Mar.
02
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Des enfants pourchassés, violentés et humiliés par la police

Arrestations violentes, menottage, chantage, absence d’avocat, palpations intimes … Certains policiers s’acharnent contre les enfants des rues au lieu de les protéger.

« Enlève ton soutien-gorge, mets les mains contre le mur et écarte les jambes »:

Maria et Monika (1) ont respectivement 14 ans et 12 ans. Alors qu’elles sont dans la gare de Lyon Part Dieu en cette fin de juillet ensoleillée, elles sont interpellées par 2 policiers et conduites au poste de police. C’est devenu de la routine. Le Président de la République a changé mais ni les préfets ni les procureurs. Les consignes sont les mêmes depuis le discours de Grenoble de Sarkozy et la course aux chiffres continue, il faut interpeller tout ce qui bouge et particulièrement les enfants qui font la manche pour survivre. Au poste de police, on leur demande de vider leurs poches et de décliner leur identité. La maman de Monika qui passe devant le poste voit sa fille et rentre pour la réclamer. En guise de réponse, on lui demande son passeport où figure l’identité de l’enfant, un policier en fait une photocopie, lui rend et lui ordonne fermement de partir sans lui donner aucune indication sur le sort réservé à sa fille. A ce moment là, la police est donc parfaitement au courant de l’âge de Monika et sait qu’elle a 12 ans. Un policier passe alors un coup de fil et l’attente se prolonge. Au bout d’une trentaine de minutes, un autre policier attrape les enfants par les bras et les emmène vers une voiture pour les conduire à l’hôtel de police. Maria témoigne : « Il me serrait fort par le bras. Quand je lui ai dit qu’il me faisait mal, il a serré encore plus fort. »

Arrivés à l’hôtel de police, rue Marius Berliet, les enfants descendent de voiture : « Le policier nous a demandé si on avait de l’argent sur nous. J’ai dit que non. Il m’a dit que si jamais sa collègue en trouvait, il nous mettrait en garde à vue. (NDLR : la garde à vue est interdite sur les mineurs de moins de 13 ans) On a marché quelques mètres et il a recommencé à me demander si j’avais de l’argent sur moi. Il m’a dit que c’était mieux de le donner tout de suite sinon, il y aurait des problèmes. Je ne sais pas pourquoi, il m’a demandé plusieurs fois si j’avais de l’argent sur moi en répétant que si je ne le donnais pas, il me mettrait en garde à vue. » Une fois dans le bâtiment, les deux enfants sont amenés dans une salle : « une grande salle avec des murs sales et des mégots par terre. La porte, en fait, c’était une grille avec des barreaux qui s’ouvrait et se fermait en glissant. »

Ce qui se passe ensuite est assez ahurissant. Le récit s’appuie sur le témoignage écrit de Maria, 14 ans. Il est livré tel quel, la scène s’étant déroulée sans témoin:

« Ils sont venus prendre ma copine et je suis restée seule dans la salle. Une femme policier en uniforme est arrivée. Elle était brune, elle avait une queue de cheval, des yeux noirs et des gants blancs. Elle m’a dit bonjour, je lui ai dit bonjour. Elle m’a dit d’enlever mon t-shirt, j’ai enlevé mon t-shirt. Ensuite, elle m’a demandé de retirer mon soutien-gorge. J’ai enlevé mon soutien-gorge. Elle l’a regardé dans tous les sens et puis elle l’a posé sur un banc. Je lui ai demandé si je pouvait me rhabiller. Elle m’a dit que non, que je pouvais juste remettre mon soutien gorge. Ensuite, la femme policier m’a dit de me tourner, de mettre les deux mains contre le mur et d’écarter les jambes. J’avais une jupe courte. Elle a relevé la jupe jusqu’au dessus de ma culotte et elle a commencé à mettre ses deux mains sur mon mollet et à remonter. Elle a continué à me tapoter  la peau avec ses deux mains en remontant, la jambe, le genou, la cuisse.

Quand elle a mis sa main au niveau de mon sexe, j’ai sursauté tellement j’étais surprise, j’ai dit : aïe, vous me faites mal, madame, j’ai mes règles. Elle m’a dit : je m’en fous, j’ai des gants. Elle a du sentir que j’avais une serviette hygiénique parce que moi, j’ai bien senti sa main. Ensuite elle a recommencé avec l’autre jambe. Depuis le bas, jusqu’en haut. C’était insupportable.

A la fin, elle m’a dit, c’est bon, tu peux te rhabiller. Je n’ai toujours pas compris pourquoi elle avait fait ça. Ca se voyait que j’avais rien sur moi. C’est comme si elle cherchait quelque chose sous ma peau… »

L’histoire sordide se terminera quelques heures plus tard par une audition. «Un policier en civil m’a emmené dans un bureau. Il m’a demandé où j’habitais, comment s’appelaient mes parents, où ils étaient. Il m’a demandé si les autres policiers m’avaient mis des menottes. J’ai dit que non. C’était long. Le papier faisait 2 pages. A la fin, il m’a dit de signer. Je ne savais pas ce qui était écrit. J’ai juste vu écrit : procès verbal. J’ai signé, je n’avais pas le choix. Après, on est allé chercher ma copine. Elle ne voulait pas signer la feuille. Ils lui ont dit que si elle ne signait pas, ils ne la laisseraient pas sortir. A la fin, elle a signé.»

Plus de 3 heures après avoir été interpellées à la gare de la Part-Dieu, les deux jeunes filles sortent donc de l’hôtel de police, relâchées dans la nature. Monika, 12 ans, aurait simplement subi une palpation sur tout le corps, y compris les seins, mais pas de mise à nue. Maria elle, est sortie très choquée. A aucun moment leurs parents n’ont été prévenus, elles n’ont vu ni médecin, ni avocat.

Selon une source policière qui souhaite garder l’anonymat, l’absence de médecin et d’avocat serait normale car les enfants « n’ont pas été contraints ». Ils seraient « venus de leur plein gré » pour une « audition libre ». En ce qui concerne la fouille à nu, c’est impossible, selon la police, car interdit depuis mai 2011.

 

Menotté à 12 ans, le bras en sang :

Quelques jours auparavant, une autre histoire impossible s’était produite, mettant encore une fois en cause le comportement de certains policiers. Le récit des événements s’appuie sur le témoignage de l’enfant et de différents témoins.

Roman (1) a 12 ans. Il fait la manche dans le métro en fin d’après-midi quand il aborde une passante qui le repousse. Probablement surpris par la réaction de la femme et se sentant agressé, il la pousse également et lui donne une tape au moment où elle se retourne pour partir. La main de l’enfant atterrit sur la partie postérieure de la dame. L’histoire aurait pu s’arrêter là. L’enfant n’a pas eu ce qu’il voulait et la femme a courageusement repoussé une tentative d’extorsion de quelques centimes par un enfant des rues qui faisait appel à sa générosité. Mais en réalité, l’histoire ne s’arrête pas là. Elle ne fait que commencer.

A l’affût comme des chasseurs de gros gibiers, 3 policiers en civil surgissent et se précipitent sur l’enfant. Roman n’est pas vraiment un colosse. Il est même plutôt petit pour son âge. Il mesure 1m40 et pèse 45 kilos. Un de nos héros policiers sauveur de dame en détresse saute courageusement sur Roman et le projette contre un portillon en verre sécurit qui explose sous le choc. L’enfant a le bras en sang. Toute la scène est filmée par les caméras de surveillance. L’un des témoins raconte : « J’ai vu les policiers le traîner dans un coin à l’abri des regards. Beaucoup de sang coulait par terre. Un des policiers est parti en courant et les autres ont emmené le gamin derrière la porte qui donne sur les taxis. » Des copains de Roman essayent de pousser la porte pour rester près de lui. Ils sont violemment repoussés par les policiers qui se sentent probablement en grand danger face à deux enfants d’une quinzaine d’années. Les policiers mettent alors les menottes à Roman. Son bras ruisselle de sang, des traces sont encore visibles sur le sol plusieurs jours après les évènements. Ils le conduisent au poste de police de la gare.

Ouf, mission accomplie pour nos gardiens de la paix. On est impatient de lire le rapport de police et leur version des faits. Pourquoi pas accuser le gamin d’agression sexuelle et de violences ? Qu’est ce qu’ils ne feraient pas pour gonfler les statistiques… La course aux chiffres devait disparaître, mais comme pour beaucoup de choses, le changement, c’est pas pour maintenant… Au poste de police, les policiers refusent d’abord à la famille de rentrer et puis ils laissent finalement passer la mère. Elle en ressort le passeport déchiré. A cet instant, les policiers connaissent l’âge de Roman et doivent donc en principe connaître également les procédures à respecter. Face à la blessure de l’enfant qui continue de saigner, les pompiers sont appelés et procèdent aux premiers soins. Puis les policiers décident de conduire l’enfant à l’hôtel de police sous les yeux de sa mère en larmes. La maman témoigne : « les policiers ont donné un coup de pied dans ma poussette avec le bébé et ils ont emmené mon fils avec les menottes et en le tenant par la gorge. Ils m’ont dit : dégage, ferme là… »

A l’hôtel de police, Roman est placé dans la salle de garde à vue. Ici encore, les parents ne sont pas prévenus et pour cause, les policiers venaient d’écarter violemment la mère pour ne pas qu’elle reste avec son fils quelques instants auparavant. Ici encore, aucun avocat n’est appelé, ce qui constitue une violation des droits de l’enfant. Cette fois, en revanche, en ce qui concerne le médecin, on ne peut pas reprocher aux policiers d’avoir négligé l’aspect médical puisqu’ils décident de conduire l’enfant aux urgences. Les policiers déclarent alors au médecin que l’enfant s’est blessé en tapant dans un vitre. Ils ressortent de l’hôpital avec une radio rassurante du bras et un certificat médical qui disparaîtra mystérieusement du dossier. Au milieu de la nuit, les policiers emmènent Roman dans un foyer pour mineurs en disant qu’il a été trouvé à la rue, sans ses parents. Ses parents eux, paniqués, ne dormiront pas de la nuit, ne sachant pas où se trouve leur fils. Le lendemain ils retrouveront Roman traumatisé qui parle très peu. Son corps porte les stigmates de l’interpellation violente dont il a fait l’objet la veille: son avant bras est entouré par un large pansement et son poignet est noirci par les traces des menottes.

Plus de 4 jours après les faits, un médecin constate : « l’avant-bras présente au tiers moyen des plaies en cours de cicatrisation et des ecchymoses du derme profond. Le poignet est aussi porteur de plaies en cours de cicatrisation et porteur de traces de striction. L’enfant se plaint d’avoir été très serré dans des menottes. »

 

La loi, pourtant très claire, est violée:

L’article 4 de l’ordonnance n° 45-174 du 2 février 1945 relative à l'enfance délinquante, récemment modifiée par les lois Perben I et II est le texte de référence concernant la garde à vue ou la mise en retenue des enfants mineurs. (2)

Avant 10 ans, aucune mesure de retenue n’est possible sur un enfant.

Entre 10 ans et 13 ans, l’enfant ne peut être placé en garde à vue, mais il peut être « retenu », on appréciera la nuance, pour les besoins d’une enquête. Pour être retenu, il faut 2 conditions. La première est que le mineur soit soupçonné d’un crime ou d’un délit que la loi punit d’une peine d’au moins 5 ans de prison. Par exemple un vol avec violences ou une agression sexuelle. La seconde condition est qu’un magistrat: juge ou procureur de la république autorise la mise en rétention de l’enfant. L’enfant peut alors être retenu 12 heures, renouvelables une fois. Dans le cas où les deux conditions contre le mineur sont réunies et que la mesure de retenue est appliquée, elle doit forcément être accompagnée de 3 mesures: les parents doivent être immédiatement prévenus, un médecin doit examiner l’enfant afin de s’assurer que son état de santé est compatible avec la rétention et enfin, un avocat soit s’entretenir avec l’enfant.

Entre 13 ans et 16 ans, la garde à vue est possible, y compris quand le mineur est soupçonné d’une simple infraction. Les conditions sont à peu près les mêmes que pour l’enfant de moins de 13 ans, à ceci près que l’avocat n’est obligatoire qu’à la demande de l’enfant ou de ses parents. La loi est également très claire en ce qui concerne les auditions des enfants. Les interrogatoires des mineurs placés en garde à vue font l'objet d'un enregistrement audiovisuel.

 

Le chantage à la garde à vue pour contourner la loi

Lors de la réforme de la procédure de la garde à vue, on se rappelle tous de la levée de boucliers des syndicats de police qui nous expliquaient en substance que la présence d’un avocat dès le début des gardes à vue allait compliquer leur travail. Et bien, ils ont trouvé la parade… Elle s’appelle l’audition libre.

L’audition libre est une procédure sans contrainte au cours de laquelle une personne est entendue par les services de police. Plus besoin de notifier la mise en placement, plus besoin de notifier de droits, plus besoin de médecin, plus besoin d’avocat. C’est magique, non ? Lors d’une interpellation, les policiers procèdent donc souvent à un chantage pour contourner la loi et les garanties que le législateur a voulu donner aux citoyens. Le chantage est simple : soit vous nous suivez volontairement pour une audition libre, soit vous refusez et nous vous mettons en garde à vue. Sauf que… Dans les cas des 3 enfants, il y a bel et bien violation de la loi. Pour un mineur de moins de 13 ans, en dehors d’une procédure de vérification d’identité, ce qui n’était pas le cas puisqu’une copie des papiers d’identité était en possession des policiers, on est forcément dans le cadre d’une procédure de retenue. Et lorsqu’on procède à la retenue d’un mineur de moins de 13 ans… On rentre dans le cadre de l’article 4 de la loi du 2 février 45 modifiée par la loi du 4 avril 2011. Par conséquent, les parents auraient dû être prévenus de la retenue, les enfants auraient dû être vus par un médecin et ils auraient dû s’entretenir avec un avocat.

Pour Maria, qui elle a moins de 15 ans, l’absence de contrainte et le fait qu’elle soit venue « de son plein gré » est totalement contradictoire avec ses déclarations. Elle est formelle, elle a été emmenée à la voiture de police tenue par le bras et donc contrainte et forcée. La police pourrait prétexter pour elle qu’il s’agissait d’une mesure de vérification d’identité, mais alors pourquoi avoir procédé à une mise à nu partielle et à une fouille à même la peau ?  S’agirait-il d’une nouvelle technique pour vérifier l’identité d’un mineur ? D’autre part, à qui fera-t-on croire que deux filles de 12 ans et 14 ans se sont rendues de leur plein gré à l’hôtel de police de Lyon en plein après-midi ? Vous imaginez le tableau ? Tiens, on ne sait pas quoi faire, on s’embête un peu, il n’y a pas école, et si on allait faire un tour à l’hôtel de police pour se faire palper à nu par une femme policier… Enfin, le cas de Roman est pire encore puisqu’il a été menotté et emmené par un policier qui le tenait par une clé de bras autour du cou. Si ça, ce n’est pas de la contrainte, il faudra nous expliquer. Décidément, la police possède un langage bien à elle qui n’est pas vraiment le même que celui du simple citoyen.

 

La mise à nu et les palpations des parties intimes

Les cas de mises à nu abusives se sont multipliés ces dernières années. On rappellera simplement quelques exemples comme celui de ce couple de retraités de 70 ans convoqué à un commissariat et dont la femme « a dû se déshabiller complètement, sous-vêtements compris, tandis que son mari a été palpé en slip et en t-shirt. » (3) Ou encore cet homme de 63 ans arrêté pour défaut de permis de conduire et fouillé à nu 3 fois. (4) Même si depuis juin 2011, un arrêté (5) précise que la fouille intégrale avec mise à nu complète est interdite, il existe un lourd passif concernant le recours abusif des fouilles à nu par des policiers. Dans un rapport publié en janvier 2012 concernant les contrôles d’identité à l’encontre des jeunes issus des minorités, Human Rights Watch dénonce certaines pratiques policières notamment à Lyon: « Ils nous touchent de plus en plus les parties intimes », témoigne un jeune homme. L’organisation internationale regrette notamment l’absence de règles spécifiques concernant les palpations corporelles sur les enfants. (6)

En ce qui concerne le témoignage de Maria, la police niera peut-être tout en bloc, à moins qu’elle ne joue sur les mots en parlant de mise à nu partielle et donc autorisée. Il restera néanmoins à expliquer les palpations à même la peau car les déclarations de jeune fille sont très choquantes. S’il ne s’agissait pas d’un policier, on pourrait parler à minima d’attouchements à caractère sexuel. D’autre part, quel est l’intérêt pour la police de procéder à des palpations sur les jambes de l’enfant, en partant des mollets et en remontant jusqu’à l’entrejambes à même la peau ? De nombreux autres cas de palpations à même la peau ont également été recensés. Une palpation sert à s’assurer que rien n’est dissimulé, non ? Sur une chemise, un jean, un pantalon, cela à un sens, mais à même la peau ? Quel est donc le but poursuivi par les policiers lors de ces palpations ?

Mais au-delà de ces questions, ce qui est profondément choquant et inadmissible, c’est qu’en France, dans un pays démocratique qui vient d’élire un président socialiste, un citoyen et à fortiori un enfant mineur puisse se retrouver seul dans une salle avec un policier qui lui demande de se déshabiller et que ce dernier puisse procéder à des palpations sur son corps, à travers des vêtements ou à même la peau, sans personne pour contrôler ce qui se passe. Ni médecin, ni avocat, ni même aucun autre témoin. Combien de mineurs ont-ils été ainsi palpés, touchés, humiliés ? Combien de plaintes ont été déposées ? De quels moyens les parents disposent-ils pour prouver la véracité des faits avancés par leurs enfants ? C’est parole contre parole… Et on sait ce que cela signifie face à un fonctionnaire de police assermenté.

 

La méconnaissance du code de déontologie de la police :

En juin 2012, le Défenseur des Droits a remis son rapport à François Hollande. Il fait état de violences policières persistantes: menottage systématique, insultes, brutalités entraînant parfois la mort. Alors que le nombre global de dossiers reçus dans les quatre domaines d’activité du Défenseur a baissé de plus de 3 %, les plaintes concernant la déontologie de la sécurité ont explosé avec une augmentation de 96 %. (7)

Garde à vue qui ne dit pas son nom et masquée par une prétendue audition libre à laquelle on emmène les enfants manu militari, usage des menottes sur un enfant de 12 ans, mise à l’écart des parents, fouille à nu partielle, palpations à même la peau, obligation faite aux enfants de signer des procès verbaux qu’ils ne comprennent pas, absence d’avocat, absence d’examen médical, absence d’enregistrement video des auditions… En plus d’une violation de la loi pour certaines d’entre elles, toutes ces dérives constituent très clairement une violation du code de déontologie de la police qui précise notamment dans son article 10: « Toute personne appréhendée est placée sous la responsabilité et la protection de la police ; elle ne doit subir, de la part des fonctionnaires de police ou de tiers, aucune violence ni aucun traitement inhumain ou dégradant. »  (8) Cet article précise en outre: « Le fonctionnaire de police qui serait témoin d'agissements prohibés par le présent article engage sa responsabilité disciplinaire s'il n'entreprend rien pour les faire cesser ou néglige de les porter à la connaissance de l'autorité compétente.»

Ironie de l’histoire, le code de déontologie de la police date du 18 mars 1986. Elle est signée par un certain Laurent Fabius, Premier Ministre de l’époque et Pierre Joxe, Ministre de l’Intérieur. 26 années se sont écoulées depuis. Laurent Fabius est à nouveau en responsabilité aux plus hautes fonctions de l’Etat. Quant à Pierre Joxe, il exerce une activité d’avocat spécialisé dans le droit des enfants. On espère qu’ils se pencheront, ainsi que le gouvernement, sur ces exemples qui ne sont ni des exceptions, ni l’apanage de la police. Dans un article mis en ligne en septembre 2012, Louise Fessard dénonce également dans Médiapart les pratiques illégales de certains gendarmes contre des enfants roms. (9)

On imagine l’effet destructeur de ce genre de traitement sur des enfants qui subissent des traumatismes à la fois physiques et psychologiques. Ces pratiques sont d’autant plus scandaleuses qu’elles sont commises par des agents dépositaires de l’ordre public et visent des enfants qui devraient être protégés plutôt que pourchassés, violentés et humiliés.

Après l’affaire Neyret à Lyon, celle des policiers de Vénissieux mis en examen pour corruption, les fonctionnaires de la BAC écroués à Marseille pour vol, racket et trafic de drogue, il y a vraiment des pratiques à revoir de toute urgence au sein de la police française.

 

(1) Les prénoms ont été modifiés

(2) http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=B8926A431D899272A108C6A693FFD5E5.tpdjo08v_2?idArticle=LEGIARTI000023876789&cidTexte=LEGITEXT000006069158&dateTexte=20120727

(3) http://www.cnds.fr/avis/reponses_nov_08/Avis_2007_130.pdf

(4) http://www.liberation.fr/societe/0101636431-fouille-a-nu-a-trois-reprises-pour-defaut-de-permis-de-conduire

(5) http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=D097B418CC0952D6709EC4920C9E5F1C.tpdjo08v_2?cidTexte=LEGITEXT000024146234&dateTexte=20120727

(6)  http://www.hrw.org/fr/news/2012/01/26/france-des-contr-les-d-identit-abusifs-visent-les-jeunes-issus-des-minorit-s

(7) http://defenseurdesdroits.fr/documentation

(8) http://www.interieur.gouv.fr/misill/sections/a_l_interieur/la_police_nationale/deontologie/code-deontologie/

(9) http://www.mediapart.fr/journal/france/140912/des-gendarmes-varois-racontent-les-pratiques-illegales-contre-les-roms

Tous les commentaires

06/10/2012, 09:16 | Par fabrizia en réponse au commentaire de Vivre est un village le 06/10/2012 à 09:07

 Je suis allée plus loin dans la lecture, mais pas jusqu'à la fin du billet, tant les faits relatés sont infects. Ce n'est pas possible...

02/11/2012, 20:43 | Par MAVROKEFALOS PC en réponse au commentaire de DuBois le 06/10/2012 à 12:11

Rien de nouveau sous le soleil.... Cette police là est la même qui avait brutalisée les gitans dans le sud de la France, les parquants et les affamants pendant la guerre. Et elle ne se génait pas alors pour tabasser les enfants. Comme elle a obei à tous les ordres de déportation sans ciller. Comme elle a tirée sur femmes et enfants pendant les siècles précédents. 

Le recrutement est toujours le même: les fils de paysans qui ne pouvaient rester sur la ferme entraient dans la gendarmerie. Dans les villes ceux qui n'avaient aucun diplôme, aucune aptitude personnelle pouvaient toujours entrer dans la police.

Ensuite on obei sans poser de question, puis l'uniforme et l'effet de groupe créer cet être sans conscience prêt à tout pour conserver "sa carrière" et sa paye.

Tant que l'on ne changera pas ce recrutement nous aurons cette police là, qui arrange les politiques de tous bord : obéissante, servile, sans état d'âme! 

06/10/2012, 17:50 | Par elisa13 en réponse au commentaire de fabrizia le 06/10/2012 à 09:16

Je suis allée jusqu'au bout et il me vient juste un cri de colère : saloperie de flics ! tant pis si je me fais censurer. Ces bandes de robocops sont à vomir. 

06/10/2012, 17:54 | Par fabrizia en réponse au commentaire de elisa13 le 06/10/2012 à 17:50

Je suis allée jusqu'au bout aussi et finalement, et si ton com, on le vire, je me tire.

 

07/10/2012, 11:55 | Par DuBois en réponse au commentaire de elisa13 le 06/10/2012 à 17:50

Cela dit, beaucoup bossent dans des conditions peu enviables et voient des choses horribles au quotidien, et ils se savent méprisés. Ce qui ne les rend pas forcément plus tendres et humains. On est dans un cercle vicieux de souffrance, mépris et défiance, que la démagogie de Manuel Valls, toujours prompt à flatter les instincts les plus négatifs des uns et des autres, ne risque pas d'enrayer.

06/10/2012, 14:24 | Par Claudia75 en réponse au commentaire de philippe alain le 06/10/2012 à 09:19

@Philippe Alain

merci pour cette article. Insupportable, cela ne dure pas d'hier mais que faut il faire pour que tout cesse ...... 

Faire du chiffre encore passe mais là c'est une atteinte à l'intégrité de l'humain ? Ces méthodes il faut absolument les banir....

J'ai comme un mauvais ressenti .... ce sera l'escalade, plus rien ni personne n'arrêtera ce qui est entrain d'arriver à la race humaine....

06/10/2012, 09:30 | Par Amalina

De Pire en Pire .............. Aux Enfants qu'onn leur fichent la Paix CriantCriant

06/10/2012, 12:20 | Par cereb en réponse au commentaire de Amalina le 06/10/2012 à 09:30

 

"Le massacre desInnocents"

je  regrette mais c'est ainsi que c'estressenti!

Abominable héritage

mais MAIS mais qu'il n est pas possible ni d'ignorer ni de refuser de voir!!!

Dols ,violences , sortes de plaisirs dissimulés et borde line .....

Carrément du nettoyage à faire chez ces ZIGS là , qui n 'ont de serviteurs de l 'état qu'une étiquette de concours de circonstances .....

et qui ne font pas honneur aux autres ,ceux qui servent bien l'état et la loi républicaine!

Nous faisons Iien une différence entre ces BONS et ces MAUVAIS!

MA grand mère paysanne disait :"y a,des coups de pieds au .....qui se perdent !"

Montessori: "pueri multa reverentia debeatur"

"on doit un grand respect aux enfants" !

Car la mémoire enfantine n 'oublie rien. 

scandaleux!

06/10/2012, 09:47 | Par Patrig K

absolument scandaleux

et c'est ce pays qui se voudrait etre le modèle républicain, d'ailleurs à l'image de ce qu'il se passe à Marseille, cette police est le lieu de la gangrène, des grégaires armés à faire la sale besogne, et la hiérarchie qui ferme les yeux, c'est pas une Bac qu'il faut démanteler, mais bien de redistribuer méli mélo toute cette flicaille néo facho

meme, si j'ose espérer qu'il y a encore quelques rares exemplaires dignes de porter cet uniforme , affligeant

solidaire des nomades et des rroms

06/10/2012, 11:56 | Par Ellemra en réponse au commentaire de Patrig K le 06/10/2012 à 09:47

Bien entendu qu'il y a des "exemplaires dignes de porter cet uniforme", mais il faut dire et redire,et ce billet le fait fort bien, les effets désastreux du sarkozysme et de sa terrifiante politique du chiffre sur la police nationale :  plus que jamais mise au service d'une idéologie nauséabonde, elle s'écarte des  missions qui sont les siennes dans un état démocratique.

Le problème est que nous sommes dans une démocratie dont l'intensité baisse considérablement de jour en jour, et le changement annoncé n'est qu'un terrible leurre, à faire pleurer si cela servait à quelque chose ....

 

 

06/10/2012, 17:55 | Par elisa13 en réponse au commentaire de Ellemra le 06/10/2012 à 11:56

Non, ce n'est plus de la démocratie, Armelle. Ce mot n'a plus de valeur.

C'est clairement dit dans cette vidéo. 

http://cadtm.org/Eric-Toussaint-Crise-les-solutions#.UGqfiy3pEVA.

06/10/2012, 09:54 | Par Patrig K en réponse au commentaire de philippe alain le 06/10/2012 à 09:51

j'en suis persuadé aussi, est ce à dire que ce marigot sera vidangé, ?

Il a peu de chance que cela soit révèlé .. merci pour l'enquète

06/10/2012, 12:25 | Par cereb en réponse au commentaire de Gavroche. le 06/10/2012 à 09:56

En appeler à la Présidence de la République qui ,espérons le encore , a été tenu fortuitement ou non , élognée de ces abus !

Quant aus passants ,la plupart ont tellement le vague à l âme qu'ils ferment les yeux !

ET puis seule une action de groupe peut faire !

Il est inadmissible que le gouvernement laisse CELA, cette abominable façon de traiter des enfants , perdurer!

De toute façon

06/10/2012, 18:39 | Par Juliette BOUCHERY en réponse au commentaire de Gavroche. le 06/10/2012 à 09:56

Est-ce que ça fait partie des attributions du Défenseur des droits ?

06/10/2012, 13:13 | Par Mafch en réponse au commentaire de Fantie B. le 06/10/2012 à 09:59

Aux "forces de l'ordre" on préfèrerait les "gardiens de la Paix" car, dit-on, toute violence est sexuelle.

Un tel recul de la reconnaissance des droits de l'enfant (que chacun porte en soi) est une preuve supplémentaire de la déliquescence de certaines de nos institutions.

Et quand on entend/voit "les mêmes" se gargariser des progrès et autres avancées de la recherche scientifique, capables de débugger notre économie, on reste interdits! Dolto connaissent pas, les sciences humaines ne servent qu'à leurs sales petites manipulations, pas un pédopsychiatre pour élever la voix, pour remuer ciel et terre, aller à la cour de justice européenne puisqu'en France on cultive les sales marigots!

 

06/10/2012, 16:27 | Par mauwa09 en réponse au commentaire de Fantie B. le 06/10/2012 à 09:59

<<...autorise ou recommande ...>> ou tolère par son silence ou des réactions internes trop faibles, pour avoir la "paix" ou ne pas avoir d'ennuis...

Et des réactions "sadiques" ou brutales existent aussi ailleurs (Villefranche-Echirolles,...) dans d'autres groupes que la police...

06/10/2012, 10:24 | Par Stephane M.

Il y a eu aussi récemment l'histoire de ce gamin tabassé parce qu'il avait volé un kinder bueno.

Ces socialistes qui ne respectent ni les Roms ni les enfants c'est quoi ? Des gens avides de pouvoir et de fonctions à exercer à vie, sans compétence particulière parce que Science Po et l'ENA apprennent surtout à faire des discours et à se prendre pour des Phénix.

Il y a quelques exeptions mais en majorité notre classe politique est à jeter à la poubelle. Il faut la former autrement, la recruter autrement que par cooptation de celui qui a suffisamment lêché les bottes du chef du parti, et la renouveler tous les 5 ans.

Pas de cumul des mandats, et la majorité devraient aller faire autre chose au bout de 5 à 7 ans.

 

En attendant je pense qu'il faut mailer massivement au Président de la République, et au Ministère de l'Intérieur et envoyer copie à la Commission Européenne des Droits de l'Homme.

06/10/2012, 14:36 | Par Claudia75 en réponse au commentaire de Stephane M. le 06/10/2012 à 10:24

@stéphane6

hélas les droits de l'homme en france et ailleurs ne veut plus rien dire, 

La Commission Européenne rend les peuples esclaves et asservis en nous ôtant presque l'existence,  et ne fera rien hélas. les enfants sont "attaqués" dans le monde entier : Etats Unis, Israel, la france..... 

mais je suis d'accord plutôt que de rester sans rien faire, mailer massivement au président de la République, moi je le fais en permanence... même pas de réponse...

 

06/10/2012, 10:05 | Par Stephane M.

Je n'avais pas repéré votre blog jusqu'ici.

Merci pour le boulot.

06/10/2012, 10:18 | Par LEON et PAULETTE

du lourd, philippe,

pas facile de garder son calme...

L.

06/10/2012, 10:22 | Par philippe alain en réponse au commentaire de LEON et PAULETTE le 06/10/2012 à 10:18

Du lourd contre des minots. Elle est pas belle notre république ?

06/10/2012, 13:34 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de philippe alain le 06/10/2012 à 10:22

Elle est rendue horrible cette pauvre République par ceux qui ont mission de la garder en paix !

Ces attaques inadmissibles contre des enfants n'ont rien à envier à ce qui s'est passé il y a 60 ans ...

Cette lecture difficile, douloureuse, insoutenable, rend malade de colère et de honte ... Non, le peuple de France ne peut

pas accepter que de tels traitements aient encore lieu de nos jours, dans une soi-disant démocratie. Ces commissariats

deviennent peuplés de voyous en uniformes. Cela doit cesser sans attendre, Môssieur Valls .

L'enfance doit être protégée aussi contre de telles exactions.

Merci Philippe Allain d'être toujours sur la brêche et de nous informer . Comment peut-on agir pour être entendus et écoutés ?

06/10/2012, 14:36 | Par Claudia75 en réponse au commentaire de philippe alain le 06/10/2012 à 10:22

elle est à vomir notre République, vraiment

06/10/2012, 11:00 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de philippe alain le 06/10/2012 à 10:31

"Il semble que Valls s'en accomode fort bien."

Une culture aussi installée ne se change pas en quelques mois (ni même en quelques années).

06/10/2012, 11:53 | Par Colza en réponse au commentaire de Fantie B. le 06/10/2012 à 11:00

"Une culture aussi installée ne se change pas en quelques mois (ni même en quelques années)."

Encore faudrait-il que Valls le veuille et ça n'en prend pas le chemin.

Le chemin que semble prendre Valls en ce moment, c'est celui de Sarko : l'Intérieur, puis la Présidence... Pas rassurant !

06/10/2012, 11:56 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de Colza le 06/10/2012 à 11:53

@ Colza : "Encore faudrait-il que Valls le veuille et ça n'en prend pas le chemin."

Je ne sais pas.
Pour espérer modifier une culture professionnelle, il faut d'abord gagner la confiance des professionels en question.

C'est ce que Valls a mis en oeuvre.

Où veut-il aller ensuite ? on verra.

06/10/2012, 12:02 | Par Ellemra en réponse au commentaire de Fantie B. le 06/10/2012 à 11:56

Juste, Fantie, votre commentaire. Il est difficile ici et ailleurs du reste, de parler des flics. Ces faits ignobles sont on l'espère les arbres pourris qui cachent une forêt encore saine, mais il faut se dépêcher de couper si on ne veut pas que tout se contamine. Difficile de parler avec un policier de son métier, il faut savoir écouter même si parfois on bout d'en découdre avec eux ... Je pense qu'un gigantesque audit de celles et ceux qui ont en théorie comme mission dans un état démocratique de garantir la sécurité de toute la population et de veiller au respect de la loi (encore faut il que celle-ci soit une loi légitime au regard des idéaux républicains) devrait être organisé par un pouvoir politique qui ferait vraiment ce qu'il a dit, le changement...mais je m'égare, là.Déçu

06/10/2012, 12:08 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de Ellemra le 06/10/2012 à 12:02

Oui, Ellemra, difficile de ne pas s'égarer quand on pense à ce qui serait nécessaire pour un changement !

 

Beaucoup dépend du recrutement

Beaucoup dépend de la formation initiale

Beaucoup dépend de la formation continue ensuite

Tout dépend enfin de la "culture locale", et du fait qu'elle soit tolérée ou non par les échelons au dessus.

Un flic correct dans une brigade corrompue ou violente... que peut-il faire, comment peut-il durer ?

06/10/2012, 12:35 | Par cereb en réponse au commentaire de Fantie B. le 06/10/2012 à 12:08

Un ministre de l'intérieur de la Stature morale de Valls  ,avec l'ascendant ,l'influence ,les pouvoirs ,qu'il est censé avoir ,et dont il peut disposer en tout cas

s'il le décide , ne peut rester sans EFFET sur de telles pratiques ! Ces pratiques sont déshonnorantes pour notre République!

ET puis , ce qu'on lit ici confirme le lu ou entendu ailleurs ,par petits bouts ,quand on s'intéresse à la cause des enfants .

Il est interdit de toucher aux enfants quelq qu'ils soient de cette manière!

Est ce que l'on doit ressortir "choses vues " de V HUGO?

OUVREZ les yeux!

 

06/10/2012, 13:39 | Par André JOSIA en réponse au commentaire de Fantie B. le 06/10/2012 à 12:08

"Beaucoup dépend du recrutement

Beaucoup dépend de la formation initiale

Beaucoup dépend de la formation continue ensuite

Tout dépend enfin de la "culture locale", et du fait qu'elle soit tolérée ou non par les échelons au dessus."

Je dirais que TOUT dépend de la volonté politique d'avoir une police irréprochable. Et cette volonté politique ne se manifeste pas aujourd'hui, comme elle ne s'est pas manifestée hier !

06/10/2012, 21:32 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de André JOSIA le 06/10/2012 à 13:39

Vous avez raison ! La volonté politique manque aujourd'hui, celle de ceux qui veulent faire de la politique  - mais aussi celle  des citoyens que nous sommes, peut-être.

06/10/2012, 10:35 | Par Tazibus

On a envie de crier, ou de pleurer. Aujourd'hui, j'ai envie de pleurer.

Y-a-t-il encore quelque chose de respectable dans cette République qui couvre ses nervis et absout ses mafieux de tout poil ?

06/10/2012, 11:08 | Par L'Alchimique...

Eh bé ! Valls partira de très loin, amigos !

Pourvu qu'il ait le coffre !

Sourire

06/10/2012, 12:38 | Par cereb en réponse au commentaire de L'Alchimique... le 06/10/2012 à 11:08

à rositaamado

Le coffre ,il semble l'avoir!

On l'attend sur ce point !

 

06/10/2012, 11:20 | Par netmamou

C'est scandaleux. Des comportements de kapos vis à vis d'adultes, c'est dégueulasse, mais envers des mineurs, il n'y a pas de mot. Le seul possible, c'est inhumain, parce que des bêtes ne se complaisent pas à faire souffrir leurs semblables sans aucune justification.

Merci pour ce travail instructif.

Je transmets ce billet à mes contacts

 

06/10/2012, 12:18 | Par chenpeneuzer en réponse au commentaire de netmamou le 06/10/2012 à 11:20

Et bien si, justement, c'est "humain".

Beaucoup préfèrent enfoncer les autres que se remonter eux mêmes. D'abord c'est plus facile, donc les fainéants et les imbéciles s'y délectent. D'autre part, donnez un tout petit pouvoir à ce type de personnalité, et vous leur donnez la possibilité de se croire "au dessus" de la lie, donc de prendre le rôle des kapos.

S'il n'y avait pas stigmatisation d'une partie de la population, la lie n'existerait pas. Valls est donc LE responsable de ces kapos.

Les kapos sont partout et désignent leurs "inférieurs":

 En religion ce sont les musulmans, en ethnie ce sont les roms et les arabes, au travail ce sont les chômeurs, en sexualité ce sont les enfants pour les pédophiles et les femmes pour les violeurs de femmes, à la maison c'est le conjoint le plus faible (souvent la femme mais pas toujours), etc.

Certains portent des talonnettes pour se grandir, et tous nous grimpons sur des escabeaux pour aller plus haut. Les premiers par illusion, les seconds par simple principe de réalité. Les premiers ont besoin de talonnette, et s'ils se sentent petits psychologiquement, ils n'hésiteront jamais à utiliser des talonnette humaines et pour Valls, c'est même l'escabeau Rom pour accéder à la responsabilité suprême.

Quand il fait une intervention TV, coupez le son et regardez son visage, il me fait frémir ... on dirait un père fouettard, responsable national des kapos. 

06/10/2012, 12:41 | Par cereb en réponse au commentaire de chenpeneuzer le 06/10/2012 à 12:18

La démocratiecommence dans la famille

et continue à l école et dans la société.

06/10/2012, 12:12 | Par la dame du bois-joli en réponse au commentaire de Stephane M. le 06/10/2012 à 11:32

je vais vous imiter, quand j'écris à mon député il ne me répond pas ... 

07/10/2012, 00:47 | Par Annie Lasorne en réponse au commentaire de la dame du bois-joli le 06/10/2012 à 12:12

Je n'ai reçu aucune réponse aux nombreux courriers que j'ai envoyé (France et Europe) depuis août, sur ce sujet. Criant

06/10/2012, 11:33 | Par rmitte

Merci Philippe Alain...je te connais de nom...et il est possible que nous nous soyons croisés à la Part Dieu où je connais pas mal de familles et d'enfants Roms

Je n'ai pas ( heureusement)pas de détails aussi précis que les tiens mais cela ne m'étonne nullement vu les interpellations auquelles j'ai pu assister... et  les manières de ceux qui les pratiquaient....
Hélas tant que le Préfet et le Maire de cette ville autrefois "charitable" resteront crispés sur des positions d'un autre âge...comme par exemple financer la construction de douches dans des villages deshérités ( où on manque par ailleurs de tout) en espérant que les roms de Lyon ( qui ne sont pas venus uniquement par plaisir pour se doucher) retournent "chez eux "...( parce que évidement certains habitants ou potentats se sont fait de la ville un "chez soi"...alors qu'une ville est une communauté de gens qui s'y rassemblent, y résident, y travaillent, s'y divertissent ou s'y éduquent... et en aucun cas un "chez soi" réservés à ceux qui ont pu bénéficier d'un autre accueil)...le tout sur une population "amorphe et résignée...voir taraudée par les idées du FN qui se banalisent... il ne reste qu'à dénoncer, interpeller les instances internationales ...et oeuvrer comme tu le fais avec dévouement au cas par cas...
Et de demander auprès de tous les élus, intellectuels, personnalités de soutenir un "moratoire contre les expulsions"...et l'application des règles de logement pour tous...l'hivers arrive ...et après la série de "pogroms" qui se sont succédés...la situation de la communauté s'est fragilisée tant au point de vue santé que matérielle...même si le moral semble intact

MERCI en tous cas pour ton témoignage...
il faut poursuivre encore et encore sans se lasser
on ne connait pas dans l'histoire de société qui ai pu endiguer une immigration ou empêcher l'accueil de ceux qui désiraient s'y installer ou s'y retrouver...même pas dans les iles les plus lointaines et  fermées ( comme au Japon au 18ème siècle) 

tant qu'il y aura des "résistants" l'espoir demeurera...COURAGE !

Francois

06/10/2012, 11:37 | Par Art Monica

L'arbitraire et le sadisme érigés en système. 

Nul respect à l'égard des autres, devenus des sous-humains.

La police va devoir faire un gros travail de nettoyage en profondeur, au karcher!

Le scandale de la BAC  devrait y aider.

Non, Valls ne s'accommodera pas de ces pratiques que la Sarkozy-bande a encouragées.

06/10/2012, 12:08 | Par philippe alain en réponse au commentaire de Art Monica le 06/10/2012 à 11:37

Pour l'instant Valls encourage et récompense la chasse aux roms.

La responsabilité des procureurs est à mon avis également à prendre en considération.

Je n'ose pas penser qu'ils ne sont pas au courant de toutes ces dérives

C'est quand même pas compliqué de se rendre compte qu'il y a un problème. Il suffit de lire un PV et de voir qu'il y a une retenue d'un enfant et pas d'avocat.

12/10/2012, 16:34 | Par Lise Hossard en réponse au commentaire de philippe alain le 06/10/2012 à 12:08

Philippe,

Article insoutenable à lire d'autant qu'on le sent criant de vérité !!!

En ce qui concerne les PV, malheureusement nous savons que ces pièces sont facilement escamotables !!!

Par ailleurs, je reste persuadée qu'aucun de ces ripoux ne savent qu'ils ont depuis 1986 un "code de déontologie" les concernant ???

06/10/2012, 12:20 | Par chenpeneuzer en réponse au commentaire de Art Monica le 06/10/2012 à 11:37

"Valls ne s'accommodera pas de ces pratiques"

Qu'en savez vous ? d'une part, et d'autre part en prend-t-il le chemin ? 

06/10/2012, 12:32 | Par Art Monica en réponse au commentaire de chenpeneuzer le 06/10/2012 à 12:20

C'est une simple impression, c'est tout. Il me semble que l'autoritaire Valls n'acceptera pas des ripoux et des sadiques dans la police.

Une chose est d'autoriser les expulsions de Roms décidées par la justice, une autre est de cautionner les exactions de fonctionnaires relevant de son ministère. 

De toute façon, la question n'est pas Valls, mais l'existence de telles pratiques au sein de la police.

06/10/2012, 23:23 | Par cereb en réponse au commentaire de Art Monica le 06/10/2012 à 12:32

Il a fait du ménage à Marseille!

où pas facile!

Il peut donc le faire ailleurs !

Sur la question des enfants ,les gens seront en principe mieux disposés

06/10/2012, 13:24 | Par Mafch en réponse au commentaire de Art Monica le 06/10/2012 à 12:32

Malheureusement c'est un problème de crédibilité là où elle fait sérieusement défaut! des enfants ont été fouillés au corps à Evry et ceux qui ont exprimé leur colère ont été calomniés.

 

Vous savez, la pédophilie, puisqu'il faut appeler un chat un chat est également une arme sournoise!

06/10/2012, 13:40 | Par cereb en réponse au commentaire de Mafch le 06/10/2012 à 13:24

Mafch

je suis bien d accord avec ce propos!

MALHEUREUSEMENT !

sans  illusion

06/10/2012, 15:34 | Par Mafch en réponse au commentaire de cereb le 06/10/2012 à 13:40

le sujet est tellement lourd que je vais digresser en abordant le sens de "malheureusement" en début de phrase, qui pourrait être "malheureusement je crains que" qui répondait à ceux qui pensent qu'on peut faire l'impasse sur la crédibilité ou qu'elle est sous entendue etc etc

Je crains malheureusement que nous ayons la même vision des choses.

Sans illusion

06/10/2012, 14:15 | Par Stephane M. en réponse au commentaire de Art Monica le 06/10/2012 à 12:32

Valls n'a pas eu d'état d'âme pour que les forces de l'ordre sortent des enfants de leurs abris de fortune pour les condamner à errer de trottoirs en trottoirs. En ville moi j'ai vu une famille Rom avec des enfants de 2 ou 3 ans qui avaient passé la nuit sur le trottoir.

Il parait que les militants socialistes l'ont applaudi pour cet exploit. C'est quoi un militant "socialiste" ?

 

06/10/2012, 15:39 | Par Mafch en réponse au commentaire de Stephane M. le 06/10/2012 à 14:15

Entre Sarko et Valls c'est à celui qui sera le plus ignoble.

On ne peut leur en vouloir, ce sont les français qui les réclament, surtout Marine, en embuscade...

A Lyon on dirait bien que c'est du guignol, un spectacle habituellement destiné aux enfants...probablement thérapeutique!

Allez les petits! il est où?

06/10/2012, 12:18 | Par pierre guerrini

 

Sans l'intervention des plus hautes autorités morales du pays,  je ne vois pas trop comment tout cela pourrait cesser.

06/10/2012, 16:05 | Par Hélène Genet en réponse au commentaire de pierre guerrini le 06/10/2012 à 12:18

"des plus hautes autorités morales du pays" : c'est qui ?

06/10/2012, 16:20 | Par pierre guerrini en réponse au commentaire de Hélène Genet le 06/10/2012 à 16:05

 

Quelques unes des personnalités politiques de premier plan qui ont fait honneur à leur fonction, desquels la République peut s’enorgueillir, et, qui surent porter haut en couleur l'image de la France, renouant par là avec les idéaux de la nuit du 4 août, de la commune, et du conseil de la résistance. Pour n'en citer qu'un, l'homme qui fut à l'origine de l'abrogation de la peine de mort.

06/10/2012, 13:04 | Par philippe alain

Existe-t-il encore de haute autorités morales dans la France de 2012 ?

06/10/2012, 13:48 | Par Myrelingues

Peut-être , si elle veut vraiment se rendre utile, que la "première gazouilleuse" pourrait s'intéresser à ce problème de manière urgente et beaucoup plus nécessaire que d'accorder son soutien au Féloni de la Rochelle.

Il s'agit d'un problème national pas local !

06/10/2012, 15:52 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de GIULLIETTALASUBVERSIVE le 06/10/2012 à 13:48

Faire violence à des fillettes , à des enfants , les français sont pour ?

Ce qui est écrit dans le Point de FOG ....n'est que la caricature de la pensée des sarkoziens orphelins... Je m'en méfie, car ils veulent utiliser les peurs et les obsessions de certains pour en faire une généralité et nous mettre tous dans le bain.

J'ai pas envie de barboter avec n'importe qui ! Et vous ?

06/10/2012, 14:03 | Par Wolf Solent

En temps que père, je suis surtout choqué par ces parents qui demandent à leurs enfants de 12 à 14 ans de "faire la manche pour survivre", dans un pays où l'école est obligatoire jusqu'à 16 ans. Certes le comportement des policiers dans cette affaire (tel que relaté ici) est scandaleux; mais le "traumatisme" subi pendant ces quelques heures passées est faible à côté de celui consistant à détruire un enfant en faisant de lui, dès son plus jeune âge, un mendiant (dont on imagine que les éventuels gains ne sont pas destinés à ses propres besoins...) Le scandale majeur en l'espèce c'est que de tels enfants soient laissés à la merci de leurs parents exploiteurs, par des autorités censées les protéger.

06/10/2012, 14:20 | Par Stephane M. en réponse au commentaire de Wolf Solent le 06/10/2012 à 14:03

C'est vous le militant socialiste qui avait applaudi Manuel Valls pour ses exploits, je suppose.

06/10/2012, 14:30 | Par pierre guerrini en réponse au commentaire de Stephane M. le 06/10/2012 à 14:20

Sourire

06/10/2012, 21:27 | Par Wolf Solent en réponse au commentaire de Stephane M. le 06/10/2012 à 14:20

L'esclavage des enfants est une valeur de gauche maintenant?

J'ai dû rater un épisode...

Le naufrage du gauchisme contemporain qui a simplement oublié TOUT de Marx (y compris l'analyse du lumpenproletariat qu'il différencie très rigoureusement du prolétariat révolutionnaire) est triste mais pas étonnant.

06/10/2012, 23:01 | Par Mafch en réponse au commentaire de Wolf Solent le 06/10/2012 à 14:03

sans doute n'avez-vous pas le temps de lire.

Mais pourtant, en vous aidant un peu votre cas n'est pas désespéré car vous avez la réponse à une question que vous ne semblez pas vous être posée :

"faire la manche pour survivre"

Je ne sais plus qui disait, personne évoluée, qu'avant de pouvoir entreprendre le moindre effort pour s'élever, il faut que les besoins primaires soient satisfaits (pyramide de Maslow - http://fr.wikipedia.org/wiki/Pyramide_des_besoins_de_Maslow) :

Ils font en effet la manche pour survivre et plus encore lorsqu'ils viennent d'être expulsés.

06/10/2012, 14:09 | Par Wolf Solent

La phrase la plus stupéfiante est tout de même celle-ci:

" Ses parents eux, paniqués, ne dormiront pas de la nuit, ne sachant pas où se trouve leur fils"

S'agissant de parents qui envoient leur fils de 12 ans faire la manche dans le metro.

Fagin aussi ne dormit pas de la nuit lorsqu'il constata qu'Oliver Twist ne revenait pas "à la maison". Mais faut-il compatir à sa détresse?

06/10/2012, 14:11 | Par Leséparges

Tout de même curieux .

La dérive de certains policiers vers l'extrême droite et vers la corruption a commencé depuis des années .

La police doit être encadrée .

Contrôlée et avoir des chefs au dessus de tout soupçon .

Le pire étant de couvrir la police systématiquement pour des raisons idéologiques .

Ca rejoint l'affaire Dreyfus . Doit on, oui ou non , douter de ce qui vient de l'armée , des états majors , piliers de la société (et éventuellement qui rattache à l'ancien régime , comme l'église d'ailleurs) ou doit on faire confiance en la justice ?

J'ajouterais que dans la haute magistrature c'est pareil .

Et aussi dans d'autres secteurs .

Bref ...Il y a du boulot .

Et certains y trouvent l'occasion de s'en prendre à M. Valls, qui vient d'être nommé .

Vraiment pitoyable .

Redresser un pays sur tous les plans , mesdames et messieurs , ça demande une détermination, du courage et aussi du temps .

Car ça entraine aussi beaucoup de réactions de colère , de panique, de peur car un certain nombre se sent menacé .

Nous commençons a découvrir la face cachée , l'envers du miroir d'un type de pouvoir .

Accrochez vous car nous n'en n'avons pas fini .

A moins que d'autres en décident autrement .

06/10/2012, 14:18 | Par Stephane M. en réponse au commentaire de Leséparges le 06/10/2012 à 14:11

L'excuse de l'héritage a des limites. Valls peut très bien donner des instructions pour traiter humainement les cas des familles Roms avec enfants. Il ne le fait absolument pas.

Ecouter les discours de Valls stigmatisant les musulmans, permet de le juger.

06/10/2012, 14:54 | Par profil_inactif_28112

Nicolas Sarkozy et le Premier Cercle sont décidément anti-républicains, comme l'indique à raison Edwy Plenel.

Ca ne doit pas occulter qu'il y a eu des événements heureux également cet été : par exemple la décoration du Président Mignard par la Garde des Sceaux Taubira.

06/10/2012, 15:46 | Par Myrelingues en réponse au commentaire de profil_inactif_28112 le 06/10/2012 à 14:54

Vous êtes casse-pieds, Boddi, avec vos ragots de concierge. Que vient faire une décoration dans le sujet traité ? On s'en tape, mon vieux ! On vous a oublié dans la distribution des hochets de la vanité ? Vous êtes Déçu  ?

A ressasez sans cesse vos amertumes, vous allez vous déglinguer le foie ... est-ce bien raisonnable ? 

 

 

06/10/2012, 16:37 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Myrelingues le 06/10/2012 à 15:46

Ça doit libérer sa vésicule, en fait. . 

07/10/2012, 09:59 | Par profil_inactif_28112 en réponse au commentaire de Myrelingues le 06/10/2012 à 15:46

Ah ça y est la haine de François Hollande en substitution de celle de Nicolas Sarkozy est en route ?

06/10/2012, 16:40 | Par Véronique HURTADO

"Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a prévenu qu'il serait "extrêmement sévère" si les faits reprochés aux policiers de la BAC nord de Marseille étaient avérés, avertissant qu'il n'y avait "pas de place pour ceux qui salissent l'uniforme de la police"."

J'aurais préféré entendre : "Il n'y a pas de place dans la police pour les policiers qui ne respectent pas les lois et les hommes" ("homo" humanité pas "vir" force brute - les hommes = espèce humaine : femmes, hommes et enfants).

La déclaration de Manuel VALLS fait autant plaisir à ceux qui réclament des têtes qu'à ceux qui veulent protéger leurs têtes et faire condamner les policiers honnêtes qui pourraient dénoncer leurs agissements indignes.

"Salir" c'est éclabousser. Donc le devoir de taire les déviances comportementales au sein de la police est habilement rappelé dans cette courte déclaration.

 La vraie saleté vient de l'intérieur, pas de l'extérieur. On ne peut pas laver un uniforme qui part en lambeaux parce qu'il est corrompu de l'intérieur. 

L'expression populaire "ripoux" est plus proche de cette réalité. Car la pourriture naît de l'intérieur. Vox populi, vox dei.

Si les lanceurs d'alerte sont révoqués à tour de bras, il ne faut pas s'étonner ensuite que la pourriture gangrène le grand corps malade de la police nationale.

Il faudra faire un choix entre "soigner le corps" ou "laver l'extérieur" du corps.

Lorsqu'un lanceur d'alertes dénonce des agissements répréhensibles, la population sait que la police nationale dans son ensemble n'est pas corrompue puisque le lanceur d'alertes est lui-même un policier.

Si le lanceur d'alertes est soutenu par son ministère, automatiquement l'image de la police nationale est valorisée (capacité à se remettre en question et à corriger les erreurs ou les fautes).

Sinon c'est toute la police nationale déconsidérée par ses fautes et son ministère devenu incompétent, car impuissant à la gérer, qui  véhicule une image néfaste et diffuse l'odeur nauséabonde d'un cadavre en état avancé de décomposition.

Or la police nationale est chargée de faire respecter les lois et les décisions de justice. Elle ne peut s'absoudre, surtout pas elle !, de ce devoir républicain.  

J'aimerais que le respect des lois et de l'humain soit au centre de tous les rappels.

 

06/10/2012, 16:31 | Par Véronique HURTADO

L'attentat à la pudeur était pour le droit français un « acte physique recouvrant contraire aux bonnes mœurs exercé volontairement sur le corps d'une personne déterminée de l'un ou l'autre sexe. ». L'acte était réprimé même en l'absence de violence pour les mineurs de 15 ans. Néanmoins, l'infraction n'était constituée qu'en cas de violence pour des majeurs de 15 ans.

En droit français, il est aujourd'hui sanctionné en droit positif sur le fondement de l'article 222-27 du Code pénal français qui réprime les agressions sexuelles.

« Les agressions sexuelles autres que le viol sont punies de cinq ans d'emprisonnement et de 75000 euros d'amende. »

Code pénal français, Article 222-27

Les faits peuvent être qualifiés pénalement. Des attouchements sont une forme d'agression sexuelle sur mineurs de quinze ans.

06/10/2012, 16:38 | Par Véronique HURTADO

    ARRETE Arrêté du 1er juin 2011 relatif aux mesures de sécurité, pris en application de l'article 63-6 du code de procédure pénale
NOR:  IOCC1114326A

Le ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration, Vu le code de procédure pénale, notamment ses articles 63-5 et 63-6 ; Vu la loi n° 2011-392 du 14 avril 2011 relative à la garde à vue, notamment ses articles 10 et 11, Arrête :

Article 1 En savoir plus sur cet article...

De nature administrative, les mesures de sécurité susceptibles d'être mises en œuvre à l'égard d'une personne placée en garde à vue ou retenue en application des articles 141-4,712-16-3,716-5 et 803-3 du code de procédure pénale ont pour finalité, dans le respect de la dignité de la personne, de s'assurer que celle-ci ne détient aucun objet dangereux pour elle-même ou pour autrui. Dans ce cadre, la fouille intégrale avec mise à nu complète est interdite.

Article 2 En savoir plus sur cet article...

Ces mesures de sécurité, mises en œuvre et renouvelées en tant que de besoin, comprennent : ― la palpation de sécurité, pratiquée par une personne du même sexe au travers des vêtements ; ― l'utilisation de moyens de détection électronique en dotation dans les services ; ― le retrait d'objets et d'effets pouvant constituer un danger pour la personne ou pour autrui ; ― le retrait de vêtements, effectué de façon non systématique et si les circonstances l'imposent.

Article 3 En savoir plus sur cet article...

Lors de son audition, les objets dont le port ou la détention sont nécessaires au respect de la dignité de la personne lui sont restitués.

Article 4 En savoir plus sur cet article...

Le directeur général de la police nationale et le directeur général de la gendarmerie nationale sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 1er juin 2011.

Claude Guéant 

No comment...

L'acte de palpation sur peau nue de l'adolescente et de la pré-adolescente est aussi répréhensible administrativement.

Le premier à s'élever contre ces pratiques honteuses avait été un avocat devenu ministre de l'intérieur, un certain Nicolas SARKOZY.

La moindre des choses serait qu'un gouvernement de gauche ne se contente plus seulement d'interdire ces pratiques. A noter cependant qu'il avait fallu un certain courage pour interdire ces pratiques, car interdire signifiait reconnaître qu'elles existaient.

Maintenant il faut faire respecter cet interdit, dans la continuité républicaine qui permet à la France de ne pas devenir un état barbare.    

06/10/2012, 22:54 | Par passifou

Bah, si les parents leur donnaient les coups de pied au cul qu'ils méritent, à ces merdeux, ou les bonnes claques qu'il faut, avant qu'on les retrouve dans les commissariats, ça serait pas mal...

Ah?

Ils le font déjà?

S'ils ne rentrent pas à la maison avec un bon résultat de mendicité ou de rapine?

Oups...

06/10/2012, 18:56 | Par Juliette BOUCHERY

Concrètement, ça va être très difficile de faire évoluer les choses. On a vu à quel point la police est étanche, opaque, tournée vers l'intérieur. Qui est habilité à enquêter sur les vraies pratiques, qui ne soit pas de la culture maison, ou qui n'ait pas à coeur de ne pas "salir l'uniforme" ? Ce n'est certainement pas Valls qui fera avancer les choses. Entre ceux qui sont coupables de profiter de leur pouvoir, et ceux qui assistent aux débordements sans rien faire, on peut imaginer qu'il faille remplacer un pourcentage... conséquent des effectifs. Démanteler une bonne part de la hiérarchie.

Je rêve à un réseau de taupes incorruptibles, qui séjourneraient un temps dans toutes les différentes antennes des différentes structures, qui se rendraient compte du fonctionnement réel... et on tiendrait compte de leurs rapports ! Ou poster des flics intègres, en civil, dans des lieux ou des gamins font la manche... Ou que les flics intègres s'emparent du problème, se réunissent entre eux, forment éventuellement un nouveau syndicat et oeuvrent à une épuration...

06/10/2012, 19:34 | Par Stephane M. en réponse au commentaire de Juliette BOUCHERY le 06/10/2012 à 18:56

Il faudrait surtout protéger les policiers qui lancent une alerte. Actuellement ils se font rapidement licencier. Ca ne risque pas de susciter des vocations.

06/10/2012, 19:47 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de Stephane M. le 06/10/2012 à 19:34

Oui, information confirmée par l'IGPN.

Car il y a aussi des policiers intègres au sein de l'IGPN.

Il y aurait plus de révocations de lanceurs d'alerte prévues que sous le précédent gouvernement. Au suivant !  

"Tous les suivants du monde devraient s'donner la main Voilà ce que la nuit je crie dans mon délire Au suivant, au suivant Et quand je n'délire pas, j'en arrive à me dire Qu'il est plus humiliant d'être suivi que suivant Au suivant, au suivant Un jour je m'f'rai cul-de-jatte ou bonne sœur ou pendu Enfin un d'ces machins où je n's'rai jamais plus Le suivant, le suivant " Jacques BREL.

06/10/2012, 19:45 | Par Juliette BOUCHERY en réponse au commentaire de Stephane M. le 06/10/2012 à 19:34

Tout à fait, j'avais noté la même chose au sujet du lanceur d'alerte (révoqué) qui a alerté sur la BAC de Marseille. Heureusement qu'il y a des courageux, dans ce milieu comme dans le milieu médical où on peut aussi tout perdre quand on bouscule les choses...

06/10/2012, 21:31 | Par Wolf Solent

Sérieusement, suis-je le seul à être plus scandalisé par le fait qu'il existe en France, en 2012, des enfants contraints par leurs parents de faire la manche (et plus si affinités?) comme au temps d'Oliver Twist, et que ces enfants mendiants exploités par leurs parents soient considérés par certains comme l'avant-garde du prolétariat révolutionnaire, que par la brutalité imbécile de quelques policiers? (quoi de neuf sous le soleil au passage...)

J'en vois déjà qui vont nous expliquer que c'est une spécificité culturelle à respecter et qu'imposer l'école à ces enfants serait du néo-colonialisme ou du paternalisme ou du néo-impéralisme.. que la "gauche" poursuive dans ce sens et elle finira au musée...

 

06/10/2012, 21:35 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de Wolf Solent le 06/10/2012 à 21:31

@ Wolf Solent : Mais est-ce le sujet ?

Est-il impossible de parler de ce que les policiers font à ces enfants ?

Vous approuvez ces comportements là de la part de la police ?

08/10/2012, 13:31 | Par Wolf Solent en réponse au commentaire de Fantie B. le 06/10/2012 à 21:35

"Vous approuvez ces comportements là de la part de la police ?"

Non, pas du tout. Qui pourrait les approuver d'ailleurs?

Mais la tonalité de l'article est tout de même étrange, qui présente la situation de ces enfants avant d'être arrêtés comme normale et leurs parents comme de braves gens inquiets du sort de leurs enfants.

Ce qui n'excuse en rien, c'est l'évidence, le comportement inqualifiable des policiers tel que rapporté ici (reste à le démontrer devant un tribunal, ce qui est plus compliqué pour les parties qui se seraient déroulées sans témoin, mais éventuellement possible pour la partie filmée par une caméra...)

06/10/2012, 23:17 | Par Célestine

à WOLF SOLENT

Franchement c'est pas le problème si largement décrit dans le billet extrêmement documenté de Philippe Alain et vous vous masquez les yeux pour ne pas voir ce qui vous dérange et nous dérange tous. Vous voulez vraiment en rajouter à cette abomination? Vous êtes trop ignorant de la réalité alors ne faites pas de commentaire à côté de la plaque car il est inutile de stigmatiser davantage cette population qui n'en peu plus.

Revenons à ces enfants maltraités par des hommes en qui nous devrions avoir confiance pour faire respecter la loi et qui la transgressent ressemblant en cela à certains individus peu recommandables sous l'occupation.

L'actuel Ministre de l'intérieur a du coffre mais il est comme les chevaux à qui l'on ferme la vision panoramique avec des œillères et tant pis pour les effets collatéraux de son très ferme, très rapide et injuste traitement des Roms. Il s'est très vite identifié à son prédécesseur et ces fonctionnaires "ripoux avant" restent ripoux maintenant. Là non plus pas de changement. C'est pire parce que c'est soit disant de gauche.Je crains quand même que ce ministre soit assis trop à droite du père.

Merci à Philippe Alain de m'avoir signaler son billet, et maintenant que fait-on? Une action collective, un courrier collectif au Ministre, au Procureur de la République, au Président de la République pour lui dire  que le Gouvernement de son Premier Ministre pousse le bouchon un peu trop loin, là et ailleurs. Vous ne m'avez pas attendu j'imagine et je signe le courrier que vous êtes le mieux placé pour écrire.

J'ai quand même une inquiétude. Vous avez changé les prénoms, certes, mais les policiers eux vont se reconnaître dans ces actions ignobles. Peut-on protéger les enfants de mesures de rétorsions possibles?

Cordialement à vous.

Claire Delaroche

08/10/2012, 01:06 | Par Véronique HURTADO

@CELESTINE

Oui, les policiers doivent protéger les personnes retenues ou gardées à vue.

Ces personnes mises en cause, délinquantes, même criminelles sont placées sous la protection policière,

pas exposées à la démolition policière de leur intégrité physique et morale, sous forme d'agressions verbales, de menaces physiques et d'atteintes à leur intimité !  

Des policiers ne peuvent se comporter eux-mêmes comme des voyous ou des parents indignes, sous prétexte que ces mineurs seraient déjà victimes de leurs parents exploiteurs !

Depuis quand les victimes sont-elles coupables d'être maltraitées par les auteurs de ces maltraitances ? Parents ou policiers ?

Nous parlons d'enfants. De mineurs ! C'est d'autant plus scandaleux et immoral.

Sachant que, de toute façon, c'est interdit par les textes de loi, qui plus est ! Des policiers qui ne respectent pas les textes de loi n'ont pas leur place dans la police nationale.

Oui, les parents sont des "exploiteurs" de misère, d'une misère encore plus misérable que la leur, celle de leurs enfants. S'il s'agit bien de leurs enfants ! Puisqu'il existe des réseaux de "voleurs d'enfants", d'enfants achetés ou recueillis, pour devenir des mendiants plus "lucratifs" que les adultes ! On appelle ça du trafic d'êtres humains. Oui, c'est ignoble.

Mais ce qui est encore plus ignoble est de s'en prendre aux victimes de ces trafics, ces mineurs déjà maltraités et terrorisés par des adultes qui n'ont plus rien à perdre.

Le rôle des policiers est de protéger ces mineurs et de les placer sous la protection de l'Etat français. Pas de se transformer eux-mêmes en "bourreaux" !      

08/10/2012, 13:37 | Par Wolf Solent en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 08/10/2012 à 01:06

nous sommes bien d'accord.

La première chose à faire d'ailleurs lorsqu'ils se retrouvent sous la protection de la police, c'est de les confier à l'assistance sociale.

Ce qui me choquait dans l'article (au-delà des faits rapportés qui peuvent justifier des poursuites à l'encontre de certains des policiers cités) c'est qu'on prenait pour argent comptant la détresse des "parents" (dont on ne sait d'ailleurs si leur qualificatif de "parents" était bien justifié) et qu'on avait l'air de juger normal qu'un enfant de 12 ans fasse la manche dans le metro - ceux qui lui donnent de l'argent étant crédités de "générosité". Fausse générosité puisque l'argent n'est pas pour l'enfant - la générosité en l'occurrence serait plutôt d'essayer de le sortir de là mais c'est plus compliqué que de soulager sa conscience avec une pièce ou deux (dont il ne verra pas la couleur, ce que l'auteur a l'air d'oublier).

En aucun cas il n'est acceptable de s'en prendre à ces enfants qui sont, c'est une évidence, des victimes - et avant d'être des victimes de la police, des victimes de leurs "parents".

 

 

08/10/2012, 20:05 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de Wolf Solent le 08/10/2012 à 13:37

@Wolf Solent

Oui, même constat.

L'angélisme peut mener à notre perte.

Et surtout à celle de ces enfants exploités par les leurs.

Si j'écrivais que Dame Thénardier envoie son fils de 4 ans faire la manche pour payer sa facture énergétique et sa fille de 8 ans faire la manche (ou pire, voler !) pour payer son loyer, plutôt que de les envoyer à l'école, mais que de bonnes âmes "médiapartistes" protesteraient et s'interrogeraient sur la passivité des services sociaux devant ce drame familial de l'égoïsme parental. D'une misère sociale, morale et intellectuelle !

Par contre, donnant/donnant, il faut que les services sociaux travaillent avec les policiers et ne les laissent pas régler seuls le problème du placement des mineurs. Ce qui est la règle plutôt que l'exception ! Les policiers sont le dernier recours de toute une population ! A la fois ceux qui sont exclus et à la fois ceux qui veulent exclure. Ils sont devenus assistants de services sociaux, sans en avoir la vocation ! En tous cas, pas cette vocation ! Défendre la veuve et l'orphelin, c'est pour un policier d'abord interpeller l'agresseur ou le voleur qui importunent les victimes ! Ce n'est pas se transformer en personnel soignant.

Idem pour les écoles ! A elles d'accepter et d'intégrer ces enfants des rues pour les sortir de ce milieu délétère.

     

  

08/10/2012, 21:18 | Par Mithra-Nomadeblues_ en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 08/10/2012 à 20:05

Si toutes vos phrases ne se terminaient pas par des points d'exclamation, vous seriez crédible. Hélas...

08/10/2012, 22:44 | Par Véronique HURTADO en réponse au commentaire de Mithra-Nomadeblues_ le 08/10/2012 à 21:18

@MITHRA-NOMADEBLUES

Oups.

A relire le commentaire, remarque fondée.

Les points d'exclamation n'emportent point la conviction.

Elle réside dans l'argumentation ou ne réside pas dans l'argumentation du fait de son absence.

Merci pour cette correction ! Aïe... 

09/10/2012, 02:37 | Par Mithra-Nomadeblues_ en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 08/10/2012 à 22:44

En vous priant quand même de m'excuser de vous avoir fait la remarque.

Très cordialement,

08/10/2012, 23:52 | Par philippe alain en réponse au commentaire de Véronique HURTADO le 08/10/2012 à 20:05

Certaines villes refusent de scolariser les enfants malgré l'obligation qui leur est faite.

 

09/10/2012, 10:26 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de philippe alain le 08/10/2012 à 23:52

Certaines villes refusent de scolariser les enfants malgré l'obligation qui leur est faite.

@ Philippe Alain

Pour ce rappel ApplaudissementsApplaudissementsApplaudissements.

A bientôt Super ! .

Amitié Étreinte .

12/10/2012, 11:27 | Par pierre andron

A tous les Wolph

Il n'y a probablement pas moins d'amour dans les familles roms dont les enfants pratiquent la mendicité que dans les votres.Vous n'avez pas à en juger.En situation de survie l'indignité devient une notion trés relative

S'il y a indignité c'est bien celle de l'Europe telle qu'elle se construit.

Relire les premières pages de l'Empire de la honte (Ziegler)

 

 

 

 

13/10/2012, 15:53 | Par Stephane M. en réponse au commentaire de pierre andron le 12/10/2012 à 11:27

Merci Pierre

15/10/2012, 15:40 | Par Wolf Solent en réponse au commentaire de pierre andron le 12/10/2012 à 11:27

@Pierre Andron

"Il n'y a probablement pas moins d'amour dans les familles roms dont les enfants pratiquent la mendicité que dans les votres.Vous n'avez pas à en juger."

Qui vous parle d'amour ici? Ce n'est pas le sujet. Le père Fritzl qui a séquestré sa fille pendant 24 ans et lui a fait 7 enfants devait bien l'"aimer" lui aussi, à sa façon. Ou plus généralement tous les pères incestueux. Ce n'est pas à moi d'en juger non plus, mais à la justice. Idem pour les enfants contraints à la mendicité par leurs parents: des lois, dans notre pays, permettent de traiter ce genre de situation.

Mais dans votre discours on a le sentiment que les enfants sont la propriété de leurs parents; il fut un temps où cette conception ("la famille avant tout") était considérée comme ultra-réactionnaire. Par quel miracle devient-elle "progressiste" lorsque la famille en question est miséreuse? On nage ici dans la pire caricature de la pensée de gauche: pauvre=bon. Piège dans lequel Marx n'est jamais tombé, d'ailleurs.

17/10/2012, 16:37 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Wolf Solent le 15/10/2012 à 15:40

"Il n'y a probablement pas moins d'amour dans les familles roms dont les enfants pratiquent la mendicité que dans les votres.Vous n'avez pas à en juger."

@ Wolf Solent

Pour ce rappel ApplaudissementsApplaudissementsApplaudissements...!!!

A bientôt Super !.

Amitié Étreinte .

12/10/2012, 22:33 | Par GIULLIETTALASUBVERSIVE

1200  recommandations facebook

13/10/2012, 07:23 | Par philippe alain

Bonjour Giuletta. C'est bien triste tout cela, n'est ce pas ?

 

18/10/2012, 22:13 | Par Claude MORTON

Je le dis sans joie, plutôt avec tristesse et colère ,il y a longtemps que ces agissements fascistoïdes fleurissent dans la police française, et c'est pourquoi j'enrage que l'actuel ministre de la police soit )plus enclin à leur caresser le poil dans un certain sens qu'à leur rappeler que la France est une République, avec des lois, , des principes ....et qu'ils sont censés être dardiens de paix, serviteurs de la loi et non des violeurs de la même

06/11/2012, 14:22 | Par Vivre est un village en réponse au commentaire de Claude MORTON le 18/10/2012 à 22:13

il y a longtemps que ces agissements fascistoïdes fleurissent dans la police française

@ Claude Morton

Fascistoïdes non, tout simplement pétainiste...hélas MaladeMaladeMalade...!!!

A bientôt.Super !

Amitié.Étreinte

Newsletter