Ven.
30
Jan

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Une négligence ou un titre regrettable?

Notre journaliste spécialisée dans les questions scolaires a titré son article actuellement à la Une de Médiapart : « Après les attentats, le plan sur l'école néglige l'essentiel » (à savoir, apprend-on en conclusion, « la mixité sociale »). Mais ce n'est pas évident, bien au contraire.

Chevènement, Jules Ferry et «la blessure des consciences»

Jean-Pierre Chevènement a déclaré samedi dernier sur Europe 1 que « Charlie Hebdo a le droit de faire ce qu’il veut, c’est la liberté d’expression ; mais dans l’école un professeur de dessin n’aurait pas le droit de faire la caricature de Mahomet. » Et il a invoqué en appui une citation (approximative) de la célèbre lettre de Jules Ferry aux instituteurs : « Vous devez toujours vous interroger sur le fait que ce que vous allez dire ne doit pas blesser non seulement la conscience de l’enfant, mais aussi la conscience de ses parents. »

Ne pas partir en croisade!

La vigilance s'impose d'autant plus que notre ''roman national'' historique nous y invite de façon plus ou moins patente, en particulier sous les figures apologétiques de ''croisés'' emblématiques.

Le ''nom de Dieu'' à l'école laïque

L'histoire (tarabiscotée mais d'autant plus significative) des « devoirs envers Dieu » dans les programmes de l'école primaire publique commence en 1882 et dure jusqu'au régime de Vichy&n

Les devoirs à l'étude

Selon une étude de « Pisa à la loupe» qui vient de paraître, le temps consacré à faire les devoirs a diminué d'une heure par semaine de 2003 à 2012, passant d'environ six heures à cinq heures en moyenne dans les pays de l'OCDE.

La question de l'orthographe à l'université, une nouveauté?

Et même une urgence, si l'on en juge par le titre d'un article qui vient de paraître en pleines vacances de Noël dans le « Figaro» : « L'orthographe préoccupe les universités »

Le Père Noël supplicié

La place de la crèche n'est pas à la mairie, ni celle de Saint-Nicolas à l'école publique. Et la place du père Noël n'est ni à l'église ni à l'école si l'on en juge par le magistral article de l'ethnologue Claude Lévi-Strauss paru dans la revue « Les Temps modernes » en 1952 . Quelques rappels.

Les notes "républicaines'' de Luc Ferry

On croyait que l'ex-ministre de l'Education nationale était au moins un professeur de philosophie politique sérieux. Eh bien ce n'est pas si sûr finalement, à en juger par sa dernière saillie dans ''Le Figaro'' de mercredi dernier. En est-on arrivé au « degré zéro du débat sur les notes » (ou au « degré zéro de l'éducation », à l'instar du titre élégant d'un article récent du « Figaro ») ?

Une «sacro-sainte» notation sur 20 de toute éternité?

A en croire certains (dont J-P Brighelli hier dans « Libération »), noter sur 20 serait on ne plus évident voire naturel, alors que ce type de notation est apparu en France il y a moins d'un siècle un quart, et uniquement pour l'enseignement secondaire (alors réservé à une toute petite élite).

Luc Ferry: stupéfiant de niaiserie

Le Figaro : « le CSP préconise de remplacer les notes sur 20 par un barème de 4 à 6 niveaux ; qu'en pensez-vous ?" Luc Ferry : « C'est stupéfiant de niaiserie ! ». Une réponse qui qualifie (ou disqualifie) son auteur.

Newsletter