Ven.
22
Aoû

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Article d'édition

Nous, écologistes, appelons à manifester le 5 mai

Des élus EELV, dont Eva Joly, Sergio Coronado, Francine Bavay et Julien Bayou, appellent à « une renaissance démocratique, sociale et écologiste de notre République » et à ne « pas laisser le monopole de l'action de rue » au Front de gauche. Critiquant la politique menée par François Hollande qu'ils ont contribué à faire élire, ils plaident pour un rééquilibrage des pouvoirs au profit du Parlement.


L’affaire Cahuzac est une affaire d'Etat. Elle a mis en lumière les liens étroits qui unissent depuis des années la haute finance, l’industrie et certains responsables politiques, autour des enjeux de pouvoir et d’argent.

Cette collusion ne tient pas du hasard. Depuis les années 80, sous prétexte de compétitivité économique internationale, les gouvernements successifs ont mis en œuvre des politiques publiques productivistes au service de la libéralisation, de la dérégulation de l'économie et de la mondialisation financière.

Ces politiques, dictées par les firmes multinationales et la finance, ont entraîné des dérives insoutenables. La mise sous tutelle du pouvoir politique par la dictature de l’argent roi nous conduit à subir une crise économique, sociale et morale sans précédent. Elle mène à la prédation sans fin des ressources naturelles, à l’exploitation de la main d’œuvre salariée, à l’individualisme forcené, à l’affaiblissement des solidarités et à la corruption.

Il ne s'agit pas d'une simple histoire de morale, c'est bien notre système politique et notre modèle de développement qui sont en cause. Au-delà d'un responsable politique qui a failli, c'est tout un mécanisme de reproduction des dominations sociales. En nous focalisant sur le mensonge d’un homme, nous ne faisons que protéger l’immoralité du système lui-même.

Pour en finir avec ce système, une renaissance de notre République ainsi qu'une réorientation de la politique actuelle passant par l’adoption d’une feuille de route pour la transition démocratique, sociale et écologique deviennent indispensables.

Il s'agit désormais de prendre des actes de rupture lisibles par l’opinion et de faire preuve d'un réel volontarisme pour transformer en profondeur notre pays. Dans l’immédiat, nous souhaitons que soient réellement mises en œuvre les propositions du président de la République concernant l’interdiction pour les banques françaises comme pour les entreprises multinationales de disposer de fonds dans les paradis fiscaux, une vraie séparation entre banques de dépôts et banques d’affaires, que la France demande à ce que l'Europe oblige l'ensemble des établissements financiers de la planète à transmettre les informations sur leurs comptes. Nous souhaitons que François Hollande se souvienne vraiment que « [son] adversaire, c’est la finance », et qu'il a promis de rétablir la justice sociale.

Le sursaut démocratique que nous connaissons aujourd'hui doit aussi nous conduire à remettre en cause la Ve République, à bout de souffle plus de cinquante ans après son avènement. Les écologistes plaident pour une véritable démocratie participative et un rééquilibrage des pouvoirs au profit du Parlement qui a été dépossédé de la plupart de ses prérogatives par un pouvoir exécutif concentré autour de la seule présidence de la République. Nous sommes pour une Constituante européenne, seule à même de répondre également au déficit démocratique qui gangrène l'Union européenne, et à laquelle nous ne pouvons répondre que par plus et mieux d'Europe.

Nous avons, en tant qu’écologistes, contribué à la victoire du 6 mai de François Hollande et à la victoire aux législatives de juin 2012. Mais nous ne voulons pas que, comme en 1981, comme en 1997, la gauche au pouvoir finisse par perdre les élections parce qu’elle a fait le contraire de ce qu’attendaient ses électeurs. Parce qu’elle a appliqué les recettes de l’austérité et de la précarité à coups de chocs budgétaires (TSCG et réduction des dépenses publiques), de crédits d’impôts (CICE) et de chocs sociaux (ANI et flexibilisation du contrat de travail). Parce qu’elle a failli sur le plan éthique, parce qu’elle n’a remis en cause ni le nucléaire ni les grands projets inutiles comme Notre-Dame-des-Landes, parce qu’elle a renoncé à ses promesses sur le droit de vote des étrangers, le contrôle au faciès ou la rupture avec la Françafrique. Parce qu'enfin, elle refuse d'adopter une loi d'amnistie dans un moment où l'apaisement et la réconciliation entre les Français sont une urgence absolue.

En tant que membres d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), en tant qu’écologistes, nous ne voulons pas cette fois attendre la fin du quinquennat pour tirer le bilan de notre participation au gouvernement. Nous voulons aider nos élu-e-s et nos ministres à construire un nouveau rapport de force au sein des institutions, en s’appuyant sur une société mobilisée.

Nous, écologistes, n'avons pas d'adversaires à gauche mais voulons résolument peser pour une refondation des politiques menées par la majorité issue des élections de 2012.

C’est pour dire cela que nous serons présents dans la rue le 5 mai, en tant qu’écologistes, aux côtés d’autres forces de gauche, de la Bastille à la Nation, pour ne pas laisser le monopole de l'action de rue à une seule composante de la gauche, pour maintenir les passerelles entre toutes les gauches. Si nous pouvons diverger sur leurs objectifs, leurs méthodes, voire leur style, nous partageons en l’occurrence la même préoccupation ; nous refusons que la déception et la colère des citoyens soient canalisées par Marine Le Pen et la droite extrême.

Il faut maintenant que la gauche de gouvernement prenne ses responsabilités. Nous ne voulons ni d’un Mai 68 à l’envers comme le prônent Copé, Guaino et Boutin, ni d’un nouveau mai 2002. Une partie de la droite mime le 6 février 1934 et appelle à descendre dans la rue contre le mariage pour tous le 5 mai. Nous ne laisserons pas la rue aux homophobes, aux racistes, sexistes, fascistes et à la droite extrême. Le 5 mai, nous défendrons aussi les institutions républicaines menacées par les nostalgiques de Pétain et de l’OAS.

La gauche et l’écologie ont besoin d’un sursaut démocratique, et nous vous invitons à y contribuer. C’est comme militants EELV que nous serons présents dans la rue le 5 mai pour porter notre projet et parole écologiste et nous invitons toutes celles et ceux qui se retrouvent dans cette démarche unitaire contre la droite extrême et le FN à nous rejoindre.

Contact : [email protected]

 

Premiers signataires :

Eva Joly, députée européenne
Sergio Coronado, député, conseiller fédéral EELV
Francine Bavay, conseillère régionale et conseillère fédérale EELV
Jérôme Gleizes, membre du bureau exécutif d'EELV
Annie Lahmer, conseillère fédérale EELV
Julien Bayou, conseiller régional Ile-de-France
Françoise Alamartine, membre du bureau exécutif d'EELV

 

Ont déjà signé :

Alain Coulombel, conseiller régional Rhône-Alpes
Zine-Eddine Mjati, membre du conseil politique régional (CPR) des Français de l'étranger et candidat aux législatives 2002
Eric Bélistan, EELV Nice
Véronique Dubarry, adjointe au maire de Paris
Laurent Bussière Saint-André, EELV
Claude Vilain, Paris
Magali Deval, Bretagne, conseillère fédérale
Pierre-Yves Jourdain, Paris
Marie Toussaint, conseillère fédérale, membre du conseil d'orientation politique (COP), Paris
Patrick Farbiaz, membre du conseil fédéral et du conseil d'orientation politique, Paris
Marie Aoustin, conseillère fédérale, Paris
Hicham Fassi-Fihri, Paris
Vincent Madeline, Paris
Mathieu Béchu, Strasbourg
Bruno Nicostrate, Bruxelles
Bernard Chappellier, conseiller municipal du Kremlin-Bicêtre, membre du conseil politique régional Ile-de-France et du bureau exécutif du Val-de-Marne
Aurélien Danvert, Lille
Ricardo Coronado,  Bondy
Kevin Puisieux, Lille
Corine Faugeron, adjointe au maire de Paris 4e
Silvain Pastor, Languedoc-Roussillon
Annette Rimbert, Nord-Pas-de-Calais
Abdessalam Kleiche, Paris
Laure Leforestier, Conseillère régionale Haute-Normandie
Frédéric Supiot, Conseiller Fédéral EELV
Chantal Dhoukar, Conseillère fédérale EELV, Conseillère régionale Bourgogne
Jean-Marc Tagliaferri, Conseiller fédéral EELV, La Réunion
Michèle Vigne, CPR Midi-Pyrennées
Stéphane Levy, Hauts-de-Seine
Martine Landry, Franche-Comté
Alexis Réjasse, Bourgogne
Yannick Lavenne, Conseiller fédéral EELV, Nord-Pas-de-Calais
Olivier Perney, EELV
Christine Perney, EELV
Pierre Lucot, Conseiller fédéral EELV, Île-de-France
Pascal Branchu, Rennes
Fanou Mena, Tarn
Pierre Christophe, Conseiller fédéral EELV
Annick Clairin, CPR Midi-Pyrennées
Sebastien Lecoeur, Conseiller municipal EELV Bièvre Valloire
Jean-François Schneider, EELV Isère Trièves
Guy Papelier, EELV Savigny-sur-Orge
Jacques Minnaert, Conseiller fédéral EELV
Pierrick Vaugon, EELV Bourgogne
David Santana, EELV Paris
Pierre Louvard, conseiller municipal EELV de Rouen
Janick Magne, EELV Hors de France (Japon)
Hélène Le Gardeur, conseillère régionale Rhône-Alpes
Blandine Crozet, EELV Bourg-les-Valence 
Léa Das Neves Bicho, EELV Paris
Jean-Michel Bérégovoy, coprésident du groupe élus EELV Rouen, vice-président de la CREA
Françoise Lesconnec, coprésidente du groupe des élus EELV Rouen
Stéphane Martot, secrétaire EELV Rouen
Thomas Guéret, Yonne
Benoit Garrec, EELV Nîmes
Françoise Fiat, EELV St Quentin en Yvelines 
Patricia Millot, EELV Yvelines
Jean-Joseph Alain, EELV Ile-de-France
Pierre Boyer, EELV Carcassonne
Alain Leclerc, conseiller municipal EELV de Champs-sur-Marne, conseiller communautaire du Val Maubuée
Bertrand Groslambert, membre d'EELV Nice
Guillaume Grima, conseiller municipal EELV de Rouen
Yves Chagneau, EELV Chatenay-Malabry
Dany Neveu, EELV Gironde
Denis Guenneau, coopérateur EELV Aix-en-Provence

La liste des signataires a été actualisée jeudi 2 mai à 10h30.

Newsletter