Mar.
30
Juin

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Quarante oies sous la Coupole?

L'Académie française vient de rendre publiques « ses réserves sur les projets de réforme du collège et des programmes d'enseignement ». Les quarante Immortels auraient été, parait-il, « unanimes ». Et je me suis autorisé du précédent (et de la formule choc) de l'écrivain Denis Diderot pour introduire la relation de cet ''exploit'' (décrit modestement par certains comme un « événement exceptionnel »).

Le temps du brevet ?

Jeudi et vendredi : brevet. Va-t-il y avoir à son tour un «temps du brevet» comme il y a actuellement un «temps du bac» fortement ritualisé, et comme il y a eu sous la troisième République un «temps du certif»' non moins ritualisé ?

Pleins feux sur la dissertation philosophique?

Ce sera encore le cas mercredi où la presse ne manquera pas de citer le libellé des sujets de dissertation proposés dans les différentes séries des baccalauréats généraux ou technologiques. Une spécialité annuelle bien française.

Mercredi, c'est philosophie!

Enfin, pas pour tout le monde. Et dans l'ordre de préséance. D'abord le matin pour les bacs généraux. Ensuite l'après-midi pour les bacs technologiques. Quant aux bacs professionnels, on attendra la nuit profonde...

Collège: De Gaulle en butte à deux conservateurs, Pompidou puis Bayrou

Dans l'établissement d'un collège d'enseignement secondaire composé de deux cycles, De Gaulle a rencontré deux oppositions conservatrices significatives : celle de Georges Pompidou d'abord, celle de François Bayrou ensuite (deux agrégés de lettres classiques qui tenaient à ce que le latin puisse être étudié dès le cycle d'observation, ce qui impliquait une pré-orientation de fait).

Le « roman national » au collège serait une nouveauté « radicale »

Le « roman national » au collège serait une nouveauté, car il n'a jusqu'alors existé qu'à l'école communale (et c'est cet enjeu qui est fondamentalement au centre actuel des polémiques -politiques- sur l'enseignement de l'histoire, venant pour l'essentiel des « droites extrêmes »).

Le ''roman national'' au collège: une légende!

L'histoire n'a jamais été enseignée de cette façon au collège dans l'Ecole républicaine, même lorsque l'un de ses tenants célèbres était aux commandes du ministère de l'Education nationale, à savoir Jean-Pierre Chevènement (contrairement à ce qu'il a encore soutenu récemment...).

Collège unique, collège inique

La droite n'a jamais vraiment accepté l'ambition du collège unique initié par Valéry Giscard d'Estaing en 1975. Et les invectives ont durablement fleuri, même au sein de l'UDF, le parti du président (y compris de la part de François Bayrou).

La longue instrumentalisation de la laïcité par le FN

A en croire certains, l'instrumentalisation de la laïcité par le Front national (versus Marine Le Pen : « bleu marine » ou « bleu horizon ») ferait partie des tentatives de « dédiabolisation » d'un ancien FN (versus le ''sulfureux Jean-Marie''). Mais c'est masquer une continuité profonde et manquer à la vérité historique.

Des «républicains» ou plutôt de «tristes sires»'?

Juste avant de se donner un autre nom («Les républicains»'), les barons d'Ancien Régime de l'UMP ont lancé une pétition pour réclamer le « retrait de la réforme du collège », au nom des principes fondateurs de l'Ecole républicaine qu'ils ignorent en réalité avec la superbe qui les caractérise.

Newsletter