zay » inaugurée en présence des filles de Jean Zay, Hélène Mouchard-Zay et Catherine Martin-Zay, le 22 janvier 2010. L'éloge est prononcé par Olivier Loubes, professeur d’histoire.

Le 14 janvier 2012, la promotion 2012-2013 de l'École nationale d'administration (ENA) a choisi de lui rendre hommage en se baptisant « promotion Jean Zay »39.

La rue Jean-Zay est une rue du quatorzième arrondissement de Paris. La résidence universitaire Jean-Zay est un grand ensemble de logement sociaux pour étudiants situé à Antony dans les Hauts-de-Seine.

La rue Jean-Zay est une rue situé dans la commune de Anizy-le-Château, dans le département de l'Aisne, en Picardie. Elle comporte le collège Louis Sandras.

Notes et références[modifier]

  1. ↑ ab et c « Jean Zay » , dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition] [texte sur Sycomore [archive]]
  2.  Jugement de réhabilitation, rendu le 5 juillet 1945 par la cour d'appel de Riom.
  3.  Debordes 2003, p. 124-125
  4.  Payan-Passeron 2006, p. 24
  5.  Ruby 1969, p. 401
  6.  Debordes 2003, p. 124
  7.  Le tribunal de la IVe armée, dont il dépendait, a été dessaisi. Voir Christiane Rimbaud, L'Affaire du Massilia, été 1940, Paris, Éditions du Seuil, 1984, 253 p., p. 197(ISBN 2020067641).
  8.  Debordes 2003, p. 125
  9.  Ruby 1969, p. 475
  10.  Pierre Mendès France, Liberté, liberté chérie... choses vécues, p. 139.
  11.  Payan-Passeron 2006, p. 24
  12.  Olivier Loubes, « Jean Zay, Vichy et la Résistance », Revue d’histoire moderne et contemporaine, janvier-mars 1996, pp. 151-167, et « D'un drapeau l'autre. Jean Zay (1904-1944) », Vingtième siècle, revue d'histoire, n° 71, 2001/3, 156 p. (ISBN 2724628969), pp. 37-51, note 3.
  13.  Debordes 2003, p. 125
  14.  Chavardès 1965, p. 104
  15.  L'assassinat [archive], Sa vie sur aegir.cndp.fr [archive]Centre national de documentation pédagogique. Consulté le 14 mai 2012
  16.  Chavardès 1965, p. 106
  17. ↑ ab et c Philippe Landru, « Zay Jean (1904-1944). Grand cimetière d'Orléans (45) [archive] », Personnalités sur www.landrucimetieres.fr [archive], Cimetières de France et d’ailleurs, 10 août 2011. Consulté le 14 mai 2012
  18.  Debordes 2003, p. 133-134
  19.  Des deux autres miliciens, Cordier a été tué par des maquisards à la Libération dans la région de Lyon, et Henri Milou a disparu en Allemagne, peut-être tué dans un engagement militaire.
  20.  Debordes 2003, p. 134-135
  21.  Selon Pierre-Louis Emery, sur le site du Cercle Jean Zay, dans « À la mémoire de Jean Zay » [archive], il aurait bénéficié de circonstances atténuantes d'où la condamnation aux travaux forcés à perpétuité.
  22.  Phrase citée par Nicole Debrand, « Jean Zay écrivain », dans le fascicule de l'Association « Jean Zay au Panthéon » paru en avril 2007 et diffusé par le Grand Orient de France, p. 17. Cette phrase est tirée d'une chronique publiée dans Le Grenier, revue mensuelle d'art, de littérature et de critique, revue que Jean Zay a fondé à Orléans en mars 1925 et disparue en mai 1926. Ses articles ont été réédités dans Chroniques du « Grenier », Orléans, l'Écarlate, 1995, 89 p.(ISBN 2-910142-02-7).
  23.  Payan-Passeron 2006, p. 21-25
  24.  Antoine Prost, pages 63 à 68 in Regards historiques sur l'éducation en France, Paris, 2007, 272 p., (ISBN 2-7011-4604-1)
  25. ↑ abc et d A. Prost, « Jean Zay : la politique et la méthode », dans Id., Regards sur l'éducation en France (XIXe-XXe siècles), p. 63-68, spécialement p. 67. Voir aussi Jean-François Picard, La République des savants. La Recherche française et le C.N.R.S., Paris, Flammarion, 1990, pages 50 à 72.
  26.  A. Prost, « Une école pour les hauts fonctionnaires », dans Id., Regards historiques sur l'éducation en France (XIXe-XXe siècles), p. 121-124, spécialement p. 123.
  27.  Anne-Sophie Markov, « Le mouvement international des travailleurs espérantistes 1918-1939 [archive] », Mémoire de maîtrise d'Histoire de l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines sur www.esperanto-sat.info [archive], Association Sennacieca Asocio Tutmonda Amikaro, juin 1999. Consulté le 14 mai 2012
  28.  Ruby 1969, p. 223
  29.  La Nouvelle revue socialiste, Société des cahiers socialistes, n° 3-6, 1974, p. 89.
  30.  Carnets secrets de Jean Zay (de Munich à la guerre), publiés et commentés par Philippe Henriot, Paris, Les Éditions de France, 1942, VI-95 p.
  31.  Pierre Bousquet, Histoire de l'administration de l'enseignement en France, 1789-1981, Paris, Librairie Droz, 1983, 154 pages, p. 62.
  32.  Souvenirs et solitude, avec une préface de Jean Cassou, Paris, R. Julliard, 1946, 490 pages. Nouvelle édition, avec une préface de Pierre Mendès France, une introduction et des notes d'Antoine Prost, Le Rœulx (Belgique), Talus d'approche, 1987, 376 p.
  33.  Chroniques du Grenierl’Écarlate, 1995, 89 pages.
  34.  La Réforme de l'enseignement (conférence à l'Union rationaliste le 29 novembre 1937, documentation rassemblée par Henri Belliot), Paris, C. Rieder, 1938, 123 p.
  35.  La Bague sans doigt (sous le pseudonyme de Paul Duparc), Paris-Vichy, Éditions Sequana, 1942, 192 p.
  36.  Journée d'étude du 8 mai 2010 « Les papiers Jean Zay entrent aux Archives nationales » ; Caroline Piketty, Éric Landgraf, Papiers Jean Zay 667 AP. Répertoire numérique détaillé, Paris, Archives nationales, mai 2010 ; Voir sur le programme site des Archives nationales [archive]
  37.  Ruby 1969, p. 422
  38.  Marieke Aucante a proposé à Alain Meilland d’être la voix de cet homme dans son film Dans la lumière de Jean Zay après quoi, lors de cet hommage, il lira des extraits de Souvenirs et solitude.
  39.  Communiqué de presse. Nom de la promotion 2012-2013 des élèves de l’Ecole nationale d’administration : Jean Zay [archive] sur www.ena.fr [archive]École nationa

06/01/2013, 13:48 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de Vivre est un village le 06/01/2013 à 12:17

 Merci Vivre est un Village de nous rappeler qui fut Jean Zay et d'en instruire certains.

C'est vrai que les noms posés sur des plaques de rues sont familiers, mais que bien souvent on ne sait plus, ou on n'a jamais su, qui était qui, qui a fait quoi !

Et parfois, leur histoire est si lointaine, et la plupart du temps, évacuée des livres d'Histoire ...

06/01/2013, 18:09 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Myrelingues le 06/01/2013 à 13:48

Le pire est que dans certaines rues de certaines villes, les plaques rappelants des fait et des drames liés à la résistance sont discrètement et honteusements supprimées...MaladeMaladeMalade

A bientôt.

Amitié.

09/01/2013, 13:02 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Myrelingues le 06/01/2013 à 13:48

UN PETIT MOMENT DE BONHEUR DANS CE MONDE DE BRUT VENANT D'UNE PARTIE DE NOTRE MONDE TRES LOINTAINE

Vichy dans le Mainichi (grand quotidien japonais)by vichyensemble

Capture d’écran 2013-01-07 à 19.28.42

La synthèse, en français, de l'article du Mainichi (quotidien japonais) par un japonophone : " la ville de Vichy souffre de sa réputation de capitale de la collaboration mais Gérard Charasse (Gérard Sharath), député, a déposé une proposition de loi pour tenter d'empêcher l'utilisation, dans les écrits officiels, de l'expression "régime de Vichy". Christophe Pommeray (Christoph Pomure), conseiller municipal, a organisé une veille Internet et demande à chaque "contrevenant" de corriger son expression, y compris à Nicolas Sarkozy, ancien président de la République, qui a répondu favorablement. Tous les deux, le membre du congrès Gérard Charasse et le conseiller municipal Christophe Pommeray, soutiennent la création d'un musée ou d'un centre de recherches tandis que le maire de Vichy, Claude Malhuret (Claude Marlet) souhaite regarder vers l'avenir davantage que vers le passé."

vichyensemble | 7 janvier 2013 à 20:34 | Catégories: Vichy et l'histoire | URL: http://wp.me/pdx5m-Z8

06/01/2013, 16:46 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Vivre est un village le 06/01/2013 à 12:17

S'il "était contre les utopies révolutionnaires", il méritait  donc bien entendu d'être fusillé, mais il n'est pas tombé sous les bonnes balles, c'est dommage. 

Je rigole, je précise bien, car il y en a beaucoup ici qui prennent tout au premier degré, surtout quand on les gratouille un peu. 

07/01/2013, 12:08 | Par Andrée Hélène en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 16:46

IL était pour les utopies révolutionnaires : il a démissionné en septembre 39 rejoint l'armée française contre les  forces Allemandes. D'abord accusé de "bellicisme", il fut accusé de "désertion"!

Vous avez raison : d'aucuns prennent tout au 1er degré ce qui empèche certains de communiquer avec les abonnés de Médiapart  par crainte d'être ridicules... C'est le début de l'autocensure.

D'autres reprochent de faire du "hors sujet" dans un entrelacs de répliques et s'approprient in fine votre info. 

 Ces critiques ne vous sont pas destinées!

06/01/2013, 17:19 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Vivre est un village le 06/01/2013 à 12:17

Je n'ai pas dit que je ne connaissais rien de Jean Zay, j'ai seulement dit que je ne le connaissais pas assez. 

06/01/2013, 18:19 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 17:19

Cette précision est importante.

Autre élément qui me semble important à savoir est que Jean Zay était dans la même prison que Pierre Mendes France dont le personnel comptait beaucoup de résistants très courageux.

Pierre Mendes France a choisi de s'évader, Jean Zay a choisi de faire confiance en la justice...

Nous connaissons tous la suite et le manque de poursuite des français qui ont assassinés d'autres français...

Dans le cas de Jean Zay, l'assassin a été retrouvé en Argentine, ce qui donne une idée des moyens mis à disposition pour la milice que l'on peut comparer à l'absence presque totale de recherche d'une indispensable justice qui aurait permis à Bousquet et autres fonctionnaire du régime de Philippe Pétain de continuer à nuire...

A bientôt.

Amitié.

 

07/01/2013, 00:02 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de Vivre est un village le 06/01/2013 à 18:19

Quel est le rapport avec l'article ?

07/01/2013, 00:28 | Par WataYaga en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 07/01/2013 à 00:02

Une certaine remontée d'égouts, peut-être ? Vous ne sentez pas ces remugles du passé que ces comportements que vous approuvez dégagent ? C'est peut-être un doux fumet nostalgique pour vous ?

Certains ne voient le précipice que quand il sont au bord et ceux qui les y ont si aimablement conduit en leur montrant le paysage et en avançant à pas soigneusement comptés leur donnent alors une grande claque amicale dans le dos : "Oups ! désolé !"

07/01/2013, 00:39 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 07/01/2013 à 00:02

Tous les chemins mènent aux Rroms, voyons !

07/01/2013, 16:42 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Vivre est un village le 06/01/2013 à 18:19

Oui, oui, Bousquet , l'arriviste collabo (par arrivisme) qui se reconnaissait tellement en Mitterrand, lequel l'a protégé largement, et qui fut entouré tout le long de son ascension par son ancienne équipe. Il y a même un village d'enfants à Chatillon en Bazois qui porte le nom de Pierre Saury, un proche collaborateur de Bousquet qui organisa la rafle du Veld'hiv. Comique tout cela. Je ne raconte pas de conneries, tout se trouve sur google en cherchant un peu. Alors, ceux qui délirent et comparent cette affaire grotesque qui me parait bidonnée un max, devraient s'intéresser à des choses plus sérieuses, au lieu de comparer avec Vichy sans en rien connaitre.  

07/01/2013, 12:30 | Par Andrée Hélène en réponse au commentaire de Vivre est un village le 06/01/2013 à 18:19

Pourquoi-vous étendre sur J. ZAY et avoir écrit qu'il était "HORS SUJET"

Je l'ai mentionné à propos du pétainisme latent qui sommeille dans l'inconscient français .

La tragédie de Jean Zay je l'ai "suivie" puis "étudiée" parce que ma 1e affectation  de professeur d'anglais fut au Lycée Claude et Pierre Virlogeux à Riom. Et l'ambiance de la ville était encore prégnante de l'après-guerre dans les années 70!!!

Claude et Pierre Virlogeux (nom du lycée classique) ont eux aussi payé de leur vie leur opposition au régime de Pétain! Ils eurent une plaque minuscule en 1988(?) dans mon lycée qui fut le leur sous Pétain.

Puisque beaucoup d'abonnés de Médiapart parlent de Jean Zay  mon but est atteint. Il méritait bien ça, lui qui avait créé le CNRS, je crois.

Si vous me permettez, c'était donc votre frère le 2e corps retrouvé avec celui de J. Zay. Merci.

07/01/2013, 16:19 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 17:19

Pour renforcer ce que je voulais dire c'est que à titre personnel, je n'avais jamis entendu parlé de Jean Zay alors que le berceau de ma famille se toruve àmoins de 30 km de l'endroit où il a été assassiné et que lorsque j'ai voulu acheter, à Vichy, le livre écrit par l'une des 2 filles jumelles de Jean Zay, la libraire m'a demandé qui était Jean Zay...

La manière dont l'histoire est enseignée en France est vraiment déficiente et les relais citoyen pour palier cette déficience manquent cruellement...Bouche cousue

09/01/2013, 23:37 | Par domino7 en réponse au commentaire de Vivre est un village le 07/01/2013 à 16:19

Moi, quand le fil a dérapé sur Jean Zay et Vichy, je me suis souvenue que notre prof d'histoire en terminale avait parlé de lui, mais je ne me souvenais plus du tout si c'était un "bon" ou un "méchant", juste que c'était un politicien de la troisième république. Soyons réalistes, on ne peut pas tout savoir de toute l'histoire!

Sinon, je n'ai jamais compris ce que Valls faisait au parti socialiste, mais que faire avec les enfants roms? Pas les arrêter, bien sûr, mais comment les aider de manière humaine?

10/01/2013, 19:26 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de domino7 le 09/01/2013 à 23:37

Moi, quand le fil a dérapé sur Jean Zay et Vichy

Le fil n'a pas dérapé sur Jean Zay et Vichy, le fil a tout simplement approfondi le problème dans 2 directions très importantes : l'éducation et la vie des enfants.

Le terrible problème de notre manque d'acquisition de connaissances tout simplement essentiels sur des faits de la plus haute importantce comme l'est l'oeuvre de Jean Zay faite de courage, de décision, de claivoyance puis, malheureusemnt d'héroïsme en refusant de s'évader comme Pierre Mendes France pour avoir le bénéfice d'un procès dans lequel il pourrait prouver son innocence en sous estimant la veulerie du régime de Philippe Pétain qui ne voulait surtout pas d'un procès dans lequel Jean Zay aurait pu mettre en évidence l'horreur du régime de Philippe Pétain...

Philippe Pétain a pris les devants en tuant de la manière la plus vile Jean Zay en utilisant un transfert de prison bidon entre Riom (près de Clermont-Ferrant) et la prison de la santé à Paris.

Ce type de comportement particulièrment lache porte le sceau du régime de Pétain et cette lacheté de ces parlementaires qui lui ont voté les pleins pouvoirs s'est retrouvé, faute d'une réelle étude historique sur le vote des pleins pouvoirs à Pétain, s'est retrouvé récemment chez nos parlemntaires pour le vote des pleins pouvoirs à la dictature financière connus sous les noms de MES puis du TSCG.

En ce qui concerne les enfants il me semble très important de rappeler que Philippe Pétain, avec son écriture manuelle a "offert" aux Allemands la déportation.

Je confirme donc qu'aucun dérapage ni Jean Zay ni Vichy n'a eu lieu sur ce fil.

A bientôt.

Amitié.

 

07/01/2013, 16:01 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de Vivre est un village le 06/01/2013 à 12:17

Très intéressant de parler du grand homme que fut Jean Zay....mais un peu hors sujet, non ? Si on en revenait à l'article d'Alain Philippe sur les roms et l'action policière.

07/01/2013, 16:21 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 07/01/2013 à 16:01

Pas vraiment hors sujet tant l'histoire de Jean Zay est aussi une histoire de persécution raciste d'un autre temps, la persécution des palestiniens étant notre histoire moderne, tout comme la persécution des roms...Bouche cousue

08/01/2013, 01:09 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Vivre est un village le 07/01/2013 à 16:21

Oui, mais en même temps, ce n'est pas tout à fait comparable. Je suis passionné par l'histoire, et si l'on fait des assimilations de ce genre, on peut en arriver à dire n'importe quoi. L'histoire doit nous aider à réfléchir, certes, mais pas nous entrainer dans des assimilations contestables, il me semble. Et certains en arrivent carrément à des équations complètement grotesques.

05/01/2013, 10:18 | Par Jean-Yves Mège

La sarkosie a de beaux jours devant elle.

05/01/2013, 15:29 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de Juliette Keating le 05/01/2013 à 10:23

 

Jolie formule, Juliette !

06/01/2013, 16:53 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Juliette Keating le 05/01/2013 à 10:23

là au moins, même si c'est un tantinet béta, c'est humoristique, donc bravo ! Pour ma part, je serais assez d'accord pour un délit" d'utilisation de témoignage bidonné afin de se faire attribuer  frauduleusement un brevet d'antiracisme"

06/01/2013, 13:52 | Par malto cortese en réponse au commentaire de Juliette Keating le 05/01/2013 à 10:23

Ce qui interesse Valls est sa côte de popularité.
hélas, oui.

Je ne suis pas raciste, mais les Roms... (1)

Serge Dassault qui félicite Manuel Valls pour sa politique envers les Roms. La scène se déroule le 5 septembre dernier, lors de l’inauguration de la 64e Foire de Corbeil-Essonnes...

L’échange est savoureux. Le sourire du sénateur UMP, satisfait. Celui du ministre de l’Intérieur, crispé. Cela donne ça (source Europe 1 http://lelab.europe1.fr/t/quand-serge-dassault-felicite-chaleureusement-manuel-valls-4711)

Serge Dassault : "Je veux dire un mot à Manuel, pour moi, pour nous, la sécurité n’est ni de gauche, ni de droite. Et je dois vous dire que nous sommes très heureux de son action."

Malgré le sourire un brin gêné du ministre de l’Intérieur, le sénateur et patron de presse poursuit : "Actuellement, c’est très bien. Pour les Roms et tous les autres, c’est formidable. Donc bravo Manuel et continue !"

On le voit donc, les Roms sont une "arme politique", parce qu’avec eux, élus et médias amalgament la quasi-totalité des ressortissants roumains et bulgares vivant en France dans des squats ou des campements illégaux. Ce qui, quand on y pense, représente de nombreux avantages...

D’autant que, selon le sociologue Olivier Peyroux, "les Roms sont facile à repérer car ils vivent en groupe ; ils restent pacifiques lors des opérations de police ; ils sont peu procéduriers et sont rarement soutenus par l’opinion publique..."

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2556


07/01/2013, 00:27 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de malto cortese le 06/01/2013 à 13:52

Comme disait Mahomet, c'est dur d'être aimé par des cons !

07/01/2013, 16:24 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de malto cortese le 07/01/2013 à 11:05

Un grand merci pur cette série d'articles.

A bientôt.

Amitié.

08/01/2013, 01:14 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de malto cortese le 07/01/2013 à 11:05

Oui, bien lu. C'est censé m'apprendre quelque chose que je ne sache ? Merci quand même, ça ne mange pas de pain.

07/01/2013, 16:11 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de Juliette Keating le 05/01/2013 à 10:23

Un ministre de l'intérieur n'est pas un père Noël ni un poète ni un magicien. Il n'a pas pour mission de nourrir la rêverie d'un peuple qui préfère oublier la réalité. Il est chargé d'assurer l'ordre public ( un gros mot pour certains) et de faire respecter les lois de la République.L'ordre public est indispensable, que cela plaise ou non. Comme toute institution, la police n'est pas parfaite et il faut sanctionner les bavures. Il y a des nuls et des pourris dans toutes les professions et pas seulement dans la police. C'est étrange comme c'est l'omerta pour les autres.

07/01/2013, 17:58 | Par malto cortese en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 07/01/2013 à 16:11

La réalité, c'est l'injustice;

pour certains, l'ordre prime sur la justice;

pour d'autres, seule la justice est ordre.

07/01/2013, 18:55 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de malto cortese le 07/01/2013 à 17:58

 

 

 

 "Je préfère une injustice au désordre" a écrit Goethe ... Devise de Valls, Nouvelle Héloise , B.B (celui des commentaires de ce fil)  ?

07/01/2013, 20:57 | Par malto cortese en réponse au commentaire de Myrelingues le 07/01/2013 à 18:55

Oui, c'est une pensée de droite; 

comme l'explique Emmanuel Terray:

http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/141212/penser-droite-aujourdhui-avec-emmanuel-terray

mais certains ne le savent pas, qu'ils pensent à droiteRigolant

08/01/2013, 01:53 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de malto cortese le 07/01/2013 à 20:57

Personnellement, et si vous voulez savoir, je vote à gauche depuis une bonne quinzaine d'années, mais je préfère dire que je suis de droite parce que la gauche, pratiquement par définition, est censée représenter la vertu et le progrès. Je n'ai pas assez de prétention sur ce sujet. Ainsi, j'ai beaucoup moins à me renier, tout simplement, comme peuvent le faire tant d'autres à tour de bras.  et Dieu sait que j'en ai vus à mon âge ! Plutôt que de se balancer des citations dans tous les sens pour débusquer l'ennnemi, on ferait bien d'examiner comment des valeurs glissent de gauche à droite et inversément. On en a de sacrés exemples actuellement, non ?  Puisque tant de gens ici veulent se réferer à Vichy, pourquoi ne pas voir que ni le monopole de la collaboration, ni le monopole de la résistance n'ont été détenus par la gauche ou la droite ? C'est la raison pour laquelle je récuse d'ailleurs totalement le petit jeu des assimilations rapides qui ne vise qu'à démontrer une chose, qu'on est dans le bon camp ! C'est tout bonnement grotesque, surtout à partir d'un "évènement" dont il n'est nullement prouvé qu'il se soit produit, et dont la présentation est puérile.  Mais nous avons ici des résistants d'opérette qui n'ont aucun Oberg ou Darnand au cul quoi qu'ils puissent dire. Mais on se fait le cinéma qu'on peut, n'est-ce pas ? Des vraiment courageux, il n'y en a pas beaucoup, malheureusement. Ma vie professionnelle atteste que moi au moins, qui n'ai pas la prétention d'être de gauche, je me suis comporté en homme respectueux des valeurs républicaines, sans avoir à m'en gargariser, et je n'ai de leçons à recevoir de personne, je dis bien de personne, et surtout pas de gugusses intolérants au possible ( ne prenez pas ça pour vous, vous êtes dans l'échange d'idées et je ne demande à personne d'être forcément d'accord avec moi). Ras le bol des nouveaux Savonaroles ! Je ne plierai jamais devant eux, jamais !

09/01/2013, 10:43 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 08/01/2013 à 01:53

 

Fichus rhumatismes, hein !

09/01/2013, 20:48 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Myrelingues le 09/01/2013 à 10:43

Rigolantj'étais déjà comme ça avant d'en avoir, et pour ce qui est de mon cerveau, il a deux hémisphères, gauche et droite. Les deux fonctionnent encore.

06/01/2013, 15:38 | Par LA PARIGOTTE en réponse au commentaire de GILLES WALUSINSKI le 05/01/2013 à 10:27

A Noël, certains célèbrent la naissance, dans la rue, d'un enfant immigré - en se goinfrant...

07/01/2013, 09:54 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de LA PARIGOTTE le 06/01/2013 à 15:38

On a un doute uniquement sur la paternité. Marie était de bonne famille.

07/01/2013, 18:09 | Par malto cortese en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 07/01/2013 à 09:54

Attention Bernard, vous allez mal finir,

troll.jpg

08/01/2013, 10:52 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de malto cortese le 07/01/2013 à 18:09

Merci, c'esr très ressemblant ! Rigolant

09/01/2013, 10:49 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 07/01/2013 à 09:54

 Bien connu ! Un certain évêque snob et réac, lors d'un prêche devant une parterre d'immigrés de retour en France, après la Restauration /" Non seulement Jésus était fils de Dieu , mais encore, il était d'excellente famille du côté de sa mère"

La çonnerie calotine dans toute sa splendeur !

12/01/2013, 10:44 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Myrelingues le 09/01/2013 à 10:49

Qui sait ? De l'humour peut-être ? Pour ma part, vous constaterez mon doute sur la paternité, qui m'aurait valu le bucher jadis.

05/01/2013, 14:09 | Par J CLOPEAU en réponse au commentaire de Gavroche. le 05/01/2013 à 10:30

A toute chose, malheur est bon. Sans vouloir faire le pédant, je me permets de vous dire que "ci-devant" (une expression un peu désuète qui fleure bon sa révolution française où l'on appelait "ci-devants" (sous entendu nobles) les ex nobles). Ci-devant ne veut rien dire d'autre : ex.

Par ailleurs entièrement d'accord avec votre billet et votre dénonciation, sur votre blog, de l'impudente arrogance de la dame Gravoin.

05/01/2013, 14:53 | Par GILLES WALUSINSKI en réponse au commentaire de J CLOPEAU le 05/01/2013 à 14:09

On pourrait inventer pour la dame le si-divan ?

05/01/2013, 16:33 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de GILLES WALUSINSKI le 05/01/2013 à 14:53

Cela irait bien à la promotion-canapé...

06/01/2013, 06:10 | Par aires.isabelle@wanadoo.fr en réponse au commentaire de JoëlMartin le 05/01/2013 à 16:33

ci-git !  ,mesdames les compagnones des grands décideurs ,en passant par les respectueuses,respectables compagnes de Jospin , Hollande, toutes celles qui n'ont jamais eu à souffrir dans la rue,de la rue, qui osent ramener leurs savoirs ,un peu comme en Israèl ,c'est Rosa ,qui fait la loi chez netanyahou!benett, il le sait !,il fait l'aspirateur à voies électorales pour les législatives et nous, nous subissons le bon vouloir bien pensant des notables du quartier de l'intérieur, Hugo , n'est pas très content!Clin d'œilj'ai une vieille photo carte postale !avec son regard courroux extrème! ,bras croisés, ça pour sûr que ça ne pinaillait pas à l'époque!

07/01/2013, 16:51 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de aires.isabelle@wanadoo.fr le 06/01/2013 à 06:10

Oui, Messieurs que l'on nomme Grands, faites vous pomper par des SDF, vous saurez enfin ce que c'est que la misère, et tout bien pesé, ça vous reviendra beaucoup moins cher !

12/01/2013, 10:46 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de GILLES WALUSINSKI le 05/01/2013 à 14:53

un petit brin de machisme....

05/01/2013, 15:40 | Par Gavroche. en réponse au commentaire de J CLOPEAU le 05/01/2013 à 14:09

Cette expression était volontaire, pour signifier que les privilèges n'ont finalement pas été abolis : ce mot a été utilisé sous la Révolution pour désigner une personne qui avait (avant la Révolution) bénéficié d'un privilège lié à l'Ancien Régime, et par extension, il désignait, c'est vrai, l'ensemble de la noblesse.

Remplacée aujourd'hui par nos "élites". Dont Madame Gravoin fait partie. Elle qui joue dans l'orchestre de Johnny le belge. Sourire

.

05/01/2013, 15:45 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de Gavroche. le 05/01/2013 à 15:40

 

Yvette Horner aussi jouait dans un orchestre  ...Clin d'œil

05/01/2013, 16:30 | Par vertige en réponse au commentaire de Gavroche. le 05/01/2013 à 10:30

@Gavroche : "ce pays n'est plus le nôtre".
En fait, je ne veux pas le leur abandonner. Je crois que si, ce pays est le nôtre mais non, nous n'avons jamais voté pour qu'ils en fasse cela ! Je ne rends pas a carte d'identité, mais je voudrais tellement pouvoir les mettre dehors (les "Valls" and Co, pas les roms !!!).

Même les députés français et européens ne répondent pas (plus ?) à nos courriers ! Seuls l'Elysée, Viviane Reding et l'ONU ont répondu une fois à plusieurs de mes interpellations : on croit rêver !!!
Des casques bleus pour protéger les roms de la police française ?! Surpris

Merci, Philippe Alain, de nous alerter encore et toujours.

05/01/2013, 16:35 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de vertige le 05/01/2013 à 16:30

"Gavroche : "ce pays n'est plus le nôtre"."

C'est ce que disent Bardot et Depardieu...

Faudrait que ces deux-là emmènent Valls dans leurs bagages...

Notre pays y regagnerait peut-être un peu en humanisme...

05/01/2013, 17:02 | Par MICHEL BOREL en réponse au commentaire de vertige le 05/01/2013 à 16:30

Exact, le député PS de ma circonscription  ne répond plus aux e-mail.

06/01/2013, 00:13 | Par vertige en réponse au commentaire de MICHEL BOREL le 05/01/2013 à 17:02

J'ai écrit à tous ceux de ma circonscription, députés, sénateurs, et tous élus ou institutions ayant un quelconque pouvoir sur la question. Avant mai, étrangement, je recevais des réponses systématiquement...

06/01/2013, 08:07 | Par cereb en réponse au commentaire de vertige le 06/01/2013 à 00:13

Innocent

06/01/2013, 11:25 | Par Guy Belloy en réponse au commentaire de vertige le 06/01/2013 à 00:13

@ Michel Borel et Vertige:

De façon générale, pour tous les sujets posant problèmes (rappel des promesses non tenues, dossiers politico-financiers dont le "traitement" est ralenti voire arrêté et bien d'autres..), écrire à son député est la première des choses à effectuer mais, en cas de non réponse (probable), le déplorer et s'en tenir là en s'indignant ne fait pas avancer le smilblick (comme disait le regretté Coluche).

Le député devenu, par la voie des urnes,  officiellement le représentant des citoyens de sa circonscription a non seulement des attributions mais aussi des devoirs, comme précisé sur le site de l’Assemblée Nationale. 

Contrôle du gouvernement: Les questions permettent aux députés d'interroger directement les ministres, soit oralement (questions au gouvernement, questions orales sans débat, soit par écrit : 13 à 15 000 questions sont publiées chaque année au Journal officiel.

   Le député et le débat politique:Le député est généralement membre d'un parti. A ce titre, il anime le débat politique dans sa circonscription avec tous les habitants. Il est l'acteur principal du débat démocratique quotidien sur le plan local. 

http://www.assemblee-nationale.fr/connaissance/travail_depute.asp

 

Problème: tout le monde sait parfaitement, que le député, une fois élu,  de quelque bord qu’il soit, ne tient plus de grandes réunions où l’électeur puisse l’interpeller sur ses interventions au Palais Bourbon et lui rappeler le cas échéant le rôle de l’Assemblée Nationale dans le contrôle du Pouvoir exécutif.

Et c'est bien là que le bât blesse!

Organiser des réunions publiques tous les ...5 ans lorsqu'on est candidat ne suffit pas!

Tant que le citoyen ne le rappellera pas à ses devoirs, tant qu'il continuera,  ignorant ses propres responsabilités et pouvoirs, de râler au café du commerce ou, mieux, je le concède, de se perdre en discussions (stériles car n'aboutissant sur aucune action) sur certains forums, pourquoi voulez-vous que ce parlementaire aille se mettre en position difficile devant une foule d'anciens électeurs qui pourraient lui rafraîchir la mémoire ?

 

 Il est du devoir du député, représentant du peuple qui l'a élu, de rendre compte dans sa circonscription et d'accepter le débat contradictoire en réunions publiques et ce, tout au long de son mandat!

 

 Il est du devoir du citoyen de le lui rappeler:

1) En lui envoyant un courrier

2) En cas (probable) de non-réponse, en allant l'interpeller à sa permanence par groupes de quatre ou cinq et ce, régulièrement. Ces quatre ou cinq personnes seront différentes, si possible, chaque fois, ce qui ne devrait pas poser problème quand on sait combien d'électeurs comptent une circonscription.

L'événement finira fatalement par être rapporté dans la presse locale ou régionale, ce qui est le but: faire entendre la voix du citoyen.  

 

 Est-ce la démocratie quand après avoir voté nous n’ayons pas la possibilité d’avoir de l’influence sur les élus ?  (Danièle Mitterand)

06/01/2013, 14:04 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de Guy Belloy le 06/01/2013 à 11:25

 

Vous avez raison sur les points soulevés.

Mais puisque ces députés aux emplois du temps si surchargés ne peuvent plus, ou presque, tenir permanences dans leur circonscription, comment se fait-il qu'au Palais Bourbon l'hémicycle soit, généralement, quasiment vide ?

Ils sont où les vaillants représentants du "bon peuple" (droite et gauche confondues) ? Au resto, chez le coiffeur, en train de faire LEURS petites et grosses affaires, aux défilés de mode, chez leur(s) maitresse(s) ou leur(s) amant(s), en train de garder les gosses, en train de se faire bronzer ?

J'ai tenté d'aller parler à "mon " député .... Je l'ai trouvé une fois, le reste du temps il n'était jamais là. Et la seule fois où j'ai pu lui parler, il m'a donné une leçon de vie ! Du style "dites-moi ce dont vous avez besoin, je vous dirai comment vous en passer" (p.cc. Coluche), à grands coups de langue de bois paternaliste ! Le pauvre c.. !

Et je ne venais pas pour moi, mais pour une Assoc. répertoriée d'utilité publique !

 

08/01/2013, 01:54 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Myrelingues le 06/01/2013 à 14:04

Ne prenez pas non plus un député pour une assistante sociale !

09/01/2013, 10:54 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 08/01/2013 à 01:54

 Vous me les casseriez si j'en avais !

 Ce c.. de député m'avait lui-même demandé de passer le voir !

Et je n'en n'avais guère envie ... Comme ce n'était pas pour moi ,j'y suis allée ... mais nous n'étions plus en période électorale !

Arrêtez de bajaffer pour le plaisir d'enquiquiner le monde. Vous n'êtes détenteur d'aucune vérité, pas plus que quiconque !

09/01/2013, 14:22 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Myrelingues le 09/01/2013 à 10:54

Tant pis si je bajaffre, comme vous dites, mais les députés se prennent auusi pour des AS, et ce n'est pas leur role. Mais la démagogie faisant...

06/01/2013, 16:57 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Guy Belloy le 06/01/2013 à 11:25

Comment ? Son ami Castro ne lui avait pas apporté la réponse à cette interrogation, à Danielle ?

06/01/2013, 17:26 | Par vertige en réponse au commentaire de Guy Belloy le 06/01/2013 à 11:25

Je suis bien d'accord avec vous mais j'ai un problème : à mon grand regret je ne suis pas, disons, très mobile ! Difficile d'aller demander une réu publique... et de ne pas y participer après. Non ? C'est une des raisons pour lesquelles je leur écris encore et encore !

09/01/2013, 21:12 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de Guy Belloy le 06/01/2013 à 11:25

Oui, Guy !

Tu as tellement raison.

J'aimerais voir, voeu pour 2013, disparaître de notre PAF Paysage Audiovisuel Français, les lois anti-bivouacs, anti-cabanisation, anti-nomades, bref anti-gueux, chasses à l'hommes et compagnies.

Je ne supporte plus de voir ces images de campements détruits Roms ou pas, de tentes de SDF jetées à la déchetterie, d'empilements de cartons pour des jeunes dormant dehors avec leurs chiens, démantelés, piétinés avec toutes les affaires, tout ce qu'ils ont, emportées comme des ordures, photos, tout ce qui reste des liens familiaux, papiers d'identité, ... Bref l'écoeurement.

Philippe Alain a été et reste un veilleur courageux. Combien de fois nous a-t-il alertés sur ces "rafles" imbéciles et néfastes ? Car faire le mal ne résout rien.

Supprimons d'abord les outils qui permettent de faire le mal au pouvoir. Et redonnons aux policiers le pouvoir de faire le bien, en changeant les lois.

En protégeant les plus démunis. Pas les biens des plus riches.

Oui, saisissons nos députés, nos présidents de conseils généraux, changeons notre société ! Nous avons voté pour.

Merci, Guy !      

09/01/2013, 21:25 | Par WataYaga en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 09/01/2013 à 21:12

Contente de vostre texte, là ! Clin d'œil

12/01/2013, 16:02 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de WataYaga le 09/01/2013 à 21:25

 Ah oui, alors !!!Bisou

05/01/2013, 18:26 | Par Horus en réponse au commentaire de Gavroche. le 05/01/2013 à 10:30

Non, ce n'est pas à nous d'abandonner notre citoyenneté. Laissons cela aux Depardieu, Arnaud et autres nantis.

La bonne réponse, à répéter inlassablement, c'est : VALLS DEGAGE !

07/01/2013, 00:33 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Horus le 05/01/2013 à 18:26

Avec de pareils ennemis,  qui fantasment sur une affaire bidon, ça va le renforcer !

06/01/2013, 07:36 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Gavroche. le 05/01/2013 à 10:30

Vous irez vers la Russie, la Belgique ou la Roumanie ? Je suis curieux !  Quel plaisir de retrouver les niaiseries simplistes de Gavroche !

06/01/2013, 11:24 | Par Gavroche. en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 07:36

Tiens donc, voilà le sieur Bigrewald, la taupe du FHaine, qui est obsédé par le "coût" des mineurs étrangers... Et qui maintenant propose de "louer des ventres des femmes rroms pour les réinsérer" ... Monsieur Bigrewald, vous sentez le rance.

Encore une fois, être qualifiée de niaise par un individu comme vous est révélateur.

06/01/2013, 12:43 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Gavroche. le 06/01/2013 à 11:24

Pauvre Gavroche qui ne comprend même pas que c'était de l'humour certes acide, j'en conviens, mais que la réalité confirmera quasi sûrement. Ce n 'est certes pas moi qui milite pour la GPA. Cf mon blog "le point G pour tous", le titre étant lui-même bien entendu humoristique.

06/01/2013, 17:22 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 12:43

 

 De l'humour ? Vous ? ....Surpris

06/01/2013, 17:25 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Myrelingues le 06/01/2013 à 17:22

Mais voui, mais voui. mais pour le comprendre, il ne faut pas avoir le cerveau embrumé, chère Myrelingues.

07/01/2013, 18:58 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 17:25

 

 Votre culture vous honore ! Juste votre culture !Rigolant

08/01/2013, 01:57 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Myrelingues le 07/01/2013 à 18:58

Ne soyez pas aussi affirmative sur la limitation que vous fixez. je vous conseille la prudence.Rigolant

06/01/2013, 17:22 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 12:43

Gavroche, c'est un peu ma Madeleine de Prout. Elle a l'odorat délicat.

07/01/2013, 12:36 | Par Andrée Hélène en réponse au commentaire de Gavroche. le 06/01/2013 à 11:24

Vous parlez bizarrement  : je sens que je vais me désabonner de Médiapart car les insultes grossières ne sont pas ma chose.

 

07/01/2013, 17:11 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Andrée Hélène le 07/01/2013 à 12:36

Ne vous affolez pas, Andrée. Il y a des professeurs de tolérance qui adorent haïr, c'est juste un petit paradoxe. Ils sont ouvert au monde entier, mais ils dénigrent leurs voisins, ils se moquent de leus nom pour démarrer, du moins tant qu'il parait européen. Si je m'appelais Mamadou, ce serait une autre paire de manches. Bref, les procédés qu'ils qualifieraient de "puants", de "remugles" etc, ça ne leur pose aucunement problème de les employer contre un adversaire ou considéré comme tel dés lors qu'il leur semble se situer à l'extrème droite, ce qui n'est absolument pas mon cas. Faut vraiment s'accrocher, quelquefois pour voter à gauche et pour garder une âme républicaine : on se prend à réver de chaussures cloutées parfois. Mais c'est fugace, parce que je suis, sous mes apparences provocantes, profondément tolérant, et surtout solide.

07/01/2013, 17:25 | Par WataYaga en réponse au commentaire de Andrée Hélène le 07/01/2013 à 12:36

Que vous êtes sélective ! Dans d'autres cas les invitations à péter et quelques autres saines grossièretés bien de chez nous ne choquent pas votre sensibilité délicate ? Vous me la baillez belle !

Je ne savais pas que l'on s'abonnait à MDPRT juste pour échanger avec des abonné/es de bon aloi et non pour la qualité de l'information apportée par les journalistes.

Au cas où vous ne vous en seriez pas rendue compte vous êtes sur un blog du club. La personne qui écrit ce billet n'est pas un pro mais fait bien ce que sa conscience l'amène à faire. Ecrire un billet n'est pas chose si aisée que cela parait. Vous aussi vous disposez d'un blog : lancez-vous et ensuite affrontez les critiques : la démocratie implique le dialogue ou l'indifférence pour ce qui concerne les commentaires sans intérêt.

Mais que voukez-vous que cela nous fasse à nous autres abonné/es qui payons comme vous notre abonnement que vous quittiez le navire ? Je m'interroge toujours sur la pertinence de tels chantages à l'égard de personne sur lesquelles ils n'ont aucune incidence.

Si vous vous considérez comme injuriée vous avez un petit bouton juste à la droite de "répondre" alors, alertez !

07/01/2013, 16:13 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de Gavroche. le 05/01/2013 à 10:30

"Ci-devant" écrivez-vous ? N'est-elle donc plus la compagne de Manuel Valls ?

07/01/2013, 16:58 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 07/01/2013 à 16:13

Et puis, c'est préjuger de leurs préférences sexuelles, autrement dit attenter à leur vie privée ! Une autre atteinte scandaleuse aux droits des gens !

05/01/2013, 11:17 | Par Patrig K

Merci pour ce billet , et solidaire des damnés de la terre De Rance.f

Les sbires du désordre aux cerveaux de poulets sont la révélation, une fois encore, que ce régime doit etre démanteler dans sa totalité ...Raser l'Elysée, Matignon, Bercy, et dynamiter le projet pentagone à la rançaise .... y construire les logements sociaux

Il y avait l'ancien régime, Il y a ce très médiocre et moyen régime , ou l'art hypocrite à perfectionner sa capacité à protéger les Pigeons délocalisés et plein aux AS ...

HONTE à LaValls de ces valets ...

France : Pourquoi encore voter ?

3013892814.png

Auguste Blanqui écrivait en 1852 : « Qu’est-ce donc qu’un démocrate, je vous prie ? C’est là un mot vague, banal, sans acceptation précise, un mot en caoutchouc. » [1] Déjà à cette époque, le mot de démocratie perdait son sens de revendication égalitaire que lui avait légué la révolution de 1789. « Tout le monde se prétend démocrate, surtout les aristocrates », ajoutait Blanqui.

la suite

http://lepetitblanquiste.hautetfort.com/archive/2012/12/11/france-pourquoi-encore-voter.html

Le coup gueule vidéo ...

Les pilleurs de l'Afrique qui font la morale despotique ... !

Solidarité aux Rroms © Ramoneurs de Menhirs

05/01/2013, 16:19 | Par gerin.dominique@orange.fr en réponse au commentaire de Patrig K le 05/01/2013 à 11:17

Merci pour cette citation, PATRIG K.

Permettez-moi toutefois une correction : je suis certaine que Blanqui n'a pas écrit “acceptation”, mais “acception”...

05/01/2013, 18:26 | Par Patrig K en réponse au commentaire de gerin.dominique@orange.fr le 05/01/2013 à 16:19

C'est fort possible ...

Pour l'anecdote, en fin de vidéo , le dessin représente sa dernière Prison, Le Chateau du Taureau, en baie de Morlaix , c'est là ou Thiers l'enferma pendant la Commune de Paris

je le signale à la source merci

06/01/2013, 10:16 | Par WataYaga en réponse au commentaire de Patrig K le 05/01/2013 à 18:26

En allant faire une recherche - brève - sur gogol je retrouve à chaque fois le mot "acceptation" mais en retournant au texte de la "lettre à Maillard" du 6/06/1852 (source textes choisis PRÉFACE ET NOTES DE V. P. VOLGUINE MEMBRE DE L’ACADÉMIE DES SCIENCES DE L'U.R.S.S. de 1971) on tombe sur le mot "acception" ("C'est là un mot vague, banal, sans acception précise, un mot en caoutchouc") qui, effectivement serait plus juste dans le contexte de la phrase. Cependant, dans le cadre de ce qui est décrit dans ce billet, de cette monstruosité innommable, je trouve que "sans acceptation possible" se justifie : tel qu'il est utilisé par ces politiciens ce mot de "démocrate" et donc celui de "démocratie" n'ont plus d'acception possible dans le sens que nous voudrions leur donner et que dans les faits il faut bien constater qu'au-delà d'un vernis illusoire pour l'usage, la bonne conscience et la tranquillité des classes moyennes (on dit bien que la dictature n'existe que quand les classes moyennes sont concernées, touchées...) ils n'ont jamais été concrétisés pour les basses classes, la populace sans droits et sans moyens de faire respecter ceux qui seraient inscrits dans la loi en leur faveur. Donc, je trouve que concernant le règne de sa majesté le grand fromager et de ses sbires vallseurs le mot de "démocratie" devient de plus en plus inacceptable et insupportable !

De petits pas indignes en petits pas ignobles on nous amène vers ce que nous aurions refusé avec véhémence si on y était allé directement et de renoncements en renoncements on finit par tolérer l'insupportable, c'est exactement ce que Bruno Bettelheim dans, je crois, le livre "le cœur conscient" (bien que dans les résumés de ce livre on ne trouve jamais cette partie qui parle de la montée progressive du nazisme - qui ne s'est pas construit en un jour, l'extrême droite a balisé le terrain et déformé les esprits aux idées nationalistes puis peu à peu, à partir des années 20 le nabot moustachu répand sa propagande. Il prend le pouvoir en 1933 et même si sa politique fut d'emblée brutale elle n'a pu fonctionner que sur les renoncements des populations à résister qui se transforment peu à peu en adhésion, processus psychologique que Bruno Bettelheim décrit très finement).

C'est ce même processus sournois que l'on voit à l'œuvre actuellement et ce qui se passe avec cette escalade de l'horreur à l'égard des Roms n'est pas anodin : c'est dans la logique et la continuité des basses œuvres de l'excité et de sa clique ce qui démontre bien que peu importe la personne pour laquelle on vote : le cahier de route est le même, seule change la façon de nous faire avaler la pilule et de justifier l'injustifiable et le ministère de l'intérieur est toujours la figure de proue du bateau : celle qui nous indique la direction réelle qui est prise même si les flonflons de l'orchestre jouent une autre musique et que les décors sont moins tape à l’œil !

Les convulsions du capitalisme, quelque soit l'apparence qu'il prenne, conduisent toujours les peuples droit dans le mur de l'horreur. Les massacres, les guerres sont sa condition sine qua non de survie, peu importe les morts et la souffrance des populations pourvu que le phénix renaisse des cendres des incendies qu'il a initié.

Nous nous trouvons au cœur même de ce processus : nous nous indignons mais nous laissons faire car d'une certaine façon les discours lénifiants sont plus puissants que les faits face auxquels nous nous sentons tellement démunis (et ce sentiment c'est bien l'objectif poursuivi). Bien sûr il y a l'héritage de l'autre virus mais il faut bien reconnaître qu'au moins dans ce domaine - ainsi que dans celui des sans papiers - ce gouvernement n'était pas obligé de marcher dans ses bottes au pas cadencé !

Seulement ces discours qui nous disent : "soyez patients, nous revenons de loin, il va falloir redresser la barre et ensuite nous pourrons affronter les tempêtes" n'est qu'une berceuse pour que nous soyons dépossédé/es de tout jugement critique : nous devenons des enfants que les parents maltraitent ou/et rendent complices de la maltraitance d'autres enfants sous prétexte que les adultes "savent", sont "raisonnables" et que même s'ils n'ont pas les moyens de s'en rendre compte c'est "pour leur bien supérieur" qu'ils agissent...

06/01/2013, 10:17 | Par Patrig K en réponse au commentaire de WataYaga le 06/01/2013 à 10:16

Bonjour  WataYaga

Voilà un énoncé et développement auquel j'adhère profondément , et je suis consterné de la part d'une grande part de cette portion de goche molle, les militants de la base du ps [ ils sont peu nombreux, la plus part casés dans les mailles de leur caste ] , d'etre incapable de détecter la dangereuse pente qui nous mène à l'issue fatable..

Il suffit de regarder la  TV (je le fais pour analyse, et non par adhésion) ; le fait divers est toujours le principal objet de leur désir d'intoxication, les raccourcis minable et les jeux à unfantiliser les masses ...

Merci de toutes ces précisions ...

05/01/2013, 11:30 | Par Taky Varsö

 

Merci philippe alain de nous alerter sur les méfaits d'une politique ubuesque.

A propos de la sollicitude à côté de la plaque des Gadjè croyant protéger les enfants rom, voir

Clichés, idées reçues:qui sont vraiment les Roms", Rue89

"Entretien avec Martin Olivera, ethnologue spécialisé  dans la communauté tsigane pour mieux déconstruire les clichés répandus sur les Roms", Laurent Burlet Rue 89, extrait :

Les Roms exploitent leurs enfants en leur faisant faire la manche

 

« La manche peut être perçue comme la reproduction d’un mode de vie paysan et rural. Au pays, dès que les enfants sont autonomes, vers 10 ou 12 ans, ils sont associés à la quête des ressources économiques pour assurer le quotidien ? : après l’école, pendant les vacances, les enfants participent ainsi aux travaux des champs, chez les voisins, rendent des services rémunérés, etc.

Par ailleurs, dans nos villes d’Europe de l’Ouest, pour bien des familles sans qualification, sans droit au travail, la seule ressource est la manche, la récupération ou la sollicitation des passants.

Quant aux bébés dans les bras, ils ne sont pas là pour apitoyer mais parce que les mères n’ont pas de solution pour les faire garder ? : où ? ? Par qui ? ? Sans compter la durée prolongée de l’allaitement à la demande. »

 

ici

http://www.rue89.com/explicateur/2010/07/29/cliches-idees-recues-qui-sont-vraiment-les-roms-160251

 

05/01/2013, 12:04 | Par Taky Varsö en réponse au commentaire de philippe alain le 05/01/2013 à 11:38

Oui, mais ce détournement du code de procédure pénal prend appui sur l'ignorance des Gadjè vis à vis des Rom, l'instrumente... De sorte que des gens de Gauche y compris parmi les médiapartiens s'insurgent parfois (cela s'est vu dans certains commentaires sur les fils d'autres billets consacrés aux Rom) contre ce qu'ils croient être de la maltraitance envers enfants alors que c'est un mode d'éducation différent du nôtre. Cet argument de la supposée mauvaise éducation rom ressurgit très souvent, outre qu'il est utilisé à charge par les institutions et le pouvoir contre les parents rom comme votre billet le démontre.

05/01/2013, 12:54 | Par Gavroche. en réponse au commentaire de Taky Varsö le 05/01/2013 à 12:04

C'est exactement ça : nous, nous transformons nos enfants en moutons consommateurs ...

06/01/2013, 17:04 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Gavroche. le 05/01/2013 à 12:54

Et des voyous rroms exploitent des enfants pour pouvoir consommer eux-mêmes. Ils sont moins cons que nous, quand même !

07/01/2013, 09:20 | Par philippe alain en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 17:04

marqué

09/01/2013, 21:19 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de Gavroche. le 05/01/2013 à 12:54

Oui, c'est sûr ! Mettons nos enfants sur le trottoir. Pour qu'ils nous rapportent de l'argent !

Une inversion des valeurs au nom de la pauvreté.

L'exploitation des plus pauvres parmi les plus pauvres, les enfants. 

Un enfant n'est pas un Rom. C'est d'abord un enfant. Il a les mêmes droits que les autres enfants.

Et nous avons envers lui les mêmes devoirs de protection et d'éducation.

Il nous appartient de ne pas les transformer en "moutons consommateurs".  

Il nous appartient de défendre les plus pauvres des plus pauvres.     

06/01/2013, 08:34 | Par cereb en réponse au commentaire de Taky Varsö le 05/01/2013 à 12:04

Un conformisme très ignorant ,ne semblant connaître que des NORMES typiquement "classe aisée installée"

Voir ce passage d'un livre de Romain Rolland ,je cite de mémoire ,où évoquant son enfance avec une mère pauvre et servante dans une famille BIEN ,portant des vêtements ayant appartenu aux enfants de la famille ,il se voit moqué méchamment ,bousculé (son vêtement se déchire!,il tombe ,les deux affreux /affreuse rient de lui en l'insultant ....)car sa mère s'est vue contrainte par sa situation  (seule en responsabilité) à l'amener avec elle dans son travail dans cette famille et...il se trouve dans la bonne compagnie de ces deux rejetons bien éduqués.

Et c'est sur lui pauvre gamin pauvre ,que tombe la réprimande et la punition car il est inconcevable que les deux petits aanges puissent être "coupables"!

Hypocrisie ,hypocrisie.....

06/01/2013, 12:00 | Par Taky Varsö en réponse au commentaire de cereb le 06/01/2013 à 08:34

Oui, le conformisme et la peur de l'altérité...

06/01/2013, 17:10 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Taky Varsö le 06/01/2013 à 12:00

Par un  anticonformisme  de façade et par pseudo-respect de l'altérité, on peut aussi arriver à justifier tout ! Encore un effort, vous y arriverez. courage !

06/01/2013, 08:36 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Taky Varsö le 05/01/2013 à 12:04

Oui, les Rroms sont tous bons, en revanche pour les gadjés, c'est bien différent, il y a tant de ripoux parmi eux, et leurs coutumes sont absolument infectes !

06/01/2013, 12:01 | Par Taky Varsö en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 08:36

Vous avez une pensée binaire. Ce n'est pas la mienne.

06/01/2013, 12:49 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Taky Varsö le 06/01/2013 à 12:01

Si vous le dites.

07/01/2013, 00:12 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de Taky Varsö le 05/01/2013 à 12:04

Avec des arguments de ce type, vous pourriez aussi, mutatis mutandis, défendre l'excision des jeunes filles, l'infibulation, les mariages arrangés, le port du voile... La tolérance a ses limites.

07/01/2013, 00:43 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 07/01/2013 à 00:12

Même s'il n'a pas une pensée binaire comme la mienne, allez-y doucement, ne le brusquez pas, ce bon Taky Varsö !

05/01/2013, 18:06 | Par laurent cuenca en réponse au commentaire de philippe alain le 05/01/2013 à 11:38

Plus loin que vous ne sauriez l'imaginer ! L'heure est grave ! Vive Poutine.......

07/01/2013, 00:37 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de philippe alain le 05/01/2013 à 11:38

Et vous, dans le papier bidon ? Vous étiez là au balcon à observer la scène ? D'où tenez vous cette consternante ânerie ? Quelle source ? Nada, vous éludez !

05/01/2013, 15:47 | Par Alain Chavenon en réponse au commentaire de Taky Varsö le 05/01/2013 à 11:30

Merci de ces précisions. C'est difficile de s'abstenir de juger lorsqu'on est ignorant.

06/01/2013, 13:13 | Par Taky Varsö en réponse au commentaire de Alain Chavenon le 05/01/2013 à 15:47

Je viens de poster un billet sur l'éducation rom, histoire de lutter contreles idées reçues. Pas facile...

http://blogs.mediapart.fr/blog/taky-varsoe/060113/l-education-rom-une-logique-singuliere

09/01/2013, 21:32 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de Taky Varsö le 05/01/2013 à 11:30

Dans ce cas, inutile de ratifier la convention internationale des droits de l'enfant.

Le raisonnement pour les Roms est le même raisonnement servant à justifier le travail des enfants.

Effectivement.

Le travail des enfants.

Alors à quoi sert de faire circuler des pétitions contre les baskets Nike ou les jeans de marque Truc, parce que ce sont des enfants qui travaillent ?

Les paysans du monde entier, et ceux du XIXème siècle, avant l'obligation de faire scolariser les enfants en France par la loi Ferry, tenaient le même discours.

Le respect culturel consisterait à ne pas dénoncer chez les Roms ce que nous dénonçons chez les autres. Bigre !

Drôle de philosophie !

Les lois sont nos lois françaises. Elles traduisent parfaitement comment un enfant doit être protégé et non pas exploité.

Le discours de l'exception culturelle me paraît peu acceptable.

Mais le constat d'une misère sociale entretenue par le rejet de cette population Rom est à la charge de la société française. Nous avons le devoir de faire scolariser ces enfants et de permettre aux familles de vivre dans des conditions décentes.

Et nous avons le devoir de condamner l'exploitation des enfants dans le cadre d'une mendicité qui s'apparente à un commerce illicite. De toute façon la loi française condamne l'utilisation de l'outil, de l'objet "enfants" pour gagner de l'argent.

Et cette loi française qui protège les enfants, elle me convient bien.

Par contre les lois sécuritaires "anti-bivouacs" "anti-cabanisation" et "anti-nomadisation" sont des lois ostracisantes pour les pauvres et pas seulement pour les Roms.    

 

 

12/01/2013, 15:25 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 09/01/2013 à 21:32

Bien évidemment. J'ai été frappé d'ailleurs de voir comme on renonçait un peu trop facilement à protéger des enfants Rroms dans certainns endroits alors qu'une mesure de protection eut été prise pour un enfant d'une autre origine se trouvant dans des conditions semblables. Si les différences culturelles doivent être prises en compte pour comprendre et évaluer une situation sociale, elles ne peuvent néanmoins tout justifier. Certains passent le pas trop facilement, voulant avant tout faire la démonstration très gratifiante de leur grande compréhension de"l'autre"qui leur sert de faire-valoir. Ils n'en voient manifestement pas les conséquences.

11/01/2013, 13:54 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 09/01/2013 à 21:32

Et nous avons le devoir de condamner l'exploitation des enfants dans le cadre d'une mendicité qui s'apparente à un commerce illicite. De toute façon la loi française condamne l'utilisation de l'outil, de l'objet "enfants" pour gagner de l'argent.

Un grand merci pour ce rappel.

Dans le cadre de ce billet, il n'est pas impossible que la politique du chiffre ait "obligé" à mettre une mère Rom dans l'un de ces endroits sinistres que sont le "dépôts" des postes de police et que de ce fait l'enfant se soit retrouvé seul.

Il ne semble pas que dans ce cas il y ait eu trafique d'enfant mais ce cas de figure ne peut pas être écarté.

Il est peu probable qu'un émule de Philippe Pétain ne promulgue une loi aussi monstrueuse que celle de philippe Pétain qui a consisté à les envoyer au four crématoir avec leurs parents mais la plus haute vigilance doit s'éxercer...

A bientôt.

Amitié.

05/01/2013, 11:36 | Par Taky Varsö

A propos de politique ubuesque, une 'tite chanson de Dick Annegarn

http://www.youtube.com/watch?v=4Q8OoIZOyG8

05/01/2013, 11:43 | Par Ellemra

Philippe, merci de cette veille. Que dire, sinon que ce sinistre  de l'intérieur s'inscrit dans une longue tradition, qui fleure les rafles et les stades ...

Honte, honte sur les flics qui sous couvert d'humanité dont personne n'est dupe, osent ainsi porter atteinte à ces femmes, à ces enfants.

05/01/2013, 12:02 | Par GILLES WALUSINSKI

Note de lecture :

N° hors-série "LE MONDE LIBERTAIRE" n°47 (5€ en kiosque)

ROMS : NOUS PARLONS D'HOMMES

05/01/2013, 12:36 | Par malto cortese

La France est la 5ième puissance économique au monde, mais elle est incapable d’intégrer correctement les 15 000 roms présents sur son territoire dont la moitié sont des enfants. 

Ça suffit ce scandale!

 

05/01/2013, 15:37 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de malto cortese le 05/01/2013 à 12:36

 

D'autant plus qu'avec tous les friqués qui se sauvent ailleurs, ça fait de la place pour des entrants. Il ne sait pas compter le dénommé Valls ?

05/01/2013, 19:37 | Par Andrée Hélène en réponse au commentaire de Myrelingues le 05/01/2013 à 15:37

Très juste. Vite l'hôtel particulier de Gégé pour les Roms et les Sans-Abris!

06/01/2013, 08:38 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Andrée Hélène le 05/01/2013 à 19:37

Pourquoi pas? Et votre appartement aussi, pour que l'on ne croie pas que vous vous défaussez !

05/01/2013, 17:38 | Par graine

Merci pour cette information .

 Consternant !

06/01/2013, 17:30 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de graine le 05/01/2013 à 17:38

Info basée sur quoi ? On aimerait bien le savoir ! Un bébé en "garde à vue", ce serait une première !  On lui a lu ses droits  ? On a fait souffler dans le ballon à tout le monde ? Sans vouloir avoir trop mauvais esprit, Alain aussi a soufflé lui aussi au moins ?

06/01/2013, 08:41 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de DANIEL ZIARKOWSKI le 05/01/2013 à 20:44

J'approuve tout à fait. C'est juste valable à gauche comme à droite.

06/01/2013, 10:26 | Par WataYaga en réponse au commentaire de DANIEL ZIARKOWSKI le 05/01/2013 à 20:44

"Pour ceux qui doutent de tels propos, prenez une classe d'ados, un groupe de jeunes, d'adultes et, dans le cadre d'un jeu, d'une discipline, désignez un chef et donnez lui la responsabilité ferme du groupe sous peine de sanctions (pertes de points, de bonus, d'avantages ...), vous créerez 8 fois sur 10 un tyran."

Point n'est besoin de cette expérience : la plupart des travailleur/ses la vivent en directe avec leurs supérieurs hiérarchiques et cela se durcit actuellement partout, y compris dans des secteurs où cela n'a aucun sens !

Les jeunes ne font que reproduire le fruit de leur éducation et le comportement des adultes à leur égard et comme il sont mis de plus en plus jeunes en situation de détresse et d'insécurité affectives (faussement contrebalancées dans les classes aisées par une surabondance matérielle) cela ne va pas s'améliorer !

06/01/2013, 17:36 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de WataYaga le 06/01/2013 à 10:26

Excellent exemple, mais là tu vas être bien emmerdée ma pauvre Watayaga, car moi que tu as traité d'à peu près tous les noms, j'ai préféré sacrifier ma carrière plutôt que d'exécuter un ordre illégal. J'ai été foutu au placard pendant quatre ans et demi et mis à l'écart pendant presque 10 ans, simplement car je défendais l'éthique de mon boulot, qui était justement, je te le donne en mille, la protection de l'Enfance ! Peut-être de quoi troubler tes certitudes ?

07/01/2013, 09:23 | Par philippe alain en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 17:36

Goal

 

07/01/2013, 18:38 | Par poppie en réponse au commentaire de DANIEL ZIARKOWSKI le 05/01/2013 à 20:44

Hélas!   Je partage tout à fait votre point de vue, certains éléments de la police sont eux-mêmes de véritables délinquants : il y aurait du ménage à faire parmi ceux qui se croient tout permis. Je pense que les policiers intègres en sont les premiers conscients et le déplorent.

Evidemment, on connaît trop de cas de corruption au plus haut niveau, c'est fâcheux pour l'exemple.   Quant à la politique du chiffre (est-elle complètement abandonnée?  pas sûr!)  elle a surtout récompensé ceux qui s'en prenaient à des cibles faciles, pas ceux qui auraient voulu traiter les problèmes sérieux.  Mauvaise incitation?

Le test de Milgram fait très peur.  J'ai déjà cité le film "la Vague" ( remarquable) qui  traite de ce thème et montre que le danger n'est pas du tout à prendre à la légère. 

11/01/2013, 10:29 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de poppie le 07/01/2013 à 18:38

Pour le test de Milgram, faudrait le faire passer à des Savonaroles comme Watayaga  ou Gavroche sur des personnages douteux comme moi ! Le résultat est garanti: je grillerais sous les décharges !

09/01/2013, 21:45 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de Claudia75 le 05/01/2013 à 14:09

En fait, là, ce que vous écrivez me "parle".

Car malheureusement, certains policiers n'admettent pas que les citoyens interviennent. Ces policiers refusent de perdre du temps à s'expliquer ou pire embarquent ceux qui interviennent, comme si eux-mêmes avaient commis un délit. Du coup dans une banlieue, ce type de comportements dégénèrent et le risque d'émeute n'est pas à éluder.

Il y a là un manque réel de formation à la communication citoyenne, d'égal(e) à égal(e). Pas de policier à délinquant. Mais même un délinquant, une personne, doit être traitée avec courtoisie. Lorsqu'elle est interpellée et arrêtée, elle est placée sous la protection de la police. Pas livrée aux fauves ! 

Les citoyens ne sont pas des "ennemis". Lorsqu'ils s'émeuvent lors d'une interpellation, il y a eu souvent des "dérapages" injustifiables. Les policiers traitant les "intervenants" comme si eux-mêmes étaient des délinquants.

Le raisonnement qui sous-tend cette attitude inexcusable serait que le policier n'aurait de comptes à rendre qu'à sa seule hiérarchie.

C'est faux. La police doit se rappeler qu'elle est au service des citoyens. Expliquer et savoir communiquer n'est jamais une perte de temps.

Même, dans le feu d'une interpellation, qu'une voix "étrangère" au "milieu policier" recommande un peu plus de "courtoisie" et moins de "maltraitance" ne devrait pas provoquer de la part des policiers une "surréaction" négative, et même une agression verbale ou physique. Interpeller un citoyen qui tente juste de s'interposer, parce que ce qu'il voit lui pose un problème éthique, n'est pas la bonne réponse.

Cet abus d'autorité est inadmissible. Et les faits décrits avec la "signalétique" n'ont sans doute pas été imaginés. D'où l'intérêt de pouvoir filmer une interpellation et les conditions dans lesquelles s'est déroulée une interpellation.  

09/01/2013, 22:37 | Par vertige en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 09/01/2013 à 21:45

@Véronique Hurtado, si vous pouviez être entendue ! Merci pour cette mise au point.

05/01/2013, 13:59 | Par Andelle

Qui est ce qui a gagné les dernières élections présidentielles ? C'est Sarkozy ; il s'est réincarné....

05/01/2013, 15:44 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de Andelle le 05/01/2013 à 13:59

 

Mais pourquoi donc Hollande a-t-il nommé ce Valls à l'Intérieur  ? Pourquoi ?

Pour faire plaisir à Guéant et lui rendre son éviction du gouvernement plus légère ?

Pour que les crânes rasés, les cinglés de l'extrême droite prennent la carte du PS ?

C'est sa gazouilleuse qui le lui a imposé ?

Certaienement pas pour faire plaisir aux français qui en avaient ras-le-bol des manières sarkoziennes ...

11/01/2013, 10:31 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Myrelingues le 05/01/2013 à 15:44

Un autre n'aurait pas fait différemment.

12/01/2013, 16:05 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 11/01/2013 à 10:31

Ca c'est vous qui les dites, mon petit !

07/01/2013, 16:34 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Andelle le 05/01/2013 à 13:59

Très triste mais parfaitement vrai...En pleursEn pleursEn pleurs

05/01/2013, 14:11 | Par nelfontaine

Jour après jour l'ignominie s'installe depuis que la "gauche" (quoi?) est au pouvoir. Jour après jour, nous sommes de plus en plus nombreux à nous dire : plus jamais je ne voterai pour ces babouins (pardon pour les babouins). Au moins les choses sont claires. La vérité est une lumière crue qui peut faire mal, mais au moins puisse-t-elle nous libérer de la vénération de  la social-démocratie!  

05/01/2013, 14:39 | Par Annie Madarasz-Bauchet en réponse au commentaire de nelfontaine le 05/01/2013 à 14:11

Je me permets de vous faire remarquer que l'ignominie dont vous parlez ne date pas depuis que la gauche est au pouvoir, l'ignominie date de toujours sauf qu'elle était à un autre degré de déshumanisation, l'ignominie est manipulée par les puissants qui ne trouvent rien à redire de vivre dans un monde où ils sèment la mort, la misère, la maladie même dans les pays les plus développés .

 

Dire que le P.S. est de gauche est aussi vrai que dire que les carnassiers se contentent de sauterelles ou de coccinelles pour se nourrir.

06/01/2013, 22:56 | Par Nina Simone en réponse au commentaire de Annie Madarasz-Bauchet le 05/01/2013 à 14:39

C'est ce qui s'appêlle le NOUVEL ORDRE MONDIAL, rebaptisé le NOUVEAU MONDE , prôné entre autres par N.Sarkozy; relire son discours aux Ambassadeurs , et ses voeux pour 2008 ; programme qui conduit tous les pays de la planète à la misère ; cette crise que l'on nous fait subir en est un bel exemple; le monde corrompu de la haute finance détient la finance des états, qui ont perdu leur souverainété en la matière , etc etc...  ; ....  tous les pays dans le Monde Arabe, à l'exeption de l'Arabie Saoudite dégringolent  les uns après les autres :  pour quelle raison une telle ingérence ?  pourquoi oser vouloir remplacer les dictatures par d'autres dictatures : Tunisie ? Libye ? Egypte ? ....   posons nous la question , le web si l'on recherche bien nous donne quelques réponses qu'on peut considérer sérieuses dans la mesure où elles collent à la réalité , à ce que nous pouvons constater ....  D'autre part comment en pleine crise , dans ce NOUVEAU MONDE , les riches sont de plus en plus riches, de nouveaux riches surgissent tout de suite très riches, et parallèlement des pauvres de plus en plus pauvres, de plus en plus nombreux . Les GVT se suivent ,  et leurs politiques se ressemblent, la Gauche française n'y fera rien, ne changera rien parce qu'elle n'en a pas le pouvoir , elle poursuit ce que ses prédécesseurs ont mis sur les rails de l'enfer : ce nouveau monde .  Ailleurs ce n'est pas mieux et si on fait un tour d'horizon de la Planète , quel pays n'est pas concerné par le programme machiavélique du N.O.M ? 

08/01/2013, 10:17 | Par WataYaga en réponse au commentaire de Nina Simone le 06/01/2013 à 22:56

05/01/2013, 15:01 | Par Joël Villain

"Tous les enfants sont comme les miens" chantait Brel... Les enfants sont au monde, qu'on se le dise... Les faits décris par ce billet de salubrité publique constituent un authentique scandale... Honte à ces actes, honte à leurs auteurs, on ne les dénoncera jamais assez....

06/01/2013, 08:42 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Joël Villain le 05/01/2013 à 15:01

Mais non mais non , ça noie tout un pan de la réalité dans le fumigène !

06/01/2013, 17:28 | Par vertige en réponse au commentaire de Joël Villain le 05/01/2013 à 15:01

"Honte à ces actes, honte à leurs auteurs, on ne les dénoncera jamais assez..." : mille fois oui !

07/01/2013, 00:49 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de vertige le 06/01/2013 à 17:28

Mais si c'est bidon, comme cela en a tout l'air, vous aurez un peu l'air niais à la puissance 10 !

09/01/2013, 22:41 | Par vertige en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 07/01/2013 à 00:49

Alors, je reviendrai sur ce fil pour présenter mes excuses et reconnaître mon erreur, je vous l'assure. Malheureusement, rien à ce jour ne va dans votre sens et tout, depuis bien longtemps, prouve au contraire que ce "bidon" est parfaitement crédible !

12/01/2013, 11:00 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de vertige le 09/01/2013 à 22:41

Effectivement Caïn a zigouillé Abel, et rien ne s'est tout à fait arrangé depuis.

07/01/2013, 18:53 | Par poppie en réponse au commentaire de Joël Villain le 05/01/2013 à 15:01

Les enfants,  tous les enfants où qu'ils se trouvent, sont le monde de demain.  Pour eux, pour tous, nous avons, nous les adultes, le devoir de dénoncer les comportements qui portent atteinte à la dignité humaine.

Traiter des personnes comme nous n'accepterions pas de traiter un chien est insupportable, nous ne l'accepterons pas.

08/01/2013, 10:21 | Par WataYaga en réponse au commentaire de poppie le 07/01/2013 à 18:53

Françoise Dolto disait que les adultes n'ont que des devoirs envers les enfants et que ceux-ci n'ont que des droits.

Je sais de quelle façon imbécile ou perverse (l'une n'excluant d'ailleurs pas l'autre) peut être interprêtée une telle affirmation mais elle est fondamentale !

08/01/2013, 16:07 | Par jmlt en réponse au commentaire de WataYaga le 08/01/2013 à 10:21

Du coup on a des adultes qui  ayant été élevés ainsi estiment qu'ils n'ont que des droits et aucun devoirs...

On a la société qu'on mérite et dont on hérite...

09/01/2013, 15:18 | Par WataYaga en réponse au commentaire de jmlt le 08/01/2013 à 16:07

Oui, effectivement, on a la société qu'on mérite quand on n'a pas remis en cause le lessivage de cerveau.de la propaganda ! On adhère au complexe du larbin ! Langue tirée

Ceci dit, mais cela demanderait un long développement et ce n'est pas le sujet ici, quand on donne à un enfant ce dont il a besoin principalement affectivement et psychiquement, d'une part il s'en nourrit et cela lui permet de trouver une sécurité et un équilibre affectif et intellectuel qui lui font comprendre de façon intime la notion de "devoir" et d'autre part il reproduit sur les autres le modèle du comportement que l'on a eu avec lui dont il a perçu de l'intérieur tout les effets bénéfiques. Mais cela remet en cause beaucoup de faux discours qui passent pour logique autour de la légitimité de l'autoritarisme à leur égard et surtout vu les conséquences désastreuses d'un comportement éducatif fondé sur la base du conditionnement que l'on impute à une écoute des enfants jamais vraiment tentée ou de façon dévoyée de son esprit, on peut prétexter cet échec de l'autoritarisme pour réclamer encore plus d'autorité ce qui induit un cercle vicieux.

Mais les religieux de tout poils ne renonceront jamais à leur dogme fondateur et auto-prédictif qui stipule que l'homme est mauvais de par son essence même et fait tout pour qu'il le soit réellement !

11/01/2013, 10:03 | Par jmlt en réponse au commentaire de WataYaga le 09/01/2013 à 15:18

Comme vous dites, pas le temps de développer ce genre de thème ici. Mais en ce qui me concerne je n'ai pas de regard bienveillant sur les "anciennes" methodes, surtout pas sur celles qui reposent sur la culpabilisation très "judeo-chretienne"; pas plus que sur l'interpretation que certains ont fait des textes de Dolto telle une légitimation absolue de la permissivité.

Bref, comme en tout domaine, un certain équilibre ne nuit pas.

L'homme n'est ni bon, ni mauvais par nature. Il est en permanence en devenir, en travaillant sur ce qu'il souhaite être au quotidien.

12/01/2013, 11:04 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de WataYaga le 09/01/2013 à 15:18

Oui oui Rousseau a beaucoup dit là-dessus, lui qui a confié les siens d'enfants, à l'assistance publique.

09/01/2013, 21:49 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de poppie le 07/01/2013 à 18:53

Joël,

le devoir de dénoncer les comportements qui portent atteinte à la dignité humaine, c'est le devoir de dénoncer l'exploitation des enfants.

Par leurs propres parents ou par des adultes qui les ont achetés.

La pauvreté n'excuse pas tout.

Les enfants Roms ont autant le droit,sinon plus,  d'être protégés contre l'exploitation.

Encore faut-il s'en donner les moyens sociaux et législatifs !

La police ne peut fermer les yeux sur la mendicité des enfants. Sinon la police elle-même serait monstrueuse.

  

05/01/2013, 16:06 | Par fabrizia

 "Le joujou du pauvre"

Je veux donner l'idée d'un divertissement innocent. Il y a si peu d'amusements qui ne soient pas coupables!
   Quand vous sortirez le matin avec l'intention décidée de flâner sur les grandes routes, remplissez vos poches de petites inventions à un sol, - telles que le polichinelle plat mû par un seul fil, les forgerons qui battent l'enclume, le cavalier et son cheval dont la queue est un sifflet, - et le long des cabarets, au pied des arbres, faites-en hommage aux enfants inconnus et pauvres que vous rencontrerez. Vous verrez leurs yeux s'agrandir démesurément. D'abord ils n'oseront pas prendre; ils douteront de leur bonheur. Puis leurs mains agripperont vivement le cadeau, et ils s'enfuiront comme font les chats qui vont manger loin de vous le morceau que vous leur avez donné, ayant appris à se défier de l'homme.
   Sur une route, derrière la grille d'un vaste jardin, au bout duquel apparaissait la blancheur d'un joli château frappé par le soleil, se tenait un enfant beau et frais, habillé de ces vêtements de campagne si pleins de coquetterie.
   Le luxe, l'insouciance et le spectacle habituel de la richesse, rendent ces enfants-là si jolis, qu'on les croirait faits d'une autre pâte que les enfants de la médiocrité ou de la pauvreté.
   A côté de lui, gisait sur l'herbe un joujou splendide, aussi frais que son maître, verni, doré, vêtu d'une robe pourpre, et couvert de plumets et de verroteries. Mais l'enfant ne s'occupait pas de son joujou préféré, et voici ce qu'il regardait:
   De l'autre côté de la grille, sur la route, entre les chardons et les orties, il y avait un autre enfant, sale, chétif, fuligineux, un de ces marmots-parias dont un oeil impartial découvrirait la beauté, si, comme l'oeil du connaisseur devine une peinture idéale sous un vernis de carrossier, il le nettoyait de la répugnante patine de la misère.
   A travers ces barreaux symboliques séparant deux mondes, la grande route et le château, l'enfant pauvre montrait à l'enfant riche son propre joujou, que celui-ci examinait avidement comme un objet rare et inconnu. Or, ce joujou, que le petit souillon agaçait, agitait et secouait dans une boîte grillée, c'était un rat vivant! Les parents, par économie sans doute, avaient tiré le joujou de la vie elle-même.
   Et les deux enfants se riaient l'un à l'autre fraternellement, avec des dents d'une égale blancheur.

Charles Baudelaire (pourtant pas un grand humaniste)

et bien sûr... (désolée pour la colombe incrustée, c'est pas de moi)

05/01/2013, 16:00 | Par francois duprey

seul moyen de limiter la connerie:multiplier les gendarmeries dans les régions  ou il n'y a pas de Rom, comme en Anjou sud (pays de Mme Trierweiler),là dans cette bienheureuse région il existe 1gendarmerie tous les 10 kilometres;sans doute pour poursuivre  mollement les alcooliques!(il ne faut pas casser la seule activité rentable de la région!)

05/01/2013, 16:02 | Par mtb74

La loi réprime "l’exploitation et le manque de soins sur mineurs".

Article 227-15 du code pénal : Le fait, par un ascendant légitime, naturel ou adoptif ou toute autre personne exerçant à son égard l'autorité parentale ou ayant autorité sur un mineur de quinze ans, de priver celui-ci d'aliments ou de soins au point de compromettre sa santé est puni de sept ans d'emprisonnement et de 100000 euros d'amende.
   Constitue notamment une privation de soins le fait de maintenir un enfant de moins de six ans sur la voie publique ou dans un espace affecté au transport collectif de voyageurs, dans le but de solliciter la générosité des passants.

Cette législation semblerait justifiée si dans le même temps des dispositions étaient prises pour assurer aux mineurs concernés des conditions de vie décentes. Comme ce n'est pas le cas, son application aveugle n'est qu'une hypocrisie, par laquelle la société se donne bonne conscience en faisant mine de "protéger" les enfants.

05/01/2013, 20:26 | Par Mafch en réponse au commentaire de mtb74 le 05/01/2013 à 16:02

Pire qu'une hypocrisie, c'est une destruction programmée de la santé mentale de ces populations.

On appelle cela le "double bind" en anglais : la double contrainte ou plus explicitement des "injonctions paradoxales"

"La double contrainte exprime deux contraintes qui s'opposent : l'obligation de chacune contenant une interdiction de l'autre, ce qui rend la situation a priori insoluble.

Ce terme est une traduction propre au français de double bind (« double lien »), mais dans un premier temps il était question d'injonctions paradoxales. Cette notion est proposée en 1956 dans le contexte de la présentation d'une théorie des causes de la schizophrénie sous l'impulsion de Gregory Bateson.

Mais évidemment, un ministre de l'intérieur ou une violoniste n'ont pas nécessairement étudié ces crimes cachés. A moins que...

Des pratiques en effet séculaires pour détruire des personnes ont été employées. Mais également, des erreurs faites dans d'autres pays qui "enlevaient" un peu trop facilement leurs enfants aux parents (pays nordiques qui ont pratiqué jusqu'en 1970 et plus la stérilisation des "diagnostiqués" "malades mentaux", également aux USA, ces fameux "malades mentaux" à enfermer à vie dans les hôpitaux psychiatriques...double bind...sans compter les intellectuels...)

Voici en quoi, le précédent gouvernement n'avait pas trouvé cette ignoble parade: celle de l'humanisme

1- ils vivent dans des conditions insalubres (oui d'ailleurs, certains prisonniers aussi qu'on n'a pas soustrait à leur cellule où pullulent les cafards)

2- ils maltraitent leurs enfants (on aurait aimé qu'il leur soit offert gratuitement une séance de cirque en bonnes compagnies)

C'est l'ignominie ajoutée à l'ignoble, l'inculture la plus rétrograde, la plus absurde!

Il est à noter que ces pratiques rendent malades également ceux qui constatent ces faits sans pouvoir y remédier.

 On aimerait que l'Europe ou même l'ONU déclare ces pratiques "crimes contre l"humanité" car elles atteignent l'homme dans ce qu'il a de plus précieux : son intégrité psychologique, ici sur le fondement d'une communauté dite "rom". C'est urgent.

Une lueur d'espoir peut-être : mettez cette adresse en page d'accueil :

http://perou-risorangis.blogspot.fr

et tous mes voeux pour 2013

05/01/2013, 20:32 | Par Mafch en réponse au commentaire de Mafch le 05/01/2013 à 20:26

Il nous a été raconté cette femme sortant de la maternité, envoyée dans un hôtel, refusant son mari - autorisé aux heures de visites - où les toilettes n'étaient pas à l'étage...

Il nous a été raconté cette famille logée à grands frais dans un hôtel social dont le père de famille a été reconvoqué 8 jours après, pour lui être signifié son expulsion de ce logement "pour non changement de sa situation" (autrement dit, il n'avait pas trouvé de travail, celui-ci lui étant interdit). Double bind.

06/01/2013, 10:56 | Par WataYaga en réponse au commentaire de Mafch le 05/01/2013 à 20:26

"Il est à noter que ces pratiques rendent malades également ceux qui constatent ces faits sans pouvoir y remédier."

C'est exactement un des processus que décrit Bruno Bettelheim dans le livre dont je parle plus haut. A l'époque cela m'avait fait réfléchir au raison de la reproduction de la maltraitance dans les familles et à la notion de "résilience" des victimes qui ne prenait pas en compte les frères et sœurs témoins impuissants de ces maltraitance et devant, pour survivre psychologiquement donner raison au discours justificatifs des parents. Ceux-là sont rarement pris en charge, souvent même laissés à leurs parents, puisque non maltraités eux-mêmes...

Un exemple de double bing : une ado en première à qui son prof de maths dit qu'il devrait travailler davantage et qui répondant qu'il travaille beaucoup se voit rétorquer qu'il doit changer de filière ! (Cet ado a eu son bac avec mention et est entré dans une grande école de commerce mais combien d'enfant se trouvent confrontés à cette double contrainte : "travaille et tu y arriveras mais si malgré tout tu n'y arrives pas c'est que tu n'es pas doué." Pas d'autre issue ou alternative ou discussion possible. C'est comme les pauvres, s'ils le sont c'est parce qu'ils le valent bien, même s'ils se démènent pour ne pas le rester)

Le pire c'est que la répression coûte souvent plus cher à l'état que la bientraitance mais comme les grands idéologues néo-libéraux qui sont les maîtres à penser depuis des siècles de ceux qui nos dirigent (le néo-libéralisme ou libertarianisme étant la perversion toxique du libéralisme) prétendent le contraire...et que l'on ne contredit pas les dieux de l'argent et leurs prophètes...

07/01/2013, 19:04 | Par poppie en réponse au commentaire de Mafch le 05/01/2013 à 20:26

Merci pour ce lien

... je le recopie encore une fois pour qu'il soit très très visible!!

http://perou-risorangis.blogspot.fr/

Les belles initiatives doivent être connues et relayées au maximum!

08/01/2013, 10:26 | Par WataYaga en réponse au commentaire de Mafch le 05/01/2013 à 20:26

06/01/2013, 09:17 | Par cereb en réponse au commentaire de mtb74 le 05/01/2013 à 16:02

Comme vous le rappelez si justement

"en  parallèle avec l'application concomitante (eh oui)  de la protection institutionelle au parent pour l'enfant via service social concerné!"

09/01/2013, 21:55 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de mtb74 le 05/01/2013 à 16:02

Ce n'est pas faux.

Et c'est bien là le problème de la police.

Faire de la répression et ne pas pouvoir faire du social.

Il y a là un grave "hiatus" qui ressemble au mot "racisme". Oui. 

C'est pourquoi les policiers, lorsqu'ils interpellent des SDF, des mineurs en danger et des enfants mendiants avec ou sans parents, appellent les services sociaux, le 115, etc.. EN VAIN !

Et franchement, c'est très dur à gérer au quotidien.

Plus que vous ne croyez !  Ce désert administratif du social ou personne ne répond jamais.

05/01/2013, 16:06 | Par FORTUNA

Je pense que si cette mandiante était sous votre fenêtre, vous n' auriez pas écrit ces lignes. Il est bien beau de s' appitoyer -quand on en a comme vous le temps- mais votre générosité affichée cache une ignorance aussi grande sur le monde réel dans lequel vous vivez pourtant.
Oui cet enfant était un objet de chantage pour obtenir de l' argent, oui il fallait arrêter cette femme et lui faire comprendre qu' il ne faudrait mieux ne pas recommencer.

Quand vous aurez dépensé des centaines de millions d' euros et à peu près réussi à  intégrer vos 17500 roms au bout de 10 ans, il en viendra 20000 autres... qui viendront pleurnicher dans votre cou d' humaine, trop humaine.

Les gens qui travaillent -comme des dingues- et payent leurs taxes  et cotisations -comme des dingues- n' en peuvent plus de ne pas pouvoir s' en sortir décement... et vous, vous proposez d' acceuillir toujours plus et encore plus de miséreux : parlez aux vrais gens sur les marchés, vous verrez que les vrais gens qui travaillent comme des dingues pour pas grand chose trouvent obscène votre générosité... de bobo (je ne juge pas mais reprend leurs mots).

PS J' ai la chance de manger à ma faim et de n' avoir pas de problèmes quand à mes lendemains. Je comprends par contre parfaitement ceux qui disent STOP et invitent les roms à retourner d' où ils viennent. Vous croyez être généreuse, mais comme vous êtes ignorante vous n' êtes qu' une niaise à mes yeux.

05/01/2013, 17:17 | Par fabrizia en réponse au commentaire de FORTUNA le 05/01/2013 à 16:06

Je pense que nous serons nombreux à nous apitoyer sur vous, qui n'avez pas le temps de vous apitoyer (j'aurais parlé de respect de l'humain, mais passons, ça doit vous dépasser) et manger à votre faim (tant mieux : moi aussi d'ailleurs). Je ne crois effectivement pas que vous vous en sortiez décemment.

05/01/2013, 18:52 | Par Leucothoé en réponse au commentaire de fabrizia le 05/01/2013 à 17:17

Vous croyez qu'ils dorment dans la rue la nuit? Les femmes qui s'installent sur des matelas avec des couvertures et leurs gamins exposés au froid et à la pluie, ce n'est qu'une mise en scène pour apitoyer les passants un maximum... Vous êtes naïfs...

La façon dont les Roms traitent leurs enfants est ignoble (leur faire voler les smartphones dans le métro à l'âge de 8-10, au risque de se retrouver violemment coincés dans les portes automatiques de la 1, laisser des nourrissons au froid pour mieux mendier alors que dans le métro il fait plus chaud...) les gosses ne sont pas des machines à sous, on ne peut laisser faire ça tous les jours à Paris!

05/01/2013, 23:05 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de fabrizia le 05/01/2013 à 17:17

Je vous trouve bien arrogant...croyez-vous être de ce fait convaincant ?

05/01/2013, 17:05 | Par mtb74 en réponse au commentaire de FORTUNA le 05/01/2013 à 16:06

Le problème que vous évoquez, Fortuna, ("les gens qui travaillent -comme des dingues- et payent leurs taxes  et cotisations -comme des dingues- n' en peuvent plus de ne pas pouvoir s' en sortir décement") est bien réel. Il y aussi ceux qui voudraient bien travailler mais ne trouvent pas de boulot on sont licenciés. 

La difficulté dans votre raisonnement, c'est que renvoyer les Roms chez eux, ou les laisser crever dans des bidonvilles, n'améliorera absolument pas la situation de "ceux qui travaillent comme des dingues". C'est le point de vue du Front national : débarassons-nous des étrangers, et tout ira mieux. Mais même à supposer que ce soit possible et moralement envisageable, cela ne modifierait en rien les paramètres du système économique capitaliste et libéral qui conduisent à la montée du chômage et de la pauvreté. Je crois donc que vous vous trompez gravement de cible. 

05/01/2013, 17:45 | Par FORTUNA en réponse au commentaire de mtb74 le 05/01/2013 à 17:05

Mais ces roms ne sont pas ma "cible" ou mes "boucs émissaires" !

Je dis simplement qu' il n' est pas possible de justifier leur errance sur les trottoirs de nos villes par des arguments humanitaires à deux balles. S' ils sont illégaux, ils n' ont rien à faire ici et les encourager à rester ne peux qu' atiser le ressentiment des pauvres à l' encontre des plus pauvres. Je préférerai que les pauvres prennent conscience de leur vrai ennemi.

Quel angélisme chez certains lecteurs de Mediapart, pétris de bons sentiments, mais qui face à la crudité du réel et aux cas concrets sont totalement désarmés !

05/01/2013, 18:03 | Par Ellemra en réponse au commentaire de FORTUNA le 05/01/2013 à 17:45

Je préfère des "arguments humanitaires à deux balles" à votre pitoyable sécheresse et à l'absurdité de votre raisonnement. Pour les Roms, à part les camps, vous avez une autre idée ? Ce n'est pas en faisant disparaitre les Roms, miroir de l'inhumanité croissante de notre société moribonde, que vous ferez prendre conscience "aux pauvres" de leur "vrai ennemi".

05/01/2013, 18:48 | Par jomabloche en réponse au commentaire de FORTUNA le 05/01/2013 à 17:45

mais , je ne crois pas qu'ils soient ""illégaux" ils font parti de l'europe ce me semble, et il y a liberté de circulation des biens et des personnes, et vous devez bien avoir voté pour cette europe là , non ?

05/01/2013, 23:12 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de jomabloche le 05/01/2013 à 18:48

Vous vous trompez Râleuse.

Les roms viennent essentiellement de Roumanie et de Bulgarie, deux pays entrés dans l'UE mais qui ne sont pas encore dans l'espace de Schengen. Le principe de libre circulation ne leur est donc pas applicable actuellement. C'est la raison pour laquelle ils peuvent faire l'objet d'une reconduite à la frontière s'ils sont entrés sans visa ou si la validité de celui-ci a expiré.

05/01/2013, 23:18 | Par philippe alain en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 05/01/2013 à 23:12

Bonsoir,

La Roumanie et la Bulgarie ne font pas partie de l'espace Schengen mais sont membres de l'Union Européenne et à ce titre, leurs citoyens bénéficient de la libre circulation. Ils n'ont pas besoin de visa pour rentrer en France. Merci de rectifier

06/01/2013, 04:21 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de philippe alain le 05/01/2013 à 23:18

 

Désolée de vous contredire mais la Bulgarie et la Roumanie ne remplissent pas encore les conditions pour entrer dans l'espace de Schengen et n'en font donc pas encore partie, comme d'ailleurs Chypre. Il en résulte que leurs ressortissants doivent montrer "patte blanche" à la frontière pour entrer en France faute de quoi ils sont des étrangers en situation irrégulière et comme tels reconductibles à la frontière.

Vous  feriez mieux de bien vous renseigner avant d'écrire et de faire la morale à celles et  ceux qui ne partagent pas vos analyses outrancières.

06/01/2013, 11:31 | Par Mafch en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 06/01/2013 à 04:21

le 9 juin 2011

" La socialiste Catherine Trautmann a alors déclaré que « ces deux pays (la Roumanie et la Bulgarie) apparaissent même mieux préparés que d'autres pays de Schengen, grâce à des investissements récents qui leur ont permis de se doter d'outils actualisés, modernes et efficaces ».

D’une manière générale, les socialistes dénoncent le « contexte d'instrumentalisation de la gouvernance Schengen par certains États membres »"

référence :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Espace_Schengen#Adh.C3.A9sion_de_la_Roumanie_et_de_la_Bulgarie

07/01/2013, 04:25 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de Mafch le 06/01/2013 à 11:31

Mme Trautman est libre de donner son point de vue. Pour autant, même si elles  ont progressé, la Roumanie et la Bulgarie ne sont pas à ce jour dans l'espace de Schengen. Tel est l'état du droit positif.

09/01/2013, 22:05 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 07/01/2013 à 04:25

Oui, La Nouvelle Héloïse.

C'est pour cette raison, comme le rappelait Philippe Alain que les Roms sont une tangente variable mais constante de la politique du chiffre des reconduites à la frontière.

Malheureusement.

Et il faut en finir avec cette hypocrisie. Il n'y a plus de politique du chiffre. Normalement.

Cependant certains exemples donnés par Philippe Alain tendent à démontrer le contraire.

Le problème qui se pose à tous ceux qui ont voté contre cette politique de reconduite aux frontières pour faire du chiffre, sans traiter les problèmes socio-économiques,   est de savoir si la politique du chiffre a été réellement  abandonnée ou pas.

Pratiques qui persistent, malgré une volonté politique affichée ouvertement d'abandonner cette politique ? L'abandonner sans véritablemetn abandonner la chasse à courre, aux étrangers ? Je m'interroge comme Philippe Alain. Je n'ai pas pu lui apporter de réponses.

Et ces interventions sont nécessaires pour nous sortir de notre léthargie ou douce rêverie révolutionnaire :

- "J'ai cru avoir voté à gauche ! Aurais-je raté mon virage ?"

Tous ceux qui écrivent à la suite de cet article sont des gens bien-pensants et bienfaisants. Arrêtons de nous étripatouiller ! Mais l'hypocrisie du système est grande et peut nous rendre toutes et tous un tantinet paranoïaques.

On peut se le pardonner, entre nous : "- Le nombre de fois où nos élus politiques nous ont roulés dans la farine !  On ne compte plus quand on aime. Une autre politique du chiffre !" 

07/01/2013, 16:40 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Mafch le 06/01/2013 à 11:31

" La socialiste Catherine Trautmann a alors déclaré que « ces deux pays (la Roumanie et la Bulgarie) apparaissent même mieux préparés que d'autres pays de Schengen, grâce à des investissements récents qui leur ont permis de se doter d'outils actualisés, modernes et efficaces ».

Un grand merci pour ce rappel.

A bientôt.

Amitié.

06/01/2013, 08:47 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de philippe alain le 05/01/2013 à 23:18

Exact pour le visa, mais pas le droit des rester au delà de trois mois sans ressources et si c'est pour vivre aux crochets du pays. Tant qu'à préciser, autant préciser jusqu'au bout, non ?

06/01/2013, 13:16 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de FORTUNA le 05/01/2013 à 17:45

Ne te fatigue pas trop Fortuna. Les "pétris de bons sentiments", dont, je doute qu'ils soient seulement pétris de bons sentiments uniquement, sont engagés dans une lutte contre les méchantsVallso -fascistes-guénto-sarkozystes. Ils ont désespérément besoin dans leur lutte qui sert essentiellement à démontrer qu'eux sont des purs, des vrais gens de gauche, ils ont désepérément besoin, dis-je, de malheureux sur lesquels ils puissent poser un regard iréniste et plein de sollicitude,  et pour ce faire les Rroms sont une vraie mine d'or. Et là, ils sont tranquilles pour un sacré bout de temps. Quels filons il ont là, à portée de main ! On se demande pourquoi ils n'hébergent pas des Rroms dans leur salon, histoire de s'imprégner de leur culture et de les protéger des rigueurs de la rue. Avec autant de braves gens dégoulinants de bons sentiments, pourquoi la question n'est-elle pas résolue, on se demande. 15 000 Rroms (chiffre invérifiable), ce n'est rien, n'est-ce pas ?  Pourquoi n'envoient-ils pas des missionnaires même pour tirer les Rroms de leur misère : il y a de quoi faire en Roumanie, en Bulgarie, en Slovaquie  ou en Tchéquie notamment. Ils n'y ont probablement jamais posé les pieds, sauf pour un week-end à Prague ou à Bucarest  éventuellement. Alors, ils peuvent pousser des cris d'horreur et  bien plus encore des cris de haine contre les salauds de fachos qu'ils vont te débusquer partout. S'ils avaient le pouvoir de zigouiller tous les fachos, ils dépeupleraient la France en moins de deux, ces coeurs purs, et pour certains, ce n'est pas l'envie qui leur en manque. Tu vas voir tout de suite le torrent de commentaires qui va s'abattre sur moi et les quelques lignes que j'ai écrites ici. C'est juste pour les faire saliver un peu, ces comiques ! 

08/01/2013, 04:15 | Par FORTUNA en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 13:16

Merci Bernard !   :)))*

06/01/2013, 17:41 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de FORTUNA le 05/01/2013 à 17:45

Soyons justes, certains ne sont pas pétris seulement de bons sentiments, il y a aussi une bêtise crasse.  Leur  refus de toute contradiction sans anathème est très révélateur. 

05/01/2013, 19:45 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de FORTUNA le 05/01/2013 à 16:06

Bien vu Fortuna et très courageux, vous allez vous faire lyncher! Vous ne serez pas seule.

Les enfants (petits), les chiots et chatons sont pour les roms de bons moyens d'apitoyer et d'obtenir des euros sonnants et trébuchants... Il y a quelques années, les personnes organisant cette mendicité (OUI, elle est organisée et bien répartie géographiquement) n'hésitaient pas à mutiler des êtres humains pour faire mendier des infirmes....mais ça ne rapporte plus contrairement aux bébés, chiots et chatons, alors ils se sont adaptés. Il n'y a que les naïfs pour défendre sans réserve les roms et condamner également sans aucune réserve les forces de l'ordre. L'été 2011 et cet été, à Paris, dans le 15ème arrdt, dans le quartier de la Convention pour être précise, j'ai bien observé leur comportement  et constaté que ces "mendiants" sont amenés le matin, qu'ils sortent leur téléphone portable et appellent (sans doute pour qu'on vienne les rechercher quand ils ont fini leur "travail", qu'ils disparaissent aux heures des repas, laissant sur place la couverture et les animaux...et surtout qu'ils sont interchangeables (la couverture et les animaux sont les mêmes mais à une jeune fille succède un jeune homme). Un homme avec un petit garçon, ça marche aussi assez bien...

Je trouve honteux cette exploitation d'êtres humains et particulièrement d'enfants, pour la mendicité. C'est indigne et juridiquement répréhensible. Il s'agit de maltraitance.

05/01/2013, 23:11 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 05/01/2013 à 19:45

Il ne s'agit pas de condamner "les forces de l'ordre" mais de condamner leur brutalité, le zèle imbécile et inhumain qu'elles mettent à exécuter des ordresassez arbitraires.

Il s'agit de condamner cet acharnement sur une communauté chassée de son pays d'origine, obligée à errer.Que la vision de ces femmes de ces enfants, sur nos trottoirs dérange, je veux bien le croire. Surtout quand on ajoute, pour faire bon poids le soupçon de vols et autres gracieusetés, qu'on fait naitre un sentiment d'insécurité en les montrant du doigt

Il y a eu les juifs, les tziganes,les communistes, les homos, les arabes, maintenant il y a les Rroms. Chaque période a ses boucs émissaires . Vous trouvez cela normal ? Pas nous ...

05/01/2013, 23:15 | Par FORTUNA en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 05/01/2013 à 19:45

Merci à vous.

Oui c' est misérable d' exploiter les humains, et oui comme ils sont sôts ceux qui niaisement ont de reflexes compationnels qui, au final, se retourneront contre leur cause. Les bons sentiments peuvent parfois être responsables de la montée de l' extrême droite !

06/01/2013, 06:24 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de FORTUNA le 05/01/2013 à 23:15

Chuttt, faut pas le dire ! 

06/01/2013, 11:14 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de FORTUNA le 05/01/2013 à 23:15

 

Vous pouvez aussi inverser la proposition ! C'est la montée du FN qui incite à regarder autour de soi, et à vouloir"protéger" les plus vulnérables .

 Toutefois, je ne crois pas que le FN puisse inspirer de bons sentiments ... question d'âge, de générations, de souvenirs ...

07/01/2013, 00:22 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de FORTUNA le 05/01/2013 à 23:15

Absolument. Le pilier de la démocratie, ce n'est pas l'émotion mais la loi.

06/01/2013, 10:22 | Par munstead en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 05/01/2013 à 19:45

"Les enfants (petits), les chiots et chatons" , et vous oubliez les grands-mères (jamais de grand père) que l'on dépose le matin et reprend le soir. Quand on habite à Paris, on voit dnas le métro les chefs de bandes (des adultes) regrouper parfois les enfnats-mendiants-voleurs et les réprtir dnas les couloirs et les rames. Mais c'est plus simple de s'appitoyer que de proposer des solutions difficiles à mettre en œuvre avec des gens qui ont un mode de vie traditionnelle auquel ils tiennent et qui n'est pas adapté à la vie dnas les démocraties urbaines européennes.

Ajoutons que le titre de ce papier dégoulinant de compassion mal appliquée est mensonger, mais il faut attirer le lecteur.

06/01/2013, 13:22 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 05/01/2013 à 19:45

Pour autant, il ne faut pas mettre tous les Rroms dans le même panier, ni ceux de France, ni ceux de Roumanie ou d'aiileurs. Mais malheureusement, les plus ignobles d'entre eux accablent de leur image déplorable l'ensemble de ces populations. Et les bonnes âmes qui par peur de stigmatiser ne veulent pas voir la délinquance Rrom, ne rendent nullement service aux Rroms en général, bien au contraire.

06/01/2013, 15:42 | Par LA PARIGOTTE en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 13:22

Il n'y a pas de délinquance rom. Il y a la délinquance, un point c'est tout.

06/01/2013, 17:44 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de LA PARIGOTTE le 06/01/2013 à 15:42

réponse d'iréniste. C'est comme la mafia corse, ça n'existe pas non plus. Même le fromage de Hollande, c'est juste du frometon, un point c'est tout !

09/01/2013, 22:18 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de LA PARIGOTTE le 06/01/2013 à 15:42

On est d'accord.

Il  y  a la délinquance.

Et la police traite de la délinquance. 

07/01/2013, 00:26 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 13:22

Non seulement ces bonnes gens ne veulent pas voir la délinquance mais plus grave, ils nient l'exploitation honteuse d'êtres humains pour les besoins de la mendicité. Et ils osent aller jusqu'à dire que les enfants, bien qu'élevés selon des modes différents des nôtres, ne sont pas en danger. C'est pitoyable de constater à quelles dérives conduit l'angélisme.

07/01/2013, 04:29 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 13:22

C'est exact . Idem pour la police systématiquement discréditée pourtant.

05/01/2013, 20:31 | Par Andrée Hélène en réponse au commentaire de FORTUNA le 05/01/2013 à 16:06

Tout doux... S'indigner et insulter quiconque n'est pas dans les habitudes des habitués de Médiapart et les  rumeurs des marchés ne font qu'alimenter les politiciens à la pêche des voix.

Je comprends votre courage et votre colère mais la France est un pays riche qui devrait trouver une autre place en Europe que celle assignée par Mme Merkel. Mr Hollande doit désobéir au diktat de l'Union et faire preuve d'imagination pour une soci'été plus juste .

Le problème des Roms est un vaste chantier en Europe et les gouvernants de l'Union ne font rien. D'ailleurs, que faire devant un problème qui dure depuis des lustres? Les nazis avaient pensé à régler le problème à leur manière...C'est un souvenir cruel.

Alors si vous voulez parler argent, pensez au nombre de ministres ou missionnaires d'état qui bénéficient de vos impôts. A "leurs repas de travail".

A leurs avantages en nature, à leurs cumuls en tout genre...

Pensez à Mr Sarkozy qui a plusieurs salaires et qui donnent des conférences le lundi à Doha, le mardi chez Poutine et, cerise sur le gâteau, a un appartement payé par nous contribuables rue de Miromesnil. Pensez à Mme Trierweiler avec son bureau à l'Elysée, ses voyages en tant first "girl-friend".

Niais, nous le sommes tous mais rejeter par principe les Roms ou autres gens du voyage, cela montre aussi notre ignorance à appréhender un problème humain.. 

05/01/2013, 23:05 | Par FORTUNA en réponse au commentaire de Andrée Hélène le 05/01/2013 à 20:31

Ce n' est pas une raison.
Vous ne pourriez pas justifier le don d' avantages données aux roms qui trainnent dans les rues par les avantages que s' octroie l' oligarchie. La niaiserie ambiante sur le sujet est totalement déconnectée du réel. Regardez le problème en face, imaginez le sous vos propres fenêtres et arrêtez cette mievrerie sotte et cette compassion issue d' une conception manichéenne du monde.
Ce sont ces bons sentiments là qui sont responsables de la montée de l' extrême droite !
IL FAUT VIVRE DANS LE CONFORT POUR PENSER COMME VOUS ! 

Je crois que si je détestais tant et tant le monde capitaliste, je m' installerai dans une champs isolé avec des pottes et vivrait en communauté. Ces bandes organisées, soumises ou non (il y a aussi des roms automes et solitaires qui pratiquent la mendicité autonome et attendent qu' on les prennent pour toucher l' aide au retour ), se comportent en parasites et tiennent un double langage - si l' on réfléchi deux minutes, ils ne sont en effet pas cohérents.

05/01/2013, 23:15 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de FORTUNA le 05/01/2013 à 23:05

D'accord avec vous. Je dois l'écrire car je ne réussis pas à "recommander"

06/01/2013, 11:45 | Par Mafch en réponse au commentaire de FORTUNA le 05/01/2013 à 23:05

"Ce sont ces bons sentiments là qui sont responsables de la montée de l' extrême droite !"

Tiens donc vous avez la mémoire courte : Marine LEPEN, la larme à l'oeïl, voyant arriver et parfois se noyer des immigrés à Lampédousa a dit que "si elle le pouvait" elle les accueillerait à bras ouverts...les tenant un instant la tête hors de l'eau avant de les abandonner à leur triste sort...

La vérité si je mens : chaque fois qu'un être vivant est sauvé d'un mauvais sort, c'est l'humanité qui s'en trouve réconfortée.

06/01/2013, 11:54 | Par WataYaga en réponse au commentaire de FORTUNA le 05/01/2013 à 23:05

Avec le pseudo que vous vous êtes choisi/e je ne crois pas que vous viviez dans la misère ! Moi j'y vis et pourtant je travaille quotidiennement et j'ai connu les hébergements d'urgence - de justesse, j'ai frôlé la rue - et je peux vous dire que votre discours est ignoble même si vous avez peut-être l'excuse de l'ignorance crasse dans laquelle vivent les gens qui ont un petit quelque chose et qui se croient du côté des "bons" parce qu'ils n'ont pas encore sombré dans la misère que prévoit pour eux le capitalisme.

Je paye des impots car les pauvres ne sont pas épargnés de ce côté là, et comme à un moment je n'ai pu manger et me loger qu'en prenant des crédits, je suis en surrendettement à la banque de rance. Cela vous semble-t-il suffisamment "pauvre mais honnête" pour avoir un point de vue sur la question ? Ah ! Je précise, je suis vieille et comme mon pseudo ne le montre pas je suis "rançaise de souche" comme ils disent dans la poubelle où vous allez puiser vos idées rances, alors pas la peine de me dire de retourner dans mon pays : j'y suis et je ne suis pas comme la soi-disant nationaliste friquée, je ne le quitte pas !

Ce que j'aime chez les personnes qui parlent de légalité c'est qu'on a au moins la certitude que s'il était légal d'assassiner son voisin sous prétexte qu'il a une tache dans l’œil, ils le feraient avec la bonne conscience du devoir accompli ! Je cite cela parce qu'à une époque pas si lointaine on brûlait ou lynchait des gens pour moins que ça ! C'est certainement un vieux résidu de cette charité chrétienne qui motive vos paroles, alors soyez heureux, il vous sera beaucoup pardonné car vous compterez sûrement parmi les élu/es.

Les sociétés dominantes et exterminatrices ont ceci en commun c'est qu'elles accusent toujours ceux et celles qui ont eu le culot et la mauvaise grâce de survivre des comportements qu'elles les ont contraintes à adopter pour cela. 

Au XIXème siècle les enfants des miséreux étaient extrêmement maltraités dans nos sociétés (relisez Hugo et Dickens, c'est pas si dur que ça, j'y suis bien arrivée, moi, petite fille de paysans illettrés) et ce sont les luttes menées pour éradiquer cette misère qui nous permettent de juger du haut de notre supériorité de encore logé/es et nourri/es par notre travail de juger ceux/celles qui se retrouvent dans des situations précaires et de tenir des discours pontifiants et moralisateurs comme ces grands bourgeois qui avaient leurs "bons pauvres méritants" dégoulinants d'obséquiosité (pas de jugement à l'égard de ces derniers, quand la survie est en cause, chacun/e fait comme il peut) sur les vices de ces gens là.

Votre peur panique de sombrer dans la misère risque de faire de vous un bon outil dans la main de ceux qui ont intérêt que les pauvres s'exterminent entre eux (c'est toujours ça de gagné sans se salir directement les mains) ou pour le moins soient consentant/es à la maltraitance des plus démunis qu'eux. Moi qui fréquente tous les jours des personnes qui sont médiatisées péjorativement cela me mets en rage de voir que cette médiatisation fonctionne alors que la plupart des personnes victimes de stéréotypes sont aux antipodes de ceux-ci.

06/01/2013, 13:36 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de WataYaga le 06/01/2013 à 11:54

Ah Watagaga ! La misère des Rroms était-elle résolue en Europe de l'est sous le régime communiste ? Moi qui connais les Balkans depuis 1966, et les ai parcourues moult fois en tous les sens, je peux vous affirmer que non ! mais vous n'en aurez cure, puisque pour vous , je suis un ignoble salaud, une raclure fasciste etc etc...

09/01/2013, 22:21 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de Andrée Hélène le 05/01/2013 à 20:31

Condamner l'exploitation des enfants, ce n'est pas rejeter les Roms.

C'est condamner ce qui est pénalement répréhensible.

Par contre, ne rien faire socialement pour aider les populations Roms est moralement répréhensible.

Et le poids de la morale (laïque ou non), comme celui de la conscience humaine, ne pèse pas lourd.     

06/01/2013, 09:20 | Par cereb en réponse au commentaire de FORTUNA le 05/01/2013 à 16:06

Décidément l'obsession a de beuax jours encore devant elle

Obsession ...

Des mendiants sdf nous en voyons chaque jour dans la rue ,passer ,marcher , assis ici ou là et TENDANT la main et nous ne sous sentons pas agressés pour autant!

Avant les fêtes ,ilselles sonnent à notre porte pour quémander une aide afin de se payer une nuitée à 15€ dans un foyer::

Sinous ne donnons qu'un peu ou disons "je ne peux" que ... ils repartent !

Et CE NE SONT PAS DES RROMS

Et il suffit de participer un peu ...

15 € x 30 jours = 450€  /mois en foyer pour le sans abri  non rrom!!!

J'ai travaillé toute ma vie en "dingue" et je connais le PRIX de l'argent .

Plus on est pauvre ,plus l'argent côute !cher !

Il faudrait apprendre à ne plus marcher sur la tête !

Alors sans doute serait elle plus fonctionnelle !plus rationnelle!

Je répète: ces "mendiants" à 15 € la nuit ne sont pas rroms !

 

06/01/2013, 11:58 | Par WataYaga en réponse au commentaire de cereb le 06/01/2013 à 09:20

"Plus on est pauvre ,plus l'argent côute !cher !"

C'est une constatation que je fais tous les jours ! Et dans les moindre détails de la vie quotidienne !

06/01/2013, 23:18 | Par FORTUNA en réponse au commentaire de cereb le 06/01/2013 à 09:20

Moi je ne donne rien car je n' ai pas les moyens. COMME BAUDELAIRE, JE PREFERE AUSSI QUE LE MENDIANT SE REVOLTE PLUTÖT QU4 IL AIT UN GROS VENTRE

09/01/2013, 22:23 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de cereb le 06/01/2013 à 09:20

Vous en voyez beaucoup mendier avec des enfants ?

Ces mendiants qui ne sont pas Roms.

Sinon, entièrement d'accord, donner un peu, c'est donner beaucoup. Le tout, c'est de donner.

06/01/2013, 13:06 | Par Gavroche. en réponse au commentaire de FORTUNA le 05/01/2013 à 16:06

@ Fortuna 

Ventre plein, coeur sec, et cervelle vide.

Quant à "l'ignorance" supposée de votre interlocutrice, vous donnez un avis d'expert : il suffit de lire votre prose pour le constater. 

Le FN n'a même pas besoin d'être au pouvoir, il est dans les têtes des "souchiens", qui s'imaginent que les 15 000 roms de France "coûtent plus cher" que les patrons et les actionnaires des grands groupes.

 

06/01/2013, 17:52 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Gavroche. le 06/01/2013 à 13:06

Pauvre Fortuna, qui s'est dénoncée par son pseudo ! Que serait-ce si par antiphrase, elle avait choisi le pseudo de "Crésus" ! J'espère que vous êtes maigrichonne au moins car le moindre signe de prospérité, c'est un indice ici pour nos Tchekistes en chambre !  Si vous avez la panse un peu développée, dites que c'est la malnutition, surtout !

10/01/2013, 17:32 | Par Azahar en réponse au commentaire de FORTUNA le 05/01/2013 à 16:06

c'est qui les "vrai gens" (j'espérais que ça voulait dire "pas virtuels" comme sur des commentaires... mais j'ai bien peur que non Embarrassé!!!)

Alors les humains qui ne sont pas des "vrais gens" ???? 

Pour ceux qui sont responsables (politiques)... il est facile de faire croire aux gens qui triment et qui s'en sortent quand même que c'est la faute de ceux qui sont encore plus mal lotis qu'eux! Le malheur est que ça fonctionne!

Accès à l'éducation gratuite, à la culture (abordable), police de proximité + services sociaux non débordés... et vous verrez qu'il y aura moins de mendicité. 

Deuxièmement, vous faites un amalgame un peu hâtif entre mendiants et Roms... à mon humble avis. 

 

05/01/2013, 16:27 | Par martine silber

Merci une fois encore pour ce billet. pas mal d'infos à consulter ici en ce qui concerne la mendicité avec enfants.

Toutefois, et n'en déplaise aux bonnes âmes, je suis souvent sidérée de voir des enfants de deux ou trois ans,  et qui au lieu de rire,crier, pleurer,  courir, jouer comme ce serait normal à cet âge, dorment du matin au soir sur les genous d'un adulte ou directement sur le sol. Vous avez des informations là-dessus? Ces enfants sont-ils debouts toute la nuit et récupèrenent dans le journée ou avalent-ils des médocs? Je suis désolée de poser la question aussi crûment, mais je trouve cela inquiétant.

Je ne suis pas de la police, mais je suis une mère grand

05/01/2013, 16:39 | Par fabrizia en réponse au commentaire de martine silber le 05/01/2013 à 16:27

Des "bonnes âmes", ma bonne, il en faudrait plus. Les enfants roms scolarisés sont virés de leurs écoles, et pas par leur profs, ils sont de plus utilisés pour pister les familles, que voulez-vous que leur parents fassent ?

05/01/2013, 19:22 | Par ann Carmant en réponse au commentaire de fabrizia le 05/01/2013 à 16:39

Grâce à des associations qui les soutiennent ou par l'initiative de leurs parents et malgré les difficultés (qu'on ne saurait nier) beaucoup d'enfants roms sont scolarisés. De plus les enfants de dix-huit mois ne le seraient pas, même nés sous une meilleure étoile. Ne vous en déplaise et malgré vos sarcasmes assez malvenus, voir les tout petits trainés de rames de métros en quais de métros et par terre toute la journée n'est en effet pas réjouissant, ils sont tout de même utilisés afin de mendicité. Je ne connais pas la solution mais ne demande qu'à être informée sans être qualifiée, la bave aux lèvres, de "bonne âme ma bonne"  comme la personne à qui vous répondez...

06/01/2013, 06:40 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de ann Carmant le 05/01/2013 à 19:22

Bien entendu qu'il y a du bon boulot à faire, nnotamment auprès des enfants, mais cela demande pour qu'effectivement il ne soit pas foutu en l'air, de voir les réalités, toutes les réalités, même les plus sordides, même les plus ignobles, afin qu'un amalgame ne soit pas fait dans la population française entre tous les Rroms. Mais parmi nos gauchos-irénistes, il y a une volonté évidente de disposer éternellemnt de victimes pour attester de leur pureté . Ce n'est qu'une enième resucée du mythe du bon sauvage. Je leur mettrai à l'occasion une photo de spendide maison de chef mafieux Rrom faite sur place en Roumanie par moi-même qui parcours les Balkans depuis 1966, et qui les connais sur les bouts des doigts, ce qui me permets d'ailleurs de dire qu'il ne convient pas de mettre tous les Rroms dans le même sac, contrairement à ce qu'ils voudront me faire dire très bientôt, car débusquer du facho, il n'y a que ça qui les intéresse !

06/01/2013, 11:29 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 06:40

 

 J'ai vu, en effet, il y a assez longtemps, un reportage à la Télé (suisse romande, je crois) sur ces belles maisons (à au moins un étage)en Roumanie. Façades décorées, mais rien à l'intérieur .... Par contre plein d'or dans la bouche des propriétaires !

Mais ça, cher Monsieur, c'est en Roumanie ! Ici, se sont des bidonvilles, des logements d'infortune ...

Nous avons tous une expérience de ci de ça, mais avoir vu quelque chose en un lieu donné et en faire une généralité , ce n'est pas la seule réalité.

Accueillons les gens puisqu'ils sont là; donnons leurs le moyen d'exister, de subsister, en leur donnant le droit de travailler. Un certain nombre d'entre eux ne souhaite que cela. Certes, comme dans toute société, il y a des" parasites", pour ne pas dire des voyous, parmi eux.

Est-ce une raison pour stigmatiser les autres ?

06/01/2013, 13:44 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Myrelingues le 06/01/2013 à 11:29

Mais ce que vous ne comprenez pas, c'est que ces riches Rroms sont bien souvent des maffieux qui envoient dans toute l'Europe, des femmes pour faire la pute au bord des routes, des enfants pour mendier etc. Ce sont de véritables maquereaux de leurs congénères, et ils doivent bien rigoler de voir des âmes pieuses qui ne veulent pas voir un large pan de la réalité. 

06/01/2013, 14:44 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 13:44

 De quel droit me qualifiez-vous "d'âme pieuse" ? Diffamateur !En pleursRigolant

Je ne roule pas pour les salopards qui exploitent femmes et enfants . Mais je pense sincèrement qu'il y a une manière d'exprimer un peu de solidarité active qui n'enlève rien à personne .

Aussi loin que remonte ma mémoire, j'ai toujours vu des "étrangers" en France : Polonais dans les mines de charbon du Nord, Espagnols ayant quitté Franco et ses oeuvres, Italiens venus  construire nos maisons et échapper à la grande pauvreté et à la faim ....

Dans la petite ville où j'ai passé mon enfance, des réfugiés Arméniens ont été accueillis après des événements qu'on n'a pas le droit de qualifier de génocide; puis après la guerre 39/45 il y a eu des Tchèques, puis ensuite toute une diaspora vietnamienne (les dragons de la Fête du Tet dans les rues : une merveille pour des yeux d'enfants !)

J'allais oublier : dans les années 40 nos "cousins germains" qui défilaient au pas de l'oie en chantant Halli Hallo ....sur tout le territoire  !

Ajoutons-y tous les Arabes et Africains qui font nos autoroutes, construisent nos immeubles cages-à-lapins/guettos, et les immeubles de luxe, vident nos poubelles et aux grands parents desquels on a enjoint d'aller se faire trouer la peau pour leur mère-Patrie la France au nom de leurs ancêtres gaulois ! Les bienfaits de la colonisation, j'vous dis !

Tous ces gens là, d'où qu'ils viennent, quelle que soit la couleur de leur peau ou celle de leurs yeux, ont subi ce que l'on fait subir aux Rroms : un ostracisme fait de peur et de méconnaissance de l'autre .

Certes non, nous ne pouvons absorber toute la misère du monde ... Par contre tous les nouveaux riches maffieux ont droit de cité  ! Etonnant, non ?

 

06/01/2013, 17:57 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Myrelingues le 06/01/2013 à 14:44

Sur l'essentiel de ce que vous dites ici, on peut être d'accord.

06/01/2013, 09:22 | Par cereb en réponse au commentaire de ann Carmant le 05/01/2013 à 19:22

Ils sont d'aboed ACCOMPAGNES ,par leurs parents , selon le droit légitime de tout parent!

A vous entendre ,toute mère ou père portant son enfant dans ses bras ou lui donnant la main ,alternativement ,s'il/elle a une tête qui ne  convient pas ,ou bien des vêtements pas assez ceci cela , ils/elles risquent d'être pris pour des rroms!!

et amenés au poste "pour contrôle"!!et plus si .....

On ne choisit pas d'être pauvre , on ne choisit pas d'être à la rue , rrom ou pas!

On  subit!

06/01/2013, 12:22 | Par WataYaga en réponse au commentaire de cereb le 06/01/2013 à 09:22

J'ai passé une journée avec des Roms logés dans un grand local désaffecté et ce que j'y ai vu m'a prouvé que ces personnes là aimaient et choyaient leurs enfants. Il y avait beaucoup de chaleur, de complicité et de gaîté dans les relations des parents avec leurs enfants, bien plus que dans certains milieux aisés que je commence à côtoyer parce qu'ils s'installent dans les immeubles rénovés (dont on été expulsés les pauvres pour cause d'insalubrité) et dont je vois la dureté éducative avec effarement. Mais pas de probème -eux sont les bons !

Peut-être que la nuit ceux qui sont dans la rue ne dorment pas par mesure de sécurité, celui/celle qui s'est retrouvé/e dans la nuit sans savoir où aller sait de quoi je parle... C'est peut-être cela qui explique que les enfants dorment le jour, mais j'en ai vu aussi jouer avec leur mère et celle-ci leur chanter des chansons à mi-voix.

Quant à celui qui parle des "sauvages" je lui rétorquerais que je préfère les "sauvages" aux "barbares" inhumains qui se satisfont de la misère des autres en en rejetant la faute sur eux. Mais cette personne n'ayant que le mot de "pureté" par ci, "pureté" par là à taper sur son clavier et bouffant du gauchiste dans ses billets sait sans doute ce que c'est d'être impur sous couvert d'être un socialiste réaliste....

06/01/2013, 18:07 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de WataYaga le 06/01/2013 à 12:22

N'insulte pas les socialistes, je ne suis pas socialiste,  Watayaga. Et je fais allusion au" mythe du bon sauvage". N'essaye pas de retourner les mots contre moi sans même les comprendre. Je bouffe surtout de l'hypocrite, plus que du gauchiste, mais quand les gauchistes sont des hypocrites, eh bien tant pis pour eux. L'hypocrisie, c'est l'hommage du vice à la vertu. C'est quasi nécessairement plus répandu à gauche, puisque la gauche est censée incarner la vertu même, quand la droite est plus cynique, et ne considère pas forcément l'homme comme bon.

06/01/2013, 11:37 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de ann Carmant le 05/01/2013 à 19:22

"de bonnes âmes" venait d'un commentaire de Martine Silber, un peu plus haut. Fabrizia n'a fait que reprendre ces mots. Et elle n'a pas "la bave aux lèvres" pour lui répondre comme vous l'écrivez avec autant d'animosité.

En outre , vous devriez surveiller la ponctuation ! Elle donne des indications de lecture ! après "bonnes âmes", Fabrizia a posé une virgule. Ensuite seulement elle a ajouté "ma bonne". Une virgule ça change tout dans l'interprétation à apporter , ma bonne Ann Carmant !

06/01/2013, 09:37 | Par martine silber en réponse au commentaire de fabrizia le 05/01/2013 à 16:39

ça ne me dit pas pourquoi ils dorment....

06/01/2013, 10:28 | Par munstead en réponse au commentaire de fabrizia le 05/01/2013 à 16:39

Parlez avec des rpofs des écoles qaui accueillent des enfants roms, la plupart son découragés parce que ces enfants sont retirés de l'école par leurs parents au bout de deux ou trois mois pour aller ailleurs dnas une autre école à 200 km de là. Aucune continuité d'enseignement et de suivi n'est possible. Il y a quelques essais d'écoles itinérantes mais qui ne peuvent guère aller au-delà de l'alphabétisation, de cours de français et de clacul de base. Le coût est élevé.

06/01/2013, 11:39 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de munstead le 06/01/2013 à 10:28

 

Pas mal de bénévoles assurent, de leur mieux, l'alphabétisation .... GRATUITEMENT

06/01/2013, 13:03 | Par WataYaga en réponse au commentaire de Myrelingues le 06/01/2013 à 11:39

Il y a aussi des "expériences" (je mets ce mot entre guillemets parce que ce sont des initiatives d'enseignants qui cherchent des solutions) dans certains établissements scolaires dont les enseignants se sont initiés à certains éléments de la culture Rom (en particulier des contes) ont invités les familles à des fêtes interculturelles au cours desquelles les familles françaises et Roms ont échangé (cela après un certain temps, dans un des cas que je connais cela a pris deux ans) et cela a changé deux choses : la méfiance que les Roms avaient concernant l'institution scolaire et le regard que les familles françaises portaient sur eux. J'ai perdu un livre de contes Roms auquel je tenais beaucoup dans l'aventure (l'enseignant ne me l'a pas rendu : demain, peut-être) mais je suis contente.

Il me revient un conte qui il me semble pose bien la question du regard que l'on pose sur l'autre suivant les idées préconçues qu'il en a :

"Deux hommes étaient très amis et se rencontraient tous les jours pour parler ensemble. Mais un jour, l'un d'entre eux constata après le départ de son ami qu'il ne retrouvait plus sa hache qu'il mettait toujours au même endroit et il eut beau la chercher, elle avait bel et bien disparu. Alors le soupçon s'infiltra dans son esprit : et si c'était son ami ? Il repoussa cette idée mais quand le lendemain son ami vint lui rendre visite il lui trouva quelque chose d'indéfinissable de différent qui réveilla sa méfiance. Peu à peu le doute fit place à l'évidence : tout dans le comportement de son ami démontrait qu'il était bien capable de voler une hache. Les paroles de son ami étaient celles d'un voleur de hache, ses gestes, ses regards, les expressions de son visage tout démontrait qu'il se sentait coupable.

Les jours passant il devint de plus en plus désagréable avec son ami qui finit par raccourcir ses visites puis par ne plus passer le voir ce qui était bien la preuve la plus éclatante qu'il lui avait volé sa hache. Il décida donc d'aller lui en demander raison le lendemain. Mais, dans la journée, il fut surpris par la pluie et dut se mettre à l'abri dans une vieille ruine et là, bien visible, il vit sa hache et il se souvint alors que la veille du jour où il s'était rendu compte qu'il avait perdu sa hache, il avait été surpris de la même façon par la pluie, s'était abrité au même endroit, s'était endormi et réveillé à la nuit et était rentré chez lui tout ensommeillé pour se coucher. Il fut alors heureux que quelque chose en lui l'ait empêché de parler de son soupçon à son ami !

Et le lendemain, quand il alla voir son ami, il se demanda comment un homme au visage aussi avenant et ouvert avait pu lui paraître celui d'un voleur !

Un proverbe amérindien (ah! oui encore un "sauvage" !) dit "tant que tu n'as pas marché suffisamment longtemps dans les mocassins de quelqu'un tu ne peux rien dire à son sujet"

Par ailleurs France 2 a diffusé un reportage "dans la peau d'un SDF" dans lequel un journaliste s'est mis en situation, cela fait tomber bien des idées toutes faites mais je ne sais pas si on peut encore le voir.

06/01/2013, 16:56 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de WataYaga le 06/01/2013 à 13:03

 

J'ai bien aimé ce conte, si conforme à la réalité, y compris à la mienne parfois ...

Car je ne suis pas exempte de mouvements de recul, dans certaines circonstances ...

Mon prof de latin, parlant des Barbares, nous avait dit  que l'on avait tendance à taxer de Barbare ceux venus d'ailleurs, sans chercher à savoir en quoi leur différence  n'était pas de la barbarie, mais simplement une différence de culture, de langue, de coutumes, de manière de se vêtir, de manger. Et que la méconnaissance de l'Autre engendrait soupçon et peur ... et dans certains cas, chasse à l'homme . Qu'il fallait se défier non pas de l'Autre, mais de nous-mêmes et cultiver la réflexion avant de proférer quoi que ce soit. Les années passent , les cours du "père" Jayet restent !

 

06/01/2013, 18:11 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Myrelingues le 06/01/2013 à 16:56

Ben oui, et c'est bien pour ça qu'il ne faut pas confondre xénophobie et racisme.

07/01/2013, 20:40 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 18:11

 

 Perso, je ne confonds pas ! J'ai subi la "xénophobie" lorsque je travaillais à l'étranger, et je peux vous dire que si je gardais le sourire, j'en étais drôlement meutrie ... Et j'avais donc un statut social, un bon boulot, je n'étais pas en guenilles .... Bonne chance pour moi, pas vrai ?

 

09/01/2013, 14:32 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Myrelingues le 07/01/2013 à 20:40

cf mon blog  MEDEF, SOS racisme, même combat!

10/01/2013, 18:23 | Par Azahar en réponse au commentaire de WataYaga le 06/01/2013 à 13:03

hé ô... je le connais ce proverbe des mocassins Clin d'œil

Il y a un autre proverbe, que je ne retrouve pas qui dit "déchausse-toi avant d'entrer dans mon coeur" ou quelque chose comme ça... peut-être que quelqu'un le connaît et peut me le corriger, histoire de ne pas raconter de bêtises ...

07/01/2013, 01:06 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Myrelingues le 06/01/2013 à 11:39

Un facho comme moi les félicite. C'est quelque chose de certainement plus efficace que de croire des histoires à la noix et pousser des cris d'orfraie sans le moindre esprit critique.

09/01/2013, 22:33 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de martine silber le 05/01/2013 à 16:27

Oui, certains sirops "soporifiques" sont utilisés. Pas forcément des médicaments.

Il est certain qu'arriver à tenir des enfants sur place pendant quatre ou cinq heures, sans bouger, coincés sur les genoux d'un adulte, n'est pas naturel.

Mais bon, comme il s'agit d'une exception culturelle !

Parfois les intimidations et la contrainte pas seulement verbale jouent un rôle beaucoup moins sympathique pour l'image des Roms. Si vous voulez vraiment le savoir, prenez votre courage à deux mains. Rien ne vaut la vérité vue de ses propres yeux. Sympathiser avec une famille Rom. Ou une maman Rom et ses enfants. Restez au moins pendant une heure et demie à leurs côtés, sinon plus. S'ils vous acceptent !

Et ensuite racontez-nous l'"exception culturelle". En France. Pour un policier, il ne peut pas y avoir d'exception culturelle. Il y a des lois françaises qui s'appliquent à tous sur le territoire français.   

Mais nous sommes tous coupables d'être Français et de laisser des êtres humains dans une telle misère sur notre territoire. C'est sans doute cette culpabilité qui nourrit l'aveuglement envers l'"exception culturelle" Rom !

Il vaudrait mieux nous ressaisir et offrir un cadre de vie décent à ces familles Roms ou pas. A tous ceux qui sont dans la rue.

05/01/2013, 17:21 | Par philippe alain en réponse au commentaire de Alexis Santino le 05/01/2013 à 16:32

Bonjour,

Merci pour votre commentaire. Merci également de vous reporter aux faits. Un bébé de 12 mois a été privé de liberté plus de 4 heures. Appelez cela comme vous voulez, mais le fait est.

Ce dont il s'agit ici n'est pas la mendicité des enfants roms que je regrette comme vous et qui est incompatible avec la loi française. Ce que je dénonce c'est le comportement de policiers qui détournent le code pénal en accusant une maman d'organiser la mendicité de son bébé de 12 mois. Ils prétendent donc très clairement que le bébé de 12 mois est un mendiant poussé par sa mère, ce qui est faux et matériellement impossible.

Je ne porte aucun jugement sur les policiers en général. Certains sont très corrects, d'autres se conduisent d'une manière peu compatible avec leur fonction. (Marseille, Vénissieux, affaire Neyret...)

Oui, vous avez raison, c'est la culture du chiffre qu'il faut dénoncer. Toutefois, cette culture entraine parfois sur le terrain des comportements policiers insuportables. Permettez-moi de vous renvoyer sur ce billet et vous verrez que si les politiques et la hiérarchie sont souvent en cause, les "simples flics" portent aussi parfois une lourde responsabilité dans la violation de la loi qu'ils sont censés appliquer.

http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-alain/061012/des-enfants-pourchasses-violentes-et-humilies-par-la-police

Cordialement

05/01/2013, 19:58 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de philippe alain le 05/01/2013 à 17:21

Votre article n'est pas du tout objectif. Il est facile de s'attirer de la sympathie en tapant  sur les forces de l'ordre qui, dans votre représentation manichéenne de la société, représentent les MECHANTS et de défendre naïvement des comportements odieux mais, dans un imaginaire nourri de la littérature du 19ème s (V Hugo, E Sue, et Zola)  vous faîtes passer pour les GENTILS. C'est un peu plus compliqué que cela et vous le savez vraisemblablement....sinon vous auriez dû vous renseigner avant d'écrire!

06/01/2013, 06:44 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 05/01/2013 à 19:58

Courageuse, la Nouvelle Eloïse !

06/01/2013, 09:04 | Par cereb en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 05/01/2013 à 19:58

"Un IMAGINAIRE"!?

ah le beau rêve!

06/01/2013, 13:37 | Par WataYaga en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 05/01/2013 à 19:58

Cela prouve que vous êtes du bon côté du bâton ! Si je devais raconter toutes les exactions de policiers dont j'ai été témoin et contre lesquelles j'ai protesté et cela bien avant le règne de l'excité, je pourrais écrire un livre épais.

Il est vrai que moi avec ma tête de "bien de chez nous" on ne m'a jamais contrôlée, mais je n'en dirais pas autant de mes ami/es basané/es et cela je l'ai vu à l’œuvre avec les justifications que l'on sait pendant la guerre d'Algérie, j'étais gamine mais j'habitais un quartier pauvre (déjà), mais cela n'a pas arrêté après.

Ensuite les évènements de 68 n'ont pas arrangé l'affaire et je dois dire que sous le règne de celui qui croyait en son destin et qui a instauré la carte de travail, cela ne s'est pas arrangé non plus (j'avais déjà de mauvaises fréquentations pas franchement blanches à l'époque ! ). J'ai même vu des gamins (des noirs, c'est de la provocation!) de 10 ans à qui de gentils messieurs en civils demandaient de vider leurs cartables sur le quai du métro et ceux-ci sortir leurs crocs et leurs cartes de police justificatrices.

Je n'ai pas vu beaucoup de changement pendant les années dites de gauche mais l'arrivée de nez pointu a quand même marqué une aggravation notoire qui n'a été qu'en s'amplifiant avec le déglingué qui a suivi. Donc je ne pense pas que même s'il a sévit pendant 10 ans il soit responsable de tout.

J'ai vu aussi quelques rares cas positifs qui m'empêchent de généraliser mais plus du côté des gendarmes et je ne peux qu'encourager ceux-là ! Mais il ne semble pas que ce soit eux que ce gouvernement soutient, certains d'entre eux ayant cru au changement en payent les conséquences semble-t-il...

Alors je ne suis pas entièrement convaincue que c'est demain que l'on va avoir une police au service des habitants sauf dans les beaux quartiers, mais c'est normal : ils sont à leur service !

Je précise que ce que je raconte ici est le plus "soft" de ce dont j'ai été témoin, le reste serait trop long...

06/01/2013, 18:14 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de WataYaga le 06/01/2013 à 13:37

attention, Watayaga, tu commences à donner dans la nuance, c'est une mauvaise pente !Rigolant

07/01/2013, 16:36 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de WataYaga le 06/01/2013 à 13:37

Je ne suis pas du bon côté du baton, ni d'ailleurs non plus de l'autre...

10/01/2013, 18:43 | Par Azahar en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 05/01/2013 à 19:58

Je ne suis pas sûre que la référence littéraire soit juste... 

06/01/2013, 10:32 | Par munstead en réponse au commentaire de philippe alain le 05/01/2013 à 17:21

La privation de liberté d'un enfant de 12 mois pendant 4 heures. Vous ne vous sentez pas un eu ridicule en écrivant ça? Il est libre, l'enfant qui passe ses journées dans le froid sur un trottoir en hiver pour apitoyer les passants, avec sa mère criant "bébé, bébé" toutes les trente secodnes?

06/01/2013, 13:44 | Par WataYaga en réponse au commentaire de munstead le 06/01/2013 à 10:32

Un bébé de cet âge n'est jamais libre quelque soit son milieu et le seul endroit où il se sent en sécurité affective, c'est dans les bras de sa mère. Une séparation de quatre heure de sa mère représente un traumatisme grave, car le problème là tient aux conditions de cette séparation qui induisent forcément un choc émotionnel violent

06/01/2013, 18:24 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de WataYaga le 06/01/2013 à 13:44

l'article ne dit pas que l'enfant a été séparé des sa mère, que je sache. Il est suffisamment flou pour que l'on puisse interpréter les choses n'importe comment, et les notions juridiques sont très peu maitrisées par Alain. J'en déduis, peut-être un peu rapidement, mais quel piètre avocat alors, que c'est écrit avant tout pour déclencher des réflexes pavloviens, et c'est bien dommage. Quels témoins y a-t-il eu de la scène ? On n'en sait rien ! Et tout est à l'avenant !

06/01/2013, 23:26 | Par munstead en réponse au commentaire de WataYaga le 06/01/2013 à 13:44

Donc tous les enfants de mères qui travaillent sont gravement traumatisés… Ouch

07/01/2013, 00:49 | Par WataYaga en réponse au commentaire de munstead le 06/01/2013 à 23:26

Personnellement je suis de plus en plus convaincue que c'est effectivement un traumatisme, surtout avec la dégradation actuelle des conditions de garde des enfants, mais chut, c'est considéré comme antiféministe de dire cela et je suis une féministe....

Mais là n'était pas mon propos : il est quand même extrêmement différent, pour un enfant, de se séparer de sa mère pour retrouver des personnes qu'il connait et des copains et copines que de lui être enlevé par des inconnus étranges en ressentant le stress de sa mère ! Si vous ne faites pas la différence...

07/01/2013, 10:19 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de WataYaga le 07/01/2013 à 00:49

Oui, bien sûr, mais vous y étiez ? Vous savez vraiment comment ça s'est passé? quelles sont les sources ?  Quel témoins ?  Alain ne maitrise visiblement  pas les termes juridiques qu'il emploie.  Le billet est extrèmement flou. Il y a déjà  plusieurs fois que des Rroms m'ont proposé de me céder à vil prix une bague en or qu'ils venaient de trouver comme par hasard devant moi (ça m'est même arrivé deux fois dans la même journée à Paris). Ca me fait penser à la même chose. On a dû le prendre pour un touriste, Alain.

07/01/2013, 16:39 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de WataYaga le 07/01/2013 à 00:49

Vous êtes sûre que vous êtes féministe, WATYAGA ?

07/01/2013, 17:38 | Par WataYaga en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 07/01/2013 à 16:39

Rigolant

06/01/2013, 13:58 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de philippe alain le 05/01/2013 à 17:21

Et il fait quoi, un enfant de 1 an qui n'est pas privé de liberté, il gambade tout seul par les routes et les champs ? Autant je suis d'accord avec votre critique de la culture des chiffres, autant je trouve votre article racoleur à force de démagogie larmoyante, et certains de vos commentaires (pas celui-ci, d'ailleurs) confirment l'impression première. Une forme d'exploitation des Rroms est aussi leur utilisation à des fins idéologiques assez grossières par une partie de l'extrême gauche. C'est lamentable lorsqu'on a choisi le camp de la vertu.

07/01/2013, 00:47 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 13:58

Si je comprends bien, il ne faudrait pas que la police puisse légalement interpeller une femme ou un homme s'ils sont accompagnés d'un enfant; Intéressant cette idée...et de nature à ouvrir de nouvelles perspectives d'impunité aux délinquants. C'est déjà parce qu'ils ne peuvent en raison de leur âge être emprisonnés que les enfants des roms sont "éduqués" par les chefs de bandes ou leurs parents à voler. Ne me dîtes pas que j'invente.J'ai été, comme de nombreuses personnes,  victime de vols d'enfants près du musée de Beaubourg (rue de la grande Truanderie, ça ne s'invente pas et ne s'oublie pas non plus).Des gamins hauts comme 3 pommes tenaient des cartons en l'air ; quand ils passaient près de vous, vous leviez les bras et pendant ce temps, ils ouvraient vos sacs à main et prenaient ce qu'il y avait dedans...Je me suis retrouvée sans CB, sans monnaie, sans tickets de métro...

07/01/2013, 01:12 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 07/01/2013 à 00:47

Oui, mais en contrepartie, vous vous êtes "enrichie par la différence "! Veinarde !

07/01/2013, 04:37 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 07/01/2013 à 01:12

LOL ?

07/01/2013, 10:22 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 07/01/2013 à 04:37

Oui, on peut rire. Je ne connaissais pas ce coup là. Ingénieux, quand même !

09/01/2013, 22:51 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de philippe alain le 05/01/2013 à 17:21

Non, Philippe.

Le policier ne peut pas avoir reproché au bébé de mendier. Il a reproché à la maman de se servir de son bébé pour apitoyer le chaland. Donc pour mendier. Comme un bébé photographié dans une publicité pour nous vendre un produit, douceur d'un PQ, par exemple. Les parents sont payés pour cette publicité. Pourtant le bébé n'est pas réellement "incité". Les parents vendent son image.

Mais je comprends votre réaction parce que je sais combien de fois vous avez été confronté à une réalité sordide et dégradante.

Un peu comme le policier, pas celui qui est "outrancier" et abuse de son autorité, mais celui  qui est simplement vigilant et qui sait qu'il y a actuellement un trafic de bébés.

Premièrement, il est obligé  de vérifier le lien biologique entre la mère et l'enfant.

Deuxièmement, il est obligé de relever ce que la loi française condamne, d'autant plus que le bébé, lui, ne peut pas déposer plainte.     

Troisièmement, il est "dégouté" de devoir remettre à la rue une mère et son bébé, sans avoir pu les sortir de ce système d'exploitation et sans avoir rien d'autre à proposer qu'un rappel à la loi. La répression n'est pas une solution contre la misère humaine.

Je serais la première à écrire que vous menez un combat courageux et digne de respect contre les abus d'autorité policiers et que ce combat est nécessaire pour notre démocratie.

Vous l'avez mené sous un gouvernement de droite, en prenant des risques réels.

Vous continuez ce combat sous un gouvernement de gauche. Parce que vous êtes "honnête" et un véritable "amoureux" de l'humanité dans son visage le plus beau.

Pardonnez-moi simplement, si vous le pouvez, de ne pas tout à fait vous suivre sur ce terrain pour moi très glissant de l'exception culturelle.

Le Kossovo s'est "albanisé" parce que l'Europe a fermé les yeux sur les trafics des Albanais. La Russie craignait l'existence du corridor albanais, porte ouverte à tous les trafics.

L'angélisme peut être la porte ouverte à un conflit international. L'enfer est pavé de bonnes intentions.

Les Roms ne sont évidemment pas coupables de tout. Encore moins de nos choix économiques qui sacrifient l'être humain sur l'autel du Veau d'Or. Mais un enfant reste un enfant. Même un enfant Rom.

Nous devons donner l'exemple. Pour tout. Mais ne pas être abusés.

Ah encore une seule remarque : si vous n'étiez pas un homme de bien, vous ne seriez pas celui qui peut être abusé par son coeur.

Restez cet homme de bien ! Ils sont si rares. Surtout avec votre courage.

Et si je me suis trompée, par manque d'informations précises, alors aidez-moi à rétablir la vérité. Dans l'intérêt de l'enfant. Qui est un enfant avant d'être un Rom. 

Moi je sais qui vous êtes, Philippe Alain. Et je vous dis "merci", de tout coeur,  pour votre révolte et vos coups de gueule !     

CA NOUS PREND AUX TRIPES. 

07/01/2013, 16:44 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Alexis Santino le 05/01/2013 à 16:32

le problème de la police, ce sont les directives et la culture du chiffre !

Un grand erci pur ce rappel.

A bientôt.

Amitié.

05/01/2013, 16:36 | Par Odile Bouchet

Dire qu'on a "changé de gouvernement"! C'est impressionnant, vraiment. Les bidonvilles fleurissent de plus belle. Quant aux Rroms, ils continuent d'être la tête de turc, chose qui n'a guère changé depuis fort longtemps. Les prétextes varient un peu selon les époques, les nazis pensaient qu'ils étaient des sous-hommes et les brûlaient dans leurs fours avec les Juifs, les homosexuels et autres non Aryens. Mais eux n'ont pas eu la chance d'avoir tout un lobby de juristes et autres financiers pour le rappeler à l'ensemble de l'humanité tous les 4 matins, et même quand ce sont les Israëliens qui sont en tort, ce qui leur donne le droit de vie et de mort sur d'autres, des Palestiniens par exemple.

Donc si tu nais Rrom, tu continues à payer des factures qui ne sont pas les tiennes. Un Rrom, ça fait toujours de la distraction en période de crise. Un bébé Rrom, tout le monde sait que c'est un délinquent en puissance, il n'est jamais trop tôt pour lui faire sentir le poids de la loi puisque comme chacun sait, mieux vaut prévenir que guérir. Vous avez remarqué qu'il y a quelques temps, c'était les Arabes qui écopaient le plus?

05/01/2013, 17:09 | Par vieuxschnock en réponse au commentaire de Odile Bouchet le 05/01/2013 à 16:36

Hé bien voilà ! Pas besoin de lire à fond tout le baratin qui précède votre intervention. Vous avez parfaitement exprimé ce qu'il est nécessaire d'exprimer. Merci. Inutile d'épiloguer davantage. Un autre vieux schnock nous a écrit l'an dernier "indignons nous". Alors oui, je suis indigné de l'attitude de mon pays...et ça ne date pas d'hier !

 

06/01/2013, 18:26 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Odile Bouchet le 05/01/2013 à 16:36

Mais s'ils sont aussi pratiques que ça, ces Rroms, en tant que boucs émissaires  pourquoi ne les garde-t-on pas ? Pas logique, tout ça !

07/01/2013, 16:42 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de Odile Bouchet le 05/01/2013 à 16:36

La vie n'est pas un conte de fées. Pensiez-vous sérieusement qu'avec sa baguette magique le nouveau président allait transformer les taudis en palais ?

05/01/2013, 16:36 | Par Devavrata

"Et bien non, il va falloir se faire une raison."

"Et bien non. Selon la police…"

Euh !… Eh bien non… ?

 

Cela mis à part, merci pour ce billet de salubrité publique ! !

05/01/2013, 17:25 | Par AKESHI

Bonsoir,

Bien sûr qu'il y a des enfants exploités: rien de nouveau sur notre planète, ici ou ailleurs. Mendier avec un enfant dans les bras, cela fait vibrer spontanément et naturellement notre fibre de parents. Ne soyons ni angéliques ni naïfs mais ne stigmatisons pas toute une population. En effet, les enfants n'ont que les bras de leur maman pour s'y nicher. On n'emmène pas des enfants dans un commissariat, ce n'est pas un lieu pour eux.

C'est comme la stigmatisation envers certaines banlieues: quelques délinquants et c'est toute la population de ces banlieues qui trinque. Les Rroms sont une cible idéale pour étayer une certaine politique, celle de la droite et de l'extrême droite. Après Sarkozy, j'ai rêvé qu'on aurait un gouvernement intelligent et sensible aux problèmes humains. La politique menée dans un pays est issue de choix décidés par ses élus, rien de nouveau sous le ciel.

Chassés des pays de l'Est, la France serait'elle pour les Rroms un pays de cocagne? Comment un pays comme le nôtre peut'il accepter des bidonvilles sur son territoire? Comment un pays comme le nôtre peut'il créer tant de pauvreté envers les Rroms et les autres? C'est dans ce contexte que gangrènent la mendicité, les systèmes mafieux ainsi que le racisme et l'intolérance qui alimentent cette politique de rejet. Pour ma part entre le SDF du quartier et la maman Rrom qui mendient, mon coeur et ma rage contre le laxisme de l'état français ne font pas de différence. Nous ne connaissons pas le peuple Rrom, on peut nous raconter n'importe quoi.  Ce manque de connaissances est préjudiciable. Merci à Médiapart et aux liens divers de nous informer.

 

 

 

06/01/2013, 14:12 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de AKESHI le 05/01/2013 à 17:25

La plupart des Rroms ne sont pas chassés des pays de l'Est, en dehors de certains cas comme au Kosovo par exemple. Ca, c'est une grosse blague, même si les Bulgares et les Roumains non Rroms sont ravis d'en voir s'installer à l'Ouest, et  même s'ils ont écoeurés de voir autant l'image de leur pays dévalorisée par une minorité d'une minorité. "Roumain", devenu synonyme de mendigot, à quel Roumain cela peut-il faire plaisir ? Dans les faits, la réalité est très contrastée en fait, et des tas de Rroms sont bien intégrés, ont un boulot ou en cherchent, vivent dans une assez grande familiarité avec les autre habitants du pays, bien plus grande que celle que les Français ont avec eux. Il faut éviter les caricatures, tout cela est complexe. Mais un problème est là : nos braves bêlants ne veulent pas voir tout un pan de la réalité dans leur monde manichéen . 

07/01/2013, 16:46 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 14:12

Si je vous suis bien, ce sont ceux des roms qui ne s'intègrent pas à la société de leur pays qui émigrent. Pas étonnant alors qu'ils donnent de leur groupe humain une image aussi dégradée qui explique l'amalgame.

07/01/2013, 18:19 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 07/01/2013 à 16:46

Personnellement, je ne veux faire aucun amalgame, ce qui est parfois difficile si l'on est touché personnellement par le phénomène. Si je prends l'exemple de la Roumanie, il y a des villages pauvres, mais où les gens se sont organisés pour exercer une activité, et tout le monde bosse, par exemple, dans la taille de pierres pour des dallages etc. Il y a des spécialités où certains Rroms excellent : couvreurs-zingueurs par exemple. Rrom ne veut pas dire systématiquement mendicité, trafics, glandouille etc Dans la société roumaine, même s'il est exact que le terme de Tzigane est assez conoté négativement, dans beaucoup de villages, les différents ethnies vivent relativement harmonieusement ensemble. Il n'en reste pas moins qu'il y a une délinquance Rrom sureprésentée par rapport à l'ensemble de la population, et depuis déjà pas mal de temps se sont développés des circuits mafieux entre le Pays d'origine et l'Europe de l'Ouest. C'est cette délinquance qui pourrit totalement l'image des Rroms en général. Les mafieux ont parfaitement intégré dans leur manière de procéder les failles de nos sociétés, qui paraissent totalement désarmées  face à des phénomènes qui ont existé certes en Europe de l'Ouest, mais qui y ont disparu depuis longtemps. Ces mafieux qui s'enrichissent sans le moindre scrupule par tous les moyens sur le dos de leurs congénères, les vendant, les prostituant, les exploitant par le biais de la mendicité organisée doivent bien rire de la naïveté de certains, qui, soit par mauvaise foi, soit  par peur de stigmatiser, s'aveuglent volontairement, voire ne voient rien par naïveté totale. La victimisation systématique est une plaie, une sclérose de la pensée qui ouvre une autoroute au FN. On en a un exemple avec cette histoire invraisemblable qui retombera comme un soufflé, mais qui aura fait un buzz injustifié.

05/01/2013, 17:25 | Par 6k

les enfants exposés à la saleté, au froid, aux intempéries dans la rue, c'est inadmissible. Si l'état en est responsable il faut saisir les niveaux de justice internationaux, la presse internationale, se mobiliser et trouver des solutions.Nous passons, impassibles, devant eux avec la piécette de la bonne conscience. C'est révoltant. Ces enfants sont en danger.Si "tous les enfants sont comme les miens" ils ont les mêmes droits. L'attitude policière dénoncée ici est révoltante mais l'indifférence générale qui les laisse dans la rue l'est tout autant.

06/01/2013, 18:28 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de 6k le 05/01/2013 à 17:25

Attention , "l'attitude policière", telle qu'elle est décrite et interprétée par quelqu'un qui écrit dès le départ un titre qui est visiblement une connerie. Cette connerie  indique une manipulation de bons sentiments et de réactions pavloviennes.

05/01/2013, 17:47 | Par FORTUNA

A part l' écrire, que faites vous ?

06/01/2013, 14:08 | Par WataYaga en réponse au commentaire de FORTUNA le 05/01/2013 à 17:47

Dénoncer est une première démarche mais voyez-vous cela fait longtemps que je prends conscience de quelque chose qui se met en place et qui doit réjouir les personne fortunées qui le mettent en place : nous les pauvres, en le devenant de plus en plus, en étant harcelés par nos créanciers, les problèmes divers et avariés qui gâche ce qui nous reste de vie après le travail et épuise les énergies qui nous restent nous voyons la planète être dépecée au nom du profit, nous voyons les peuples africains dépossédés de leurs terres au nom des mêmes profiteurs qui ici (je parle des grandes compagnies minières et énergétiques) crient à l'assassin quand on leur demande de participer à l'économie du pays au lieu de tout reverser à leurs actionnaires (elles ne donnent rien de leurs bénéficent mais quand il y a problème c'est l'état qui paye), on voit des peuples qui ont été réduits à l'esclavage dans les pays de l'est, odieusement humiliés discriminer tenter de trouver des solutions de survie être reçus en paria, on voit les animaux maltraités, les enfants mis en difficulté et on ne sait plus où sont les priorités et où il est le plus utile d'aider, mais on fait ce qu'on peut avec les faibles moyens dont on dispose et même si ce n'est pas beaucoup, c'est toujours plus que ceux/celles qui ne font rien et bien plus que ceux/celles qui participent activement à la destruction du monde et des humains (je parle aussi et surtout de ce qu'il y a d'"humain" dans l'être humain et qui - selon la définition même du dictionnaire  Larousse - " manifeste à un haut degré la sensibilité, la compréhension propres à l'homme en tant qu'individu dans un groupe social : Chercher des solutions humaines à un problème social délicat. Un magistrat humain.")

06/01/2013, 18:32 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de WataYaga le 06/01/2013 à 14:08

Tous les Rroms ne furent pas réduits en esclavage, et ils ne le furent qu'un temps dans une partie de l'actuelle Roumanie. En Bulgarie, Macédoine etc, ils ne le furent pas, et pourtant leur condition est assez la même. 

09/01/2013, 22:59 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de WataYaga le 06/01/2013 à 14:08

Commentaire très sensible et sensé.

"Chercher des solutions à un problème social délicat".

Définition de l'humain,  à la hauteur  d'altitude (vers les cieux si bleus) du contributeur qui l'a sélectionnée.

 Puissions-nous tous être tirés vers le haut !

05/01/2013, 18:00 | Par Eilah Tan

Merci à l'auteur même si malheureusement, la propagande médiatico-hypnotique réussira convaincre "l'opinion publique" de l'utilité de chasser les vilains roms de nos villes. 

Et puis quoi, ils ont l'habitude. Ce n'est pas la première fois qu'ils sont chassés comme des sous chiens. Petites histoires tziganes : 

http://www.memorialdelashoah.org/upload/medias/fr/A1_seltextes_167_hubert.pdf

 

http://www.histoquiz-contemporain.com/Histoquiz/Lesdossiers/seconde/tziganes/Dossiers.htm

 

http://catherinegreze.eu/blog/?p=1289

05/01/2013, 18:05 | Par Claude Mardelet

Qu'est qu'on fait quand TROLLS et UBUS sont le passage obligatoie pour  toucher notre petite retraite, nous gouvernent et nous controlent jusqu'au moindre bébé qui traine dans la rue avec sa mère ?

05/01/2013, 18:20 | Par nelfontaine

@annie madarasz-bauchet

Avec un peu de retard: tout à fait d'accordSourire

05/01/2013, 18:24 | Par evemarie

Vous n'etes peut etre pas touché par la mandicité avec des enfants , mais moi si . Quand je voie une femme ou un homme mendier avec un enfant ca me fou les boulles , jamais je ne donne , et pourtant je sais que la condition des roms est intenable en France , en Hongrie , en Roumanie ... Mais notre education qui dit de protéger les enfants et de ne pas les utiliser pour gagner du fric existe et peut etre les flics ne sont pas tous raciste mais eduqué "à la francaise" ... M^me si Walls lui sépare femme et enfants et que le nombre d'arréstations est plus forte sous le mandats de ces fous, tous les flics ne sont pas que raciste , ils sont peut etre de bonne fois et vraiment triste pour ces enfants dont les parents sont responsable, le France n'est pas responsable de tout et pas de la naissance d'enfant . Je trouve l'article meprisant envers la police , ce petit ton de moquerie dessert la cause des Roms je crois .  

05/01/2013, 20:01 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de evemarie le 05/01/2013 à 18:24

Pourquoi viennent-ils mendier en France si leur sort y est intenable ? Pourquoi ne restent-ils pas dans leur pays , Roumanie, Bulgarie et Hongrie ? Expliquez-moi , je ne comprends pas bien

06/01/2013, 14:16 | Par WataYaga en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 05/01/2013 à 20:01

L'espoir, peut-être qu'il y ait de vrais êtres humains ailleurs, comme celui ou celle qui change d'emploi en espérant trouver de meilleures conditions de travail et qui se rend compte que c'est partout pareil...Tant qu'il y a une lueur d'espoir, la vie reste possible.

06/01/2013, 18:35 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de WataYaga le 06/01/2013 à 14:16

Mais non, ils font des aller-retours, et si vous les fréquentez un peu, vous verrez que beaucoup parlent italien , espagnol etc, donc ils connaissent la situation. 

10/01/2013, 15:13 | Par Azahar en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 05/01/2013 à 20:01

Ce ne sont pas des "gens du voyage"? Pourquoi ne restent-ils pas dans leur pays ... Cette phrase en elle même me dérange... aussi bien pour les Roms que pour d'autres migrations! Pourquoi on émigre en règle générale: si on est bien là où l'on est... pas envie de "tout lâcher" pour l'inconnu! 

Pour l'humain! Si la mendicité se développe... c'est qu'il y a un problème de société. 

06/01/2013, 00:39 | Par Mafch en réponse au commentaire de evemarie le 05/01/2013 à 18:24

oui vous avez sûrement raison : elle devrait le faire garder par une nourrisse agrée (qui limite les risques de maltraitance), surtout si elle n'arrive pas à se nourrir et donc son enfant qu'elle allaite...

Rappelez-vous que ces femmes n'ont aucune allocation et que même avec une allocation, les demandeuses d'emploi avec enfant en bas âge n'arrivent pas parfois même à se rendre à leurs entretiens pour une hypothétique embauche.

Déà pour votre santé, cessez d'avoir les boules même si vous ne donnez rien, vous n'en serez que meilleur.

09/01/2013, 23:07 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de Mafch le 06/01/2013 à 00:39

Je serais d'accord avec votre commentaire plein de bon sens si vous me trouvez une maman africaine noire ou asiatique, demandeuse d'emploi sans ressource et à la rue (il en existe plein ! croyez-le bien), qui mendie sur un trottoir avec son bébé.

Non, ces mamans ne confient pas non plus  leurs bébés à une nourrice agréée. Mais elles ne l'exposent pas  pour autant aux regards des passants pour gagner de l'argent, dans le froid et sur un trottoir.

Je donne aux enfants Roms,  à la maman avec bébé. Et je ne me sens pas meilleure. Parfois même complice de ce "trafic".

Mais quoi faire ? A part crier aux services sociaux : "Mais vous faites quoi, de mon argent, de mes contributions, de mes taxes et de mes impôts ?"

Je croyais que l'Etat devait mieux répartir les richesses. Je croyais. Et nos élus roulent avec voitures et chauffeurs.

 

06/01/2013, 09:24 | Par cereb en réponse au commentaire de evemarie le 05/01/2013 à 18:24

Logomachie!

05/01/2013, 18:49 | Par voodoochild

les policiers qui font ce genre de choses ne sont que les "dignes" descendants de ceux qui sous le même uniforme ont organisé pendant la guerre la raffle du vel d'hiv et l'enfermement à drancy de centaines d'enfants juifs, dont si ma mémoire est bonne le plus jeune avait justement 1 an, juste avant de les mettre dans des jolis trains pour auschwitz.

valls se prepare-t-il a signer un nouveau contrat avec la sncf qui elle aussi avait bien participé à l'époque?

05/01/2013, 18:55 | Par Leucothoé en réponse au commentaire de voodoochild le 05/01/2013 à 18:49

Extrapolation quand tu nous tient. ça tient du point Godwin un discours aussi absurde! Des arguments, des faits, ce serait plus constructif!

05/01/2013, 21:01 | Par voodoochild en réponse au commentaire de Leucothoé le 05/01/2013 à 18:55

je suis d'accord avec vous, j'ai largement dépassé le point godwin et c'est ce qui arrive quand on est exaspéré.

pour moi, les enfants surtout de 1 an c'est avant tout l'innocence et ils n'ont rien à faire en garde à vue.

j'aurai pu comprendre si une personne des services sociaux s'etait occupé de cet enfant en le faisant voir à un médecin pour constater de son état de santé mais certainement pas qu'on l'enferme 4 heures durant dans un commissariat.

 

06/01/2013, 19:45 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de voodoochild le 05/01/2013 à 21:01

l'examen lui-même doit être justifié par quelque chose. les services sociaux ne peuvent pas tout, et surtout pas l'imposer. Il y a par ailleurs une question de moyens, mais il est bien évident qu'il serait souhaitable qu'il y ait une personne du service social dans les commissariats. On va me dire, Depardieu paiera, mais il préfère l'Anjou et la Vodka au Rrom ! Et encore, en dehors de cela, les Rroms sont très fuyants avec les services sociaux : il ne souhaitent pas  du tout qu'on ait un oeil sur eux. 

06/01/2013, 21:11 | Par jmlt en réponse au commentaire de voodoochild le 05/01/2013 à 21:01

En France les enfants de moins de 18 mois peuvent être aux côtés de leur mère en détention. Ça n'a visiblement jamais fait bouger autant les "foules Médiapartiennes" que 4 heures de garde à vue...

08/01/2013, 10:37 | Par WataYaga en réponse au commentaire de jmlt le 06/01/2013 à 21:11

Ce qui est le plus choquant c'est qu'à 18 mois on l'arrache à sa mère et que l'on puisse emprisonner des femmes avec enfants sans que des infrastructures adéquates soient mises en place mais le fait de ne pas séparer prématurément une mère de son bébé évite (pas toujours) la destruction du lien mère-enfant et ce n'est pas rien.

08/01/2013, 16:10 | Par jmlt en réponse au commentaire de WataYaga le 08/01/2013 à 10:37

Nous sommes sur cette question on ne peut plus d'accord.

09/01/2013, 23:10 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de voodoochild le 05/01/2013 à 21:01

C'est peut-être le seul moment où il a été au chaud, ce bébé !

 Parce que justement les services sociaux s'en foutent.

Pas le policier. Il s'est posé la question de la maltraitance. Un monstre, ce flic ? Un nazi ?

Un bébé en garde à vue ? N'importe quoi.    

06/01/2013, 09:31 | Par cereb en réponse au commentaire de Leucothoé le 05/01/2013 à 18:55

Le "point gudwin" est un outil sophistique dénué de toute valeur de sens et donc non compatible avec....L usage de cet outil pour rejeter est dénué de sens.

OUTIL forgé par des sophistes au service du sophisme!

Rappel: les sophistes ont accusé SOCRATE de pervertir la jeunesse grecque et les notebles grecs l'ont condamné à mort pour cette raison.

Premier délit /crime  d'opinion célèbre!

 

 

 

07/01/2013, 01:18 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de cereb le 06/01/2013 à 09:31

Fatche de con !

05/01/2013, 20:03 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de voodoochild le 05/01/2013 à 18:49

Votre comparaison est honteuse. Vos accusations et supputations indignes.

06/01/2013, 06:55 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 05/01/2013 à 20:03

Mais comprenez donc, ces braves gens nous rejouent Vichy éternellement pour  se faire passer pour de nouveaux justes, de nouveaux résistants. C'est leur petit cinoche à eux, qui n'est pas très risqué, mais qui leur donne des frissons. Vous n'avez pas fini de rigoler !

07/01/2013, 16:54 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 06:55

nous rejouent Vichy

Nous rejoue Philippe Pétain...voir http://www.leparisien.fr/politique/un-depute-veut-remplacer-le-regime-de-vichy-par-la-dictature-de-petain-13-10-2012-2230005.php Le député radical de gauche de l'Allier, Gérard Charasse, est fatigué que la ville de Vichy, plus de 60 ans après la seconde guerre mondiale, soit toujours associée à la collaboration de l'État français. L'élu, cousin de l'ancien ministre Michel Charasse, a donc déposé cette semaine une proposition de loi afin que la dénomination «dictature de Pétain» soit utilisée systématiquement dans les textes officiels et les communications publiques se référant à cette période. 

08/01/2013, 02:15 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Vivre est un village le 07/01/2013 à 16:54

Rigolant

09/01/2013, 23:12 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de Vivre est un village le 07/01/2013 à 16:54

Moi je trouve ça bien que cette association persiste.

Ca prouve qu'elle a été "traumatisante" pour la mémoire française.

En espérant que d'autres villes n'auront pas ou plus envie de devenir le symbole d'un régime de Vichy ! 

05/01/2013, 22:40 | Par FORTUNA en réponse au commentaire de voodoochild le 05/01/2013 à 18:49

Du n' importe quoi !

05/01/2013, 19:06 | Par alela

Nous voici revenus au temps d'Ubu.

06/01/2013, 19:46 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de alela le 05/01/2013 à 19:06

oui, où les naïfs sont prêts à gober n'importe quoi !

05/01/2013, 20:05 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 05/01/2013 à 19:36

Entièrement d'accord avec votre point de vue.

06/01/2013, 07:09 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 05/01/2013 à 20:05

Bien entendu, vous avez 100% raison, mais vous prêchez dans le désert pour deux raisons : Thénardier était français et bien blanc. Vous pouviez le montrer comme un salaud. Un Thénardier Rrom ne peut être un salaud pour certaines de nos bonnes âmes, ça ne peut être que 100% une victime, sans quoi, ce serait faire de la discrimination. C'est un raisonnement de dingue, mais vous ne convaincrez jamais celui qui  a pu  écrire un article aussi béta : dans son univers manichéen, il a besoin désespérément de caricatures, car il est une caricature lui-même. Personnellement, je souhaite l'alphabétisation la plus rapide possible des enfants Rroms, histoire qu'ils puissent au moins rire un coup de ses niaiseries !

06/01/2013, 11:55 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 07:09

 

Votre délicieuse bonne foi va vous étouffer un de ces jours !

Philippe Allain fait quelque chose lui, s'engage, lui ! Et vous ? A part vos rodomantades clavieresques (claviers d'ordi,s'entend !),êtes-vous capable d'engagement , sinon de démolition systématique ?

Vous n'aimez pas les Rroms, c'est votre affaire, alors ne trainez plus sur ce fil, vous vous faites du mal ! Quelle "niaiserie" de votre part Bisou

Cordialement

ps. je crois que "thénardier" est passé dans le langage courant, comme "poubelle", "pipelet", "frigidaire", "ripolin" et tant d'autres noms propres devenus communs et n'a rien à voir avec la couleur de peau ou la nationalité

 

06/01/2013, 14:43 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Myrelingues le 06/01/2013 à 11:55

Vous ne pouvez dire ni que j'aime les Rroms, ni que je ne les aime pas. Je n'en fais pas une généralité, d'ailleurs, parce que tout simplement, je les connais infiniment mieux que vous. Depuis presque cinquante ans, je parcours les Balkans en tous sens. Cela veut dire que j'ai connu aussi bien la période communiste que la période post-communiste, et , j'en suis désolé pour vous, ça peut donner une certaine profondeur à ma réflexion que vous n'avez quasi- certainement pas. Enfin, j'ai bossé dans les services sociaux pendant 18 ans et me suis même trouvé à embaucher une assistante sociale Rrom sans la moindre réticence, et j'étais  même très intéressé  par sa candidature (mais là, bien sûr vous allez dire que je suis comme Morano). Je ne parle finalement que sur les sujets que je connais, et j'ai même constitué un album photo sur Picasa, appelé "Rroms d'Europe", et qui montre la diversité des réalités. Je démolis ceux qui utilisent les Rroms à des fins idéologiques et partisanes : c'est du quasi-maquereautage ! Je me moque de ceux qui veulent avant tout pousser des cris d'orfraies. Oui, je me moque de leur naïveté, de leur aveuglement volontaire, de leur mauvaise foi, et comme je suis encore un homme libre dans une société libre, eh bien , je m'exprime. Est-ce trop pour vous ?

06/01/2013, 16:05 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 14:43

 

 Non pas du tout ! J'ai la même liberté dans une société qui est encore libre, et je m'exprime comme je veux, quand je veux !

Votre profonde connaissance des Rroms dans leurs Etats d'origine n'implique pas nécessairement une profonde connaissance de ce qu'ils vivent ici. De ce que vivent ceux que l'on force à mendier, à se prostituer, que l'on bat, que l'on outrage à journées faites.

Ce ne sont pas les "chefs" mais leurs victimes qui me rendent triste. Et c'est à celles-ci que je pense, femmes et enfants.

Cordialement et Bonne Année !

06/01/2013, 19:49 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Myrelingues le 06/01/2013 à 16:05

Eh bien alors, on est d'accord ! Voyez vous, vous me croirez si vous voulez, mais il ya 22 ans, j'avais, responsable de la protection de l'enfance, averti ma direction de ce que donnerait l'ouverture de l'Europe à l'est pour ce qui est des Rroms. Je le déduisais uniquement de la connaissance de leur situation là-bas. Et puis j'ai vu tout doucement survenir ce que j'avais prévu, non pas que je sois exceptionnellement malin, mais tout simplement parce que,  pour moi, les mêmes causes produisent les mêmes effets, et qu'une journée de manche bien organisée en France peut rapporter plus qu'un mois de travail en Roumanie. A l'époque, en Roumanie, on volait les plaques d'égout dans les rues, et l'on mettait généralement une branche d'arbre dépassant de la bouche pour avertir les conducteurs ! Il ne faut pas s'étonner que la SNCF ait quelques problèmes de vols de cables aujourd'hui, mais on va dire que je stigmatise etc etc

 

07/01/2013, 20:45 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 19:49

 

Donc, si je vous saisis bien, vous ne vous intéressez qu'aux vilains et à leurs méfaits et ne retenez qu'eux pour porter des jugements définitifs ?

Mais les autres, ils n'ont pas droit à une once de compassion, d'intérêt ?

08/01/2013, 02:20 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Myrelingues le 07/01/2013 à 20:45

J'ai bien dit , il me semble que je ne mettais pas tous les Rroms dans le même sac. Que dois-je dire de plus, je dois pleurer, crier, me couvrir la tête de cendre ? dites-moi, ça m'angoisse !

09/01/2013, 11:04 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 08/01/2013 à 02:20

Vous dites tellement de choses, qu'il devine malaisé de trier !

Petite question : combien de Rroms dans vos vertes contrées bourguignonnes ? Ils ne doivent pas vous déranger beaucoup  ...

Ne dites plus rien, ne pleurez pas, ne vous couvrez pas la tête de cendres (on n'est pas en période de carême !) et n'angoissez pas (comme si c'était votre genre d'angoisser !)

Un p'tit tilleul, alors ?

09/01/2013, 14:49 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Myrelingues le 09/01/2013 à 11:04

Effectivemnt, je dis beaucoup de choses, et qui ne vont pas toutes dans le même sens, parce que la vie est compliquée et tout n'est pas en noir et blanc,. Quand on a rencontré comme moi autant d'affaires qui feraient gerber le commun des mortels, on est assez peu disposé à pousser des cris pour une histoire de gamin de 1 an qui a passé 4 h dans un commissariati

09/01/2013, 23:19 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de Myrelingues le 06/01/2013 à 16:05

Oui, c'est pour cette raison que les policiers aussi luttent contre l'exploitation des enfants et des femmes, parfois même de toutes jeunes filles mises enceintes très tôt.

Et s'ils ne sont pas responsables du manque de structures sociales, ils doivent eux aussi d'abord penser aux victimes de ces trafics d'êtres humains.

Roms ou pas.      

12/01/2013, 16:19 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 09/01/2013 à 23:19

 

Tout à fait d'accord !

07/01/2013, 01:01 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 14:43

Attention à vous, rien n'est plus insupportable à de nombreux MDPartistes, que les commentateurs qui maîtrisent un sujet (comme c'est ici votre cas) et n'avalent pas tous les romans à pleurer que nous confectionnent les utopistes ignorants et angélistes.

J'en ai eu récemment pour preuve (supllémentaire) que des ignorants en droit s'étonnaient qu'il existe un domaine privé de l'Etat  n'ont pas porté le moindre intérêt aux infos précises que je leur ai apportées dans un commentaire pour leur éviter de dire n'importe quoi.

En définitive, MDP est populiste. C'est dommage.

07/01/2013, 01:30 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 07/01/2013 à 01:01

Oh ! J'avais bien  remarqué ce que vous dites. Les procés d'intention de leur part fleurissent , mais sur les points précis, on n'a effectivemement aucune réponse ou bien, c'est balayé avec mépris : ils ne vont tout de même pas répondre à une ordure du Front National, à une raclure fasciste etc etc C'est lamentable, mais je persiste et signe. 

07/01/2013, 09:31 | Par philippe alain en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 14:43

But

07/01/2013, 10:28 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de philippe alain le 07/01/2013 à 09:31

Attention, on va finir par devenir potes !Rigolant

05/01/2013, 21:46 | Par philippe alain en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 05/01/2013 à 19:36

Vous n'avez visiblement pas bien compris ce qui s'est passé. En accusant la mère d'organiser la mendicité de son enfant, la police dit très clairement que l'enfant mendiait. Expliquez moi comment un enfant de 12 mois peut mendier ? Donc les policiers mentent. Ils falsifient les faits pour les faire rentrer dans un article du code pénal conçu pour lutter contre les fillière organisées que je condamne et combat tout autant si ce n'est plus que vous.

Si vouloir faire rentrer à tout prix une personne qui ne commet aucune infraction dans le cadre d'un délit pénal est pour vous du bon travail, cela en dit long sur votre conception de la République et me laisse sans voix... Et sans doigt.

Je ne vous réponds que parce que je respectais vos combats et vos positions. D'habitude j'ignore ce genre de commentaires qui ne visent qu'à stigmatiser encore plus une population qui est aujourd'hui la principale cible des racistes de tout poil.

06/01/2013, 11:57 | Par Mafch en réponse au commentaire de philippe alain le 05/01/2013 à 21:46

dans la même veine, j'ai trouvé savoureux ce qui suit :

"Un policier en avait les larmes aux yeux: «Le phénomène n'est pas facile à appréhender. Il existe peu de recours pour protéger ces enfants. Si la privation de soins n'aboutit pas, notre champ d'action se retrouve bien restreint»" surtout après/avant qu'un compère ait "menacé" la mère sous couvert de la Loi, de 5 ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende...mais ça c'était après*.

et ceci :

«Nous n'avons pas l'intention d'abandonner ces enfants. *Si la privation de soins ne fonctionne pas, nous trouverons autre chose»

Les enlever à leur famille?

09/01/2013, 23:33 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de Mafch le 06/01/2013 à 11:57

Non, il ne serait même pas possible de les enlever à leur famille. Parce que les services sociaux s'en foutent !

Même quand la police les appelle. Ou surtout.  

Ces services sociaux font un travail remarquable quand ils ne font rien. Mais les citoyens trouvent ça normal, comme vous. Excusez-moi de vous l'écrire ainsi.

 Le racisme "anti-flick" est plus porteur que le constat d'une deshérence sociale remarquable.

Et pourtant, elle n'est pas ailleurs la réponse à cet article ou la solution "Rom". Elle ne peut être que sociale et pas policière.

Alors on fait quoi ? On s'en fiche, aussi, des enfants exploités et des bébés exposés  aux regards des passants.

Des passants qui passent et qui ensuite écrivent que les policiers sont des "salauds".

Cette réflexion ne vient pas de vous. Mais à lire les commentaires de certains médiapartistes, c'est tout comme.

Oui, je crois que le policier avait réellement les larmes aux yeux.  Et je ne vous souhaite jamais de vous retrouver dans cette situation de devoir secourir un bébé, sans en avoir aucunement les moyens et à peine le droit.

Car au fond, vous êtes tous en train d'écrire que ce policier n'avait pas le droit de secourir ce bébé ?

On voit bien que c'est le bébé qui était la victime. "peu de recours pour protéger ces enfants. Si la privation de soins... etc.."

Alors un "salaud de flic" qui place un bébé en garde à vue, vous la poussez loin, tous , la poussette !  

 

11/01/2013, 10:44 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 09/01/2013 à 23:33

Il serait bon que les limites des services sociaux soient connus. Le sservices sociaux ne preuvent prendre aucune mesure coercitive. Soit l'intervention se fait avec l'accord de la famille, soit c'est un magistrat qui prend une décision. Je ne dis pas ça pour défendre les services sociaux auxquels j'ai appartenu, mais parce qu'il convient toujours de partir des réalités. En outre, chaque département a son organisation particulière dans le cadre des lois bien entendu, et peut apporter des moyens assez différents et plus ou moins efficaces. Bien évidemment, une bonne coordination des services serait utile, mais un préalable est que chacun connaisse bien les limites d'intervention des autres, et que les uns ne soient pas perçus comme les auxiliaires des autres.

06/01/2013, 14:50 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de philippe alain le 05/01/2013 à 21:46

Eh oui, faut monter patte blanche ! On est suspect d'entrée ! Vous en avez de la chance, avec un pedigrée qui plaide en votre faveur. Ce pauvre Alain débloque, mais il n'est malheureusement pas le seul. C'est assez pitoyable cette manière de penser, mais s'en rendront-ils compte jamais, enfermés qu'ils sont dans leur délire obsidional !

07/01/2013, 01:03 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de philippe alain le 05/01/2013 à 21:46

La police n'accusait pas l'enfant de mendier mais la mère d'utiliser son enfant pour mendier. Vous être d'une parfaite mauvaise foi!

07/01/2013, 01:33 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 07/01/2013 à 01:03

Bien évidemment, mais il préfère jouer au con ! Je préfère croire que c'est un rôle de composition, mais qui sait ?

07/01/2013, 09:31 | Par philippe alain en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 07/01/2013 à 01:33

4-0

06/01/2013, 15:18 | Par WataYaga en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 05/01/2013 à 19:36

J'ai infiniment de respect pour vous et pour les personnes qui, dans la police, ont des positions similaires aux vôtres et je dois dire que, dans ma vie, j'aurais souhaité rencontrer beaucoup plus de policiers comme vous, hélas ce n'est pas le cas ! Mais ce n'est pas l'objet de ce commentaire.

Sur pas mal de points je suis en désaccord avec vous et paradoxalement même si,  je suis d'accord sur les principes que vous énoncez parce que j'ai suffisamment fréquenté les services sociaux (rarement pour moi et à chaque fois que je me suis décidée à le faire je m'en suis mordue les doigts) pour savoir que le comportement des professionnel/les y est souvent similaire à celui que l'on peut assimiler à celui de mauvais policiers (parce que - dans tous les cas - quand les personnes sont humaine (sens sensibles aux autres) une bonne partie du problème est réglé) avec certainement les mêmes raisons d'endurcissement émotionnel face au sentiment d'impuissance devant la souffrance que ceux-ci.

Je suis par contre totalement d'accord avec vous quand vous dites que le champ d'action des policiers est trop vaste (ou peut-être pas assez spécialisé avec des formations adéquates qui permettent de donner un véritable sens à leur travail en dehors du tout répressif, cela a existé localement) et surtout que derrière rien ne suit : pas de place dans les hôpitaux (j'ai passé une nuit aux urgence à Lariboisière et même si cela a été une expérience extrêmement pénible cela m'a appris pas mal de choses : j'y ai vu par exemple arriver soit Police Secours, soit les Pompiers avec des SDF dans des états invraisemblables et là, oui, j'ai admiré les uns et les autres et aussi les infirmières déjà débordées) le 115, n'en parlons même pas ! Les centres hébergement complet (j'ai passé un mois comme "cliente" dans l'un d'entre eux et travaillé comme intervenante plusieurs années avec d'autres auprès des mères et de leurs enfants, là aussi se pose un problème de formation et de respect des personnes mais les professionnelles font ce qu'elles peuvent avec ce qu'elles sont et ce qu'on leur impose mais je n'irais pas plus loin) et tout ce que vous dites des enfants fugueurs que l'on sait maltraités et que l'on renvoie dans leurs familles parce qu'il n'y a pas de structure d'accueil disponible.

Vous décrivez là la grande misère matérielle mais aussi la détresse morale de tou/tes ces professionnel/les amenés à travailler ensemble avec des logiques différentes et des moyens étiques, soyez-en remerciée.

Mais, et je ne vais faire qu'effleurer le sujet, trop miné pour moi, si vous qui comme moi êtes insérée dans ce système polymorphe et à multiples ramifications êtes mise, en tant que personne humaine, en difficulté, essayez d'imaginer ce que cela peut être pour un peuple qui a été discriminé, voire exterminé depuis des siècles et - en tant que peuple - n'a connu que la misère matérielle, voire l'esclavage. Que parmi eux il y ait nombre de mafias qui font du trafic d'enfants est certes odieux et inexcusable mais ceci est une conséquence de cela. Si l'on observe l'histoire d'une part et ce qui se passe pour les populations qui, en france et dans le monde, rencontrent des problèmes similaires ont constate que ces conséquences sont toujours les mêmes pour les mêmes causes.Ce que je veux dire par là, ce n'est pas que l'on doit admettre de tels comportements mais que l'on ne doit pas stigmatiser une population parce qu'ils existent en son sein - et je ne dis pas non plus que vous, vous l'ayez fait !

Je ne dis pas non plus qu'une compréhension de la façon d'être au monde des Roms résoudrait tous les problèmes mais au moins éviterait des jugements de valeur qui ferait porter encore plus à une victime (de la misère et peut-être d'un système mafieux) le poids de son statut fondé comme quelqu'une l'a expliqué plus haut sur une multiplicité de doubles contraintes qui au final lui laissent très peu de choix.

10/01/2013, 00:00 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de WataYaga le 06/01/2013 à 15:18

Je ne porte aucun jugement de valeur autre que celui porté par notre société qui a élaboré la convention internationale des droits de l'enfant.

J'ai vécu en Afrique. J'ai vu la misère, la famine, pas celle du jeûne occidental consenti et même recherché, comme une forme de "purge" pour les mauvaises consciences. Non, la vraie famine, celle qui est sale, avec des enfants qui ne pleurent même plus et qui se meurent lentement.

J'ai touché des lépreux. Parce que la lèpre ne s'attrape même si elle continue à faire peur.

Mais l'exception culturelle, l'excuse de la pauvreté pour légitimer l'exploitation des enfants sont, pour moi, des "sophismes" d'occidentaux.

Si l'on était logique avec cette logique de l'excuse de la pauvreté, nous devrions ouvrir nos prisons. Car tous les délits et tous les crimes ont pour motivation bien souvent la pauvreté.

Le vrai saint, c'est le jeune qui meurt sur son bout de trottoir, sans voler, sans mot dire, juste un panneau pour demander un peu d'aide. Lui, c'est normal. Il ne vole pas. Il ne vous agresse pas. Il est pauvre et il accepte sa condition. Pour moi d'ailleurs, c'est la pire des violences sociales.

Alors associer systématiquement la pauvreté et la malhonnêté est une dérive très dangereuse qui a conduit à l'albanisation du Kossovo.

MEDIAPART a publié des articles très intéressants sur ce que les Russes appelaient le "corridor albanais". Et qui aujourd'hui alimente toute l'Europe de l'Ouest en trafics divers.  

Il y a des enfants et des femmes qui meurent de faim, sans pour autant s'exploiter les uns les autres.

Et puis il y a les autres.

Je ne condamne pas les Roms. Car sinon comment pourrais-je défendre les enfants Roms ? Je condamne avec intransigeance l'exploitation des enfants. Par des adultes qui doivent les protéger. Roms ou pas.

Attention au message que vous portez tous et qui ne pourra qu'encourager les prédateurs.

Roms ou pas.       

Et ces prédateurs-là, ce ne sont pas des enfants de choeur !

 Contrairement à Philippe Alain qui est un homme de coeur et de courage.

Il y a des Roms qui sont des hommes de bien et qui non seulement ont réussi à s'en sortir, mais même pauvres, refusent ce type de trafics. Vous croyez que c'est normal de leur dire qu'au fond, leur combat "moral" contre la misère économique, en restant dignes, vous importe peu. Ils sont Roms. Donc honnêtes ou pas, peu importe !

Non, pour moi, être Rom ne signifie pas ne pas pouvoir respecter nos lois et exploiter ses propres enfants ou  les enfants des autres.

On peut respecter les lois françaises et essayer de s'en sortir comme tous les pauvres, Roms ou pas, étrangers ou pas, SDF ou pas. Il y a des enfants qui souffrent sous les coups de parents maltraitants français, des "cas sossss..."comme on dit aujourd'hui. Doit-on l'accepter ?

 Et vous voudriez que j'écrive quoi ? Que ces parents français eux doivent être condamnés parce qu'ils ne sont pas Roms ?  Les autres, c'est une "exception culturelle "?

Et à l'enfant Rom ? Je lui  réponds quoi :

"- Pourquoi n'êtes-vous pas intervenu(e) pour me secourir ?"

" - Parce que tu es Rom. C'est normal que tu sois exploité(e) par tes parents. Ou par d'autres adultes. J'm'en fiche. Moi, j'veux pas passer pour un(e) raciste !"

Un enfant est d'abord un enfant, avant d'être Rom. Et cette vérité-là, je l'écrirai tout le temps.

 Défendre les Roms en ne défendant pa les enfants Roms, moi pas comprendre. Et défendre les Roms malhonnêtes, en ignorant la grande majorité de Roms honnêtes, me paraît aussi une forme de stigmatisation dangereuse. Au fond, les Médiapartistes considèrent que le vol et l'exploitation des enfants sont les marques culturels Roms. Et qu'il faut les excuser ! "

- Excusez-moi de vous avoir volé. J'suis Rom ! C'est normal."

Et c'est moi qui suis raciste !             

 

05/01/2013, 19:37 | Par Véronique HURTADO

Par Laurence De Charette Mis à jour le 22/09/2012 à 09:31 | publié le 21/09/2012 à 19:29Réactions                                 (165)               

Trois enfants sont interpellés après avoir volé un portable, près du pont de l'Alma, à Paris. Trois enfants sont interpellés après avoir volé un portable, près du pont de l'Alma, à Paris.Crédits photo : © Thomas JOUANNEAU / SIGNATURES/SIGNATURES

Recommander11

Un procès révèle les détails d'un trafic de mineurs entrainés à voler en France.

coeur-.gif

À la question apparemment banale «comment ça va?», il répond «très bien. Les enfants me rapportent beaucoup d'argent et d'autres choses…». Remus Stoian, un Rom de Roumanie, âgé de 40 ans, est accusé d'avoir initié, pour exploiter leur talent, plus d'une dizaine d'enfants roumains au vol. Il a déjà été condamné à cinq ans de prison, mais il a fait appel. Vendredi devant le tribunal de Paris, il a nié méthodiquement la plupart des faits reprochés. Ces paroles qu'on lui impute, par exemple, saisies par des écoutes téléphoniques, il n'en a aucun souvenir. La faute à l'interprète, sans doute peu aguerrie aux subtilités linguistiques de sa région… Dans le box, entouré de trois de ses complices habillés de survêtements - le quatrième est en fuite -, il ne se démonte pas. Face à lui, sur les bancs de la vieille salle d'audience, plusieurs familles roumaines écoutent sans un mouvement.

Pour la première fois, la justice a décortiqué le fonctionnement d'un système mafieux entre la France et la Roumanie. C'est pourquoi le parquet lui aussi a fait appel, jugeant trop clémentes les peines infligées en première instance aux acteurs de cette forme de «traite humaine», selon les mots de l'avocat général. Avant leur interpellation, Remus Stoain, Palos Constantin et plusieurs membres de la famille Radu, cheville ouvrière du trafic, s'étaient installés dans des camps roms de la banlieue parisienne, depuis lesquels ils organisaient un «réseau criminel international dont le but est la venue en France de jeunes mineurs afin de commettre des vols».

Courant 2009, les policiers s'intéressent à une série d'agressions opérées selon la même technique: une poignée d'enfants ou d'adolescents entourent une personne - une femme le plus souvent - occupée à composer son code au distributeur bancaire. Pour la distraire, ils posent un journal ou une pétition sous le nez de la victime, en profitent pour taper la touche correspondant au montant le plus élevé possible, avant de prendre la fuite avec les billets. Ceux qui résistent risquent des coups.

Bien que les enfants, toujours mineurs, déclinent sans cesse des identités différentes lorsqu'ils sont interpellés, les caméras placées au-dessus des distributeurs montrent que les mêmes visages réapparaissent. Les enquêteurs remontent le fil jusqu'à un camp rom à Saint-Denis. Les écoutes révèlent un véritable trafic entre la France, la Roumanie et même l'Angleterre. Les enfants tournent, pris en main localement par des chefs de réseaux. Dans l'une des conversations téléphoniques, Remus Stoain explique la méthode: «Tu as besoin de 4-5 personnes qui puissent travailler pour toi, chacun d'eux t'apporte 100-150 euros par jour. Tu peux récupérer 3 000 euros en un mois.» Dans une autre discussion, un correspondant roumain lui fait ce reproche: «Je ne sais pas comment faire car j'ai déjà 11 enfants qui travaillent pour toi. Tu en as déjà 2 de Tchezorash, 3 de Chéprentura, 6 de Djeme…»

Un système clanique organisé

Les interrogatoires mettent en lumière un système clanique organisé: un camp est dirigé par un chef, qui vend les emplacements aux nouveaux arrivants. Les perquisitions menées sur place ont permis de mettre la main sur d'importantes sommes en liquide, des billets d'avion montrant d'incessants allers et retours Paris-Bucarest, des bordereaux d'envoi d'argent en Roumanie de plusieurs milliers d'euros à chaque fois. Le tout souvent caché dans les vêtements des femmes. À partir des aveux des enfants, les enquêteurs ont évalué les sommes en jeu à près de 100 000 euros. «Mais les montants réels sont bien plus importants», estime une source judiciaire. Car le dossier montre aussi que les mis en cause et leurs proches ont réalisé de nombreux investissements immobiliers (immeubles et villas) près de Tandarei, leur région natale. Actuellement, près de 200 enfants roms seraient ainsi exploités. Plusieurs enquêtes préliminaires ont été ouvertes.

05/01/2013, 20:15 | Par Mafch en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 05/01/2013 à 19:37

Vous savez, je regardais un documentaire sur le développement de l'économie mondiale.

Dans le passage qui nous intéresse, ça se passe entre la Chine et l'Angleterre. Cette Chine empire qui vendait tout ce qu'elle avait sans acheter quoi que ce soit. Exemple, son thé contre des pièces d'argent (pas des "coins") au point d'ailleurs que ce métal précieux venait à manquer à Londres.

La flotte commerciale anglaise passait par des pays produisant de l'opium avant d'arriver en Chine où elle réussit à écouler cette "denrée" de contre bande.

Les deux fils de l'empereur étant décédés d'un abus d'opium, l'empereur exigea que soit détruit tout le stock détenu et bien gardé, dans le quartier anglais. On dit que partirent ainsi l'équivalent de 140 000 euros (de mémoire).

Les anglais, furieux déclarèrent une guerre bien inégale par la mer. La Chine fut vaincue. Probablement n'avait-elle pas cette somme. C'est ainsi que fut donné aux anglais HONG KONG...

 

Non c'est juste "comme ça"...

 

06/01/2013, 07:19 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Mafch le 05/01/2013 à 20:15

Effectivement. et qu'est ce que la guerre de l'opium vient faire dans le débat ?  Développez donc : parce que les Anglais n'étaient pas des anges, réprimer le trafic d'enfants à fin de mandicité pour enrichir des bandits Rroms  serait malvenu, c'est ça ? Faudrait expier les fautes des Anglais et autres colonialistes, et pire encore le faire expier à des enfants exploités. Mea culpa, méa cumpa, mea maxima culpa ! 

06/01/2013, 09:37 | Par cereb en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 07:19

Emblématique exemple historique

assez peu connu ,merci de le faire connaître (et les Malouines,)

simplement SYMBOLIQUE de la vérité historique détournée par le pouvoir qui détient la force donc la parole officielle devenue ainsi VERITE.

L HISTOIRE abond  en exemples  de cette sorte:

 

06/01/2013, 14:54 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de cereb le 06/01/2013 à 09:37

Oui oui, même une raclure fasciste de mon genre peut comprendre ça, mais poussez donc le raisonnement !

06/01/2013, 16:09 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 14:54

Qui vous a traité de "raclure fasciste" ? Vous êtes un peu gonflé tout de même !

C'est trés insidieux cette façon de procéder ... Faire croire que l'on a été insulté  ... et crier au charron ensuite ...

06/01/2013, 19:12 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Myrelingues le 06/01/2013 à 16:09

OK, je précise donc.  je n'ai pas été ici traité de" raclure fasciste", mais je l'ai été hier parce que sur le cas d'un jeune Pakistanais expulsé après qu'il ait été pris 6 ans en charge par L'ASE, j'avais donné une estimation de ce qu'avait coûté cette prise en charge par l'ASE. J'ai été mis plus bas que terre par certains intervenants que je retrouve ici : je vous cite en vrac  quelques amabilités: "raclure fasciste", "fripouille","nazi", "pétainiste","salaud","ennemi de la liberté", "abject", "aux opinions rances et criminelles", "jouissant de son infâme monstruosité, vautrant dans sa bauge", "rotant dans sa mangeoire".   Ce n'est pas exhaustif, juste un échantillonnage. Peut-être que les mêmes avaient moins de salive aujourd'hui.  Ca vous va ? 

07/01/2013, 01:06 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de Myrelingues le 06/01/2013 à 16:09

Il y a parfois des sous-entendus tels qu'on finit par se sentir attaqués;

07/01/2013, 20:48 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 07/01/2013 à 01:06

 Seriez-vous trop dans l'émotionnel, cher(e) Nouvelle Héloise ?

Pourtant dans l'attaque vous n'êtes pas mal du tout ! Innocent

07/01/2013, 17:46 | Par munstead en réponse au commentaire de cereb le 06/01/2013 à 09:37

Que viennent faire les Malouines ici? 

08/01/2013, 02:24 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de cereb le 06/01/2013 à 09:37

Vous avez oublié la prise de la smalah d'Abdel Kader par le Duc d'Aumale !Rigolant

10/01/2013, 00:07 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de Mafch le 05/01/2013 à 20:15

J'irais plus loin.

Cet exemple avait été donné par Alain BAUER pour justifier la pénalisation de la consommation de stupéfiants. La guerre de l'opium, à l'origine de la corruption mondiale !

Donc réprimer le trafic de stupéfiants, c'est éviter la corruption. Sans rire.

Je me demande ce qu'en pensent les habitants de cette tour à Lille qui tentent de chasser les dealers de leur quartier.

Peut-on justifier l'exploitation des enfants par des exemples de corruption de tout-puissants ?

Franchement, j'ai du mal à faire le lien.

Merci de m'éclairer, comme dirait le frère BAUER. Trois petits points et puis s'en vont.  

   

05/01/2013, 21:33 | Par philippe alain en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 05/01/2013 à 19:54

Vos propos sont indignes, sans aucun fondement et totalement faux. Je pense que votre compte a été piraté par un de vos collègues profondément raciste.

05/01/2013, 22:30 | Par Guy Belloy en réponse au commentaire de philippe alain le 05/01/2013 à 21:33

"un de vos collègues profondément raciste"

Raciste? Le mot lâché ne vous grandit pas. Vous "faites" dans l'amalgame classique qui ouvre la voie à toutes les dérives, qui excuse tous les comportements asociaux.

Sachez qu'il a été récemment approuvé qu'il n'existait qu'une seule race: la race humaine. Quant aux différentes ethnies, il est ridicule de songer que l'une serait "supérieure" à l'autre. Vous semblez confondre ethnie et "civilisation, "mode de vie". La chose n'est pourtant pas à ce point difficile à distinguer. C'est même à se demander à quel point faire l'âne n'est pas calculé.

06/01/2013, 07:31 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de philippe alain le 05/01/2013 à 21:33

Sinon un sommet de la stupidité cette réponse, du moins un beau pic hymalaien !  Surtout, continuez comme ça, c'est trop drôle, et vous apportez sacrément de l'eau à mon moulin ! Dans votre cinoche, vous avez désespérément besoin de victimes, et uniquement de victimes. Tout ce qui contraire à votre gloubiboulga, vous l'écartez. Là, Veronique Hurtado s'est fait pirater son compte par de sracistes: rien que ça! Pen voyons ! Vous avez besoin de soins, mon pauvre vieux : profitez donc des services  d'hygiène mentale, mon pauvre vieux , la paranoïua, ça se soigne !

06/01/2013, 08:11 | Par philippe alain en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 07:31

Bonjour monsieur

Merci pour votre contribution très intéressante et qui mérite réflexion

Bonne année 2013

06/01/2013, 09:40 | Par cereb en réponse au commentaire de philippe alain le 06/01/2013 à 08:11

SourireInnocent

07/01/2013, 01:38 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de philippe alain le 06/01/2013 à 08:11

Et hop, on esquive ! Parano or not parano ? 

06/01/2013, 12:22 | Par Mafch en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 05/01/2013 à 19:54

"Vous voulez faire une bonne action et un test ? Proposez à des parents Roms de vous occuper de leurs bambins, juste une heure ou deux, les emmener au MacDo, là à côté, à quelques mètres ou les abriter dans un centre commercial, en achetant couches et lait pour le bébé."

Oui je l'ai fait! mais je crois que j'ai fait une connerie car la maman était tellement chargée qu'elle a du débarquer le bébé pour y mettre les courses...

L'autre fois c'était un papa gaillard, cette fois je l'ai emmené dans une boucherie cachère, seul endroit qui accepterait ma carte bancaire. Alors je vous fait part de la liste de courses pour une famille de 8 à 10 personnes - NB je lui suis reconnaissante de m'avoir évité d'aller sur place chez lui me bananer dans la boue - 10 kg de pommes de terre, 2 kg de pilons de poulet et d'abats, 1 grosse boite de concentré de sauce tomate, 5 kg d'oignons, 1 litre d'huile en prime vous pouvez ajouter un beau chou. Après, vous pouvez passer (s'il y a de la boue, appelez à l'aide et demandez qu'on vienne vous prendre par la main), vous verrez : c'est succulent!

J'en ai profité pour faire un peu de pédagogie auprès du boucher qui racontait des salades sur leur compte. Je m'en suis d'ailleurs voulu d'avoir oublié de l'inciter à le prendre comme manutentionnaire.

Et vous savez quoi, vous qui avez le ventre plein, des idées il y en a à la pelle : ces gens pourraient vous initier en stage de survie, ils sont capables de construire un abri bien chauffé, dans le respect absolu des normes HQE, en moins de 3 jours. Ce sont des mines d'ingéniosité!

06/01/2013, 12:25 | Par Mafch en réponse au commentaire de Mafch le 06/01/2013 à 12:22

mes excuses, c'était une boucherie halal

06/01/2013, 15:46 | Par WataYaga en réponse au commentaire de Mafch le 06/01/2013 à 12:25

J'ai une expérience similaire à la vôtre, devant une boutique bio, à montreuil, il y a quelques années : une femme Rom d'une quarantaine d'année s'était installée là, sur des cartons et les clientes de la boutique venaient souvent faire la causette avec elle. Moi je faisais mes courses et j'achetais tous les produits sans cuisson en solde que je trouvais t partageais en deux sacs : un pour elle et un pour moi et ensortant je les lui donnais. Un jour, elle s'est levé, a appelé deux gamines qui jouaient dans le square d'en face, et on s'est installée sur un banc et avons mangé ensemble.

Après elle m'a serrée la main les lares aux yeux et m'a expliqué qu'elle devait partir et que c'était sa façon de me dire au revoir : manger comme une famille. Je ne l'ai jamais revue.

On ne peut généraliser ni dans un sens ni dans l'autre mais qu'en est-il des enfants qui souffrent de maltraitance parentale dans les milieux aisés ? J'ai connu professionnellement une jeune fille qui m'a raconté son calvaire avec sa mère et qui n'a jamais été crue parce qu'elle appartenait à un milieu de notables. Elle ne s'en est pas remise et j'ai perdu son contact d'une façon que je trouve inquiétante mais c'est une majeure et je ne suis pas de sa famille...dont acte ! Déçu

06/01/2013, 16:23 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de WataYaga le 06/01/2013 à 15:46

 

Place St Luc ,à côté de Simply, il y avait une jeune femme, trés maigre, qui mendiait . On lui donnait une ou deux pièces, puis un jour, elle m'a souri et m'a dit "pain, pas argent" .

Alors j'ai fait des courses, j'ai mis tout ce que je trouvais, plus des légumes à cuire , du jambon de volaille, du chocolat, des bonbons, du comté, de la vache qui rit, de l'huile, du beurre et bien sûr du pain bien frais et croustillant. Elle s'est jetée dessus ...

Ensuite, chaque semaine plusieurs autres personnes (que je ne connais pas) et moi on lui faisait des sacs de nourriture, de produits d'hygiène, et de sucreries (le superflu est nécessaire !) Jamais vu de "maquereau" dans les parages, mais auprès d'elle, toujours le même petit garçon qui aime les bonbons et les chouquettes . Est-ce son enfant ? Je ne sais pas ... C'est un enfant, c'est une jeune femme ...

Depuis Noël je ne les ai pas revus ...

10/01/2013, 00:18 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de Mafch le 06/01/2013 à 12:22

On est au moins deux à l'avoir fait.

Je m'en suis déjà expliquée à d'autres occasions. 

Oui, il faut associer à notre vie ceux qui nous tendent la main, Roms ou pas.

Simplement, je répète ma question : - Vous faites les courses avec elle. Ensuite ?

Vous la retrouvez sur son trottoir. Et je repose la question :  Elle dort où ? Et elle revient d'où ?

Si tous les Français(e)s faisaient des courses avec des SDF, de temps en temps, allez ,une fois par semaine, un peu, ce serait génial.

Mais ça ne répond pas à une autre de mes questions : - Pour les parents d'autres enfants pauvres qui ne tendent pas la main ? On fait comment ?

Moi je pose la question sur la légitimité de l'exception culturelle qui autoriserait à faire mendier des enfants, enfants en compagnie d'adultes, enfants qui savent bien tendre la main. Puisque là il ne s'agit plus de bébés.  

Pour vous, c'est normal ?     

07/01/2013, 04:47 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 05/01/2013 à 19:54

Excellente suggestion!

05/01/2013, 20:19 | Par Véronique HURTADO

Des enfants sous le joug de mafieux roms

Mots clés : Roms, Sécurité, Délinquance, Seine-saint-Denis, BPM

Par Christophe Cornevin Mis à jour le 26/09/2012 à 13:05 | publié le 25/09/2012 à 20:09Réactions                                 (73)               

Des jeunes filles roms se livrent à la mendicité, place de l'Opéra. Des jeunes filles roms se livrent à la mendicité, place de l'Opéra.Crédits photo : Denis Allard/REA/Denis Allard/REA

Recommander4

Réduits à l'esclavage dans des camps de Seine-Saint-Denis, ils volaient à Paris.

coeur-.gif

Les gangs mafieux plaçant des enfants roms sous leur férule pour les obliger ensuite à voler dans les quartiers de Paris viennent d'essuyer un singulier revers. Mardi matin, pas moins de 200 policiers, appuyés par des gendarmes, ont investi à l'heure du laitier trois camps à Stains, Saint-Denis et Aubervilliers. Agissant dans le cadre d'une commission rogatoire délivrée par le juge Baudoin Thouvenot, la Brigade de protection des mineurs (BPM) de la PJ parisienne a placé en garde à vue pas moins de onze caïds présumés, âgés de 30 à 40 ans. Par ailleurs, trois supposés «donneurs d'ordre» frappés d'un mandat d'arrêt européen ont été arrêtés sur les bords du Danube, dans la région roumaine de Galati. Chefs de bande présumés, ils sont soupçonnés d'avoir exploité des dizaines d'enfants de 9 à 17 ans depuis au moins août 2011. Au total, une trentaine de mineurs déscolarisés étaient forcés à voler en remplissant des objectifs journaliers précis. Sous le règne de la terreur, ils étaient lâchés dans les lieux touristiques et le métro pour dérober quotidiennement un ou deux portefeuilles, ainsi que trois ou quatre téléphones dernier cri. Si le butin escompté n'était pas au rendez-vous, les enfants roms s'exposaient aux pires représailles. «Ceux qui avaient le malheur de revenir les mains vides étaient frappés et privés de nourriture», précise une source proche du dossier. Dans certains cas, leurs nervis n'hésitaient pas à les menacer de mort.

Selon les dernières constatations, la valeur des butins amassés serait estimée au minimum à 150 euros par jour et par enfant. Des dizaines de téléphones portables ont été retrouvés en perquisition. «Fruits probables de vols», ils étaient écoulés grâce à une filière de receleurs en France mais aussi en Roumanie. «Ces trafics sont très florissants», siffle un enquêteur rappelant qu'une bande similaire, qui comparaissait vendredi dernier à Paris, avait empoché près 100.000 euros en une seule année.

Procès d'assises

Sous le coup d'une mise en examen pour «traite des êtres humains» mais aussi «provocation directe de mineurs à la commission habituelle de crimes et délits» et «vols et recels» en bande organisée, les esclavagistes modernes interceptés lundi en Seine-Saint-Denis encourent les assises. Et une peine de vingt ans de réclusion criminelle. «Les investigations ont fait apparaître une structure très organisée, tant en France qu'en Roumanie, démontrant l'exploitation clanique de mineurs pour permettre des vols répétés et systématiques», déclare-t-on au parquet de Paris. Considérant que «le placement en foyer des enfants roms est voué à l'échec tant les fugues sont nombreuses», les magistrats mènent depuis le printemps une réflexion pour «sortir les mineurs isolés des griffes des bandes criminelles et les raccompagner dans leurs familles d'origine en Roumanie, où ils bénéficieront d'un suivi personnalisé assuré par les autorités locales». Le but est d'éviter que ces multirécidivistes, qui concentrent désormais à eux seuls 50 % des appels reçus au parquet des mineurs, ne reviennent sur le sol français. Pour mieux identifier cette population habituée à sévir sous le couvert d'alias fantaisistes, une base de données a été mise sur pied depuis le printemps dernier. Alimentée au fil des affaires, elle abrite déjà les noms de 200 jeunes Roms ayant eu affaire à la police."

Les jeunes mineurs sont VOLONTAIREMENT descolarisés par les trafiquants d'êtres humains. Etre Roms et pauvres ne rend pas acceptable ce trafic d'êtres humains.

D'autres étrangers et d'autres Français sont pauvres. Ce n'est pas une raison pour exploiter des enfants ! En les achetant comme des esclaves et en les maltraitant.

 

 

06/01/2013, 00:58 | Par Mafch en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 05/01/2013 à 20:19

Alors, que préférez-vous : une femme qui mendie avec son bébé dont on nous dit qu'il est confortablement installé dans sa poussette (probablement made in Secours Cath ou Pop) ou une bande qui vole?

06/01/2013, 07:32 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Mafch le 06/01/2013 à 00:58

Un peu léger comme réponse, non ?

09/01/2013, 20:35 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de Mafch le 06/01/2013 à 00:58

Je préfèrerais le gîte et le couvert pour les mineurs qui volent et pour la maman dans la rue et son bébé.

Combien de fois je me suis interrogée sur ce que je devais faire : donner ou ne pas donner, lorsque des parents mendient avec enfants en bas âge ou pas ?

Je donne. On ne regrette jamais d'être généreux.

Et il vaut mieux regretter d'être un "pigeon-...vole" ! 

Quitte à encourager ces pratiques de mendicité avec des enfants, coutumes locales, cultures et j'en passe.

Pour éviter de laisser des familles dans une misère plus grande, pour les enfants, qu'ils n'aient pas le spectacle d'une France indifférente à leur sort et parce que le pire serait que je sois complice de leur maltraitance ensuite, s'ils rentrent sans rien, sans même un peu d'argent.

Voilà.

Je n'ai pas la réponse  à tout. Et je n'ai pas cette prétention.

J'essaie juste d'expliquer que chacun doit faire son travail. Et le travail du policier, c'est de vérifier qu'un bébé, qu'un enfant qui ne peut pas parler ni se défendre, n'est pas exploité. Est-ce abominable ? 

05/01/2013, 20:26 | Par Véronique HURTADO

Un réseau d'exploiteurs d'enfants roms démantelé

Mots clés : Roms, Violences, Police

Par Christophe Cornevin Mis à jour le 25/09/2012 à 16:43 | publié le 25/09/2012 à 11:29Réactions                                (185)               

Deux cents policiers sont intervenus dans trois camps d'Aubervilliers, Stains et Saint-Denis où des enfants roms étaient réduits à l'état d'esclaves pour mendier. Onze suspects ont été placés en garde à vue.coeur-.gif

Trois jours après le spectaculaire procès d'un réseau mafieux d'exploiteurs d'enfants roms devant le tribunal de Paris vendredi dernier, les forces de l'ordre ont mené lundi matin une vaste opération coup de poing, comme le révélait RTL, dans trois camps de Seine-Saint -Denis pour porter secours à des mineurs réduits à l'état d'esclaves pour mendier.

À six heures précises, deux cents policiers sont intervenus sur plusieurs communes du département, dont Aubervilliers, Stains et Saint-Denis. «Une vingtaine d'interpellations étaient prévues, a précisé un haut fonctionnaire basé dans le département. Mais la population de ces camps change en permanence en raison des innombrables allées et venues d'inconnus…»

Une trentaine de mineurs forcés à voler

L'opération de la police judiciaire visant à démanteler un vaste réseau criminel était pilotée par la brigade des mineurs dans le cadre d'une information judiciaire ouverte en août par le parquet de Paris.

Onze suspects ont été placés en garde à vue. Par ailleurs, trois supposés donneurs d'ordre ont été arrêtés en Roumanie, dans la région de Galati, dans le cadre d'un mandat d'arrêt européen.

Chefs de bande présumés, voire parents des petites victimes, ils sont soupçonnés d'avoir exploité des dizaines d'enfants de 9 à 17 ans depuis des mois. Une trentaine de mineurs déscolarisés étaient forcés à voler en remplissant des quotas journaliers précis.

Sous le règne de la terreur, ils étaient lâchés dans les rues de Paris pour dérober quotidiennement un ou deux portefeuilles, ainsi que trois ou quatre téléphones. Selon les dernières constatations, la valeur du butin est estimée au minimum à 150 euros par jour et par enfant, sachant que la bande qui comparaissait vendredi à Paris a empoché 100.000 euros en une seule année.

Sous le coup d'une mise en examen pour «traite des êtres humains» mais aussi «provocation directe de mineurs à la commission de crimes et délits» et «vols et recels» en bande organisée, ils encourent les assises et une peine de vingt d'emprisonnement.

«Les investigations menées faisaient apparaître une structure très organisée, tant en France qu'en Roumanie, démontrant l'exploitation clanique de mineurs pour permettre des vols répétés et systématiques» considère dans un communiqué le parquet du tribunal de grande instance de Paris.

Selon de premières estimations, près de 200 jeunes roms délinquants ont été identifiés en région parisienne.

06/01/2013, 01:12 | Par Mafch en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 05/01/2013 à 20:26

oui et alors? il y aurait 2000 "roms" en région parisienne...

Il s'agit donc bien d'une confusion malencontreuse entre "rom" et délinquance.D'ailleurs, eux-mêmes le disent qu'il y a comme partout des actes répréhensibles qu'ils ne cautionnent pas.

Il s'agit bien de la stigmantisation d'une population, donc de racisme.

Un maire que je ne citerai pas, brandit des pétitions de riverains (qu'il n'a d'ailleurs que brandi par la pensée) au lieu de porter plainte pour incitation à la haine raciale par les instigateurs de cette/ces pétitions..."PS tous derrière et lui devant"

09/01/2013, 20:41 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de Mafch le 06/01/2013 à 01:12

Non, encore une fois c'est le nombre de victimes Roms répertoriées, d'enfants servant dans le réseau.

C'est curieux de constater que des enfants Roms ne puissent pas être victimes d'adultes Roms.

Parce qu'ils sont tous Roms ? Donc il faut tout accepter.

09/01/2013, 22:46 | Par WataYaga en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 09/01/2013 à 20:41

J"ai un problème de dédoublement de la personnalité qui me trouble avec vos commentaires : je suis souvent contente de les lire et aussi souvent je plonge dans des abimes de perplexité.

Il m'apparait qu'il y aurait quelque chose qui est de l'ordre du malentendu dans la discussion que nous entretenons avec vous (et ouf ! Je suis soulagée qu'elle reprenne !) car il me semble qu’il ne s'agit pour personne de dire que les Roms sont tous ceci en positif ou tous cela en négatif. Mais dans un cas comme celui-ci la femme et son bébé sont des victimes, de la misère d'abord et ensuite peut-être de réseaux mafieux. Que l'on démantèle ces réseaux ne me dérange nullement et, si je peux trouver des explications aux raisons qui amènent un individu à devenir une ordure qui exploite, humilie, persécute et maltraite les autres (quand on apprend les parcours de vie on en trouve toujours) en aucun cas ces explications ne peuvent devenir des justifications. Donc, pas d'état d'âme, du moins pas plus pas moins qu'en ce qui concerne tou/tes les exploiteur/ses quels qu'ils/elles soient !

Mais qu'on s'en prenne à des personnes qui n'ont, dans le contexte actuel, d'autres possibilités de survie physique et culturelle (je ne parle pas d'une "culture de la mendicité" car elle a été qu'imposée par le rejet social et non choisie par un ascétisme spirituel, comme celle pratiquée par les saints !) mais d'une culture dont les valeurs ne sont pas reconnues par la nôtre - mais cela demanderait un trop long développement - et il n'y a de culture arriérée que dans l'autosatisfaction des personnes qui se croient culturellement supérieures - que de pratiquer la mendicité (c'est aussi le cas des SDF, du moins ceux qui ne se laissent pas mourir de faim, de froid, de désespoir...)

Cela est programmé pour devenir le cas de plus en plus de personnes dont le sort peut basculer du jour au lendemain massivement (voir l'exemple de la Corée du Sud qui a été dépecée par une attaque économique des banques imparable, foudroyante et ravageuse, par exemple). Que feront toutes ces personnes qui jugent quand elles n'auront d'autres choix pour survivre que d'être asservie par des mafias dont les membres seront souvent issus de leur propre communauté ?

Le problème c'est que dans ce système les victimes (après tout c'est leur faute, elles n'avait qu'à être les plus fortes, on méprise toujours la fragilité) sont prises dans un étau : entre ceux qui les exploitent et ceux qui les répriment. Les deux d'une façon ou d'une autre, et pas avec les mêmes intentions, prétendant les "protéger". C'est certainement faux de la part des mafieux et souvent vrai, je veux bien le croire, de la part des policiers mais protège-t-on réellement une personne quand on ajoute à sa souffrance ?

Bien sûr on peut considérer qu'il y a des souffrances plus terribles que celles d'un bébé qui est séparé de sa mère, mais qui pourra le faire comprendre au bébé lui-même ?

Quand je me faisais mal ma mère me disait en plaisantant : "ce n'est pas grave, je n'ai rien senti" mais ses actes démentaient ces paroles qui me glaçaient et accroissaient ma souffrance. J'y ai beaucoup réfléchi depuis et je crois que dans ce qui est raconté dans ce billet la parole de ma mère prend tout son sens : pour certain/es, ce n'est pas grave puisqu'ils/elles n'ont rien senti. Mais la compassion de ma mère passait par la chaleur de son regard et la douceur de ses soins ce qui me montrait que ne pas sentir comme l'autre sa souffrance n'empêche pas l'empathie.

10/01/2013, 00:30 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de WataYaga le 09/01/2013 à 22:46

C'est pour cette raison que je ne cesse pas d'expliquer que la réponse policière n'est pas adaptée si les policiers ne peuvent pas ensuite se tourner vers les services sociaux.

Et pitié pour les enfants ! Vous serez d'accord avec moi pour convenir que la séparation des enfants d'avec leurs parents pour cause de misère économique est une monstruosité française, suffisamment dénoncée par l'Abbé Pierre.

Donc d'un côté un policier qui fait son travail : vérifier que le bébé n'est pas "exploité" et que sa mère est bien sa mère.

Et de l'autre, des services sociaux, disons une France sociale qui n'en a rien à faire de ses pauvres. Je mets le possessif, pas le démonstratif. Ce sont nos pauvres, puisqu'ils sont sur le territoire français.

Non, surtout pas la séparation d'avec les parents pour cause de misère. Par contre, la maltraitance, la "vraie" maltraitance est souvent sous-estimée et "cautionnée" dans les milieux aisés. Parce que chez ces gens-là, la maltraitance n'existe pas.

Dans les commentaires, ce qui me choque, sont les propos violents "anti-flicks" sachant que les policiers doivent effectivement protéger les plus faibles et vérifier qu'un mineur n'est pas exploité.

La preuve que les policiers ne sont pas d'affreux nazis, c'est qu'ils contrôlent rarement des enfants "librement", si on peut l'écrire ainsi, mendiants pour leurs parents. Mais un bébé, oui, le policier s'est posé la question de sa condition et de son devoir de protection. En période hivernale.

L'absurdité, c'est que la maltraitance, dans ce cas-là, est sociétale et française.

Et que le policier va devoir cautionner cette maltraitance sociétale, en remettant à  la rue la mère et  son bébé. Oui, il a dû vraiment avoir les larmes aux yeux.           

10/01/2013, 14:24 | Par WataYaga en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 10/01/2013 à 00:30

Là encore je suis d'accord avec vous parce que j'ai vu des personnes à qui on avait enlevé leur enfant pour cause de misère matérielle, d'autres à qui on l'a enlevé parce que confiants en les services sociaux ils avaient appelé à l'aide pour qu'on leur apporter du soutien dans leur détresse psychologique et éviter de devenir maltraitants alors que, impossible de faire intervenir les mêmes services quand on a affaire à des personnes "biens" parce que insérées socialement et ayant des soutiens qui sont les supérieurs hiérarchiques des personnes devant gérer les dossiers.

Les personnes en situation de difficulté matérielles sont harcelées même quand on ne peut invoquer une quelconque maltraitance : leur dossier est fermé parce que vide mais rouvert quelques temps après et le but non officiel semble d'arriver à ce qu'elles ne demandent plus les aides auxquelles elles ont droit sur le papier (et ensuite on fait des article évoquant le nombre de pauvres qui ne demandent pas à bénéficier de leurs droits...).

C'est évidemment quelque chose qui n'est pas du registre de la police mais pour lequel on peut demander à la police d'intervenir....

08/02/2013, 17:26 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de WataYaga le 10/01/2013 à 14:24

Les exemples pris là me paraissent un raccourci un peu facile. En fait, bien souvent, les services sociaux connaissent une famille parce que celle-ci fait une demande d'aide financière. Avec le temps, une observation se fait qui peut déboucher éventuellement sur un signalement, lequel lui-même peut aboutir à une proposition d'aide éducative, voire à une décison de justice s'il y a le sentiment qu'il ya un danger pour l'enfant. Vu de l'extèrieur et sans une connaissance de tous les éléments du dossier, on peut très bien ne rien y comprendre et traduire : "ils avaient juste besoin de sous et on leur retire leurs enfants, c'est scandaleux !"  Faut voir tout ça par le menu, mais dire tout de go que l'on arrache des enfants à leur parents pour misère matérielle, c'est un peu caricatural. Ayant signé de ma main des dizaines de  milliers d'aides financières, je ne peux laisser dire ça !  Il est clair que les pauvres sont mieux connus des services sociaux que les milieux plus favorisés où peut se développer tout aussi bien la maltraitance, mais c'est tout simplement parce que dans ces milieux, il est plus facile de dissimuler les choses et qu'on ne permet pas aux services sociaux auxquels on fait  très rarement appel, de "mettre le pied dans la porte" par le biais d'une demande d'aide matérielle.

08/02/2013, 17:32 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de WataYaga le 10/01/2013 à 14:24

Il est clair qu'une meilleure coordination entre services de police et services sociaux est nécessaire, mais dans le respect des prérogatives et des spécificités de chacun. Ca butte aussi  sur un problème de moyens avec des financeurs différents. L'état ayant délégué le social aux départements, ne leur a pas pour autant donné les moyens afférents. Je trouve qu'il ya là un gros problème.

06/01/2013, 05:55 | Par philippe alain en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 05/01/2013 à 20:26

Comment pouvez-vous affirmer que 200 jeunes "roms déliquants" ont été identifiés en région parisienne ????

Je me permets de vous rappeler que le mot "rom" caractérise une origine ethnique et non une nationalité

La police détiendrait donc des fichiers basés sur l'origine ethnique des personnes interpellées ?

Cela ne m'étonnerait pas, mais c'est alors extrêmement grave et bien évidemment contraire à la loi.

Je vous invite à saisir vos supérieurs de toute urgence pour signaler ce dysfonctionnement gravissime.

Au cas où vous ne souhaiteriez pas le faire vous-même, je vous invite à contacter Mediapart et à communiquer les preuves de l'existence d'un tel fichier. Le journal se fera un plaisir de dénoncer l'existence de ces fichiers illégaux.

Merci d'avance pour votre aide

07/01/2013, 01:10 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 05/01/2013 à 20:26

Ne vous faîtes pas d'illusion, Véronique...il n'y a pire sourd que celui qui ne veut entendre.

05/01/2013, 20:31 | Par Véronique HURTADO

"Le Courrier des Balkans

Roumanie : opération coup de poing contre un vaste trafic d’enfants vers la Grande-Bretagne

Par Mehdi Chebana

3 réactions

 

Sur la Toile :

Publié dans la presse : 8 avril 2010

Mise en ligne : samedi 10 avril 2010

Des dizaines d’enfants roms de la petite ville de Ţăndărei (sud-est de la Roumanie) étaient contraints de mendier et de voler dans les rues de Londres, mutilés et vendus par leurs parents aux responsables d’un vaste réseau. Les polices roumaines et britanniques ont porté un gros coup à ce trafic, jeudi 8 avril, en menant une série de perquisitions qui ont conduit à l’interpellation de 17 personnes.

(Image © Adevărul)

Plus de 300 policiers roumains et britanniques ont mené une série de perquisitions, jeudi à Ţăndărei (sud-est de la Roumanie), dans le cadre d’une opération visant à démanteler un vaste trafic d’enfants vers la Grande-Bretagne, rapportent les médias bucarestois et londoniens.

Dix-sept personnes ont été interpellées et conduites dans un commissariat de police à Bucarest pour être entendues. Elles sont accusées de trafic de mineurs et blanchiment d’argent, a annoncé le Parquet.

Selon les enquêteurs, les responsables du réseau recrutaient des enfants parmi les familles tsiganes les plus pauvres de cette ville de 13.000 habitants. Ils faisaient passer clandestinement leurs victimes en Grande-Bretagne où ils les forçaient à mendier et à voler.

Les enfants nés avec un handicap avaient la préférence des trafiquants, si bien que certaines familles, pour éponger leurs dettes ou par besoin d’argent, n’ont pas hésité à mutiler leurs progénitures, raconte le quotidien roumain Adevărul.

Au total, 168 victimes entre 7 et 15 ans ont déjà été identifiées mais beaucoup d’entre elles se trouveraient encore en Grande-Bretagne, selon le tabloïd anglais Daily Mail ( lire par ailleurs ). « Ils leur ont dit que leurs parents courraient un grand risque si elles tentaient de s’enfuir, quant aux familles, elles craignaient qu’on fasse du mal à leurs enfants si elles se plaignaient aux autorités », raconte un officier de police roumain cité par le Mail.

Cette opération, baptisée « Europa », fait suite à un accord de coopération conclu en 2008 entre les autorités roumaines et britanniques visant à constituer une équipe mixte d’enquête sur ce trafic. Vingt-six officiers de la Police londonienne et deux spécialistes d’Interpol ont participé aux perquisitions qui ont permis de découvrir plusieurs armes à feu, des bijoux, d’importantes sommes d’argent ainsi que des procurations autorisant les membres du réseau à emmener les mineurs en Grande-Bretagne.

Depuis deux ans, la presse anglaise relate à grands traits le drame de ces enfants tsiganes de Ţăndărei poussés à mendier et à voler dans les rues de Londres, soulignant que l’argent du trafic a permis la construction dans la commune d’une centaine de villas luxueuses en cinq ans."

Encore des policiers ! Qui font leur travail, heureusement pour les enfants exploités...

06/01/2013, 01:18 | Par Mafch en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 05/01/2013 à 20:31

Mais quel est le rapport avec cette femme qui mendie avec un enfant dans une poussette? ou même un gamin qui veut vous "faire le pare-brise"?

06/01/2013, 07:38 | Par philippe alain en réponse au commentaire de Mafch le 06/01/2013 à 01:18

Aucun rapport. Le seul objectif est de démontrer à travers un poncif vieux comme le monde: "un voleur, tous voleurs". C'est totalement hors sujet, ça s'appelle allumer un contre-feu.

07/01/2013, 01:41 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de philippe alain le 06/01/2013 à 07:38

benet borgne ! 

07/01/2013, 09:33 | Par philippe alain en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 07/01/2013 à 01:41

:-)

09/01/2013, 20:49 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de Mafch le 06/01/2013 à 01:18

Le gaminqui veut vous faire le pare-brise serait mieux scolarisé.

Je crois que vous en conviendrez.

Maintenant deux forces s'y opposent : les parents qui savent qu'un gamin rapportera plus qu'un adulte et notre chère France qui rejette les enfants Roms.

Il faut faire annuler les lois "sécuritaires" anti-bivouacs" "anti-cabanisation" et "anti-nomades". C'est une vraie urgence sociale ! Il faut déclarer la guerre à la misère, non pas aux pauvres.

Mais parce qu'on est pauvres, est-on et doit-on être un déchet humain ?

Ne plus avoir de valeurs morales et exploiter ses propres enfants ? Trouvez-moi une maman africaine noire mendiant sur un trottoir avec son bébé ou une pakistanaise. Ce sera plus difficile que de trouver des parents Roms mendiant avec leurs enfants Roms.

Etre pauvre ne doit pas tout excuser. Les pauvres ont aussi leur dignité et leur morale. Des étrangers SDF africains et asiatiques, il y en a. 

Nous devons aussi en France transmettre des valeurs morales, comme la place de l'enfant. L'enfant ne sert pas à gagner de l'argent. C'est à nous de faire passer le message. Même aux plus pauvres. Sinon  à quoi bon se révolter  contre le travail des enfants ailleurs  ?

Quelle hypocrisie... Je ne l'écris pas pour vous. Je connais vos commentaires et j'apprécie vos engagements de coeur.  Je n'ai pas la réponse pour les Roms. Elle est sociale. Nous sommes tous d'accord sur ce point.  

06/01/2013, 19:15 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 05/01/2013 à 20:31

Très bon site, le Courrier des Balkans, je recommande vivement.

05/01/2013, 20:35 | Par Véronique HURTADO

Trafic humain en Roumanie : enquête au bout de la nuit

Traduit par Anne-Claire Bellec

8 réactions

 

Sur la Toile :

Publié dans la presse : 3 février 2003

Mise en ligne : vendredi 14 février 2003

"Une enquête menée sous couverture par IWPR révèle comment de jeunes filles sont battues, abusées et vendues pour quelques centaines de dollars dans les rues de Bucarest."

C'était hier ? On parie ? Perdu... C'est encore aujourd'hui.

Un réseau international de traite d'enfants démantelé

                    A.R. |        Publié le 25.10.2012, 10h48           | Mise à jour :                16h31       

Un réseau de traite de fillettes a été démantelé mardi à Nancy.                   

                    Ils achetaient les fillettes en Macédoine ou au Kosovo, pour 1 000 ou 1 500 euros, et les revendaient pour 10 000. Sept suspects d'une même famille originaire des Balkans ont été interpellés mardi à Nancy (Meurthe et Moselle) après des mois d’investigations sur commission rogatoire d’un juge d’instruction. Avec le renfort de la police de l’air et des frontières,  les policiers du Doubs ont ainsi démantelé un réseau de traite d'êtres humains.                              

Selon l'Est républicain qui révèle l'affaire, d’autres membres de cette famille installés en Allemagne ont été arrêtés par les policiers d’Outre-Rhin. «Cette famille était structurée en réseau criminel et revendait les enfants exclusivement à des membres de sa communauté installés en France, en Allemagne ou en Belgique», explique le substitut du procureur de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS), Grégory Weil. En France, l'antenne de la police judiciaire de Besançon ainsi que les enquêteurs de la Police aux frontières (PAF) sont intervenus dans le Doubs, à Besançon, Valdahon et Maiche, où résidaient les membres de la famille suspectée. Une « coutume locale » Or plutôt qu'un réseau de pédophilie ou d’esclavage, il pourrait tout simplement s'agir... d'une coutume locale. L’audition de deux fillettes d'une douzaine d'années retrouvées saines et sauves ainsi que l'interrogatoire des suspects devraient permettre d’en savoir plus. «L’objectif du juge d’instruction et des enquêteurs est d’arriver à déterminer ce que les deux enfants ont subi exactement et combien il y a d’autres victimes», précise le substitut de la JIRS. Mais visiblement «nous ne sommes pas dans une affaire d’actes de torture et de barbarie. [...] On ignore à quoi elles étaient destinées», précise Grégory Weil. L’une a été découverte en Belgique au domicile de trois personnes arrêtées. L'autre à Montluçon dans le centre de la France. Les «acheteurs» sont toujours en garde à vue. La quinzaine de suspects seront bientôt déférés devant le juge d’instruction de Nancy en charge du dossier, Fabien Sarthe. Ils encourent 20 ans de réclusion criminelle et trois millions d’euros d’amende pour «traite des êtres humains en bande organisée» et «association de malfaiteurs».

                                                     LeParisien.fr

05/01/2013, 23:41 | Par Patrig K en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 05/01/2013 à 20:35

Et que pensez vous du trafic d'uranium de l'ETAT français ...

Des 7 milliards d'euros d'armes vendus sur la planète aux dictateurs ...

etc etc

06/01/2013, 07:33 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Patrig K le 05/01/2013 à 23:41

Quel rapport ?

06/01/2013, 18:22 | Par Patrig K en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 07:33

le trafic d'armes fabriqué en ce pays, fait plus de dégats sur les gosses , que les faits de ces mafias

mafias ou mafias d'état, là est le rapport

06/01/2013, 19:16 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Patrig K le 06/01/2013 à 18:22

sophisme

09/01/2013, 20:55 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de Patrig K le 05/01/2013 à 23:41

Oui, de l'argent, il y en a.

Des trafiquants, il y en a partout. Comme des voleurs.

Mais je fais le distinguo, à tort ou à raison, entre le "gang des postiches", vols faits avec une rare intelligence et le caïd qui va tuer deux promeneurs pour défourailler lors d'un simple vol à l'arraché.

Dans le premier cas, il y a l'amour de l'argent, très répréhensible et un "casse". Dans le second cas, il y a tellement l'amour de l'argent que le respect de la vie n'est plus.

Ceux qui vendent des armes sont des criminels en cols blancs, ceux qui s'en servent pour tuer des innocents sont les vrais criminels.

Mais exploiter des enfants me paraît  encore plus grave. Encore une fois, pour la énième fois, des enfants Roms ont droit à la même protection que les autres enfants, même si les parents qui les maltraitent volontairement ou pas sont eux-mêmes Roms.

Appartenir à une race ou une ethnie ne peut excuser l'exploitation d'enfants.    

06/01/2013, 01:21 | Par Mafch en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 05/01/2013 à 20:35

Eh! bien! voilà une police qui fait son travail!

quel est le rapport?

06/01/2013, 13:52 | Par Mounikdutroll en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 05/01/2013 à 20:35

@Veronique

Le problème abordé dans le billet n'est pas les gangs, mais le détournement d'une procédure judiciaire, impliquant un enfant.

 

06/01/2013, 19:18 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Mounikdutroll le 06/01/2013 à 13:52

papier extrèmement flou, qui fait le black out sur le questionnement très légitime des policiers. Aucun témoin cité. 

06/01/2013, 23:57 | Par munstead en réponse au commentaire de Mounikdutroll le 06/01/2013 à 13:52

Mais relisez-donc ce papier. Il n'y a pas de détournement de procédure. LA police accuse la mère d'utiliser son enfant pour mendier, ce qui est le cas. 

07/01/2013, 01:19 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de munstead le 06/01/2013 à 23:57

C'est ce que j'ai écrit plus haut. Mais M. Alain Philippe parle de détournement de procédure et on doit le croire !!! Il dit aussi  pour faire bonne mesure qu'un enfant, (resté près de sa mère) a été privé de liberté 4 heures, qu'un enfant a été placé en garde à vue! bref beaucoup trop d'inepties pour moi.

Il dit aussi , ce qui est une grave méconnaissance des règles de droit, que les roms originaires de Roumanie et de Bulgarie ont le droit de circuler librement dans les pays de l'UE (ce qui est faux comme je l'ai écrit plus haut dès lors que ces 2 pays ne sont pas admis dans l'espace de Schengen.

Je ne comprends pas que la rédaction de MDP ait pu mettre un pareil article à la UNE. Ou alors c'est une dérive populiste qui n'honore pas MDP.

05/01/2013, 21:12 | Par Mourioche

Après l'ejection présidentielle de 2012,
Je croyais en avoir finis avec la honte d'être Français.

En fait non... certaines choses ne changent jamais.

07/01/2013, 01:43 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Mourioche le 05/01/2013 à 21:12

Je compatis vivement !

09/01/2013, 21:01 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de Mourioche le 05/01/2013 à 21:12

Il n'y a plus de familles placées dans les centres de rétention.

J'avoue pour ma part que ce geste, je l'attendais avec une grande impatience.

Des enfants derrière les barreaux d'un centre de rétention, c'était monstrueux. 

Il reste beaucoup à faire, comme faire annuler certaines mesures glissées dans des lois sécuritaires qu'il faut éplucher à la loupe.

Et enfin il faut remobiliser les services sociaux dans la guerre contre toute cette misère.

Un exemple : la scolarisation des enfants SDF ! Sacraliser le domicile des parents. Ne plus autoriser l'expulsion en plein hiver ou durant  l'année scolaire, même d'un squat.

Nous devons lutter contre toutes les formes de maltraitance. La première maltraitance est sociale. Et c'est une honte pour la France. 

05/01/2013, 21:47 | Par philippe alain

@Veronique Hurtado

Bonsoir madame

Etes-vous la Véronique Hurtado que j'ai connu ? A vous lire j'en doute. Si c'est le cas, je respecte vos combats, mais je vous ai connu plus inspirée.

Vous faites un amalgame insupportable entre la mendicité des enfants mineurs qui est hors la loi et que je n'approuve pas et le détournement du code pénal par des policiers qui prétendent qu'un enfant de 12 mois est capable de mendier et donc sa mère d'organiser la mendicité de son enfant.

Vous êtes complètement en dehors du sujet et vous ne vous grandissez pas en postant plusieurs fois le même type de billet concernant des soit-disant réseaux mafieux que vous êtes la seule à connaître. Publiez sur votre blog si ces informations vous semblent importantes. Vos lecteurs pourront tout autant les lire.

Enfin, vous pratiquez également l'amalgame en faisant mine d'ignorer les nationalités des personnes mises en cause. Je parle de roms roumains, vous répondez par des cas concernant des roms de l'ex yougoslavie.

Enfin, si vous pensez que les policiers ont bien travaillé dans cette affaire, c'est votre droit. Moi je dis qu'ils font honte à l'uniforme qu'ils portent et qu'ils détournent les lois qu'ils sont censés appliquer.

En voici un autre exemple au cas où vous ne l'auriez pas lu.

http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-alain/061012/des-enfants-pourchasses-violentes-et-humilies-par-la-police

Je vous remercie de ne pas venir polluer mes files de commentaires avec vos remarques fauses, déplacées et qui stigmatisent encore plus une population qui n'a vraiment pas besoin de cela.

Je ne vous salue pas

05/01/2013, 22:18 | Par Guy Belloy en réponse au commentaire de philippe alain le 05/01/2013 à 21:47

"Etes-vous la Véronique Hurtado que j'ai connu ?

Monsieur Philippe Alain,

Véronique a eu le courage de dénoncer de nombreux dysfonctionnements au sein des forces de police, ce que j'ai également fait.

Il y aurait encore beaucoup à dire qui vous laisserait sur le c...

Mais, sur ce sujet de SP,  tomber dans l'outrance vous décrédibilise.

Votre article  a des relents de mauvaise foi, ne serait-ce que par le titre "Un bébé en garde à vue accusé d’avoir mendié". Franchement n'est-ce pas excessif monsieur Philippe Alain? Et d'abord, savez-vous ce qu'est une garde à vue?

Pour récidiver dans le texte:"Voici le bébé de 12 mois enfermé pendant plus de 4 heures".

De toute évidence vous ignorez (ou vous voulez ignorer) comment certains réseaux sont organisés. J'hésite à qualifier votre comportement: crédule ? (mais à ce point est-ce possible?), manipulateur? Je n'ai pas la réponse. Mais à trop vouloir  démontrer...

Et j'aurais aimé avoir la source de cette info....

 

 

05/01/2013, 23:10 | Par philippe alain en réponse au commentaire de Guy Belloy le 05/01/2013 à 22:18

Bonsoir monsieur,

Je vous remercie de m'avoir fait l'honneur de lire mon billet.

Je vous invite à lire également celui-ci au cas où le sujet vous intéresse. Vous y apprendrez de quelle façon certains policiers détournent les procédures, notamment de garde à vue, en prétextant des "auditions libres" pour éviter l'avocat, y compris avec des mineurs.

http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-alain/061012/des-enfants-pourchasses-violentes-et-humilies-par-la-police

D'autre part, je protège mes sources et je vous prie de croire que je n'écris rien sans avoir recoupé, vérifié et être en possession de tous les documents nécessaires à l'établissement de la vérité.

Pour le reste, vous faites la même erreur que votre collègue. Le sujet ne traite pas des réseaux organisés qui sont une abomination. Il traite simplement de la façon dont certains policiers détournent le code pénal pour faire du chiffre et harceler une minorité ethnique.

La dernière fois qu'ils ont essayé avec la "privation de soins" les juges les ont rappelé à l'ordre et ils s'étaient calmés. Se sentant pousser des ailes avec les consignes de Valls, ils recommencent avec un autre prétexte qui ne manquera pas d'être invalidé par les juges lorsque l'un d'entre eux osera aller jusqu'au bout.

En vous souhaitant une bonne année 2013

07/01/2013, 01:22 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de philippe alain le 05/01/2013 à 23:10

Les erreurs, M. Alain Pjilippe, sont toujours le fait des autres! Vous feriez mieux de vous remettre en cause quelque peu parce que des erreurs, il y en a beaucoup dans votre article.

05/01/2013, 23:32 | Par Patrig K en réponse au commentaire de Guy Belloy le 05/01/2013 à 22:18

De toute évidence vous ignorez (ou vous voulez ignorer) comment certains réseaux sont organisés.

Comme ceux des BAC de Marseille ?

Votre protégée, c'est son droit le plus légitime, expose de la misère morale de la police et du nombre de suicides dans cette profession ...

Quand par ailleurs , sur les quelques 10 000 actes par an, cette proportion à victimiser la police à ce sujet , est tout autant malhonnète que de contester la façon dont l'auteur de ce billet , met en avant son titre , une consternante façon de faire la police dans ce cas là  ..

Tant que ce métier ne sera pas réaliser par des BAC + 7 , niveau licence à minima, les pouvoirs politiques, de droite comme de gauche, auront des siècles et des siècles pour servir l'Oligarchie qui les nourris !

Des flics intègres , il y en a , nul le doute , mais ils ne sont pas la majorité, car depuis le passage Sarkozie, la preuve, ils l'auraient dé:montré ..


10/01/2013, 00:42 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de Patrig K le 05/01/2013 à 23:32

Ai-je parlé des suicides dans la police nationale à la suite de cet article ?

A quoi vise ce propos ?

Je n'ai pas besoin de "victimiser" la police nationale pour expliquer en quoi la mendicité basée sur l'exploitation des enfants est condamnable, parce que condamnée par la loi française et la convention  internationale des droits de l'enfant.

J'essaie d'expliquer que le policier qui aurait mis en garde à vue pour quatre heures (?) une maman qui était sur un trottoir avec son bébé, sachant que la police intervient à la demande ou sur des signalements au 17 de personnes en difficulté, a fait son travail de policier qui n'est pas un travail d'assistante sociale. J'en suis la première désolée.

Et je reste aussi la première à écrire avec Philippe Alain que cette réponse policière n'est pas la bonne réponse. Et ne sera jamais la bonne réponse. Ce dont les policiers sont parfaitement conscients. 

Il faut une réponse sociale

  Il faut que je l'écrive comment, en grec, en chinois, en étrusque ?

  

06/01/2013, 13:59 | Par Mounikdutroll en réponse au commentaire de Guy Belloy le 05/01/2013 à 22:18

Bonjour Guy

Je ne suis pas d'accord, avec ton commentaire que je trouve injuste envers Philippe Alain. Le sujet du billet est le détournement d'une procédure judiciaire, faisant d'un bébé un délinquant.

 


09/01/2013, 19:39 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de Mounikdutroll le 06/01/2013 à 13:59

Un bébé ne peut pas être un délinquant.

S't'plaît !

Et ce n'est pas le détournement d'une procédure judiciaire. Il est interdit en France de mendier avec des enfants.

Mon but n'est pas de stigmatiser les Roms. Si j'ai introduit des articles sur les traites d'êtres humains,  c'est parce que l'interrogation est légitime. Roms ou pas.

Il y a des familles qui viennent d'Afrique, qui sont SDF et sans papiers. Je n'ai pas encore vu de mère africaine ou maghrébine sur un trottoir tendant la main pour mendier.

Mais peut-être que je suis aveugle.

Par contre, je ne comprends pas cette lecture "anti-fliks" alors que je dénonce l'inertie des services sociaux et cette désolation d'un système qui laisse à la rue des gosses et ne permet pas à la police autre chose que de remettre dans la rue, de rejeter dans la misère, une maman et son bébé.

Mon commentaire n'attaque pas Philippe Alain. Souvent je suis d'accord avec lui. Pour une fois, moins car la situation n'est pas simple. Surtout pour la police.

La mendicité des enfants ou grâce à des enfants ne doit pas devenir une "coutume" locale, une culture d'exception ou que sais-je encore.

Nous devons nous occuper de ces enfants et donner un logement décent à toutes les familles exclues de notre système SOCIAL.          

10/01/2013, 21:31 | Par Azahar en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 09/01/2013 à 19:39

Il faudrait que je relise bien le billet après tant de commentaires.

Sur le fond, je pense que la mendicité n'est pas une bonne chose (c'est humiliant pour qui la pratique et "violent" pour qui la rencontre). 

A fortiori, la mendicité avec des enfants, comme système, est encore plus chocant (mais la mère est-elle criminelle pour autant?... que lui propose-t-on comme alternative concrète?) 

D'autres manières d'exploitations: la vente de souvenirs dans la rue par exemple. Elle est organisée, c'est une forme d'exploitation et le fait qu'on ne voie pas les femmes ne veut pas dire qu'elles ne sont pas exploitées.

- détournement d'une procédure policière, abus de certains, préjugés-généralisations, amalgames : dénonçable et abject.

Bienfaits du billet: infos et débat. 

Ne pas séparer mère /enfant. Je rejoins tous les défenseurs. 

08/01/2013, 02:30 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Guy Belloy le 05/01/2013 à 22:18

Ben oui, évident, mon cher Watson, mais plus c'est gros, plus ça passe et ceux qui sont un peu sceptiques sont considérés comme des suspects. et ça donne des leçons de tolérance ! C'est tout simplement ahurissant ! Ca relève plus de la rumeur que d'autre chose, mais ça marche bien apparemment  : vous entendez les cris d'horreur !

Dans ma jeunesse, c'était la rumeur d'Orléans : les jeunes filles se deshabillaient dans une cabine d'essayage d'un magasin de fringues et se retrouvaient dans un bordel à   Beyrouth. Ici, la rumeur s'est gauchisée en quelque sorte et un enfant Rrom  de un an est mis"en garde à vue". 

J'étais à Marseille au moment de la rumeur sur le Sida d'Isabelle Adjani. Dans mon service, deux personnes l'avaient vue ! Etonnant, non ?

05/01/2013, 21:47 | Par diaslaki

Les flics sont prêts à n'importe quelle ignominie pour suivre les recommandations de sieur Valls. Ce dernier est pitoyable dans sa quête effrénée et démagogique de voix. Hollande ne sort pas grandi en regard de sa complicité passive et coupable avec celui-ci. Nos dirigeants ont des comportements minables comme sait si bien le dire un dénommé Ayrault.

06/01/2013, 07:16 | Par philippe alain

@Véronique Hurtado

Comment pouvez-vous affirmer que 200 jeunes "roms déliquants" ont été identifiés en région parisienne ?

Je me permets de vous rappeler que le mot "rom" caractérise une origine ethnique et non une nationalité

La police détiendrait donc des fichiers basés sur l'origine ethnique des personnes interpellées ?

Cela ne m'étonnerait pas, mais c'est alors extrêmement grave et bien évidemment contraire à la loi.

Je vous invite à saisir la justice et vos supérieurs de toute urgence pour signaler ce dysfonctionnement gravissime.

Au cas où vous ne souhaiteriez pas le faire vous-même, je vous invite à contacter Mediapart et à communiquer les preuves de l'existence d'un tel fichier. Le journal se fera surement un devoir et un plaisir de dénoncer l'existence de ces fichiers illégaux.

Merci d'avance pour votre aide.

09/01/2013, 19:44 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de philippe alain le 06/01/2013 à 07:16

Il s'agit d'une procédure judiciaire et d'informations communiquées par le Parquet à des journalistes.

Il n'est pas besoin de fichier. Les  200 jeunes Roms sont  les victimes recensées de ce trafic.

Pourquoi  ce déni ?

Je sais que vous êtes suffisamment intelligent pour avoir très bien compris et lu l'article.

Ecrivez directement au Parquet. Les informations ayant été communiquées à la presse, elles sont "tombées" dans le domaine public. 

Donc si je comprends bien, on aide les Roms, mais pas les enfants Roms exploités ? Là il faut dire que le monde est parfait.

06/01/2013, 09:45 | Par gérard jacquemin

Honte à nous qui avons voté pour ces polichinelles fantoches, ces guignols de la politique. Faut dire qu'entre le nain et la pâte molle on avait plus trop le choix. Et les verts au gourvernement que font-ils contre ça, où est leur grand projet de société égalitaire ?

06/01/2013, 09:44 | Par cereb

Des exploiteurs d'enfants , il n y en pas que chez lez rroms!

DONC  ce n'est pas là le sujet principal.

06/01/2013, 19:24 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de cereb le 06/01/2013 à 09:44

Bien entendu, mais pourquoi se boucher les yeux quand il s'agit de Rroms ? 

10/01/2013, 00:45 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de cereb le 06/01/2013 à 09:44

Ce n'est pas le sujet principal, la protection d'un bébé sur la voie publique ?

Vous m'en direz tant.

06/01/2013, 10:24 | Par Ellemra

Quand on veut noyer son chien ...

La nausée vient à lire certains commentaires de ce fil : il faut absolument présenter les Roms comme hier voleurs de poules et d'enfants, aujourd'hui proxénètes, faisant mendier jusqu'aux bébés dans les poussettes...

...pensez mâme Michu ces gens-là sont pas comme nous autres ...pensez, j'ai voulu en aider une, je voulais aller gaver son mioche au macdo du coin, l'a pas voulu cette c..., et pis ça monte dans des mercedès, si si ma voisine en a vu, même qu'y zont des portables ...Nan, j'vous dis, y'a qu'à les ramener d'où qui viennent, hein ...ah on sait pas d'où qui viennent ? ben, de toute façon ça peut plus durer, alors faut s'en débarasser...ah non hein, je suis pas raciste.

 

06/01/2013, 11:15 | Par philippe alain en réponse au commentaire de Ellemra le 06/01/2013 à 10:24

C"est vrai qu'on trouve partout des commentaires qui donnent envie de vomir, y compris sur Médiapart. C'est dommage que cela provienne de personnes qui n'avaient pas donné cette image auparavant.

Encore une fois, affirmer que des roms sont des délinquants est une insulte à caractère raciste et qui est soit sans fondement car cela ne peut être établit en l'absence de statistiques ethniques en France, soit c'est au contraire une affirmation qui est vérifiable mais alors elle est encore plus grave car elle sous-entend l'existence de fichiers ethniques chez la police.

Que ceux qui se lancent dans ce genre d'affirmation apportent des preuves

Bonne journée

06/01/2013, 15:03 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de philippe alain le 06/01/2013 à 11:15

Mon pauvre Alain , faut prendre vite vite de l'anti-vomitif  ! Primpéran par exemple, mais un peu dangereux pour le coeur, que vous avez semble-t-il très sensible . Quel angélisme ! quels sophismes !

06/01/2013, 18:46 | Par Mounikdutroll en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 15:03

encore ce kounard...

07/01/2013, 01:24 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 06/01/2013 à 15:03

Rigolant Trop drôle

07/01/2013, 17:52 | Par WataYaga en réponse au commentaire de La nouvelle Héloïse le 07/01/2013 à 01:24

C'est étrange que vous supportiez si bien pour les autres des commentaires bien plus infâmes que ceux qui, dans votre immense susceptibilité, vous semblent outrageants pour les pesonnes qui partagent vos opinions ? Si vous appréciez les sarcasmes soyez de bon ton, ne montez pas sur vos grands chevaux (déjà ça leur fera des vacances car ils sont souvent sollicités, les pauvres, quand ceux-ci vous concernent : on a des principes, des valeurs ou on n'en a pas ! Innocent Les vôtres semblent à géométrie variable...

09/01/2013, 19:50 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de philippe alain le 06/01/2013 à 11:15

Ce n'est pas un fichier ethnique.

C'est le nombre d'enfants victimes d'un trafic d'êtres humains.

Mais ça, on s'en fout. 

Moi je dirais que c'est être raciste que de ne pas vouloir regarder une réalité en face, parce que telle ou telle personne aurait telle race.

Aujourd'hui, culture ou pas, ce sont principalement les Roms qui mendient avec leurs enfants ou pas, en France.

Ces trafics ne relèvent pas de mon imagination malade.

Je ne pense pas que ce  soit rendre service aux Roms que de "laisser faire". Encore moins aux enfants Roms victimes de ces trafics !

Comme il n'y a plus de politique du chiffre dans la police nationale, l'interpellation de la jeune mère et de son bébé avait pour but d'éviter à ce bébé de passer de longues heures dehors en plein hiver.

Mais les enfants... Regardons d'abord la race ! Ah, ils sont Roms. Donc c'est normal.

Je ne sais pas qui est le plus raciste, en l'occurence.

 

10/01/2013, 00:57 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de philippe alain le 06/01/2013 à 11:15

Reprendre des articles et communiquer des informations données par le Parquet, c'est être "raciste".

Non décidément, ce soir n'est pas un bon jour.

Philippe, vous voyez une pauvre mère molestée par des policiers qui passent les menottes à un bébé, là où je vois des policiers appelés par des passants effarés de voir ce bébé exposé au froid, par une femme qui s'est avérée être sa mère par la suite...

Je peux comprendre au vu d'affaires précédentes cette "interprétation" des faits.

A moins que vous n'ayez des éléments prouvant une maltraitance volontaire de la mère et du bébé ? Si mettre un bébé au chaud quelques heures avec sa maman, c'est le maltraiter.

Expliquez-moi. Je ne demande qu'à comprendre.

Je sais que vous redoutez les amalgames. Mais si la BAC nord a été composée principalement de ripoux, c'est la BAC nord. Ce n'est pas toute la police.

Si des adultes Roms utilisent les enfants comme supports de mendicité, tous ne le font pas. Des enfants Roms sont scolarisés. Des parents Roms se battent pour s'en sortir. A condition qu'on ne leur pourrisse pas la vie, en démolissant tout ce qu'ils construisent. Chacun doit assumer sa part de responsabilité. Et lorsque des policiers servent d'éboueurs et se transforment en chasseurs de gueux, je les vomis.  

Mais pour éviter ces traques inhumaines, changeons les lois ! Et saisissons nos députés, comme le suggère Guy BELLOY.

Avec des exemples que vous nous donnerez. Car malheureusement, j'ai peur que ces pratiques ne perdurent, tant que les lois sécuritaires ne seront pas modifiées. Et les policiers sont obligés d'appliquer la loi. Enfin... Certains avec plus de zèle que d'autres !  

Restons unis.  Pour pouvoir aider les Roms. Mais restons lucides.

Si possible.        

07/01/2013, 11:17 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Ellemra le 06/01/2013 à 10:24

Persiflage à la noix. Allez donc faire un tour par exemple en Tchéquie par la route qui traverse les Sudètes le long de la frontière allemande. prenez le temps d'observer, et vous verrez vite les macs Rroms relever les compteurs. Lisez donc le bouquin de Jan Yoors "Tsiganes", sur la route avec les Rom Lovara. C'est un mec qui aime les Tsiganes, qui a vécu avec eux, mais qui ne dissimule pas pour autant les pratiques délinquantes de certains. Un peu de curiosité, bon sang !

06/01/2013, 11:01 | Par richard crevier

Oui, il y a des bébés qui mendient  pour des gangs roumains dont les caïds se construisent des châteaux en Roumanie. Faut-il les encourager ?

06/01/2013, 11:58 | Par SamJoffre en réponse au commentaire de richard crevier le 06/01/2013 à 11:01

Ils sont précoces ces Roumains...

06/01/2013, 13:49 | Par Mounikdutroll en réponse au commentaire de richard crevier le 06/01/2013 à 11:01

Non, il ne faut pas encourager les gangs, il faut les combattre,  mais aucune excuse ne cautionne le fait de contourner une procédure judiciaire, le droit et viser un enfant.

07/01/2013, 01:26 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de Mounikdutroll le 06/01/2013 à 13:49

Mais voulez-vous bien admettre enfin  qu'aucune procédure n'a été engagée contre l'enfant ? Sa mère est accusée, un point c'est tout, de l'avoir utilisé pour mendier plus efficacement.

07/01/2013, 04:53 | Par La nouvelle Héloïse en réponse au commentaire de Mounikdutroll le 06/01/2013 à 13:49

Doublon

06/01/2013, 15:49 | Par Mafch en réponse au commentaire de richard crevier le 06/01/2013 à 11:01

Que la police fasse son travail et le fasse bien pour démenteler ces gangs et libérer ces bébés et leurs mamans, et non pas démenteler la relation entre une maman et son enfant (car si petit soit-il, il a très bien perçu les émotions de sa maman)

06/01/2013, 11:58 | Par SamJoffre

@ Philippe Alain : Merci de continuer à nous alerter. Vos billets sont précieux. 

@ Bernard Bigenvald : j'ai compté 23 commentaires de votre part sur ce fil, tous aussi vides les uns que les autres. SVP, écrivez un billet sur votre blog (que je n'irai pas lire) et épargnez nous !

06/01/2013, 16:42 | Par WataYaga en réponse au commentaire de SamJoffre le 06/01/2013 à 11:58

Merci ce type est une vraie plaie, perso comme je ne suis pas maso, je n'ai plus lu après quelques commentaires son verbiage creux mais si àa peut soulager sa colique mentale..Faut juste passer outre quand on lit son nom en haut, ça fait gagner du temps...

Et sur ce fil il n'est malheureusement pas le seul que je ne lis plus.

Je ne parle pas de Véronique Hurtado dont j'ai lu tous les commentaires dont je ne comprends pas ce qu'ils veulent démontrer : les réseaux mafieux sont partout et c'est bien de s'y attaquer mais ils s'attaquent à tous les milieux, ainsi que les sectes qui leur sont apparentés, sans parler des lobbies qui tentent d'imposer leur loi par des moyens que je qualifierais de mafieusement légaux puisque ce sont leurs patrons qui impulsent les lois qui nous écrasent....

07/01/2013, 02:13 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de WataYaga le 06/01/2013 à 16:42

Et hop, on noie le poisson !

09/01/2013, 20:11 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de WataYaga le 06/01/2013 à 16:42

Merci pour ce commentaire mesuré.

J'essaie de demander que les services sociaux fassent leur travail. Que lorsque des policiers interpellent des mineurs SDF, ils puissent avoir en face d'eux des partenaires responsables et réactifs pour les aider à trouver une solution d'urgence. Que lorsque des policiers trouvent des mamans Roms avec leurs enfants, la seule réponse ne soit pas uniquement pénale. Car elle ne peut pas être seulement pénale et surtout pas policière.

Faire venir cette jeune mère dans un commissariat avec son bébé... Savez-vous seulement ce qui a pu motiver ce policier ? La haine, croit-on. Moi je dirais plutôt la pitié. Tenter de faire une coupure, d'offrir un abri temporaire sous couvert d'une  vérification et voir "en vain " comme d'habitude ce qu'il est possible de faire ou non pour la mère et le bébé.

Mais si le policier le dit trop haut et l'écrit, il sera "puni". Il n'est  pas là pour faire du social. Alors il évite quelques heures sur un trottoir dans le froid et l'humidité à une maman et à son bébé. Il doit se justifier. Et c'est presqu'un "nazi" !

Y a-t-il eu maltraitance contre la maman et le bébé ? Quelles ont été les conditions d'accueil au commissariat ?  Moi, je sais combien certains des nôtres essaient d'aider et perdent un temps considérable et désespérant à mobiliser des services sociaux "indifférents". Car eux ils ne travaillent pas dans la rue. Ou si peu.

Voilà ma vérité sur le terrain.

 Mais si Philippe Alain me démontre qu'il y a eu maltraitance et effectivement "interpellation" dans le seul but de faire du chiffre, but qui n'existe plus !, je serais la première à monter au créneau. 

Moi je pense d'abord aux enfants. J'essaie. Sans demander la séparation d'avec leurs parents. Mais sans admettre la maltraitance. Le devoir de la police, c'est de vérifier qu'il n'y a pas maltraitance.  Et le devoir social, c'est de protéger les plus faibles, les plus pauvres et les étrangers.   

Nous sommes tous cette société.  

 

09/01/2013, 23:34 | Par WataYaga en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 09/01/2013 à 20:11

Là vous faites un commentaires qui non seulement me touche mais me bouleverse !

Quand vous écrivez cela : "Mais si le policier le dit trop haut et l'écrit, il sera "puni". Il n'est  pas là pour faire du social." vous ne pouvez même pas imaginer à quel point je peux le comprendre ! Même quand vous faites dans le culturel quand on vous accuse de "faire du social" c'est mauvais pour vous, quand vous êtes éducateur de rue, vous ne devez surtout pas "faire du social" et vu leur comportement, je suppose qu'il en est de même pour les assistantes dites "sociales" !

"Faire du social"c'est vraiment la pire chose que vous puissiez faire, celle que l'on ne vous demande surtout pas même quand vous travaillez dans le social.

C'est usant pour les personnes travaillant dans les professions liées au social et je comprends ce que cela peut être dur pour un policier qui éprouve réellement de la compassion ! Du coup ne se trouve-t-il pas alors coincé dans ce processus de double contrainte dans lequel nous nous trouvons tou/tes plus ou moins lorsque nous éprouvons des sentiments humains qui font de nous des êtres sensibles à la souffrance des autres ? D'un côté la non renonciation à notre humanité et de l'autre les injonctions de notre hiérarchie ou de nos subventionneurs ? Notre éthique ou notre soumission à l'autorité ? Ce sont des questions essentielles et plus la société se durcit plus nous sommes acculé/es à nous les poser et plus il est difficile d'y trouver des réponses.

Parce que dans le rapport entre deux personnes dont l'une nie la valeur de l'autre celui qui perd le plus son humanité n'est pas forcément celui qu'on croit, même quand il arrive à transformer l'autre en une sorte de clone de lui-même les deux sont perdants. L'illusion du plus fort c'est de croire qu'il a gagné parce qu'il en a écrasé un autre alors qu'il ne fait que démontrer qu'il a déjà tout perdu, qu'il s'est perdu lui-même dans son essence d'être humain. C'est une problématique essentielle dans toutes les professions dans lesquelles on travaille au service des personnes ce qui nous donne un pouvoir sur elles. Cela fait quarante ans que je me coltine avec tous les jours.... et que je refuse de m'endurcir ou de faire une hiérarchie des souffrances..

10/01/2013, 01:10 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de WataYaga le 06/01/2013 à 16:42

Cette multiplication d'affaires de trafics d'êtres humains jette effectivement une suspicion sur l'exploitation d'enfants servant à la mendicité. Roms ou pas. 

De fait les policiers sont appelés à être plus vigilants sur ce sujet.

Un peu comme l'alcoolisme en période de fêtes de fin d'année où les contrôles d'alcoolémie se multiplient.

Ce sont des "consignes" qui suivent logiquement la découverte de ce type de réseaux de trafiquants d'enfants.

Ce n'est pas une volonté individuelle de maltraiter une maman Rom et son bébé.

Un peu comme si vous me disiez qu'un policier a stoppé un véhicule avec à son bord un bébé de 18 mois et que, comme le père divorcé avait bu, la mère étant partie dans sa famille à quelques centaines de kilomètres, le policier a volontairement placé l'enfant d'urgence dans un centre et arrêté volontairement le père de famille, parce qu'il était "bronzé". Et que le bébé a été puni parce qu'il était le fils d'un "bronzé".

Alors que c'est juste un contrôle d'alcoolémie ordonné par le Procureur dans la nuit du 31 décembre 2012 et de telle à telle heure.... Et que le père ne pouvait pas reprendre le volant.

Quoique, sur MEDIAPART, ... je pourrais le lire ! 

07/01/2013, 02:12 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de SamJoffre le 06/01/2013 à 11:58

Samjoffre, si vides que ça, mes commentaires ? ce n'est pas l'avis de tout le monde, et moi, désolé de le dire prétentieusement peut-être, je connais très concrètement ce dont je parle, et ça vous emmerde bien. Je connais les Balkans comme ma poche et je connais la protection de l'Enfance. ennuyeux ! De plus j'analyse ce qui vous fait agir comme vous le faites, et ça vous emmerde encore plus. Quant à la pauvre Watayaga, depuis que je suis payé Mélenchon dans un billet (Cf: La verve turgescente du Comandante Mélenchon), elle me poursuit de sa hargne. 

07/01/2013, 09:34 | Par philippe alain en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 07/01/2013 à 02:12

:-(

06/01/2013, 13:25 | Par profil_inactif_268226

Il est probable que nous avons atteint le degre zero de la perversite, des agents de la force publique aveugles par leur amour des enfants ne se rendent pas compte que maltraiter les parents est la meilleurs facon de faire du mal aux enfants, et pas seulement aux bebes!

Pour tous ceux qui pensent qu'on devrait s'occupper des citoyens d'abord je dirais que l'on ne devrait laisser personne dans la rue du tout, mais a l'egard des roms ils ne seraient pas autant dans la rue si pendant des annees on avait pas systematiquement detruit leurs roulottes et si on ne les renvoyait pas de partout en detruisant systematiquement ce qu'ils possedent, la France est un grand pays, la densite de population en dehors des grands centres urbains est faible, il est difficile de croire qu'il n'est pas possible de laisser les gens vivre comme ils veulent, quitte a leur faire respecter l'environnement, une mesure pas forcement plus difficile a accomplir que faire respecter l'environement a tous les habitants de la France. Il y a d'autres solutions pour tout le monde, il faut seulement les accepter et changer nos valeurs, l'apprete au gain et l'avarice sont mortelles pour la societe, les media sont remplis d'exemples eloquents, maltraitance envers les personnes agees qui ne meurent pas assez vite, maltraitance envers les plus faibles d'entre nous, ceux qui n'ont rien, ceux qui ont peu, pourtant il n'y a pas de raison de croire qu'on ne pourrait pas tous faire des efforts pas seulement ceux qui sont au bout du rouleau!

06/01/2013, 13:25 | Par profil_inactif_268226

Il est probable que nous avons atteint le degre zero de la perversite, des agents de la force publique aveugles par leur amour des enfants ne se rendent pas compte que maltraiter les parents est la meilleurs facon de faire du mal aux enfants, et pas seulement aux bebes!

Pour tous ceux qui pensent qu'on devrait s'occupper des citoyens d'abord je dirais que l'on ne devrait laisser personne dans la rue du tout, mais a l'egard des roms ils ne seraient pas autant dans la rue si pendant des annees on avait pas systematiquement detruit leurs roulottes et si on ne les renvoyait pas de partout en detruisant systematiquement ce qu'ils possedent, la France est un grand pays, la densite de population en dehors des grands centres urbains est faible, il est difficile de croire qu'il n'est pas possible de laisser les gens vivre comme ils veulent, quitte a leur faire respecter l'environnement, une mesure pas forcement plus difficile a accomplir que faire respecter l'environement a tous les habitants de la France. Il y a d'autres solutions pour tout le monde, il faut seulement les accepter et changer nos valeurs, l'apprete au gain et l'avarice sont mortelles pour la societe, les media sont remplis d'exemples eloquents, maltraitance envers les personnes agees qui ne meurent pas assez vite, maltraitance envers les plus faibles d'entre nous, ceux qui n'ont rien, ceux qui ont peu, pourtant il n'y a pas de raison de croire qu'on ne pourrait pas tous faire des efforts pas seulement ceux qui sont au bout du rouleau!

09/01/2013, 20:27 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de profil_inactif_268226 le 06/01/2013 à 13:25

Oui, il faut faire annuler les lois "anti-bivouacs" et des mesures prises "indirectement" dans des lois sécuritaires "anti-cabanisation" et "anti-nomades".

Nous avons voté à gauche pour changer ces lois iniques.

Tout ce que vous décrivez relève du social :  "je dirais que l'on ne devrait laisser personne dans la rue du tout, mais a l'egard des roms ils ne seraient pas autant dans la rue si pendant des annees on avait pas systematiquement detruit leurs roulottes et si on ne les renvoyait pas de partout en detruisant systematiquement ce qu'ils possedent, la France est un grand pays, la densite de population en dehors des grands centres urbains est faible, il est difficile de croire qu'il n'est pas possible de laisser les gens vivre comme ils veulent, quitte a leur faire respecter l'environnement, une mesure pas forcement plus difficile a accomplir que faire respecter l'environement a tous les habitants de la France. Il y a d'autres solutions pour tout le monde, il faut seulement les accepter et changer nos valeurs, l'apprete au gain et l'avarice sont mortelles pour la societe, les media sont remplis d'exemples eloquents, maltraitance envers les personnes agees qui ne meurent pas assez vite, maltraitance envers les plus faibles d'entre nous, ceux qui n'ont rien, ceux qui ont peu, pourtant il n'y a pas de raison de croire qu'on ne pourrait pas tous faire des efforts pas seulement ceux qui sont au bout du rouleau!"

La police doit faire respecter des lois  pour lesquelles nous n'avons plus votées. C'est là où il y a "hiatus".

Juste un "mais" :  il est difficile de croire qu'il n'est pas possible de laisser les gens vivre comme ils veulent, quitte a leur faire respecter l'environnement, une mesure pas forcement plus difficile a accomplir que faire respecter l'environement a tous les habitants de la France.

"Laisser des gens vivre comme ils veulent " avec des enfants immobilisés pendant des heures sur un trottoir pour mendier, ce n'est pas l'environnement qui n'est pas respecté, c'est le sort de ces enfants.

Et pour moi, la priorité ce sont les enfants, qu'importe leur nationalité et leur ethnie.   

06/01/2013, 14:24 | Par jamesinparis

La France est la 5ième puissance économique au monde, mais elle est incapable d’intégrer correctement les 15 000 roms présents sur son territoire dont la moitié sont des enfants.

Les Rroms sont des citoyens européens. Si "communauté" il y a, la France, "5ème puissance économique au monde", devrait être capable d'accueillir dans la dignité et le respect les 15 milles roms présents sur son territoire. Ce n'est pas cher payé, pour faire vivre les idéaux de la France et de la Communauté européenne, dans le respect des droits de l'homme et du citoyen. 

07/01/2013, 02:16 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de jamesinparis le 06/01/2013 à 14:24

Mais les "15000 Rroms" (chiffre qu'il est de bon ton de citer sans autre précision sur la méthode de comptage) ne sont pas toujours les mêmes ! 

07/01/2013, 17:17 | Par Mounikdutroll en réponse au commentaire de Bernard BIGENWALD le 07/01/2013 à 02:16

Vous avez un nom suisse, donc le problème des roms n'est pas votre problème.

Occupez -vous plutôt de demander à la Suisse de rendre l'argent détourné à des Etats, qu'elle héberge..

 

08/01/2013, 02:43 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Mounikdutroll le 07/01/2013 à 17:17

Pas Suisse, mais  Alsacien en fait, du Sundgau, mon nom. Mais ma grand-mère était Suisse, une pauvre immigrée à devise forte qui a perdu sa nationalité suisse du seul fait d'épouser un Français sans hurler à la discrimination. ce n'était pas à la mode à l'époque.

Usez donc plutôt de votre influence  auprès  d'Oncle Picsou, Mickey du Troll, ce sera plus efficace !!!Rigolant

08/01/2013, 11:04 | Par WataYaga en réponse au commentaire de Mounikdutroll le 07/01/2013 à 17:17

Je connais des Alsacien/nes qui auraient honte des propos de ce type qui fait semblant de croire quand on critique l'obscénité d'un de ses billets que c'est sa critique de mélenchon qui est en cause.

Ce qui est effrayant c'est qu'il ait pu occuper - du moins est-ce ce qu'il prétend - avec un tel fonctionnement mental malsain un poste important dans la protection de l'enfance ! Ceci explique pour moi beaucoup de comportements de cette institution qui fait que l'on hésite souvent à s'adresser à elle tellement on ne sait pas si ce qui en ressortira n'aggravera pas la situation de l'enfant !

09/01/2013, 14:55 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de WataYaga le 08/01/2013 à 11:04

Tape un peu mon nom sur google andouille, et tu verras

09/01/2013, 14:58 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de WataYaga le 08/01/2013 à 11:04

la connerie est tellement répandue qu'elle est rarement obscène.

09/01/2013, 19:52 | Par renelle en réponse au commentaire de WataYaga le 08/01/2013 à 11:04

avant d'avoir un jugement aussi péremptoire et implacable  sur cet abonné prenez le temps de vous renseigner sur ses réels  deboires professionnels  dans l'exercice de ses fonctions...c'est sur le web en lecture libre..vous aurez surement quelques excuses à formuler ensuite.dans ce cas précis seuls les faits comptent et non des impressions..

09/01/2013, 20:29 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de jamesinparis le 06/01/2013 à 14:24

On est d'accord.

Donnons-nous les moyens de traiter "socialement" ce problème plutôt que d'en faire UNIQUEMENT un problème policier. 

06/01/2013, 14:32 | Par gérard jacquemin

On peut construire des habitats d'urgence pour pas cher, type mobiles homes ou maison en paille (ça existe déjà et c'est rès confortable). Chaque commune de France (en règle avec la loi) dispose d'une aire pour les gens du voyage, pourquoi ne pas installer provisoirement les Roms sur ces sites qui ont le mérite de posséder des infrastructures sanitaires ? ça ne couterait pas bien cher aux collectivités puisque ça existe déjà.

07/01/2013, 11:25 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de gérard jacquemin le 06/01/2013 à 14:32

Se renseigner auprès de certaines communes sur les difficultès d'entretien de ces sanitaires, et les coûts induits.

06/01/2013, 14:50 | Par C.K

On met un bébé en garde à vue, on fait la chasse aux rooms sans faire de distinction

mais VOLONTAIREMENT on ne met pas en garde à vue les 300 jeunes (de toutes les  couleurs) qui ont tout cassé à Nogent Sur Oise le soir du nouvel An - Le Parisien du 2 Janvier 2012 -. Seul Le Parisien en a parlé.........Curieux ???? Les commentaires des internautes sont pertinents de vérité.

Pourquoi ? Parce qu'ils étaient tous de PARIS et les enfants de bourgeois Parisiens (entendons-nous par Bourgeois = ceux et celles qui se croient tout permis quelque soit leur catégorie sociale ) et certainement parce que nos politiques ont un besoin évident des votes des jeunes mais pas de ceux des Rooms.

En conclusion, habiter à Paris confère une immunité sans limite et des droits de se comporter hors la loi même dans le département voisin.

07/01/2013, 11:14 | Par Leucothoé en réponse au commentaire de C.K le 06/01/2013 à 14:50

Votre commentaire est sans fondement... avez-vous des preuves de ce que vous avancez?

Cet anti-parisianisme de base m'exaspère...

07/01/2013, 11:14 | Par Leucothoé en réponse au commentaire de C.K le 06/01/2013 à 14:50

Votre commentaire est sans fondement... avez-vous des preuves de ce que vous avancez?

Cet anti-parisianisme de base m'exaspère...

06/01/2013, 15:18 | Par Jean Delaunay

@ philippe alain

Bonjour et merci de cette information.(Nous vivons dans un beau pays!)

Cela se passe où si ce n'est pas indiscret? J'ai l'intention d'envoyer l'article à ma député (PS) pour lui demander ce qu'elle en pense et ce que je dois répondre, moi qui ai voté pour le PS, si on me questionne à ce sujet. (J'ai l'habitude de les empoisonner -enfin leurs attachés parlementaires qui doivent affuter la langue de bois - en leur mettant le nez dans leurs turpitudes)

J'ai aussi l'intention d'envoyer mes ''félicitations'' à l'OPJ ainsi qu'au commissaire qui fixe de si nobles objectifs à ses '' hommes''.

06/01/2013, 15:53 | Par LA PARIGOTTE

Moi, ce qui m'ennuie dans cette affaire c'est que je ne paye pas des impôts pour que la police ait ce genre de comportement qui rappelle le temps de la milice (je n'ai pas entendu dire que le travail des policiers consiste à insulter et humilier des gens qui n'ont rien fait). En principe ce "mineur" a le droit à un traitement en rapport avec son âge et sa situation de misère - quant à sa mère, vraisemblablement exploitée par des "maquereaux" elle a le droit à une aide également.

Pour avoir vu ce qui se passe dans ma rue, il est plus facile aux policiers "payés à la pièce" d'emmerder une femme et un bébé que de s'attaquer aux hommes qui sont en général planqués pas loin et qui récoltent le fruit de cet odieux traffic.

Est-ce que mes représentants prennent des contacts avec les gouvernants et les polices des pays d'origine pour essayer de traiter le problème à la racine ?

Maintenant, je ne donne plus d'argent car j'en ai marre de faire gagner leur vie à ces truands. Je donne à manger et à boire.

10/01/2013, 01:19 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de LA PARIGOTTE le 06/01/2013 à 15:53

Oui, c'est vrai que se confronter à ces truands demande un peu de courage.

Et des témoignages. Car malheureusement, comme pour la prostitution, si les filles ne parlent pas et ne veulent pas dénoncer leur "mac", comment prouver qu'il relève les compteurs ?

En lui demandant gentiment ?

Vous pensez bien qu'il ne le fait pas dans la rue, sous les yeux des passants et des policiers.

C'est pour cette raison que le travail  le plus important de la police, c'est le démantèlement de ces filières de traite humaine.

Si la politique du chiffre est réellement abandonnée, mais je partage les interrogations de Philippe Alain sur ce point, les policiers pourront enfin recentrer leur travail sur ces trafiquants d'êtres humains, d'armes et de stupéfiants.

Si... A nous, citoyens de rester vigilants ! Et il vaut mieux trop dénoncer que pas assez. Il vaut mieux un billet de Philippe Alain qui nous force à réfléchir à l'utilité de la police, à l'adaptation de cette réponse policière au problème social des Roms, plutôt que le silence.

Le silence serait "cadeau" pour ces mafieux.  

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

Ce commentaire a été dépublié par la rédaction de Mediapart.

07/01/2013, 11:15 | Par philippe alain

Les bébés roms au commissariat, ce n'est pas nouveau.

http://parisseveille.info/des-lois-anti-rroms-les-enfants,3002.html

"La Procureure, pas démontée pour un sous, requiert un mois de prison avec sursis parce que quand même l’enfant était sale, comme l’indique le rapport de l’éducateur. Selon elle le Ministère Public se doit d’assurer protection et sécurité aux mineurs."

 

 

10/01/2013, 03:07 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de philippe alain le 07/01/2013 à 11:15

C'était le 17 octobre 2011.

2011 !

Scandaleux, c'est plus que certain.

Mais aujourd'hui, quel rapport ?  

Cette police et cette justice-là, on a justement votées pour ne plus l'avoir.

J'ai eu peur, Philippe, à la lecture de cet article horrible. Même si le fait qu'il soit passé n'enlève rien  à la dureté des faits et aux interrogations sur celles et ceux qui ont permis, autorisé et cautionné pareille ignominie.

 

11/01/2013, 11:08 | Par malto cortese en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 10/01/2013 à 03:07

Cette police et cette justice-là, on a justement votées pour ne plus l'avoir.

ce qui est effrayant dans votre phrase, chère Madame, c'est qu'on est en droit de se demander où se situe l'angélisme.

 

11/01/2013, 12:42 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de malto cortese le 11/01/2013 à 11:08

Dans les faits et leur chronologie.

07/01/2013, 15:25 | Par Gavroche.

J'adore les commentaires de nos distingués membres des forces de l'ordre, Véronique Hurtado et Guy Belloy, bien corporatistes, qui défendent leurs collègues quoi qu'ils fassent, ou disent. Ils ont pour eux d'être de courageux "résistants" parce qu'ils ont (un peu) ouvert leur clapet. Il n'empêche : on attendrait d'eux qu'ils prennent fait et cause pour les citoyens, rroms ou non, qu'ils sont censés "protéger". Pas du tout. Ils sont prêts à justifier l'injustifiable.

Comme si la garde à vue de bébés était une nouveauté dans notre beau pays des droits de l'homme ...

Une bébé en garde à vue (pas grave, il était moldave)

Un enfant de trois ans en garde à vue (bof, un fils de sans-papiers)

Un enfant de 9 ans en garde à vue (pas grave, il s'appelle Ben Ali)

Dans le journal gauchiste, le Figaro :

La garde à vue des enfants est trop systématique (heureusement, Dominique Versini, ex-défenseure des enfants, a été virée).

Contrairement aux promesses de MM. Valls et Hollande, la rétention d'enfants reste également possible (pas grave, ils sont afghans, tamouls, irakiens, arméniens, bref, pas souchiens ...

Lien

Flics solidaires ... entre eux. On l'a vu récemment avec l'attitude de la BAC parisienne, après l'agression d'un chauffeur de bus de la RATP : ils ont gentiment laissé repartir les deux cow-boys auteurs de l'agression. On imagine le cas contraire : si c'était le chauffeur qui avait agressé les poulets, il serait déjà confortablement installé dans une taule comme les Baumettes...

Je ne parle même pas des commentaires lamentables du sieur BougreValls, et des Fortuna et autres Nouvelle Héloïse (Rousseau doit en frémir dans sa tombe), qui heureusement, n'ont pas de pouvoir décisionnaire en matière d'étrangers : notre pays serait définitivement débarrassé des bougnoules, forcément intégristes et voleurs... Mais non, ils ne sont pas racistes...

07/01/2013, 20:28 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Gavroche. le 07/01/2013 à 15:25

 Gavroche ou l'autre face de l'angélisme...

"BougreValls" , comme m'appelle  si gentiment, cette chère Gavroche qui prêche si bien la tolérance,  se trouverait très vite dans un conflit cornélien puisque dès lors, il ne pourrait même plus voir son petit fils à moitié "bougnoule" et donc" intégriste et voleur" ! Continuez comme ça à délirer,  vous êtes  un modèle pour beaucoup ! Je n'ai jamais pour ma part contesté qu'il y ait des  possibles dérives policières, mais cette affaire pue le bobard monté comme blancs en neige à plein nez . 

10/01/2013, 01:35 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de Gavroche. le 07/01/2013 à 15:25

Je ne crois pas que vous soyiez bien tombé(e), à lire vos reproches.

S'il y a bien une cause que j'ai toujours défendue, c'est justement celle des mineurs étrangers et même des étrangers.

Vous n'êtes pas de très bonne foi.

La PAF m'en garde un sûr ressentiment qui a valu à mon époux la suppression de son poste. Depuis 2008, il a l'honneur de payer pour mon activité syndicale et "philosophique". Et moi j'ai la chance, on va aussi l'écrire comme ça, de ne rien devoir à l'administration.

 J'ai été souventes fois convoquée par l'IGPN pour avoir osé défendre des points de vue non "policiers" et non "politiquement corrects". Dans ces moments-là je ne suis pas  dans mes charentaises et devant mon écran d'ordinateur, cher(e) Gavroche. 

Je lutte aussi "accessoirement"contre les discriminations raciales et sociales. Je ne suis pas connue pour être "consensuelle". 

Et mes luttes accompagnent celles de Philippe Alain, que l'on soit sous un gouvernement de droite ou de gauche.

Le problème de la mendicité des enfants ou de leur utilisation "parentale" pour avoir plus d'argent ne peut pas se résumer à être un "sale flic" ou pas.

Il s'agit de l'exploitation d'enfants.

Et considérer que c'est normal d'exploiter des enfants Roms, parce qu'ils sont Roms, pour moi, c'est ça le racisme.

10/01/2013, 18:18 | Par Gavroche. en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 10/01/2013 à 01:35

Chère Véronique,

Je sais parfaitement quel est le combat que vous menez à l'intérieur de la police. C'est la raison pour laquelle je ne comprends pas votre attitude.

Je vous reproche simplement, à partir d'une histoire précise (celle qui nous occupe ici, et dont parle le billet de Philippe Alain, c'est à dire le cas d'une mère rom et son bébé de 18 mois en garde à vue, c'est à dire dans une cellule, enfermés) de faire un bel amalgame avec les réseaux mafieux d'exploitation des enfants, qui existent partout, dans tous les milieux, et tous les pays. Pas seulement chez les roms.

En outre, vos messages contiennent quelques omissions : la rétention d'enfants reste tout à fait possible, même sous un gouvernement "socialiste", de même que les garde à vue d'enfants, qui se multiplient. Voir les liens que j'ai donné plus haut ...

Enfin, je vous invite à lire le billet très intéressant de Taky Varsö : Lien.

09/01/2013, 15:08 | Par Vivre est un village

Ne pas oublier que Philippe Pétain a durci, avec son écriture, les disposition des lois antijuives en y rajoutant la déportation des enfants...MaladeMaladeMalade

La fable du "bon" Philippe Pétain et du du méchant Pierre Laval en a pris un sacré coup grâce aux recherches de Serge Karlsfeld...Cool

Philippe a bien étét l'un des premiers assassins systémiques des enfants et son régime doit bien nommé et connu ous le nom de régime de Philippe Pétain et non avec le nom d'une ville ayant eu la malchance de se trouver au mauvais endroit...Cool

Ne pas l'oublier est le premier pas pour lutter vraiment contre ce pétainisme qui irrigue toujours le sang de quelques policiers qui n'ont jamais été invité contre le pire du passé de leurs originnes professionnelles...Cool

A bientôt.Super !

Amitié.Étreinte

10/01/2013, 01:41 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de Vivre est un village le 09/01/2013 à 15:08

Vichy est une très belle ville.

Mais si cette honte d'être le "gouvernement de Vichy" pouvait faire peur à ceux qui seraient tentés de se laisser gagner par le virus de la grippe brune... Un sacrifice symbolique ?

Non. Vous avez raison.

Vichy mérite mieux. Que Pétain.

J'écoutais ce matin une émission sur France-Culture avec Brice Couturier sur le régime de Vichy et la définition du fachisme. Sans appel. Pour Pétain.

Le fachisme est une révolution culturelle insidieuse et dangereuse.

 Pas si gâteux que ça, le vieux Maréchal ! Avec sur le fond, une lame populaire qui tranchait comme la guillotine tout ce qui  dépassait.

Pardon aux Vichyssois.       

 

10/01/2013, 19:42 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 10/01/2013 à 01:41

Pas si gâteux que ça, le vieux Maréchal ! Avec sur le fond, une lame populaire qui tranchait comme la guillotine tout ce qui  dépassait.

Philippe Pétain n'était pas gâteux, il représentait simplement un mouvement qui n'a pas disparu et que l'on retrouve en masse au sein des exilés fiscaux, par exemple.

Tout simplement des sangsues qui vivent du sang des français pour s'enrichir puis se planquer derrière "une nécessaire réconciliation nationale" ou un départ les poches pleines en Suisse, aux USA, en Argentine, en Amérique latine...

Un grand merci pour ton "Pardon aux Vichyssois" qui me fait très chaud au coeur.

A bientôt.

Amitié.

10/01/2013, 01:46 | Par Véronique HURTADO

@Philippe Alain

La réponse policière n'est pas adaptée à la misère Rom.

La réponse sociale est inexistante.

Mais il faut continuer à dénoncer, ne serait-ce que pour faire savoir, pour ceux qui ne veulent pas le voir et le savoir, qu'une maman Rom tend la main sur un trottoir, pendant des heures, avec son bébé dans les bras.  

10/01/2013, 17:33 | Par johnloulou

        la policiere a vraiment un poix chiche dans la tete

11/01/2013, 07:09 | Par philippe alain

@Véronique

Dans un réflexe corporatiste vous avez tenté de faire croire, comme le pensent la plupart de vos collègues policiers, que tous les roms ou au moins une grande majorité d'entre eux sont des mafieux qui exploitent des enfants. Vous rejoignez en cela la plupart des médias qui relaient la politique raciste de ce gouvernement qui reprend à son compte celle du précédent.

Vous persistez à détourner le sujet et parlez de réponse policière inadaptée alors que la réponse policière n'est pas seulement inadaptée, elle est hors la loi. Tant que vous soutiendrez vos collègues policiers qui violent les lois (lisez ceci si vous avez des doutes: http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-alain/061012/des-enfants-pourchasses-violentes-et-humilies-par-la-police) vous rendrez impossible toute réponse sociale adaptée.

Enfin, sur le fond de ce que je dénonce et que vous n'avez visiblement pas compris. Quand un policier assermenté écrit qu'une maman "organise la mendicité d'autrui" en parlant de son enfant de 12 mois, ce policier dit clairement que l'enfant mendie.

Comment caractérisez-vous, d'un point de vue juridique, le fait qu'un policier écrive un fait matériellement impossible ? Comment caractérisez-vous d'un point de vue juridique, le fait de détourner un article du code pénal conçu à l'origine pour lutter contre des réseaux organisés et non contre une simple maman ? (relisez donc les 225-12-5 et 225-12-6)

Balayez devant votre porte et faites le nettoyage chez vous avant de vouloir balayer devant les squats de roms. Vous l'avez fait par le passé, continuez donc au lieu de changer de cap comme le laisse penser la lecture de vos derniers billets et commentaires.

11/01/2013, 12:54 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de philippe alain le 11/01/2013 à 07:09

J'ai effectivement "énormément" soutenu l'action de mes "collègues" dans l'article cité en lien.

Vous le savez fort bien.

C'est aussi de votre part faire montre de mauvaise foi.

Pour ce qui est de la rédaction de la qualification des faits, si tel est le cas, je ne peux que constater une erreur de rédaction effectivement préjudiciable à la procédure, mais qui n'enlève rien à la nécessité d'intervenir lorsque des enfants, même des bébés, sont exposés volontairement à la vue des passants pour obtenir  plus d'argent.

Cette erreur de qualification des faits prouve, ce que je dénonce ailleurs et partout, une réforme des corps et carrières de la police nationale qui a "plombé" la qualité des procédures judiciaires.

Mais la forme ne doit pas éviter de réfléchir sur le fond de cette affaire qui serait l'"excuse de l'exception culturelle" Rom, comme si tous les Roms étaient des exploiteurs d'enfants et comme s'il était acceptable de faire la manche avec ou grâce à des enfants.

Par contre, s'il y eu maltraitance de la mère et de son bébé, oui, il faudra condamner fermement. En l'occurence, il y a eu une interpellation pour mendicité sur la voie publique avec un bébé, en plein hiver. Et la première réaction des "braves gens", que vous le croyez ou non, cher Philippe Alain, c'est d'appeler le 17 et de demander à la police nationale d'intervenir. Plutôt que d'aider ! 

L'angélisme se situe où ? 

 

11/01/2013, 12:44 | Par Véronique HURTADO

@Gavroche :

Vous avez écrit

Comme si la garde à vue de bébés était une nouveauté dans notre beau pays des droits de l'homme ...

Une bébé en garde à vue (pas grave, il était moldave)

                                                                           Article créé le 25/10/2007 - Mis à jour le 23/06/2008

Un enfant de trois ans en garde à vue (bof, un fils de sans-papiers)

                                                                          Article créé le 27/04/10

Un enfant de 9 ans en garde à vue (pas grave, il s'appelle Ben Ali) 

                                                                        Article créé le 21/02/2008

Dans le journal gauchiste, le Figaro :

La garde à vue des enfants est trop systématique (heureusement, Dominique Versini, ex-défenseure des enfants, a été virée).

                                                                     Article créé le 10/02/10

Contrairement aux promesses de MM. Valls et Hollande, la rétention d'enfants reste également possible (pas grave, ils sont afghans, tamouls, irakiens, arméniens, bref, pas souchiens ..."

 

 

J'ai voté à gauche et François HOLLANDE pour qu'il tienne sa promesse de ne plus voir d'enfants être placés en centres de rétention, gardés à vue, etc..

Je me félicite de l'ancienneté de vos liens qui prouvent que ce gouvernement de gauche, avec un ministère de l'intérieur géré par Manuel VALLS ne commet plus ce type d'abominations.

Donc je m'interroge sur ces "attaques" basées sur des faits anciens, visant à discréditer la police nationale et à mettre à mal les efforts réalisés par le ministère de l'intérieur pour changer heureusement  une culture du chiffre à l'origine de ces "maltraitances", maltraitances institutionnelles et couvertes par les anciennes lois.

Décidément, ces accusations manquent de bon sens et de pertinence.  

En plus, je note que systématiquement vous évacuez le problème de l'exploitation des enfants.

 

11/01/2013, 14:04 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 11/01/2013 à 12:44

ACCUEIL > SOCIÉTÉ > UN BÉBÉ SANS-PAPIERS A ÉTÉ PLACÉ EN GARDE À VUE

Un bébé sans-papiers a été placé en garde à vue

Créé le 25-10-2007 à 09h12 - Mis à jour le 23-06-2008 à 10h39

 

Par 

La cour d'appel de Rennes a ordonné la remise en liberté d'un couple moldave et de leur nourrisson âgé de trois semaines, en raison du "traitement inhumain et dégradant" qui leur a été infligé.

 

PARTAGER

RÉAGIR0

Abonnez-vous au
Nouvel Observateur

 

SUR LE MÊME SUJET

A LIRE SUR INTERNET

La cour d'appel de Rennes a ordonné la remise en liberté d'une famille de sans-papiers moldaves, considérant "inhumain et dégradant" la garde à vue qui a été imposée au nourrisson de la famille, âgé de trois semaines. C'est ce que révèle jeudi 25 octobre la radio France Info, qui explique que la garde à vue de Ian, Irina et leur bébé Kyrill a eu lieu le 17 octobre. La famille, arrivée de Moldavie en 2006, s'est installée à Gien, dans le Loiret. Elle demande alors un statut de réfugié politique. Une demande qui leur est refusée et qui doit donner lieu à une nouvelle audience en novembre, indique France Info. 

Laissés à 400 km de chez eux

Mais le 17 octobre, le couple et leur nouveau-né sont emmenés par la gendarmerie, placés en garde à vue pendant près de neuf heures, puis conduits au centre de rétention de Rennes. Le juge des libertés et de la détention ordonne leur mise en liberté le lendemain, en raison du "traitement inhumain et dégradant" de la garde à vue de leur bébé, contraire à l'article 3 de la Convention européenne des droits de l'homme. 
Le préfet fait appel, mais la décision du juge des libertés sera confirmée le 23 octobre par la Cour d'appel de Rennes. 
Me Gilles Piquois, avocat de la famille, a par ailleurs indiqué à France Info qu'une plainte pour "délaissement de personnes hors d'état de se protéger" devait être déposée. Selon l'avocat, dès l'annonce de leur mise en liberté, le couple et leur bébé ont été relâchés près de Rennes, soit à plus de 400 km de leur domicile, et ce après 19h. Me Piquois a souhaité un entretien avec le président de la République, à l'Elysée.

Source : Une bébé en garde à vue (pas grave, il était moldave)

Philippe Pétatain n'est vraiment pas loinEn pleursEn pleursEn pleurs

Un grand merci pour cette veille citoyenne...

A bientôt.

Amitié.


13/01/2013, 00:49 | Par Véronique HURTADO

Ce qui est intéressant au-delà de l'interpellation qui pose problème, c'est la communication et ce que révèle la participation des Médiapartistes.

Il semble impossible de réfléchir autrement qu'en clivage ethnique, pour ou contre, ou en clivage social, pour ou contre une partie de la société.

Si je dénonce une violence policière, je fais partie des "bons" Médiapartistes et j'enrichis l'argumentation très fouillée du "Tous pourris".

Là je reçois moult félicitations.

Si je dénonce une violence policière contre les Roms, je fais partie des meilleurs Médiapartistes et je voue aux gémonies la police nationale, tandis qu'un choeur de "pleureurs" médiapartistes applaudit.

Là je reçois presque la médaille du mérite.

Par contre, si dans un seul billet, le billet ci-dessus exposé, j'ai le malheur, pour une fois, d'expliquer que l'exploitation des enfants relève d'un système mafieux qui ne peut être défendu, sauf à considérer que tout est excusable parce qu'on serait Rom,  je suis tout à coup un "salaud de flic" corporatiste et aveugle. Ou avec un pois chiche dans la tête... Sans autre argumentation, d'ailleurs.

Là je reçois quolibets et tomates.

Conclusion : certains réagissent avec un seul mot "Roms" ou "police".

Dans les deux cas, on retrouve le même mode de fonctionnement, une volonté de "casser du Rom" ou de "casser du flic" sans aucunement réfléchir à la  situation.

La vérité n'est jamais absolue, ni rattachée à une race. Sinon c'est du racisme.

La vérité est relative, aussi changeante que les visages humains, aussi mouvante que les déplacements des populations humaines.

WATAYAGA est la seule à avoir compris ce que signifiait l'interdit pesant de "faire du social", puisqu'aujourd'hui, faire du  social, c'est presqu'un gros mot ou une faute professionnelle.

Si un policier veut faire du social, il devra s'en expliquer, parfois avec des conséquences disciplinaires. Donc il "jongle" avec les textes répressifs.

Et j'affirme que les braves gens qui voient une maman avec un bébé sur un trottoir pendant plusieurs heures s'émeuvent et finisssent par appeler la police nationale, le 17. Bien souvent  ils ont tenté d'appeler le 115 ou le 18. En vain. Par contre le 17, ça marche. Les policiers sont obligés d'intervenir pour que ce bébé ne soit plus sur la voie publique, en plein hiver, avec celle qui est sa maman.

Sinon les premiers à "gueuler" sont les mêmes qui ont appelé le 17 et qui disent ensuite : - "Mais que fait la police ?"

La police, elle ne fait pas du social.

Alors pourquoi ces braves gens ne se posent-ils jamais la bonne question : - "Mais que font les services sociaux ?" 

 

09/02/2013, 15:00 | Par Bernard BIGENWALD en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 13/01/2013 à 00:49

Les réflexes pavloviens sont très répandus  dans le lectorat de ces blogs. Pour ce qui est de votre dernière phrase, je rappelle que les services sociaux n'ont aucun pouvoir de coercition, et que si l'on refuse leur aide, ils ne peuvent en cas de danger pour un enfant, que saisir la justice. Une bonne coordination entre police et services sociaux avec correspondants désignés des deux cotés me parait utile.

09/02/2013, 12:27 | Par Vivre est un village

Ce billet et surtout le nombre et la qualité des commentaires qu'il a suscité est une très belle expérience de ce que Mediapart peut offrir en terme de journalisme d'investigation, l'essentiel des investigations étant réalisées par les lecteurs...Clin d'œil

A bientôt.

Amitié.

 

Newsletter