claude lelièvre

Historien de l'éducation

Sa biographie
Derniers ouvrages parus:"Histoires vraies des violences à l'école" ( Fayard, septembre 2007 )"Les politiques scolaires mises en examen" ( ESF, nouvelle édition mise à jour, avril 2008 )
Son blog
708 abonnés Histoire et politiques scolaires
Ses éditions
Voir tous
  • Une politique scolaire d'un an manifestement surestimée par le président Macron

    Par
    C'est ce qui apparaît en tout cas dans ses interviews de jeudi et dimanche derniers, surtout si on compare par exemple avec ce qui a été mis en place par le Général de Gaulle, son alter ego ''jupitérien'', qu'il semble ignorer en l'occurrence. Une telle superbe ne manque pas d'intriguer, voire d'inquiéter.
  • Le bilan scolaire faramineux d'Emmanuel Macron

    Par
    «On change tout, et cela n'était pas arrivé depuis Jules Ferry !» a soutenu le président de la République lors de son interview par Jean-Pierre Pernaut faite dans une école (afin de rendre sans doute plus crédible son ambition déclarée). Mais il faut se pincer pour vérifier que l'on ne rêve pas !
  • Lien avec l'Eglise: le Président a semé ses «cailloux» en «petit Poucet» malin

    Par
    Certains avaient du mal à y croire en dépit de quelques mises en garde fondées sur quelques réalités avérées ; mais c'est devenu maintenant évident après la présence sans précédent du président de la République à la «conférence des évêques» et ses déclarations. A une grande distance d'un autre «jupitérien» non moins catholique, Charles de Gaulle...
  • Mai 68: pour Blanquer, c'est le Pompon!

    Par
    Jean-Michel Blanquer s'en est pris récemment à «l'esprit de Mai». Si on le compare aux deux ministres de l'Education nationale choisis et soutenus par le général de Gaulle avant et après Mai 68 (Alain Peyrefitte et Edgar Faure) ou avec son Premier ministre (Georges Pompidou), duquel est-il le plus proche en matière de politique scolaire ? De Pompon voyons !
  • Mai-68 et le sexe. Le double aveuglement d'un grand éditorialiste du « Monde »

    Par
    Beaucoup se souviennent du début de l'éditorial de Viansson-Ponté publié le 14 mars 1968 : « La France s'ennuie », alors que l'on marche sur un volcan social. Rares sont ceux qui se souviennent de la suite : « Que fait notre jeunesse ? Elle se préoccupe de savoir si les filles de Nanterre et d'Antony pourront accéder librement aux chambres des garçons »
Voir tous
  • Édition Les observateurs 2012

    Bayrou et ses plans quinquennaux

    Par
    Après celui qu’il avait mis en avant début mai 1993 alors qu’il venait d’être nommé ministre de l’Education nationale ( « réduire de moitié en 5 ans le nombre des enfants qui ne savent pas lire» ), François Bayrou vient de réitérer dans l’engagement quinquennal.
  • Édition Les observateurs 2012

    Un débat sur l'éducation passionné?

    Par
    Selon Luc Chatel, l’éducation devrait être « au cœur de débats passionnés » à l’approche des élections présidentielles. La publication d’ « un pacte contre l’échec scolaire » signé par nombre de personnalités et d’organisations du monde éducatif semble lui donner déjà raison…
  • Édition Les observateurs 2012

    Education: des vœux sans aveu

    Par
    Le président-candidat Nicolas Sarkozy vient de présenter à Poitiers ses «vœux» aux «acteurs de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche». Le mieux est sans doute de les éclairer en comparant avec les engagements formels pris par le candidat Sarkozy le 2 février 2007 lors de la précédente campagne présidentielle, et avec les vœux de janvier de l'année dernière du président Sarkozy.
  • Édition Les invités de Mediapart

    Une histoire des violences (et de la police) à l'école

    Par
    Au moment où le débat sur la légitimité de l'intervention de la police dans l'enceinte scolaire se développe, nous avons souhaité publier des extraits du livre Histoires vraies des violences à l'école (Francis Lec, Claude Lelièvre, Fayard, 2007), qui montre comment, depuis 1990, l'idée — fantasmée — d'un «sanctuaire scolaire» a régressé au profit d'une collaboration avec la police. 
  • Édition Lycée en chantier

    La guerre des disciplines aura-t-elle lieu?

    Par
    Elle existe certes toujours de façon latente et incessante ( pour l’existence, la reconnaissance ou la survie ) ; mais, en certaines occasions ( de crise ou de tournant majeur) elle peut prendre des formes très ouvertes. Or la réforme du lycée ( avec ses réductions prévues d’horaire d’enseignement et l’amplitude de son organisation optionnelle ) peut faire que cela soit très chaud. Et certaines associations de spécialistes font déjà monter la pression.