Sam.
20
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

Retour vers l'exil et le danger de mort

Ahmed avait 15 ans quand ses parents l'ont éloigné du Pakistan pour lui sauver la vie. Ils ont sans doute été assassinés par la suite. Depuis huit ans en France, malgré l'abandon où il était, il a appris un métier, il s'est reconstruit une vie. Pourtant, enfermé à Vincennes, il risque l'expulsion d'un jour à l'autre.

 

Après d'autres, nous vous avons déjà raconté son histoire. "Nous avons écouté le récit bouleversant de sa vie : son départ en catastrophe du Pakistan, son arrivée en 2004 dans un pays qu'il ne connaît pas (où le passeur qui l'accompagnait l'a laissé seul sur le trottoir, en partant avec son passeport et ses bagages...) son errance à 15 ans alors qu'il a perdu tous ses repères... sa prise en charge par l'ASE et le début d'un parcours d'intégration réussi qu'attestent ces bulletins scolaires flatteurs qu'il est heureux de nous montrer, une promesse d'embauche dans la plomberie qui lui a permis de demander un titre de séjour avec autorisation de travail, qu'il n'a pas obtenu... "

Reprenons inlassablement, avec le RESF.

"Une situation ubuesque et tragique, celle de Ahmed né le 13/02/1989, jeune pakistanais dont les parents menacés de mort, voulaient le protéger et l'ont ainsi confié à un passeur pour le ramener dans un pays où il serait en sécurité et aurait un avenir meilleur.

A 15 ans, il n'a pas demandé à venir en France mais il s'est retrouvé un jour dans les rues de la capitale française, abandonné à son sort et en situation d'errance. Il est alors ballotté de foyer en foyer pour mineurs étrangers où il est confronté à de graves problèmes de violences physiques de la part d'autres jeunes. Incidents qui l'obligent à fuguer à plusieurs reprises. Dans son errance, il rencontre un compatriote qui l'héberge chez lui pendant quelques mois puis le met à la rue.

En 2006, Ahmed est enfin pris en charge par l'ASE de Nanterre qui l'envoie dans une famille d'accueil en Normandie où il retrouve un peu de stabilité et peut enfin suivre une scolarité, en CAP Plomberie au lycée professionnel Notre Dame Chartres.

En 2007, il perd la trace de ses parents et apprend par des proches qu'ils auraient été assassinés.

A sa majorité, il fait une demande de titre de séjour. Il obtient fin 2008 un titre de séjour « étudiant » et bénéficie d'un contrat jeune majeur jusqu'à ses 21 ans.

21 ans, c'est aussi un retour à la case départ pour Ahmed, qui très mal préparé à sa brutale autonomie, se retrouve sans aide financière et hébergement qui lui auraient permis de poursuivre sa scolarité.v

Avec son expérience dans le domaine de la plomberie, il décide de retourner en région parisienne pour chercher du travail. Il trouve un employeur disposé à l'embaucher. Pour être en règle vis à vis de l'administration, il se présente muni de son Cerfa à la préfecture de Seine-Saint-Denis pour demander le changement du statut "étudiant" au statut "salarié". Il obtient une Autorisation Provisoire de Séjour, renouvelée tous les 3 mois pendant un an. Face à la lenteur de l'administration, l'employeur s'impatiente et renonce à employer Ahmed. Il le fait savoir à la préfecture, qui là ne perd pas de temps et s'empresse à notifier à Ahmed en mai 2011 une Obligation de Quitter le Territoire Français.

Peu avant, Ahmed avait informé la préfecture de son changement d'adresse. Nonobstant cela, l'OQTF est tout de même envoyée à son ancienne adresse. Quand il s'en aperçoit, les délais de recours sont dépassés.

Le 21 novembre 2012, Ahmed se fait contrôler à la gare de Lyon sans titre de transport. Lors de la fouille la police trouve sur lui une petite quantité de produit illicite destinée à sa consommation personnelle. Cela ne représente en rien une menace à l'ordre public. S’il fallait expulser tous les jeunes qui ont fumé un joint…

Expulser Ahmed, jeune homme dépourvu d'attaches dans son pays d'origine, est un non-sens. D'autant plus qu'il a été pris en charge par l'Aide Sociale à l'Enfance en qualité de mineur étranger isolé et sous contrat jeune majeur, ce qui constitue une garantie de son insertion en France, projet d'insertion brisé par le refus de délivrance d'un titre de séjour pérenne.

Expulser Ahmed, ce n'est ni plus ni moins que réduire à néant la vie d'un jeune homme qui a fondé tous ses espoirs d'avenir en France et l'exposer à un risque réel pour son intégrité physique !"

Le RESF lance un appel à se manifester auprès des autorités pour tenter d'empêcher un acte barbare.

Martine et Jean-Claude Vernier

--

Deux clics: si vous avez raté les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Et un troisième pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets.

Tous les commentaires

25/12/2012, 12:31 | Par JJMU

Que de misères fabriquées par des systèmes incapables de concevoir les complexités des situations humaines !

Jean-Jacques M’µ

25/12/2012, 13:01 | Par Babble

Cela devrait "ring a bell" aux oreilles de Boris Cyrulnik s'il connaissait l'info. On en est encore là en France, en 2013.

25/12/2012, 14:32 | Par JJMU

PassagePassage © Nasser Al-Jaafari, 2012

25/12/2012, 15:20 | Par fabrizia

Face à la lenteur de l'administration, l'employeur s'impatiente et renonce à employer Ahmed. Il le fait savoir à la préfecture, qui là ne perd pas de temps et s'empresse à notifier à Ahmed en mai 2011 une Obligation de Quitter le Territoire Français.

Peu avant, Ahmed avait informé la préfecture de son changement d'adresse. Nonobstant cela, l'OQTF est tout de même envoyée à son ancienne adresse. Quand il s'en aperçoit, les délais de recours sont dépassés.


Si ça, ce ne sont pas des fonctionnaires aux ordres... 

25/12/2012, 15:59 | Par Annie Stasse

Bonjour,

J'aimerais porter aide par intermitance à des jeunes (de 6 à l'ado), pas la place de les héberger, mais je pourrais les écouter, instruire éventuellement de la culture française par ex. ou autre, j'ai beaucoup voyagé, je connais différentes cultures, j'ai un "don" à l'écoute, j'ai fait de l'alpha (mais j'en ai ma dose).

25/12/2012, 16:05 | Par JJMU en réponse au commentaire de Annie Stasse le 25/12/2012 à 15:59

Tu es où, Annie ?..

Jean-Jacques M’µ

25/12/2012, 18:09 | Par Annie Stasse en réponse au commentaire de JJMU le 25/12/2012 à 16:05

c'est là que le bat blesse : Châteauroux, une ville où il y a peu de ces assocs. C'est pourquoi je tente publiquement.

25/12/2012, 16:19 | Par Fini de rire

Dans la colonne de gauche du site du RESF, il y a des contacts dans tous les départements. Les enfants ont souvent besoin de plus que de titres de séjour pour leurs parents.

25/12/2012, 18:14 | Par Annie Stasse en réponse au commentaire de Fini de rire le 25/12/2012 à 16:19

j'avoue ne pas avoir tenté… car tout ce que j'ai cherché depuis 1 an n'existait pas ici (dans cette v ille depuis 1 an, et quelqeus disconvenues). Mais là un contact…… OK merci

Cependant si je n'ai pas de réponse dans 1 à 2 semaines je reviens ici pour redemander.

25/12/2012, 16:32 | Par Amsahe

"Je ne veux pas que ma maison soit murée de toutes parts,ni mes fenetres bouchées,mais qu'y circule librement la brise que m'apportent les cultures de tous les pays". Ghandhi

Dimanche

As tu etais ailleurs,voir si ailleurs c'est plus loin?

Penses tu que tu seras capable un jour,de rendre au monde ce que tu lui a pris?

Etrange question?non.

Etranger en question.

Question de pricipe,d'évidence,d'ignorance.

question de fait ou de droit.Question de mais ou de loi.

question!

quand les souris dancent,est ce que que le chat dort,ou fait il seulement semblant?

Quand dieu a crée le monde,il penssait a quoi au juste?

Est ce quand on pense ,on pense toujours a quelque chose ou est ce qu'on pense a rien?

Laissez moi remplir ce rien d'un peu de paroles.D'un peu de temps.De ce temps fatigué,ereinté,tout relatif comme aurait dit Einstein.

Laissez moi vous parlez de lui;alors qu'il mouille sur Agbalo et que lundi n'est pas encore arrivé.

Pourquoi lundi n'est pas encore arrivé?

Parce qu'on est dimanche.Et que le lundi c'est demain...

Exil exit.a été ecrit en 2006.

Créé a ouagadougou dans une mise en scene de Fargass Assande

auteur Emmanuel Lambert compagnie Bulles de ZINC

25/12/2012, 16:32 | Par poppie

A ce niveau, c'est franchement de l'acharnement contre un jeune qui avait toutes les chances de réussir une bonne intégration.   Les juristes n'ont ils aucun moyen de faire valoir que c'est un dysfonctionnement de l'administration qui est cause de la situation actuelle?

Car je crois comprendre que Ahmed avait de son côté fait le nécessaire dans les temps pour informer la préfecture de son changement d'adresse.   Est-ce qu'on ne peut pas faire admettre aux autorités que ce garçon n'a pas à être pénalisé pour une erreur commise par l'administration et elle seule?

25/12/2012, 16:52 | Par fabrizia en réponse au commentaire de poppie le 25/12/2012 à 16:32

  Encore faut-il qu'il y ait un juriste disponible ET compétent qui accepte d'aider ce jeune homme, et vu la période, ce n'est pas gagné. Peut-être qu'à RESF, on en connaît un...

Oui, c'est de l'acharnement.

25/12/2012, 17:05 | Par Fini de rire en réponse au commentaire de poppie le 25/12/2012 à 16:32

Les recours juridiques en la matière sont très encadrés. N'ayant pas eu connaissance du refus de séjour avec obligation de quitter le territoire, il n'a pas pu le contester dans les temps (1 mois) au Tribunal Administratif où, vu son parcours, il aurait eu ses chances. Ensuite, une fois bloqué au centre de rétention, il y a le Juge des Libertés et de la Détention (JLD) le 5ème jour. Le JLD a ordonné sa libération le 16 décemùbre, mais le parquet a fait appel, qu'il a gagné! Des avocats très compétents sont disponibles et actifs, mais le JLD ne prend en compte que la régularité des procédures de l'interpellation et de la rétention, et pas le fond.

25/12/2012, 17:18 | Par fabrizia en réponse au commentaire de Fini de rire le 25/12/2012 à 17:05

 Qui peut faire quoi et comment, alors... ON FAIT QUOI ?

(Quand je pense qu'à Lyon, c'est branle-bas de combat pour sauver deux éléphantes, soutenues par Brigitte Bardot et Caroline de Monaco...)

25/12/2012, 17:25 | Par JJMU en réponse au commentaire de fabrizia le 25/12/2012 à 17:18

Bouche cousue

30/12/2012, 18:19 | Par Fini de rire

Tentative d'expulsion le 30 décembre, sur un vol prévu à 15h.

A 16h44, annonce de ses soutiens: "Ahmed est toujours là !!!!!! Il a refusé de monter dans l'avion et retourne au CRA de Vincennes".

Portrait volé: "En presque 40 jours [de rétention], il s'en est fait des amis, rendant service à chacun, prêtant son téléphone, traduisant de l'anglais, écrivant pour les autres dans son français parfait, redistribuant les gâteaux que nous lui avons apporté, chaque jour depuis Noêl.

Et on ne peut qu'être confondu devant le gâchis d'une jeune vie, le gâchis aggravé par les efforts d'intégration et de formations fournis par l'ASE, et l'Ecole.

Ahmed est bien plombier, et peintre.

Mais c'est comme électricien que les chantiers se l'arrachent, car sa formation scolaire lui permet de planifier un circuit, et de diriger le travail d'une équipe.

Métiers en tension, intégration dont il a fait les preuves lorsqu'il avait des papiers - et il était en train de formuler une nouvelle demande."

20/01/2013, 17:03 | Par Basta en réponse au commentaire de Fini de rire le 30/12/2012 à 18:19

Merci de cette mise à jour ... Où en est- il aujourd'hui ? ... En espérant qu'une issue soit envisageable ... Ces drames quotidiens sont des récits qui constituent jour après jour "Notre Histoire", histoire honteuse à bien des égards mais dont si peu des citoyens prennent la mesure :(

08/02/2013, 08:13 | Par Fini de rire

Extrait du communiqué de presse du RESF (8 février 2013)

Ahmed Sohail a été libéré le 1er février avec le versement d’une caution de 500 €. Il est très éprouvé et  manifeste naturellement un ardent désir de revenir en France au plus vite.

Il faut donc qu’un visa longue durée soit délivré en urgence à ce garçon qui n’aurait jamais dû être expulsé, maigre réparation aux violences subies de la part de l’état français.

Presque 7 000 € pour sauver Ahmed Sohail.

Le 1er janvier, au soir de l’expulsion d’Ahmed, quand est parvenue l’information selon laquelle la somme de 1 500 € devait être versée pour lui éviter la prison, la décision a été prise d’avancer l’argent et d’appeler à une collecte. Un geste de solidarité mais aussi, sans doute, une condamnation de l’attitude digne de Guéant et Sarkozy du ministère de l’Intérieur et de la présidence de la République dans cette affaire.

Témoignage de l’émotion ressentie, presque 7 000 € sont rentrés en moins de 36 heures, soit une somme très largement supérieure à ce qui avait été demandé initialement (1 500 €) et à la caution qui a finalement été versée (500 €).  56 chèques (1 800 €) qui n’ont pas été encaissés seront retournés à leurs expéditeurs en offrant la possibilité à ceux qui le désirent de les renvoyer pour un autre usage. Ceux qui ont payé par Paypal ou dont les chèques ont été encaissés peuvent en demander le remboursement (courrier à RESF/ EDMP 8 impasse Crozatier 75012 Paris en précisant la somme versée et le moyen de paiement). Ce qui restera sera affecté au retour d’Ahmed et le solde versé à des expulsés eux aussi soumis à ce genre de racket (Arménie, RDC).

02/10/2013, 10:42 | Par Fini de rire

Par la suite, le ministère de l'Intérieur a refusé de délivrer à Ahmed le visa qui lui aurait permis de reprendre sa vie en France.

On a appris à cette occasion que, se trouvant sans ressources en attendant la réponse à sa demande de titre de séjour, il avait eu la mauvaise idée de se faire employer par un réseau de passeurs, convoyant des étrangers en séjour irrégulier d'Allemagne au Danemark. Rapidement arrêté, il a été condamné en Allemagne à une peine de prison avec sursis.

Le ministère de l'Intérieur n'a pas pardonné pas cet écart de conduite, déjà sanctionné en Allemagne, à un comparse poussé par le besoin. Quant au démantèlement de la vraie cible, le réseau qui l'employait, personne n'en parle.

Newsletter