Jeu.
31
Jui

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Le boulanger, la boulangère et le petit mitron

L'été 1789 fut l'été de tous les dangers pour la monarchie. Ebranlée en juillet par la prise de la Bastille, symbole du pouvoir absolu, elle fut à nouveau mise à l'épreuve les 5 et 6 octobre par une marche des femmes des faubourgs sur Versailles afin de ramener à Paris la famille royale. Journées révolutionnaires restées célèbres par ce cri du peuple : "Nous ramenons le boulanger, la boulangère et le petit mitron".

Cet événement dont les féministes pourraient commémorer l'anniversaire marque, pour la première fois dans notre histoire, le rôle majeur des femmes dans un processus révolutionnaire. Car ce "kidnappage" de la monarchie permit non seulement d'obtenir la signature du roi pour sanctionner la "Déclaration des droits de l'homme et du citoyen"  mais aussi et surtout de mettre la famille royale sous la surveillance du peuple de Paris.

C'est un banquet qui a mit le feu aux poudres et a déclenché ces "Journées d'Octobre". Louis XVI et son entourage se sentant menacés, avaient fait venir à Versailles le Régiment de Flandres, composé de soldats de métier. Et Marie-Antoinette avait organisé un banquet en l'honneur des officiers de cette troupe : on y but beaucoup, on porta des toasts à la monarchie, et on piétina des cocardes tricolores.

Les échos de ces ripailles anti-révolutionnaires parvinrent dans un Paris malheureux, affamé et fiévreux. La colère populaire s'exaspéra et les femmes des faubourgs, rassemblées devant l'hôtel de ville, décidèrent de marcher sur Versailles pour voir le roi et lui réclamer du pain. Il pleut ce lundi 5 octobre 1789. Le cortège des femmes arrive devant le château dans l'après-midi ; elles sont trempées et crottées. Mais elles sont déterminées à obtenir gain de cause. Elles y passeront la nuit devant la grille avec de grands feux allumés et des chants révolutionnaires. Puis, au petit matin, elles envahissent la cour. Bagarre. Un garde du corps est tué. La foule arrive jusqu'à l'entrée des appartements de la reine. La Fayette, commandant de la Garde Nationale, intervient alors et parait au balcon doré de la cour de marbre avec Louis XVI, muet et bouleversé, et Marie-Antoinette qui tient dans ses bras le dauphin.

"Mes amis, dit le roi, j'irai à Paris avec ma femme et mes enfants : c'est à l'amour de mes bons et fidèles sujets que je confie ce que j'ai de plus précieux."

Réunie le 6 octobre en fin de matinée, l'Assemblée décide de suivre Louis XVI à Paris. L'immense cortège s'ébranle en début d'après midi : en tête, des Gardes nationaux, chacun avec un pain au bout de sa baïonnette. Puis, escortant des chariots de blé et des canons, les femmes armées de piques et de fusils, ou portant des branches de peuplier.

Au milieu, après les soldats du roi désarmés, et coiffés de la cocarde tricolore, le carrosse de la famille royale, aussi lent qu'un corbillard, auprès duquel caracole La Fayette.

Qui a dit que la Révolution française était une révolution masculine ?

Tous les commentaires

06/10/2012, 16:12 | Par elisa13

Merci. Magnifique. Sourire

06/10/2012, 16:48 | Par max angel

Il faudra seulement attendre 1944 pour que les femmes aient le droit de vote. Même le Front Populaire ne s'en préoccupa point. Soit bien après les turques, 1930. Ah ! Ces musulmans quand ils deviennent laïques, ils sont redoutables.

06/10/2012, 16:46 | Par Gilbert Pouillart

Bien sûr. Mais le pouvoir est-il échu aux sans pain? Et Napoléon était-il loin dans l'avenir? Rappeler et élébrer la marche des femmes, quoi de plus nécessaire? Et plus de deux siècles plus tard, le courage des "folles de mai"? Et les femmes éminentes de tout acabit qui n'ont jamais manqué, au plus fort du machisme, dns tous les pays ?

L'égalité des deux sexes n'est encore assumée par tous dans aucun pays ...Soyons attentifs, nous les masculins, à nos conduites et à nos paroles de chaque jour ...

06/10/2012, 19:18 | Par Patrig K

il y a toujours une femme en nous, les mecs, pourvu quelle ne s"appelle pas lagarde

car lagarde est plus mec que le roy

merci pour ce rappel

pourtant, les premières croyances , vénéraient les Déesses Mères, et la terre nourricière ..

06/10/2012, 17:01 | Par Gavroche.

220px-Louise_Michel.jpg

Louise Michel

Mother_Jones_1902-11-04.jpg

Mother Jones

rosa-luxemburg1.jpg

Rosa Luxembourg

RosaParks.jpg

Rosa Parks

210078.jpg

Et toutes les autres, belles et rebelles...

arton10995-4b4fb.jpg

Toujours là ... (Dallas, dans Les vivants et les morts)

06/10/2012, 17:07 | Par babbone

 Merci de rappeler le rôle joué par les femmes dans cette marche sur Versailles du 5 et 6 Octobre 1789 ...le jour anniversaire de cette marche , bel hommage !

 La revendication du pain ne fut pas leur seul étendard  . Elles ont également lutté pour des droits civils ( divorce par ex.) et pour l'instruction "Ne nous élevez pas comme si nous étions destinées à faire les plaisirs du sérail "dira l'une d'entre elles.

 L'un des premiers articles de la Déclaration d' Olympe de Gouges est : "La femme naît libre et demeure égale à l'homme en droits" . O. de Gouges périra sur l'échafaud en 1793 , son crime : " avoir oublié les vertus qui conviennent à son sexe" ( notez la perfide hypocrise de la formulation ) . Cette même année 1793, le décret dit du 9 brumaire renvoie les femmes au domaine privé( ?!) .

 "Rôle majeur des femmes dans un processus révolutionnaire", certes ...mais bien mal récompensées , les femmes .Les "machos" veillaient !!

06/10/2012, 17:52 | Par pierre guerrini en réponse au commentaire de babbone le 06/10/2012 à 17:07

 

Comme vous y allez! ... Disons La réaction veillait !! ...

06/10/2012, 19:15 | Par babbone en réponse au commentaire de pierre guerrini le 06/10/2012 à 17:52

 Les deux veillaient..... !! De mes souvenirs d'écolière , je garde en mémoire un nom  ...Fabre d' Eglantine ( ça ne s'oublie pas ) qui se fera l'écho des angoisses masculines en dénonçant , avec d'autres députés de la Convention, "ces prétendues révolutionnaires ", au moment où précisément le problème des droits politiques des femmes sera débattu à l'Assemblée Nationale ...et vite tranché : "il n'est pas possible que les femmes exercent des droits politiques" ( droit de vote par ex.) . Peu de défenseurs des revendications féminines  parmi les députés et cela même parmi les plus révolutionnaires . Ce " Fabre d' Eglantine", en se faisant le héraut de "l'auto préservation masculine", a eu des propos plutôt "machos"... , disons sexistes !!

 Bien sûr , à travers les Citoyennes Révolutionnaires , tous les courants politiques radicaux sont visés par " la réaction"

06/10/2012, 19:26 | Par poppie en réponse au commentaire de babbone le 06/10/2012 à 19:15

Fabre d'Eglantine... l'auteur de la comptine " il pleut bergère"      Il aurait pu se limiter à écrire ce genre de choses.

Comme un certain führer aurait pu continuer à peindre...

06/10/2012, 21:11 | Par Gavroche. en réponse au commentaire de babbone le 06/10/2012 à 19:15

@ Babbone et à Poppie

On ne peut pas projeter nos avis (et surtout nos jugements) d'hommes et de femmes du XXIè siècle sur ceux des hommes et des femmes du XVIIIè. Ni faire de parrallèle entre Fabre d'Eglantine et Hitler. C'est juste ... ridicule.

06/10/2012, 22:59 | Par poppie en réponse au commentaire de Gavroche. le 06/10/2012 à 21:11

Mes deux exemples ne sont évidemment pas comparables, je le reconnais volontiers.

Mais la discrimination faite aux femmes me gêne aussi.

06/10/2012, 19:50 | Par bendidonc

Vos billets historiques sont un pur bonheur, Cher Vingtras !

 Le 5 octobre a aussi son héroine, Théroigne de Méricourt, à la tete du fameux cortège armée d'un sabre et d'un pistolet conquis à la Bastille selon l'étude de Pillet. Elle est plus connue sous le nom de "belle liegeoise" ou de "l'amazone rouge"....( Selon Léopold Lacour les 3 femmes de la révolution sont Olympe de Gouge, Théroigne de Méricourt et Rose Lacombe ) .   

Elle a inspiré Charles Baudelaire dans les fleurs du mal.

 

07/10/2012, 06:55 | Par babbone

@ Gavroche....La conscience féministe  ( au sens XXIème siècle ) est encore loin d'apparaître dans cette période de la Révolution Française, pourtant certaines voix de femmes  s'élèvent pour combattre la domination masculine dans une société patriarcale .

 Si les partisans de l'égalité politique hommes / femmes ne sont pas nombreux pendant la révolution , certains, comme Condorcet , montrent la voie en affirmant :" Songez qu'il s'agit des droits de la moitié du genre humain ( ce qui, me semble-t-il,est toujours d'actualité ... l'égalité hommes / femmes est loin d'être effective de nos jours  : égalité des salaires , femmes au gouvernement , présidente de la république , postes de direction dans les grandes entreprises...etc, etc, etc!!)

Newsletter