Mar.
21
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

L'obsolescence programmée contre l'humanité

L’obsolescence programmée où «désuétude planifiée» est l’ensemble des techniques permettant de réduire la durée d’utilisation ou de vie d’un produit afin d’en augmenter le taux de remplacement. Du coup, c’est un moyen d’obliger le consommateur a acheter un nouveau produit afin de remplacer celui qui est tombé en panne. Cette pratique est devenue aujourd’hui la norme et est acceptée par tous. L’obsolescence programmée peut ainsi être physique mais également psychologique. C’est en 1932, que le courtier en immobilier Bernard London a vue dans cette technique, un moyen de gonfler artificiellement le marché et le taux de remplacement des objets.

Dès les années 50, le design est devenu un moyen efficace de rendre désuet de nombreux objets en les démodant tout simplement. Ainsi pour être au « top », rien de mieux que d’acheter le dernier modèle de cafetière ou de télé sous la peine d’être un indécrottable « has been ». Mais qu’est-ce qui se cache derrière cette pratique industrielle plus que malhonnête?

 

Une pratique usuelle mais secrète

Les départements de Recherche et Développement n’ont plus pour mission de trouver des solutions afin d’améliorer les produits mais de faire en sorte qu’ils deviennent tout simplement inutilisables plus rapidement. Il faut que le prix de la réparation soit plus ou moins équivalemment à celui de l’achat d’un bien neuf ou encore mieux carrément impossible à effectuer.

Bien entendu, la durée de vie réelle des objets doit rester secrète afin de ne pas énerver le consommateur qui doit suer sang et eau pour s’équiper correctement. Attention, la bonne réputation d’une entreprise est un bien précieux qu’il est indispensable de conserver malgré un comportement clairement malhonnête. Donc on différencie donc ce qui est clairement identifié comme jetable et le reste qui l’est mais moins rapidement. Au-delà de la garantie, point de réelle survie mes amis.

Il existe l’obsolescence directe quand le produit ne marche plus en tant que tel. Il existe également une obsolescence indirecte quand on ne peu plus trouver des produits connexes comme la batterie pour un téléphone portable ou des cartouches pour une imprimante. Le produit marche toujours mais ses équipements indispensables ne sont par contre hors de prix ou indisponibles. On peut également parler d’obsolescence par incompatibilité quand votre produit n’est plus compatible avec ce qui est vendu pour le grand public. L’informatique est très à la pointe de ce type d’obsolescence.

Pour illustrer l’obsolescence intégrée prenons l’exemple de l’ampoule électrique à incandescence dont la durée de vie a été décidée à 100heures par les industriels alors que les, premiers brevets tablaient sur une durée de vie allant jusqu’à 100 000 heures … Incroyable mais vrai.

 

Un appauvrissement programmé des ménages

Cette pratique plus que douteuse a de multiples effets néfastes pour l’ensemble de la société. En premier lieu, nous parlerons de ce qui est plus visible à savoir le fait qu’il faille renouveler régulièrement son matériel et du coup mettre à nouveau la main au porte-monnaie.

Les ménages s’appauvrissent à acheter des produits dont-ils n’auraient pas besoin s’ils étaient suffisamment robustes pour tenir assez longtemps. Cela faisant les choux gras des industriels mais également des banques et autres organismes de crédit, toujours assez prompts à octroyer des prêts pour acheter des objets jetables. Il est bien plus compliquer de s’endetter pour acheter un bien immobilier qui lui est un investissement bien plus pérenne qu’une télé qui va claquer quand on aura terminé de payer son crédit. Surtout si dans la foulée, il y a la voiture qui lâche, le frigo, l’ordinateur … Vous passerez ainsi votre vie à travailler comme un âne pour acheter des produits qui sont programmés pour vous ruiner plus que vous servir …

 

Un non-sens écologique

Créer un flux éternel de produits manufacturés est également un non-sens écologique. En effet, cela demande d’avoir toujours de nouvelles matières premières afin de fabriquer ces dits objets. L’équilibre environnemental est ainsi mis clairement en danger au nom du sacro-saint taux de rentablité de nos industriels. Une petite pensée pour les pays et les peuples qui sont maintenus en servitude par des assassins économiques pour que l’on puisse piller sans vergogne leurs matières premières. Surtout que le recyclage est largement insuffisant pour permettre un tel turn-over de produits manufacturés. C’est ainsi qu’en quelques années, nous sommes passés d’une abondance supposée de ressources naturelles au spectre d’une pénurie prochaine et inéluctable. 

 

Un crime contre l’humanité

Bien au-delà de toutes ces considérations, l’obsolescence programmée peut être vue comme un crime contre l’humanité. En effet, en augmentant artificiellement le taux de remplacement des objets manufacturés, on empêche par la même à l’ensemble de l’humanité d’avoir des objets qui simplifient et augmentent considérablement la qualité de vie sous prétexte que nous n’avons pas assez de matières premières pour subvenir aux besoins de tous.

Mais si je dois dans ma vie acheter une dizaine de frigos ou de machines à laver, c’est en fait 2 ou 3 familles que je lèse de la sorte. En effet, si je ne devais en acheter que 2 ou 3,

les industriels devraient alors trouver de nouveaux marchés et du coup, permettre à ceux qui n’ont rien d’avoir … Mais de là à offrir le confort à tous, c’est impossible pour certains. En effet, il leur est préférable d’entretenir la psychose de la misère afin de nous faire trimer comme des ânes. Les pauvres ne sont en fait que les épouvantails du système car la peur du dénuement nous fait tout accepter d‘une société de plus en plus déshumanisée.

La Commission Européenne est en charge du sujet mais les différents lobbys seront certainement très efficaces pour faire capoter toute décision d’importance et l’arrêt stricte de cette pratique mortifère pour l’humanité. Il existe un groupe Facebook  pour soutenir les consommateurs contre l’infamie que représente l’obsolescence programmée.

Cette attaque frontale mais savamment perfide contre l’humanité qui est la plus choquante de l’obsolescence programmée et qui est quasiment peu développée. C’est de nous faire croire que les ressources naturelles sont insuffisantes pour que l’humanité toute entière puisse avoir un niveau de confort acceptable alors que tout ceci est perfidement entretenu par les industriels.

Il ne faut pas se leurrer mes amis, l’obsolescence programmée l’est contre l’ensemble de l’humanité et de notre environnement.   

 

Stéphanie Marthely - Plume Citoyenne

 

PS: Pour découvrir ma page Facebook, c'est ici.

L'obsolescence programmée, un crime institutionnalisé environnemental et humainL'obsolescence programmée, un crime institutionnalisé environnemental et humain

 

 

Tous les commentaires

09/09/2012, 18:19 | Par Corinne N

merci pour ce sujet et pour les références....oui...j'avais vu un reportage sur la durée de vie des ampoules sacrifiée sur l'autel de l'obsolescence programmée.... on y parlait également du collant indestructible qui faisait la ruine de ses fabricants qui firent plancher les ingénieurs afin que ces collants se filent pratiquement quand on les mets.... hélas....

en tout cas, nous sommes collectivement loin de la "sobriété heureuse".....

je fais faire un tour sur votre page FB..... Sourire

 

 

09/09/2012, 18:37 | Par Stéphanie Marthely-Allard

Ce qu'il y a derrière est très grave et contre l'humanité toute entière

 

09/09/2012, 19:37 | Par Patrig K

Merci pour ce billet , et il faudrait que la presse qui a déserté sont métier, fasse son boulot d'information , Médiapart, c'est un outil sympa et très utile, mais peu visible ..

IL FAUT CASSER LES MEDIAS AUX ORDRES

merci

09/09/2012, 21:57 | Par Stéphanie Marthely-Allard

Ce n'est qui est induit par cet état de fait est le maintien dans la précarité de bien des consommateurs pris en otages par des industriels ainsi que le non accès à des populations entières aux bien élémentaires. Toutes les mamans du monde...

seraient bien contentes de n'avoir ne serait ce qu'une machine à laver ou un frigo mais non, les lois du marché et de l'organisation de notre société en ont décidé autrement ... C'est très grave, c'est un crime contre l'humanité en fait.

10/09/2012, 21:41 | Par m0ngrand

J'attir votre attention sur cette critique du documentaire diffusé sur Arte dont semble s'inspirer l'article : http://econoclaste.org.free.fr/dotclear/index.php/?2011/03/08/1773-le-mythe-de-l-obsolescence-programmee

10/09/2012, 22:08 | Par Stéphanie Marthely-Allard en réponse au commentaire de m0ngrand le 10/09/2012 à 21:41

Ce documentaire n'est qu'un élément parmi d'autres. Je préfère le document d'Elyse Lucet sur le sujet.

10/09/2012, 21:54 | Par Stéphanie Marthely-Allard

Mythe ou réalité ? Voir le Cash Investigation d'Elyse Lucet sur le sujet:

"La mort programmée de nos appareils"

A voir plus particulièrement le passage à partir de la 39mn 40s l'interview de Bernard Planque, délégué Général du GIFAM - Groupement interprofessionnel des fabricants d’appareils d’équipement ménager. Très intéressant et bien plus efficcace que de long discours ou dissertations.

 

Le doc d'Elyse Lucet Cash Investigation:

"Enquête sur le géant Apple et sur de grandes marques d'électroménager, de téléphonie ou d'ordinateurs, qui font tout pour limiter la durée de vie de leurs produits pour que les consommateurs en achètent davantage.
Les techniques de l'«obsolescence programmée» sont variées et sophistiquées et leurs conséquences sont claires : surconsommation généralisée et au bout de la chaine, de gros dégâts environnementaux.
Portrait également de Pierre Meneton, qui se bat depuis quatorze ans contre ce qu'il appelle un «tueur caché» : le sel. Selon ce chercheur de l'INSERM, les industriels rajouteraient en secret des quantités importantes de sel dans les aliments pour les rendre plus savoureux. Résultat : on en consommerait deux fois trop. Le problème étant que cet excès de sel serait responsable, selon lui, de cent décès par jour."

http://www.youtube.com/watch?v=7tlu_iMhyx4

10/09/2012, 22:06 | Par Stéphanie Marthely-Allard

L'article s'inspire également de différents documents: 

- Le Syndicat de l'Industrie Informatique (SII). L'obsolescence programmée des nouvelles technologies:

http://www.cnt-f.org/sii/actualites/212-lobsolescence-programmee-des-nouvelles-technologies

 

- Wikipédia sur le sujet:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Obsolescence_programm%C3%A9e

 

 

- L'obsolescence programmée, symbole de la société du gaspillage:  Le cas des produits électriques et électroniques. Rapport

Rapport de Septembre 2010 Les Amis de la Terre France et le Cniid:

http://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/RAPPORT_OP_BDEF_2_.pdf

 

- Ingénieurs et conflits éthiques: L’obsolescence programmée:

http://www.leseoliennes.be/politique/engineerethic.htm

 

11/09/2012, 07:57 | Par Goulu

Merci pour le lien que vous avez fait sous "ampoule électrique" vers mon article http://drgoulu.com/2011/10/16/la-veritable-histoire-de-lampoule-de-livermore/ , ça m'a amené quelques lecteurs :-) (et c'est comme ça que j'ai trouvé votre article)

Et ce lien montre aussi que vous vous êtes extrêment mal documentée et que votre article est très mal étayé par des références, puisque mon article démontre que l'obsolescence programmée des ampoules est une légende urbaine. Ou plus exactement que la courte vie des ampoules va dans le sens des consommateurs puisque'elles consomment ainsi moins d'électricité par unité de lumière produite. Or c'est l'électricité qui coute cher, pas l'ampoule...

Le même raisonnement est valable pour beaucoup de produits : un article avec une longue durée de vie (forcément plus cher à concevoir et à produire) n'est pas forcément meilleur marché au final pour le consommateur. En fait, ce que vous appelez "obsolescence programmée" a permis de rendre abordable des produits qui ne l'étaient pas avant. Exemple de l'aspirateur ici : http://drgoulu.com/2011/10/16/la-veritable-histoire-de-lampoule-de-livermore/#comment-7989 .

Comme l'explique l'éconoclaste dans l'excellente référence citée par MONGRAND plus haut, si l'obsolescence programmée existait réellement, il serait facile pour un concurrent de prendre des parts de marché avec un meilleur produit. Et c'est d'ailleurs ce que nombre de créateurs d'entreprises visent au départ : "je vais faire un meilleur aspirateur/téléphone/machin/bidule que mon concurrent, mais de meilleure qualité (et moins cher)". Et puis ils n'y arrivent pas.

Si vous ne me croyez pas, essayez !

12/09/2012, 14:41 | Par Stéphanie Marthely-Allard en réponse au commentaire de Goulu le 11/09/2012 à 07:57

Il est clair que vous trouverez plus de documents pour dire que cela relêve du mythe que de la réalité ... On se demande bien qui finance les études sur le sujet d'ailleurs ...

Et quand à dire "Si vous ne me croyez pas, essayez",  c'est assez convenu et léger comme argument  ...

C'est déjà fait  en ce qui me concerne avec du mobilier urbain véritablement pérenne mais bon cela n'intéresse pas les grands groupes. Nous avons même été nominé au prix de l'innovation du Salon des Maires pour cela ... http://marthely.vpweb.fr/Sculptures-urbaines.html

Il serait peut être temps d'arrêter de prendre les gens pour des cons, vous ne croyez pas?

 

13/09/2012, 16:04 | Par Goulu en réponse au commentaire de Stéphanie Marthely-Allard le 12/09/2012 à 14:41

Je ne crois pas grand chose, je préfère savoir. Ce qui implique de chercher et de vérifier.

D'abord "vous trouverez plus de documents pour dire que cela relêve du mythe que de la réalité" est expérimentalement faux. Googlez "obsolescence programmée" et vous ne trouverez pratiquement que des points de vue copiés-collés du votre, plus l'article http://fr.wikipedia.org/wiki/Obsolescence_programm%C3%A9e qui me paraît bien fait quoique manquant de références comme indiqué, et quelques rares points de vue critiques comme celui de l'éconoclaste et le mien.

Je suis blogueur indépendant, mon étude sur la physique des ampoules n'a été financée par personne. Mais après 20 ans d'expérience comme ingénieur R&D je vous donne en toute bonne conscience mon point de vue sur l'obsolescence basée sur mon expérience : elle n'est pas "programmée". C'est un phénomène bien réel, mais c'est une conséquence, pas une cause.

Rien ne vous empêche d'acheter une plume MontBlanc au lieu de stylos BIC, un aspirateur industriel increvable au lieu de 10 trucs low cost de grande surface, ou un camion garanti 1 million de kilomètres au lieu de 10 Twingos. Le prix ? Si vous admettez que le prix entre en considération, vous admettez que vous êtes prêt à acheter un produit moins durable s'il vous revient moins cher à l'usage. Et c'est ainsi qu'on avendu des millions de stylos et de voitures à une fraction du prix des produits durables que seule une élite ou les pros pouvaient se payer.

Il y a aussi l'évolution technologique. Mon père est l'heureux propriétaire d'une caméra Super-8 Bolex. Il a tourné 20 films de 3 minutes de notre enfance. Le développement d'un tel film coutait 100 Euros environ. 2000 Euros pour une heure de film donc. 40 ans plus tard la caméra est en parfait état : elle n'a fonctionné qu'une heure alors qu'elle était prévue pour 100 heures (l'ingénieur qui l'avait conçue était mon prof à l'EPFL). Et l'entreprise Bolex a disparu parce qu'elle n'a pas fait de caméra video. Et aujourd'hui des boites comme GoPro mettent Sony sur la paille avec des caméras qui n'ont plus de pièce mécanique en mouvement, qui filment des heures pour quelques Euros de cartes flash et durent des milliers d'heures. Vous avez dit obsolescence ? Qui ici sera assez cohérent pour me proposer d'acheter la caméra Super-8 durable de mon papa ?

Une fois encore, si l'obsolescence était programmée, ça ouvrirait des niches pour des concurrents et mon "essayez si vous ne me croyez pas" est un simple appel à la création d'entreprise : prenez un produit que vous estimez peu durable, concevez-en une variante durable et faites un business plan pour le produire et le commercialiser. Si vous y arrivez, vous contribuerez à la fois au Grand Soir écologiste et à la diminution du chômage dans votre pays (le mien en est à 2.7% en produisant des Swatches ET des Rolex).

Si vous n'essayez pas, vous ne faites pas partie des "cons" pour autant pour moi, juste des "faukon" et des "yaka" qui répètent en boucle des lieux communs sans avoir vérifié par eux-mêmes.

J'aime bien votre "mobilier urbain". Il y en a en bas de mon bureau dans un "grand groupe". Mais c'est vrai que si vous pensez à la grande distribution, alors il faut juste vous demander qui peut se payer des meubles de plusieurs tonnes... Et peut-être faire les mêmes, mais en plastique qu'on remplit de sable, ou alors des moules pour du béton... Un minimum d'esprit d'entrepreneur, ça peut aider même les artistes...

13/09/2012, 17:22 | Par Stéphanie Marthely-Allard en réponse au commentaire de Goulu le 13/09/2012 à 16:04

Pour ce qui est du minimum d'esprit entrepreneur des artistes, nous n'aurions pas été nominé au Prix de l'Innovation du Salon des Maires si nous ne l'avions pas car ce n'est pas un lieu usuel d'exposition des artistes ... Notre coeur de cible était celui du mobilier urbain et non celui du mobilier de jardin que l'on retrouve dans les supermarchés ou autres jardineries. Nos "concurrents" directs étaient plutôt des entreprises comme JCDecaux, Clair Channel & co ... Mais sans relation, ni soutien politique et avec des moyens plus que ridicules (500 euros prêtés par l'ADIE, association de micro-crédit solidaire), il est quasiment impossible de remporter des marchés très concurrentiels comme l'est celui du mobilier urbain. Alors YAKA, FAUKON, je rigole des leçons ...

L'obsolescence programmée n'est pas un mythe quoi que vous en disiez cher monsieur, c'est une réalité incontournable de notre société de consommation qui se meurt de la bêtise humaine ...

 

13/09/2012, 13:35 | Par Corinne N

"La sortie du nouvel iPhone 5 : obsolescence programmée en série"

Par Camille Lecomte

Paris 12 septembre 2012 - Nouvelle esthétique, nouvelle connectique, la course à l’innovation que se livrent les géants du secteur high-tech Apple, Samsung et Nokia en tête, justifie-t-elle que les chargeurs, enceintes et autres gadgets des précédentes générations d’iPhone finissent dans nos tiroirs ou pire dans nos poubelles ?

En commercialisant aujourd’hui l’iPhone 5, Apple met non seulement en vente un gadget dernier cri mais impose aussi à ses clients, partenaires et aux producteurs de produits dérivés, une nouvelle donne. Car si le design de l’iPhone 5 marque une rupture avec les modèles précédents, la connectique est, elle aussi, différente : le nouveau chargeur de l’iPhone 5 sera donc incompatible avec les 183 millions d’iPhone, 73 millions d’iPad et 275 millions d’iPod vendus dans le monde. Il en sera de même pour les stations d’accueil et autres chaînes hi-fi : de quoi nous inciter à renouveler tous nos équipements ? Les ressources naturelles s’épuisent et Apple, la plus grande capitalisation boursière de l’histoire des Etats-Unis, se permet une nouvelle fois de les gaspiller pour vendre plus et rendre le consommateur toujours plus dépendant.

Ce 12 septembre n’est en réalité pour Apple qu’un nouveau chapitre de sa longue saga sur le thème de l’obsolescence programmée : en 2001, le groupe à la pomme lançait l’iPod dont la durée de vie est limitée à celle de sa batterie, indémontable [1]. Malgré une action en justice aux Etats-Unis, Apple innove régulièrement pour maîtriser la durée de vie ses produits : impossibilité de mettre à jour le système d’exploitation pour les modèles les plus anciens [2], pièces détachées qui changent à chaque génération [3]. Avec 3 générations d’iPad en 2 ans et 6 d’iPhone en 5 ans [4], les produits Apple sont très rapidement obsolètes !

L’obsolescence programmée du secteur high-tech a un coût écologique et social. Les Amis de la Terre alertent depuis 2010 sur l’exploitation massive des ressources, l’extraction de terres rares et minerais dans les pays du Sud, les impacts sanitaires pour les populations locales, la surproduction de déchets et les pollutions lourdes."

[...]

Extrait dans son contexte et article complet ici :

http://www.amisdelaterre.org/La-sortie-du-nouvel-iPhone-5.html

 

13/09/2012, 18:06 | Par Stéphanie Marthely-Allard en réponse au commentaire de Corinne N le 13/09/2012 à 13:35

Sans compter les drames induits par la guerre du coltan, un minerai aujourd'hui indispensable pour faire entre autre ces téléphones portables et autres produits faussement  "jettables".

Pour info, deux reportages sur le sujet, un désastre humain et environnemental au nom de la sacro-sainte rentabilité ... Ecoeurant mes amis ...

http://www.youtube.com/watch?v=JYPYxAEYjfg

http://www.youtube.com/watch?v=D0Fh_Iv-Vsg

 

Newsletter