Lun.
03
Aoû

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Toute août

Août déjà ?

Suis toute août. Toute out. Pfou ! Déjà, l'août, foi d'animal. Hibou, chou, genou, grand guillou, chouette et cailloux. 

Petits carnets d'été : Avant le retour

Avant le retour, il y avait la chaleur.

Le ciel était un peu moins près déjà. Il était resté dans les blancs glaciers enneigés. 

Petits carnets d'été : Le parc des Ecrins

© oisans.com

La logan monte gentiment jusqu'au col du Lautaret. Les terrasses me tendent leurs chaises. Longues ici, mais en plein soleil, et donc peu propices au réveil. 

Petits carnets d'été : « Bonjour ! »

Sur la droite un parking. Si j'ai bien lu ma capture de carte c'est ici que je m'arrête. Très bien cet appli Rando Ecrins. Je l'ai trouvée sur le site du Parc national des Ecrins. En plus de sa recherche multicritères qui permet de construire des requêtes précises, elle offre une bonne cartographie et des apports documentaires circonstanciés.

Petits carnets d'été : frissons d'ombelle

Frissons d'ombelleFrissons d'ombelle © Claire Rafin

20 juillet. Lundi, lune dies. Circulation fluide. Grosse chaleur. Valloires, col du Galibier. Arrêt parking à 5 mn du col. WaooO, c'est beau. WaOoo : c'est haut. Pas de bas côté sur la chaussée, le goudron et puis le vide, sans glissière. Des cyclistes partout. Ça monte toujours mais waoo, qu'est-ce que c'est beau !

Bribes vivides

© luctheo sur Pixabay

Sur ma colline, la toile des champs est un carrelage vivant.

 

E' sait pas faire !

Gérer votre compte n'a jamais été aussi simple... alors à vos marques ? prêt, téléchargez... Connaissez vous le forum ? Avec la communauté d'entraide... alors rendez-vous sur...  , tchip ketchip ketchip... tchip, tchip, pratique, non ? Vous donnez votre numéro de carte et on s'occupe de tout... Dum dum di dum dumdumdum doudoudou sccccccchhhhhk ... une question sur votre offre, retrouvez nous à tous moments pour profiter pleinement de vos services...

Bein justement, ça va faire quelques minutes là, que je voudrais en profiter de vos services, vous dire de vive voix ...

Semailles

Les graminées des bords de la départementale étaient d'un blanc doré dans la lumière encore haute, l'air si lourd...et la respiration trop lente, pour des odeurs par les fenêtres grandes ouvertes. La voiture suivait le ruban de goudron désert, loin des cohortes de vacanciers

D'un samedi soir l'autre, un désir aussitôt exhaucé, surgi d'une terrasse de café, dans une ville en été, quand on flane avant le dîner du soir. Un ami retrouvé, des propos échangés, du temps de Pitoiset quand le TNB jouait Koltes.

Newsletter