Ven.
27
Fév

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Les notes Montebourg ou le débat empêché

Les notes du ministre Montebourg au président Hollande dont Mediapart commence, mercredi 11 février, la publication révèlent l’ampleur du débat économique qui fut étouffé par le système présidentiel et, de ce fait, caché aux citoyens. Alors que la victoire de Syriza en Grèce témoigne de l’urgente nécessité d’une autre politique, elles mettent à nu l’occasion manquée des débuts du quinquennat socialiste.

La violence du FN contre la liberté de la presse

« Je vais te tuer » : c’est ainsi qu’un proche de Marine Le Pen s’est adressé, en la menaçant physiquement, à notre consœur Marine Turchi, qui suit l’extrême droite à Mediapart. Loin d’être anecdotiques, ces faits ne sont pas sans rapport avec l’interdit proclamé par le Front national à l’encontre de notre journal en ligne, au mépris du respect du pluralisme de la presse.

Jean-François Vilar, étoile filante du roman noir

Jean-François Vilar est décédé le 16 novembre à Paris, à l’âge de 67 ans. Il est parti en silence et presque en secret, ne souhaitant pas que la nouvelle soit immédiatement connue. C’était un camarade, nous avions fait nos débuts ensemble, à Rouge. C’était surtout un écrivain, de ceux qui ne transigent pas avec la littérature, à la vie, à la mort.

Mediapart soutient Terra Eco

Journal numérique et mensuel imprimé, Terra Eco a failli mourir en septembre. Grâce à l'appel à la solidarité du public, le financement participatif a permis d'obtenir un sursis. Mais pour que ce sauvetage soit durable, le meilleur soutien, ce sont des lecteurs en plus grand nombre. Mediapart vous invite à en être.

Le virtuel, c’est du réel (1) : « Rallumer tous les soleils »

Le propre d’un journal en ligne, c’est sa relation au public qu’il fédère. Loin d’être distante ou désincarnée, elle est concrète et vivante. Illustration par ce qui m’a occupé ces temps derniers : des conférences, des débats et des rencontres, sur le terrain.

Mediapart, le fisc et les « salauds »

Avec une méchanceté vorace, une partie des médias fait semblant de découvrir le conflit engagé par le fisc, sur ordre de Bercy, contre Mediapart en décembre 2013. Il a suffi que nous révélions les montants – 4,2 millions – qui nous sont indûment réclamés et que nous contestons fermement pour que se déchaîne une campagne bien peu confraternelle.

Un livre à contre-courant

Pour les musulmans, comme l’on dirait « Pour les minorités » ou « Pour la France », dans le souci du monde et des autres, du peuple et de la justice. Tel est le propos de mon dernier livre, en librairie jeudi prochain (sa présentation sur le site des éditions La Découverte), qui prend le parti de nos compatriotes d’origine, de culture ou de croyance musulmanes contre ceux qui les érigent en boucs émissaires de nos inquiétudes et de nos incertitudes.

« Dire non », un appel au sursaut

Dire non, qui paraît jeudi 13 mars aux éditions Don Quichotte, est un appel au sursaut afin de trouer l’épais brouillard qui, aujourd’hui, voile l’espérance. Dire non pour inventer, tous ensemble, notre oui. Ce livre est dédié à Stéphane Hessel qui fut membre de la Société des Amis de Mediapart. En voici un avant-goût avec ses premières et ses dernières lignes.

Jean Baubérot, semeur de vérité

Jean Baubérot publie aux Editions de l’Atelier ses mémoires, Une si vive révolte. L’éminent historien de la laïcité et des religions y questionne, non sans ironie, son itinéraire en s’efforçant de répondre à cette question vitale : sa révolte de jeune homme est-elle restée intacte ? Blogueur sur Mediapart, Jean Baubérot m’a demandé une préface que je republie ici pour vous inviter à lire ce livre rafraîchissant d’un semeur de vérité

Affaire Bettencourt : Mediapart défend (sans succès) une question prioritaire de constitutionnalité

Mardi 4 février, Mediapart a plaidé devant la chambre civile de la Cour de cassation le renvoi au Conseil constitutionnel d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC), visant les articles du code pénal sur la base desquels nous avons été contraints, à l’été 2013, de censurer nos révélations sur l’affaire Bettencourt. Rendu dès le lendemain, mercredi 5 février, l’arrêt de la Cour a refusé ce renvoi. Notre combat juridique continue évidemment, tant il concerne l’exercice du métier de journaliste et le droit à l’information des citoyens.

Newsletter