Mer.
22
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Les Thénardier votent Le Pen

Mediapart publie ce week end un article assez glaçant - ici - sur des ouvriers de Moselle qui non seulement n'auraient plus peur du Front mal nommé national mais qui, en plus et par conséquent, s'apprêteraient à voter pour Marine Le Pen, devenue pour l'occasion (on ne rit pas) figure de proue du prolétariat français.

Prolétariat français, pour commencer, n'a pas vraiment de sens puisque les prolétaires de ce pays ne sont pas tous, tant s'en faut, français et que parmi eux, il y a de nombreux hommes et femmes venus des pays les plus pauvres de la planète, d'Afrique, d'Asie ou d'Europe de l'Est. Il serait préférable de parler de prolétariat de France dont, visiblement, une fraction française se préparerait à voter Le Pen et se classerait dès lors dans une catégorie nationale (les "Français") au mépris et aux antipodes de toute conscience de classe (Prolétariat vs. bourgeoisie).

Notons en outre que Front national est un nom usurpé puisque, rappelons-le, le premier Front national fut une organisation communiste résistante et que le F"N" post-OAS est lui dans la continuité de Pétain, i.e. fort avec les faibles (les gens d'ici venus d'ailleurs) mais fantoches avec les puissants (de quoi Vichy fut-il le nom ?). Cette lâche dureté est l'apanage de l'extrême-droite depuis la Révolution française. Ce que ces gens haïssent, c'est la France pour tous, avec ses gens réels. Ainsi, quoi qu'en dise Maurras, l'extrême-droite défend un pays archi-légal contre le pays réel ; cause dont l'effet serait une guerre civile sans fin.

Après des années de consensus sur je ne sais quelle identité nationale de la France (pays blanc, catholique, romain,... c'est déjà ce que disait De Gaulle), le parti qui incarne cette fixation et après lequel courent l'UMP mais aussi une partie de la gauche ("Le Pen pose les vraies questions", disait Fabius alors que Mitterrand, pour une fois dans le sillage du P"C", parlait de "seuil de tolérance"), ce parti, donc (le F"N"), a cessé de "faire peur" et fait des voix parmi les ouvriers (même si évidemment, et heureusement, tous les ouvriers ne votent pas pour l'extrême droite).

En Moselle, vieille terre de droite, c'est frappant. Stupeur, alors ! Certains disent "mais non, ce n'est pas vrai, les ouvriers ne votent pas Le Pen !" tandis que d'autres, à mes yeux plus inquiétants, pensent qu'il faut comprendre ce prolétariat déboussolé qui en aurait assez de vivre dans des cités présentées comme miteuses, insécurisées, etc. Ce dernier discours, au fond, est déjà lepéniste et il est dès lors logique qu'il se montre aussi compréhensif à l'égard des "ouvriers français". La colère de ceux-ci serait légitime dans lesdites cités invivables où, bien sûr, l'on ne se sentirait plus chez soi. Pour désigner les vrais coupables de ce procès, est-il besoin de faire un dessin ou d'interroger Régis Debray qui en 1998 parlait de territoires perdus de la République au profit de l'Islam ?

Cette stigmatisation des étrangers, diffusée dans une partie du prolétariat, mêle celle-ci à la subjectivité petite-bourgeoise aigrie lepéniste. Des ouvriers, certes, votent donc Le Pen mais leur idée de la politique est qu'il faut s'en prendre à plus pauvres qu'eux, aux étrangers pour commencer, plus vulnérables et persécutés depuis presque 40 ans par l'Etat et ses politiques de droite ou de gauche. L'ouvrier lepéniste est donc socialement un ouvrier (il travaille à l'usine, a de faibles revenus,...) mais, subjectivement, il est un ennemi de la classe ouvrière et des valeurs politiques de celle-ci puisqu'il consent à ce que le prolétariat d'origine étrangère cesse d'être traité à égalité avec lui. En soi, l'ouvrier lepéniste fait donc partie du prolétariat mais pour soi, il en est l'ennemi.

En cela, l'ouvrier lepéniste de Moselle fait immanquablement songer au couple Thénardier des Misérables de Hugo. On pourra opposer à cette identification le fait que les Thénardier sont des aubergistes mais enfin, ces gens-là sont pauvres et, comme l'indique du reste le roman de Hugo, sont autant misérables (i.e. pauvres et maltraités par la vie) que la plupart des autres personnages (Jean Valjean, Fantine, le père Mabeuf, Gavroche,...). Cette caractérisation de misérables est double dans le roman publié en 1862 ; elle garde cependant toute sa pertinence. Pauvre, socialement, Thénardier l'est presque autant que Jean Valjean (mais moins que Fantine) mais alors que subjectivement, Thénardier reste un misérable (vivant de rapines, s'en prenant à plus faibles que lui comme à Cosette et à sa mère), Jean Valjean, lui, cesse de l'être. Celui-ci, touché par la grâce évangélique après sa rencontre en forme de chemin de Damas avec Mgr Myriel, fait le bien autour de lui tandis que Thénardier, appelé par Hugo le mauvais pauvre, finira négrier. Par cette fin, la subjectivité prélepéniste de Thénardier finit par s'incarner dans une position sociale adéquate.

L'ouvrier lepéniste qui est capable, pour vivre un peu mieux, d'accepter que l'on traite comme un moins que rien son collègue sénégalais ou algérien est en ce sens un Thénardier d'aujourd'hui. En ce sens aussi, Les Misérables sont un roman sartrien. La position sociale ne justifie pas tout et l'on est toujours condamné à être libre. Cela n'implique pas l'absence de révolte, d'ailleurs, et celle-ci est très présente dans Les Misérables à ceci près qu'elle n'est pas de l'ordre du ressentiment. Les exploités font face aux exploiteurs. C'est une lutte de classes à laquelle, logiquement, Thénardier ne participe pas et dans laquelle les émissaires de l'ennemi - Le Cabuc, par ex., "mauvais pauvre" lui aussi - sont débusqués et exécutés.

De ce point de vue-là, il serait bon aussi de connaître les états de service des ouvriers lepénistes à l'usine sur la question par exemple de la grève. Il ne faut en effet pas exclure qu'on ait surtout affaire à des jaunes dépourvus de toute conscience ouvrière. S'agirait-il alors encore d'ouvriers ?

De quoi ouvrier est-il le nom ?

Tous les commentaires

11/12/2011, 17:20 | Par Belange

L"ennemi de la classe prolétaire, c'est nous qui regardons les usines se fermer , se délocaliser et qu'est-ce qu'on a fait nous est-ce qu'on s'est mis en grève pour les soutenir ? Non . Est-ce qu'on s'est tous mis en grève ensembles contre les privatisations ? Non . La misère et le désespoir, l'écoeurement sont rarement bons conseillers .

11/12/2011, 19:08 | Par gerald rossell en réponse au commentaire de Belange le 11/12/2011 à 17:20

La misère et le désespoir, l'écoeurement sont rarement bons conseillers ."

Le poète qui dit "l'homme crie où son fer le ronge et sa plaie enfante un soleil plus beau que les anciens mensonges" n'est visiblement pas d'accord avec votre théorie défaitiste.

12/12/2011, 18:42 | Par dianne en réponse au commentaire de gerald rossell le 11/12/2011 à 19:08

Pour l'honneur de quelques uns, traînés dans la boue par des ignorants.

http://blogs.mediapart.fr/blog/dianne/121211/moselle-ouvriere-mise-en-examen

11/12/2011, 17:32 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de Art Monica le 11/12/2011 à 17:30

Apprenez à lire, tout le monde s'en portera mieux. Vous soutenez la lèpre lepéniste, grand bien vous fasse.

11/12/2011, 17:32 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 11/12/2011 à 17:32

Ces insultes sont idiotes. Relisez votre Billet et décortiquez son message.

11/12/2011, 17:47 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de Art Monica le 11/12/2011 à 17:45

Il vaut mieux, Miss Monica, croire en Dieu qu'en vous, c'est moins déprimant.

11/12/2011, 17:52 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 11/12/2011 à 17:47

Cela dépend des circonstances... Si, si, je vous assure Yvan...

11/12/2011, 17:55 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de Art Monica le 11/12/2011 à 17:52

Evitez la pornographie, de grâce.

11/12/2011, 17:56 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 11/12/2011 à 17:55

La pornographie? Vous rigolez! Je pensais au domaine professionnel!

11/12/2011, 17:56 | Par Belange en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 11/12/2011 à 17:47

Je pense qu'il vaut mieus croire en Art Monica qu'n Dieu .

Ca fait un bon moment que les ouvriers luttent et qu'est-ce qu'on leur dit ; on est en démocratie, rester calmes , pas d'actes violents, négociez, sachez arr^ter une grève etc, etc .

ils se servent de leur droit de vote pour exprimer leur colère .

Moi j' en veux à la gauche et pas aux ouvriers . La gauche qui a laissé faire , qui a collaboré , qui respecte la démocratie et le pouvoir en place comme s'il était démocratique , la gauche qui fait semblant .

 

11/12/2011, 18:01 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Belange le 11/12/2011 à 17:56

Je crois en ce Bel Ange pour ces paroles si justes, qui ne se trompent pas d'ennemi Sourire

11/12/2011, 18:25 | Par Belange en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 11/12/2011 à 18:08

Le Christ est révolutionnaire peut-être mais pas les religions .

Les ouvriers qui votent LePen , ceux ne sont pas eux les traitres . Et on ne sait pas ce que ferait aujourd'hui nos grands-parents ( les miens étaient pauvres et paysans et communistes jusqu'en 81, après ils n'ont plus jamis voté communiste ) mais ils ne se trompaient pas cible , ils ont été résistants mais n'en voulaient pas aux Allemands . Il ne faut pas se tromper de combat .

11/12/2011, 18:42 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de Belange le 11/12/2011 à 18:25

Quand on ne supporte pas la xénophobie, on ne vote pas Le Pen. C'est la force d'un principe.

11/12/2011, 19:04 | Par Belange en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 11/12/2011 à 18:42

Quand on enlève leur dignité et leur fierté aux gens en leur enlevant leur travail, sans scrupules et sans état d'âme, comment parler de principe .

11/12/2011, 19:24 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de Belange le 11/12/2011 à 19:04

Acceptez si vous voulez que l'homme soit un bipède sans plumes. Mais sans moi.

De qui est-on l'ami/l'ennemi ? De Le Pen ou du sans-papier exploité, persécuté et parfois pas payé ?

En fin de compte, qui sers-tu ?, demandait Mao Zedong.

11/12/2011, 19:34 | Par gerald rossell en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 11/12/2011 à 19:24

Sarképi dit : "cass' toi pov con"

Y Najiels précise "cass'toi con de pauvre"

11/12/2011, 19:58 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de gerald rossell le 11/12/2011 à 19:34

Je me demande ce que vous comprenez à Rancière et à Badiou. Pour bien connaître ce dernier, je sais trop ce qu'il penserait de votre xénophobie de fait. Au passage, votre suffisance vous empêche de savoir que Jacques Rancière accuse la gauche - à raison - d'avoir fait le lit de l'islamophobie en France au nom de combats qui sont les vôtres - puisque vous êtes mélenchonien - comme celui de la "laïcité". Vous pourrez toujours, comme c'est chez vous une habitude, vous vautrer dans les injures, cela n'y change rien. Vous désignez, par votre compassion pour le mauvais pauvre lepéniste, le prolétariat étranger comme un ennemi. Sans doute celui-ci ne mérite-t-il pas votre sollicitude. Peut-être même n'est-il pas pauvre...

Bref, mais c'est coutumier chez vous, vous racontez n'importe quoi...

Je suis pour les damnés de la terre mais je ne défends pas le blanc contre le noir. Tout pour tous est le seul principe de justice valable.

11/12/2011, 20:18 | Par gerald rossell en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 11/12/2011 à 19:58

"puisque vous êtes mélenchonien"

Pas de sauveur suprême. Vite la révolution citoyenne.

Bon, vous êtes pour "les damnés de la terre" moi, en fan d'Hugo je suis pour "les travailleurs de la mer"

Fermons le ban , échanger avec vous est simplement inutile.

11/12/2011, 20:45 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de gerald rossell le 11/12/2011 à 20:18

Fermons le ban , échanger avec vous est simplement inutile.

En effet... La révolution citoyenne est une formule vide de sens.

Quant aux Damnés de la terre, c'est Fanon. Mais ça, vu l'occidentaliste que vous êtes, je comprends que ça vous décoiffe...

11/12/2011, 21:30 | Par gerald rossell en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 11/12/2011 à 20:45

vu l'occidentaliste que vous êtes, je comprends que ça vous décoiffe..."

pour noêl j'ai acheté dix oui (10) "Manifeste pour les produits de haute nécessité" afin d'en faire autant de cadeaux.

 

Offrez vous "Don Quichotte" et cherchez ce passage où Sancho dit à La triste figure "Ecoutez ce que vous venez de dire" ainsi, peut être que vous lirez ce que vous venez d'écrire.

11/12/2011, 21:37 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de gerald rossell le 11/12/2011 à 21:30

Fermez le ban...

12/12/2011, 09:51 | Par gerald rossell en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 11/12/2011 à 21:37

Fermez le ban"...

comme vous n'avez pas daigné accepter ma première invitation à fermer le ban mais avez sur-réagi par une réaction méritant carton rouge, je ne me plierai pas à votre injonction et me promets de vous mener - au pied de la lettre - la vie dure.

12/12/2011, 14:00 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de gerald rossell le 12/12/2011 à 09:51

Je trrrremble !

12/12/2011, 10:03 | Par gerald rossell en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 11/12/2011 à 19:58

Bref, mais c'est coutumier chez vous, vous racontez n'importe quoi"

Cette phrase, j'espère qu'elle ne laisse pas deviner les appréciations que -prof de lettres - vous glissez sur les copies des élèves.

12/12/2011, 17:02 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de gerald rossell le 12/12/2011 à 10:03

Genre de remarque qui prouve que vous êtes en fin de munitions (on est vite à court, chez vous) et qu'il ne reste que les fonds de tiroir poujadistes. Laissez mon travail en dehors de cela, merci. Y a pas besoin de gratter beaucoup pour voir en vous le minable auquel on a affaire...

12/12/2011, 14:45 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 11/12/2011 à 19:58

/// Jacques Rancière accuse la gauche - à raison - d'avoir fait le lit de l'islamophobie en France au nom de combats qui sont les vôtres - puisque vous êtes mélenchonien - comme celui de la "laïcité".

Cela dit on peut aussi combattre l'islamophobie "au nom de la laicité" Et heureusement que c'est le cas de certains (pas tous) "Mélanchonniens"

11/12/2011, 19:37 | Par Belange en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 11/12/2011 à 19:24

Ce n'est pas en accusant les ouvriers que les choses changeront

12/12/2011, 09:01 | Par jean michel PARIS en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 11/12/2011 à 19:24

Au lieu de faire de la philosophie à deux balles, Mao aurait mieux fait de suivre des cours d'économie ou d'agriculture, ça aurait permis à des millions de chinois de ne pas mourir de faim!

12/12/2011, 09:19 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de jean michel PARIS le 12/12/2011 à 09:01

Il les a nourris, précisément. Caramba, encore raté !

12/12/2011, 09:44 | Par jean michel PARIS en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 09:19

12/12/2011, 09:57 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de jean michel PARIS le 12/12/2011 à 09:44

Ce sont vos preuves ? Arf, arf, arf !

Vous êtes un minable ranci, cher monsieur, bouffi de rancoeur jaunâtre. Allez, suivant.

12/12/2011, 10:25 | Par jean michel PARIS en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 09:57

de tels compliments de la part d'un stalinien fossile, c'est un délice!

12/12/2011, 14:01 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de jean michel PARIS le 12/12/2011 à 10:25

Une jouissance triste de plus pour Paris, une !

11/12/2011, 20:02 | Par Arthur Porto en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 11/12/2011 à 18:08

à propos....

De quoi ouvrier est-il le nom ?

Surement pas de ce clivage entre les bons et les mauvais ... prolétaires, cadres, bourgeois, militants ?

La distinction entre les ignares et les intelligents ? entre ceux qui ont la bonne carte et les autres ? le bon syndicat ou les autonomes ? ceux qui votent et les autres ? et gare à toi si tu votes "blanc" ...

Il est intéressant que ce lieu d'échange de Mediapart autorise et donne la possibilité de nous exprimer. Mais peut-être dans le sens du débat, de la confrontation pas celui de l'invective qui n'intéresse que celui qui déverse ses craintes de ne pas être le détenteur de la vérité.

C'est que beaucoup de "mauvais ouvriers" n'ont jamais eu d'autre possibilité que d'être "mauvais" pour les apôtres de la bonne parole! ou les contrôleurs de la "conscience de classe"!

12/12/2011, 08:55 | Par jean michel PARIS en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 11/12/2011 à 18:08

Le Christ est plus progressiste que la gauche laïcarde.

Napoléon III aurait aimé ça!

Au secours Blanqui, au secours Louis Blanc, au secours Gambetta, ...

Et Médiapart met ce genre de littérature politique à la Une? Navrant.

12/12/2011, 13:59 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 11/12/2011 à 17:47

Je ne crois pas être particulièrement au mieux avec Arx Monica ! Maintenant lui opposer Dieux, cette vieille crevure, tout juste bonne a inspirer un Bayrou ou une Christine Boutin ! Ecrason l'infame (et son homme lige Yvan Najiel)

 

Il faut, non seulement que cesse l'exploitation de l'homme par l'homme, mais que cesse l'exploitation de l'homme par le prétendu Dieu , d'absurde et provocante mémoire. Il faut que soit révisé de fond en comble le problème des rapports de l'homme et de la femme. Il faut que l'homme passe, avec armes et bagages, du côté de l'homme. Assez de fleurs sur les tombes, assez d'instruction civique entre deux classes de gymnastique, assez de tolérance, assez de couleuvres !

12/12/2011, 17:04 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de Marc Tertre le 12/12/2011 à 13:59

T'es gentil, camarade... Breton à qui Trotski disait qu'il avait "une fenêtre ouverte sur l'au-delà" est-il présentement la meilleure référence ?

12/12/2011, 19:36 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 17:04

Sans aucun doute : lui ne confondait pas "l'ouverture sur l'au dela" et la canaille sacerdotale (quelque soit l'habit sous laquelle elle se cache)

12/12/2011, 03:52 | Par LEILA BENHIMA en réponse au commentaire de Art Monica le 11/12/2011 à 17:45

PS : Et si vous vous mêliez de ce que vous comprenez et de ce qui vous regarde.Vous avez cette obsession d'expliquer la vie mon petit à d'autres qui me parait suspecte et un peu trop récurente.Personne n'a besoin de vous pour comprendre les raisons de ses propres actes.Le voile est une obsession chez vous pas chez les personnes qui le portent.Vous roulez pour qui ?

12/12/2011, 13:22 | Par Boris Carrier en réponse au commentaire de Art Monica le 11/12/2011 à 17:45

à Art Monica

 

pardon, mais je ne vois pas ce que viennent faire dans ce fil la question des filles voilées pour lesquelles vous décidez de ce qui leur convient.

 

quant au billet, il faisait la différence entre prolétariat français et prolétariat de France, le prolétariat français se retrouvant dans des thèses nationalistes à tendance xénophobe , différence que je trouve pertinente.

12/12/2011, 13:53 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Boris Carrier le 12/12/2011 à 13:22

Boris Carrier

 

Le fil n'est pas facile à suivre. Mais à l'un de mes messages de 17h30, Yvan Najiels m'a dit:

11/12/2011, 17:33PAR YVAN NAJIELS

Je note quand même, au passage, que contre les femmes portant un foulard musulman, d'un coup, vous étiez moins compréhensive.

C'est un choix. Pas le mien, assurément.

 

___

C'est lui qui a parlé du voile, je n'ai fait que répondre dans un PS.

 

12/12/2011, 14:48 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de Boris Carrier le 12/12/2011 à 13:22

quant au billet, il faisait la différence entre prolétariat français et prolétariat de France, le prolétariat français se retrouvant dans des thèses nationalistes à tendance xénophobe , différence que je trouve pertinente.

Toute la question est qu'il reste a prouver que "le prolétariat français" soit xénophobe, et que dans ce cas (mais je n'ai toujours pas eu un commencement de début de preuve) le prolétariat "immigré" soit miraculeusement épargné (la seconde me semble tout a fait douteuse)

12/12/2011, 10:19 | Par Quoique en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 11/12/2011 à 17:32

Jamais vu dans le texte d'Art Monica ni dans ses autres commentaires qu'elle soutenait la lèpre lepéniste.

 

Apprenez à lire, vous vous en porterez mieux.

12/12/2011, 09:48 | Par Quoique en réponse au commentaire de Art Monica le 11/12/2011 à 17:30

Vou avez dit tout ça avnt moi, merci.

 

Bon sang, qui a trahi la classe ouvrière si non les partis de gauche et les grands syndicats...

12/12/2011, 17:05 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de Quoique le 12/12/2011 à 09:48

Bon sang, qui a trahi la classe ouvrière si non les partis de gauche et les grands syndicats...

Où ai-je dit/écrit le contraire ?

11/12/2011, 17:55 | Par Art Monica en réponse au commentaire de [email protected] le 11/12/2011 à 17:50

Melchior, ça fait un moment que je sentais venir cette idéologie, finalement bien mise en évidence par Terra Nova. Et je me disais "Non, ils ne feront pas ça".

 

Ben si, ils le font Pas content

A quoi conduit la logique en miroir face à Sarkozy et Le Pen...

12/12/2011, 09:55 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de jean michel PARIS le 12/12/2011 à 09:04

Je ne vois pas le rapport avec la choucroute. Votre hargne baveuse vous égare, mon pauvre. Une telle densité de connerie est remarquable, en effet. Y a qu'à vous lire...

12/12/2011, 14:53 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de [email protected] le 11/12/2011 à 17:50

//// L'ouvrier est parfait. Or l'ouvrier mosellan vote Le Pen.

Les deux présupposés me semblent faux (en tout cas pas prouvé pour le second, et totalement saugrenu pour le premier) Mais si "dissonnance cognitive" il y a (et que ces deux préssupposés soient finalement démontrés, ce que j'attend toujours) j'attire l'attention de Ivan sur la notion de "classe en soi/classe pour soi" (puiisque si un ouvrier arrivait a voter Le Pen, c'est qu'il ne se reconnaitrait finalement pas en tant que classe, et Lutte Ouvriére aurait définitivement étendu Badiou pour le compte et ce qui reste du maoisme universitaire

11/12/2011, 18:18 | Par Virgil Brill

Yvan Najiels

 

Yvan, je crois que tu simplifies.

Crois-tu vraiment que la motivation centrale des ouvriers qui votent FN soit la question de l'immigration ? Personnellement j'en doute et je pense qu'ils avalent cette merde avec l'ensemble du paquet (et encore, pour beaucoup d'entre eux, pas forcément) mais qu'au fond ils s'en foutent. La "gauche" et la droite ont mené les mêmes politiques "libérales" dures aux faibles. Abandon désespoir et rage. On vote donc pour Croquemitaine sans faire le tri dans les fables qu'il raconte, l'important étant de renverser la table…

11/12/2011, 18:31 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Virgil Brill le 11/12/2011 à 18:18

Il ne faut pas confondre les propos des ouvriers devant un micro, et leurs représentations profondes. On sait très bien qu'entre les rationalisations (pêchées dans les rhétoriques en cours) et les pensées latentes, il y a tout un monde et un grand décalage. C'est le B.A BA de toute enquête qui se veut analyse des opinions.

11/12/2011, 18:30 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de Jacques Bolo le 11/12/2011 à 18:18

Jacques Bolo

 

Moi aussi je le comprends

Nous n'en attendions pas moins de votre vaste intelligence. Art Monica, la sœur cachée de Zemmour… Vous en avez encore d'aussi croquignolettes dans votre sac à (grosses) malices ?

 

 

11/12/2011, 18:35 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Jacques Bolo le 11/12/2011 à 18:18

Cher Jacques Bolo, ce que vous dites des ouvriers est vrai pour toutes les catégories sociales. C'est un processus qui, mutatis mutandis, traverse le champ social. Simplement, on l'attribue plus facilement à ces salauds de pauvres qu'aux zélites propres sur elles, si promptes à voir l'idéologie chez les autres, surtout les "petits".

12/12/2011, 15:51 | Par Jacques Bolo en réponse au commentaire de Art Monica le 11/12/2011 à 18:35

Comme toujours, vous jouez sur les mots. Je n'ai pas dit le contraire à propos des autres.

 

Il n'y a pas que ce que je dis sur les ouvriers (et sur les autres) qui est vrai. Il y a aussi ce que je dis sur vous. Vous ne défendez pas que les "petits" ouvriers (bien gentils et pétainistes), vous défendez aussi votre cul.

 

La rhétorique, c'est rigolo. Mais ça ne change rien à la réalité.

12/12/2011, 17:48 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Jacques Bolo le 12/12/2011 à 15:51

Jacques Bolo

Vous ne défendez pas que les "petits" ouvriers (bien gentils et pétainistes), vous défendez aussi votre cul.

Je me demande bien ce que mon cul vient faire là dedans.

12/12/2011, 20:35 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de Art Monica le 12/12/2011 à 17:48

Art Monica

 

"Je me demande bien ce que mon cul vient faire là dedans".

Enfin, Art Monica ! Un peu de respect pour Bolo, l'homme qui sait et qui dit le vrai.

Elle se demande… Non mais, pour qui elle se prend, celle-là ? Bolo l'a dit, c'est comme ça, voilà tout.

12/12/2011, 20:55 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Virgil Brill le 12/12/2011 à 20:35

Ah bon, m'sieur Brill?

 

Mais on m'a appris qu'il fallait toujours chercher à comprendre.

 

Et je ne comprends toujours pas ce que mon cul vient faire là dedans, malgré tout le respect que je dois à m'sieur Bolo Innocent

13/12/2011, 10:11 | Par Jacques Bolo en réponse au commentaire de Art Monica le 12/12/2011 à 20:55

Ce que ça vient faire???

Apparemment, contrairement à Zemmour, vous connaissez l'expression "mutatis mutandis".

Mais il semble que vous ne connaissiez pas l'expression "défendre son cul". Elle signifie simplement "se défendre soi".

Dans le contexte, en étant une peu "faux cul" d'ailleurs. Car le procédé rhétorique qui consiste à prendre une partie du discours, et en plus une expression particulière, pour détourner la conversation quand "vous l'avez dans le cul", ça vous pratiquez constamment (NB. Si vous ne connaissez pas ces expressions, renseignez-vous auprès de Virgil Bril).

13/12/2011, 10:30 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Jacques Bolo le 13/12/2011 à 10:11

Pourquoi êtes-vous aussi agressif? Un coup de mépris, un coup d'ironie, un coup d'attaque en rhétorique...

 

Que vient faire mon cul la dedans, je vous le redemande, car j'ai compris l'expression figurée, mais pas le sens de votre attaque. Je n'ai aucun intérêt à défendre dans tout ça. C'est vous qui détournez la conversation en ne répondant pas sur le fond.

 

Quels intérêts imaginez-vous que j'ai à défendre en tentant de comprendre les ressorts du vote populaire pour Le Pen? Mon métier est de comprendre, Mr Bolo, et je ne suspends pas mon analyse parce qu'il s'agit de la politique.

13/12/2011, 12:34 | Par Jacques Bolo en réponse au commentaire de Art Monica le 13/12/2011 à 10:30

Ce que je dis est que vous êtes toujours de mauvaise foi. Constamment. Et c'est fatiguant. Je ne fais pas d'attaque personnelle (contrairement à vous qui parlez constamment de moi). Je dis que je ne suis pas d'accord avec votre analyse, et vous le savez.

 

Vous excusez les ouvriers lepenistes. Moi je dis que ce sont les mêmes qui aurait été pétainistes. Vous les excusez parce que vous considérez que c'est plus grave que d'être antimusulman (entre autre parce que vous êtes contre le voile). Moi je considère que c'est la même chose, mutatis mutandis.

 

Vous défendez votre cul, parce que vous êtès démago, cad lâche, sur la question des juifs. Moi je dis, justement, que (au moins pour certains des classes popu) c'était pareil en 1940: ils considéraient que les juifs n'avaient pas les mêmes valeurs. Je le comprends sincèrement (c'était le catholicisme traditionnel qui était la norme). Mais je le désaprouve, outre pour ce que ça a donné (ce qui je vous le rappelle n'était pas ce qui était condamné après guerre), pour le fait que ce rejet était instrumentalisé par des racistes, fondamentalistes antijudaïques, fascistes, etc. et éventuellement quelques laïques comme vous (et d'autres sur médiapart) qui disent qu'on va pas s'emmerder avec des juifs alors, des musulmans aujourd'hui, après s'être emmerdés avec des cathos (dit explicitement sur Médiapart - mais de toute façon c'était mon analyse).

 

Vous essayez systématiquement de jouer sur la forme, même quand vous faîtes rhétoriquement appel au fond. Le fond vous l'avez. Je pense que vous avez tort. Vous pouvez toujours faire de la démagogie populaire en en appelant à la classe ouvrière, ce qui plait beaucoup ici. J'en ai rien a foutre. Je suis un bobo mondialiste.

 

Super bobo.

 

PS. Un conseil: changez de métier.

13/12/2011, 13:14 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Jacques Bolo le 13/12/2011 à 12:34

Vous ne savez pas de quoi vous parlez en disant Changez de métier. Alors n'en parlez pas.

 

Quant à vos jugements de lâcheté, mauvaise foi, et autres fadaises, gardez-les pour vous. Vous avez vos opinions, j'ai les miennes. Je ne porte pas de jugement sur votre personne, faites de même avec moi.

13/12/2011, 13:22 | Par Jacques Bolo en réponse au commentaire de Art Monica le 13/12/2011 à 13:14

Vous m'avez demandé ce que j'entendais pas "défendre votre cul".

J'ai répondu.

PS. Je remarque que vous avez encore oublié le fond!!!

13/12/2011, 15:16 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de Art Monica le 13/12/2011 à 13:14

Art Monica

 

Pourquoi répondre à ce pauvre Bolo ? Ce n'est pas très charitable car cela le pousse à argumenter, exposant ainsi en toute innocence l'étendue du désastre cognitif… Il faut le laisser pousser ses petits cris, c'est ce qu'il fait partout, sans doute que ça lui fait du bien.

13/12/2011, 15:20 | Par Jacques Bolo en réponse au commentaire de Virgil Brill le 13/12/2011 à 15:16

MDR

Le bal des faux culs continue!!!

14/12/2011, 09:33 | Par JoëlMartin en réponse au commentaire de Jacques Bolo le 13/12/2011 à 15:20

Toujours autant bolotomisé, le Jacques.

Encore un archétype vulgaire de l'insulteur dont la besace à arguments est tristement vide.

Bien le bonjour, Monica et Virgil.

Cela dit, les ouvriers qui ont l'intention de voter Le Pen se laissent prendre au bonneteau marineux.

Il croient que leurs conditions de vie s'amélioreraient avec le lepénisme au pouvoir.

Or c'est le contraire. Le repli sur lui-même de l'Hexagone serait un désastre économique encore pire que celui que nous connaissons sous Sarkozy.

Or qui trinque en premier quand les conditions se dégradent encore ? Les plus pauvres.

La bouée marine à laquelle songent à s'agripper les ouvriers pensant voter Le Pen est en réalité une gueuse de plomb.

Le lepénisme est une vénéneuse imposture.

14/12/2011, 14:22 | Par Jacques Bolo en réponse au commentaire de JoëlMartin le 14/12/2011 à 09:33

En gros, banane, t'es d'accord avec moi (mes arguments) mais tu ne m'aimes pas et tu préfères les gens bien élevés qui comprennent si bien les cons qui se font baiser, en supposant un peu naïvement qu'ils ne savent pas ce qu'ils font.

Toujours le rousseauisme ouvriériste et les convenances entre soi.

Si t'as pas encore compris que j'en ai rien à foutre!

14/12/2011, 16:22 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Jacques Bolo le 14/12/2011 à 14:22

En tous les cas, cher Jacques Bolo, vous avez de fervents supporters anonymes qui détestent les gens que vous attaquez et qui recommandent vos commentaires fort amènes avec une visible délectation.

 

Vous servez de déversoir de haine, et vous méritez à ce titre une médaille de salut public, pour des convenances entre soi qui fleurent bon le faux cul.

 

Vous n'avez rien compris à mes arguments, si vous imaginez que je me contente de "comprendre les cons qui se font baiser". Je cherche en fait à comprendre ce qui, dans les belles positions moralisatrices et faux-cul de "la gauche", ouvre la voie (et les grands boulevards) à Marine Le Pen, mais je ne couvre pas pour autant les gens qui votent pour elle de crachats, de vomi ou de merde.

14/12/2011, 18:25 | Par Jacques Bolo en réponse au commentaire de Art Monica le 14/12/2011 à 16:22

Vos réponses puent constamment l'hypocrisie. J'ai dit ce que j'avais à dire quand vous me l'avez demandé. Moi je ne joue pas les vierges effarouchée.

 

Votre critique des "faux culs de gauche" est un lieu commun à la Zemmour, dans la tradition machiavelienne/nietschéenne anti-moraline (vous avez fait Sc-po et l'ENA? ou quoi?).

 

Et tout ça se réduit à "vous faites le jeu de Le Pen", pour vous donner bonne conscience (ou manipuler les naïfs). Votre solution est donc de faire de Le Pen pour qu'elle ne soit pas élue. Au moins, Sarko est électoraliste en faisant de même. Si vous croyez que ça va marcher, moi je crois que ça justifie les cons (avec les excuses qu'ils ont de l'être, comme en 40, donc) et, s'il faut être "national", j'ai eu l'occasion de dire plusieurs fois que ces conneries plombent la France depuis 30 ans. C'est du lourd dans la concurrence mondiale!!!

 

PS. Comme j'aieu l'occasion de le dire aussi , parler de "haine" est un truc rhétorique très ancien (j'en ai parlé à propos de Scheler) pour discréditer autrui et se valoriser. Toujours les mêmes vieux trucs. C'est une seconde nature!

14/12/2011, 19:04 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de Jacques Bolo le 14/12/2011 à 18:25

Art Monica

 

Je te l'avais dit : le malheureux ne comprend rien à rien (pas seulement avec toi) et il est incapable d'autre chose que de réactions réflexes rudimentaires. Ne perds pas ton temps avec cet imbécile répétitif et ennuyeux qui n'est même pas capable d'être désagréable de façon un peu amusante.

14/12/2011, 19:27 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Virgil Brill le 14/12/2011 à 19:04

Compris mon Virgil.

 

J'ai du mal à admettre certains entêtements hargneux, mais il faut bien convenir qu'ils existent, et passer son chemin.

 

La machine à bolo-claques se met en route en mode automatique, applaudie par la claque anonyme. Le problème est qu'elle le fait même quand on ne s'adresse pas à elle. Il faut croire que c'est nécessaire à son économie.

15/12/2011, 11:35 | Par Jacques Bolo en réponse au commentaire de Art Monica le 14/12/2011 à 19:27

Et par contre, les personnes qui votent FN, vous les comprenez sans pb. Il ne sont pas hargneux, ils sont sans haine... no problemo. Ego(s) te absolvo. On est entre chrétiens, quand même.

NB. Petit rappel, en passant, c'était ça le sujet, pas moi - Et là, pas de pitié : perseverare diabolocum.

Flagrant délit de jésuitisme en réunion!!!

15/12/2011, 11:48 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Jacques Bolo le 15/12/2011 à 11:35

xxx

15/12/2011, 12:02 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de JoëlMartin le 14/12/2011 à 09:33

Réponse a JM

////Cela dit, les ouvriers qui ont l'intention de voter Le Pen se laissent prendre au bonneteau marineux.

Il croient que leurs conditions de vie s'amélioreraient avec le lepénisme au pouvoir.

Je crois qu'il est particulièrement difficile de savoir quels sont les ouvriers qui dans le secret de l'isoloir se "laisserons piéger" par le vote le pen. Alors il est encore plus difficile de connaitre leurs motivations. Mais je crois bien que même eux ne se font aucune illusion sur le bienfait d'un fhaine porté au pouvoir. Par contre il le font par RESSENTIMENT et sur le mode du "candidat anti systéme" Ou on voit bien ce qu'il en est quand ces politiciens professionnels se croisent dans les couloirs d'une quelconque assemblée... Ils se congratulent bien chaleureusement (comme une vidéo fameuse ou Mélenchon congratulait Marine Le Pen et vice et versa)

 

11/12/2011, 18:21 | Par dianne

Thénardier aurait voté Madelin.

11/12/2011, 18:53 | Par christian paultre

Les problèmes du monde ouvrier ont beaucoup changés, peut on toujours parler comme autrefois de classe ouvrière?

Les délocalisations sont une forme d'insulte à la qualité de leur travail et dans l'enfumage général plus personne à gauche pour laver l'affront rendre la dignité.

Le PCF n'était pas forcément très efficace pour défendre leurs intérêts sinon il y a belle lurette qu'ils seraient propriétaires de leurs entreprises, mais il savait dénoncer le système et leur rendre une certaine dignité.

Alors le vote protestataire Marine Le Pen est bien la nouvelle façon de voter communiste bien que le vote d'extrême droite n'a rien à voir avec celui de la gauche. Les partisans populaires de Marine vont bien finir par s'en apercevoir.

11/12/2011, 19:05 | Par gerald rossell

Article gentil qui illustre simplement le concept marxiste de "lumpen prolétarait"

lumpen prolétariat : mot allemand utilisé par Marx pour désigner des gens qui appartiennent au prolétariat de par leur condition matérielle mais qui n'ont pas de conscience de classe

 

Pour les amateurs de mot valise

on peut dire que l'UMPen + le pEN

confirme bien le miroir aux alouettes par lequel ces bons concitoyens qui n'ont pas de conscience de classe vont se faire engluer

 

Relisons Badiou qui nous permet d'aller plus loin dans "l'éloge de l'amour" où dans le chapitre "amour et politique " on peut lire /

" La politique est à mes yeux une procédure de vérité mais qui porte sur le collectif. C'est à dire que l'action politique fait vérité de ce dont le collectif est capable. Par exemple est elle capable d'égalité ? Est elle capable d'intégrer ce qui lui est hétérogène ? De penser qu'il n'y a qu'un seul monde ? Des choses de cet ordre."

 

Autant de questions que nous pouvons poser aux égarés afin de les intégrer dans la communauté humaine en recherche d'hominisation.

11/12/2011, 19:27 | Par [email protected] en réponse au commentaire de gerald rossell le 11/12/2011 à 19:05

Je vous conseille vivement d'aller trouver les "égarés",et de leur dire pour leur "hominisation" (ils n'attendent que ça):

 

" Par exemple est elle capable d'égalité ? Est elle capable d'intégrer ce qui lui est hétérogène ? De penser qu'il n'y a qu'un seul monde ? Des choses de cet ordre.""

 

Je pense que vous serez bien accueilli, et que ce sera justice.

12/12/2011, 08:10 | Par Jean-Michel MUYL en réponse au commentaire de [email protected] le 11/12/2011 à 19:27

Je me vois bien aller dire à Roland, occasionnel compagnon d'apéro, ouvrier de 55 ans qui enchaîne depuis deux ans à Hayange les périodes de chômage technique, et dont la femme fait des ménages au Luxembourg :

"relisez Badiou, mon brave".

Quel mépris dans ce "relisez". Cela me rappelle ces petits Saint-Just qui me faisaient bien rire durant mes études.

J'ai rarement lu un billet aussi pédant et arrogant.

Ignorant aussi, car l'auteur ne sait pas qu'il n'y a pas qu'une Moselle (pétainiste croit-il, ce qui clôt, pense-t-il, la discussion), mais deux : géographiquement, sociologiquement, politiquement.

Comme quoi Badiou ne suffit pas sans doute à comprendre le monde.

On aimerait que Najiels fasse un tour avec un peu d'esprit et de coeur du côté de cette France reléguée au delà de la banlieue, qui sombre dans le déclassement, dont les enfants ne fréquenteront jamais les bons établissements, n'entendront jamais parler de Badiou, et qui s'apprête effectivement à voter pour le Pen.

Roland n'a pas lu Badiou, mais il connaît les Thénardier et Pétain. Face à Najiels, il ouvrirait probablement la boîte à gifles. On le comprend.

11/12/2011, 19:34 | Par charlene delepine

Le Fn est le premier parti ouvrier de france depuis la trahison des communistes. Dommage que MLP ne soit pas cohérente lorsqu'elle parle d'une politique nationaliste patriote d'un coté et qu'elle valide le choc des civilisations ( son discours sur les musulmans ) qui est une politique mondialiste de l'autre.

Le nombre d'identiraires et de maçons au sein de ce parti le décridibilise aussi fortement.

11/12/2011, 21:07 | Par Arnoldrothstein

Merci Yvan pour ce papier que j'approuve totalement. Je me permettrais de la placer sur Bellaciao tout en indiquant l'auteur et la source.

11/12/2011, 21:09 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de Arnoldrothstein le 11/12/2011 à 21:07

De rien, camarade.

Vive l'internationalisme prolétarien !

11/12/2011, 21:07 | Par Virgil Brill

Charlène Delépine

 

Le nombre d'identiraires et de maçons au sein de ce parti…

Je sais de source sûre qu'il comprend de nombreux menuisiers. Vous n'êtes pas cridible.

 

11/12/2011, 22:46 | Par peneloppe

Du temps de Pétain, il y avait sûrement, des ouvriers qui étaient 'pétainistes'. Et chez les paysans, les petits commerçants et leurs employés, n'y a t'il pas toujours eu des partisans de régimes autoritaires d'extrême droite? Dont on attend qu'ils règlent les contingences* sans avoir à se poser trop de questions sur le 'pourquoi et le comment'? Pourquoi les ouvriers ne seraient pas 'contaminables' de la même façon que d'autres par l'extrême droite? Il me semble que les idées véhiculées par les Le Pen ayant toujours eu une place dans les têtes, elles ne disparaîtront a priori jamais : pourquoi s'en préoccuper plus que cela, dans ces conditions? Puisqu'il n'y a pas de risque, a priori, que M Le Pen arrive au pouvoir. Qu'ils gardent leurs 'idées', ces mosellans, si tel est leur désir. L'indifférence à l'égard de ces 'idées' me paraît la meilleure parade, et permet d'éviter de tomber dans le piège du mépris contre-productif, non?

J'ajoute que quand ils auront réalisé qu'ils sont exactement pour les Le Pen des "triple riens" (sic MLP), quand ils en auront marre de se faire envoyer ça à la figure, ils se mettront peut-être à réfléchir, c'est ce que je leur souhaite. Car aucune condition sociale n'a jamais empêché de méditer, ni de créer. La preuve par le blues.

* Ce soir au JT de la 2, un Italien dans la rue, "regrettait" l'arrestation d'un parrain de la mafia napolitaine, car "il donnait un petit boulot" aux gens ...

11/12/2011, 22:48 | Par Chris43

Ah! ah! le dépit des intellectuels quand l'ouvrier et/ou prolo cher à leur idéologie marxienne, ne se comporte pas comme il est écrit dans les livres.

 

Par contre, s'ils avaient étudié l'homme tel qu'il est, ils n'auraient pas été surpris.

 

Mais je ne doute pas qu'ils vont commettre une explication dans la pure tradition de la dialectique ....

11/12/2011, 23:08 | Par point barre en réponse au commentaire de Chris43 le 11/12/2011 à 22:48

La question a été traitée depuis belle lurette et des rayons entiers de bibliothèques sont occupés par des ouvrages qui en traitent. Les intellectuels (de gauche j'imagine) n'ont vraiment de quoi être surpris ou dépités par ce genre de contradiction de la vraie vie des hommes, à commencer par Marx lui-même. Ils sont même été capables d' expliquer pourquoi une grande partie de la classe ouvrière allemande a voté pour Hitler en 1933 sans pour autant conclure qu'ils étaient de parfaits SS. Etonnant non ?

11/12/2011, 22:47 | Par point barre

Les Thénardiers, tout aussi pauvres fussent (soient)-ils, n'étaient pas (ne sont pas ) des ouvriers, des prolétaires (ce mot avait encore un sens il n'y a pas si longtemps). Autrement dit le petit épicier du coin qui trime pour à peine un SMIC dans sa supérette de 5 heures du matin à minuit n'appartient pas à la même couche sociale que l'ouvrier d'Arcelor Mittal qui peut d'ailleurs être mieux rémunéré. Leurs rapports au travail, à l'employeur, à la hiérarchie, aux conditions de travail, à l'entourage socio-professionnel (dont les immigrés) sont totalement différents. De même les imaginaires sociétaux et représentations idéologiques. C'est pourquoi votre analogie ne tient pas, pas plus que si vous aviez écrit "les vieux, les Pieds-Noirs, les intégristes cathos votent Le Pen parce qu'ils n'aiement pas les Arabes". Il faut donc regarder et analyser de plus près et sur le long terme que vous ne le faites le sens des votes de telles ou telles fractions de telles ou telles catégories sociales selon les conjonctures et le types d'élections.

11/12/2011, 22:53 | Par androdiasema

je dois être une des rares abonnées de ce site à pointer matin et soir et je cauchemarde devant la pauvreté de vos arguties....passer la plus grande part de la journée dans le bruit la crasse avec des gens qu'on n'a pas choisi à faire ce qu'on n'a pas envie de faire à demander pour pisser pour boire pour manger pour soufler...c"est travailler c'est à dire subir une torture contre de quoi survivre parce que pas le choix parce que pas de boulot c'est la rue avec en plus l'humiliation de continuer à aller pointer au chomdu et chez l'A S DU CCAS

comment elle disait l'instit..le soir c'est la femme le gosse ou l'inconnu d'à côté qui prend ...pas normal mais humain...

dans une usine il y a de tout comme dans une ville...surtout en ce momment où avoir un emploi c'est presqu'un privillege...

je me souviens d'une chanson de brassens qui disait mourir pour des idées oui mais de mort lente...ben voila être ouvrier c'est la mort lente...ou la porte

si un jour dans mon pays je suis obligée de prendre religion ,je me ferai mahometane pour être bien sûre de ne pas être du côté du manche et j'irai reclamer mon croissant vert au commissariat

sur ce bonne nuit les petits!!!!

12/12/2011, 03:06 | Par LEILA BENHIMA

Arrétez de croire que c'est l'immigré qui a le plus à souffrir de Le Pen.Elle est le reflet de la France aujourd'hui.Au pire les rebeux passeront pour des victimes.

Les Français pour des salops.

C'est pour les Français que ce vote est problématique et une fois de plus vous voulez apparaitre comme les défenseurs des minorités.

En 2012 la France votera comme elle l'entend et assumera ses choix.Le migrant s'en fout et agira en conséquence mais il ne portera pas l'humiliation d'un vote extrémiste.

Les conséquences économiques seront désastreuses et c'est de cela qu'il faudra se préoccuper.Faut arréter ce coté compassionnel à l'égard du migrant car personne n'y croit.C'est paternaliste et honnêtement je pense que les migrants ont plus de ressources mentales que les Français.Ils se débrouillent toujours et sont plus solidaires que la société Française en générale.

Je m'inquiète davantage pour les gamins d'ici pas préparés aux temps difficiles à venir.

L'Algérie et ses 150 milliards de dollars de réserve financière est mieux lotis que nous.Un vote Le Pen ne fera du mal qu'à la France !

12/12/2011, 04:50 | Par LEILA BENHIMA

Le Pen ,ce n'est pas les Thénardiers,c'est une France bien ancrée de petits bourgeois et de prolos.Une tribu constituée d'individus dont le principal point commun est d'être blancs et chrétiens.

L'extrème droite est au pouvoir en Israel et personne ne trouve rien à redire.Pourquoi ne pas admettre que comme la baguette Le Pen est archi franchouille et est très représentative de ce qu'est la France depuis toujours.Un pays qui vit ds la peur.

N'oubliez pas les émeutes des cités.Tous mes potes africains ont reçu des appels affolé de leur famille qui se demandaient ce que les " Toubabs " " Babtous " ds les cités leur faisaient ! L'effet médiatique a été incroyable mais jamais relaté en France.

Depuis il y a eu Sarko pour que le divorce soit définitivement consommé.

La France est fachée avec ses migrants et les traite mal depuis toujours en voulant donner l'impression qu'elle est accueillante.Le mythe a assez duré.Les migrants vous parlent depuis 30 ans.Les armes eux savaient,la prostitution,les trafiques...Ils viennent de pays ou les " Toubabs" vivent largement au dessus du niveau des locaux.

Ici,on découvre à peine que des Gaubert s'envoient en l'air avec des gamines et s'offre des fincas luxueuses.Ces types sont repérables comme le nez au milieu de la figure.Leur comportement ne plait pas mais que faire ? Ils sont pleins aux as et sont protégés.Et ils sont nombreux les Gaubert occidentaux ds le monde.

Ils ont l'art et la manière pour venir se planquer ailleurs pour faire ce qu'ils ne pourraient pas faire chez eux.Et que dire de la pédophilie !!!

Vous avez un problème avec le voile ? Le Maroc a un problème avec les pédophiles.On échange ?

12/12/2011, 06:39 | Par mouton53

 

12/12/2011, 06:32 | Par mouton53

Je ne sais pas si une démonstration, par un exposé intellectuel, fonctionne auprès des électeurs FN. ?

12/12/2011, 07:10 | Par Issel

Quand j'entends le mot Fensch, je sors mon Lavilliers.

http://www.youtube.com/watch?v=2PL1kxg-AHw

Il y a cinquante ans, on s'y tuait à la tâche et on votait communiste. Les de Wendel ont quitté la plage et on vote FN... Comment analyser ce virage ?

12/12/2011, 07:50 | Par Annie Madarasz-Bauchet

Je ne suis pas mosellane d'origine mais depuis que je vis en Moselle j' ai pu me rendre compte d'une chose, la multiplication des cités ghettos sur tout le territoire avec très peu de moyens de transport en commun puisqu'à l' origine de ces cités construites pour les salariés des mines ou des usines ils n'avaient pas bien loin à aller ou alors il y avait un car de ramassage. Quand les mines et les usines se sont fermées les unes après les autres, ces quartiers se sont transformés. Là où on ne voyait pratiquement pas de foulard sur la tête des femmes, ils se sont multipliés, les grands frères ont joué le rôle de gardien de la paix et des filles, on a envoyé les jeunes aux sport d'hiver ou d'été, bref c'était plus facile de laisser les gens entre eux (et le imames)que d'imposer la République et ses valeurs, de laisser proliférer le commerce parallèle que de créer des emplois. La zone frontalière a des limites, tous ne peuvent pas aller au Luxembourg ou en Allemagne pour bosser.

 

En moselle on a laissé une bonne partie de la population se "débrouiller", ceux et celles qui ne pouvaient pas se débrouiller sont resté-e-s sur le carreau. Ceux et celles qui ont encore un boulot ont le sentiment qu'ils payent pour les laisser pour compte. L'absence d'une volonté politique pour l'emploi passe à l' as.

12/12/2011, 08:16 | Par Jean-Michel MUYL en réponse au commentaire de Annie Madarasz-Bauchet le 12/12/2011 à 07:50

Vous parlez de la réalité, Annie, je crains que cela ne passe au dessus de la tête de M. Najiels.

12/12/2011, 10:12 | Par Quoique en réponse au commentaire de Annie Madarasz-Bauchet le 12/12/2011 à 07:50

Ma fille est commerciale et couvre tout l'est de la France.

 

C'est la région où elle a le moins de clients.

 

Merci à Mr Najiels, que je ne connaissais pas et qu'est-ce que je m'en portais bien, d'avoir réactualisé le "slogan "salauds de pauvres" !

12/12/2011, 08:49 | Par samuel_

Vous avez au moins raison sur un point.

Il est fort triste qu'il n'y ait aujourd'hui presque que le FN qui defende certaines choses importantes.

Et ceux qui ne sont pas ouvriers, et qui disent que cela est triste pour les ouvriers, qu'il faut donc comprendre quand ils votent FN, parlent aussi pour eux mêmes.

Ils trouvent qu'il est triste, non seulement pour les ouvriers, mais aussi pour eux mêmes, que seul ou presque le FN defende certaines choses, et que parmi les gros partis, il n'y ait que l'UMP au service des revenus du capital, et les "branquignols" du PS et du Front de Gauche.

"Branquignols" parcequ'ils sont incapables de defendre certaines choses importantes que seul ou presque le FN defend, et aussi parcequ'ils continuent à voir les ouvriers et employés comme des gens qu'il faudrait eduquer, et non comme des gens avec qui il faut dialoguer et qui pourraient parfois avoir raison, ou avoir une aspiration qu'ils ont le droit d'avoir, sans être des Thénardier.

12/12/2011, 15:55 | Par Jacques Bolo en réponse au commentaire de samuel_ le 12/12/2011 à 08:49

On peut dire ça des nazis et des pétainistes. Dans les années 30 c'était la crise. La vraie!!!

12/12/2011, 09:32 | Par Yvan Najiels

Ci-joint, un échange de messages privés avec une abonnée qui me permet de préciser ma position (quand on vote Le Pen, on cesse subjectivement d'être un ouvrier).

 

 

Le message privé reçu.

M. H.

12/12/2011 - 06:46

Monsieur,

j ai eu un haut le coeur ce matin en commençant votre article et, grâce à vous, je ne renouvellerai pas mon abonnement à mediapart;

insulter ceux qui ne partagent pas les idees parisiennes en vogue semble la seule occupation des journalisses (vocabulaire personnel) ; que savez vous de la vie reelle des ouviers de Lorraine, ou d 'ailleurs ? jetés des usines fermées pour faire monter le cac 40 vous parait acceptable ? il me semble normal que cette population se tourne vers des candidats qui ne vous plaisent pas;

mais la tisane tiede qui s 'écoule de tous les grands medias actuels ne changera rien à l 'écoeurement de ceux qui ne partagent pas les profits; notamment ceux generés par le nouveau dieu "euro" qui a tranquillement multiplé les prix par six, et le nombre de millionnaires en meme temps;

votre societé parisienne , en fait, ne dépasse plus le périphérique, et tous les partis confondus, ont divorcé avec les français.

bonne journée.

m...

Ma réponse :

12/12/2011 - 09:17

J'ai un haut le coeur, moi, quand je vois que des gens qui se disent ouvriers et damnés de la terre s'apprêtent à voter pour une femme dont le programme est de jeter les Arabes à la mer. La classe ouvrière est une et indivisible et la frange prolétaire du lepénisme a fusionné, en pensée tout au moins, avec la petite-bourgeoisie préfasciste qui déteste celles et ceux qui sont plus pauvres et plus vulnérables qu'elle.

Je hais l'UE autant que vous, et l'euro aussi. Quand les temps sont durs, il faut se serrer les coudes, faire appel à la fraternité internationaliste et à la solidarité ouvrière et prolétaire.

Qu'apportera donc aux ouvriers de mettre "les étrangers" dehors ou de couper à ceux-ci la possibilité de vivre décemment ici ? Je ne puis encourager les passions tristes voire meurtrières (avec le F"N" ou l'UMP guéantosarkozyste, le pire est toujours possible) car l'ennemi est l'oppresseur, non l'opprimé.

Voter Le Pen pour un ouvrier, c'est pactiser avec l'ennemi de classe.

Bien à vous et merci d'avoir pris la peine de ce mot.

12/12/2011, 09:43 | Par Chris43 en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 09:32

Comme quoi les extrêmes se ressemblent ..... et parfois s'assemblent.

 

Ah, la haine !

12/12/2011, 09:48 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de Chris43 le 12/12/2011 à 09:43

Je ne comprends pas très bien. A part une formule maigre, what else ?

12/12/2011, 09:55 | Par Chris43 en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 09:48

Oh, peu de chose:

 

Des hypothèses fausses dont se déduisent des solutions toutes aussi fausses.

 

Et

 

Thénardier a voté communiste avant de voter FN

12/12/2011, 14:09 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de Chris43 le 12/12/2011 à 09:55

Dans les années 80, le mythe du passage d'un "vote pcf" a un "vote Front national" était le marronier politique préféré des journalistes en mal d'inspiration Juqu'a ce qu'une étude plus précise montre que si passage d'un "électorat populaire" (qui ne veut pas forcément dire "électorat ouvrier") il y avait, il passait tout autant du ps au fh que du pcf au fn.... En clair Thénardier était tout autant social démocrate que stalinien avant de chanter "Maréchal nous Revoila". Et là la question de "l'origine politique" du vote fasciste a été abandonné....

Aprés, il y a une GROSSE erreur que fait ivan : qu'est ce qui lui fait croire que le vote ouvrier "front national" est forcément un vote "blanc" Des ouvriers arabes qui disent "vive le pen", j'en connais aussi....

12/12/2011, 17:57 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de Marc Tertre le 12/12/2011 à 14:09

Aprés, il y a une GROSSE erreur que fait ivan : qu'est ce qui lui fait croire que le vote ouvrier "front national" est forcément un vote "blanc" Des ouvriers arabes qui disent "vive le pen", j'en connais aussi....

Majoritairement, c'est un vote "national".


12/12/2011, 19:38 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 17:57

Qu'est ce qui te permet de l'affirmer ?

12/12/2011, 18:36 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de Marc Tertre le 12/12/2011 à 14:09

Ne pas oublier non plus, qu'il y a toujours eu un vote ouvrier de droite important, près de 30% en 1981 par exemple, et que les transferts les plus importants vers le FN se fait dans cet électorat traditionnellement de droite (Sarkozy l'avait siphonné en 2007), dans une partie de la Moselle cette spécificité est encore plus marquée qu'ailleurs.

 

12/12/2011, 19:39 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de Emmanuel Esliard le 12/12/2011 à 18:36

Sauf que ce n'est pas un vote "ouvrier" (mais bien un vote "populaire")

13/12/2011, 12:36 | Par Emmanuel Esliard en réponse au commentaire de Marc Tertre le 12/12/2011 à 19:39

Vous avez parler d'un vote populaire, c'est vrai, moi j'ai précisé ouvrier, car il correspond au sujet du billet, autre précision, au début des années 80 le premier parti chez les ouvriers était le PS !

 

12/12/2011, 10:10 | Par Quoique en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 09:48

Question : avant de publier le courriel de cette personne, lui avez-vous demandé son accord ?

 

Meric de me répondre.

12/12/2011, 13:57 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de Quoique le 12/12/2011 à 10:10

Ai-je donné son nom ? Vous racontez n'importe quoi...

12/12/2011, 14:40 | Par Quoique en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 13:57

Yvan Najiels, que vous n’ayez pas donné son nom ne change rien au fait que c’était un message PRIVE. Si cette personne n’avait pas voulu de ce caractère PRIVE elle aurait fait comme nous, elle aurait posté ici. Vous êtes donc, nonobstant votre rang social d’enseignant, un malotru. Elle ne vous a pas répondu, vous avez alors eu le dernier mot, vous lui avez cloué le bec. Or, si ça se trouve, elle n’a pas répondu que parce qu’elle est, comme je le suis, outré de votre procédé.

 

Pour le reste, pas vu un seul membre de la lepènerie dans les commentateurs. Je dis ça car ils/elles ont un style parfaitement identifiable. Mais c’est tellement simple de caricaturer…

 

« Vous racontez n’importe quoi » : je vois que je rejoins ceux qui, de votre part, ne reçoivent qu’insultes, mépris et bottage en touche. Faut-il ajouter que je ne racontais rien, je posais une question. Puis-je, cher collègue, vous apprendre que savoir reconnaître un récit (dans lequel un narrateur raconte, etc.) fait l’objet d’une séquence en classe de Sixième ?

 

Bon, pas grave, on s’en remettra. Fin de l’échange, pour ma part.

12/12/2011, 17:55 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de Quoique le 12/12/2011 à 14:40

L'échange privé a continué. Plouf. Une fois de plus. Ravalez votre bave.

12/12/2011, 18:23 | Par Quoique en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 17:55

Ah ben vu que vous même avez ravalé cet échange qui est resté privé, je veux bien ravaler ma bave (là vous êtes gentil, moi j'aurais dir venin, fiel, vitriol, anthrax - tant qu'à faire, hein).

 

Je me marre, je me marre !

12/12/2011, 09:43 | Par pim

Sur le principe, l'auteur de ce texte n'a pas tort : il est toujours idiot de soutenir qui va vous en mettre plein la gueule, sous le seul prétexte qu'il vous caresse dans le sens du poil ; un peu de discernement ne fait pas de mal ; et c'est pourquoi, entre autres, il est plaisant de constater aujourd'hui combien la classe moyenne, qui a voté hongrois, s'est faite enfler par celui qui, aujourd'hui, est en train de la dépecer avec toute la détermination de ses ordres venus d'outre-atlantique.

 

Mais revenons à nos moutons. Les principes ne sont pas ce qui se fait de mieux en matière de réalité. Si l'auteur de cette position de principe, un ouvrier lepéniste est un ouvrier raciste, allait voir du coté de ces cités où fleurent si bon la misère, il ferait ce constat, que précisément la prétendue gauche n'a jamais fait, aveuglée par son misérabilisme à deux balles : ce sont souvent les immigrés qui en appellent à un pouvoir fort, tel que l'énonce le programme vichyste ; ce sont souvent les immigrés qui veulent fermer la porte derrière eux et ne négligent pas de se lancer dans des diatribes xénophobes,....

La sacralisation de l'immigré parce qu'il serait pauvre, précarisé, et toute la litanie du bon samaritain, est évidemment une stupidité, comme l'est la sacralisation de l'ouvrier.

L'immigré est, certes, objectivement, un exploité de la division internationale du travail. Mais avec cette nuance de taille avec l'ouvrier plus ancré dans la division nationale du travail, que son immigration récente, précisément, aurait plutôt tendance à exacerber une position subjective de soutien effectif de ce système fondé sur le chacun pour soi. Ce qui peut donner, et l'on voudra bien voir là un simple constat, qu'est tiré parti de tout ce qui est DONNÉ par ce système sans conscience aucune que ce qui est donné n'est jamais que le précaire résultat de luttes passées.

 

Entre les deux, il y a la conscience de classe, qui ne s'acquiert que dans des luttes et qui sépare, non pas le bon du mauvais ouvrier, mais l'ouvrier tout court - pris dans les déterminations de l'exploitation, lesquelles ont la visée d'en faire un servant docile de la militarisation telle qu'elle est pratiquée par l'usine, des rapports de force tels qu'il les subit, ... - de l'ouvrier conscient et déterminé à se battre contre ce qui fait de lui un esclave.

Il n'y a là nulle détermination. La simple volonté de ne plus être le jouet des circonstances, de ne pas se laisser berner par les apparences, de ne pas voter parce que l'on nous chante des berceuses, de ne pas croire, d'une manière générale, que les seules conditions objectives sont les sésame de leur renversement.

12/12/2011, 09:48 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de pim le 12/12/2011 à 09:43

Je suis professeur de lettres en Seine-Saint-Denis depuis septembre 2000, à deux pas d'une cité chaude. Je sais donc un peu de quoi je parle. Comme dirait Ferrat, c'est "ma France", le pays de tous, que l'on s'appelle Victor, Mokhtar, Samuel, Bakary ou Tchang.

12/12/2011, 09:58 | Par gerald rossell en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 09:48

Pouvez vous développer le concept de quartier chaud

(analyse sociologique par ex..)

Citer Ferrat, cet aragono brejnévien ne vous dérange pas ? c'est un premier pas.

12/12/2011, 10:02 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de gerald rossell le 12/12/2011 à 09:58

Il y a du deal, par ex. La ville est très pauvre.

J'adore Ferrat et Aragon, figurez-vous. J'ai même fait ma maîtrise de lettres sur Aragon !

Il était stalinien, Aragon. Pas brejnevo-mitterrandiste.

12/12/2011, 10:40 | Par [email protected] en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 10:02

Aragon fut surréaliste ("Moscou la gâteuse"), puis stalinien bon teint ("Il revient !"), puis brejnevien ("Capitulez, chers camarades, ce n'est pas honteux lorsque c'est devant le Parti !"). Avec des réticences pour faire joli.

12/12/2011, 11:15 | Par Quoique en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 10:02

On veut espérer que cette adoration ne concerne que le talent de plume, en tout cas pour Aragon le carriériste. Grand auteur, pauvre homme.

 

Machado dort à Collioure
Trois pas suffirent hors d'Espagne
Que le ciel pour lui se fît lourd
Il s'assit dans cette campagne
Et ferma les yeux pour toujours

12/12/2011, 14:00 | Par gerald rossell en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 10:02

J'ai même fait ma maîtrise de lettres sur Aragon !"

mais que sait l'univers du drame ?

12/12/2011, 14:07 | Par gerald rossell en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 10:02

J'ai même fait ma maîtrise de lettres sur Aragon !"

mais que sait l'univers du drame ?

Bon, si vous êtes un lecteur éclairé d'Aragon ... et de la poésie plus largement je présume, tout n'est pas perdu.

Il y aura peut être moyen au moins de s'entendre ...

 

Les Poètes

 

J'entends j'entends le monde est là
Il passe des gens sur la route
Plus que mon coeur je les écoute
Le monde est mal fait mon coeur las

Faute de vaillance ou d'audace
Tout va son train rien n'a changé
On s'arrange avec le danger
L'âge vient sans que rien se passe

Au printemps de quoi rêvais-tu
On prend la main de qui l'on croise
Ah mettez les mots sur l'ardoise
Compte qui peut le temps perdu

Tous ces visages ces visages
J'en ai tant vu des malheureux
Et qu'est-ce que j'ai fait fait pour eux
Sinon gaspiller mon courage

Sinon chanter chanter chanter
Pour que l'ombre se fasse humaine
Comme un dimanche à la semaine
Et l'espoir à la vérité

J'en ai tant vu qui s'en allèrent
Ils ne demandaient que du feu
Ils se contentaient de si peu
Ils avaient si peu de colère

J'entends leurs pas j'entends leurs voix
Qui disent des choses banales
Comme on en lit sur le journal
Comme on en dit le soir chez soi

Ce qu'on fait de vous hommes femmes
O pierre tendre tôt usée
Et vos apparences brisées
Vous regarder m'arrache l'âme

Les choses vont comme elles vont
De temps en temps la terre tremble
Le malheur au malheur ressemble
Il est profond profond profond

Vous voudriez au ciel bleu croire
Je le connais ce sentiment
J'y crois aussi moi par moments
Comme l'alouette au miroir

J'y crois parfois je vous l'avoue
A n'en pas croire mes oreilles
Ah je suis bien votre pareil
Ah je suis bien pareil à vous

A vous comme les grains de sable
Comme le sang toujours versé
Comme les doigts toujours blessés
Ah je suis bien votre semblable

J'aurais tant voulu vous aider
Vous qui semblez autres moi-même
Mais les mots qu'au vent noir je sème
Qui sait si vous les entendez

Tout se perd et rien ne vous touche
Ni mes paroles ni mes mains
Et vous passez votre chemin
Sans savoir ce que dit ma bouche

Votre enfer est pourtant le mien
Nous vivons sous le même règne
Et lorsque vous saignez je saigne
Et je meurs dans vos mêmes liens

Quelle heure est-il quel temps fait-il
J'aurais tant aimé cependant
Gagner pour vous pour moi perdant
Avoir été peut-être utile...

 

bien à vous

12/12/2011, 14:45 | Par Quoique en réponse au commentaire de gerald rossell le 12/12/2011 à 14:07

Heu... Rossell, c'est votre serviteur qui a cité ce passage d'une chanson de Ferrat, pas Mr Jesaitou, tas d'ouvriers !

 

J'ai eu la chance de l'entendre chanter a cappella et en privé par Xavier Cherrier, un des Chanson Plus. Passion et frissons...

12/12/2011, 10:37 | Par Jean-Michel MUYL en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 09:48

Professeur de lettres en Seine-Saint-Denis ?

Question malicieuse : y vivez-vous ?

Donc, mais on l'avait bien compris, vous ne savez pas ce dont vous parlez, contrairement à ce que vous dites.

Venez un peu voir au delà de la banlieue ceux qui l'ont fuit, avec quelques raisons. Votre quartier n'a le monopole ni de la pauvreté, ni de la relégation, même s'il a celui celui de votre compassion.

12/12/2011, 14:55 | Par X.NELSON en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 09:48

Le lieu importe peu aux analyses de ce type, la réalité est subordonnée à l'idéologie totalitaire . Les ouvriers et les immigrés concrets sont là, mais il ne les voit pas . Là ou ailleurs le propos serait le même, surdéterminé, mécanique .

Je suis effaré du nombre d'encouragements donnés à cette diarrhée pseudo-marxiste, que, pour ma part je considère aussi dangereuse que les démagogies de LePen .

12/12/2011, 10:24 | Par Quoique

Pas un mot dans cet article pour s'en prendre à Mr et Mme MEDEF-CAC40 et à leur complices politiciens de droite comme de "gauche" qui ont détruit la France industrielle.

 

Qui vont bien rire s'ils lisent cet articles.

 

Un peu comme les châtelains qui ont un chenil et s'amusent à voir les chiens se battre entre eux.

12/12/2011, 17:53 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de Quoique le 12/12/2011 à 10:24

Ce n'est pas le sujet de ce billet, juste... Désolé aussi, si je ne parle pas non plus de la camionnette de Paulette garée devant la boulangerie...

12/12/2011, 18:06 | Par Quoique en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 17:53

C'est plus fort que moi, mais vous me faites trop rire ! Alors je reviens malgré ma promesse !

 

Mais bien sûr, mais vous avez tout à fait raison de ne pas parler ici de la tuture à Paulette : elle, à la différence des Thénardier de la finance, n'a aucune responsabilité dans le sort injuste de l'ouvrier mosellan et de l'immigré de même !

 

 

12/12/2011, 10:37 | Par jacqueline chaisaz

Yvan n'a sûrement jamais travaillé en usine ni vécu dans ces cités. Et puis il est allé dans les "grandes écoles" et il estime donc pouvoir parler à la place des autres de ce qu'il ne connait pas ,Lamentable.

12/12/2011, 11:41 | Par Martigan en réponse au commentaire de jacqueline chaisaz le 12/12/2011 à 10:37

Parce que vous croyez que Marine a travaillé en usine et vécu dans des cités? Il faut arrêter aussi... Le front national est un parti fondamentalement capitaliste, traditionnaliste et gardien de l'ordre établi. Cela sue de l'ensemble de ses discours, de ses actes, de ses soutiens.

Je pense moi aussi que la formulation du texte n'est pas très claire, et pas assez didactique, mais le fond du message, à mon sens (c'en est mon interprétation du moins), est clair: l'ouvrier qui vote FN vote pour opprimer plus opprimé que lui, et est donc, de facto, ennemi de sa classe, dont le salut (petite référence chrétienne en forme de clin d'oeil - je précise car il y a des partisans du premier degré ici...) ne peut venir que de l'unité face à l'oppresseur.

Se faire l'allié de son oppresseur est ironique quand cela ne porte pas à conséquence. En l'occurence, soit l'ouvrier vote par conviction FN, et alors il se rêve la nuit riche et puissant mais ne veut pas s'opposer réellement aux forts et préfère gagner des galons en matraquant plus faible que lui, soit il vote "en se cachant le yeux, ou sans savoir", et alors il est manipulé.

Je crois que l'auteur craigne qu'il y ait plus de salauds que de floués.

12/12/2011, 14:05 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de Martigan le 12/12/2011 à 11:41

@Martigan,

En effet, je dis ce que vous dites mais il me semble être clair. Est-ce ma faute si la lepènerie hirsute me tombe dessus ?

12/12/2011, 16:40 | Par Virgil Brill en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 14:05

Yvan Najiels

 

Yvan je crois que tu surréagis. Je ne vois pas trop ici de lepênerie hirsute. Juste des regards différents sur des gens désespérés mais sans la moindre complaisance à l'égard du Front "National". Et tâcher de comprendre quelque chose, quitte à le voir sous un autre angle que toi, ce n'est pas forcément te tomber dessus. Cela peut être réfléchir avec toi. Ce que j'essaie de faire. Le beau poème d'Aragon longuement cité ci-dessous donne une piste, non ?

12/12/2011, 10:38 | Par jacqueline chaisaz

Merci à Art Monica .

12/12/2011, 11:50 | Par Mandon

Bonne nouvelle : le monde ouvrier existerait encore.

Quant au père Hugo... relisons, relisons !

Thénardier, est un salaud... pas ses enfants, Valjean un brave type fourbu par l’injustice, Fantine une mère affamée d’amour, Javert doctrinaire, scrupuleux mais désemparé, etc.

Bon.

Le monde ouvrier donc.

A-t-il le droit de voter Front national ?

Celui-ci lui dit : vous êtes perdu, oublié, vos enfants n’auront pas de place dans cette cité, il faudra partager avec ces immigrés que le patronat est allé chercher pour prendre votre place, parce que vous êtes des râleurs, des insatisfaits,... vous savez ces immigrés, ceux que vous avez rencontrés quand vous aviez vingt dans les Aurès ; ceux, qui maintenant habitent sur le palier d’en face, qui refusent d’être Français, et que leurs enfants...

Bon.

Ne demandez pas à un ajusteur, un fondeur, un mécanicien... d’avoir une licence de philo, de trier des socio-types, de débattre sur les principes économiques comparés de Keynes et de Smith, pour certains plutôt que la stochastique mieux vaut connaître le couple de serrage d’une culasse...

Reste le bons sens, l’honnêteté, les valeurs transmises, une connaissance de l’histoire contemporaine – même légère, le refus des certitudes...

Quelques salauds bien sûr ; mais beaucoup d’honnêtes travailleurs désemparés...

12/12/2011, 11:59 | Par [email protected] en réponse au commentaire de Mandon le 12/12/2011 à 11:50

Il y a beaucoup de vrai dans ce que vous dites. Mais pour Keynes et son ancêtre Smith, au niveau des principes généraux c'est à la portée d'un breveté des collèges. Un ouvrier électricien ou mécanicien fait des choses bien plus compliquées.

12/12/2011, 12:45 | Par Monic en réponse au commentaire de Mandon le 12/12/2011 à 11:50

@Mandon

Ne demandez pas à un ajusteur, un fondeur, un mécanicien... d’avoir une licence de philo, de trier des socio-types, de débattre sur les principes économiques comparés de Keynes et de Smith, pour certains plutôt que la stochastique mieux vaut connaître le couple de serrage d’une culasse...  »

 

Sans vous en rendre compte vous faites du Yvan Najiels...

 

J'ai mes diplomes en philo et pourtant j'ai commencé à travailler à18 ans dans le cablage électronico-électrique des bateaux de guerre français puis dans une fonderie à souder des cables électriques à 50 mètres de hauteur avec des ouvriers roumains (grand spécialistes devant le dieu du feu Héphaïstos de la soudure), et technicien à installer de téléphones avant de tout lâcher pour cause d'aliénations chroniques.

Un prolo, je ne suis pas le seul, ça peut penser, obtenir une culture et vivre en dignité...

12/12/2011, 13:18 | Par Mandon en réponse au commentaire de Monic le 12/12/2011 à 12:45

Pas de problèmes.

Le monde de l’usine je connais.

Je suis du même univers que le vôtre...

... et le souvenir des discussions, des confrontations, au moment de la pause casse-croûte, dans l’atelier, entre les anciens et le jeune-con-qui-savait-tout que j’étais alors (une mesure étalonnée par le temps) m’ont rendu circonspect vis-à-vis de moi-même.

Oui, la majorité étaient cultivés, honnêtes, infatigables, dévoués à leur entreprise... intelligents sûrement !

Mais, sans être d’accord avec Yvan Najiels, je crois savoir de qui il parle.

12/12/2011, 14:06 | Par Monic en réponse au commentaire de Mandon le 12/12/2011 à 13:18

@Mandon

Alors je ne comprends pas votre propos d'avant, d'où ma remarque.

«Oui, la majorité étaient cultivés, honnêtes, infatigables, dévoués à leur entreprise... intelligents sûrement !» N'exagérons pas. Il y avait des personnes lucides et très bien politisés que les syndicats ne pouvaient attirer par manque de radicalité.

Y. Najiels ne connaît pas la classe ouvrière, enfin le peu qu'il en reste en France pour faire classique genre western prolo comme film divertissement dans les musées des révolutions ...Lénine disait que l'Europe était une «une péninsule de l'Asie», c'est là-bas qu'ils sont les damnés de la terre...Nous en sommes les patrons mais plus pour longtemps.

Le monde de l'usine n'est pas un univers, c'est un non-univers. Allez voir à Sochaux...Puis allez dans les tours où tous tentent de vivre dans la dignité avec tant de dificultés. L'usine, un non-univers; les tours, un non-monde. Ce n'est pas en déblatérant du Victor Hugo passé de siècle (on est au 21ième siècle à l'heure d'Internet, de la société de consommation, des médias manipulateurs, de l'après État Providence...Rien de tel à l'époque de Hugo qui s'il vivait aujourd'hui écrirait tout autrement et ne serait pas d'accord avec Y N.) que cela leur fera payer leur loyer et acheter de la bonne bouffe non bourrée de pesticide...

La révolution a horreur des attitudes narcissiques...Elle exige une praxis moins «spectaculaire» et/ou «littéraire» de salon. Les ennemis de classes ne sont pas ceux à qui l'on pense...Un Y. Najiels à l'usine avec nous???

12/12/2011, 16:00 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de Monic le 12/12/2011 à 14:06

Niklas, le ressentiment fait homme.

12/12/2011, 18:37 | Par Monic en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 16:00

Y Najiels Tout à fait d'accord avec vous je le vois dans vos écrits gros comme une montagne...

12/12/2011, 12:16 | Par Hocky

Ce billet est un troll à la solde du MEDEF et de l'oligarchie ploutocrate !

Le prolo indigène doit partager sa maigre pitance avec tous les immigrés de la planète au nom de la solidarité mondialiste pour le plus grand bonheur du MEDEF qui peut ainsi écraser les salaires et faire jouer la concurence à mort, en attendant l'avènement du paradis socialiste...au prochain millénaire.

Le prolo indigène doit se mortifier et partager au mieux son smic, en tout cas son RSA pour le bonheur de l'ouvier Chinois à 100€ par mois; Ainsi il gagnera sa place au paradis socialiste.

Le prolo a la chance de toujours avoir des curés, autrefois vaticanesques aujourd'hui rouges, pour lui enseigenr le goût du sacrifice au présent, pour un bonheur dans un futur inacessible

12/12/2011, 16:01 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de Hocky le 12/12/2011 à 12:16

Hmmm, Soral, sors de ce corps !

12/12/2011, 12:35 | Par Monic

En politique les chiens de garde de la bourgeoisie que l'on retrouve dans les écoles de dressage de la République sont souvent les pires ennemis de la classe dite ouvrière. Tôt ou tard ils savent comment trahir ce qu'ils tentent de défendre sans en connaître la réalité. «À deux pas» de quartiers chauds dit tout de ce que l'on ne comprend pas dans cette analyse au parfum sociologique absent et au point de vue politique digne de la fin du 19ième siècle, i.e. vide de sens. Autrement dit, une analyse fantasmé par un vent romantique digne des idéalistes de la bourgeoisie se prenant pour des éclaireurs de prolo. Pourtant il suffirait à Y. Najiels de faire «deux pas» de plus pour atteindre cette réalité lui échappant (lire ses réactions) manifestement. Pas étonnant qu'il aboye quand on le frôle, un résultat classique et documenté de l'apprentissage des chiens de garde de la bourgeoisie.

Merci à Art Monica ...

12/12/2011, 12:42 | Par hector carignan

Rouge ou brune, la "haine de classe" est une passion triste, une machine à tuer en place publique, le patron comme l'immigré, de la bouillasserie sanguinaire à l'infini...

12/12/2011, 14:30 | Par pim

@YVAN NAJIELS

"Je suis professeur de lettres en Seine-Saint-Denis depuis septembre 2000, à deux pas d'une cité chaude. Je sais donc un peu de quoi je parle."

 

Je suis deux pas de mon voisin ; il est même de l'autre coté de la cloison et je l'entends pester, tousser, ronfler. Irais-je jusqu'à dire que Je sais donc un peu de quoi je parle" s'il m'arrivait de parler de lui ? C'est pourquoi, je m'abstiens d'en parler.

 

Vous êtes "professeur", nous dites-vous ... Et alors ? Cela vous autorise-t-il donc à dire la Vérité vraie SUR les ouvriers ?

Votre point de vue me semble plutôt "à deux pas" de celui d'un général déçu de ses grognards.

Irais-je jusqu'à dire qu'au final, l'immigré est davantage pour vous un prétexte, pour ne pas dire un instrument, pour taper sur l'ouvrier, ce salaud qui n'est pas assez révolutionnaire comme on souhaiterait qu'il le fût ? En un mot, ce peuple n'est pas le bon.

 

La proximité dont vous vous revendiquez pour parler bien de ce que vous ne connaissez que du haut de votre rôle, avec toute la sympathie que votre "sujet" remuant vous enjoindrait plutôt d'adopter - pour simplement le tenir - ne devrait pas vous permettre l'économie d'une analyse politique, afin de ne pas céder, comme vous semblez le faire aux mirages de l'émotion, jusqu'à nous développer, si vous n'y preniez garde, une façon de ... syndrome de Stockolm ! .... (Euh ! it's just a joke !)

Mais ce qui ne l'est pas, c'est que votre anti-racisme - une forme du racisme, disent les esprits mauvais - vous aveugle.

 

Il n'est pas, en tout cas, le filtre adéquat pour parler de la situation présente, laquelle, en dépit des apparences, n'a pas grand-chose à voir avec le racisme, mais plutôt avec un ras-le-bol généralisé des magouilles et autres malversations d'une classe historiquement dominante.

L'ouvrier français ne cherche nullement à "dominer plus faible que lui", en se vautrant dans le lepénisme - il ne faudrait quand même pas tout mélanger : l'ouvrier n'est pas la petite bourgeoisie - comme j'ai pu le lire quelque part sur ce fil, mais, plus simplement, à se protéger de ce qu'il ressent comme une agression, une de plus, à son encontre, agression perpétrée, encouagée par les dites "zélites" qui règnent sur ce pays depuis des lustres et qui lui disent, encore en plus, "Souriez ! on vous enc.... !"

 

Allez ! Encore un effort, M. le "professeur", pour approcher la réalité !

 

 

12/12/2011, 17:52 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de pim le 12/12/2011 à 14:30

La milliardiaire mafieuse Le Pen comme voix du peuple ? N'importe quoi !

14/12/2011, 14:32 | Par X.NELSON en réponse au commentaire de pim le 12/12/2011 à 14:30

L'affirmation du gars "qui sait de quoi il parle", à partir de sa position géographique n'a pas d'intérêt évident pour apprécier le propos .

Pour lui répliquer, la tentation serait de lui raconter notre vie, et d'affirmer ainsi que l'on sait de quoi on parle "mieux que lui", et ainsi se situer sur son terrain, celui de l'enfant qui vient de découvrir son sexe et qui prend le monde entier à témoin de ce prodige ...

Non, il tonitrue "qu'il sait de quoi il parle" seulement pour disqualifier la totalité de ses contradicteurs après les avoir copieusement provoqués ou insultés . Rien de plus .

12/12/2011, 14:47 | Par LeGayTapant

Quel article profondément dégueulasse... ou simplement maladroit. On peut condamner, s'insurger, s'écoeurer du succès de Marine LePen auprès de la classe ouvrière... On peut vouloir philosopher sur le fait que les ouvriers lepenistes ne sont plus "ontologiquement" des ouvriers, par référence à un concept historique et politique (et fantasmé ?) de "la classe ouvrière"... Mais le faire avec un tel mépris pour ces gens, leur refuser à ce point la moindre intelligence, les rejeter en bloc comme des moins que rien - c'est dégueulasse.

 

Et surtout, ca ne fait que renforcer le problème... Marine Le Pen tire son succès (et tirera sa future victoire?) sur cette vertigineuse déconnexion entre les élites (toutes les élites: de gauche, de droite, d'europe, de politique, de médias, etc...) et le peuple. Une déconnexion bien réelle, de toute évidence. Ce n'est meme plus une déconnexion, c'est une fracture, une rupture, un goufre... Je tremble à l'idée que Marine remporte ces élections. Mais je tremble d'autant plus quand je vois l'incapacité des dirigeants actuels et autres candidats à prendre véritablement la mesure de l'enjeu, et les mesures qui devraient s'en suivre.

12/12/2011, 15:12 | Par Art Monica en réponse au commentaire de LeGayTapant le 12/12/2011 à 14:47

Propos de Marine Le Pen hier:

 

« Cette majorité silencieuse, c'est moi qui la représente. Ceux que personne ne veut entendre, dont on ne parle pas à la télé, qui ne manifestent pas, sont trop normaux pour les élites. Je les appelle à la révolution, une révolution patriotique, pacifique et démocratique ».

 

Cette femme-là a compris où était la brèche, et elle s'y engouffre, parlant même de révolution (!) pendant que la gauche terranoviste ici représentée cherche ses ennemis parmi les plus démunis... L'oligarchie financière applaudit, ravie.

12/12/2011, 15:21 | Par Monic en réponse au commentaire de Art Monica le 12/12/2011 à 15:12

Entièrement d`accord avec votre propos et celui se trouvant juste avant le votre....Il y a une brèche, une fissure géante...

12/12/2011, 15:58 | Par Chinaski en réponse au commentaire de Monic le 12/12/2011 à 15:21

Personnellement, je ne me lancerais pas dans une tirade humanistique pour défendre les ouvriers.

Le constat est : Une partie des ouvriers, pas tous Dieu merci, s'apprête à voter Le Pen. Est ce de la bêtise ? Pour le coup, je suis tenté de répondre que oui, bien évidemment. On sait tous, très bien, ce que fait Marine le Pen, et n'allez pas croire, naïvement, qu'ils vont voter Le Pen parce qu'ils en ont marre, ou pour dire qu'ils ne sont pas contents. Non, ils sont, simplement d'accord avec l'idée "Les immigrés nous prenne notre travail". Je suis même quasiment sûr qu'ils auraient voter Jean-Marie s'il n'avait pas dit autant de saloperie sur la Shoah.

Le pen ment. Elle ment éhontément. Ils savent bien qu'elle n'en a rien à foutre des ouvriers (puisqu'elle n'est jamais aller à aucune Assemblée Générale de grève lorsqu'il y avait une fermeture d'usine), ils souscrivent simplement à l'idée "Oui, l'immigré prend notre travail". Cette idée est simple, et résout tout les problèmes.

De plus, aujourd'hui, avec internet, force est de constater que l'existentialisme sartrien devient de plus en plus possible car on est tous égaux sur internet. Pour l'instant.

12/12/2011, 16:03 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de Chinaski le 12/12/2011 à 15:58

/// Une partie des ouvriers, pas tous Dieu merci, s'apprête à voter Le Pen.

Sur quoi repose cette "certitude" ? Sur des sondages fais au téléphone, sur moins de 1000 personnes, et dont la catégorie sociale sus nommée est une des premières a ne pas répondre ! Plus des trois quarts de non réponses....

 

Aprés ça on peut tirer des plans sur la comète ! Le camarade ivan ferait mieux de faire une enquéte sérieuse au lieu de se livrer a de telles billevisées....

12/12/2011, 16:49 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de Marc Tertre le 12/12/2011 à 16:03

Je te sens ouvriériste, Marc...

12/12/2011, 19:40 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 16:49

La pour le momment, je suis ouvrier !

12/12/2011, 19:42 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 16:49

Là pour le moment, je suis ouvrier ! (c'est pour ça que je me suis permis une petite faute d'orthographe ! ) Ca aide beaucoup a ne pas être ouvriériste (ni d'en avoir une vision idéalisée)

12/12/2011, 16:06 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Chinaski le 12/12/2011 à 15:58

Cette idée est simple, et résout tout les problèmes.

 

Le problème, Chinaski, c'est qu'on pourrait en dire autant de votre "explication". Les ouvriers, à vous suivre, seraient simplement bêtes et racistes. Donc, ne cherchons pas plus loin, circulons, il n'y a rien à voir.

 

Entre ce que les gens disent devant un micro, ce qu'ils pensent et ce qu'ils vivent, il y a un monde. Donc, de grâce, ne simplifions pas à outrance.

 

Il ne s'agit pas de "défendre" les ouvriers, mais de n'en faire ni des abrutis ni des salauds, ni des ennemis, en prenant en compte la complexité des rapports sociaux.

12/12/2011, 16:26 | Par Chinaski en réponse au commentaire de Art Monica le 12/12/2011 à 16:06

Je ne dis pas du tout que c'est gravé dans le marbre. La situation peut changer, heureusement.

Ce que je voulais dire, simplement, c'est qu'on peut avoir trois positions quand on lit le texte d'Yvan Najiels. L'indignation, qui, finalement, n'apporte pas grand chose, sinon une condamnation de facto.

Les oeillères, en disant que finalement, les ouvriers ne vont pas plus du coté de MLP, que de Mélenchon. En attendant de voir les résultats, on reste le cul sur la chaise et on voit ce qui se passe.

Ou, et c'est là que je me situe, se dire que l'article est intéressant, l'idée est intéressante, et que ça prête à débat. Ce que je déplore, finalement, c'est ce flot de rage contre l'auteur du billet (peut-être a t'il des antécédents que j'ignore ?), sans même finalement discuter véritablement du message délivré. C'est finalement ce qui se passe souvent, malheureusement, dans la section commentaire sur Médiapart. Lorsque Plenel dit que le contact avec les lecteurs par le biais des commentaires est intéressant, je n'arrive pas à comprendre. C'est souvent un flot de haine dogmatique, des réflexions à l'emporte-pièce (comme la mienne plus haut, mais j'avais envie de prendre le parti de l'auteur), des insultes, ou des blagues un peu grasses.

C'est parfois très intéressant, c'est pour ça que je les lis souvent (j'aime bien l'idée que l'on puisse débattre), mais souvent, trop souvent, très décevant.

Pour revenir sur le sujet. Non, je ne dis absolument pas que les ouvriers sont bêtes et racistes. Ou, s'ils le sont ce n'est pas véritablement de leur faute. Je ne dis pas qu'ils sont inférieurs. On est, de mon point de vue, tous égaux. Cependant, on les écrase au travail, on les écrase le soir avec une télévision débilittante qu'ils critiquent en regardant toujours.

12/12/2011, 16:07 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de Art Monica le 12/12/2011 à 15:12

Miss Monica,

Terra Nova se détourne des ouvriers, pas moi. Je défends même la partie la plus exploitée du prolétariat de ce pays. Vous dites donc n'importe quoi et Niklas, tocard devant l'Eternel, est là pour faire la claque, vexé comme un pou d'avoir été remis à sa place.

12/12/2011, 16:16 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 16:07

Défendre "la classe ouvriére" signifie bien défendre la classe dans son ensemble. Immigrés, pas immigrés. Homme ou femmes Avec ou sans papier (et ne surtout pas oublier les sans papières) Votant pour pierre ou paul (de toute façon, qu'est ce qu'on en a à foutre du vote, instrument bourgeois par excellence) ?

 

Aprés dire "les ouvriers votent pour le pen" implique un peu plus que deux ou trois entretiens avec des prolo aux mains calleuses et pleine de cambouis..... Et ton hypothése (celle qui consiste a oposer un prolétariat "français" votant en partie pour le/la fasciste de service a un prolétariat "immigré" qui ne serait pas touché "du tout") demande a être étayé par des faits vérifiables et quantifiables...

12/12/2011, 16:23 | Par Art Monica en réponse au commentaire de Marc Tertre le 12/12/2011 à 16:16

D'accord avec vous, Marc.

 

Ravie, Yvan, si vous défendez sans exception tous les ouvriers, qui subissent la même oppression de base, qu'ils soient blancs, noirs ou jaunes, et quel que soit leur vote supposé, annoncé ou sondé.

12/12/2011, 16:45 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de Art Monica le 12/12/2011 à 16:23

C'est quand même ce que dit ce billet, nom d'une pipe !

La classe ouvrière est indivisible et multinationale. Ceux qui la divisent sont des ennemis ; ceux qui adhèrent aux horreurs des diviseurs aussi.

12/12/2011, 16:50 | Par Belange en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 16:45

On est tous dans le même panier classe ouvrière ou pas .

12/12/2011, 16:48 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de Marc Tertre le 12/12/2011 à 16:16

Marc,

Rigueur pour rigueur, je n'ai pas dit "les prolos français" ceci, les autres cela. J'ai parlé des "ouvriers français" votant Le Pen sans savoir ni préjuger leur nombre. Quand on vote Le Pen, on pactise avec l'ennemi de classe.

12/12/2011, 17:51 | Par speculum speculorum en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 16:48

 

"Quand on vote Le Pen, on pactise avec l'ennemi de classe."

Rappelons que la mesure politique la plus défavorable à l'encontre du salariat en général, et du salariat ouvrier en particulier, prise ces trente dernières années, est la décision de mettre fin à l'échelle mobile des salaires, décision prise en 1983 par un gouvernement socialiste (sous l'influence de J. Delors). Cette décision est contemporaine du premier essor du Front National dans l'électorat français.

Qui est vraiment l'ennemi de classe, Ivan Najiels, le pantin hideux qui s'agite en pleine lumière, ou le marionnettiste qui sourit dans l'ombre?

12/12/2011, 18:00 | Par pim en réponse au commentaire de speculum speculorum le 12/12/2011 à 17:51

Bien vu !

12/12/2011, 18:12 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de speculum speculorum le 12/12/2011 à 17:51

Vous pensez m'apprendre que le PS a favorisé le FN ? Ne me prenez pas, de grâce, pour ce pauvre PIM !

12/12/2011, 19:03 | Par speculum speculorum en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 18:12

Je ne vous ferai pas l'injure de laisser croire que vous ignoriez que le parti socialiste est un parti "bourgeois" : le politologue "gramsciste" Hugues Portelli, avant de devenir sénateur UMP (!), en avait fait, il y a trente ans, la brillante démonstration dans "Le socialisme français tel qu'il est "

Je reformule ma question: De quoi Le Pen est-il le nom?

Je vous donne une réponse à cette question, qui en vaut d'autres : Le Pen est le nom de la nécessité structurelle qui s'impose à la bourgeoisie française, pour asseoir en tant que classe son pouvoir sur la société, d'exclure les ouvriers en tant que classe du corps électoral "utile".

En somme, rendre impossible tout "programme commun", quel qu'il soit.

Il va de soi que cet objectif est l'objectif principal d'une grande partie du Parti Socialiste : le brave Mélenchon, que vous méprisez, a au moins le mérite de se rebiffer à cette perspective...

En somme, le parti socialiste ne "favorise" pas le FN, il en a tragiquement besoin dans sa trajectoire de "normalisation" bourgeoise.

Bien à vous.

12/12/2011, 19:50 | Par pim en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 18:12

Comment prétendre apprendre quoi que ce soit à M. le Professeur ?

Il SAIT TOUT, il l'a appris dans ses bouquins et fréquente même des enfants d'ouvriers .... Et, comme le peuple, il faut quand même l'éduquer, selon les bons principes de la petite bourgeoisie colonisatrice mais "émancipatrice", il leur cite Mao, au 21è siècle ! comme un modèle dont devrait sans doute s'inspirer le prolétariat moderne ! ...

 

12/12/2011, 21:18 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de pim le 12/12/2011 à 19:50

N'importe quoi ! Tout le monde sait que la MAO est tres importante dans le hip hop ! Tout ça m'fait penser que ZEP et "nique la france" ont des problémes avec la censure !

 

 

12/12/2011, 21:09 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 16:48

Par définition, pour voter, jusqu'a présent il faut avoir la nationalité française !

12/12/2011, 18:46 | Par Monic en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 16:07

«Vous dites donc n'importe quoi et Niklas, tocard devant l'Eternel, est là pour faire la claque, vexé comme un pou d'avoir été remis à sa place. »

 

De quelle place parlez-vous et après quelle vexation? Avez-vous déjà vu un pou vexé?

 

Vous parlez des ouvriers jaunes («Jaunes depuis toujours, rouges depuis Mao» disait-on avant que vous niasiez pardon naissiez) frontiste mais vous le dialogue essence même de la démocratie, vous le piétinez avec joie et force haine...Ach so cette passion de la haine quand elle tient un individu, c'est du folklore...

12/12/2011, 15:21 | Par Quoique

//L'ouvrier lepéniste qui est capable, pour vivre un peu mieux, d'accepter que l'on traite comme un moins que rien son collègue sénégalais ou algérien est en ce sens un Thénardier d'aujourd'hui.//

 

Je n’avais pas vu passer cette ordure tranquille.

 

« Vivre un peu mieux », si on s’en tient au seul critère financier, ça se fait avec des revenus plus élevés. Or ce qui se fait en matière d’immigration depuis des lustres, c’est amener (au besoin par car, ça s’est vu en Algérie) de la chair à main d’œuvre pour faire baisser les prétentions en matière de paie et de conditions de travail, histoire de vivre moins bien* ! Tout ça pour pouvoir dire à l’ouvrier déjà en place : si t’es pas content, tu te barres ! Ou pour, sans même attendre sa réponse, remplacer l’immigration des hommes par l’émigration des machines, avec les délocalisations ! Concept d’émigration poussé à son terme d’abjection en proposant aux ouvriers visé de s’expatrier : Roumanie, Thaïlande, etc. !

 

* Il serait intéressant de savoir si notre prof accepterait de voir baisser son salaire et ses conditions de travail pour permettre à des enseignants immigrés de venir bosser dans son établissement !

12/12/2011, 16:03 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de Quoique le 12/12/2011 à 15:21

Eh ben voilà, un vrai lepéniste que ce faux Christ. Faire enrager les déchets fascistes comme vous, quel pied !

12/12/2011, 16:18 | Par Marc Tertre en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 16:03

Faux christ, faux christ, faut le dire vite : le jesus christ "canal historique" était lui aussi un sacré con !

12/12/2011, 16:43 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de Marc Tertre le 12/12/2011 à 16:18

Passons sur ce désaccord, néanmoins camarade. Que penses-tu de ce débat, sinon ?

12/12/2011, 17:15 | Par pim en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 16:43

Un débat ? où ça ?

Ah ! oui ! Ce doit être comme pour les "cités chaudes" ... on doit en être "à deux pas" !...

12/12/2011, 17:35 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de pim le 12/12/2011 à 17:15

Désolé, cher monsieur, je ne suis pas psychiatre. xxx

12/12/2011, 17:52 | Par pim en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 17:35

Et c'est très dommage, car vous avez raté votre vocation. Vous y auriez excellé, vous aviez l'étoffe, la fibre, ça dans le sang, en quelque sorte, si je puis me permettre l'allusion, un peu chaude, peut-être pour vous :

il y a, à vous lire, ce qui se fait et ne se fait pas, le normal et le pathologique, le bon et le mauvais, toute une palette, donc, bien qu'en fait, à tout bien considérer, assez réduite, en somme, à deux couleurs, le noir et le blanc ...

Vous êtes "professeur" ... je plains vos élèves qui n'ont pas l'heur d'être dans le courant de la bien-pensance ...

Leur avez-vous consenti un "cabinet noir", dans lequel, privés de tout, ils auraient à loisir de méditer sur leurs erreurs ?

En URSS, il me semble que l'on nommait cela du doux nom de centre de rééducation par le travail.

ARBEIT ! Y'a que ça de vrai !

C'est marrant ! Il devait s'y trouver des profs là aussi, et quelques psychiatres ....

12/12/2011, 18:10 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de pim le 12/12/2011 à 17:52

Je ne suis pas psychiatre, donc, mais je constate que, tout excité hirsute derrière votre clavier, vous avez le délire très réactionnaire.

Je suis professeur de lettres et la politique n'a donc rien à faire là-dedans (je vous explique). Char dit d'ailleurs à propos de l'art que "l'action de la justice est éteinte", c'est à dire que le positionnement politique de celui ou celle qui crée ne peut intervenir dans le jugement d'une oeuvre (sauf si celle-ci, bien sûr, est un explicite appel au meurtre ou à la haine).

Mes élèves, donc, sont à part ça de jeunes gens de la France réelle. Pour la plupart d'origine étrangère, ils ne sont pas moins de ce pays que vous et moi, cher monsieur. Leurs parents font des métiers ouvriers (caristes, conducteurs d'engin, ...) mais n'ont, voyez-vous, pas le droit de vote parce qu'on les considère, de fait, comme une sous-catégorie. En France, Fillon l'a dit, pour être citoyen, il faut être français.

Je ne vois pas le rapport avec feu l'URSS, sinon.

Mais quand même, un dernier point, cher ami. Mes élèves sont contrôlés par la police parce que d'une couleur suspecte. Il est dit chaque jour dans les milieux médiatico-parlementaires que leur religion est barbare et l'on ne parle même plus de leurs parents, invisibles prolétaires venus d'ailleurs. Que leurs frères de classe puissent voter contre eux, voilà qui me débecte profondément.

Pas vous ?

12/12/2011, 20:24 | Par pim en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 18:10

"(...) tout excité hirsute derrière votre clavier, vous avez le délire très réactionnaire"

 

Qu'avez-vous donc contre le fait d'être "hirsute" ? Dans un précédent commentaire de votre part, cet attribut était associé à celui de "lepéniste" !...

Vous n'êtes pas psychiatre, mais peut-être, qu'au final, vous devriez vous rapprocher de l'un d'eux ... "à deux pas" !

Bon ! pour ce qui est de mon "délire très réactionnaire", vous pourriez peut-être, au lieu de vous égarez sur votre dada anti-raciste que vous enfourchez à loisir comme la garantie que vous êtes VRAIMENT du bon coté, tenter simplement de répondre sur ce qui est dit par vos interlocuteurs.

 

"Je suis professeur de lettres et la politique n'a donc rien à faire là-dedans (je vous explique)"

Ah ! bon ? Et vous avez donc besoin de Char pour "expliquer" cette "évidence" ?!

Vous êtes un aimable plaisantin, monsieur le "professeur", ... pas bien méchant, mais légèrement ridicule quand même, au point que l'on se sent de devoir lui donner quelques leçons de savoir-vivre.

Et moi je vous explique que le professorat a tout à voir au contraire avec la politique, par le fond, comme par la forme.

Pourquoi donc l'éducation nationale serait-elle une affaire d'État, sinon ? Voilà pour l'aspect "diffusion de savoirs", dans les termes mêmes de cette domination, qui tient en effet là l'instrument ad hoc de sa propagande. Hitler lui-même, qui savait de quoi il parlait en matière de manipulation, s'est attaché à prendre en mains la jeunesse.

Pour ce qui est de la forme, c'est précisément votre autorité - supposée (ne nous emballons pas tout de même !) - qui est la base de cette possible diffusion de la propagande.

 

Enfin, pour en venir, quand même, au fait, "Que leurs frères de classe puissent voter contre eux, voilà qui me débecte profondément. Pas vous ? "

Vous attendez une réponse, du moins est-ce ainsi que je traduis le signe en fin de phrase. Je vais donc vous en donner une, bien que sans illusion aucune sur l'usage que vous pourrez en faire. Nous sommes, en effet, trop loin l'un de l'autre pour être vraiment à même de discuter, et croyez bien que c'est parce que la TV est ce soir un peu malingre que je me prète à ce petit jeu.

Je pense vous avoir déjà répondu sur ce point, mais vous n'avez cure de LIRE. Je vais donc vous répondre de manière elliptique, de façon à ne pas vous encombrer de mots : la question n'est PAS le racisme ; "que leurs frères de classe puissent voter, voilà qui me débecte".

12/12/2011, 18:09 | Par Quoique en réponse au commentaire de Marc Tertre le 12/12/2011 à 16:18

Con le vrai, je sais pas, cher Marc Tertre.

 

Je sais juste que ceux qui ont repris la boutique ne sont pas cons du tout : un système d'oppression qui tient le coup deux mille ans, là je tire ma tiare bien bas !

12/12/2011, 18:10 | Par Quoique en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 16:03

Merde, je peux pas laisser passer ça :-)

 

Vous ne me faites pas enrager, vous me faites pitié ! Incapable de répondre à une étude précise de vos propos prolophobes !

 

Déchet fasciste ? Pourquoi pas groupie carliste*, comme vous y êtes !

 

* La dame qui murmure à l'oreille du petits cheval teigneux.

 

 

12/12/2011, 18:11 | Par Yvan Najiels en réponse au commentaire de Quoique le 12/12/2011 à 18:10

Le petit insulte et vient pleurer. Oh...

12/12/2011, 18:34 | Par Quoique en réponse au commentaire de Yvan Najiels le 12/12/2011 à 18:11

Ah vraiment, Yvan (tu permets, après tout on est collègues), « you make my day » !

 

Je m’était levé morose car hier, j’ai bossé pour 50 euros après en avoir dépensé 25, départ à 6 heures retour à 21 heures (vente en vide-grenier) histoire d’empêcher mon banquier de mettre dans le rouge.

 

Et là, je vais me coucher pété de rire après avoir lu, non ton article qui ne m’a pas amusé, quoi de plus triste que de voir les chiens se battre pour la joie sadique de leurs maîtres, mais tes réactions incendiaires aux contradicteurs.

 

Tu me permets des conseils techniques, bine que je t’imagine plus habitué à en donner qu’en recevoir ?

 

Non ?

 

Ben je me permets tout seul, alors :

 

- Ne monte pas dans les tours dès qu’on te chope aux précieuses. Il n’y a rien de plus déstabilisant pour un insulteur que de se voir répondre posément. Et tôt ou tard, il se calme. Ou il ne se calme pas, et tu l’ignores, il se retrouve alors dans la position du roquet qui cherche en vain à te chiquer les mollets car tu as de bonnes guêtres. Crois-en l’expérience d’un vieux blogueur blanchi sous le harnois.

 

- Réponds quand tu es interrogé. On ignore toujours si tu accepterais de baisser ton salaire pour permettre à un immigré d’en avoir un.

 

- Montre que tu as lu ce qu’on te dit : où PYM à 12 :30 voit-t-il la milliardaire mafieuse en voix du peuple ?

 

Bon, là j’arrête, j’ai mal aux côtes à force de rire. Je vais quand même faire mon compte rendu à ma chef, Marine Le P. Je reviendrai demain voir si tu as bien étudié ta leçon !

12/12/2011, 18:31 | Par dianne

Pour savoir de quoi l'on parle, avant de stigmatiser

 

http://blogs.mediapart.fr/blog/dianne/121211/moselle-ouvriere-mise-en-examen

13/12/2011, 10:31 | Par Art Monica en réponse au commentaire de dianne le 12/12/2011 à 18:31

C'est gentil, Dianne, mais ici nous avons analysé la situation sans stigmatiser, en sachant de quoi nous parlons.

12/12/2011, 18:47 | Par [email protected]

à Yvan Najiels

 

Je suis pour ma part persuadé que vous êtes un très bon prof. J'ai connu des tas de gens qui étaient archi-réacs dans leurs opinions (de diverses façons) et néanmoins impeccables dans l'exercice de leur profession. C'est très vraisemblablement votre cas. Même Mgr Bienvenu n'était pas, en politique, un "rouge"...

 

Je voudrais vous rappeler deux principes, l'un marxien, l'autre léniniste:

 

le marxien: il faut unifier la classe ouvrière, non la diviser. Cherchez les points unificateurs. (La problématique est différente, nous dit Lénine, pour le parti...).

 

le léniniste: "un pas en avant des masses, et un pas seulement". (Et derechef Marx: quand une idée s'empare des masses, elle devient une force matérielle).

 

Merci de votre attention, bonnes vacances bientôt, et à l'année prochaine, pleins les uns et les autres de bonnes résolutions.

14/12/2011, 09:35 | Par JoëlMartin

Réédition.

Les ouvriers qui ont l'intention de voter Le Pen se laissent prendre au bonneteau marineux.

Il croient que leurs conditions de vie s'amélioreraient avec le lepénisme au pouvoir.

Or c'est le contraire. Le repli sur lui-même de l'Hexagone serait un désastre économique encore pire que celui que nous connaissons sous Sarkozy.

Or qui trinque en premier quand les conditions se dégradent encore ? Les plus pauvres.

La bouée marine à laquelle songent à s'agripper les ouvriers pensant voter Le Pen est en réalité une gueuse de plomb.

Le lepénisme est une vénéneuse imposture.

Newsletter