Lun.
01
Sep

MEDIAPART

Connexion utilisateur

L'école et les enfants de l'immigration

Les enfants de l'immigration reprennent l'école avec tous les autres ; enfants d'ici, de là ou d'ailleurs, tous dans le même creuset. Ceux-ci sont souvent bilingues, avec parfois des décalages d'accent, de code culturel. D'où des malentendus et des préjugés qui ne résistent pas à l'observation attentive des réalités.

Je suis étranger, est-ce une raison pour m'imposer de telles violences ?

D'où vient la violence d'État envers des étrangers déclarés indésirables, qui sont seulement désireux de vivre comme tout le monde? Réveillons-nous! On est en France, en 2014...

Politique cahotique de l'immigration en France

D'une législature à l'autre perdure le rejet de l'étranger, du demandeur d'asile, du lycéen, de la lycéenne devenus majeurs, souvent contraints au travail illégal par manque de titre de séjour. Avec une prime à l'efficacité pour le gouvernement mis en place grâce aux électeurs de gauche.

Outrées et démagogiques, vraiment?

Outrées et démagogiques, c'est ainsi que le ministre de l'Intérieur a qualifié sur France Inter les critiques faites aux projets de loi du gouvernement sur l'asile et sur l'immigration. Il ne s'agit pas de polémiquer, mais de s'en tenir aux faits.

Quelle rationalité à la maltraitance des migrants?

Tentative de décodage de la persistance des autorités à toujours plus renvoyer les étrangers à la fragilité de leur (non)statut et à l'incertitude du lendemain.

Calais, filtre à migrants

Six-cents Afghans, Érythréens, Soudanais du Darfour, hommes, femmes, enfants en attente d'un passage vers l'Angleterre, dispersés aux quatre vents des centres de rétention, relâchés sur ordre, reconduits en car spécial à Vintimille, d'autres déjà de retour à Calais. Un grand coup de pied dans une petite fourmilière, beaucoup de souffrance et peu d'écho médiatique. Ainsi va la "gestion des flux migratoires".

Dédiaboliser "l'immigration"

Une partie de nos concitoyens restent marqués à vie, dans les rapports officiels, par la nationalité et le lieu de naissance de leur père ou de leur mère. Une façon de leur transmettre le fardeau d'une législation qui rechigne à accorder aux migrants le droit de vivre normalement.

Une carte d'électeur délivrée sur critères?

Petit exercice de politique fiction, où l'on regarde le suffrage universel avec la mêmes lunettes que le droit au séjour des étrangers.

Déclassement sans frontières

Voici une fable, une simple fable. Imaginée par un électeur du FN qui parle si bien de la faillite d'une société qui ne sait pas lui faire sa place ? Ou d'un jeune, ailleurs, déclassé dans son propre pays ? Ou bien encore d'un migrant qui devra repartir à zéro dans le pays dont il demande la protection ?

Une vie normale en France pour les étrangers?... C'est possible!

Alors que le pouvoir s'oriente résolument vers plus de contrôle et moins d'accueil, la vie quotidienne des migrants s'enfonce dans une ubu-kafkaïsation délirante, épuisante, effrayante. Une campagne et une pétition tracent, chacune à sa façon, un chemin vers un renversement radical.

Newsletter