claude lelièvre

Historien de l'éducation

Sa biographie
Derniers ouvrages parus:"Histoires vraies des violences à l'école" ( Fayard, septembre 2007 )"Les politiques scolaires mises en examen" ( ESF, nouvelle édition mise à jour, avril 2008 )
Son blog
637 abonnés Histoire et politiques scolaires
Ses éditions
Voir tous
  • Blanquer: le redoublant du dédoublement

    Par
    Le nouveau ministre de l'Education nationale qui se targue de fonder sa politique scolaire sur des données scientifiques se fonde en fait sur celles qui l'arrangent, à un moment donné. Ses réactions aux résultats des recherches sur les dédoublements de classe au CP et au CE1 sont exemplaires à cet égard.
  • Le «trou noir» de l'Education Nationale a un nom, mais le mystère perdure. B. Macron?

    Par
    Thierry Coulhon, qui avait été nommé «conseiller enseignement supérieur, recherche et innovation» auprès du président de la République il y a trois mois déjà, vient de se voir attribuer en plus le périmètre du ministère de l'Education Nationale après trois mois d'errance et de vacance. Mais le mystère perdure.
  • La « bonne pioche » Blanquer invoque l'«esprit Montessori»

    Par
    La semaine dernière, le nouveau ministre de l'Education nationale s'en est encore pris ouvertement à ''l'égalitarisme'' et mezzo voce au ''pédagogisme'' tout en invoquant avec ferveur ''l'esprit Montessori''...
  • « Le vrai ennemi, c'est l'égalitarisme »

    Par
    C'est le cri du cœur poussé par Jean-Michel Blanquer dans le JDD d'hier. On voit que le nouveau ministre de l'Education nationale vient à l'évidence d'une droite ''décomplexée'' : le ''vrai ennemi'' pour lui et les siens, ce ne sont pas les inégalités (pourtant particulièrement lourdes en France selon les résultats réitérés de PISA).
  • Des taux de réussite abracadabrantesques au bac?

    Par
    Le temps est venu, début juillet, où l'on se penche avec gravité sur le gain ou la perte d'un ou deux points dans les taux de réussite aux différents baccalauréats. Et cette fois, en plein état de grâce présidentiel et avec la consigne versaillaise d'« en finir avec le déni de réalité ». On va voir ce qu'on va voir en matière de réforme du baccalauréat
Voir tous
  • Édition Les observateurs 2012

    Bayrou et ses plans quinquennaux

    Par
    Après celui qu’il avait mis en avant début mai 1993 alors qu’il venait d’être nommé ministre de l’Education nationale ( « réduire de moitié en 5 ans le nombre des enfants qui ne savent pas lire» ), François Bayrou vient de réitérer dans l’engagement quinquennal.
  • Édition Les observateurs 2012

    Un débat sur l'éducation passionné?

    Par
    Selon Luc Chatel, l’éducation devrait être « au cœur de débats passionnés » à l’approche des élections présidentielles. La publication d’ « un pacte contre l’échec scolaire » signé par nombre de personnalités et d’organisations du monde éducatif semble lui donner déjà raison…
  • Édition Les observateurs 2012

    Education: des vœux sans aveu

    Par
    Le président-candidat Nicolas Sarkozy vient de présenter à Poitiers ses «vœux» aux «acteurs de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche». Le mieux est sans doute de les éclairer en comparant avec les engagements formels pris par le candidat Sarkozy le 2 février 2007 lors de la précédente campagne présidentielle, et avec les vœux de janvier de l'année dernière du président Sarkozy.
  • Édition Les invités de Mediapart

    Une histoire des violences (et de la police) à l'école

    Par
    Au moment où le débat sur la légitimité de l'intervention de la police dans l'enceinte scolaire se développe, nous avons souhaité publier des extraits du livre Histoires vraies des violences à l'école (Francis Lec, Claude Lelièvre, Fayard, 2007), qui montre comment, depuis 1990, l'idée — fantasmée — d'un «sanctuaire scolaire» a régressé au profit d'une collaboration avec la police. 
  • Édition Lycée en chantier

    La guerre des disciplines aura-t-elle lieu?

    Par
    Elle existe certes toujours de façon latente et incessante ( pour l’existence, la reconnaissance ou la survie ) ; mais, en certaines occasions ( de crise ou de tournant majeur) elle peut prendre des formes très ouvertes. Or la réforme du lycée ( avec ses réductions prévues d’horaire d’enseignement et l’amplitude de son organisation optionnelle ) peut faire que cela soit très chaud. Et certaines associations de spécialistes font déjà monter la pression.