Jeu.
17
Avr

MEDIAPART

Connexion utilisateur

HOLLANDEGATE: Protégé par Blaise Compaoré, le chef des "terroristes criminels" reçoit dans une suite de luxe à Ouagadougou

Iyad Ag Ghali, (...) Le Mollah de Kidal, 54 ans, patriarche
respecté, à la fois craint et adulé par la communauté
des Ifoghas où sa voix est prépondérante, vit dans
une suite de luxe du 11 ème étage de l'hôtel Laico

(...) C’est là qu’il reçoit et consulte.
Plusieurs personnalités de renom issues de la haute
hiérarchie militaire, du gratin politique et du milieu
des affaires défilent en longueur de journée.
Djibril Bassolé, Francois Campaoré, Djenderé,
Moustapha Chafi, le milliardaire Lancine Diawara
le côtoient et le protègent.
Chouchouté et cadeauté par l'entourage présidentiel
immédiat, Iyad Ag Ghali est une pièce maîtresse
du leadership du chef de l'état, Blaise Campaoré
,

(...)

L'homme fort de Ouagadougou l'a si bien compris en
devenant le tuteur attitré aux petits soins de celui
qui est par ailleurs très écouté à Doha et à Riyad.


"IYAD,  [CHEF DES IFACHISTES ANCAR DINE] LOIN
DU THEATRE D'OPERATION, SANS ARMES,
SE LA COULE DOUCE A OUAGADOUGOU"


Ce titre est une des conclusions de Ismael Aidara.
Ismael Aidara est bien informé. Il publie dans le journal en ligne Les Afriques.
Il en est même aujourd'hui l'envoyé spécial à Bamako et publie ses articles de là-bas ces jours derniers.
Ce qu'il donnait comme information il y a 6 jours est une bombe : le chef des terroristes criminels" que dénonce - avec la plus parfaite hypocrisie - Laurent Fabius était tranquillement installé dans la capitale du Burkina Faso, protégé par le tyran du pays, le chouchou des tartuffes pseudo-juges de la CPI de La Haye, l'assassin de Thomas Sankara - Blaise Compaoré !
Pendant que la base "terroriste" se faisait massacrer par les amis de ses protecteurs, le bandit Ançar Dine Iyad Ag Ghali se pavanait dans un hôtel de luxe de Ouaga !!

UN HOLLANDEGATE PUITS SANS FOND
DE MENSONGES SANS AUCUNE LIMITE

Le HOLLANDEGATE n'aura donc aucune limite !
Un puit sans fond totalement délirant de mensonges, de magouilles, de coups fourés, de mensonges totalement pourris.

Le scénario que nous exposons depuis des mois se confirme, pièce par pièce : le gangster Compaoré, après avoir assassiné le jeune Zongo au printemps 2011 - quand les jeunes Burkinabés décidèrent d'imiter leurs cousins de Tunisie, après avoir pris la poudre d'escampette face à la révolte de SES militaires....prit ses dispositions pour perpétuer sa dictature - la base US secrète de Ouagadougou n'avait pas suffi à lui garantir la prorogation de son régime.

UN COMPLOT : FABRIQUER AU MALI
UNE PARTITION, PUIS UNE LICORNE BIS

Avec tous les gangsters de la Franceàfric, il a donc monté ce complot : demander au Qatar de fabriquer des brigands islamistes pour attaquer le Mali. Puis aller sauver ce pays par une occupation LICORNE-bis !
Une ONUMA comparable à l'ONUCI pouvant éventuellement soutenir le nouveau Ouattara du Mali.

LA REVOLUTION MALIENNE DE MARS 2012
BLOQUA LES PLANS DES FASCISTES

C'est la Révolution malienne de mars 2012 qui sabota les plans des comploteurs : le traitre ATT qui coordonnait au Thuraya l'avancée de Ançar Dine à Aguel Hoc fut pris la main dans le sac, il fit assassiner le capitaine Sékou Traoré qui avait confisqué le téléphone satellitaire des ifachistes, mais fut renversé par un mouvement populaire réunissant des civils et des militaires.
On voit dans cet article que, pendant que le 5° jour de l'offensive HOLLANDEGATE, ses hommes - naïfs crétins ifachistes - faisaient massacrer par les frappes de l'armée française, le chef de ces crétins coupeurs de mains était tranquillement installé dans le luxe et la quiétude !

 

Mali reconquête (jour 5) : où l’on parle de l’axe Ouagadougou Version imprimable

Entre Blaise Campaoré et Iyad Ag Ghali, c’est le baiser et la poudrière. Le guerrier du désert et le président médiateur, sont ils les gros perdants de cette guerre à laquelle ils étaient opposé? Depuis l’hôtel Laico de Ouagadougou, Iyad Ghali, l’une des victimes collatérales de l’opération Serval, s’informe par SMS.

Alors que l'opération Serval se poursuit sur les sables mouvants du nord Mali, le chef de l'état burkinabé, Blaise Campaoré et le rebelle diplomate très «policé », Iyad Ag Ghali, surnommé le Sniper au turban, depuis la chute des villes stratégiques du nord Mali, se chambardent. Loin des rafales et des coups de canon, Ils échangent régulièrement au bout du fil via le missi dominici, le mauritanien Moustapha Chafi, l'homme de main et l'oreille du président Campaoré. Le guerrier du désert et le président médiateur, sont ils les gros perdants de cette guerre à laquelle ils étaient opposé ? L'alchimie d'une non intervention d'une force internationale au Mali n'a pas fonctionné au finish. Selon une source autorisée, jointe par Les Afriques, Iyad Ag Ghali, qui s'était vite démarqué des troupes d'AQMI est tombé dans son propre piège. Le Mollah de Kidal, 54 ans, patriarche respecté, à la fois craint et adulé par la communauté des Ifoghas où sa voix est prépondérante, vit dans une suite de luxe du 11 ème étage de l'hôtel Laico, un des bijoux du défunt guide libyen, Mouammar Khadaffi.

C’est là qu’il reçoit et consulte. Plusieurs personnalités de renom issues de la haute hiérarchie militaire, du gratin politique et du milieu des affaires défilent en longueur de journée. Djibril Bassolé, Francois Campaoré, Djenderé, Moustapha Chafi, le milliardaire Lancine Diawara le côtoient et le protègent. Chouchouté et cadeauté par l'entourage présidentiel immédiat, Iyad Ag Ghali est une pièce maîtresse du leadership du chef de l'état, Blaise Campaoré dans la géopolitique du no man 's land sahélien. Qui le tient, contrôle la nomenclature des chefs de guerre du Nord Mali. C'est le prix à payer, car tout le monde devra s'y accommoder. L'homme fort de Ouagadougou l'a si bien compris en devenant le tuteur attitré aux petits soins de celui qui est par ailleurs très écouté à Doha et à Riyad.

Toutefois, depuis l'arrivée des jihadistes, les Fous de Dieu, qui sont passés à la vitesse supérieure dans leur projet absolutiste d’ l'instauration de la charia (loi islamique), Iyad Ag Ghali apparaît de plus en plus isolé du jeu. Le pouvoir lui échappe peu à peu et le régime de Bamako ne joue plus sa musique. Mieux, le pouvoir en place a rompu les amarres avec le mouvement islamiste, Ansar Dine qu'il dirige. Ses incessants allers retours Kidal- Ouagadougou pour discuter de la crise qui sévit au Nord Mali ont fait sauter le verrou. Contre toute attente, les cartes ont vite changé de mains. Depuis deux mois, le rebelle Iyad Ag Ghali a déserté son fief et prend les nouvelles de ses combattants via texto.

En réalité, selon un haut dignitaire de la rébellion touareg reconverti en homme d'affaires, avant même la chute de l'ancien président Toumani Touré, les membres d'AQMI ont pris distance avec les cadeaux dispendieux et les antichambres diplomatiques qu'ils considèrent comme des officines d'espionnage. «En voulant gagner du temps, avec la bénédiction de son parrain, Blaise Campaore, il s'aperçoit que les choses lui échappent et son leadership se fragilise» commente notre source. Les deux hommes impuissants face à la machine militaire mise en branle par la communauté internationale ont ils perdu la guerre diplomatique d'avance ? Surement, puisque Iyad, loin du théâtre d'opération, sans armes, se la coule douce à Ouagadougou et son mentor, Blaise Campaoré, est déconnecté du dispositif. Après le doux baiser c'est le temps de la poudrière. La France, tête de pont de l'opération Serval, qui surveille de très près l'axe Ouaga- Nord Mali, a confié cette mission au diplomate Éric Bosc, qui débarque à Ouaga, valises et blocs notes en mains. A suivre.

Par Ismael Aidara

Tous les commentaires

23/01/2013, 13:43 | Par OLChantraine

Un autre aspect laise rêveur dans cette histoire: les médias français ne cessent de parler de "fromation des forces armées maliennes", tout en admettant par ailleurs la vacuité du pouvoir politique de la présidence malienne... On "forme" donc des soldats qui ne sont sous aucune autorité fiable. Ce qui est renforcé par l'annonce que la France restera là tant que les conditions de mise en place d'un pouvoir légitime ne seront pas réunis.

Bref, soit on forme des soldats pour le compte d'un pouvoir illégitime, soit on a pris le pouvoir au Mali, devenu un protectorat. on attend la nomination d'un gouverneur. Pourquoi pas Kouchner?

http://blogs.mediapart.fr/blog/olchantraine

23/01/2013, 15:51 | Par Yanick Toutain en réponse au commentaire de OLChantraine le 23/01/2013 à 13:43

Vous avez tout à fait raison : après la révolution malienne de mars 2012, après que les tyrans bouffons aient ostracisé le Mali (tout en bloquant les armes indispensables à la résistance anti-ifachistes), le capitaine Sanogo, par 3 fois a du accepter l'autorité d'un pantin compradore.
Le plus probable c'est ce que je dénonçais dans un article historico-analytique : le projet de ouattarisation du pays.(cf Mali : Pourquoi cette 4° guerre contre l'Afrique ? (après Abidjan, Bamako))
Le bouffon Dioncounda Traoré avait vocation, sous occupation MISMA, à être le vainqueur d'une élection truquée à l'ivoirienne.
C'est la révolte de 9-11 janvier dernier qui a remis ce plan en cause....
Vous avez raison d'ironiser sur le Gauleiter du Kosovo : il voulait que la France de Villepin aille en Irak pour avoir "a piece of cake". Chez Bourdin hier il ne faisait pas mystère de la logique de vampire nécessaire qui était celle de la France.....
Ce qui manque à ce schéma ce sont deux choses : des journalistes honnêtes - qui iraient jusqu"à révéler que le chef des terroristes est l'invité de Compaoré et , surtout, un parti révolutionnaire NEOsankariste qui construirait des gouvernements du peuple SANS ELECTIONS...
Cela va finir par faire irruption !
Au moins, sur Mediapart, on est passé de "Ferme ta gueule" à "Cause toujours".
Malgré mes 1200 RECOMMANDATIONS (pour Mali : François Hollande est un menteur. Les islamistes sont les pantins du Qatar, membre de la Franceàfric-Francophonie) , je n'ai pas eu le droit à la première page..... mais pas - comme sur Rue89 - une censure et un effacement de mes textes !

C'est déjà ça !

Newsletter