Sam.
29
Nov

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le NPA va-t-il choisir un isolement supplémentaire?

La direction du NPA vient d’enregistrer les textes qui seront soumis au vote des militants pour son prochain congrès de février 2012. Une fois de plus dans sa courte histoire, les plateformes en présence sont nombreuses. Quatre, signe de la vitalité démocratique de ce parti, mais aussi d’une tendance continue à l’émiettement, tant les oppositions se sont encore durcies malgré le départ en juin dernier de la Gauche Anticapitaliste. Et là, c’est sur la nature même du NPA que s’approfondissent les clivages (donc pas seulement sur l’orientation des prochaines années), quatre textes contradictoires étant soumis au vote sur cette caractérisation décisive. Alors que le congrès fondateur de 2009 avait adopté une charte unique (« principes fondateurs »).

On ne peut malheureusement pas exclure que les secteurs archaïques et sectaires ne prennent cette fois-ci définitivement le dessus. Ceci conduirait à la mort d’un positionnement qui s’est toujours réclamé d’un marxisme révolutionnaire ouvert. Et ouvert en particulier à la fois aux nouveaux mouvements sociaux et à un retour critique sans concession sur la chronique du communisme réel. Alors ce serait un chapitre d’un demi-siècle d’histoire de la gauche révolutionnaire qui prendrait fin, dans ce parti tout du moins.

Même si ce basculement radical était heureusement écarté, on peut pourtant être inquiet à la lecture de ce qui est proposé par les secteurs qui étaient majoritaires jusqu’à maintenant. Signe de la pression des options sectaires qu’il faudrait contenir ? Olivier Besancenot, cet été, semblait pourtant pencher pour une ouverture affirmée. Certainement pas en vue de rejoindre le Front de Gauche, comme on l’a bien compris. Mais il appelait, dans son livre « On a voté, et puis après ? » (au Cherche Midi), à gagner la « course de vitesse entre l'extrême droite et la gauche de la gauche ». Et à la constitution, de la base au sommet, « d'un front social et politique ». Car disait-il « À gauche aussi, les lignes vont évoluer et les recompositions s'amorcer ». Avec une conclusion d’une parfaite netteté : « Mais si, au final, le FdG, ou une partie significative, en son sein, choisit l'indépendance vis-à-vis de la majorité présidentielle, pour donner un sens à sa non-participation gouvernementale, ce sera une bonne nouvelle et un point d'appui [...] » De plus : « À travers cette alliance sociale et politique, de nouvelles forces anticapitalistes pourraient se fédérer en son sein, au delà des traditions [...] ». Dont acte, pas assez « indépendant » le FG d’après lui. Mais l’avenir semblait ouvert, envisagé avec un certain optimisme et une réelle espérance de regroupement.

Or il ne subsiste aucune trace de la possibilité même d’envisager un « front social et politique » pérenne dans les documents soumis maintenant au vote du NPA. Lors de sa fondation, le NPA faisait de l’opposition effective à la politique sociale-libérale (et donc de l’indépendance vis à vis de sa cheville ouvrière, le PS) la condition d’une alliance possible qu’il appelait de ses vœux. C’est à ce critère que fait encore référence Besancenot dans son livre. Mais, si on lit les textes actuels, même si « l’opposition de gauche » pour laquelle milite le NPA était l’option finalement choisie par le FG, cela ne serait pas suffisant pour un rassemblement. Et si ce critère a désormais disparu, c’est parce qu’il est remplacé par des formules utilisées plusieurs décennies en arrière, opposant « les réformistes » et « les révolutionnaires ». Ainsi la nouvelle déclaration de principes défendue entre autres par l’ancienne majorité (parce que, dit ce texte, la déclaration adoptée à la création du NPA a donné lieu à « des interprétations différentes ») coule dans le marbre la position suivante : « Nous réaffirmons la nécessité de construire un parti anticapitaliste indépendant des réformistes. Non par sectarisme, mais parce que nous avons des objectifs politiques et stratégiques différents, qui ont des conséquences très concrètes sur notre pratique militante. Le Front de gauche, qui prône le changement « par les urnes », ne porte pas une perspective anticapitaliste, il ramène la combativité dans le giron institutionnel et ne défend ni la convergence des luttes, ni leur auto-organisation. » Difficile d’imaginer analyse plus figée. La volonté qui suit de « construire un parti qui soit un creuset où puissent cohabiter des traditions différentes » se limite alors, logiquement, aux fractions de l’extrême gauche traditionnelle.

Il est vrai que, légitimement, font débat au sein de la gauche radicale à la fois le contenu des ruptures nécessaires et la forme qu’elles prendraient. Mais que ce débat puisse se laisser ramener au type de confrontations du passé, alors que le stalinisme s’est effondré, que la mutation social-libérale a fait son œuvre dans la social-démocratie, que la nature même de ce que serait une option révolutionnaire fait l’objet d’une nécessaire refondation, voilà une réelle régression potentielle. Après 1989 et la crise des options communistes confirmée par les conditions de la chute du Mur, la LCR avait fait sienne une formule : « nouvelle période, nouveau programme, nouveau parti », reprise par le NPA, et qui appelait à rebattre toutes ces cartes. Ces portes ouvertes sur le futur semblent apparemment closes désormais, quand seule compte une sélection bien particulière des critères anciens. En refermant ces portes, on élimine aussi en pratique l’idée même du rassemblement des anticapitalistes eux-mêmes, pourtant à la source du projet NPA en 2009. Au final, il n’y a en fait plus rien dans les plateformes soumises au vote qui indiquerait avec qui ce rassemblement anticapitaliste devrait s’envisager et selon quelles modalités. Comme si le NPA se considérait désormais comme seul dépositaire de cet espoir. Les portes sont fermées, les fenêtres aussi ?

Étant donnés les enjeux de la crise capitaliste en cours, le texte proposé au vote par la majorité sortante semble toutefois hésiter quand même. En particulier par la prise de conscience de la nécessité de doter les luttes de résistance d’un horizon proprement politique. D’une manière très positive, le texte déclare : « Nous nous adressons à toutes les organisations du mouvement ouvrier qui ne participent pas au gouvernement pour, ensemble, agir dans ce sens en posant la question de l’alternative politique nécessaire pour sortir de la crise, un gouvernement contre l’austérité qui ne peut venir d’accords parlementaires en dehors d’un rapport de force imposé par les luttes ». Perspective indispensable, mais qui ne peut pas rester en l’air : les « organisations qui ne participent pas au gouvernement » ce sont pour l’heure essentiellement celles du FG, non ? Un tel gouvernement contre l’austérité ne devrait-il pas se faire avec elles, si elles se conforment à ce que souhaite le NPA ? Et avec d’autres qui y viendraient ? Sinon, avec qui ? Le texte s’arrête à ce point, refusant manifestement d’envisager l’idée même d’une telle alliance explicite, pourtant conséquence directe de sa propre manière d’envisager la question.

Comme disait la grand-mère de Martine Aubry, s’il y a un flou, c’est qu’il y a un loup. Ce qu’on peut confirmer en allant regarder ce qui est dit pour le reste des forces de la gauche radicale en Europe, puisque après avoir cherché au cours des débats préparatoires des formules de « soutien sous conditions » à Syriza en Grèce, on a maintenant des « conditions sans soutien ». Et même une bonne dose de distance. Il est reconnu (comment faire autrement ?) que c’est « Syriza que les travailleurs de ce pays chargent de réaliser leurs aspirations ». Sauf qu’il faudrait en Grèce une « politique radicale », et que « tel n'est pas le programme de Syriza à ce stade »

Même dans les conditions de la Grèce, un rassemblement du type Syriza ne peut donc s’envisager. On comprend alors que pour la France, ce soit encore plus exclu, quelles que soient en fait les évolutions possibles des uns et des autres.

 

C’est d’autant plus à déplorer que l’analyse globale qui ressort des textes en débat (souvent aussi désormais dans les secteurs résolument sectaires) conduit à un constat assez réaliste: « On ne distingue nulle part de développement significatif du mouvement ouvrier organisé, sous quelque forme que ce soit. ». Il devrait pour le moins en résulter une recherche acharnée de rassemblement des capacités de résistance sociale et politique. Mais paradoxalement ce n’est pas la voie qui semble choisie.

Le débat va se dérouler sur plusieurs semaines et on peut espérer que se produise une prise de conscience de l’impasse que représente le choix de l’isolement renforcé. Isolement qui signifierait la stérilisation des engagements militants très vivaces qui sont ceux du NPA, présents dans toutes les luttes de ces derniers mois, du rejet du TSCG à celles contre les licenciements, contre le racisme, en passant par la résistance à Notre-Dame-des-Landes. La popularité toujours importante de son leader le plus connu, Olivier Besancenot, et le savoir-faire de ses militant-e-s seraient alors eux mêmes stérilisés. Pourtant un nécessaire « front social et politique » de la gauche de la gauche est plus nécessaire que jamais, et il y manquerait malheureusement le NPA. C’est d’autant plus dommage que dans l’attelage parfois chaotique du FG (rejoint depuis leur congrès par les Alternatifs, point très positif à souligner) il ne manque pas de forces pour relayer dès aujourd’hui les volontés unitaires, même limitées, qui pourraient se faire jour au NPA.

Samy Johsua,
militant de la Gauche Anticapitaliste, mais cet article n’engage que l’auteur

Tous les commentaires

16/12/2012, 18:34 | Par 2iemDB

Les 4 textes dont il est question dans ce billet sont ils publics et consultables sur le net ?

17/12/2012, 13:08 | Par Patrick Daquin en réponse au commentaire de 2iemDB le 16/12/2012 à 18:34

Pas encore (voir ici).

17/12/2012, 14:04 | Par Jean-marc B en réponse au commentaire de 2iemDB le 16/12/2012 à 18:34

Les textes de la plate-forme Z sont déjà publics et ici:

http://tendanceclaire.npa.free.fr/contenu/autre/artpdf-443.pdf

17/12/2012, 21:20 | Par marcelhic en réponse au commentaire de Jean-marc B le 17/12/2012 à 14:04

le texte Z est vraiment sans aucun interet une resussée post 68 de l'union des revolutionnaires

un enterrement de premiere classe du NPA

dejà il prenait la directio, du mur Z appuie sur l'accelerateur

pfuit ....

YJ

GA R

 

17/12/2012, 23:05 | Par Jean-marc B en réponse au commentaire de marcelhic le 17/12/2012 à 21:20

Les réformistes ont peur de 68 comme de toute révolution. Leur horizon ne dépasse pas la chimère, bien plus forte en pleine crise qu'en 68, d'un capitalisme à visage humain.

Bilan des dirigeants et dépités du Flan(c) de Gôche:

 - ils font défiler le bon peuple contre l’austérité concoctée à Bruxelles,  mais s’abstiennent sur la politique générale d’austérité du gouvernement de la bourgeoisie

- ils votent le collectif budgétaire d’austérité de ce même gouvernement 

- ils votent les contrats sans avenir renforçant la précarité !

Il fallait prendre le vieux politicien au sérieux : Le NINI de Mélenchon face au gouvernement du capital : "ni soutien, ni participation, ni opposition... laissons le respirer, donnons une chance à notre pays"

Et maintenant il s’offre à Hollandréou pour remplacer Ayrault !

17/12/2012, 16:26 | Par Luc Rigal en réponse au commentaire de Jean-marc B le 17/12/2012 à 14:09

Bien vu, les deux commentaires cités.

17/12/2012, 18:38 | Par Tobold en réponse au commentaire de Jean-marc B le 17/12/2012 à 14:09

Jamais personne n'a trouvé un exemple de révolution par les urnes et sans parti révolutionnaire.

Il faut tordre le cou à l'interprétation (je dis bien l'interprétation) littérale et simpliste de ce slogan employé et répété (mais pas théorisé) par Mélenchon pour  en comprendre la dynamique mobilisatrice ou la fonction de levier dont elle peut être porteuse, formule qui par ailleurs n'écarte en rien celle de la révolution par les luttes.  Il est bien évident que les couches  sociales susceptibles de se reconnaître dans un processus révolutionnaire ne sont pas pour l'heure en marche dans cette voie. Le NPA l'affirme lui-même. Comme le dit S Joshua pour le moment le Fdg n'est pas une structure de participation à un gouvernement social-libéral et c'est ce qui devrait compter en premier lieu pour qui craindrait ses éventuelles dérives réformistes-traîtres. Le reste n'est qu'une formule à visée pédagogique. Ce n'est pas en invoquant la révolution dans la rue et les entreprises sous la bannière d'un (du) parti révolutionnaire que celle-ci  se décrètera. Le Fdg n'est pas une structure achevée ni théoriquement ni pratiquement. Il est cours de construction. Par delà un slogan, la question de fond est de savoir si oui ou non, de par son programme-certes consensuel et lui aussi inachevé- il contient malgré tout un potentiel de mobilisation populaire et unitaire débouchant sur des luttes transformant l'ordre établi.

 

17/12/2012, 19:41 | Par Jean-marc B en réponse au commentaire de Tobold le 17/12/2012 à 18:38

Au contraire, la stratégie réformiste de la "révolution par les urnes" est très cohérente avec l'objectif "pas révolutionnaire, mais keynésien" (sic, JLM) et la mégalomanie du pouvoir mitterrandien: devenir le Premier Sinistre sous Hollandréou.

Le FdG fait des coalitions électorales, le NPA travaille à l’unité d’action, y compris avec des militants du FdG, des anars, de LO , etc , dans les résistances sociales afin que celles-ci se généralisent afin de faire reculer le capitalisme et si possible l'abattre.
Le NPA est là pour aller vers le pouvoir des travailleurs, l'autogestion , les libertés, pas pour mettre au pouvoir OB ou Poutou dans le cadre du système et ça passe par la capacité des travailleurs à s'occuper de leurs propres affaires, de gagner des résistances sociales face à la bourgeoisie ou ne pas trop perdre.
Ce n'est pas le centre des préoccupations du FdG malgré des militants courageux, mais l'inverse, se saisir des résistances sociales pour mettre des gens aux affaires qui ont prouvé le peu de confiance qu'on pouvait leur accorder.

17/12/2012, 20:47 | Par Tobold en réponse au commentaire de Jean-marc B le 17/12/2012 à 19:41

Le FdG fait des coalitions électorales, le NPA travaille à l’unité d’action,

Vous n'entendez pas ce que je vous ai écrit sur la fonction propagandiste du slogan "la révolution par les urnes". (Précisons que les militants  du Fdg et ses diverses composantes militantes ne  cantonnent pas leurs actions à de la propagande électorale comme vous semblez le dire. Ce que le Npa fait, croyez que le FdG le fait aussi.) Ce n'est pas une question de définition : qui est révolutionnaire et qui ne l'est pas , qui est keynésien et qui économiquement anticapitaliste-révolutionnaire. On sait où nous menés ce type de débat : à l'impuissance et à l'isolement parce que précisément ces débats sont abstraits car ils évacuent la spécificité des conjonctures socio-politiques. Pour dire autrement : dans une situation donnée, celle de crise que nous vivons  (non seulement du système mais aussi des alternatives politiques), une réponse et une démarche unitaires telles que celles que (se) propose le FdG (énoncée ci-dessus par S Joshua à travers sa critique faite au Npa - et ailleurs, je ne reprends pas) est-elle oui ou non susceptible (keynésienne ou pas) de déclencher à terme une (des) mobilisation(s)  "révolutionnaires" (pour dire vite) pouvant d'ailleurs dépasser dans son (leurs) élan(s) les pesanteurs existant dans le dit Front ? Répondre "oui" c'est supposer qu'il contient effectivement un potentiel politique anticapitaliste tant du point de vue programmatique (fût-il inabouti) que des forces qui le composantes (fussent-elles hétérogènes). Je le crois si, pour la période que nous vivons, je m'en tiens à la critique que fait le FdG du social-libéralisme (traités européens, non-participation au gvt Hollande etc), à sa position sur la planification écologique, ... sachant aussi qu'il se construit en avançant dans cette voie, non sans risques...

17/12/2012, 21:48 | Par Jean-marc B en réponse au commentaire de Tobold le 17/12/2012 à 20:47

Comme Mitterrand son maitre, et les politiciens PC ou ex PS, JLM fait des  discours de gôche pour arriver à la mangeoire. Le NPA en profite pour les obliger à l'unisté d'action. Mais sans illusion: dès que le mouvement social se généralise, les réformistes sabotteront, comme ils l'ont fait en 36, en 45 et en 68. Comme JLM et autres politiciens PC, PS et ex PS  l'ont fait en sabotant le mouvement de notre classe pour défendre ses retraites.

18/12/2012, 15:01 | Par Tobold en réponse au commentaire de Jean-marc B le 17/12/2012 à 21:48

Il ne s'agit pas de JLM qui à lui seul ne résume pas le FdG (le PC non plus du reste).

17/12/2012, 15:44 | Par Jacques Bolo en réponse au commentaire de Frachon23 le 16/12/2012 à 22:12

De toute façon, ça fait longtemps que ça dure. Ca s'appelle le gauchisme ou "gauche de la gauche" ou "plus à gauche que moi tu meurs" (et moins à gauche aussi d'ailleurs).

C'est juste du bovarysme révolutionnaire (Feu l'antilibéralisme (2006))

17/12/2012, 16:26 | Par Denise Berthon en réponse au commentaire de Frachon23 le 16/12/2012 à 22:12

Bonjour Seb, Bien d'accord avec toi et contente de pouvoir te saluer de loin.  Comme je participe à certaines manifs, je peux t'assurer qu'ici c'est de pire en pire. Moins ils sont nombreux, plus ils se radicalisent .......... Quel gâchis.... Bizzzzzzzzzzzzzzzz........... Denise

17/12/2012, 20:34 | Par Frachon23 en réponse au commentaire de Denise Berthon le 17/12/2012 à 16:26

Denise !!

Très heureux te pouvoir te retrouver sur le fil ma camarade.

Je t'embrasse fort en souvenir de nos luttes passées et pour les luttes à venir.

Gros bisous !! Clin d'œil

17/12/2012, 19:56 | Par Jean-marc B en réponse au commentaire de Frachon23 le 16/12/2012 à 22:12

Les dernières victoires nettes et sans bavure des travailleurs et de la jeunesse ont été les coordinations infirmières des années 80, ce qui a fait sauter le "droit dans ses bottes" et les coordinations de la jeunesse contre le CPE, grâce aux militants révos ! Pas à JLM ni au PCF….

Enfin, les militants de la LCR hier et du NPA depuis sont notoirement connus pour leurs combats sociaux et leur suite dans la résistance aux oppressions.

Les dirigeants réformistes du NPA mis en minorité et qui ont rejoint le FdG maintenant poussent à courber les résistances sociales vers une issue institutionnelle dans le cadre des institutions du système. C’est une rupture profonde du destin issu de 68 (qui permit des conquêtes sur les congés payés, + de 30% d'augmentation du SMIG, des sections syndicales d'entreprises, et une peur de la bourgeoisie pendant plusieurs dizaines d'années dont elle ne se releva qu'avec des gouvernements de gauche PC, courants JLM, PS, etc, avortement, contraception, écologie, innombrables conquêtes sociales et sociétales à la clé ce qu'aucun des politiciens du FdG n'a été capable , sans parler de l'incapacité de ce front de rompre avec le PS.

16/12/2012, 23:10 | Par Laurence Pache

comment des militants sincères de luttes essentielles peuvent-ils en même temps en arriver à une gestion boutiquière d'une image de marque?? Dommage.

17/12/2012, 16:50 | Par Luc Rigal en réponse au commentaire de Laurence Pache le 16/12/2012 à 23:10

Parce que le militant de parti est de plus en plus coincé dans une ornière publicitaire prédéfinie (ce qui ne met pas en cause sa sincérité, effectivement).

17/12/2012, 13:08 | Par XipeTotec

Une fois de plus dans sa courte histoire, les plateformes en présence sont nombreuses. Quatre, signe de la vitalité démocratique de ce parti, mais aussi d’une tendance continue à l’émiettement

L'atomisation est-elle réellement un signe de vitalité ?

17/12/2012, 13:18 | Par Frédérick Stambach

Que c'est triste. Lire sous la plume de Besancenot qu'il faudrait créer "un front social et politique" frise le ridicule en 2012. Cela ne s'appelerait pas le Front de gauche?

Quel dommage de voir le NPA ne pas être capable d'admettre cette évidence, vont-ils aller jusqu'à l'auto-destruction déjà bien entamée?

Très belle analyse en tout cas.

 

17/12/2012, 15:00 | Par Arnoldrothstein en réponse au commentaire de Frédérick Stambach le 17/12/2012 à 13:18

"Cela ne s'appelerait pas le Front de gauche?"

Absolument pas.

Ton leader maximo merluchon s'auto-proclame-t-il pas possible futur 1er sinistre de Hollandréou pour gérer en bon père de famille l'alliance entre le capital et les socio-libéraux. Adoucir notre souffrance mais préserver leur domination c'est ce que je lis dans "l'humain d'abord".

Un exemple, les retraites  pas un mot sur le maintien des 37,5 années de cotisations. Le merluche s'accommoderait de 40 ans tout comme les exploiteurs.

Je n'aborderai pas son soutien aux Atlantistes sur la Lybie.

Elle est belle la révo par les (b)urnes.

17/12/2012, 19:43 | Par Jean-marc B en réponse au commentaire de Frédérick Stambach le 17/12/2012 à 13:18

Analyse réformiste sur tous les points.Samy Joshua fait partie du courant qui s'est tu lors des émeutes d'Amiens et s'est tu devant les propos orduriers de JLM contre les despérados prolétaires révoltés par le harcèlement policier. Seuls 3 justes de la GA à titre individuel ont protesté.

17/12/2012, 21:33 | Par marcelhic en réponse au commentaire de Jean-marc B le 17/12/2012 à 19:43

caricatural jmb, si tu trouves normal de bruler des bibliotheque tu finiras comme les Khmeres rouges au Cambodge

voila votre ideal ????

A caricature .... caricature

mais vous etes dejà mort politiquement

votre texte Z c'est assez minable, dans une situation  ou la  resistance est difficile a organiser

il reste incantatoire .... empecher les licenciements par la lutte ... ravconter ca aux travailleurs  aujourd'hui c'est  trompez les travailleurs si  et ca c'est grave ...

le rapport de force est areconstruire, mais pas par du blabla , fut il revolutionariste

d'ailleurs vous etes des revolutionaristes

sans rancune ....

 

 

17/12/2012, 21:53 | Par Jean-marc B en réponse au commentaire de marcelhic le 17/12/2012 à 21:33

Merci pour le discours contre la révolte. Avec l'argument de tous les vieux politiciens à la mangeoire: Pol Pot....Mais déjà entendu depuis plus de 40 ans avec de De Gaulle en 68, et ses complices de toujours du PC et du PS. Les mêmes continuent à défendre l'ordre bourgeois.

17/12/2012, 13:28 | Par Serge Marquis

Pas de commentaire. La messe est dite.

Il en est ainsi des entreprises charismatiques.

17/12/2012, 13:44 | Par guydufau

Rocard avait assassiné le PSU. L'assassinat du NPA ne sera pas l'oeuvre d'un individu, mais celle d'une collectivité qui s'est  progressivement auto-éliminée.

17/12/2012, 13:45 | Par gerald rossell

le postanarchisme est dans le schisme et ces trostkystes -couteaux sans lame qui n'ont pas de manche- s'enkystent

17/12/2012, 14:01 | Par Jean-marc B

L'auteur écrit "si "l’opposition de gauche » pour laquelle milite le NPA était l’option finalement choisie par le FG".

Mais justement, l'option du FG conduite et proclamée par JLM, n'est qu'un remake d'une majorité allant du PC à EELV, pour un projet "pas révolutionnaire, mais keynésien".

A propos de vieilleries, l'abandon de la délimitation entre révolutionnaires et réformsites est vieille comme le monde, et a conduit à toutes les catastrophes. C'est le propre de ceux qui n'assument pas leur ralliement à la république bourgeoise.

Jamais et nulle part, aucune organisation réformiste n'a éliminé la domination de la bourgeoisie.

Inversement il n'y a pas un exemple, nulle part, de révolution sans parti révolutionnaire.

C'est la seule raison du NPA.

 

17/12/2012, 14:47 | Par Arnoldrothstein en réponse au commentaire de bourbaky le 17/12/2012 à 14:39

Où as-tu lu que le NPA sera à la manœuvre ?

Lis leurs txt d'orientation avant de balancer ton commentaire de branleur.

Le genre de mec qui me débecte. Tout dans la gueule sans s'informer, se documenter.

17/12/2012, 15:09 | Par Jean-marc B en réponse au commentaire de Arnoldrothstein le 17/12/2012 à 14:47

Effectivement, il suffit de lire les Principes Fondateurs du NPA...

et de ne pas rouler pour la future Gôche caviar  pour en saisir l'utilité historique:

http://www.npa2009.org/content/principes-fondateurs-du-nouveau-parti-anticapitaliste-adopt%C3%A9s-par-le-congr%C3%A8s

17/12/2012, 16:15 | Par Arnoldrothstein en réponse au commentaire de claude de villepin le 17/12/2012 à 15:34

Claude,

Pas plus à gauche que d'autres, je suis. Mais permets-moi de dénoncer l'imposture merluchonnienne et du "leader" du P"c"F, qui n'ont jamais gratté (l'un comme l'autre) dans une boîte, dans leur écrit commun "les (b)urnes d'abord". Ces 2 apparatchiks leurrent les pue-la-sueur qui sont 10 millions sur le territoire français ense vautrant dans les ors de la République. Tu parles de sacrés révolutionnaires. La place d'abord, assuré ses arrières financiers, ensuite appeler à la révolte mais assis dans un fauteuil moeulleux. Tu m'excuseras, ils ne nous représentent aucunement ces 2 clowns.

Effectivement, tu as raison de souligner la misère mais je t'enjoinds à dénoncer aussi les manipulations d'escrocs Laurento-merluchonniens.

Ce n'est pas avec un bulletin de vote que l'on fait la révolution "urnienne". D'ailleurs, aurais-tu un exemple à me fournir ?

17/12/2012, 16:19 | Par gerald rossell en réponse au commentaire de Arnoldrothstein le 17/12/2012 à 16:15

Marx s'opposait au solo funèbre de ceux qui misaient sur une désespérance génératrice illusoire de la lutte finale.

17/12/2012, 17:23 | Par guydufau en réponse au commentaire de Arnoldrothstein le 17/12/2012 à 16:15

Et Karl Marx, il a gratté dans une boîte ?

Un exemple à fournir :  la Révolution de 1789 s'est faite autour des cahiers de doléance, c'est à dire un niveau inférieur à des élections

17/12/2012, 15:04 | Par Jean-marc B en réponse au commentaire de bourbaky le 17/12/2012 à 14:39

C'est ce que je disais.

Cela fait 45 ans que je demande un seul exemple de révolution par les urnes.  Jamais un seul.

Quant au rôle des orgas révolutionnaires dans une révolution sociale, soit la chute de la bourgeoisie, il est évident. Les seuls trois exemples cités le prouvent. Aucun n'a abouti à se débarasser de la bourgeoisie. Le seul qui avait cet objectif, en 68, a bénéficié d'orgas révos, anars et trotskistes alors, mais pas assez fortes pour contrer la force des défenseurs du régime bourgeois, PS et PC. Il fallait pour que la grève géné ne soit pas vendue, une ou des orgas révos au moins de la taille de celles d'aujourd'hui.

Mais il faudra qu'elles soient beaucoup plus fortes encore, avec capacité de promouvoir la démocratie la plus avancée possible dans les luttes, mettant de côté les politiciens de gôche au service du système, notamment l'auto-organisation des travailleurs, des étudiants et des quartiers, facilitant leur centralisation, et les opértations tactiques indispensables pour limiter la violence de l'Etat.

Toutes les révolutions, pas tentatives, mais réelles ont eu besoin de révolutionnaires organisés. Pas une seule exception.

 

 

17/12/2012, 15:36 | Par claude de villepin en réponse au commentaire de Jean-marc B le 17/12/2012 à 15:04

"" l'auto-organisation des travailleurs, des étudiants et des quartiers, facilitant leur centralisation, et les opértations tactiques indispensables pour limiter la violence de l'Etat.""

tu vis ou ??

17/12/2012, 18:13 | Par Jean-marc B en réponse au commentaire de claude de villepin le 17/12/2012 à 15:36

En France, mais la leçon est universelle.

La mobilisation, autrement dit l'auto-organisation des travailleurs et du peuple a été la condition de toutes les révolutions. Et même des principales avancées sociales, cad le moment où la bourgeoisie, de peur de tout perdre, car les politiciens de gauche sont débordés par la mobilisation, est forcée de négocier, comme en 36, en 45,en 68.

En 2010, par contre, les dirigeants réformiste, PC, PG et PS ont réussi à saboter le mouvement en dénonçant les mobilisations et appels vers la Grève Générale. Ils nous ont conduit à la défaite, pour ramasser le mécontement dans les urnes et s'approcher de la mangeoire. Nous avons souvent gagné, mais là perdu. Les leçons sont tirées, notamment au niveau du NPA...

 

 

17/12/2012, 19:34 | Par marcelhic en réponse au commentaire de Jean-marc B le 17/12/2012 à 15:04

Vous allez crever dans votre sectarisme... le npa ne sera jamais le creuset de la construction d'un parti revolutionnaire , surtout avec sa direction actuelle, etroite dogmatique ( j'arrete les qualificatifs pour ceux qui restent encore mes camardes), arretez de fantasmer a partir de schemas dates....

Le Fdg peut le devenir,  en menant une bataille d'idees  de longues haleines,  en gagnant  une hégemonie ecosocialiste feministe

MAIS rien est sur , a l'evidence, il n'y a pas d'autres voies, mais ca vous emmerde a l'evidence que que pour le moment le fdg fait un sans faute politique ...

YJ

GA R

17/12/2012, 20:10 | Par Jean-marc B en réponse au commentaire de marcelhic le 17/12/2012 à 19:34

Pour que le PC place JLM en premier Sinistre de Hollandréou, c'est un sans faute. Et une bonne chose. Comme dans presque toutes les révolutions, le soulèvement populaire n'intervient que lorsque la bourgeoisie a abattu toutes ses cartes. Mais il faudra alors,dans la crise sans précédent qui approche, affronter le fascisme auquel JLM et autres réformistes ouvriront un boulevard. C'est aussi la raison de la construction d'organisations révolutionnaires et pas électorales.

17/12/2012, 21:04 | Par XipeTotec en réponse au commentaire de Jean-marc B le 17/12/2012 à 15:04

Quand on voit ce que sont devenus lesdits maos et trotskystes après 68, on ne peut pas parler d'échec, puisque ce sont les mêmes qui mettront en place dix ans plus tard la révolution néo-libérale, encore permanente à ce jour.

17/12/2012, 17:33 | Par Luc Rigal en réponse au commentaire de Jean-marc B le 17/12/2012 à 14:01

Ils avaient un parti, les communards ? Et ils n’ont pas su s’organiser (Mitterand disait ça) ?...

Quand le parti hiérarchisé prend le pouvoir, comme le coucou entre dans un nid adapté à sa morphologie, il en reproduit les grandes lignes et installe ses meilleurs militants comme suppôts d’une nouvelle classe dominante. Tout le monde sait ça.

« Le NPA engagera le dialogue et des collaborations politiques avec les autres forces anticapitalistes et révolutionnaires dans le monde dans la perspective de la constitution d'une nouvelle internationale » dit le texte déclaratif du NPA, sans néanmoins que le parti s’y emploie véritablement (on se demande pourquoi) dans les limites du périmètre national...

 

17/12/2012, 18:28 | Par Jean-marc B en réponse au commentaire de Luc Rigal le 17/12/2012 à 17:33

Le NPA appelle sans cesse au Front Unique, cad à l'action unitaire, et commence à l'obtenir du FdG, dans des luttes partielles. Mais sait bien qu'il faut "Frapper ensemble, et marcher séparément".

Le NPA lutte quotidiennement et prépare une révolution socialiste et écologique, bref, une révolution de civilisation. Mélenchon se proclame: "pas révolutionnaire, mais keynésien", cad infirmier du capital. Le réformer dans la crise est un leurre. Les militants du FdG s'en rendront compte dans les luttes gigantesques à venir. Ils seront indispensables.

17/12/2012, 18:57 | Par Luc Rigal en réponse au commentaire de Jean-marc B le 17/12/2012 à 18:28

D’accord sur les limites du keynesianisme du FDG. Mais il est question ici, encore, de relations inter-partis. Il ne serait donc pas possible d’inventer une forme transitionnelle plus inclusive que ce vieux machin usé, avec son cortège de futurs petits chefs ?

17/12/2012, 21:14 | Par XipeTotec en réponse au commentaire de Luc Rigal le 17/12/2012 à 18:57

Un parti qui ne s'oppose pas au libre-échangisme et qui continue à s'épancher en faveur de la défense de l'euro en vue du sauvetage de la "construction européenne" ne peut pas être keynésien. Mais je ne sais pas comment ça s'appelle... Une fantaisie, peut-être.

17/12/2012, 19:57 | Par marcelhic en réponse au commentaire de Jean-marc B le 17/12/2012 à 18:28

On a vu aussi des revolutionnaires estampillés ( LO) au moment de luttes massives, ( greve generales  en 1995) passer completemnt

a côte. Je préfère tout de suite beaucoup de  reformistes radicaux ( comme il yen a plein au Fdg) aux dogma rencontrés  a lo au Npa et autres groupuscules + ou -

entristes), pour aider aux luttes et participer aux Elections... Pour continuer ce debat La Ga organise des journees d'etude sur le sujet ...

Ma doctrine en matiere de revolutionnaire est : "ce n'est pas celui qui qui est" mais celui qui Fait ...

bises a l'oeil et fraternite

yj gar

18/12/2012, 00:55 | Par Antoine (Montpellier) en réponse au commentaire de marcelhic le 17/12/2012 à 19:57

Alons bon, et qu'est ce que GA a fait depuis qu'elle est entrée au FdG ?

18/12/2012, 21:48 | Par Jean-marc B en réponse au commentaire de Antoine (Montpellier) le 18/12/2012 à 00:55

Patience...Il a fallu un moment à Piquet avant que le PC lui offre un salaire...

18/12/2012, 15:37 | Par Tobold en réponse au commentaire de Jean-marc B le 17/12/2012 à 18:28

Le NPA appelle sans cesse au Front Unique

Le Front Unique, cette vieille chimère trotskiste, mantra du courant lambertise jadis qualifié de secte par la LCR ... (ce qui du reste en dit long sur la prétendue rupture du NPA avec le trotskisme et sur sa dérive sectaire).

18/12/2012, 21:50 | Par Jean-marc B en réponse au commentaire de Tobold le 18/12/2012 à 15:37

Un peu de sérieux. Le Front Unique n'a rien à voir avec les lambertistes. C'est une tactique élaborée par l'Internationale Communiste.

Comme l'action unitaire, c'est l'ABC du pragmatisme, à l'opposé de tout sectarisme.

18/12/2012, 22:23 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de Tobold le 18/12/2012 à 15:37

Le npa ne parle jamais de "front unique ouvrier". ce qui n'a pas de sens (ou un sens "historique", encore faudrait il en discuter) Mais ce qu'il avance tout a fait réguliérement, ce sont des "actions unitaires" qui s'adressent a tous et toutes, sans aucune exclusive. Pas plus le front de gauche, que LO ou que le pape. Je remarque simplement que les premiers restent silencieux, que les seconds voudraient que nous proclamions un trotskysme inexistant et que le pape a autre chose a foutre, visiblement....

17/12/2012, 19:21 | Par marcelhic en réponse au commentaire de Jean-marc B le 17/12/2012 à 14:01

Voila jean-marc B tu fais une declaration ideologique ex cathedra definitive 

 le fdg sera pour toujours reformiste

 les reformistes se rallient toujours a la republique bourgeoise

il ny aurait  aucun exemple de revolution sans parti revolutionnaire

c'est tres drole de penser qu'a cuba le che avec ses compagnons ont renverse la dictature sans que n'existe de  parti revolutionnaire

et que des partis revolutionnaires se sont reveles incapables d'eliminer la domination borgeoise

Le moins drole c'est que le NPA s'auto proclame revolutionnaire ; et qu"a la suite de son prochain congres il va encore connaitre des departs ...

il a donc de - en - de raison d'exister hors du front de gauche,

yj GA Rennes

17/12/2012, 19:51 | Par Jean-marc B en réponse au commentaire de marcelhic le 17/12/2012 à 19:21

Comme toujours, les réformistes ignorent tout des révolutions, car elles leur font peur. Je connais très bien Cuba et le mouvement du 26 Juillet qui a fait la révolution. Ils ne se payaient pas de mots, d'actes révolutionnaires, pendant que le PC cubain jouait à la "révolution par les urnes". Les camarades et héros cubains avaient une compréhension de la nature de classe de l'Etat, de sa destruction nécessaire, du besoin d'un mouvement et d'une stratégie révo. Comme toutes les autres révolutions sociales. Pas une seule exception.

18/12/2012, 22:29 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de marcelhic le 17/12/2012 à 19:21

Voyons un peu :

le fdg sera pour toujours reformiste

 les reformistes se rallient toujours a la republique bourgeoise

il ny aurait  aucun exemple de revolution sans parti revolutionnaire

 

Voila trois affirmations qu'il faudrait discuter de façon séparées : toutes n'ont pas la méme signification ni la même importance :

Le FDG sera pour toujours réformiste

Ca je n'en sait rien. Qui peut savoir ce qui se passera "dans l'avenir". Mais ce que je sais, c'est qu'il l'est, et pas un peu. Or moi je pense que le réformisme conduit au mieux à une impasse. Ce que le front de gauche démontre d'ailleurs quotidiennement.

il ny aurait  aucun exemple de revolution sans parti revolutionnaire

Pas de révolution ouvriére triomphante sans partis ouvriers. Des contres exemples ?

 les reformistes se rallient toujours a la republique bourgeoise

 

Depuis 1914 au moins cette affirmation est confirmée chaque jours. Aurais tu un contre exemple ?

 

 

 

18/12/2012, 16:02 | Par Tobold en réponse au commentaire de Jean-marc B le 17/12/2012 à 14:01

La vraie voie passe, non pas par la dissimulation et l’abandon de la lutte de classe prolétarienne mais, au contraire, par son accentuation et son extension des plus résolues, et ceci autant à l’intérieur qu’à l’extérieur du parlement. Il en découle la nécessité aussi bien de renforcer l’action extra-parlementaire du prolétariat que d’organiser l’action parlementaire de nos députés.

Rosa Luxemburg, Social-démocratie et parlementarisme,1904

Dialectique que vous ne semblez pas comprendre en vous contentant de vous tenir au slogan "La révolution par les urnes" (cf mes 2 commentaires)

17/12/2012, 14:37 | Par Arnoldrothstein

De l'Oct en passant par le Npa, le voyage pertubé de Samy vers le FdG.

Samy renie-t-il son papier   "Parti de Gauche : le difficile passage de l’antilibéralisme à l’anticapitalisme"?

À lire ici : http://npa06ouest.over-blog.net/article-36261108.html

Sacré Samy ! Que la sousoupe laurento-merluchonnienne doit être bonne.

Un poste de sous-conseiller aux écritures dans une des 2 sous-préfectures lozériennes t'a-t-il été promis par cette large coalition de gauche que dirigera Merluchon sous présidence Hollandréou ?

PS pour les teignes merluchoniennes : Je ne suis pas adhérent du NPA.

17/12/2012, 15:48 | Par gerald rossell en réponse au commentaire de Arnoldrothstein le 17/12/2012 à 14:37

le Ne PAs

ne veut pas de révolution citoyenne.

17/12/2012, 16:22 | Par Arnoldrothstein en réponse au commentaire de gerald rossell le 17/12/2012 à 15:48

Me suis gourré en recommandant ton commentaire.

Je voulais te dire : aurais-tu un exemple de "révolution citoyenne" par les (b)urnes comme nous le serine ton petit livre rose pâle : " humain d'abord".

Combien de fois je t'ai interpellé sur la conception de la retraite du FdG ? Révolutionnaires d'opérette Merluche et les laquais du PS les fonctionnaires de Fabien du  P"c"F ne serait-ce sur la revendication des 37,5 ans de cotisations.

17/12/2012, 16:33 | Par gerald rossell en réponse au commentaire de Arnoldrothstein le 17/12/2012 à 16:22

"Combien de fois je t'ai interpellé sur la conception de la retraite du FdG ? "

réponse simple venant d'un connaisseur : Retraite offensive.

 

17/12/2012, 17:07 | Par Arnoldrothstein en réponse au commentaire de gerald rossell le 17/12/2012 à 16:33

"réponse simple venant d'un connaisseur : Retraite offensive."

Comme le merluchon, brisant l'élan des luttes d'octobre 2010, avec son appel au référendum.

 

17/12/2012, 17:11 | Par gerald rossell en réponse au commentaire de Arnoldrothstein le 17/12/2012 à 17:07

" le merluchon, brisant l'élan des luttes d'octobre "

Lisez ce que vous venez d'écrire.

17/12/2012, 17:26 | Par Arnoldrothstein en réponse au commentaire de gerald rossell le 17/12/2012 à 17:11

Faut-il te mettre les points sur les I ?

Toute lutte qu'il ne dirigera pas, il la combattra comme en octobre 2010 en se couchant, comme un social-traître qu'il est, avec son putain d'appel à un référendum. La rue ne lui plait pas, il la craint, le "révolutionnaire" du bout de papier. Les "cocos" vont le calmer dès les municipales de 2014. Merluchon (l'idolâtre de récipendiaire de la Francisque), combien de bataillons (8000 adhérents)  face aux 60000 du P"c"F. Il se couchera, rentrera dans le rang et disparaîtra comme il est apparu. Mais contrairement à nous, les sans grade, les va-nu-pied, il se gavera d'un retraite de sénateur à taux plein (6000, 8000 €... combien en fait. Ne pas oubliez qu'il a voté les lois pour être servi).

17/12/2012, 17:30 | Par gerald rossell en réponse au commentaire de Arnoldrothstein le 17/12/2012 à 17:26

"Cet ours continuait à tourner en rond dans sa cage alors qu'on en avait, depuis longtemps, ouvert la porte" (Higelin)

17/12/2012, 17:47 | Par Arnoldrothstein en réponse au commentaire de gerald rossell le 17/12/2012 à 17:30

Mélenchon : politicien trouble et mégalo (video) - cinpa - BELLACIAO

16 avr. 2012 ... Ce matin, à l'écoute d'une émission sur RMC/BFMTV, le degré d'imposture qui se cache derrière la gouaille de Jean-Luc Mélenchon s'est ...

www.bellaciao.org/fr/spip.php?article127052

Le Front de Gauche et Mélenchon : un sauveur pour les ... - Bellaciao

Format de fichier : PDF/Adobe Acrobat

18 mars 2012 ... Mélenchon explique que les capitalistes n'ont pas à avoir peur de son ... Cependant, Mélenchon défend en tous les cas en paroles de ...

bellaciao.org/fr/IMG/pdf/artpdf-343.pdf

 

Front de Gauche et retraites : Mélenchon est pour les 40 ans de ...

20 janv. 2012 ... Nombreux ont été les militants du PCF ou du PG à avoir participé au grand mouvement pour la défense des retraites en 2010. Au coude à ...

www.bellaciao.org/fr/spip.php?article124492

Mélenchon à l'Elysée mardi en tant qu'éclaireur amical pour ...

5 juin 2012 ... Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de gauche, affirme dans un entretien à Direct Matin à paraître mardi qu'il va rencontrer François ...

www.bellaciao.org/fr/spip.php?article128282

 

MELENCHON, OUI, MAIS … - Jean Pierre ACASOCA - BELLACIAO

14 oct. 2012 ... Quand j'entends le discours de Mélenchon j'adhère, quand je vois la dynamique du front de gauche, j'adhère. Oui, vraiment, tout cela redonne ...

www.bellaciao.org/fr/spip.php?article130750

MELENCHON ET "LA PATRIE"... - Gérald PREVOT - BELLACIAO

17 sept. 2012 ... "Gouvener LA PATRIE DES FRANCAIS dans un processus de révolution citoyenne"... dixit Mélenchon à la fête de l'Huma. Avec ces propos ...

www.bellaciao.org/fr/spip.php?article130097

 

 

Mélenchon faux-cul sur les retraites ! - Antoine (Montpellier ...

Les Echos :Vous proposez un retour à la retraite à 60 ans pour tous. Faudra-t-il avoir cotisé 40 ans ou plus ? Quel en sera le coût ? Mélenchon : J'ai dit que 40 ...

http://bellaciao.org/fr/?page=bellaciao-tv-art&id_article=127155

 

Mélenchon se verrait bien Premier ministre ;-))))) BELLACIAO

29 nov. 2012 ... Mélenchon à Matignon ? Eh pourquoi pas... C'est lui-même qui avance cette idée dans un entretien à Rue 89. « Je suis prêt à être Premier ...

www.bellaciao.org/fr/spip.php?article131841

Mélenchon descend sur Terre - par Descartes - BELLACIAO

1 mai 2012 ... Le Front de Gauche arrive à la fin d'un cycle. Il n'est pas inutile aujourd'hui de se rappeler les chapitres précédents : le Front de Gauche surgit ...

www.bellaciao.org/fr/spip.php?article127499

 

Législatives : Mélenchon évoque une "carence de direction politique ...

27 juin 2012 ... Jean-Luc Mélenchon a évoqué lundi une "carence de direction politique" au Front de gauche durant la campagne des législatives, se montrant ...

www.bellaciao.org/fr/spip.php?article128726

Mélenchon, les Rafales et la dissuasion nucléaire - Csaba ...

2 févr. 2012 ... Lors de la matinale de France Inter du premier février J.L. Mélenchon répond à une question d'Erwann de Brest qui pointe la contradiction ...

www.bellaciao.org/fr/spip.php?article124883

 


PCF : Mélenchon sur les traces de son idole (de jeunesse) (video ...

Jean-Luc Mélenchon, fils spirituel de Mitterrand (voir la vidéo), va-t-il achever la mise à mort du parti ? Ce week-end, quelque 800 délégués communistes sont (.

http://bellaciao.org/fr/spip.php?page=bellaciao-tv-art&id_article=117781

 

Chevènement renonce, Mélenchon et Hollande lui font les yeux ...

2 févr. 2012 ... Le social-libéralisme, l'antilibéralisme et l'anticapitalisme au révélateur Chevènement. Quelques rappels pour soigner les amnésies et ...

www.bellaciao.org/fr/spip.php?article124904

Mélenchon, Hier soir, à la télé... BELLACIAO

6 oct. 2010 ... Quelle honte ! et je pèse mes mots... Hier soir sur France 2, en quasi prime time, Mélenchon à la chance de s'exprimer devant les français dans ...

www.bellaciao.org/fr/spip.php?article107265

 

L'admiration de Mélenchon pour Dassault, ce « grand industriel ...

24 janv. 2012 ... Ce ne sont que quelques pages mais elles interpellent le lecteur. Elles parlent de .

www.bellaciao.org/fr/spip.php?article124610

 

 

 

A propos de Mélenchon, Laurent, Gérin et de mensonges... (video ...

9 avr. 2011 ... Question BFM TV : L'accord final donc de Mélenchon qui représentera le PC ce sera fin Juin ou mi juin...

www.bellaciao.org/fr/spip.php?article115949

 


Vergiat et Mélenchon, vite au Bahreïn ! L'armée saoudienne ...

15 mars 2011 ... Vergiat et Mélenchon, pourquoi ne pas demander au parlement européen d' envoyer des troupes armées, en particulier françaises, au Bahreïn ...

www.bellaciao.org/fr/spip.php?article114851

 

 

Mélenchon attaque le PS mais négocie avec lui des circonscriptions ...

25 janv. 2011 ... EXTRAITS - Mélenchon attaque le PS mais négocie avec lui des circonscriptions selon Hamon Il y a 17 heures PARIS — Le (...)

bellaciao.org/fr/spip.php?article112886

 

Ifop/régionales : Mélenchon requinqué - Mariana Grépinet ...

15 sept. 2009 ... La stratégie d'union avec le PC et le NPA aux régionales de 2010 prônée par le leader du Parti de Gauche est largement confortée par un ...

www.bellaciao.org/fr/spip.php?article91161

Obama veut la CIA en Libye : Jean-Luc Mélenchon et Patrick le ...

31 mars 2011 ... La déclaration de Jean-Luc Mélenchon sur le vote au parlement européenne favorable a la guerre en Libye à été en.

www.bellaciao.org/fr/spip.php?article115626

17/12/2012, 22:12 | Par gerald rossell en réponse au commentaire de Arnoldrothstein le 17/12/2012 à 17:47

vous ne liriez pas bellacio

par hasard ?

monomanie ?

17/12/2012, 20:18 | Par Jean-marc B en réponse au commentaire de gerald rossell le 17/12/2012 à 17:11

Il a écrit en Octobre 2010: le sabotage du mouvement pour sauver nos retraite, en dénonçant l'extension vers la grève générale et en balançant, avec les autres politiciens bourgeois de gôche, la peau de banane du référendum.

A ce propos, ensuite, JLM a trahi la revendication des 37,5 annuités, question de s'assurer "que les investisseurs n'ont rien à craindre".

Documents ici: www.bellaciao.org/fr/spip.php?article124492

 

17/12/2012, 21:13 | Par XipeTotec en réponse au commentaire de Arnoldrothstein le 17/12/2012 à 16:22

Vous aussi vous avez un programme. C'est impressionnant. A chaque message vous n'avez pratiquement rien à taper ; on dirait que tout s'écrit automatiquement.

17/12/2012, 17:39 | Par bourbaky

Une fois éliminés tous les sociaux-traitres, les révolutionnaires d'opérette, les laquais du PS, les fonctionnaires de colonel Fabien, ça va être dûr de recruter les petits soldats de l'avant garde révolutionnaire. 

Ah! mais si.

J'en vois deux qui sortent des rangs de Lutte ouvrière!

17/12/2012, 17:54 | Par Arnoldrothstein en réponse au commentaire de bourbaky le 17/12/2012 à 17:39

Les avant-gardes éclairées se sont toujours manifestées après l'enclenchement de la bataille. Les "prolos" auraient-ils besoin de lumières pour se révolter ?

"les sociaux-traitres, les révolutionnaires d'opérette, les laquais du PS, les fonctionnaires de colonel Fabien" (tu oublies les directions syndicales) ne sont là que pour freiner des 4 fers.

18/12/2012, 09:15 | Par gerald rossell en réponse au commentaire de Arnoldrothstein le 17/12/2012 à 17:54

:

 

18/12/2012, 09:15 | Par gerald rossell en réponse au commentaire de Arnoldrothstein le 17/12/2012 à 17:54

Tant de palabres vaines alors que voilà quelques jours à Toulouse, grace au travail du collectif audit citoyen dette31, une belle soirée de lutte contre les politiques européennes austéritaires voyaient à la tribune, entre autres côte à côte et Mélenchon et Poutou, c'est à dire et le fdg et le npa (enfin, ce qu'il en reste).

Il est plus que temps d'ouvrir les oeils, arnold et aussi les oneilles.

17/12/2012, 19:54 | Par Jean-marc B en réponse au commentaire de bourbaky le 17/12/2012 à 17:39

La réalité de la pratique et les textes de plus obligent à rappeler que le NPA ne se considère pas comme un parti d'avant garde ou trotskyste et que, lui, connait une réelle démocratie interne. Le fonctionnement totalement antidémocratique du PG comme du PC indique bien qu'ils ne croient qu'à l'illusion de la démocratie bourgeoise.

17/12/2012, 20:46 | Par Frachon23 en réponse au commentaire de Jean-marc B le 17/12/2012 à 19:54

S'il te plait, la démocratie interne n'existe pas plus au NPA  que chez les autres.

Pour preuve : Après le pré-congrès de juin 2008 du NPA, il y avait déjà des problèmes de démocratie interne qui ont nécessité la mise en place d'une commission Démocratie interne, je le sais j'en faisais partie !! Et les échanges n'avaient rien de reluisants.

Faut arrêter de raconter n'importe quoi quand même. Le NPA n'est ni plus ni moins plus démocratique que les autres. Faut arrêter de vous prendre pour les cadors !! Et par conséquent, arrêter de tirer sur le FDG ! Fini la leçon !!

Et je m'arrête là par respect pour mes vieux camarades du NPA car je pourrai en dire plus....

17/12/2012, 22:14 | Par Jean-marc B en réponse au commentaire de Frachon23 le 17/12/2012 à 20:46

La leçon ne fait que commencer. Après avoir fait fuir des milliers de militants, les dirigeants réformistes du NPA ont été mis en minorité, d'où sa refondation à l'occasion de son prochain congrès. La liberté d'expression des tendances et le respect du vote majoritaire ont fonctionné.

Qui croit un instant que les orientations de JLM puissent être mises en minorité dans le PG?  Ou dans le PC, dont les votants sont majoritairement des élus et leurs dépendance ?

Dans les statuts adoptés au congrès du Mans en novembre 2010, il est dit que "la plateforme adoptée majoritairement par le conseil national est envoyée aux adhérent-es avec les plateformes alternatives qui obtiennent au moins un seuil de 20% des voix du conseil national". Autrement dit : aucun texte concurrent à celui de la direction ne peut concourir ou même être discuté lors d’un congrès s’il n’a pas reçu au préalable le soutien d’au moins 1/5 des responsables nationaux du parti ! Et comme les décisions du conseil national se prennent régulièrement à l’unanimité, apporter une parole différente au PG est compliqué...

Si une telle mesure avait été appliquée au PS, jamais Mélenchon n’aurait pu présenter de motions dont les succès relatifs ont contribué à son ascension politique. Mieux, lui-même avait dénoncé en 2008 le projet au PS d’un seuil de représentation passant de 5 à 10%... "C’est cadenassage !" s’écriait-il alors. C'est le mot qui convient: le PG et le FdG sont cadenassés pour satisfaire les ambitions de politiciens professionnels. Rien de nouveau. Partout les réformistes avoués agissent ainsi.

JLM s'est même vanté de frauder dans son propre parti, dans cette vidéo à son insu...

http://www.dailymotion.com/video/xph940_j-l-melenchon-sur-f-hollande-en-2009_news#from=embediframe


 

18/12/2012, 12:11 | Par Serge Marquis en réponse au commentaire de Jean-marc B le 17/12/2012 à 22:14

Là-dessus (sur les 20 %), je vous donne raison.

Il est vrai que le PG a reproduit dans son fonctionnement, et pour partie dans ses statuts, le même genre de déformation que les formations politiques que nous critiquons. Personne ne prétend d'ailleurs qu'elle est une formation exemplaire. Le poids des permanents y est omniprésent, nous sommes donc loin du compte pour représenter vraiment les 4 millions d'électeurs de la Présidentielle.

Et il faudra encore beaucoup progresser pour que dans cette direction arrivent les Xavier Matthieu, les Edouard Martin, les gens des quartiers, etc.

Mais le problème ne se situe pas seulement dans le manque d'exemplarité.

Ce qui se discute ici est simple : le FdG est-elle la formule qui a permis de faire bouger les lignes à gauche, en amenant le PCF à se retirer de son duo mortifère avec le PS social-libéral  et l'extrême-gauche dispersée à unir ses forces ?

Pour le reste, beaucoup de choses sont perfectibles, et il faut y consacrer du temps et de la matière grise.

18/12/2012, 13:51 | Par Frachon23 en réponse au commentaire de Jean-marc B le 17/12/2012 à 22:14

JLM je m'en bas les cacahuètes n'étant pas un groupi de qui que ce soit. Le débat n'est pas là, mais il est plus facile et plus commode de l'axer sur lui.....

Seb, ex-unitaire NPA....

23/12/2012, 20:34 | Par K rol en réponse au commentaire de Jean-marc B le 17/12/2012 à 22:14

Vous mentez. Il faut 10 voix seulement pour pouvoir présenter un texte au CN du PG. Les décisions du CN ne se prennent pas à l'unanimité mais à la majorité. Vous êtes un gros mytho JMB. J'ai bien peur que la lecture de Bellaciao ne vous ai affectée les neurones définitivement.

17/12/2012, 21:02 | Par melgrilab@yahoo.fr

Et les échanges n'avaient rien de reluisants.

Il en est de même sur ce fil.  Les pro-NPA maintenu et les pro-FDG ont un grave désaccord, comme chacun sait. Mais pourquoi s'invectiver ? En quoi est-ce que ça fait avancer la discussion ? Hum ? Pourquoi ne pas se contenter d'agonir de propos malséants les "social-traîtres", à l'unisson et dans l'harmonie ?

 

Merci de votre attention. Fra-ter-ni-té !

 

17/12/2012, 21:55 | Par Frachon23 en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 17/12/2012 à 21:02

Votre intervention qui sent la "synthèse" se suffit à elle-même Melchior.....

BO-NNE-SOI-REE !

18/12/2012, 13:02 | Par gerald rossell en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 17/12/2012 à 21:02

contre les politiques d'austérité en Europe

le meeting de Toulouse qui a mobilisé plus de 2000 personnes un soir de semaine en novembre

présents: Poutou (npa), Onesta (EELV), Melenchon (fdg) , solidaire&fsu&cgt, Syriza, Auditdette portugal, Attac

le front de lutte peut facilement s'élargir, s'enraciner, se libérer, marcher, avancer, grandir, changer la vie,

n'en déplaise aux grincheux, aux névrosés, aux victimes d'atrabile

17/12/2012, 23:06 | Par pascal b

Il est vrai que si le NPA n'était plus représenté que par ceux qui disent le défendre sur ce fil, le texte de Samy Johsua serait trop subtil. Mais il y a d'autres militants que les sectaires au NPA, encore.

18/12/2012, 00:14 | Par Jean-marc B en réponse au commentaire de pascal b le 17/12/2012 à 23:06

Le seul sectarisme c'est celui de partisans d'une nouvelle Gauche Plus Rien sous Hollande qui abreuvent d'insultes risibles le NPA dont les militants se battent dans les luttes sociales larges, tout terrain, et pratiquent dans ces luttes l'unité d'action comme personne.

L'adversaire est commun. Les voies divergeront lorsque dans la pire crise du capitalisme, la mobilisation sera massive, vers la grève générale. Les révolutionnaires résussiront, par la mobilisation générale, à faire reculer la bourgeoisie, comme en 36 ou en 68, malgré les politiciens réformistes. Ils peuvent échouer aussi, comme lors de la mobilisation pour nos retraite, sabotée avec succès par les politiciens FdG. 

18/12/2012, 14:32 | Par pascal b en réponse au commentaire de Jean-marc B le 18/12/2012 à 00:14

L'idée est de faire mieux qu'en 36 où le mouvement ouvrier et l'humanité furent broyés quelques années plus tard. Pour cela il faut plus de sens politique que vous n'en êtes capable. Samy Joshua montre une capacité d'analyse politique, ce qui échappe à ses commentateurs ici.

18/12/2012, 14:44 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de pascal b le 18/12/2012 à 14:32

Samy Joshua montre une capacité d'analyse politique, ce qui échappe à ses commentateurs ici.

Samy a toujours fait des analyses extrémement brillantes, qui se sont révélés fausses pour la plupart. ¨Par exemple il "prévoit" un regain de sectarisme au npa, alors que ce n'est pas du tout ce qui est en train de se passer. Quand à ceux qui sont rentré au front de gauche pour le "changer de l'intérieur", quel bilan ? Mis a part quelques situations sociales qui se sont arrangées miraculeusements, et quelques vieux chevaux de retour qui peuvent envisager la retraite avec sérénité, le bilan me parait bien maigre....

18/12/2012, 15:08 | Par pascal b en réponse au commentaire de Marc Tertre le 18/12/2012 à 14:44

Johsua est un vieux cheval de retour qui vient pour être tranquille au FdG? Il va à la mangeoire comme le dit un autre contradicteur sur ce fil?

Et l'essentiel des articles de TEAN, le journal du npa comme les intervenants sur ce fil qui se disent du NPA ne sont pas qualifiables de sectaires, en rupture avec ce que fut la LCR?

18/12/2012, 15:44 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de pascal b le 18/12/2012 à 15:08

Johsua est un vieux cheval de retour qui vient pour être tranquille au FdG?

Est ce que c'est ce que j'ai dit ? J'ai juste dit qu'il avait l'habitude d'analyses "extrémement brilantes", mais fausses. Quand à la mangeoire, je ne pensait pas du tout a lui, mais à un autre que tu connais aussi bien que moi, mieux sans doute...Je ne pense pas (du tout) que cela soit la motivation principale de ceux qui sont venu de la lcr ou du npa. Je dis que seuls ceux qui sont venu pour cette raison ne seront pas décu...

l'essentiel des articles de TEAN, le journal du npa comme les intervenants sur ce fil qui se disent du NPA ne sont pas qualifiables de sectaires,

Je trouve qu'il y a bien moins de sectarisme venant du npa vis a vis du front de gauche que de l'inverse. Les intervenants qui se présentent comme membre, ou proche, ou "partageant" l'opinion du npa ne représentent qu'eux même (ce qu'ils savent bien, et ils ne prétendent en aucun cas le contraire, en tout cas ici) Quand a ce que peut dire le npa du front de gauche, voyons le dernier article publié dans TEAN  a ce sujet, celui d'AK

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Après les votes de ses élus au Sénat contre le texte sur l’énergie et au Parlement contre le projet de loi de financement de la Sécurité sociale, sans parler du Traité européen, le Front de Gauche et le Parti communiste sont soumis à de nombreuses interpellations. Sont-ils entrés dans l’opposition, y compris en ajoutant parfois leurs votes à ceux de la droite ?


Si on ne peut que se féliciter de ces votes, la réalité est malheureusement plus simple et c’est la présidente du groupe Front de gauche au Sénat Eliane Assasi qui l’explique dans l’Humanité du 2 novembre : « le gouvernement veut nous présenter dans une posture d’opposition, ce qui n’est pas du tout le cas… Nous sommes dans la majorité parlementaire, pas dans l’opposition » et d’expliquer ensuite qu’ils ne sont pas prêts à tout avaler : « Je demande qu’on nous entende, que les élus communistes qui ne sont pas dans l’opposition mais dans la majorité soient entendus… ».
Equilibrisme politique
Ainsi se trouve bien résumé le positionnement du Front de Gauche, en tout cas du PC et du PG à savoir se faire respecter et reconnaître comme une force indispensable, et réussir à imposer au gouvernement des modifications de sa politique d’austérité de façon à répondre au mécontentement grandissant des électeurs du Front de Gauche, sans rompre pour autant avec le PS. Difficile exercice d’équilibriste pour des partis qui misent essentiellement sur les institutions et les élections mais dont la base privilégie les mobilisations sociales.
Difficile exercice aussi pour les quelques centaines de militants venus de différentes scissions de la LCR, du NPA ou du PCF et qui se sont efforcés le 17 octobre de regrouper un « troisième pilier » (la Gauche unitaire, Convergence et Alternative, la Gauche anticapitaliste et la FASE) dont le projet, explique Pierre-Francois Grond dans l’Humanité « ne se construit pas contre le PC et le PG et n’est pas fait pour être à la table des grands » mais « pour une plus grande ouverture du Front de Gauche »…
Nature du front
Ce débat sur le positionnement du FdG que le PC pense pouvoir trancher à son congrès en février s’accompagne aussi d’un débat conjoint sur la nature du Front qui jusqu’à présent est essentiellement un cartel d’organisations avec seulement deux formations significatives : le PC et le PG. Là encore, c’est le ni-ni qui l’emporte. Le PC ne veut pas disparaître en acceptant un mouvement qui ne serait composé que ­d’adhésions individuelles, ce que souhaiterait à terme le PG et toutes les petites formations issues du NPA.
Dans une tribune libre publiée par Mediapart le 26 octobre, trois dirigeants « inorganisés » du FdG, Janette Habel, Pierre Khalfa et Evelyne Sire-Marin, résument bien ­l’ambiguïté. Ils constatent les divergences sur l’attitude par rapport au gouvernement mais « si elles ne sont pas secondaires, elle sont compatibles au sein du FdG et ne doivent pas compromettre son developpement… le consensus est necessairement la règle ». Et de proposer néanmoins des adhésions individuelles tout en conservant au sommet la structure de cartel… car « il n’est ni possible ni souhaitable dans un horizon prévisible de transformer le FdG en un parti ».
Être dans l’opposition ou pas
Tous ces débats sont légitimes et sont liés entre eux mais tournent autour d’une question centrale : le Front de Gauche va-t-il être clairement dans l’opposition à la politique d’austérité et de répression qui ne fait que s’aggraver et que met en place le gouvernement Hollande, ou va-t-il continuer à tergiverser pour ne pas rompre ?
En ce qui nous concerne et plus que jamais, nous proposons au Front de Gauche, comme à toute la gauche sociale et politique, de résister dans l’unité à toute agression de la gauche comme de la droite (licenciements, expulsions, fermeture d’entreprises, répression policière, etc.) mais de plus, en s’appuyant sur ces mobilisations, nous proposons à toutes les forces politiques qui refusent de participer au gouvernement d’organiser une véritable opposition de gauche qui devrait définir les axes d’une politique alternative pour proposer un débouché politique aux mobilisations sociales. Pour le moment, dans cette démarche unitaire, nous sommes encore isolés mais pas seuls, et nous ne lâcherons pas car il n’y a pas d’autre issue pour redonner espoir.
Alain Krivine

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Or contrairement a ce qui est prétendu, avancé, le front de gauche et l'ensemble de ses composantes (la tienne y compris) restent soigneusement dans le flou artistique a ce point de vue : etes vous dans la majorité présidentielle ou pas ? Il y a beaucoup d'ambiguités, ces ambiguités qui rendent impossible tout accord "politique" entre nos deux organisations. Elle ne sont pas nés d'un "tournant sectaire" du npa, mais plutot d'un tournant opportuniste de certaines de ses ex composantes qui sont allé gongler le front de gauche (même si ce n'est qu'une goutte dans l'océan)

18/12/2012, 01:23 | Par Gaspacho

Je suis sidéré de la disponibilité de M. "Jean-Marc B." à répondre (et sur quel ton !) sans discontinuer pendant plus d'une heure (quand travaille-t-il, agit-il, assume-t-il sa part de tâches ménagères, dort-il ?) à tous les commentaires, soit environ une trentaine à son actif (flemme de compter !). Militant de la L.C.R. il y a quelques lustres, aujourd'hui militant de base (non encarté) du Front de Gauche (dont je n'ignore pas les faiblesses), convaincu de la nécessité d'une "insurrection citoyenne" (et pas seulement dans les urnes), je raserai les murs si je me rends dans son "fief" (?), de peur d'être cloué au pilori de sa "pureté révolutionnaire"... Mais tout cela sera-t-il suffisant pour que des sectes encore plus pseudo "radicales" (L.O., ou autres ligues se réunissant dans une cabine téléphonique) épargnent au N.P.A. de cuisants sarcasmes sur ses "coupables faiblesses" à l'égard des vilains réformistes ? Vous le saurez dans les prochaines aventures de Tintin au pays des soviets !...

Les mânes d'Enver Hodja, Causcescu, Kim Il Sung, et Pol-Pot, grands visionnaires des intérêts et du bonheur radieux des peuples sont bien gardées !

18/12/2012, 03:38 | Par M. CHALLALI

"La politique est affaire d'espace et de temps..."

Cher auteur,

En quoi vous avez contribué dans la formation de la Ligue des Communistes; Ligue Communiste Révolutionnaires; puis; enfin le NPA ?

Avant vos leçons. Aviez-vous été un jour militant de ce mouvement sans culotte ?

En intérieur nous avions jamais compris la sève de votre vie-votre existence/ engagement. Nous attendons votre accomplissement et propositions économiques au sein de votre nouveau Parti; au lieu de parler sur une organisation humaine de classe qui exclue et votre attitude et votre perspective...

Faites et produisez programme politique au FdG au lieu de passer votre temps à parler des anticapitalistes du NPA.

La dernière parole que je tiens de Daniel Bensaid, "relire Lenine"... Prenez la/notre société comme vous voulez nous revenons à la

même chose: relire Lenine... "Relire" d'abord, chercher à comprendre; comprendre est Devoir, Emancipation ! Emancipation:

cumules de sacrifices, de tortures-bouches cousues, de morts et de cadavres; contrairement à ces seudo ex-NPA  qui manifestement veulent être ministre; prochainement avec JLM. ainsi nous serons sinon pire au même point...

 

18/12/2012, 07:32 | Par Laurent Baudry en réponse au commentaire de M. CHALLALI le 18/12/2012 à 03:38

Tout à fait d'accord

Lutter et lire.

Tous ces textes (et celui de Samy en 1er, lui au moins sans insultes) n'auraient-ils pas pour principale fonction  de préparer le départ des prochains GA. Il reste sûrement du fric à prendre au NPA.

Amitiés révolutionnaires, un ex du NPA

 

19/12/2012, 23:56 | Par pascal b en réponse au commentaire de Laurent Baudry le 18/12/2012 à 07:32

Challali,

Vous référer à Bensaïd pour lui faire dire uniquement qu'il faut relire Lénine, c'est un hommage bien douteux à la pensée de Bensaïd. Qui tenait Lénine pour un penseur du politique comme champ autonome, penseur extrêmement précieux, ce de longue date. Pas pour annoner des anathèmes et crier des insultes. Bensaïd est à l'origine de la revue Contretemps, de la Société Louise Michel, participait à des colloques sur Marx en tant qu'universitaire, rien d'un gardien du temple révolutionnariste.

18/12/2012, 10:26 | Par Yvan Najiels

Discussions oiseuses que tout cela. Déçu

Mélenchon est évidemment un mitterrandolâtre mais le mec du PS (Moglia) qui a courageusement quitté son parti aussi et, hélas, il faut prendre acte du fait, dans la nouvelle configuration politique, que certains pleins de mansuétude à l'égard du pourtant fielleux Mitterrand ne sont pas des ennemis politiques, tant s'en faut. Acceptons leur aveuglement ou leur relative bêtise.
Le NPA, semble-t-il, dérive gauchistement (pourtant, j'ai une certaine sympathie pour la tendance CLAIRE) et cette ligne-là place le NPA dans une impasse, une ornière.

Je trouve Arnold un peu trop raide mais Rossell, qui cite abusivement Rancière, est lui toujours aussi vulgaire et violent comme un de ces gros bras de la Cégette qui essayaient opiniâtrement en Mai 68 et dans les années qui suivirent de rendre impossible le lien politique ouvriers-intellectuels-étudiants.

Le temps, pour l'instant, est à une certaine unité et si Mélenchon a le melon (c'est assez clair), personnaliser l'affaire, c'est contribuer à le présenter comme LE sauveur - ce qui est délirant (sauf pour Rossell qui, de ce point de vue - entre autres -, a fort mal lu Rancière).

 

18/12/2012, 10:48 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 18/12/2012 à 10:26

Le temps, pour l'instant, est à une certaine unité

 

Ah qu'en termes galants ces choses-là sont mises !

18/12/2012, 11:17 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 18/12/2012 à 10:48

Hé quoi, Melchior, n'êtes pas d'accord pour mener la lutte sur deux fronts, i.e. contre une UMP lepénisée et un P"S" umpisé et austérisé bien doux avec Depardieu ?

18/12/2012, 11:27 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 18/12/2012 à 11:17

Je suis d'accord pour rechercher patiemment l'unité, et avancer sur le chemin de la transformation sociale. Avec la "gauche de gauche nom de nom" et/ou la "gauche 100% à gauche" si elles s'y prêtent et veulent bien amener le précieux concours de leurs gros bataillons; à défaut, sans elles.

18/12/2012, 12:28 | Par Serge ULESKI

Le NPA, combien de divisions ?

18/12/2012, 19:50 | Par XipeTotec

Je n'ai même pas compris de quoi il s'agit.

Le centralisme démocratique est quand même ce qu'on a trouvé de plus efficace, non ?

18/12/2012, 20:57 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de XipeTotec le 18/12/2012 à 19:50

Efficace pour qui ? Tout est là. C'est comme les marchés financiers, ils sont "efficients", mais pour qui ? (Et, dans les deux cas, jusqu'à quel point ?)

 

Le dogmatisme pseudo-marxiste et le dogmatisme néo-libéral ont plus d'un point commun.

26/12/2012, 12:33 | Par XipeTotec en réponse au commentaire de melgrilab@yahoo.fr le 18/12/2012 à 20:57

C'était un peu ironique (difficile de défendre le centralisme dans la galaxie libertaire ou libertarienne de la gauche française) mais aussi assez sérieux. L'efficacité c'est par exemple le fait de ne pas éclater en mille groupuscules à la première divergence d'analyse. Ou alors faut-il considérer que "dépasser la forme parti", comme ce que je lis ici, c'est valider l'idée d'atomisation. Tous philosophes dans son coin. Mais pour quoi faire ?

26/12/2012, 15:39 | Par melgrilab@yahoo.fr en réponse au commentaire de XipeTotec le 26/12/2012 à 12:33

Le dépassement (Aufhebung) de la démocratie représentative ne passe pas par son abolition, mais par le développement de la démocratie participative et du contrôle démocratique continu, ou, du moins, périodique. Mais il faudra encore un bon bout de temps pour que cette idée "s'empare des masses" pour devenir une "force matérielle"... Les Jacobins ne voudront jamais de cela, il faudra leur forcer la main, et ce n'est à l'ordre du jour ni des gouvernants ni des gouvernés.

19/12/2012, 14:06 | Par Philippe Corcuff

Fin de "la force propulsive" du logiciel LCR?

 

Dommage que l'ami Samy Johsua, grand figure militante et intellectuelle de la gauche radicale, ait ici une vue si étriquée, qu'il n'en arrive pas à voir les régressions portées à gauche de la gauche par le Front de gauche (après celles portées par Arnaud Montebourg, puis par la "Gauche populaire" dans le giron du PS). Et qu'il n'ouvre pas alors son imagination politique, après les mouvements des indignés, à une politique autrement ne se focalisant pas sur son versant institutionnel et étatiste.

 

Peut-être est-ce alors le logiciel trotskyste hétérodoxe travaillé au sein de la LCR (avec beaucoup d'intelligence par quelqu'un comme Daniel Bensaïd) qui a perdu sa "force propulsive" (pour reprendre le mot du communiste italien Enrico Belinguer par rapport à la Révolution d'Octobre), au Fdg comme au NPA?.....

19/12/2012, 15:34 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de Philippe Corcuff le 19/12/2012 à 14:06

le logiciel trotskyste hétérodoxe travaillé au sein de la LCR

Il ne me semble pas que Samy se soit jamais défini comme "trotskyste", en tout cas pas dans les 30 derniéres années !

D'autre part parler en terme de "logiciel" (il y aurait un "logiciel trotskyste", un "logiciel libertaire" un "logiciel républicain") me semble totalement inadéquat. Peut être est ce une réminiscence "deleuzienne" mais je préfére parler en terme de "machines" pour ces conglomérats d'idéologies et de compromis que sont les systémes idéologiques d'une organisation politique. Déja parce que leur rôle premier c'est de "produire" (du sens, des :mots d'ordre, du discours, peut être même du semblant) Et puis c'est assez cohérent avec le coté multifonctionnel d'une machine (une machine contrairement à un outil ne fait pas une seule chose à la fois, mais se collecte avec un ensemble de tâches et de contraintes)

Que la "machinerie" de la lcr soit inadéquat est certain ! Maintenant la question n'est pas celle du "trotskysme", qui ne fonctionne plus que sur le mode du zombie à l'intérieur, du spectre à l'extérieur (un spectre hante la gauche révolutionnaire, le spectre du trotskysme) Et ne parlons même pas de la "machinerie libertaire" encore plus usée si possible que ce trotskysme racorni dont le dernier exemple sévit encore a l'union communiste (troskyste) plus connu sous le nom de son journal "Lutte Ouvrière".

19/12/2012, 18:16 | Par Philippe Corcuff en réponse au commentaire de Marc Tertre le 19/12/2012 à 15:34

J'ai parlé plus précisément du "logiciel trotskyste hétérodoxe travaillé au sein de la LCR", qui ne constitue qu'un des fils (un des plus intéressants à ma connaissance) travaillé dans la galaxie "trotskyste". Comme il y aurait divers "logiciels" travaillés dans la galaxie "libertaire".

Par ailleurs, "logiciel" met intentionnellement l'accent sur les aspects les plus automatiques de ce que j'appellerai volontiers, dans le sillage des remarques de l'ami Marc, des "machineries politico-idéelles". Quand je parle de "logiciels", c'est justement pour éclairer la perte des capacités "propulsives" des machineries et l'importance de leur réinterrogation.

19/12/2012, 19:43 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de Philippe Corcuff le 19/12/2012 à 18:16

il y aurait divers "logiciels" travaillés dans la galaxie "libertaire".

Et qui ont d'ailleurs tout aussi "échoué" que les logiciels "trotskystes". Cela dit, je tient a "machine" parce que je tient au fait que le but d'une machine, c'est de produire. Quand c'est une "machine idéologique" évidemment, on ne lime pas la tôle, on ne fait pas circuler des courants. Mais une machine se juge à ce qui en sort. Il est évident que la "machine trotskyste" est en panne. Ou alors il faut m'expliquer ce qui est sorti de la machine dans la derniére décénie... . Mais ce n'est pas pour autant que la machine "social-républicaine" est pour autant une "machine désirante" n'en déplaise à Samy Joshua

19/12/2012, 18:35 | Par malto cortese

Non, non, pas d'isolement, pitié!

plus on est de fous, plus on rit

web_affichezad-ff287.jpg?w=500&h=708

19/12/2012, 19:35 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de malto cortese le 19/12/2012 à 18:35

Je suis bien d'accord sur le "pas d'isolement". Mais on peut aussi concevoir ne pas être d'accord sur le plan politique et se retrouver ensemble dans l'action. c'est ce qui se passe (plutot bien) pour la lutte que tu signal, mais aussi (en plus difficile) une série de lutte sur la question de l'emploi et des suppressions massives de celui ci, de la question du "mariage gay". Mais ce n'est pas parce que je défile avec des tas de gens qu'on va fusionner ensemble dans le même parti...

19/12/2012, 22:35 | Par malto cortese en réponse au commentaire de Marc Tertre le 19/12/2012 à 19:35

Oui je comprends; je suis hors sujet de ce billet, étant non encarté; toutefois, je pense sincèrement que la forme "parti"n'a pas d'avenir; à plus ou moins moyen terme bien sûr, car cela fait toujours partie de nos institutions politiques, jusqu'à présent; je peux me tromper bien sûr, mais l'abstention, le rejet de la classe politique actuelle, la constatation de ses échecs successifs de part et d'autre, prouvent le contraire;

c'est pourquoi il semble intéressant de ramener l'attention sur le concret, sur des luttes concrètes; pour s'emparer de la chose politique, dans une réelle démocratie en devenir;  s'il y a des luttes qui peuvent fédérer, c'est encourageant pour l'avenir; c'est un parallèle qui semble plus porteur qu'un oripeau, ou qu'un brassard, ou qu'une théorie;  les gens se méfient;  et" les gens" dans leur majorité ne votent plus;

quant à la question de l'emploi, aucun parti n'y pourra y remédier, si la société (et au delà)  ne reprend pas le pouvoir sur la monnaie aux mains des banques privées;  c'est aussi une lutte internationale. Le chemin est long.

19/12/2012, 22:10 | Par patrick martinie

Soirée sur la dette organisée par le FdG en pleine semaine  par une soirée glaciale de début decembre 2012 dans une salle des fetes paumée d'une ville du 95  : 250 personnes.

Du temps ou je faisais encore parti du NPA, on organisait ce meme type de soirée :  meme condition, meme lieu, meme theme :  On faisait 20 "entrées" dont 18 militants.

 

 

 

19/12/2012, 23:20 | Par malto cortese en réponse au commentaire de patrick martinie le 19/12/2012 à 22:10

Effectivement... il y a des thèmes qui rassemblent, dont celui de l'argent-dette;

à ce sujet, un film a été fait récemment, très clair, très pédagogique, divisé en séquences d'une dizaine de minutes; libre de droit, le film peut être commandé ici pour une projection séquencée ou non;  ne seront demandés que les coûts de transport et de fabrication;

les séquences sur youtube:

La monnaie -1/7 du pouvoir d'achat au pouvoir d'être - Une crise en trompe l'oeil.

http://www.youtube.com/watch?v=XMs0aI4C0Ro

La monnaie -2/7 du pouvoir d'achat au pouvoir d'être - La nature de la monnaie

http://www.youtube.com/watch?v=7MsQ8kUGDIs

La monnaie -3/7 Du pouvoir d'achat au pouvoir d'être. Les racines du système

http://www.youtube.com/watch?v=ciF3gSM5qzE

La monnaie -4/7 du pouvoir d'achat au pouvoir d'être L'argent dette,nouvel asservissement

http://www.youtube.com/watch?v=Wfwkry67icg

La monnaie -5/7 du pouvoir d'achat au pouvoir d'être - À l'aube d'une fabuleuse transformation

http://www.youtube.com/watch?v=6nGKYbm7nHk

La monnaie -6/7 du pouvoir d'achat au pouvoir d'être - Reprendre le pouvoir sur la monnaie

http://www.youtube.com/watch?v=m78ZfKs9jO4

La monnaie -7/7 du pouvoir d'achat au pouvoir d'être - Passer de la survie à la vie

http://www.youtube.com/watch?v=-wbujBsvEbw

Newsletter