Voir tous
  • Jeanne d'Arc: ça va encore être sa fête?

    Par claude lelièvre
    Le «patriotisme» se porte bien ; mais est-il porté de la même façon ? Le 8 mai 2015, Marine Le Pen a pris une nouvelle fois ostensiblement Jeanne d'Arc dans son jeu. Et le 1er mai dernier, Emmanuel Macron a repris la formule de l'historien Michelet « Jeanne d'Arc : une vivante énigme ! » à son compte, voire peut-être pour lui-même.
  • La patrie, ou la nation et la guerre?

    Par claude lelièvre
    Le 15 avril dernier, François Fillon a prétendu (en vrac!) que l' « on n'ose plus prononcer aujourd'hui les mots d'identité, de France, de nation, de patrie ». Le 4 avril, Emmanuel Macron avait lancé à Marine Le Pen : « le nationalisme, c'est la guerre ! ». ''Patrie'' ou ''nation'', une querelle ''byzantine'' sans enjeu ? Pas si sûr !
  • Mélenchon et Fillon en opposition sur la question «public»/«privé»

    Par claude lelièvre
    Jean-Luc Mélenchon et le candidat de la «Droite» s'opposent diamétralement sur la question du financement des établissements privés ; une question qui fait désormais partie du débat public alors que cela n'avait été nullement le cas lors de l'élection présidentielle précédente.
  • Fillon, Gergovie et Vichy...

    Par claude lelièvre
    Vendredi dernier, le candidat à l’élection présidentielle s’est comparé à Vercingétorix, le chef gaulois vainqueur à Gergovie de Jules César. La dernière tentative de ce genre date de Vichy...
  • Une normalisation vestimentaire sexiste?

    Par claude lelièvre
    Dans un communiqué commun, la FCPE, l'UNL et le SGL viennent de dénoncer les dérives sexistes du lycée public de Valence qui mènerait une politique vestimentaire discriminatoire à l’égard des lycéennes. Et cela dans le contexte de l'élection présidentielle où les candidats de droite ou d'extrême droite se prononcent pour le port d'uniformes dans les établissements scolaires.
Voir tous
  • Édition Les observateurs 2012

    Bayrou et ses plans quinquennaux

    Par claude lelièvre
    Après celui qu’il avait mis en avant début mai 1993 alors qu’il venait d’être nommé ministre de l’Education nationale ( « réduire de moitié en 5 ans le nombre des enfants qui ne savent pas lire» ), François Bayrou vient de réitérer dans l’engagement quinquennal.
  • Édition Les observateurs 2012

    Un débat sur l'éducation passionné?

    Par claude lelièvre
    Selon Luc Chatel, l’éducation devrait être « au cœur de débats passionnés » à l’approche des élections présidentielles. La publication d’ « un pacte contre l’échec scolaire » signé par nombre de personnalités et d’organisations du monde éducatif semble lui donner déjà raison…
  • Édition Les observateurs 2012

    Education: des vœux sans aveu

    Par claude lelièvre
    Le président-candidat Nicolas Sarkozy vient de présenter à Poitiers ses «vœux» aux «acteurs de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche». Le mieux est sans doute de les éclairer en comparant avec les engagements formels pris par le candidat Sarkozy le 2 février 2007 lors de la précédente campagne présidentielle, et avec les vœux de janvier de l'année dernière du président Sarkozy.
  • Édition Les invités de Mediapart

    Une histoire des violences (et de la police) à l'école

    Par claude lelièvre
    Au moment où le débat sur la légitimité de l'intervention de la police dans l'enceinte scolaire se développe, nous avons souhaité publier des extraits du livre Histoires vraies des violences à l'école (Francis Lec, Claude Lelièvre, Fayard, 2007), qui montre comment, depuis 1990, l'idée — fantasmée — d'un «sanctuaire scolaire» a régressé au profit d'une collaboration avec la police. 
  • Édition Lycée en chantier

    La guerre des disciplines aura-t-elle lieu?

    Par claude lelièvre
    Elle existe certes toujours de façon latente et incessante ( pour l’existence, la reconnaissance ou la survie ) ; mais, en certaines occasions ( de crise ou de tournant majeur) elle peut prendre des formes très ouvertes. Or la réforme du lycée ( avec ses réductions prévues d’horaire d’enseignement et l’amplitude de son organisation optionnelle ) peut faire que cela soit très chaud. Et certaines associations de spécialistes font déjà monter la pression.