Jeu.
24
Jui

MEDIAPART

Connexion utilisateur

DOUBLE PEINE POUR DEUX LYCEENS SANS PAPIERS

DOUBLE PEINE POUR DEUX LYCEENS SANS PAPIERS

 Deux lycéens expulsés en deux jours, peut-être un autre jeune dans les tout prochains jours, Manuel Valls se serait-il mis en tête de bâtir sa carrière et de renforcer son image de premier flic de France sur  l’expulsion des jeunes sans papiers scolarisés mieux que Besson et Guéant ? La question peut se poser à la lumière des événements survenus mercredi 12 décembre au Mans où un élève dulycée Suda été arrêté et expulsé en Tunisie en quelques heures, dans des conditions choquantes et dans le Val-de-Marne où un autre l’a été vers le Maroc. Ci-après le récit des faits.

Ces deux événements marquent une rupture avec le renoncement aux expulsions de jeunes majeurs scolarisés que les manifestations de solidarité des élèves et des enseignants avaient imposé à Besson et Guéant. C’est ainsi qu’en janvier 2010, Besson, alors ministre de la Rafle et du drapeau, avait été obligé d’autoriser le retour de deux jeunes expulsés au Maroc : Najlae, lycéenne d’Orléans expulsée après s’être rendue dans une gendarmerie pour porter plainte contre son frère violent était revenue triomphalement en quelques jours. Les habitants de Colombes, la municipalité, les copains de classe, les enseignants de Mohamed, élève de Valmy, avaient imposé son retour en quelques semaines. En 2011, Guéant n’est parvenu à expulser « que » deux lycéens, l’un d’entre eux, Ilyès étant revenu en quelques jours, suites aux manifestations répétées de ses copains et de ses profs à Monceaux les Mines. Plusieurs dizaines de lycéens ont été placés en rétention en 2012, aucun n’avait été expulsé jusqu’à hier.  En un seul jour, concernant les lycéens, Valls a fait pire que Guéant en un an et demi… Pas de quoi être fier…

Ces expulsions sont des gestes calculés du ministère de l’Intérieur. Les deux garçons concernés ont été arrêtés alors qu’ils commettaient des délits. Aymane alors qu’il chapardait dans un magasin. Wissem pour une agression à l’encontre d’une jeune  femme alors qu’il avait bu. Ils ont commis des délits, il est normal qu’ils soient sanctionnés… comme tout un chacun.  Mais aucun tribunal ne condamne au bannissement pour une tentative de vol à l’étalage d’une veste ! Valls, si !  Wissem a été condamné à 3 mois de prison avec sursis pour un délit « en réunion ». Que l’on sache ses complices n’ont pas été bannis ! Au verdict du magistrat, Valls ajoute un châtiment terrible, pour un seul des condamnés, l’étranger, le sans papiers. Sarkozy prétendait mensongèrement avoir aboli la double peine. Valls ne le prétend même pas. Il spécule au contraire sur les préjugés pour tenter de réintroduire une pratique, l’expulsion de jeunes scolarisés, que la solidarité des jeunes avait, de fait, abolie. Et encore une fois reprend implicitement le discours démagogique qui associe délinquance et immigration.

Cela étant, l’affaire n’est pas terminée et les lycéens n’ont peut-être pas dit leur dernier mot. C’est en tout cas ce qu’il faut souhaiter.  Sous Sarkozy, ils considéraient à juste titre que les expulsions de lycéens étaient odieuses, ils n’ont pas de raison de les estimer  moins odieuses parce qu’elles sont le fait d’un président de gauche.

 

 

La pétition pour Aymane EL OUARDI

Aymane EL OUARDI, élève en terminale CAP « proelec » au lycée Goudou Leseurre (La Varenne Saint Hilaire, 94), qui a eu 18 ans en mai dernier, a été expulsé vers le Maroc le 12 décembre, après un enfermement depuis le 4 décembre au centre de rétention de Vincennes. Le Maroc, c’est le pays où il avait fui les violences familiales avant de rejoindre la France à 15 ans. Recueilli d’abord par l’Aide Sociale à l’Enfance, il a été confié à son oncle français, frère de sa mère, et pris en charge par lui. Il vit près de sa famille du côté maternel, grands-parents, oncles et tantes, tous Français.

Depuis ses 18 ans, il a essayé de régulariser sa situation, mais la procédure de rendez-vous par internet à la Préfecture de Créteil, aujourd’hui abandonnée, l’en a empêché depuis plusieurs mois. Il a bien écrit à la préfecture etla circulaire Vallsdu 28 décembre dernier pouvait permettre sa régularisation, mais son arrestation le 4 décembre, après un vol à l’étalage, et son expulsion l’empêche de déposer son dossier.

Nous, enseignants, lycéens, parents d’élèves et simples citoyens du Val-de-Marne et d’ailleurs, exigeons qu’Aymane obtienne un laisser passer lui permettant de revenir en France et qu’un titre de séjour « vie privée et familiale » lui soit rapidement attribué. Aymane doit pouvoir retrouver sa famille française, ses copains, ses études et le sourire.

 

 

Le communiqué des enseignants du lycée de Wissem

Inacceptable et odieux !!

Non à l’expulsion de la honte

Nous exigeons la libération et le retour de Wissem au Mans pour qu’il termine sa formation.

Ce mercredi après midi alors qu’il se rendait au commissariat pour aller pointer comme il le faisait depuis la rentrée, Wissem REKIK, élève de 1ère bac pro « plastiques et composites » a été arrêté, menotté et jeté dans une voiture de police pour être emmené, on suppose, vers un des aéroports parisiens.

On ne l’a pas même laissé repasser chez lui prendre ses affaires et voir sa famille.

Arrêté et expulsé comme un dangereux criminel.

Ces pratiques policières et préfectorales sont inacceptables. Intolérable sous M. Sarkozy, elles le restent aujourd’hui.

On ne peut accepter cette vie brisée, ce jeune arraché à sa famille et cette chaise vide au lycée qui va rester une tâche indélébile –une de plus- sur le bilan du ministre de l’Intérieur.

Wissem doit pouvoir terminer son bac pro. Il doit revenir au Mans.

RESF 72 avec les enseignants dulycée sud etles sections syndicalesFSU et CGTdu lycée

 

Réseau Education Sans Frontière 72

« Touchez pas à notre copain

Wissem doit pouvoir finir sa formation ici, avec nous »

Des centaines et des centaines de personnes avaient répondu et signéla pétition. Aujourd’hui, Wissem, élève en 1ère bac pro « plastiques et composites » a encore plus qu’hier besoin de nous ! Expulsé honteusement mercredi dernier, il est à Tunis, désespéré. Son espoir d’obtenir un visa pour finir sa formation dépend de notre mobilisation. Le Préfet et le ministre doivent entendre notre exigence :

un visa pour Wissem !!!

Rassemblement

Lundi 17 décembre 18H

devant la préfecture

Tous les commentaires

05/11/2013, 13:43 | Par Slee

vol à l'étalage; agression d'une femme; "la chance pour la France"

Newsletter