Jeu.
23
Oct

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Article d'édition
Édition : Indignations

Mobilisation : « Pour sortir du piège de la dette »

9782918597292.jpg

 

 

"Attac et la fondation Copernic lancent une campagne de mobilisation pour dénoncer la dette publique « illégitime ». Elles tenteront début 2012 de mettre en mouvement leurs réseaux."

 

Le 14 janvier, les deux associations altermondialistes réuniront les collectifs locaux d’audit citoyen de la dette. Il s’agit de rappeler aux dirigeants européens l’impératif démocratique que les accords sur l’épongement des dettes publiques ont laissé sur la touche. Attac organise aussi dimanche 15 janvier à Paris une « Conférence internationale "leur dette, notre démocratie" », avec des militants du monde entier.
Un manifeste de 4 pages a été publié lundi 19 décembre sur internet dans la perspective de cette mobilisation. Il démonte par le menu la communication gouvernementale qui tente d’imposer la « doxa néolibérale » de la dette qui « sert de prétexte pour imposer une régression sociale sans précédent ». Selon les économistes auteurs du texte, la dette a été creusée par les variations de taux d’intérêt et les « cadeaux fiscaux successifs aux entreprises et aux contribuables les plus riches », car les dépenses publiques – contrairement aux affirmations du gouvernement - sont stables depuis 1993.
Le texte dénonce le dogmatisme de la Banque centrale européenne et la dérive du système financier, qui a favorisé la « titrisation des déficits publics » et aboutit à « une redistribution à l’envers des revenus, de la majorité de la population vers les plus riches ». Il propose notamment de permettre aux États d’« emprunter à un taux très faible ou nul à la banque centrale dont ce devrait être en principe le rôle ; il y a alors création monétaire.

 

Voir sur le site de Politis, en cliquant ici !

 

 

"Les mécanismes à l’origine de la dette publique
Dénonçons tout de suite une idée reçue dont on nous rebat les oreilles à longueur de journée dans les médias : non, le budget d’un État ne peut pas être comparé au budget d’un particulier. Pour au moins deux raisons essentielles : un État peut dans une large mesure décider du montant de ses recettes par sa politique fiscale, et ses dépenses auront un impact sur ces recettes. Elles financent des infrastructures, des investissements, des salaires : le budget de l’État est un instrument de politique économique.
La comparaison du budget de l’État avec celui des ménages est un exemple parmi d’autres de ces grossières manipulations qui ponctuent le discours « officiel » sur la dette. De sommets européens « exceptionnels » en plans d’austérité « urgents », la dette publique est devenue cet épouvantail, destiné à effrayer l’opinion publique et promouvoir des politiques régressives, en court-circuitant le débat démocratique. Les dépenses publiques, la protection sociale, les services publics, font ainsi l’objet d’attaques incessantes, alors que le problème est ailleurs."

 

lire la suite sur le site d'Attac, ici !

le fichier en pdf ici !

 

 

arton16435-2569a.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Newsletter